Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Kitano Takeshi

Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeMer 12 Mar 2008 - 22:35

KITANO Takeshi

Kitano Takeshi Takesi10

(Tokyo, 18/01/1947 - )
Un des grands réalisateurs japonais actuels, Kitano Takeshi a souvent été comparé à Coluche pour ses émissions satiriques provocatrices (dont on retrouve l'esprit dans Getting Any ? - pénible, les titres anglais pour les films japonais).
Il est également acteur de cinéma (Furyo).
Ses films les plus fameux en tant que réalisateur sont Sonatine, Hana-Bi...

Mais comment tout cela a-t-il commencé ? Eh bien, il a quitté l'université et... c'est l'objet de son livre Asakusa Kid.

Ca tombe bien, c'est la critique qui suit ! ... juste après l'entracte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeMer 12 Mar 2008 - 22:35

- Asakusa Kid (1988 ; Le Serpent à plumes, 1999, 261 pages, traduit par Karine Chesneau).

La traductrice prévient, dans son introduction :
Citation :
"Largement émaillé d'argot (style en usage courant autrefois au Japon entre un chef et son subalterne), le récit de Kitano raconte avec de croustillantes anecdotes comment il apprend le métier de fantaisiste pour interpréter des sketchs destinés à s'intercaler entre les numéros de strip-tease. Sketchs dont la trame souvent vulgaire, voire scatologique, provoque des tempêtes de rire parmi le public japonais alors qu'elle peut laisser le lecteur étrranger relativement insensible. Cet état de fait est d'ailleurs une constante dans la littérature japonaise, dont les jeux de mots et niveaux de pensée dont difficilement traduisibles. Ce qui explique sans doute pourquoi le lecteur français considère souvent cette littérature comme sombre et torturée" (pages 9-10).

Ah bon. Si on comprenait mieux, on rirait beaucoup plus ? Tous des joyeux drilles, en fait, les écrivains japonais. On nous l'avait bien caché.
Mais peut-être s'agit-il d'une plaisanterie à la Kitano.
Continuons.

Citation :
"Gamin, j'avais grandi dans ce quartier populaire, et à l'époque du collège je venais encore me distraire à Asakusa. [...]
Mais quand j'avais commencé à fréquenter le lycée, je m'étais détourné de ce quartier. J'avais l'impression qu'il était dépassé depuis longtemps. Ce qui me passionnait désormais, c'étaient les rues de Shibuya, Shinjuku, Ikebukuro. j'allais tout le temps m'y amuser.
Je voulais m'imprégner de ce qui semblait à la dernière mode : hippie, psychédélique. Happening. Amphés, hasch. Je passais mes journées dans le café Fugetsudo, au milieu de soi-disant écrivains ou auteurs dramatiques et de prétendus poètes errants. Parmi des existentialistes et des pseudo-chercheurs passionnés de Jean-Paul Sartre. Près de cameramen d'avant-garde, de dessinateurs, de concepteurs en publicité, de cinéastes... Mêlé à toute cette faune, je jouais moi aussi les glandeurs." (pages 12-13).
On n'est pas très loin de 1969, de Murakami Ryû, mais ici, c'est la capitale.

Parmi ces glandeurs, un certain nombre de fils à papas reprendront le commerce familial : ils peuvent se permettre de refaire le monde, ils ont la sécurité de leur avenir bien en mains. Ce n'est pas le cas de Takeshi. Va-t-il rester barman pour le reste de sa vie ? Que nenni. Il a soudain une idée : "Partir à Asakusa et devenir comique !" (page 15).

C'est évidemment plus facile à dire qu'à faire. Il n'est pas le seul à vouloir devenir comique. Dans un premier temps, il devient garçon d'ascenseur au Français, un club de streap-tease dans lequel sont joués des sketchs entre les numéros de filles.
Va-t-il réussir à se faire remarquer par le maître Senzaburo Fukami ?
Citation :
"Qu'est-ce que tu faisais jusqu'à présent ?
- J'allais à l'école. Mais j'ai arrêté en cours de route.
- A l'école, c'est-à-dire au lycée ?
- Non, à l'université.
- A l'université ? Petit con ! Tu as déjà vu un type renoncer à l'université pour devenir comique ?" (page 32).
Pour être un vrai comique, il faut savoir faire plein de choses, chants, claquettes, etc. Et Kitano s'entraîne à faire des claquettes dans son ascenseur...

Le maître a une vraie présence sur scène, beaucoup de classe. Avec peu de choses, sans exagérer, il parvient à entrer dans ses personnages.
Dans la vie de tous les jours, il est également amusant... enfin :
Citation :
"Cependant, dès qu'une fille en minijupe apparaissait à l'antenne, il se glissait aussitôt sous le poste de télévision.
- Vas-y, montre. Fais voir ce qu'il y a sous ta jupe.Hé, la fille ! montre un peu ta petite culotte. Allez, danse, saute, disait-il en jouant les vieux cochons pour nous épater, nous qui restions bouche bée à le regarder." (page 132)
Ah, la petite culotte, un grand thème, avec celui du travelo (ça n'arrête pas, dans ce livre).


Asakusa Kid est un récit intéresant, surtout pour les fans de Kitano, mais pas seulement. Il y a de nombreux passages amusants, les relations avec les strip-teaseuses, le maître avec ses différents vices, les débuts de Kitano sur scène, etc.

Mais s'il y a le fond, on ne peut pas dire que la forme soit remarquable. Kitano est un écrivain curieusement peu visuel. On voit ses peintures dans Hana-Bi, mais les qualificatifs de couleurs sont quasiment absents. Très peu de descriptions, également. Il est resté très factuel. C'est dommage.


Un film a été tiré de Asakusa Kid. Il a été réalisé par Makoto Shinozaki en 2002.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeJeu 13 Mar 2008 - 0:10

Je ne le connaissais que comme réalisateur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeJeu 13 Mar 2008 - 6:56

Il est largement meilleur réalisateur que auteur, je crois. Asakura Kid a été adapté au cinéma, sans Kitano.

Ca doit être une tentation, quand on est un auteur de cinéma reconnu, et auteur de sketch, de se frotter au roman.

Il a écrit également Naissance d'un gourou (2005) et La vie en gris et rose (à paraître en avril 2008).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeJeu 13 Mar 2008 - 9:55

Moi aussi je ne le connaissais qu'en tant que réalisateur! C'est uen nouvelle facette que je découvre aujourd'hui cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Invité
Invité



Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeJeu 13 Mar 2008 - 12:23

Il y a un dorama (une série TV japonaise) qui a été tiré de son enfance, Kikujiro to saki . J'en ai visionné quelques épisodes, ça avait l'air amusant, mais sans sous-titres, c'était dur sourire ...
Même si Kitano n'est pas un romancier d'exception, j'aime bien le personnage, donc je note Asakusa Kid, merci Expie!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeMer 4 Juin 2008 - 20:20

La Vie en gris et rose

Kitano Takeshi 516kab10

Dans ce recueil de courtes chroniques, illustré de sa main, Takeshi Kitano raconte son enfance dans le Japon de l'après-guerre. Le petit Takeshi n'a pas trop de chance puisque sa famille vit pauvrement, et que son père est peintre en bâtiment, profession peu prestigieuse à l'époque et qui lui vaut les moqueries de ses copains. Et de plus ce père est brutal, ivrogne et vantard!
Adoptant une sensibilité d'enfant qu'il voudrait "préserver indéfiniment", Kitano nous parle de la vie quotidienne d'un gosse des quartiers populaires, de l'école, des filles, des jeux , des boutiques et des bains publics, des jouets convoités et des jouets bricolés, des typhons et de la chasse aux libellules. Tournant le plus souvent à la mésaventure, ponctués de "Ah! Quelle misère!", ces récits qui auraient pu être misérabilistes sont au contraire très drôles. Et ils en sont d'autant plus émouvants et attachants.
Le ton, familier, naïf et râleur, m'a fait penser au Petit Nicolas de Goscinny/Sempé. Mais cette légèreté sur fond de gravité m'évoque aussi les intermèdes comiques, ludiques et poétiques, qui parsèment tous les films de ce cinéaste, même les plus tragiques. Je pense par exemple au très sombre Sonatine et ses yakuza qui s'amusent comme des enfants sur la plage.

Merci à Marie qui m'a fait découvrir ce délicieux petit livre! Wink
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeDim 28 Mar 2010 - 12:24

La Vie en gris et rose (Takeshikun, hai ! , 1984; Picquier poche, 2008, 128 pages, traduit par Karine Chesneau).
Il s'agit d'un texte autobiographique, écrit avant Asakusa Kid, quelques souvenirs de gosses disposés en courts chapitres, agrémentés de dessins tels que celui qui se trouve en couverture.
Le petit Takeshi est le fils d'un peintre en bâtiments.
Citation :
"Autrefois, on associait toute la corporation à des malfrats. Voilà pourquoi il se sentait si mal dans sa peau. A ce point-là, je te jute ! Les peintres en bâtiments, tout le monde se fichait d'eux.
Pour moi, c'était dur, parce qu'on me mettait régulièrement en boîte, on me traitait de gosse de peintre. " (page 5).
Takeshi et son grand frère doivent souvent travailler avec leur père.
Citation :
"Vêtu de pauvres loques - imagine un peu le tableau -, le paternel poussait sa bicyclette, son gros pot de peinture sur le porte-bagages. Et tous les trois, avec mon frère et notre chargement, on déambulait dans le quartier. C'étiat reude ! Je me disais : « Si seulement y avait encore la guerre, je pourrais me cacher. » C'est vrai, ce que je te raconte.
Sans parler que c'est précisément dans ces moments-là qu'on n'a surtout pas envie de voir certains copains, et que, comme par hasard, on croise les plus détestables." (pages 6-8 )
Les pots de peinture sur le porte-bagages trouvent notamment un écho dans le film de Kitano, Achille et la Tortue (Akiresu to kame, 2008), lorsque les apprentis peintres (d'art) expérimentent différents moyens de parvenir à des compositions abstraites...

Citation :
Pour revenir au livre, Takeshi Kitano parle aussi de sa mère :
"Elle était incroyable, notre mère. Faut voir comment elle nous faisait étudier, mon frère et moi.
On n'avait qu'une pièce à la maison. Et une seule ampoule électrique. C'était là que mon frère aîné travaillait installé sur une sorte de caisse à mandarines.
Ma mère était aux anges de voir son grand fils plongé dans les bouquins. Mais quand le paternel rentrait bourré, c'étai terrible. Il piquait une colère noire.
- Abruti ! hurlait-il. Tu vas nous empêcher de dormir avec ta lumière? Arrête de passer ton temps à lire des trucs incompréhensibles, il est tard !" (page 10)
Quand Takeshi fait une bêtise :
"- Baka yarô, espèce de crétin ! a crié ma mère en me frappant à coups de poing." (page 12). Plus loin (page 14) : "les coups pleuvaient".

Mais il n'est pas le seul à recevoir des raclées :
Citation :
"Comme c'était dimanche et qu'il pleuvait, mon père n'avait pas pu aller travailler, et ma mère l'avait sans doute engueulé parce qu'il ne fichait rien. Pour toute réponse, il l'avait bourrée de coups de pied tout en buvant près de deux litres de saké. [...] Quelle misère, je te dis pas !
Mon père n'arrêtait pas de tabasser ma mère. Et quand ma grand-mère intervenait, il ne l'épargnait pas. Frapper sa propre mère ! Elle s'entendait bien avec sa belle-fille et, consciente que son fils était un raté, elle s'excusait toujours auprès d'elle :
- Je suis désolée, je suis désolée...
- Comment tu oses dire ça de ton propre fils ! s'écriait alors mon paternel. Espèce de vieille peau !
Et vlan ! à nouveau des coups de pied. Sur une femme de quatre-vingts ans passés ! Une horreur, décidément. Chez moi, c'était l'enfer." (pages 73-75).

Jeux de gosses dans les bains publics, problèmes d'argent pour acheter le train électrique rêvé ou le gant de base-ball convoité, vantardise paternelle, anecdotes de la vie quotidienne, de l'école...

Dans l'épilogue, Takeshi Kitano écrit :
Citation :
"J'ai le sentiment que, de mon temps, les gamins se consacraient à une seul chose à la fois. Par exemple, quand on jouait au base-ball, on jouait au base-ball, point. Chaque plaisir laissait une impression forte.
On me demande souvent de citer les sports et les jeux que j'ai pratiqués dans mon enfance. Homis les toupies beigoma, j'en compte à peine une dizaine. Tous sont clairement imprimés dans ma mémoire. On passait tellement de temps avec un même objet !
Les enfants d'aujourd'hui, ils ont tout. On vit dans une époque où on ne sait plus trop quelles sont nos envies. [...]
Le pauvres ont leur sensibilité, et les riches, la leur. On a beau devenir riche une fois adulte, quand on a été pauvre dans l'enfance, on garde toujours sa sensibilité première." (pages 126-127).

Un court livre pas inintéressant, sans doute vite écrit, vite lu, mais finalement assez anecdotique (parce que composé d'anecdotes ?). A lire surtout si l'on apprécie Kitano, le réalisateur, très supérieur à Kitano l'écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
rivela
Zen littéraire
rivela

Messages : 3875
Inscription le : 06/01/2009
Localisation : Entre lacs et montagnes

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeMar 22 Mar 2011 - 19:48

La Vie en gris et rose

Je continue ma découverte du Japon avec ce livre qui est une biographie de l'auteur qui nous fait part de ses souvenirs d'enfance.
Lecture sympa. L'auteur nous parle sur un ton rythmé et amical de sa vie de famille bien modeste au niveau financier, de ses loisirs faient de bouts de bois ou de train élèctrique, de base ball sport populaire au Japon, etc... Expie en parle bien ci-dessus.
Un petit livre qui est une lecture agréable et qui un résumé d'une époque au Japon qui se situe dans les années 50 dans un milieu populaire et défavorisé, et malgré cela l'auteur et ça j'ai trouvé positif ne parle pas de sa vie sur un ton pleurnichard mais bien au contraire sur un ton qui nous rend cette lecture attachante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeMar 22 Mar 2011 - 23:03

rivela a écrit:
Un petit livre qui est une lecture agréable et qui un résumé d'une époque au Japon qui se situe dans les années 50 dans un milieu populaire et défavorisé, et malgré cela l'auteur et ça j'ai trouvé positif ne parle pas de sa vie sur un ton pleurnichard mais bien au contraire sur un ton qui nous rend cette lecture attachante.
C'est vrai que chez Kitano, s'il y a un pleurnichard, il se prend une bonne torgnole, on lui hurle "baka !" (crétin, en Japonais, un des rares mots que je connaisse, et qu'on rencontre de temps à autres chez Kitano ; comme "kokoro" - le coeur - se rencontre dans tous les films sentimentaux nippons) et il est obligé de passer à autre chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitimeMar 5 Fév 2013 - 22:20

Kitano Takeshi Kitano10
Couverture : Emmanuel Guibert
- Boy (Shônen, 1987). Traduit du japonais en 2008 par Silvain Chupin. Editions Wombat. 121 pages.
Le livre se compose de trois nouvelles, qui mettent toutes en scènes des garçons ("shônen", traduit en anglais par "Boy"... bizarrement gardé en français).

1/ Tête creuse (40 pages).
Voici qui est la tête creuse du titre :
Citation :
"Il était tellement nul en classe que toutes sortes de rumeurs couraient sur lui. On disait qu'il n'était même pas capable d'écrire son nom en idéogrammes, qu'un jour il s'était perdu en rentrant de l'école, ou bien qu'on l'avait surpris essayant de lire un manuel à l'envers.
Mais, quand on le mettait sur un terrain de sport, il était le meilleur de l'école, quelle que soit la discipline. Aussi, malgré son surnom de Tête Creuse, il jouissait d'un grand prestige. Comme il se trouvait qu'il était dans la même classe que Shin'ichi, mon grand frère, j'étais toujours au courant des dernières nouvelles à son sujet. " (page 14).
Le narrateur lui-même n'est franchement pas bon dans les études, contrairement à son grand frère. Mais ce dernier, lui, est nul en sport... Tous les ans, à la fête des sports, c'est la catastrophe.
Le narrateur doit toujours se contenter des vêtements déjà portés par son grand frère. Mais, une fois par an, à l'occasion de la fête des sports, il a droit à une tenue de sport toute neuve.
Citation :
"La chemisette et le pantalon, blancs, des tabi à semelles et, au sommet de la pile, un bandeau blanc et rouge plié en pentagone. Sans les sortir du tiroir immédiatement, j'ai reniflé leur odeur comme un chiot approchant sa truffe d'une gamelle de pâtée.
- Hmm, ça sent bon ! ai-je dit, humant l'odeur de vernis de la commode, celle du camphre, ainsi que celle du coton neuf. " (page 22).

On va suivre les préparatifs de cette fête - jusqu'aux achats de chocolat magique destiné à avoir plus de chances de victoires -, et les courses : suspens et émotion garantis !

Citation :
"Tout contents de nous, on a décidé d'aller s'asseoir au premier rang et de huer les autres élèves. On criait aux garçons des choses du genre : « Nabot, nabot, cours plus vite !! » ou « Roule, le gros lard, roule, t'iras plus vite ! », mais nos cibles principales étaient les filles. « Short de mémé ! », « Ton cul, il est énooorme ! », « Cours à reculons, à reculons ! » leur lançait-on par exemple, profitant des cris et des acclamations autour de nous pour dire n'importe quoi." (page 33).

2/ Nid d'étoiles (33 pages).
La tonalité devient plus grave.
Citation :
"Je courais à côté de mon grand frère, entraîné par son vélo auquel je m'agrippais de toutes mes forces. J'entendais le télescope qui tressautait sur le porte-bagages." (page 49).
Les deux frères ont la passion de l'astronomie.
Citation :
"Maman, mon frère et moi, on avait emménagé à la fin du mois d'août, après la mort de papa. Le ciel que j'avais vu des fenêtres de notre nouvel appartement le premier soir était le même qu'à Tôkyô. Les lumières des deux villes empêchaient de bien voir la nuit.
- La nuit a une couleur criarde à Ôsaka, avait dit maman à ce moment-là." (page 49).
Problèmes à l'école, problèmes familiaux...
Pas mal.


3/ Okamé-san (37 pages)
Ichiro est un garçon qui débarque à Kyôto. Il veut louer une chambre pour deux nuits.
Citation :
"- Mais tu es encore un enfant, non ? Tu n'as pas fait une fugue par hasard ? [...]
- Je suis venu à Kyôto pour faire des recherches. Je suis élève dans un lycée de Tôkyô et j'aime beaucoup l'histoire.
- Des recherches ? [...]
- Oui, je fais partie du club d'histoire au lycée privé K et je viens visiter les vieux temples de Kyôto." (pages 86-87)

Bien sûr, ses recherches vont être moins studieuses que prévu.
Pas mauvais, mais c'est la moins bonne des trois nouvelles.


Globalement, c'est un recueil de nouvelles bien sympathiques et très vivantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Kitano Takeshi Empty
MessageSujet: Re: Kitano Takeshi   Kitano Takeshi Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Kitano Takeshi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: