Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Carl T.Dreyer

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeMar 20 Fév 2007 - 19:50

Carl T.Dreyer Carl_t10

Carl Theodor Dreyer (né à Copenhague, le 3 février 1889 - mort dans la même ville, le 20 mars 1968) est un réalisateur danois. Sa carrière fut aussi longue que ses œuvres furent rares : quatorze films en cinquante ans - rareté qui s'explique autant par la frilosité des producteurs que par le soin méticuleux qu'il apportait à la préparation de chacun de ses films, mûris de longues années avant leur tournage. Il demeure, pour la postérité, le cinéaste des visages féminins et des tourments de l'amour chrétien dans une société désenchantée, comme en témoignent, aux deux extrémités de son œuvre, La Passion de Jeanne d'Arc (1928), achèvement des recherches du cinéma muet, et Gertrud (1964), source d'inspiration pour tout le cinéma moderne.

Citation :
Filmographie/Index (Cliquez sur les chiffres pour accéder directement aux pages)

Longs métrages
1931 : Vampyr (Vampyr - Der Traum des Allan Grey) Page 1
1943 : Jour de colère (Vredens dag, Dies Irae) Pages 1, 2
1944 : Deux Êtres (Två människor) Page 3
1954 : La Parole (Ordet) Pages 1, 2
1964 : Gertrud Pages 2, 3

Muets
1918 : Le Président (Præsidenten) Page 3
1919 : Pages arrachées au livre de Satan (Blade af Satans Bog)
1920 : La Quatrième Alliance de Dame Marguerite (Prästänkan)
1922 : Aimez-vous les uns les autres (ou les déshérités) Page 2
1922 : Il était une fois (Der var engang)
1924 : Michaël (Mikaël) Page 3
1925 : Le Maître du logis (Du skal ære din hustru) Page 2
1925 : Les Fiancés de Glomdal (Glomdalsbruden) Page 3
1927 : La Passion de Jeanne d'Arc Page 1

Les courts-métrages sonores de Dreyer sont des documentaires de commande, principalement alimentaires.
1942 : L'Aide aux ménagères
1946 : L'Eau à la campagne
1947 : Le Combat contre le cancer
1947 : L'Église de campagne
1948 : Ils attrapèrent le bac
1949 : Thorvaldsen
1950 : Le Pont de Storstrøm
1954 : Un château dans un château
1956 : Sur la communauté nordique

Citation :
mise à jour le 24/02/2013 à la page 3



LA PASSION DE JEANNE D'ARC, Carl T. Dreyer
Carl T.Dreyer Jeanne10

Je viens de voir ce film, je le classe direct dans "mon cinéma".
difficile d'en parler.
Un film sur le procès de Jeanne d'Arc. Une femme face à des hommes qui veulent absolument qu'elle se renie parce qu'elle dit des choses qui vont à l'encontre de ce qu'ils sont aujourdhui.

une actrice tout simplement sublime.
Des émotions à fleur de peau.
Tout en gros plans. Une beauté hors du commun. une ambiance suffocante où l'ombre d'une croix au sol donne l'impression d'une bouffée d'oxygène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeDim 13 Avr 2008 - 10:02

je copie colle du fil films de vampires (parce que j'ai pas pensé à chercher dans les fils hier danse... ) :

Vampyr

Citation :
Un jeune homme fasciné par l'occulte se rend par hasard au village de Courtempierre. Tandis qu'autour de lui les phénomènes étranges se mulitplient, un vieil homme lui demande de protéger ses deux filles, menacées par un vampire....

"Avec Vampyr, je voulais créer sur l'écran un rêve éveillé et montrer que l'effroyable ne se trouve pas dans les choses autour de nous, mais dans notre subconscient."

Carl Theodor Dreyer

Carl Theodor Dreyer qui a réalisé son Vampyr en 1932, n&b et pas muet mais avec des "panneaux" (et des pages). (d'après Carmilla et La Chambre de l'auberge de Sheridan Le Fanu)

pas très long, un début plus que scotchant, et on est tout de suite dans le bain, début avec quelques petits jeux sur les ombres (raaah l'ombre du soldat avec la jambe de bois...). ça s'enchaine assez vite. montage au timing et effets travaillés en plus. ensuite une bonne partie intrigue visuellement moins époustouflante mais on reste dans l'atmosphère et toujours des visages, des éclairages, l'ambiance... troisième partie avec de nouveaux petits jeux visuels pas dégueux et quelques surprises...

mmmmh.... très bonne pioche.

court montage d'extraits pour tenter de vous amadouer : ICI

j'ai l'impression que vous en trouverez beaucoup plus sur dailymotion ou youtube. je ne veux pas en mettre trop pour ne pas vous gâcher la découverte si vous voyez ce petit film comme on en fait plus.

Carl T.Dreyer Vampyr11 - Carl T.Dreyer Vampyr12

animal super content après un bon film qui ressemble à un film cat

en fait y a plein de trucs plus que vraiment biens dans ce film !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeDim 13 Avr 2008 - 10:19

et Queenie super contente que ce fil reprenne vie.
Vivement que je le vois ce Vampyr.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeDim 13 Avr 2008 - 13:21

J'adore ce film, comme d'ailleurs presque tout de Dreyer, je suis très contente que d'autres apprécient également. C'est vrai Animal que l'on ne fait plus de films comme ça (malheureusement)

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeDim 13 Avr 2008 - 21:18

Queenie a écrit:
LA PASSION DE JEANNE D'ARC, Carl T. Dreyer
Carl T.Dreyer Jeanne10

hé mais pourquoi tu l'as pas dit plus fort ? ou pourquoi je n'ai pas réagi plus vite. l'erreur est réparée. avec l'image crappy de youtube mais vu (si je croise un dvd je n'hésite pas !) une heure vingt avec d'un côté une femme à fleur de peau face à une foule de type on ne peut plus surs d'eux (pour la plupart), mauvais, violents, méchants, gonflés d'importance, indifférents. ils usent de rusent et de menaces, elle parle de vérité, la sienne (ce qui est déjà pas mal !). Le contexte est un peu mis de côté pour resserrer le film sur les personnages, les visages. des attitudes, des expressions. la certitude que la situation est bloquée, sans issue, jouée d'avance...

on reste accrochés à cette femme, à son visage pendant tout le film... c'est... fascinant, remarquable... fascinant d'abord...

je me demande si le côté exotique du à l'âge du film renforce cette impression ou si c'est seulement qu'on en fait vraiment plus des films qui osent se fixer sur ce qui semble être leur importance.

Hey Lekhan !!!! y a Antonin Artaud dedans ! (super excuse pour voir le film si ce n'est déjà fait). (et c'est coline qui en vait parlé sur le fil Antonin Artaud, j'avais regardé l'extrait et oublié de chercher le film, aucune excuse !)

edit : images :

Carl T.Dreyer Passio12 - Carl T.Dreyer Joanof10 - Carl T.Dreyer 003joa10

...

Carl T.Dreyer Tommas10
... !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeDim 13 Avr 2008 - 22:11

animal a écrit:
Queenie a écrit:
LA PASSION DE JEANNE D'ARC, Carl T. Dreyer
Carl T.Dreyer Jeanne10

hé mais pourquoi tu l'as pas dit plus fort ?


... !

A vrai dire, j'avais été tellement soufflée par ce film que je n'avais pas réussi à en parler plus et mieux.
Heureusement que tu es là pour "réparer" cette erreur. Merci Animal.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeDim 13 Avr 2008 - 22:25

ah mais y a de quoi être soufflé(e)... c'est du quasi délire d'accrocher les spectateurs à presque si peu, tellement tout au long du film... c'est à la limite du pensable un truc pareil. c'est fantastique d'intention. c'est... immense.

voir un film comme celui là (marche aussi l'impression pour Vampyr bien qu'un peu différente), c'est pas tous les jours... c'est le truc du cinéma. la dernière photo, les gens dans la salle.... sur grand écran...

y a trop de choses dans tout ça, dans le résultat, dans la façon...

c'est émouvant.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: vampyr   Carl T.Dreyer Icon_minitimeVen 18 Avr 2008 - 9:23

Vu Vampyr (merciiiii Animal bisous )


animal à propos de Vampyr a écrit:

petits jeux sur les ombres (raaah l'ombre du soldat avec la jambe de bois...).

Fascinant, fascinantes ces ombres. Punaise, quand l'ombre du soldat traverse la fenêtre !! j'étais scotchée ! puis elle retourne "tranquille" à sa place... Frissons dans l'échine.


Des parties "rêve éveillé" super troublantes : le coup d'Allan qui "s'endort" se dédouble, se voit mort... y'a un moment je me suis demandée si j'avais pas râté une charrette. Et puis poufpafbim tout se remet en place. Ouf.

Han. La nana qui joue Leone !!! (fille possédée par le vampire). Putain de gros plan de malade sur son visage qui se transforme : toute malheureuse, toute coupable, et puis soudain toute carnassière, un sourire diabolique sur les lèvres, prête à dévorer sa propre soeur.
Elle m'a fait peur la méchante ! (Peur Number One de Queenie : les filles possédées..... )

Plein plein plein de signes partout, plein d'atmosphère glaciale et flippante.

C'était trop bien (vais me mater les bonus bientôt)

(mais... j'ai quand même préféré Jeanne d'Arc. Peut être parce que ça a été mon premier choc... aaah ce truc d'attachement à la première oeuvre qui nous permet de découvrir un artiste, c'est kek choz)



aaah si un bémol : le héros.. tête d'ahuri, j'ai pas aimé.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeVen 18 Avr 2008 - 9:34

et la soeur qui dit "Leone", c'est tout rigolo, ça fait comme un miaulement trémousse...

il est moins homogène que le jeanne d'arc, mais c'est un truc génial tout comme singe

danse...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeSam 12 Juil 2008 - 10:19

Vampyr

Carl T.Dreyer Vampyr12

Un jeune homme, David Gray, arrive un soir à l'auberge de Courtempierre, village situé au bord d'une rivière. La nuit, un vieillard pénètre dans sa chambre pour implorer son aide. Il disparaît aussi mystérieusement qu'il est entré en laissant un paquet à n'ouvrir qu'après sa mort. Le paquet en question est un livre sur les vampires. Or, dans le château situé à proximité de l’auberge, vivent deux femmes dont l'une, gravement malade, porte d'étranges blessures au cou…

Carl T.Dreyer Vampyr10

Adaptation libre de deux nouvelles de l'écrivain irlandais Sheridan Le Fanu : Carmilla et L'auberge du dragon volant, le film Vampyr est étonnamment poétique, onirique, étrange et singulier par le traitement des images (surexposées et par conséquence voilées, ce qui contribue à donner aux images son côté surnaturel), le jeu des ombres et des lumières et le choix des comédiens (la plupart ne sont pas des acteurs professionnels).
Le fait que ce film accorde très peu de place aux dialogues lui confère ce charme très particulier du cinéma muet tout en renforçant cette impression de vivre un rêve éveillé. Outre le combat classique entre les forces du bien et du mal, de nombreux symboles jalonnent le film, tels le faucheur, le passeur, la roue du moulin…

Carl T.Dreyer Vampyr11

Le dédoublement est particulièrement présent également : les ombres des hommes font de temps en temps l’école buissonnière. Le temps est également dédoublé, nous sommes parfois totalement déboussolés en ne sachant plus très bien si nous sommes dans la réalité, le rêve du demi-sommeil ou le cauchemar éveillé.

Carl T.Dreyer Vampyr13

Ce très beau film, qui sera un échec public à sa sortie, mérite toute notre attention pour la particularité qui s’en dégage, les audaces scénaristiques et visuelles, pour son traitement original du thème vampirique et la beauté des images, tout simplement…

Merci à Animal pour avoir cerclé ce magnifique DVD content
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeSam 12 Juil 2008 - 21:22

j'espère que tu as profité des bonus aussi (incroyablement stressant ce petit film avec la moto !) Cool

de rien, quand on lit des avis comme les vôtres on ne peut qu'être ravi danse...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JDP
Main aguerrie


Messages : 301
Inscription le : 04/09/2007
Localisation : Belgique

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeSam 12 Juil 2008 - 23:23

Arabella Mais, c'est parce qu'on a fait des films comme ça, qu'on fait ceux d'aujourd'hui. Il y a eu des navets à toutes les époques y compris à celle de Dreyer. Depuis lui, que de grands réalisateurs, en Europe et aux Etats-Unis et que de tâcherons. Nous sommes combien a tenter de faire de l'art et à ne réussir qu'à séduire notre voisine. La grandeur est exceptionnelle. Elle est ennuyeuse aussi par sa perfection. Long débat. Hors sujet peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quenovel.be/pageactujuin.htm#Unpremierroman
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Carl Th. Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeMer 10 Déc 2008 - 14:40

Pour apprécier davantage Breaking The Waves de Lars Von Trier et autres grands films plus récents à tonalité mystique, il est fortement conseillé de connaître les 2 chefs-d'œuvre de Carl Dreyer qui les ont inspirés (Lars Von Trier cite surtout Gertrud dans les interviews):

Ordet
et Jour de Colère

Carl T.Dreyer 51xz9710


Jour de Colère


Un Rembrandt vivant
Hervé Bazin
Grand prix festival de Venise 1943

En 1623, dans un village du Danemark, Marte, une femme du peuple, accusée de magie noire par trois notables, est condamnée au bûcher. Avant de mourir, elle maudit le pasteur Absalon, l’un de ses juges en le menaçant de se venger sur sa jeune épouse, Anne...
Rappelant celle de La passion de Jeanne d’Arc, l’héroïne de Dies Irae, la plus sensuelle de l’œuvre de Dreyer, incarne une femme écrasée par une société formaliste et intolérante
.

Il y est déjà question de société patriarcale hypocrite et d'amour passionnel contrarié.
Carl T.Dreyer Jourde10 Carl T.Dreyer Jourde11 Carl T.Dreyer Jourde12 Carl T.Dreyer Jourde13



Ordet


Lion d'or Festival de Venise 1955
Attention le résumé raconte tout... (2e paragraphe à éviter)

Dans le Jutland occidental, vers 1930. Le vieux Morten Borgen dirige la grande ferme de Borgensgaard. Son fils aîné Mikkel a épousé Inger, dont il a deux petites filles. Son second, Johannes, ancien étudiant en théologie, s'identifie à Jésus-Christ. On le croit fou. Anders, le troisième est amoureux d'Anne Skraedder, la fille de Peter le tailleur, chef intransigeant d'une secte religieuse rivale.

La discorde survient entre les deux familles lorsqu'il est question du mariage qui doit unir Anders et Anne. Morten Borgen et son jeune fils se rendent chez Peter en espérant le convaincre. Ils essuient un nouveau refus. Inger met au monde un enfant mort-né et succombe à son accouchement difficile, malgré les soins du médecin et les prières de son beau-père.

Peu avant l'enterrement, Morten et Peter se réconcilient. Le tailleur accepte le mariage. Johannes, qui s'était enfui dans la campagne en invoquant Dieu, revient parmi les siens. Mettant à l'épreuve la confiance que lui témoigne sa jeune nièce, il prononce la "Parole" (traduction du mot "Ordet") qui ressuscite Inger.


Carl T.Dreyer Ph030110

Carl T.Dreyer Ordet210

On retrouve le thème du miracle que reprendront Lars Von Trier et Carlos Reygadas dans Lumière Silencieuse. C'est plastiquement miraculeux également!

Carl T.Dreyer A20car10
Plan quasiment repris dans Lumière Silencieuse de Reygadas

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Ven 12 Déc 2008 - 0:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeMer 10 Déc 2008 - 14:52

Marko a écrit:
Je découvre toujours tout 6 mois après laugh


Je me souviens d'autant plus de ce fil qu'Animal avait fait circuler le film Vampyr en DVD, que j'ai beaucoup aimé miammiam


Dernière édition par sentinelle le Mer 10 Déc 2008 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitimeMer 10 Déc 2008 - 14:57

sentinelle a écrit:

Je me souviens d'autant plus de ce fil qu'Animal avait fait circuler le film Vampyr en DVD, que j'ai beaucoup aimé miammiam


Ils sont tous beaux! Il y a aussi Gertrud et le Maître du logis.
Mais Ordet c'est sublime!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Carl T.Dreyer Empty
MessageSujet: Re: Carl T.Dreyer   Carl T.Dreyer Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Carl T.Dreyer
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'ARME DU CROCODILE de Carl Hiaasen
» Panthère (Carl Hiaasen)
» couches lavables à la crêche
» Carl Froch-Vs-George Groves
» "auteur" 2014 - mai/juin (Carl Hiaasen)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: