Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Jack London

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyMar 11 Oct 2011 - 18:05

Ton commentaire souligne bien la variété et la profondeur de ces nouvelles, qui surprendront sûrement ceux qui ne connaissent que le Jack London
de Croc Blanc et l'Appel de la Forêt.
Je suis bien d'accord, ce recueil peut être qualifié de remarquable...Ce qui est troublant aussi, c'est que ces nouvelles toutes plus ou moins consacrées au bilan d'une vie, soient la dernière oeuvre parue de son vivant. Bizarrement, elle est restée inédite en français jusqu'à l'an dernier.
Revenir en haut Aller en bas
LaurenceV
Agilité postale
LaurenceV

Messages : 813
Inscription le : 25/02/2007
Age : 36
Localisation : Liège

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyMer 19 Oct 2011 - 22:11

Dans La croisière du « Snark », Jack London nous entraîne dans son projet fou de faire le tour du monde en voilier, décision prise sous un coup de tête. Jack London, sa femme et un ami se lancent dans la construction du voilier qui devra les emmener sur les mers du monde. Mais voilà, construire un bateau quand on n’est pas marin n’est pas chose aisée et il y aura une tonne de problèmes. Et puis le voyage du Snark n’ira pas plus loin que l’Australie. Malgré ça, il en aura vécu des choses, connu des mers, vu des paysages… Jack London nous raconte dans les différents chapitres la construction du voilier, la vie à bord, les rencontres sur les différentes îles (notamment avec les lépreux), la navigation, les maladies… C’est un livre foisonnant et riche qui donne envie de partir à l’aventure mais qui aussi fait peur. London vit quelque chose d’extraordinaire et d’intense mais en même temps il met sa vie ainsi que celle des autres en danger.

La préface de Jacques Gamblin dans l'éditon Phébus libretto est superbe et permet de bien centrer le personnage et ses ambitions. Elle donne envie de faire comme ce héros qui osa partir à l’aventure en ne connaissant rien et qui mit tout en œuvre pour réaliser ses projets. Jack London est un véritable aventurier, un homme admirable et courageux.

Ce livre est passionnant même si parfois j’ai éprouvé quelques longueurs lorsqu’il parlait de navigation (parce que je n’y connais rien). Il crée l’envie de partir, de vivre une aventure et il nous fait croire que c’est possible à condition de se donner les moyens et de réellement le vouloir.
Un livre à lire si on a soif d’aventures, de mer, de voyage, d’intensité et d’authenticité.

Première rencontre avec London... Réussie... Et puis vint... Martin Eden
Revenir en haut Aller en bas
http://www.autourdelau.be
LaurenceV
Agilité postale
LaurenceV

Messages : 813
Inscription le : 25/02/2007
Age : 36
Localisation : Liège

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyMer 19 Oct 2011 - 22:15

Voilà, je vous livre mon commentaire à chaud de cette lecture époustouflante. Je n'ai pas l'habitude d'écrire un billet directement après une lecture, mais là il le fallait...

Martin Eden ! Martin Eden ! Quel roman ! Je viens de tourner la dernière page de ce roman époustouflant de Jack London et je suis éblouie. Martin Eden m’a transportée. Martin Eden fait désormais partie de ces livres qui m’ont chamboulée, éblouie, tourmentée, fait vibrer. Un inséparable.

Martin Eden de Jack London est le portrait d’un jeune marin, un ouvrier, une brute, qui par amour, et grâce à des dispositions intellectuelles exceptionnelles, se lance dans la lecture et surtout l’écriture. Lui, l’homme de rien, est fasciné par ce monde merveilleux de la bourgeoisie et désire « être à la hauteur » de cette classe. Il se jette à corps perdus dans l’apprentissage de la langue, de la philosophie et de la littérature. Et il écrit, écrit, écrit. Martin Eden ne fait pas les choses à moitié. Martin Eden est un absolutiste. Il a du talent, du génie et une facilité déconcertante. Malgré les refus qu’il essuie, il garde la foi et croit en lui. Il est persuadé qu’un jour ses textes seront reconnus et qu’il pourra alors épouser celle qu’il aime. Jusqu’au jour où…

Martin Eden, roman que l’on pourrait croire autobiographique tant on retrouve des traits de London dans ceux de Martin, est dense et foisonnant, littéraire et philosophique. London offre une réflexion sur la force de travail, sur l’écriture, l’amour, la philosophie, la bourgeoisie et sa morale étriquée, le monde ouvrier et le socialisme. Martin Eden c’est le surhomme en puissance, c’est Nietzsche, c’est la force, le souffle de vie mais aussi la désillusion. Martin Eden est un roman qu’on ne lâche pas, fascinant, intelligent.

Les propos que Jack London met dans la bouche de son héros résonnent en moi. Il met des mots sur mes pensées. Je pourrais presque le prendre comme maître spirituel. Il prône l’individualisme, le vagabondage, la liberté, l’intellect, la force, l’absolu, la Vérité et montre les apparences, les artifices, la vanité des valeurs bourgeoises qui fondent notre société. Je me sens proche de Martin, mais surtout je l’admire. Et par là, j’admire London, cet homme d’une puissance créatrice incroyable, cet homme aux mille vies, cet homme insatiable, qui meurt (volontairement ?) à à peine 40 ans. Ces hommes qui vivent si intensément, qui croient en un absolu, qui chutent brutalement épuisés, rompus, vaincus. Ils me fascinent. M’émeuvent. Me troublent. Me parlent.

Là, je ne peux lâcher London et je vais me plonger dans une biographie de cet auteur vagabond. Si vous voulez découvrir London, lisez Martin Eden.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.autourdelau.be
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyMer 19 Oct 2011 - 22:47

C'est un livre fort, et quand même bien différent de ses autres oeuvres.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
LaurenceV
Agilité postale
LaurenceV

Messages : 813
Inscription le : 25/02/2007
Age : 36
Localisation : Liège

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyJeu 20 Oct 2011 - 11:21

J'avais essayé enfant de lire Croc-blanc mais je n'ai jamais réussi à passer les premières pages qui m'effrayaient... Oui, j'ai vite peur, je sais... Sans doute, le lirais-je avec mon fils. London était pour moi, comme pour beaucoup, un auteur de romans d'aventures... Et Martin Eden, ce n'est pas un roman d'aventures... C'est un grand roman, un roman engagé, un roman sur la création et la vie.

En tout cas, là, je ne lâche plus London avant d'avoir épuisé ce que j'avais dans ma bibliothèque... Et c'est grâce au portail quand même que je me suis décidée à le lire... Excellente et indispensable fonction...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.autourdelau.be
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyJeu 20 Oct 2011 - 13:13

LaurenceV a écrit:
Et c'est grâce au portail quand même que je me suis décidée à le lire... Excellente et indispensable fonction...
en plus de lire tes beaux commentaires, c'est cela qui fait bien plaisir cheers

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
LaurenceV
Agilité postale
LaurenceV

Messages : 813
Inscription le : 25/02/2007
Age : 36
Localisation : Liège

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyJeu 20 Oct 2011 - 13:49

Merci Kena... Je n'en poste pas souvent en plus... Je préfère lire les avis des autres... Mais tu m'encourages à être peut-être plus régulière. En tout cas, je viendrai déposer ici mes autres lectures de London...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.autourdelau.be
Charlie
Agilité postale
Charlie

Messages : 970
Inscription le : 12/01/2010

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyJeu 20 Oct 2011 - 15:25

LaurenceV a écrit:
Merci Kena... Je n'en poste pas souvent en plus... Je préfère lire les avis des autres... Mais tu m'encourages à être peut-être plus régulière. En tout cas, je viendrai déposer ici mes autres lectures de London...

En tous cas, Laurence, tu m'as vraiment donné envie de découvrir cet auteur que je ne connaissais que de nom ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
LaurenceV
Agilité postale
LaurenceV

Messages : 813
Inscription le : 25/02/2007
Age : 36
Localisation : Liège

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyMer 23 Nov 2011 - 20:34

Suite à mon engouement pour Jack London et son Martin Eden, j’ai pioché dans ma bibliothèque un autre texte de l’auteur : La Route aussi intitulé Les vagabonds du rail. J’ai une affection particulière pour les voyages en train. C’est un mode de déplacement romantique mais aussi un moyen de vivre l’aventure. Il y a tellement d’imprévus lorsqu’on voyage en train. Alors, le récit de Jack London autour de son expérience de vagabond du rail m’a intéressé. Jeune homme, Jack London décide de tout quitter pour « brûler le dur », pour prendre la route sans un sou, vagabonder de villes en villes en prenant le train sans payer, en déjouant les différents contrôleurs et policiers, en mendiant ses repas, en vivant à la dure. Jack devient un nomade qui se déplace au gré de ses envies, même si pendant un temps il a suivi l’armée des chômeurs du général Kelly qui traversait le pays d’ouest en est pour manifester à Washington. London est un indépendant et le groupe sert son déplacement. Il en tire de ces mois de vie de hobo un talent de conteurs, un formidable esprit d’invention et des histoires incroyables. Jack London vit ce qu’il écrit.

La Route se compose de neuf courts récits plus ou moins journalistiques, non chronologiques, dégageant une force incroyable et pleins d’humour pour décrire les situations les plus dangereuses et les plus éprouvantes. Il nous invite chaque fois à découvrir un aspect de la vie de hobo : chercher un toit, un repas, la prison, les rencontres, les dangers du rail. Et il nous explique aussi pourquoi il est parti et ce que cette expérience lui a apporté.

Ce récit est moins captivant et moins prenant que Martin Eden. La vigueur de l’écriture de London est bien présente mais le style est plus lourd. Peut-être est-ce dû au fait que les chapitres ont été publiés séparément dans des revues avant d’être regroupés. En tout cas, pour y prendre du plaisir, je les ai lus indépendamment. Comme si, chaque jour, je retrouvais les aventures de London dans le journal.
Jack London est un personnage très intéressant et captivant. Je ne cesse de l’admirer (pour l’instant).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.autourdelau.be
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyMer 23 Nov 2011 - 21:10

A lire aussi un recueil de nouvelles, ¨Patrouille de peche : les pirates de San Francisco".
Revenir en haut Aller en bas
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyJeu 24 Nov 2011 - 7:47

Et Jack London Photographe qui est sorti pour les fêtes

Jack London - Page 2 51pnxn10
Revenir en haut Aller en bas
http://topocleries.wordpress.com/
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyJeu 24 Nov 2011 - 7:52

topocl a écrit:
Et Jack London Photographe qui est sorti pour les fêtes

Jack London - Page 2 51pnxn10
Je l'ai feuilleté l'autre jour, il y a vraiment de très bonnes photos dedans.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
sylvain-
Envolée postale
sylvain-

Messages : 129
Inscription le : 29/05/2011

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptySam 3 Déc 2011 - 15:25

et quel charisme ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyLun 26 Mar 2012 - 10:07

Je remercie Laurence qui m'a fait découvrir ce livre merveilleux... Very Happy

Martin Eden (1909)

Jack London - Page 2 Couv12
A lire comme un roman d’inspiration biographique, Martin Eden s’inspire du parcours de l’écrivain pour construire le récit d’une vie brève, écourtée la vingtaine à peine franchie, mais parsemée d’expériences qui lui donnent une intensité singulière. Elle nourrira la fascination du lecteur à l’égard de Martin Eden mais provoquera également la perte du personnage.

Ce livre nous fait découvrir Martin Eden dans son identité de toujours : celle d’un marin d’Oakland, élevé dans la misère et la crasse ignare, virevoltant de bal en baston et arrosant le tout de whisky et de bière. Ambition dans ce milieu : nulle. Ou presque... Car malgré son absence de velléité affichée, Martin Eden devait bien conserver un attrait, même minuscule, pour la classe bourgeoise et la condition supérieure, sans lequel il ne se serait jamais pris à rêver de rejoindre le milieu bourgeois auquel il sera convié après avoir sauvé Arthur Morse d’une rixe brutale.
La sœur du jeune Arthur, Ruth, de trois ans l’aînée de Martin, lui apparaît comme une divine incarnation. Figure spectrale, éthérée, esprit pur dans lequel s’incarnent toutes les connaissances littéraires et culturelles que Martin lui-même aimerait détenir et maîtriser complètement, elle magnifie en sa personne tous les charmes et les mystères de la classe bourgeoise. Martin aime la littérature mais sent les failles qui l’empêchent d’accéder totalement aux connaissances de cet art : son langage châtié, son absence de références et son environnement misérable le maintiennent dans une culture minimale qu’il sent inférieure à ses capacités véritables. Ruth ne se demande pas si elle aime ou non la littérature : elle l’étudie et l’analyse froidement, avec l’assurance inflexible de savoir ce qui est bon ou mauvais. Martin Eden, fasciné par la richesse culturelle qu’il croit apercevoir en Ruth, s’éprend de la jeune fille et décide de combler toutes ses lacunes culturelles pour se mettre à son niveau : celui de la classe bourgeoise. Marre des marins. Son désir de rejoindre les hautes sphères du monde social se sublime dans l’étude littéraire. Amoureux de Ruth ou amoureux de l’ambition ? Ruth, après tout, incarne seulement un idéal…

Martin Eden, brillant et obstiné, s’acharne à l’étude des mois durant. Il engloutit toutes les connaissances que son cerveau peut ingurgiter, ne dort plus que cinq heures par nuit, puis se limite à quatre heures. Grandi par les mots et les idées, il prend peu à peu conscience de la richesse de ses expériences passées et sent qu’il est nécessaire, pour lui et pour les autres, d’en laisser une trace manuscrite. La frénésie d’études devient alors frénésie d’écriture. Les premières altercations avec Ruth surviennent. Martin est confronté à la rigidité de son esprit bourgeois, qui comprend mal l’intérêt des expériences qu’il souhaite relater. Reclus dans sa misère de saltimbanque, il refuse le poste administratif que lui propose le père de Ruth, et s’éloigne par là de la situation sociale digne qui lui permettrait d’officialiser sa relation avec Ruth. Pendant qu’il meurt de faim chez lui, parce qu’aucun des journaux auxquels il envoie ses écrits ne daigne le publier, Ruth Morse s’attendrit de voir les traits de son fiancé devenir moins durs, moins vigoureux, alors qu’ils traduisent, en réalité, la décrépitude d’un corps et d’un esprit. Après des mois de galère, d’une torture aussi bien physique que morale, un journal accepte enfin de publier un texte de Martin Eden. La machine de la reconnaissance et du succès public s’emballe.

Jack London - Page 2 Martin10
L’attrait pour la classe bourgeoise constitue le fil conducteur de ce livre. Sans lui, la déchéance de Martin n’aurait jamais eu lieu. La croissance de son esprit a dévoré intégralement les réserves de son cœur. On sent que Martin Eden demande regrette d’avoir été tenté. Il s’est laissé séduire par les appâts du monde bourgeois et a voulu l’égaler. Malheureusement, issu d’un milieu populaire pauvre, constitué de joies simples et de douleurs vives et épuisantes, la constitution d’un esprit bourgeois produira en lui l’émergence d’une pensée unique, distanciée mais autodestructrice.
Plus Martin acquiert de nouvelles idées, plus il prend conscience des limites de la pensée bourgeoise. Celle-ci, coupée de nombreuses réalités, ne se prive pourtant pas d’émettre des jugements sur tous les sujets qu’elle peut nommer, y compris ceux dont elle n’a aucune expérience. Martin Eden qui, à travers Ruth, essaie de transmettre ses idées personnelles à l’esprit bourgeois, ne recevra qu’un mépris qu’il nourrira ensuite à l’égard de Ruth et de ses semblables.

Au-delà de la critique sociale, Martin Eden évoque l’ambivalence de la littérature. Le pouvoir des mots permet d’extirper l’esprit de sa misère crasse. L’homme s’élève et croit pouvoir s’élever en toute démesure. Pourtant, passée une certaine limite, il se met à dégringoler sur l’autre versant de la pente. C’est ce qui arrive à Martin Eden. Tiraillé par toutes les idées contradictoires qu’il a ingurgitées, et finalement anéanti par la diversité de points de vues qui se valent tous, qu’ils soient brillants ou médiocres, Martin a acquis une clairvoyance telle que plus personne ne peut le comprendre. Suscitant l’incompréhension de la classe bourgeoise, il essaie de retourner parmi ceux de son milieu. Malheureusement, un gouffre les sépare. Devenu monstrueux à cause d’une connaissance acquise trop rapidement, Martin Eden n’arrive plus à apprécier ce qui avait fait son bonheur d’antan : les filles faciles, les bals, les bagarres, la camaraderie… Bien nulle part, seul partout, même les livres ne le réconfortent plus. Font exception ces quelques vers :

«De trop de foi dans la vie,
De trop d’espoir et de trop de crainte
Nous rendons grâce en une brève prière
Aux Dieux qui nous en délivrent.
Et grâce leur soit rendue
Que nulle vie ne soit éternelle.
Que nul mort ne renaisse jamais,
Que même la plus lasse rivière
Trouve un jour son repos dans la mer. »

Même si Martin Eden évoque Nietzsche à de nombreuses reprises, prenant pour idéal le surhomme élevé au-dessus de la faiblesse humaine, il n’en fait pas un éloge absolu. Le surhomme échoue, là où le reste de l’humanité parvient encore à prendre son pied.
Martin Eden est d’un désespoir et d’une mélancolie éprouvants : parce qu’on suit le personnage de ses débuts naïfs et ambitieux jusqu’à sa fin rageuse, on prend conscience des ravages d’une culture barbare qui ne se veut pas seulement culture pour elle seule, mais culture comme signe extérieur d’appartenance sociale. Ce livre, éclairé comme son personnage principal, invite à l’ouverture d’esprit et à une distanciation critique qui aujourd’hui encore font écho à notre quotidien.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
http://colimasson.over-blog.com/#
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 EmptyLun 26 Mar 2012 - 10:14

Immense livre...très beau commentaire, Colimasson.
J'ai rarement ressenti de manière aussi forte l'évanouissement d'un idéal brisé par son propre orgueil. Martin Eden conserve jusqu'au bout une conscience de soi, avec une lucidité qui ne lui permet pas de supporter un échec. Le regard de Jack London oscille entre fascination et rancoeur, ce qui donne à l'oeuvre une densité exceptionnelle jusque dans ses apparentes contradictions.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Jack London - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jack London   Jack London - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jack London
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» je suis le cœur brisé de jack ? YANN
» lits superposés avant 6 ans
» Jack Foley - E/506th
» Jack Womer reposera à Brévands

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: