Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ivo Andric [ex-Yougoslavie]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Jeu 6 Mar 2008 - 19:10

Ivo Andrić 1892-1975



Ivo Andrić appartient à une espèce semble-t-il définitivement disparue: c'était un écrivain yougoslave écrivant en serbo-croate. Né de parents croates catholiques, il est venu au monde dans le village de Dolac, près de Travnik, en Bosnie. Sujet autrichien pendant les premières années de sa vie, il passera la plus grande partie de celle-ci en Serbie, en ardent défenseur de la Yougoslavie en tant que la moins mauvais solution politique à la complexe situation des Balkans.

Mais reprenons les choses au début, c'est à dire à sa naissance en 1892.Ses parents sont d'origine modeste et de père d'Ivo Andrić décède alors qu'il n'a que deux ans. Sa mère le confie alors à sa tante, Ana dont le mari polonais est chef de la gendarmerie à Višegrad sur la Drina, à la frontière de la Bosnie, faisant encore partie de l'empire autrichien et de la Serbie. Il étudie au lycée de Belgrade, s'engage dans l'organisation « Jeune Bosnie » luttant contre l'Autriche, commence à écrire, étudie un peu à Zagreb et à Vienne, avant d'aller à l'université de Cracovie (à l'époque autrichienne), il dira d'ailleurs « c'est à la culture polonais que je dois le plus », et soutient un doctorat à Gratz sur « La vie spirituelle en Bosnie sous les Turcs ».

Après la première guerre mondiale, qui balaie la domination autrichienne sur la région, et pendant laquelle il a connu la prison autrichienne et l'exil, il entre en diplomatie au service du royaume de Yougoslavie, ce qui lui permettra de voyager et d'apprendre des langues étrangères. Il était en poste à Berlin lorsqu'Hitler attaqua la Yougoslavie. Il rentre alors à Belgrade, refuse de prêter allégeance au régime pro-nazi de Nedjic, ses écrits sont interdits de publication pendant qu'il se consacre à la rédaction de ses oeuvres les plus importantes.

Après la deuxième guerre mondiale, il entre au parti communiste yougoslave, il a été député, président de l'Association des écrivains serbes. Sauf quelques brèves interruptions, il a vécu à Belgrade jusqu'à sa mort en 1975.

En 1961 il est lauréat du prix Nobel, ce qui permet à son oeuvre de bénéficier de nombreuses traductions en Europe, Etats-Unis, mais aussi en Turquie et dans les pays arabes.

Son oeuvre est très diverse, il a commencé par la poésie, puis pendant son emprisonnement durant la première guerre mondiale, il a conçu Ex ponto, une sorte de journal intérieur. Il s'attaque à la nouvelle après la première guerre mondial, genre qu'il va affectionner tout particulièrement jusqu'à la fin de sa vie. Enfin pendant la seconde guerre mondiale, il conçoit deux romans, qui seront ses oeuvres les plus lues, Le pont sur la Drina et Les chroniques de Travnik. Il a également écrit de nombreux essais. On peut trouver sans problème en français les deux romans précédemment cités, ainsi qu'un certains nombre de recueils de nouvelles.

Comment définir son oeuvre de fiction ? Elle se situe pour l'essentiel en Bosnie, et à des époques qui précédent l'époque où elles ont été écrites, et à plus forte raison la nôtre. Elle décrit la vie des différentes communautés de cette région balkanique, avec les moeurs, les croyances, les coutumes particulières à chacune d'entre elles, mais avec comme point commun la part de l'humain universel, qu'elles partagent toutes, parfois bien malgré elles. Les événements sont les événements essentiels de toute vie humaine, amour, haine, ambition, appât du gain, générosité, croyance en des idéaux plus importants que le bonheur individuel, avec les grands événements de l'histoire qui viennent balayer les projets, espoirs, aspirations des femmes et des hommes.

Agnès Rebattet dans l'Encyclopediae Universalis résume ainsi cette oeuvre:
L'oeuvre de Andrić « ..se situe en dehors de tout courant littéraire. Le réalisme même qui semble s'en dégager n'est qu'une illusion. En effet, si la plupart des récits sont élaborés à partir de données historique rigoureusement exactes, ils n'en sont pas moins situés hors du temps, affranchis de toute limite par l'imagination de l'auteur, auquel ils n'offrent qu'un prétexte à peindre des destinées humaines » Une citation de l'auteur lui-même: « Ne sommes-nous pas confrontés, dans le passé comme dans le présent, avec les mêmes notions et les mêmes problèmes. »
« Il puisait dans un fond historique d'une exceptionnelle richesse qui lui permettait de créer des destinées d'une portée universelle »

Une autre citation, de Predag Matvejevitch, tiré d'un article du Monde des livres:
« Peu de narrateurs ont réussi comme lui à substituer à l'ancien roman historique ce que nous appellerions le roman de l'histoire : l'histoire est, dans le premier, un cadre ou un simple décor, servant de toile de fond à l'évocation et au récit; dans le second, elle devient la matière et la substance même de l'oeuvre romanesque. Tolstoï le premier, dans Guerre et Paix, a donné un grandiose exemple de cette manière de procéder. »


Notons qu'à l'heure actuelle, après l'éclatement de la Yougoslavie, Andrić n'est guerre à l'honneur dans les contrées qui l'ont vue naître. Les Croates lui reprochent d'avoir trahi sa nation, les nationalistes bosniaques d'avoir dépeint les supplices des populations chrétiennes pendant l'occupation turque, et les Serbes tentent de l'assimiler complètement, sans tenir compte des ses identités multiples. Il est d'autant plus urgent de le lire, pour essayer de comprendre un peu toute cette complexité, née des siècles d'histoire, dans cette partie du monde si proche de nous.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Jeu 6 Mar 2008 - 19:11

Le pont sur la Drina / traduit par Pascale Delpeche



Le récit de ce livre nous entraîne à Višegrad, petit bourg de Bosnie, à la frontière avec la Serbie, où Ivo Andrić lui-même a vécu quelques années. Le roman est centré sur le pont du titre, de sa construction au XVIem siècle, jusqu'au bombardements qui vont l'atteindre en 1914. Et entre temps, il en aura vu des choses ce pont, car sur la kapia, petite place située dans le milieu du pont se concentre une large part de la vie publique de la communauté, et plus exactement des communautés. Les musulmans, orthodoxes, catholiques, juifs, cohabitent, sans se mélanger, chaque communauté a ses règles, son histoire, ses drames, ses souffrances qu'elle n'hésita pas à faire payer aux autres lorsqu'elle en a les moyens.

Et les personnages se succèdent dans les tempêtes de l'histoire. Et tout d'abord, le constructeur du pont, Mehmed Pacha Sokoli, enfant chrétien enlevé par les Turcs en guise de tribut, devenu grand vizir, et qui décida de construire à cet endroit qu'il avait connu enfant un pont. Et tous les autres, qui se succèdent dans les siècles tourmentés. Les générations passent, et seul le pont résiste au temps, image de la beauté durable du rêve de l'homme qui défie le destin qui l'emporte dans le néant. Et à cette force immuable, s'opposent les vains et éphémères désirs des hommes, leurs haines et ambitions.

Les communautés vivent en s'ignorant, en profitant des moments où elles ont le dessus sur les autres, sans essayer de comprendre ni encore moins d'accepter l'autre. Des siècles de haines et de souffrances, sans aucun véritable dialogue.

Difficile après cela de parler de réconciliation et d'amitié entre les peuples, il faudrait arriver pour cela à dénouer des noeud de ressentiment tellement vieux, qu'ils ne semblent pas avoir de début.

Et tout cela est magnifié par l'écriture d'Andrić, si simple et si modeste à première vue, mais si on si penche de plus près, d'une grande recherche et poésie, d'une limpidité de cristal, d'une grande clarté et évidence.
Une lecture essentielle, pour essayer de comprendre peut être un peu une partie de notre continent, mais surtout pour le plaisir de suivre un grand conteur (lors de son discours du Nobel, pour décrire son art il évoqua les Mille et une nuits)nous dérouler des histoires venues du fond des âges, et qui semblent ne plus avoir ni patrie, ni datation.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Ven 7 Mar 2008 - 16:50

La chronique de Travnik / traduit par Pascale Delpeche



Travnik est une petite ville bosniaque, près de laquelle est né Ivo Andrić. Travnik c'est nul part, juste une toute petite bourgade loin de tout, dans laquelle les rumeurs du monde mettent des années à parvenir, et dans laquelle rien ne semble avoir bougé depuis l'origine du monde. Mais même ce genre d'endroits ne peut échapper complètement aux mouvements de l'histoire. Et c'est ainsi qu'en l'an 1807, les événements qui se passent en Europe, et plus précisément les guerres napoléoniennes, trouvent un écho à Travnik. La France décide d'ouvrir un consulat dans ce coin reculé de l'Europe. Jean Daville, diplomate, qui a vécu les événements de le Révolution et les premières années de l'Empire y est nommé. Mais ce genre d'événements ne peut laisser sans réaction les autres puissances européenne: l'Autriche décide d'ouvrir à son tour un consulat, cristallisant les espoirs de la population catholique, quand aux orthodoxes, ils rêvent à l'apparition des Russes.

Et et le roman va nous conter le séjour de ces étrangers en cette terre si loin de ce qu'ils ont connu, et en premier lieu celui-de Jean Daville qui va passer le plus de temps à Travnik. L'homme est blasé, il a connu trop d'évolutions politiques, il a cru à la Révolution, à Napoléon, et maintenant il doute de tout et surtout de lui-même. Il ne s'adaptera jamais à Travnik ni à la vie qu'il doit y mener, entre intrigues pour rentrer dans les bonnes grâces de vizirs successifs, les petites machinations pour prendre l'avantage sur le consul d'Autriche, et l'hostilité viscérale des autochtones vis à vis de ces étrangers, qui ne peuvent rien apporter de bon, puisque pendant des siècles, tout changement était synonyme de désastre pour ces populations. Le seul refuge et la seule consolation du consul Daville est la rédaction d'un poème épique consacré à Alexandre, alors que se joue le destin de la Bosnie, entre le déclin de l'empire ottoman, les guerres entre les puissances européennes, la montée des insurrections serbes, sur un fond de haines raciales et religieuses, et d'une confrontation entre l'Orient et l'Occident.

Ivo Andrić, maître conteur, un peu dans la tradition de conteurs orientaux,nous déroule toute cette histoire, en prenant le temps de s'arrêter pour regarder les gens, leurs petites joies et grandes souffrances, occulter les soubresauts de l'histoire en marche.

Les premiers paragraphes pour vous donner un petit aperçu du style de l'auteur:


Citation :
Au début de l'année 18207, il commença à se produire à Travnik des choses étranges comme on n'en avait jamais vues jusque-là.

Personne, à Travnik, n'avait jamais pensé que c'était une ville destinée à connaître une vie normale et des événements ordinaires. Personne, pas même le dernier des péquenauds sur la pente de la Vilenica. Ce sentiment profond d'être destinés à être quelque chose de meilleur et de supérieur au reste du monde, imprégnait tous les Travnikois autant que le vent froid soufflant de la Vlašica, l'eau coupante du Šumeć, le blé « doux » des champs ensoleillés entourant la ville, et il ne les abandonnait jamais, ni dans leur sommeil, ni dans la misère, ni sur leur lit de mort.

Cela valait avant tout pour les Turcs qui vivaient dans la ville même. Mais le petit peuple des trois confessions, dispersé sur les versants escarpés à la lisière de la ville ou entassé dans le faubourg, était lui aussi pénétré du même sentiment, seulement à sa façon et en accord avec sa situation. Cela valait également pour leur ville elle-même, dans la situation et la disposition de laquelle il y avait quelque chose de particulier, de singulier et de fier.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Sam 8 Mar 2008 - 14:51

Contes de la solitude / traduit par Sylvie Ckakic-Begic




Le narrateur, l'auteur lui-même nous parle depuis la ville de Sarajevo, d'une petite maison avec balcon. Des personnages viennent le solliciter, d'anciens habitants de la ville, pour qu'il nous narre leurs histoires, petites ou grandes, de personnes illustres ou d'obscures sans grades, qui ont fait cette ville. Et les différents récits se succèdent, ayant pour cadre les mêmes lieux.

Citation :
Non seulement les gens m'agressent de leurs cris, de leurs rires indiscrets, paradent et laissent piétiner leurs chevaux sous mes fenêtres, non seulement ils se servent du poids moral de leurs patronymes historiques et de leur notoriété-ils n'appartiennent pas à la même époque ni par leur leur destin ni par leurs origines. Ils sont de partout et de toutes les sortes. Ils n'ont en commun que le seul fait de se réunir-,mais parfois, autour de cette maison de Sarajevo qui est la mienne, ils laissent aussi des traces invisibles mais bien réelles, suffisamment vivantes pour perturber une matinée destinée à d'autres occupations, tentant par tous les moyens d'occuper mes pensées et d'attiser mon imagination.


Le titre correspond parfaitement au contenu et l'esprit du livre, plus que de nouvelles, il s'agit de contes, peut être un peu plus dans l'esprit des contes philosophique du XVIII siècle que de contes de fées:

Citation :
Il était une fois un prince-il a vraiment existé, je ne dis pas cela uniquement pour raconter quelque chose-,qui avait les yeux tristes et possédait une petite principauté. Son pays était vraiment petit, si petit que quand il rêvassait pendant sa promenade de l'après-midi, il dépassait toujours les frontières et pénétrait dans le pays voisin. Voilà à quel point sa principauté était petite, plus petite qu'une honnête promenade. Ses yeux étaient vraiment tristes. Beaux, noirs, assombris de longs cils, le blanc légèrement bleuté comme chez les jeunes veaux ou les filles phtisiques de province. Les femmes disaient que ces yeux « parlaient »; les hommes se taisaient.


Solitudes, car tous ces personnages sont tristes, vivent des épreuves, seuls,toute une vie, ou au moins une partie de celle-ci: une jeune fille qui a passé sa vie au service d'une riche famille à élever des enfants qui n'étaient pas les siens, ce géomètres qui n'a pas réussi à communiquer avec sa femme et qui s'est suicidé à ne pouvoir dire sa souffrance, ce puissant vizir, entouré toute sa vie de courtisans et d'enfants, mais mort déchu abandonné par tous. Car tous, puissants ou petites gens, célibataires ou père de famille nombreuse, lorsque la mort frappe à la porte, l'homme se retrouve toujours seul pour l'affronter.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lekhan
Main aguerrie
avatar

Messages : 324
Inscription le : 20/08/2007
Age : 28
Localisation : Poitiers-Biarritz

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Sam 8 Mar 2008 - 14:54

In Collines:
Citation :
"Je m'approche de la sentinelle en faction au carrefour, et je lui demande la rue du Sauveur..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 55
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Visages   Dim 10 Aoû 2008 - 22:37

Visages

J'ai aimé le "Pont sur la Drina" car il nous fait entrer dans la complexité de l'histoire sur les Balkans, et cela me semble urgent (Il y a une telle ignorance - chez moi inclus - de toutes les facettes). Arabella a trouvé des mots si justes pour en parler!
Quelle bonne trouvaille - à l'époque - d'ordonner le récit autour d'un monument, édifice! Tandis que celui-ci ne bouge pas (ou change peu), le monde autour va tantôt dans l'une, tantôt dans l'autre direction!

Mais ce qui m'a franchement surpris c'était de découvrir, à coté donc des grands romans, les nouvelles, dont un recueil était proposé plus haut et dont il y a un autre recueil: Visages. Ces nouvelles nous font découvrir des scènes de la vie, des caractères de ces contrées. J'en garde un très bon souvenir!!! Et j'avais prénoté à l'époque "Les contes de la solitude" pour continuer l'aventure.

Ces deux livres - si je m'en souvien bien - ont des couvertures très bien faites! Bravo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Lun 11 Aoû 2008 - 9:05

Je suis ravie de voir que je ne suis pas la seule à aimer Ivo Andric, c'est vraiment un auteur que je trouve trop peu connu en France, et qui mérite pourtant tellement que d'être lu.
Je suis tout à fait d'accord au sujet des nouvelles, elles sont surprenantes et passinnantes. Je compte continuer à les lire, Visages, mais aussi Titanic et autres contes juifs de Bosnie, Mara la courtisane, L'éléphant du vizir... Et j'ai la chance d'avoir dans ma médiathèque un certain nombre de titres épuisés, je ne vais donc pas m'arrêter de lire Ivo Andric.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Mar 19 Mai 2009 - 20:56

Contes de la solitude

quatrième de couverture a écrit:
Qu'il évoque la révélation mystique d'un vizir déchu, la tragédie d'un menteur invétéré, les frasques d'un aventurier français en pays ottoman, la fin d'un prince aux yeux tristes, qu'il s'attache aux humbles et tragiques destinées d'un directeur de cirque malheureux en amour, d'une prostituée au grand cœur, d'un géomètre jaloux ou d'une esclave qui préfère la mort au déshonneur, c'est avant tout l'homme qui passionne et bouleverse Ivo Andrié - dans son infinie grandeur et ses innombrables petitesses, du cher Sarajevo de l'auteur au sud de la France, des époques légendaires jusqu'à nos jours.

Une excellente préface pour présenter l'auteur et sa réserve, un prologue à mourir qui présente la "maison" et l'écriture... puis des petites nouvelles, comme des visiteurs de cette maison et une partie de leur histoire. Une atmosphère changeante d'instants de cette maison et d'instants des souvenirs. Des nouvelles polymorphes qui dessinent doucement et avec précisions ces visiteurs, forces et faiblesses en alternance, sans rancoeur ni méchanceté. Ils sont livrés simplement en eux mêmes. Les "affreux" sont humains aussi et la grande acceptation "calme" de leur humanité est apaisante. Le regard pénétrant et la manière d'amener les évolutions de caractères, de dévoiler les noeuds de ces personnages de toutes les époques conduit à une humilité certaine, à un temps d'arrêt dans notre guerre quotidienne avec le monde qui doit bien sommeiller quelque part.

Le jeu du ryhtme de ces nouvelles, rythme de conte et d'histoire au meilleur sens du terme, et l'atmosphère de souvenir, de mélancolie, de retour sur soi aussi... pour les personnages comme pour le narrateur/auteur de la maison... c'est un bonheur. Si par hasard, la fatigue vous guette et que vous vous retrouvez entre votre univers et celui d'une lecture incertaine, ce sera bercé par la douceur de cet univers pourtant souvent terrible que vous glisserez sereinement entre ces deux eaux.

Le seul petit regret est que l'assemblage du receuil semble vraiment moins homogène à la fin, on perd le décor de cette maison notamment. L'ensemble est fabuleux et enrichissant, d'une très grande qualité, et en plus on apprend un peu sur l'histoire de cette région de Bosnie-Herzégovine aux influences multiples et tumultueuses bien que ce qui prédomine soit une impression des gens eux-mêmes, des sentiments (à travers leur solitude) qui les constituent.

Ca donne très envie d'aller plus loin. La préface fait un rapprochement très justifié avec les Mille et une nuits, entre l'émerveillement de la narration et la sagesse du contenu on est à la croisée de nombreux chemins.

Singulier et forçant le respect.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Mar 19 Mai 2009 - 22:43

Tu rends d'une façon très juste l'ambiance de ce livre Animal.
J'ai lu trois livres d'Andric, à chaque nouvelle lecture j'appréciais encore plus l'univers de l'auteur, donc il n'est pas question de m'arrêter là. J'ai d'ailleurs Contes au fil du temps dans ma PAL.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Mar 19 Mai 2009 - 22:51

il n'y aurait pas eu de fil, il n'y aurait pas eu de lecture (de si tôt en tout cas). Et pour la qualité (pas d'autre mot) et ce que ça apporte, ça se range dans les expériences significatives de lecture avecle mélange de "promenade" (comme on se fait promener par un auteur doué) et d'horizons nouveaux. d'horizons "importants". Un gros MERCI pour ce fil (un de plus) singe

j'ai oublié le mot "chance", chance de pouvoir lire des textes comme ceux là.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Mer 20 Mai 2009 - 0:41

Andric représente à lui seul toute la complexité des peuples de l' ex-Yougoslavie.
Né croate et catholique, il est devenu serbe sur son passeport et il a vécu
en Bosnie Herzégovine.
On sait qu' il a toujours plaidé pour l' unité des peuples serbes et croates.
C' est un peu ce que lui reprochent les Bosniaques d' origine musulmane, grandes victimes de la guerre récente dans l' ex Yougoslavie.
Ils lui reprochent de les avoir méconnus soit de les avoir brocardés.
Mais Arabella a raison, il faut lire l' oeuvre. On comprend mieux, au delà des polémiques comment vivaient les membres de ces communautés
en Bosnie.
Bien avant le conflit récent mais encore avant la Deuxième Guerre mondiale.
Je pense au roman Il est un pont sur la Drina.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Mer 20 Mai 2009 - 7:18

Andric en effet nous parle d'un monde que l'on connaît mal, de l'univers des Balkans avec le mélange des peuples et une histoire pour le moins complexe.
Mais en même temps il est avant tout un écrivain, et ce qui est important avant tout, ce qui fait que l'on le lise et qu'on y prennent plaisir, c'est son art de l'écriture, son style, de conteur, cette façon de dire d'une façon personnelle, tout en ruptures, en morceaux. Il ne faut pas le réduire à être témoin, ou introducteur à un monde exotique, ou uniquement pour comprendre un contexte géo-politique.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Mer 20 Mai 2009 - 22:12

petit extrait (qui aurait mérité que je prenne un peu avant mais... ) :

Citation :
Je l'écoute longtemps et avec attention, sauf qu'il m'arrive parfois de vouloir lui couper la parole et lui dire ce que j'en pense. Oui, cela m'arrive, mais je ne lui dirai rien, car je n'interromps le récit de personne et ne corrige personne, encore moins un malheureux parlant de son malheur. Et où en serai-je si je le faisais ? Alors, il n'y aurait pas de récits. Et chaque récit, à sa manière, à un certain moment, est sincère et véridique; et c'est ainsi qu'il faut le prendre et l'écouter. C'est pourquoi, dans le piétinement de la colonne qui s'éloigne, j'écoute le message douloureux et indistinct de l'ancien "petit empereur d'Herzégovine", et continue longtemps à penser à ce genre d'hommes. Ils ne se résignent jamais, à rien. Même après la mort, quelque chose semble demeurer de leur passion et de leur soif de vivre, et influencer, de quelque manière, l'existence des vivants.

je crois qu'il peut donner une belle idée de la manière du livre. c'est même pas 200 pages chez le livre de poche... c'est pas loin d'être cadeau, ça n'embarque pas dans longuement dans une lecture... que de bonnes raisons pour se laisser aller à la découverte.

la seule objection que je veux bien entendre c'est que ça a l'air un peu haché par la ponctuation (et encore), et je réponds tout de suite que le rythme principal de tout ça est beaucoup plus laaarge cat

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Mer 20 Mai 2009 - 22:37

Oui, il est beau cet extrait...

Tu as lu La marche de Radetzky de Joseph Roth ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   Mer 20 Mai 2009 - 22:43

non... je note ! (à tout hasard hein tongue )

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ivo Andric [ex-Yougoslavie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ivo Andric [ex-Yougoslavie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Opérations de guerre] Ex Yougoslavie
» Karachigate
» acti culturelles à l'ulb
» Commémoration du 20ème anniversaire de la mort du LV Eychenne en ex-Yougoslavie.
» Le 21e RIMa en Ex-Yougoslavie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: