Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Antonio Tabucchi [Italie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Antonio Tabucchi [Italie]   Ven 29 Fév 2008 - 18:19



Écrivain italien, romancier et spécialiste de la littérature portugaise, Antonio Tabucchi (23 septembre 1943 à Vecchiano près de Pisa - 25 mars 2012 à Lissabon)

En 1962, Antonio Tabucchi vient étudier la littérature à Paris, il y découvre Fernando Pessoa en lisant la traduction française du Bureau de tabac. Son enthousiasme l’amènera à découvrir la langue et la culture du Portugal, pays qui deviendra sa deuxième patrie.

Il poursuit des études de littérature portugaise à l’université de Sienne et rédige une thèse sur le Surréalisme au Portugal.

Passionné par l’œuvre de Pessoa, il a traduit toute son œuvre en italien, avec sa femme, Marie-José de Lancastre, rencontrée au Portugal. De 1987 à 1990, Antonio Tabucchi dirige l’Institut culturel italien à Lisbonne. La ville servira de cadre à plusieurs romans. Il partage sa vie entre Lisbonne, Pise, Florence, voire Paris.Il a beaucoup voyagé de part le monde (Brésil, Inde…), ses livres sont traduits dans une vingtaine de langues.

« Le cinéma, le théâtre, Pessoa, l'Inde et Lisbonne ont fait de Tabucchi l'un des écrivains italiens contemporains les plus lus en France. Intellectuel et divertissant, il a pris naturellement la place laissée vacante par Italo Calvino : son public est le même. Son nom prononcé est un garant de culture et de bon goût. Parce qu'il a fait éclater les frontières de son pays, ce professeur de littérature portugaise a revitalisé l'art romanesque. »
(extrait d’un article de René de Cecatty, Le Monde, 4 Novembre 1995)


Bibliographie

Citation :
Cliquez sur les chiffres pour accéder directement aux pages

1975 Piazza d'Italia, Pages 4, 5
1981 Le Jeu de l'envers,
1983 Femme de Porto Pim et autres histoires, Page 5
1984 Nocturne indien, Pages 3, 4, 6,
1985 Petits malentendus sans importance, Pages 1, 2, 5
1986 Le Fil de l'horizon,  Pages 6
1987 Les Oiseaux de Fra Angelico,  
1990 Une malle pleine de gens. Essais sur Fernando Pessoa,
1992 Requiem, Pages 1,
1992 Rêves de rêves, Page 6
1994 Pereira prétend, Pages 2,  4, 5
1995 Récits complets,
1995 Le Mystère de la petite annonce chiffrée,  nouvelle contenue dans Hugo Pratt , J'avais un rendez-vous ,   
1997 La Gastrite de Platon,  
1997 La Tête perdue de Damasceno Monteiro,  
1998 L'Automobile, la Nostalgie et l'Infini - Lectures de Pessoa,
1991 L'ange Noir, Pages 3
2001 Le Triste Cas de Monsieur Silva  da Silva e Silva,
2001 Il se fait tard, de plus en plus tard,
2004 Tristano meurt, Pages 2
2009 Le temps vieillit vite, Page 3
2014 Pour Isabel, Page 4

Citation :
mise à jour le 31/05/2016 page 6


Dernière édition par coline le Ven 29 Fév 2008 - 18:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Ven 29 Fév 2008 - 18:22

REQUIEM

Antonio Tabucchi explique à la fin du livre dans des notes liminaires comment ce récit est né et s’est écrit, directement en langue portugaise. Mais sans rien enlever non plus à son étrangeté. Je ne dirai rien de ces notes et je pense vraiment qu’il ne faut les lire qu’après. Je précise cela parce que j’ai eu la tentation de les lire avant et c’eût été dommage je crois…J’ai eu tellement de plaisir à m’abandonner à la bizarrerie de ce récit…

Un homme en train de lire à l'ombre d'un mûrier dans une maison de campagne de l'Alentejo , s’assoupit.
Il est gagné par une longue hallucination qui le transporte à Lisbonne . Quelqu’un lui a donné rendez-vous à douze heures : midi ou minuit ?

Il fait très chaud dans Lisbonne et bien vite il sait que son rendez-vous est finalement pour minuit. Alors il en profite pour parcourir la ville où il fait de multiples rencontres. Des rencontres avec des vivants, des rencontres avec des fantômes. Il va même jusqu’à Cascais. Il mange, il boit…Il goûte aux spécialités régionales..

Lorsqu’arrive minuit, le moment de la rencontre, sur le quai au bord du Tage, l’on reconnaît très vite, même s’il n’est pas nommé, Fernando Pessoa.

Cette histoire est un hommage. Antonio Tabucchi a traduit les écrits de Pessoa et écrit sur l’auteur.

Antonio Tabucchi est Italien, mais aussi Portugais, et il a écrit ce Requiem dans la langue de son pays d’adoption. " Une histoire pareille ne pouvait être écrite qu'en portugais " explique Tabucchi

Requiem est un récit étrange, parsemé d’allusions culturelles et baigné dans cette saudade (mélancolie) si caractéristique au Portugal...Je me suis vraiment laissée emporter avec délices par cette histoire…Comment ne pourrais-je pas souhaiter, moi qui aime tant Pessoa et Lisbonne, vivre un tel rêve ?...Des images me venaient des lieux fréquentés cet été (cimetière Dos Prazeres, Quai d’Alcantara, le Café A Brasileira…)..

« Requiem se présente sous la forme d'une errance dans une ville structurée comme un rêve : de jardin public en cimetière, de quai en maison-musée, de phare en café littéraire. " Quand j'écrivais à Paris, j'éprouvais une grande nostalgie pour Lisbonne. J'ai choisi le parcours que j'avais envie de faire. Je suis parti du quai d'Alcantara, la gare maritime, le débarcadère des grands transatlantiques, un lieu mythique, puis je me suis rendu dans le jardin voisin du Musée d'art ancien. Ensuite j'ai visité le cimetière où reposent des morts que j'ai aimés. Vivants et morts sont sur le même plan. "Des personnages venus de l'histoire littéraire ou de l'univers fantasmatique de l'écrivain visitent le narrateur et l'accompagnent dans une "déambulation qui est plutôt une hallucination qu'un rêve proprement dit." (Antonio Tabucchi)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Ven 29 Fév 2008 - 18:41

Saudade, saudade drunken . Ta critique de Requiem me fait bien envie, car c'est le côté portugais de Tabucchi que je préfère! Very Happy Ma dernière lecture de Tabucchi remonte à quelques années, avec le recueil de nouvelles Petits malentendus sans importance (Piccoli Equivoci Senza Importanza), depuis rebaptisé Petites Equivoques sans importance.

Je me permets de copier-coller ma note de blog de l'époque, entre autres parce que j'y explique pourquoi Tabucchi m'évoque Paolo Conte et vice versa. Wink


Petits malentendus sans importance (1985)

Dans la préface à ce recueil de nouvelles, Antonio Tabucchi se dit irrésistiblement attiré par « les choses qui ne sont pas à leur place », les « méprises, incertitudes, compréhensions tardives, remords inutiles, souvenirs peut-être trompeurs, erreurs stupides et irrémédiables » , évoque l’idée que l’existence elle-même pourrait être un "malentendu".

Et en effet ses personnages s'interrogent sur le tour qu'a pris ou que pourrait prendre leur vie, se sentent comme en décalage. Ainsi les trois amis de la nouvelle éponyme "Petits malentendus sans importance", dont le destin va être infléchi par une erreur d'inscription en fac. Le narrateur de "Rébus" ou l'homme de main de "La relève de la garde" qui, à la faveur d'une éphémère rencontre amoureuse, entrevoient ce qui aurait pu être et ne sera jamais. D'autres tentent d'imposer à ce destin plus de cohérence, de le rectifier: la petite fille des "Charmes" cherchant à venger son père assassiné, le voyageur des "Trains qui vont à Madras" , ancien prisonnier des camps nazis, qui part en Inde "refermer le cercle de la vie" en tuant son bourreau. Ou bien l'acteur vieillissant de "Cinéma" jouant dans le remake d'un film qui fit sa gloire, et qui essaie d'en modifier le scénario, d'empêcher cette fois le départ de la femme qu'il aime.

La vie est pour eux une vaste énigme, un jeu dont le sens et le but leur échappent. Comme le gangster de "La relève de la garde", obéissant aux ordres compliqués d'une organisation criminelle; le narrateur adolescent des "Charmes" qui participe, sans les comprendre, aux rituels magiques de sa romanesque cousine; le restaurateur de vieilles voitures de "Rébus", qu'une mystérieuse comtesse menacée de mort entraîne dans une course-poursuite à travers la France puis qui disparaît sans lui laisser la clé de l'énigme. Désemparé, il ne lui reste plus qu'à faire appel à la sagacité d'un autre:
"Ainsi de temps en temps, rarement, devant un verre, je soumets l’énigme à un ami, je lui dis : je te propose de déchiffrer un rébus, voyons si tu y parviens" .
Cet autre, c'est le lecteur, qui est invité à "combler les vides entre les choses, à reconstituer une totalité". Car qu'est-ce que lire sinon combler les brèches, tisser du sens ?
Ce que fait l'universitaire arriviste de "La Rancoeur et les Nuages" qui rédige un article sur un poète hermétique : "pour lui qui les lisait, [les mots] ne contenaient aucun mystère, ils étaient clairs comme de l'eau, il se sentait en possession de la clef, pouvait les attraper et les tenir tous dans la paume de sa main, jouer avec eux comme avec les lettres en bois d'un alphabet pour enfant. Il sourit [...]. Le vrai poète, c'était lui, il le sentait."
Des personnages pirandelliens donc que l'écrivain abandonne au lecteur. A lui de parachever la création en assemblant les pièces ... et de savoir ce que renferme l'éléphant d'argent sur le capot d'une Bugatti Royale, les pages d'un inestimable manuscrit livré aux flammes par la veuve d'un écrivain célébré ("En attendant l'hiver"), d'imaginer pourquoi la soeur d'un écrivain mourant nourrit à son égard une telle haine ("Chambres").

Les récits elliptiques me plaisent et ici les zones d'ombre ne manquent pas. Dommage que que l'écriture de Tabucchi, érudite et sophistiquée (nombreuses références à Calderón, Machado, Henry James, Kipling, Baudelaire) manque de simplicité et que la description psychologique des personnages en soit parfois redondante, alourdie.
La nouvelle la plus réussie est à mon sens "Any where out of the world", bien qu'elle soit placée sous l'ombre "tutélaire" du Spleen de Paris (Baudelaire n'étant pas vraiment my cup of tea). Récit envoûtant non pas pour le piège existentiel (un peu convenu) qui se referme sur le narrateur, mais pour la description à la fois réaliste et rêveuse d'une Lisbonne crépusculaire.
Une nouvelle empreinte, comme les dix autres, de saudade, terme portugais désignant une nostalgie diffuse et douce - Tabucchi, professeur de littérature portugaise et traducteur de Pessoa, partage sa vie entre Florence, Paris et Lisbonne (heureux veinard...). Mais cette mélancolie évoque aussi l'univers de ses compatriotes Paolo Conte et Ettore Scola (Le Bal, la Famille)... Stations balnéaires hors-saison, voitures anciennes aux courbes de femme assise, visages émouvants d'actrices disparues, photos jaunies, gramophones grinçants... une ambiance très rétro qui a son charme mais qui, à hautes doses, se révèle un peu douceâtre à mon goût.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Ven 29 Fév 2008 - 18:51

Nezumi a écrit:
Petits malentendus sans importance (1985)

cette mélancolie évoque aussi l'univers de ses compatriotes Paolo Conte et Ettore Scola (Le Bal, la Famille)... Stations balnéaires hors-saison, voitures anciennes aux courbes de femme assise, visages émouvants d'actrices disparues, photos jaunies, gramophones grinçants... une ambiance très rétro qui a son charme mais qui, à hautes doses, se révèle un peu douceâtre à mon goût.

Voilà enfin l'explication...et je la trouve très claire...Pourquoi Tabucchi est asocié pour toi à Paolo Conte...content

Quant à moi, je viens de rajouter "Petits malentendus sans importance" à côté d'un autre titre de Tabucchi "Une malle pleine de gens" (Sur Fernando Pessoa) dans ma LAL...

Requiem est un récit intelligent et cultivé qui ne présente pas du tout de difficulté à la lecture (peut-être parce qu'il ne l'a pas écrit en Italien justement!)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Ven 29 Fév 2008 - 19:08

Merci pour ce fil.
J'ai découvert cet auteur à cause d'une amie qui habitait pendant des années en Italie et pouvait le lire en italien - et qui n'arrêtait pas de me parler de lui. En voulant lui faire plaisir, j'ai choisi un livre qui m'attirait le plus - Requiem - parce qu'il y a Lisbonne (où je ne suis pas encore allée - mais que j'aime à cause de Antonio Lobo Antunes :heart: ).. et soudain je me suis retrouvé avec un auteur qui me fascinait, dont j'aimais l'écriture, les idées...

J'en ai lu par la suite Petites équivoques sans importance, Rêves de rêves, Tristano meurt, Nocturne indien, Il se fait tard de plus en plus tard (et deux autres dont je ne trouve malheureusement pas quel titre on leurs a donné en français Wink ).

Mais j'ai aussi vu que mal PAL retient encore Le fil de l'horizon.. une de mes prochaines lectures.. et sinon - Requiem est un livre que je peux lire tous les ans.. tellement je l'adore Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Dim 2 Mar 2008 - 20:37

J'ai lu Nocturne Indien qui m'a plutôt ennuyée et pas du tout envoûtée.
Mais je crois qu'il existe un film tiré de ce roman, qu'il m'intéresserait de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Dim 2 Mar 2008 - 20:50

Je ne sais plus si je l'avais dit, mais j'ai également lu Requiem de Tabucchi. Genre de croisement, de voyage initianique au pays des rêves, qui pourrait être entre l'expression d'un Nerval ou Malraux. Mais il m'apparaît clair que si on veut atteindre le niveau de maîtrise d'écriture d'un Proust, d'un Pessoa ou encore d'un Kerouac, il faut étudier attentivement Tabucchi. Aussi, j'imagine que L'Aveuglement de Jose Saramango, autre partisan de Pessoa, procède de la même logique. Mais bref, le rêve sera définitivement un des matériaux littéraires de mon oeuvre, moi qui suis un insomniaque aigu. La lucidité qu'on acquiert une fois insomniaque est une matière précieuse pour comprendre, voir la vie autrement, que ce soit visuellement, métaphoriquement ou sur le plan du senti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Dim 2 Mar 2008 - 20:52

Sophie a écrit:
J'ai lu Nocturne Indien qui m'a plutôt ennuyée et pas du tout envoûtée.
Mais je crois qu'il existe un film tiré de ce roman, qu'il m'intéresserait de voir.

Oui, pas mal du tout (je l'ai vu il y a un bail!). Un film d'Alain Corneau avec Jean-Hugues Anglade, si je ne me trompe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Dim 2 Mar 2008 - 20:55

J'ai lu également Nocturne indien et la magie avait opéré sur moi, j'étais vraiment sous le charme de cette lecture drunken
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Dim 2 Mar 2008 - 21:10

Nezumi a écrit:
Sophie a écrit:
J'ai lu Nocturne Indien qui m'a plutôt ennuyée et pas du tout envoûtée.
Mais je crois qu'il existe un film tiré de ce roman, qu'il m'intéresserait de voir.

Oui, pas mal du tout (je l'ai vu il y a un bail!). Un film d'Alain Corneau avec Jean-Hugues Anglade, si je ne me trompe pas.

Franchement, ni le livre ni le film ne m'ont emballé. Je n'ai pas detesté, mais pas été follement passionné non plus. Des souvenirs un peu mitigés quoi. Alors j'hésitais un peu à poursuivre la découverte de l'auteur.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Dim 2 Mar 2008 - 21:17

Les goûts sont dans la nature. Pour ma part, ce qui m'inspire dans l'âme de Tabucchi et de Pessoa, c'est ce genre d'image mentale et visuelle qui me semble quelque peu entre le doré et le grisâtre pour ensuite se transmuter dans des couleurs d'un bleu éclatant. Tabucchi donne un peu de bras à Pessoa qui verse dans des histoires très, très polyphoniques, qui peuvent décourager à la fin. Mais Tabucchi rend un peu ce qui fait l'essence de Pessoa. D'ailleurs, j'aime beaucoup explorer le patrimoine finlandais et portugais-brésiliens, parce que ce sont deux univers linguistiques intéressants en même temps qu'appelant à quelques pays aux caractères colorés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Dim 2 Mar 2008 - 23:09

jack-hubert bukowski a écrit:
Pessoa ...Pessoa...

Allez...les amateurs de Pessoa...Venez enrichir son fil su Parfum de Livres!content

jack-hubert bukowsky a écrit:
moi qui suis un insomniaque aigu.

Et un autre insomniaque sur Parfum de livres!cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Antonio Tabucchi   Sam 31 Mai 2008 - 17:02

Antonio Tabucchi vient de publier un recueil de choniques parues dans la presse entre 2000 et 2006. Dans la presse essentiellement espagnole, aucun journal italien n'ayant accepté de les publier. Signe des temps !
Tabucchi montre comment dans l'Italie d'aujourd'hui, un président de la république, peut en 2001 réhabiliter la république de Salo musolinienne.
Comment un Etat s'allie à la pire vermine : mafia, fascisme, Loge P2, services secrets étrangers, et commet des crimes contre ses propres
citoyens...
Au centre de ce recueil, la trajectoire de Giuliano Ferrara, d'abord cadre du PCI, puis devenu anti communiste, journaliste d'extreme gauche et enfin informateur de la CIA. En 1986, Berlusconi rachète le journal où écrit
Ferrara et le fait entrer à la télé italienne où il va orchestrer des campagnes de diffamation.

Qui est Ferrara dit Tabucchi ? "Un masque italien".
"Quand on se tait sur les crimes du fascisme et que Salo frappe à la
porte du Parlement, on ne peut plus continuer ainsi, meme par jeu..."

Depuis Berlusconi a été réélu, et jeudi dernier, à Naples, la police a raflé quelques trois cents tziganes, avec l'aide de la population...

L'histoire continue ou se répète...

Au pas de l'oie : Antonio Tabuchi. - Ed. du seuil, 2008
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Sam 31 Mai 2008 - 18:33

bix229 a écrit:

Au pas de l'oie : Antonio Tabuchi. - Ed. du seuil, 2008

Intéressant! Merci pour l'info. Je note ce titre et vais aller le feuilleter dès que possible...
Revenir en haut Aller en bas
Nitya
Posteur en quête


Messages : 93
Inscription le : 26/05/2008
Age : 34
Localisation : Luxembourg

MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   Mer 4 Juin 2008 - 16:38

J'ai adoré REQUIEM, puisque j'adore Pessoa content , mais j'ai aussi savouré Nocturne indien ,sympa aussi, et franchement pas ennuyant du tout... aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Antonio Tabucchi [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Antonio Tabucchi [Italie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» La storia dell'Unità d'Italia per ragazzi a fumetti - L'histoire de l'unification de l'Italie pour les enfants en bande dessinée
» l italie a moto
» Recherche d'un emploi d'ingénieur système orienté Linux... En Italie
» venise (italie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: