Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Colum McCann

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Ven 21 Sep 2007 - 19:09

Je viens de terminer ma première lecture de l'auteur Colum McCann Danseur, et j'ai beaucoup apprécié ce roman construit autour de Rudolf Noureïev.
L'auteur nous le présente aux travers les témoignages de nombreuses personnes très différentes les unes des autres, comme s'il fallait bien multiplier les différents points de vues pour ne fusse qu'essayer d'effleurer la complexité de la personnalité de Noureïev.
Cette façon de passer de la vision et du ressenti d'une personne à l'autre ne m'a jamais perturbée, que du contraire, j'aimais me fondre dans l'esprit des uns et des autres, j'avais le sentiment de mieux le frôler en passant de l'un à l'autre, d'en avoir une vue plus globale, plus ouverte sur sa personne.
Et malgré cette multiplicité des témoignages, nous avons toujours l'impression que Noureïev nous échappe encore et à jamais, et ce pour ma plus grande satisfaction… mon imagination ne pouvait qu'essayer de combler les manques et les non-dits.
Pourtant, l'auteur ne nous épargne pas les côtés les plus sordides de Noureïev, sans toutefois arriver à nous en détourner.
Comme si nous comprenions tous qu'il fallait bien cette excessivité là pour combler ce gouffre sans fond que laissait le vide de son exil.

Noureïev ou l'inaccessible étoile.

Je n'ai jamais lu de biographie de Noureïev mais je pense sans me tromper qu'aucune ne parviendra à lui donner chair comme Colum McCann.

J'ai vraiment hâte de lire d'autres romans de cet auteur !


Citation :
La magie d'une danse, jeune homme, est quelque chose de purement accidentel. Ironie du sort, il te faudra travailler plus dur que tous les autres pour que cet accident arrive. Et, s'il arrive, tu peux être sûr que c'est la seule chose de ta vie qui ne se reproduira pas. C'est pour certains une condition malheureuse, mais pour d'autres la seule extase.
Peut-être, dans ce cas, devrais-tu oublier tout ce que je t'ai dit et ne te rappeler que ceci : la vraie beauté de l'existence est qu'elle peut, parfois, se montrer.


Citation :
Regrettez-vous quoi que ce soit, monsieur Noureïev ?
Tout compte fait, et toute parole bue, je ne changerais rien, à la fin, de ce que j'ai dit ou fait. Quand on regarde derrière soi, on se casse la gueule dans les escaliers. Voilà qui est très philosophique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Lun 1 Oct 2007 - 15:13

coline a écrit:
Nezumi a écrit:

Je sens que je vais craquer et aller acquérir Zoli...

Bon...alors j'attends ton avis avant de craquer moi aussi... Wink

Et bien moi j'ai craqué tout court ! Me le suis offert hier alien
La lecture de Danseur a levé toutes mes hésitations Basketball

Je vous tiens au courant, puis je le mettrai en cerclage Wink
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Colum McCann   Lun 1 Oct 2007 - 19:39

sentinelle a écrit:


Je vous tiens au courant;)

J'attends ton avis alors... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Mer 3 Oct 2007 - 16:09

ZOLI




Article paru dans le journal Le Soir, vendredi 28 septembre 2007

Plongée dans l’histoire des Roms avec Colum McCann. « Le déclic du roman a été la photo de la poétesse tzigane Papusza », nous dit l’auteur.
Dédié à son épouse, « sa meilleure lectrice », à ses enfants et à tous les bibliothécaires du monde – parce qu’il a passé « une année en bibliothèque avant de commencer à imaginer et à écrire cette histoire » –, Zoli, le nouveau roman de l’Irlandais Colum McCann, est une fantastique plongée dans l’univers des Tziganes.

Un monde qu’on ne connaît finalement que par clichés interposés, un bon point pour la musique, un mauvais pour sa réputation de voleur, mais que Zoli fait découvrir de l’intérieur, dans une éblouissante fiction inspirée par la réalité. « Le point de départ du roman, nous explique Colum McCann, a été la photographie d’une femme, Papusza, une poétesse rom qui a été bannie par son peuple. » On y danse, on y chante, on y fête la vie. Mais pas tout de suite, et pas tout le temps.

Après un premier chapitre qui se déroule en 2003 en Slovaquie, où un journaliste aborde les Gitans d’un camp en quête de Zoli – nom au son duquel « l’air se fige, les verres se baissent, (…) le silence caracole » –, on est saisi par l’horreur d’une scène qui s’est déroulée en 1930 dans la Tchécoslovaquie de l’époque. A cet endroit d’un livre à plusieurs voix, multipliant ainsi les points de vue, c’est Zoli qui a la parole. Elle raconte ses souvenirs d’enfance à sa propre fille. Elle a six ans et devine aux traces laissées ce que personne ne devrait deviner. Des soldats fascistes ont encerclé un groupe de roulottes arrêtées sur le lac gelé. Ils y ont allumé des feux jusqu’à ce que la glace fonde et cède… « Je n’étais pas encore en âge de comprendre, ma fille, pourquoi on avait déporté ma famille sur la glace », note l’enfant.

Orpheline, Zoli sera élevée par son grand-père. Il éveillera sa conscience politique, lui transmettra l’histoire de leur peuple, lui apprendra même à lire et à écrire, à la fureur de leur communauté. Une révélation pour celle dont le talent attend. L’écriture, la poésie, la chanson lui donnent des ailes. Devenue l’icône de son peuple, elle rencontre Stephen Swann, un Irlandais qui tombe amoureux d’elle et est fasciné par son talent. Qui la trahira aussi, en imprimant ses textes.

Bannie, elle connaîtra des moments atroces, avant de retrouver un peu d’apaisement dans un camp de réfugiés, puis dans les bras d’un Italien rebelle aux lois. Elle donnera une fille à Enrico, cette Francesca à qui elle écrit et en compagnie de qui son histoire revient au présent, dans un ultime sursaut de femme libre. Quelle révélation que cette fiction !
« Aujourd’hui, avoir de l’empathie est un acte politique »

Entretien

Vous êtes Irlandais, habitez New York et publiez un livre sur les Tziganes de l’Europe de l’Est. Le lien de ce triangle ?

Le lien est qu’il n’y a pas de lien. Mais une expression dit que les histoires du monde appartiennent à chacun. Elle me plaît, parce qu’elle est une ouverture vers les autres et leurs histoires. Je pense que, particulièrement aujourd’hui, avoir une empathie envers les autres est un acte politique.

Le thème du livre est-il alors en lien avec ce qui se passe dans le monde ?

Au départ, je ne voulais pas écrire un roman sur les Tziganes, la xénophobie, le racisme, la marginalisation d’un peuple. Mais plus j’entrais dans le sujet, plus j’ai ressenti, pour la première fois, une responsabilité culturelle. L’histoire des Roms que je raconte est une histoire qui continue. Evidemment, aucune histoire ne finit, mais à voir comment on les maltraite, encore aujourd’hui, j’ai parfois le sentiment que la leur n’a pas vraiment commencé.

Comment est né le personnage de Zoli ?

Zoli est inspirée par Papusza, qui a appris à écrire toute seule, et non avec son grand-père comme dans le livre. A l’époque, pour une jeune femme tzigane, savoir lire et écrire était un tabou énorme – je ne sais même pas à quoi cela pourrait correspondre aujourd’hui. Papusza a été poétesse et a été bannie par sa communauté. En cela, Zoli lui ressemble, mais le reste du livre est de la fiction. Cela a été très dur pour moi de savoir qui elle était. Après deux ans et demi sur le projet, je l’ai laissé tomber parce que je n’arrivais pas à savoir qui Zoli était. J’ai eu deux semaines de chagrin et de souffrance. Tout était dur. Je fichais en l’air plus de deux ans de travail, alors que j’ai des enfants ! Mais tout d’un coup, Zoli est revenue. Sa voix m’est arrivée. Comme si ce temps de peine avait été nécessaire. De tous les personnages que j’ai créés, c’est Zoli qui, aujourd’hui, m’accompagne le plus. Quand elle est revenue, elle est restée !

Comment est née l’idée de l’histoire en boucle, démarrant et finissant aujourd’hui, explorant le passé entre les deux ?

C’était le moyen de montrer que cette histoire continuait encore et que je n’écrivais pas un roman historique – une étiquette qui me met très mal à l’aise.

Lucie Cauwe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Mer 3 Oct 2007 - 18:40

Dans l'interview donnée à Arte, McCann disait qu'il n'écrivait pas sur ce qu'il connaissait déjà, mais au contraire sur ce qu'il désirait apprendre, que l'écriture était pour lui un vecteur de connaissance.
Je trouve cette vision très juste et positive...

Je suis plongée dans Zoli en ce moment et ce roman m'impressionne tellement que j'en rêve la nuit...

Pour ceux qui lisent l'anglais, voici le premier chapitre.
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Colum McCann   Mer 3 Oct 2007 - 20:02

Nezumi a écrit:

Je suis plongée dans Zoli en ce moment et ce roman m'impressionne tellement que j'en rêve la nuit...

Ce n'est pas la première fois Nezumi il me semble Laughing !
Je me souviens d'un rêve que tu nous racontais où tu te retrouvais avec des inscriptions sur les murs narrant ta vie et un ton chat agonisant ou je ne sais quoi... Un vrai scénario de film (en rapport avec le livre lu je crois pale )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Mer 3 Oct 2007 - 20:40

Nezumi a écrit:
Dans l'interview donnée à Arte, McCann disait qu'il n'écrivait pas sur ce qu'il connaissait déjà, mais au contraire sur ce qu'il désirait apprendre, que l'écriture était pour lui un vecteur de connaissance.
Je trouve cette vision très juste et positive...

Je suis plongée dans Zoli en ce moment et ce roman m'impressionne tellement que j'en rêve la nuit...

Pour ceux qui lisent l'anglais, voici le premier chapitre.

Oui, j'ai écouté la fin de l'émission. Je trouvais aussi que c'était très juste ce qu'il disait.

J'ai commencé ce soir Zoli et j'aime aussi beaucoup.
Je crois que McCann est en train de devenir un auteur précieux pour moi, et que je vais lire tous ses romans sans trop tarder drunken
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Mer 3 Oct 2007 - 20:44

aériale a écrit:
Nezumi a écrit:

Je suis plongée dans Zoli en ce moment et ce roman m'impressionne tellement que j'en rêve la nuit...

Ce n'est pas la première fois Nezumi il me semble Laughing !
Je me souviens d'un rêve que tu nous racontais où tu te retrouvais avec des inscriptions sur les murs narrant ta vie et un ton chat agonisant ou je ne sais quoi... Un vrai scénario de film (en rapport avec le livre lu je crois pale )

Oui j'ai tendance à recycler mes lectures en rêve. :)

Mais là ce n'est pas cauchemardesque, heureusement, c'est l'ambiance du roman qui me marque vraiment....
Bonne lecture, Sentinelle !!!

Par contre quelle horreur en effet ce rêve après avoir lu Christopher Priest Sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Lun 8 Oct 2007 - 10:39

Citation :
[p.64] Il y a des choses qui vous arrachent la vie.
Pour l'écriture du roman Zoli, Colum McCann s'est beaucoup documenté sur l'univers des Tziganes en Europe au XXe siècle. Les tziganes tour à tour confrontés au fascisme, au communisme et à la mondialisation, entre les années 30 et 2003. Pour ce faire, nous suivons les étapes du parcours de Zoli à travers la Slovaquie, l'Autriche, l'Italie et la France.

Zoli (inspirée de la poétesse polono-tsigane Papuza) se retrouve bannie des siens après que son amant, contre sa volonté, publie par écrit ses poèmes pour en faire une icône du parti communiste.

Citation :
[p.72] Mon père a dit une fois qu'on ne peut juger le cœur d'un homme sur le pire de ses actes. Seulement, même si c'est vrai, il sera difficile de l'ignorer : en ce qui me concerne, ça s'est passé l'hiver, par un après-midi glacial, à l'imprimerie de la rue Godrova, où je me trouvais avec Zoli Novotna. Je l'ai trahie devant les rotatives. Comme avant, ou après, je n'ai rien fait de pire ou de sensiblement mieux, je dois admettre que ce geste isolé sera peut-être le seul que je laisserai au monde. Il habille en tout cas l'air que je respire chaque jour.

La culture de l'écrit étant prohibée par les tziganes, Zoli va être rejetée de toute la communauté tzigane et s'en suivra une longue période faite d'errances et de solitudes.

Colum McCann est un auteur généreux, et cela se sent à travers son roman.

J'ai aimé suivre le parcours de Zoli, depuis sa petite enfance jusqu'à un âge avancé.
De belles pages parcourent ce récit tout au long des thèmes abordés : le chant, l'amour, la trahison, l'émancipation, l'exil surtout.

Citation :
"Cela dit, je pense que l’exil est une des questions essentielles du XXe siècle, alors que le XXIe posera peut-être celle du retour. Je ne peux pas trouver de personnage qui incarne plus l’exil que Zoli. C’est une femme, dans une culture où la place des femmes n’est pas évidente, c’est une poétesse, ce qui la fait bannir par sa propre communauté, et elle crée à un moment de l’histoire où son peuple est chassé, persécuté."
Extrait d'un entretien de l'auteur


J'ai aimé ce roman mais il manque un petit je ne sais quoi pour être véritablement transportée.
Par comparaison, j'ai préféré son roman précédent Danseur. Les thèmes abordés y étaient plus diversifiés, ainsi que l'importance de la multiplicité des points de vue et des personnages secondaires. Dans Zoli, on reste trop attaché à sa personne et à ses perceptions, tandis que les autres personnages n'ont que peu d'épaisseurs.

Malgré cette critique, qu'on ne s'y trompe pas, Zoli reste un bon roman !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Lun 8 Oct 2007 - 12:01

Je ne résiste pas à vous faire partager un extrait du début du roman, extrait qui marque de son emprunte indélébile toute la suite du récit.

Citation :
Il y a des choses de l'enfance que seule l'enfance connaît. Ce dont je me souviens le plus, c'est de l'arrière de la roulotte quand, toute vêtue de rouge, je regardais défiler la route.
J'avais six ans. J'avais coupé mes cheveux très court en taillant dedans avec un couteau. Je te le dis sans façons, il n'y a pas d'autre façon : je n'avais plus ma mère, je n'avais plus mon père, ni mon frère, ni mes sœurs, ni mes cousins.

Les Hlinkas les avaient rassemblés sur la glace, ils avaient allumé leurs feux tout autour sur la rive, ils braquaient leurs fusils pour qu'ils ne s'échappent pas. Lorsqu'il a commencé à faire moins froid dans l'après-midi, les roulottes, bien obligées, se sont déplacées vers le milieu du lac. Mais la glace a fini par craquer, les roues se sont enfoncées et tout a coulé en même temps, les harpes et les chevaux.

Je n'ai rien vu de tout ça, ma fille, mais j'ai imaginé, le bruit, les cris, et si bien plus tard, la musique est revenue, si notre peuple s'est relevé, si on lui a redonné un moment d'honneur et de fierté, je n'ai jamais cessé d'attendre que ma famille nous rejoigne, ma famille qui était bien morte.

Seuls Grand-Père et moi avons survécu – nous avions quitté le lac trois jours plus tôt et nous étions loin. Le silence nous attendait au retour.
Revenir en haut Aller en bas
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Colum McCann   Mar 9 Oct 2007 - 6:45

Vendu !!! Vous me l'avez vendu, mais EEEEENOOOOrme problème de PAL déjà bien en vue !!

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Mar 9 Oct 2007 - 7:11

Si vous êtes intéressés par la VO, je peux le cercler en anglais Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Mar 9 Oct 2007 - 13:21

Nezumi, j'attends avec impatience ton avis sur le livre Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Mar 9 Oct 2007 - 13:22

domreader a écrit:
Vendu !!! Vous me l'avez vendu, mais EEEEENOOOOrme problème de PAL déjà bien en vue !!
On s'en fiche de la PAL, moi je dis vive les coups de coeur cheers
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Colum McCann   Jeu 11 Oct 2007 - 18:14

sentinelle a écrit:
Je ne résiste pas à vous faire partager un extrait du début du roman, extrait qui marque de son emprunte indélébile toute la suite du récit.

Citation :
Il y a des choses de l'enfance que seule l'enfance connaît. Ce dont je me souviens le plus, c'est de l'arrière de la roulotte quand, toute vêtue de rouge, je regardais défiler la route.
J'avais six ans. J'avais coupé mes cheveux très court en taillant dedans avec un couteau. Je te le dis sans façons, il n'y a pas d'autre façon : je n'avais plus ma mère, je n'avais plus mon père, ni mon frère, ni mes sœurs, ni mes cousins.

Les Hlinkas les avaient rassemblés sur la glace, ils avaient allumé leurs feux tout autour sur la rive, ils braquaient leurs fusils pour qu'ils ne s'échappent pas. Lorsqu'il a commencé à faire moins froid dans l'après-midi, les roulottes, bien obligées, se sont déplacées vers le milieu du lac. Mais la glace a fini par craquer, les roues se sont enfoncées et tout a coulé en même temps, les harpes et les chevaux.

Je n'ai rien vu de tout ça, ma fille, mais j'ai imaginé, le bruit, les cris, et si bien plus tard, la musique est revenue, si notre peuple s'est relevé, si on lui a redonné un moment d'honneur et de fierté, je n'ai jamais cessé d'attendre que ma famille nous rejoigne, ma famille qui était bien morte.

Seuls Grand-Père et moi avons survécu – nous avions quitté le lac trois jours plus tôt et nous étions loin. Le silence nous attendait au retour.

Cet extrait ne donne qu'une envie...Découvrir la suite... study
D'autant que tu as écrit:
"De belles pages parcourent ce récit tout au long des thèmes abordés : le chant, l'amour, la trahison, l'émancipation, l'exil surtout."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Colum McCann   

Revenir en haut Aller en bas
 
Colum McCann
Revenir en haut 
Page 2 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pétition pour la vérité sur l'enlèvement de Madeleine McCann

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: