Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Amos Oz [Israël]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Sam 19 Avr 2008 - 11:12

Mon Michaël / traduit par Rina Viers




Récit à la première personne, Mon Michaël nous déroule la vie de Hanna, depuis sa rencontre avec celui qui va devenir son mari, Michaël, pendant une petite dizaine d’année, avec des retours en arrière dans son enfance. La vie quotidienne d’une femme insatisfaite, qui somatise en partie ses peurs et souffrances, qui n’arrive pas à donner sens à sa vie, et à être avec les autres, même ceux sensés être les plus proches d’elle. Une femme un peu étrangère au monde et aux gens qui l’entourent. L’auteur nous livre d’elle un portrait touchant mais sans complaisance, avec toute la complexité et toutes les ambiguïtés d’une âme humaine, elle a ses zones d’ombres, ses mesquineries, ses cruautés, ce qui nous empêche pas de nous sentir proche d’elle et de la comprendre, même si elle n’est pas toujours sympathique. Tous les personnages du roman sont d’ailleurs extrêmement fouillés et riches, l’auteur nous donne une image plus ou moins approfondie suivant l’importance du personnage dans le récit, mais jamais simpliste ni stéréotypée. Et bien sûr en premier lieu de Michaël, dont on comprend qu’il insupporte par sa perfection et correction sa femme, mais en même temps on ne peut pas ne pas voir ses qualités et compatir aussi avec lui.

Amos Oz est décidément un fin analyste des profondeurs de l’âme humaine, un observateur avisé des soubresauts que traversent les pauvres hommes, un observateur sans complaisance, qui ne raconte pas de jolies histoires pour faire plaisir, mais qui essaie de rester au plus près de la réalité, avec empathie, sans juger, et surtout sans condamner. Il ne prend à aucun moment le parti de tel ou tel personnage, il nous les montre tels qu’ils sont, au plus de leurs vérités intérieures, honnêtement. Et cela avec dans un style superbe, dans une écriture riche et dense. Sa façon de décrire est à la fois très prosaïque, il nous donne les détails les plus terre à terre d’existences très ordinaires, nous décrit les repas, les tâches ménagères, les vêtements, mais en même temps il nous entraîne à d’autres moments dans les rêves et les rêves éveillés avec une poésie et un rythme de la phrase qui nous font vivre aussi ces éléments oniriques avec une grande intensité.

A quelle moment et pourquoi une vie humaine prend une mauvaise direction, se perd dans le quotidien, comment construire une relation à deux qui ne soit pas qu’une contrainte, une capitulation devant les désirs de l’autre, comment dire sa vérité profonde et ses aspirations les plus authentiques à quelqu’un, déjà comment les formuler à soi-même ? Amos Oz aborde des thèmes essentiels avec sincérité talent, c’est sans aucun doute un écrivain exigeant vis-à-vis de lui-même, et qui apporte énormément à ses lecteurs.



Un petit extrait :


Citation :
A Jérusalem il y a de vieux marchands ambulants. Ils ne ressemblent pas au pauvre charbonnier du conte de la petite Hanna en robe blanche. Une lumière intérieure ne s’étale pas sur leurs visages. Ils sont enveloppés d’une haine implacable. Ce sont de vieux marchands ambulants. D’étranges artisans circulent dans la ville. Ce sont des étrangers. Je connais leur voix et leur silhouette depuis des années. Déjà quand j’avais cinq ou six ans ils me faisaient trembler de peur. Je vais les décrire, eux aussi, peut-être ne me feront-ils plus peur la nuit. J’essaie de déchiffrer leurs lois et leurs parcours. De deviner d’avance le jour où chacun d’eux criera dans les ruelles de notre quartier. Eux aussi sont soumis à un certain ordre, à un programme interne. « Vi-trier, Vi-trier », sa voix est rauque et sèche, il ne porte pas d’instrument ni de plaques de verre, comme s’il s’était résigné à l’idée que son cri n’avait plus aucun but évident.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Sam 19 Avr 2008 - 11:40

Arabella a écrit:


A quelle moment et pourquoi une vie humaine prend une mauvaise direction, se perd dans le quotidien, comment construire une relation à deux qui ne soit pas qu’une contrainte, une capitulation devant les désirs de l’autre, comment dire sa vérité profonde et ses aspirations les plus authentiques à quelqu’un, déjà comment les formuler à soi-même ? Amos Oz aborde des thèmes essentiels avec sincérité talent, c’est sans aucun doute un écrivain exigeant vis-à-vis de lui-même, et qui apporte énormément à ses lecteurs.

Tout le charme et l'importance de la lecture sont bien là, d'essayer de comprendre et de réfléchir à ces questions capitales.
Je te remercie pour ton magnifique commentaire. bravo
Je vais lire ce livre dès qu'il sera entre mes mains...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Sam 19 Avr 2008 - 19:04

Je suis ravie de t'avoir donné envie de découvrir Amos Oz, Cachemire, d'autant plus que c'est un auteur que j'ai lu grâce au forum, alors si la chaîne de belles découvertes peut continuer, j'en serais vraiment heureuse.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Mar 27 Mai 2008 - 20:50

Mon Michaël

Je dois dire, j’avais de la peine avec ce livre ! Enorme !
Tout d’abord point de vue écriture – j’ai lu d’autres livres d’Amos Oz – mais je ne le reconnaissais pas ici. Un style raide, les faits sont énumérés comme des boules sur une chaîne.. j’ai fait d’autres expériences avec son écriture.
J’ai cherché et trouvé que c’est un livre qui date de 1968 – ceux que j’ai lu avant ce livre, datent d’après.

Ensuite il y a cette femme.. cette dépendante qui n’arrive pas à rendre son mari fou (bien que je doute qu’il existe au monde un homme qui aurait subit ce qu’elle lui fait) – mais elle parvient à le faire chez moi ! Je ne la supporte pas trop bien. D’abord elle est tellement amoureuse, mais ne sait pas pourquoi, parce qu’en fait, il ne lui plait pas et n’a rien du ‘prince charmant’ qu’elle s’est imaginé qu’elle allait rencontrer. Puis elle l’aime parce que.. oui – pourquoi ? Parce qu’on aime le premier homme qu’on rencontre dans la vie et qui demande le mariage ?
D’accord – on est en 1950 et elle est une jeune fille naïve de 20 ans. Mais quand même…

Par moment je me suis souvenu du livre de Sylvia Plath ‘La cloche de détresse’. Cette femme est à mon avis sous la même cloche et n’agit que comme la spectatrice de sa propre vie..
C’est sûre que Amos Oz a trouvé les bons mots pour décrire cette ‘descente aux enfers’ – mais même si je me suis habitué à l’écriture - j’ai rencontré ce sujet déjà pendant ma ‘carrière littéraire’ dans de meilleure forme.

Pour moi pas un trop bon moment de lecture – mais néanmoins ceci n’a seulement un rapport avec ce livre et pas avec l’auteur que j’adore pour les autres livres que j’ai lu de lui !!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Mar 27 Mai 2008 - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Mar 27 Mai 2008 - 20:51

Arabella a écrit:
Une femme un peu étrangère au monde et aux gens qui l’entourent. L’auteur nous livre d’elle un portrait touchant mais sans complaisance, avec toute la complexité et toutes les ambiguïtés d’une âme humaine, elle a ses zones d’ombres, ses mesquineries, ses cruautés, ce qui nous empêche pas de nous sentir proche d’elle et de la comprendre, même si elle n’est pas toujours sympathique.
Désolé – impossible pour moi. D’autant plus désolé que presque depuis la première phrase elle n’a pas réellement la chance chez moi. La femme qui « tombe » amoureux parce qu’elle faillit tomber dans les escaliers et un homme l’empêche parce qu’il est derrière elle et l’attrape… ceci se heurte malheureusement avec un paquet d’expériences personnelles – mais à ce moment elle avait déjà de mauvaises cartes

Arabella a écrit:
Amos Oz est décidément un fin analyste des profondeurs de l’âme humaine, un observateur avisé des soubresauts que traversent les pauvres hommes, un observateur sans complaisance, qui ne raconte pas de jolies histoires pour faire plaisir, mais qui essaie de rester au plus près de la réalité, avec empathie, sans juger, et surtout sans condamner.
Tout à fait d’accord avec toi !

Arabella a écrit:
A quelle moment et pourquoi une vie humaine prend une mauvaise direction, se perd dans le quotidien, comment construire une relation à deux qui ne soit pas qu’une contrainte, une capitulation devant les désirs de l’autre, comment dire sa vérité profonde et ses aspirations les plus authentiques à quelqu’un, déjà comment les formuler à soi-même ?
Je voudrais te dire aussi là-dessus – d’accord – et je suis sûre que d’autres lecteurs te suivront dans cette idée.. je ne pouvais malheureusement pas lire ce livre dans ce sens

Arabella a écrit:
Amos Oz aborde des thèmes essentiels avec sincérité talent, c’est sans aucun doute un écrivain exigeant vis-à-vis de lui-même, et qui apporte énormément à ses lecteurs.
En ce qui me concerne, pas pour ce livre – mais pour tous les autres que j’ai lu de lui – oui, oui, oui !

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Mar 27 Mai 2008 - 21:06

Desolée que ce livre ne t'a pas plus Kenavo, j'ai la sensation que le personnage de Hanna t'a heurté parce qu'elle est très loin de toi, c'est vrai qu'on peut la trouver impossible, mais je connais plein de gens qui lui ressemblent.
Et le fait de tomber amoureux parce qu'une personne est juste là à un certain moment, sans véritable raison, cela me paraît l'essence même de l'amour, mais enfin on peut ne pas être d'accord.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Mar 27 Mai 2008 - 21:10

Arabella a écrit:
Desolée que ce livre ne t'a pas plus Kenavo, j'ai la sensation que le personnage de Hanna t'a heurté parce qu'elle est très loin de toi, c'est vrai qu'on peut la trouver impossible, mais je connais plein de gens qui lui ressemblent.
Wink le contraire - elle m'est trop proche! Elle me rappelle Kenavo à 20 ans What a Face
Arabella a écrit:
Et le fait de tomber amoureux parce qu'une personne est juste là à un certain moment, sans véritable raison, cela me paraît l'essence même de l'amour, mais enfin on peut ne pas être d'accord.
c'est ce qui m'est arrivé!! intense reflexion

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Mar 27 Mai 2008 - 21:21

Je ne t'aurais jamais imaginé le côté depressif d'Hanna, même à vingt ans, elle a du mal à trouver du goût au choses, de donner des couleurs au monde, et toi qui semble toujours si enthousiaste tu paraîs à l'opposé de cette attitude, mais vingt ans c'est un âge difficile Wink

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Mar 27 Mai 2008 - 21:25

Arabella a écrit:
Je ne t'aurais jamais imaginé le côté depressif d'Hanna, même à vingt ans, elle a du mal à trouver du goût au choses, de donner des couleurs au monde, et toi qui semble toujours si enthousiaste tu paraîs à l'opposé de cette attitude, mais vingt ans c'est un âge difficile Wink
Ceci est un fil auteur - donc je ne vais pas m'étaler Very Happy - mais j'ai vraiment changé beaucoup - et mon enthousiasme d'aujourd'hui ne me laisse pas oublier cette jeune femme dépressive que j'étais dans le temps - et donc ce livre m'était aussi à ce point très proche.. et surtout que la Kenavo de 42 a voulu secouer la jeune Hanna pour qu'elle ne gaspille pas des années si précieuse!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 53
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Dim 22 Juin 2008 - 10:56

Vie et mort en quatre rimes


Un écrivain est invité à participer à une rencontre avec ses lecteurs suivie du jeu des questions-réponse: sur l'estrade, devant son auditoire, il écoute la présentation de l'animateur de la soirée, l'intervention d'un conférencier, spécialiste de son oeuvre, et la lecture de passages d'un de ses romans. Son esprit s'envole et se perd dans les méandres de l'ennui, très vite comblé par ses rêveries et ses débuts d'histoires.
Chaque personne croisée au cours de la soirée est une amorce de création de personnages hauts en couleur, jouant sur une large gamme de caractères et de profils: le "parrain" et son sbire, la serveuse sexy sortant d'une histoire d'amour malheureuse, le jeune homme en souffrance qui se lance dans l'écriture comme on s'accroche à une bouée de sauvetage, l'auditrice buvant les paroles de l'auteur, la lectrice dans sa solitude en compagnie de son chat, un rien possessif. Les portraits sont convaincants, on croirait lire la vie de personnes réelles. Puis, les souvenirs familiaux de l'auteur se superposent aux débuts de vie des personnages: la fiction se mêle à la réalité, les frontières s'évanouissent pour laisser place à une réflexion sur le processus de création littéraire, sur la vie, parfois très ordinaire, des auteurs. L'auteur est un démiurge qui orchestre le quotidien, l'intimité tout comme le destin de ses personnages. Il brouille les pistes tout en se moquant des arguties intellectuelles, joutes verbieuses frôlant l'ennui profond, des commentateurs, des interprètes des romans, ces personnes qui théorisent les écrits des poètes ou des romanciers.
"Vie et mort en quatre rimes" est aussi le roman de l'acte de créer une histoire: les obsessions qui nourrissent la création littéraire, les chemins de l'imaginaire qui mènent aux trames des récits. Mais c'est aussi un regard sur la place de l'écrivain dans la société: ce dernier peut intimider, être admiré sans recul par son lectorat, devenir le modèle de vie ou l'homme idéal ou peut aussi cristalliser les fantasmes de certains lecteurs.
« Ecrire le monde tel qu'il est, tâcher d'emprisonner une nuance, un parfum ou un son dans des mots, c'est un peu comme jouer du Schubert en présence du compositeur qui ricane dans la salle obscure »
"Juste derrière elle, un adolescent, dans les seize ans, s'agite sur son siège, l'air malheureux : c'est peut-être un poète en herbe avec son visage boutonneux et ses cheveux noirs frisés, pareille à de la paille de fer poussiéreuse. Les affres de son âge et les tourments qu'il vit la nuit, dans l'obscurité, retroussent ses lèvres en un rictus proche des larmes, et à travers ses lunettes épaisses comme des chopes de bière, il voue à l'auteur...." (p 28
Je ne connaissais pas Amos Oz, je le découvre par ce roman drôle, caustique parfois, tendre envers ses personnages. Un univers où l'érotisme furtif (la serveuse et sa culotte que l'on devine, la lectrice solitaire à la voix rauque et sensuelle) côtoie l'ironie envers soi-même, l'auteur se moque de ses atermoiements sentimentaux (monter ou ne pas monter chez Rochale qui sans doute l'attend), offrant une image désacralisée du grand écrivain. Oz met en scène toute une série de pérégrinations érotiques avant que l'auteur parvienne à conquérir la lectrice, à lutter contre son chat et à entrer dans le lit de cette dernière....sans épargner à l'auteur l'échec du à une érection en berne au mauvais moment. Il nous embarque, aussi, dans une rêverie sociale qui façonne des existences, les parcourt et les inventorie au fil de l'imagination créatrice ce qui peut désorienter le lecteur qui ne sait pas vraiment où il est. Les personnages, réels ou fictifs, se croisent et se recroisent tellement que la liste de ces derniers, en fin de roman, est un récapitulatif bienvenu pour renouer tous les fils entre eux. Récapitulation amusante, cocasse qui permet au lecteur de se remémorer avec délice les traits principaux des personnages évoqués, suivis....lecture où le rire est au rendez-vous car les commentaires de l'auteur sont savoureusement désopilants.
Une lecture agréable entre rêve et réalité où la vie des hommes est le sel de la création.

Merci Parfum et le Cercle pour cette très belle découverte littéraire cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Dim 22 Juin 2008 - 22:30

Chatperlipopette a écrit:
Vie et mort en quatre rimes


Je ne connaissais pas Amos Oz, je le découvre par ce roman drôle, caustique parfois, tendre envers ses personnages. Un univers où l'érotisme furtif (la serveuse et sa culotte que l'on devine, la lectrice solitaire à la voix rauque et sensuelle) côtoie l'ironie envers soi-même, [...]lecture où le rire est au rendez-vous car les commentaires de l'auteur sont savoureusement désopilants.
Une lecture agréable entre rêve et réalité où la vie des hommes est le sel de la création.


Je suis contente qu'il t'ait plu...

Je te rejoins dans l'appréciation:
coline a écrit:
Il me semble que j’ai lu presque tout le roman avec un sourire sur les lèvres…
content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Mer 24 Sep 2008 - 18:48


Vie et mort en quatre rimes

Coline et Chatperlipopette ont déjà fait de très bons commentaires sur ce livre et je ne peux pas ajouter grand-chose.
C’est par pur hasard que ce livre m’est tombé entre les mains et j’étais induite un peu en erreur par le titre – « rimes » me donnait l’idée qu’il était revenu sur la méthode d’écriture pour son roman Seule la mer . Mais il n’y en est pas.
Par après je me suis laissée emporter par cette histoire d’écrivain (qui m’a énormément rappelé des personnages chez Roth tellement j’étais surprise de trouver tant d’idée érotique chez Oz Wink ) mais sans trop d’enthousiasme.
Disons que c’est vraiment bien écrit, c’est une bonne histoire, c’est un livre qui fait plaisir – mais .. il me manque quelque chose.
Peut être je trouve que le « poids » du nom Amos Oz sur la couverture est trop fort pour ce livre Very Happy
Et oui.. je suis habituée à autre chose de lui
Mais je lui laisse l’avantage qu’il s’est fait plaisir de nous montrer l’autre côté de la relation auteur-lecteur.. et puisque j’aime quand même toujours lire des livres de lui je reste sur un ton positif

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Jeu 23 Oct 2008 - 21:01

L'histoire commence


Amos Oz s'interroge sur l'écriture mais surtout sur la lecture, il met en évidence comment le lecteur construit le livre qu'il est en train de lire, il en est aussi le créateur avec l'auteur.

Après une très jolie introduction où Amos Oz nous parle un peu de la difficulté d'écrire, de débuter une histoire, de créer avec des mots des personnages, des événements, une réalité aussi réelle que dans la vraie vie, il disséque pour nous quelques oeuvres, nous montrant la façon dont ils peuvent prendre sens pour le lecteur, et à quel point ce sens n'est jamais unique, mais que telle ou telle interprétation préferentielle de tel ou tel élément peur complètement donner un autre éclrairage à l'oeuvre. En faisant cela, il met l'accent sur le plaisir de la lecture, sur le côté ludique et créatif de l'acte de lire; lire est le contraire de la passivité, le lecteur est une personne active qui de concert avec l'écrivain crée une oeuvre, avec son imagination, sa sensiblité, son intelligence et son histoire.

C'est un livre extrement brillant, fort agréable à lire. Un peu frustrant aussi, déjà parce que je ne connaissais pas tous les livres dont parle Amos Oz, et puis il m'interesse encore plus en tant qu'écrivain que comme commantateur des oeuvres des autres. Mais cela me donne encore plus envie de me plonger dans ses autres écrits.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Jeu 23 Oct 2008 - 21:48

Voilà ce qui me donne envie de continuer aussi avec cet auteur, merci

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   Jeu 23 Oct 2008 - 22:21

Arabella a écrit:
L'histoire commence


Amos Oz s'interroge sur l'écriture mais surtout sur la lecture, il met en évidence comment le lecteur construit le livre qu'il est en train de lire, il en est aussi le créateur avec l'auteur.

Après une très jolie introduction où Amos Oz nous parle un peu de la difficulté d'écrire, de débuter une histoire, de créer avec des mots des personnages, des événements, une réalité aussi réelle que dans la vraie vie, il disséque pour nous quelques oeuvres, nous montrant la façon dont ils peuvent prendre sens pour le lecteur, et à quel point ce sens n'est jamais unique, mais que telle ou telle interprétation préferentielle de tel ou tel élément peur complètement donner un autre éclrairage à l'oeuvre. En faisant cela, il met l'accent sur le plaisir de la lecture, sur le côté ludique et créatif de l'acte de lire; lire est le contraire de la passivité, le lecteur est une personne active qui de concert avec l'écrivain crée une oeuvre, avec son imagination, sa sensiblité, son intelligence et son histoire.

C'est un livre extrement brillant, fort agréable à lire. Un peu frustrant aussi, déjà parce que je ne connaissais pas tous les livres dont parle Amos Oz, et puis il m'interesse encore plus en tant qu'écrivain que comme commantateur des oeuvres des autres. Mais cela me donne encore plus envie de me plonger dans ses autres écrits.

Plus sérieux que Vie et mort en quatre rimes (j'ai dit l'avoir lu avec un sourire sur les lèvres je crois content )...ce livre me tente...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amos Oz [Israël]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Amos Oz [Israël]
Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Conflit israélo-palestinien
» Marine israélienne - Israeli Navy
» Selon Wikileaks, Israël aurait déja déjà détruit des infrastructures nucléaires de l’Iran
» Un diplomate israélien, a récemment fait sourire la communautés diplomates aux Nations Unies :
» ISRAËL SAYERET MATKAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature du Moyen-Orient (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: