Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Laurent Gaudé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26, 27  Suivant
AuteurMessage
Clemence
Envolée postale


Messages : 111
Inscription le : 26/02/2010
Localisation : Haut Var

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Dim 5 Aoû 2012 - 15:16


Au bord de la piscine, à l'ombre d'un cèdre du Liban un peu déplumé.... je me suis régalée par la lecture du soleil des Scorta!

La saga, en soi, est déjà une belle leçon de vie, de mémoire et de sombres secrets de famille.

Mais si la "saga" est un genre de roman, que l'on aime ou que l'on aime pas, j'ai été ravie par la manière de présenter cette saga...

Une introduction sous un soleil accablant, puis les confidences de la doyenne (qui sent sa mémoire devenir faillible)... Cette alternance de récit et de longues confidences faisant évoluer le drame de cette famille est époustouflant de beauté!

Un roman qui donne envie d'aller se cuire au soleil des Pouilles et d'y découvrir l'or des oliviers!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Ven 10 Aoû 2012 - 19:38

coline a écrit:
L'actualité de Laurent Gaudé c'est la création de sa dernière pièce au Théâtre du Peuple de Bussang, dans les Vosges. Théâtre dont la devise est "Par l'Art, pour l'humanité"


Le texte de Laurent Gaudé est édité chez Actes Sud Papiers. Il s'intitule Caillasses.
Inspiré à la fois par la Palestine et la tragédie antique.
Texte magnifique qui se lit aussi bien qu'un roman. Je le dis pour les amateurs de Gaudé.



Caillasses
La pièce, mise en scène et créée par Vincent Goethals (une commande d'écriture à Laurent Gaudé) est jouée jusqu'au 25 août à 15h au Théâtre du Peuple de Bussang.
voir ici






Je me fais une joie d'aller voir Caillasses, la dernière pièce de Laurent Gaudé écrite pour et créée par le Théâtre du Peuple de Bussang. Metteur en scène: Vincent Goethals. (le dimanche 19 août)

sur Le Pays.fr


entretien avec Vincent Goethals, le metteur en scène

vidéo des répétitions sur Evene
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Ven 10 Aoû 2012 - 20:17

ça a l'air chouette! J'attends ton compte rendu...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Sam 11 Aoû 2012 - 0:16

Marko a écrit:
ça a l'air chouette! J'attends ton compte rendu...

Je le ferai! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petitepom
Envolée postale


Messages : 155
Inscription le : 25/06/2012
Age : 51
Localisation : Corrèze

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Dim 19 Aoû 2012 - 8:52

la porte des enfers
Laurent Gaudé est un auteur que j’apprécie car chaque lecture est une surprise, ces écrits sont très différents à chaque livre. La porte des Enfers est le seul de la rentrée littéraire que je voulais absolument lire, rien que le titre m’a plu.

L’histoire tangue de 1980, jour du drame et 2002 jour de vengeance. Si la première période est claire, retraçant un drame quotidien ; la seconde est plus mystérieuse, ésotérique.

Giulana se réfugie dans l’oubli, Mattéo va s’entourer de drôles de personnages, riche en sentiments que la morale chrétienne condamne et enferme en enfer et c’est là que son chagrin va l’entraîner. On parle ici de mort et de douleur mais avec Gaudé, ça devient un conte,  deux mots qui ne vont pas ensemble, et pourtant…

Une atmosphère malsaine et latente fait de ce récit un bon thriller psychologique, une histoire originale et intéressante, pas toujours limpide mais il faut se laisser porter par l’histoire qui petit à petit, tout s’éclaire. Encore un fois, je ne suis pas déçue par Gaudé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petitepom.wordpress.com
SCOman
Envolée postale


Messages : 102
Inscription le : 08/06/2012
Age : 30
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Jeu 23 Aoû 2012 - 11:07

traversay a écrit:
Les oliviers du Négus

Si le roman est un marathon, la nouvelle est plutôt réservée aux sprinters (quand elles est très courte) ou aux athlètes de demi-fond (quand elle frise les cinquante pages). Laurent Gaudé, dans Les oliviers du Négus, ressemble à ces coureurs kenyans (ou éthiopiens, pour rester en phase avec le titre de son livre), c'est à dire capable de partir vite, de temporiser s'il le faut, d'accélérer, et de finir à fond dans la dernière ligne droite. Et cela, avec son style touffu et luxuriant et ses thèmes noirs comme la suie, soit la mort et la guerre, rien de moins. Quatre récits composent Les oliviers du Négus. Très différents sur le fond, les époques changent, mais l'écriture reste, habitée, rythmée jusqu'à l'épuisement des mots. Chaque lecteur aura ses préférences, parmi ses nouvelles. La plus belle est la première, évocation d'un personnage des Pouilles, ancien soldat de la conquête de l'Abyssinie. La seconde, qui se déroule du temps de l'Empire romain est plus forcée, presque caricaturale de la manière gaudéenne. La troisième est un petit film d'horreur, un golem qui s'incarne dans les paysages d'Artois, en pleine guerre 14. Un chef d'oeuvre, que ce texte qui raconte l'affrontement entre des hommes debout et un être de boue. La dernière, est le récit d'une mort programmée dans une Sicile gangrenée par les forces mafieuses. Fascinante, quoique peut-être plus convenue, rappelant les thèmes des films de Francesco Rosi. Liées par une atmosphère funèbre, ces quatre histoires ont en commun une force évocatrice peu commune, souvent sur le fil du rasoir de l'emphase précieuse, mais au pouvoir tellurique proprement ébouriffant.

Merci pour cette critique, qui me conforte dans mon idée de me procurer rapidement cet ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdares.over-blog.com
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Jeu 23 Aoû 2012 - 18:22

Caillasses: la nouvelle pièce écrite par Laurent Gaudé ,en attendant le roman de la rentrée!

clic!
clic!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Jeu 23 Aoû 2012 - 23:49

coline a écrit:
Caillasses: la nouvelle pièce écrite par Laurent Gaudé ,en attendant le roman de la rentrée!

clic!
clic!
Son nouveau roman est sorti hier en librairie.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Ven 24 Aoû 2012 - 12:03

Marko a écrit:
coline a écrit:
Caillasses: la nouvelle pièce écrite par Laurent Gaudé ,en attendant le roman de la rentrée!

clic!
clic!
Son nouveau roman est sorti hier en librairie.

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Lun 3 Sep 2012 - 15:13


Quatrième de couverture : En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s’écroule, terrassé par la fièvre. Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l’héritage – et le privilège d’emporter sa dépouille. Des confins de l’Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d’un temple éloigné où elle s’est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal : le destin l’appelle à nouveau auprès de l’homme qui a vaincu son père… Le devoir et l’ambition, l’amour et la fidélité, le deuil et l’errance mènent les personnages vers l’ivresse d’une dernière chevauchée. Porté par une écriture au souffle épique, Pour seul cortège les accompagne dans cet ultime voyage qui les affranchit de l’Histoire, leur ouvrant l’infini de la légende.

=======================

Alexandre le Grand se meurt. Tous ses généraux sont à son chevet. Dryptéis, fille de Darius et veuve d’ Héphaistion, est rappelée pour aller chercher sa mère, grande pythie, afin de connaître le sort de l’empereur. Alexandre le Grand est mort…. Il n’est pas enterré que ses fidèles généraux se déchirent le royaume. Elle décide alors de suivre le convoi mortuaire qui doit parcourir l’empire parmi les pleureuses.

Laurent raconte l’épopée qui suivit la mort d’Alexandre le Grand. Nous pleurons avec Dryptéis lorsqu’elle doit abandonner son fils pour mieux le sauver. Nous la suivons avec les pleureuses accompagnant le convoi funéraire à travers tout l’empire. Nous avons peur lorsque le convoi est attaqué par des soldats. Auparavant, nous avons supplié Alexandre de ne pas mourir sans avoir reçu son fidèle Ericléops revenant au galop du lointain orient……

Les fidèles ne seront pas ceux à qui l’on peut penser de prime abord. Ils ne sont pas du premier cercle mais participeront, au péril de leurs vies, à la grandeur d’Alexandre.

Laurent Gaudé sait nous envoûter, nous embarquer dans ses histoires. La construction, en petit paragraphes et la lisibilité font que l’on passe d’Ericléops à Alexandre en passant par Dryptéis avec une très grande facilité sans que cela nuise à la compréhension.

Nous passons de l’histoire à la légende. Que nous ayons de l’empathie pour Alexandre le sanguinaire, que nous ne puissions démêler la vérité historique de la fiction ne me hérissent pas tant la légende est bien contée. La fin est à l’unisson du reste : splendide.

Laurent Gaudé a su faire parler les âmes d’Alexandre, Dryptéis, Ericléops… pour un livre magnifique. Un coup de cœur pour moi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 4 Sep 2012 - 16:16

POUR SEUL CORTEGE

Impression beaucoup plus mitigée pour moi...
Il faut absolument que je me défende d’attendre trop de Laurent Gaudé. J’aime le style de cet auteur, j’aime son univers. Mais il y a toujours, dans ses derniers romans (comme dans sa dernière pièce Caillasses) le moment où je suis déçue, parce qu’il va trop loin et délaye et se perd, lassant le lecteur. Ou parce qu'il ne va pas assez loin et je reste sur ma faim, ce qui est le cas pour son dernier roman, Pour seul cortège.

Quel sujet il tenait!
On est à Babylone, en juin - 323. Alexandre le Grand se meurt, et déjà ses héritiers se déchirent pour la succession dans son empire, s’arrachent son cadavre. C’est la guerre !

Laurent Gaudé se défend d’avoir voulu faire de son ouvrage un roman historique. La situation l’inspire et son imagination fait le reste.

Dryptéis est la fille de Darius, autrefois vaincu par Alexandre. Elle s’est réfugiée dans un monastère à l’écart du monde. Pour se protéger et protéger son fils dont personne ne connaît l’existence. Elle est la femme et la veuve d’un ami d’Alexandre , Hephaistion.

Alexandre et Hephaistion(Musée de la Villa Getty)

Dryptéis est aussi la belle-sœur de l’empereur.
C’est elle que les fidèles d’Alexandre viendront chercher pour accompagner la dépouille de l’empereur, qu’elle quitte l’empire livré au chaos et se rende bien au-delà, vers l'Inde, escortée par les cavaliers du Gandhara. Afin qu’il « embrasse tout, porté par le vent »
Pour les suivre, elle devra abandonner son enfant.

« Moi Dryptéis, reine des vaincus, je demande au silence qui m’entoure : vers quoi vais-je aller maintenant ?...J’ai perdu mon père, mon trône, mes palais. J’ai été chassée de l’éternité du pouvoir par des hordes de cavaliers. J’ai pleuré sur les pierres de nos villes saccagées, puis les vainqueurs m’ont relevée et m’ont fait reine à nouveau, femme d’ Hephaistion. Ils m’ont regardée avec admiration. De mon ventre devait naître les enfants d’un nouvel empire. De mon ventre et de celui de mes sœurs, devait naître le rêve d’Alexandre. Mais la mort m’a enlevé Hephaistion et je ne suis plus rien. Pourquoi l’empire me rappelle-t-il ? Je ne veux plus du monde. Pourquoi ne m’oublie-t-il pas ?...Pourquoi existe-t-il toujours une raison pour me traîner à nouveau dans le tumulte de l’histoire où, aujourd’hui comme hier, je le sais, je ne serai que giflée ?... »

Dans le cortège, un dialogue peu à peu va naître entre Dryptéis et l’empereur défunt. On quitte une possible réalité pour entrer dans le mythe.

"Le roman historique ne m’intéresse pas, parce qu’il corsette la fiction. Le roman historique ne m’intéresse pas parce que je préfère l’éblouissement à la véracité, l’épique à l’exactitude. Je veux être dans la fièvre plutôt que dans le détail, tenter d’insuffler au livre une énergie chamanique plutôt que rester fidèle à la chronique" dit Laurent Gaudé.

Sauf que le lyrisme « fiévreux » de Laurent Gaudé, ce lyrisme que j’aime infiniment, manque ici de force tenue pour servir, au niveau qu’il faudrait, le caractère épique de cette histoire.
Avec certains beaux passages, lyriques effectivement, et poétiques parfois, alternent des moments où je peine, où je m’ennuie …Le voyage du cortège me semble long…or il ne s’étire que sur 185 pages!

Spoiler:
 

Laurent Gaudé parle de son roman

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 4 Sep 2012 - 18:41

2 avis diférents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 4 Sep 2012 - 19:16

coline a écrit:
Elle est la femme et la veuve d’un ami d’Alexandre , Hephaistion.
Héphaestion était plus qu'un ami d'Alexandre. Il était son plus grand ami et probablement son amant. On dit qu'Alexandre était inconsolable à sa mort.

Pour ce genre de roman sur fond historique je crains toujours la comparaison avec Yourcenar. Difficile d'aller aussi loin que ce qu'elle a fait avec Hadrien.

Par contre je trouve intéressant ce qu'il dit de son désir d'apporter une "énergie chamanique". C'est vrai qu'il cherche souvent un lyrisme incantatoire au risque de devenir grandiloquent. Je le lirai quand même probablement car le thème m'intéresse. Et Zazy a été touchée manifestement (et sans sciatique!) alors je le mets de côté pour bientôt Very Happy


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature


Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 67
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 4 Sep 2012 - 19:33

Ah les mémoires d'Hadrien !!!! je n'ai jamais pu aller au-delà de quelques pages tant j'en avais marre de ses coliques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 4 Sep 2012 - 20:02

zazy a écrit:
Ah les mémoires d'Hadrien !!!! je n'ai jamais pu aller au-delà de quelques pages tant j'en avais marre de ses coliques
Je rêve! rire

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Laurent Gaudé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 24 sur 27Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26, 27  Suivant
 Sujets similaires
-
» La mort du roi Tsongor (Laurent Gaudé)
» Bon anniversaire à Laurent Massu (32)
» laurent de smet
» Laurent L'Hermitte "De la terre à mes semelles".
» Saint-Laurent-en-Caux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: