Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Laurent Gaudé

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27  Suivant
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeDim 17 Aoû 2014 - 16:57

La mort du roi Tsongor

Ce qui ressort pour moi de ce roman, c'est le conte.

J'ai lu (relu en fait) ce livre comme j'écoutais, enfant, ma mère me lire (et me relire et me re-re-lire), les aventures des Grecs à Troie, le flambant Mélénas, le bouillant Achille, à l'assaut du beau Priam et de la princesse Hélène. J'ai retrouvé ici un semblable récit flamboyant, des costumes , des processions, des combats. Les rois et les peuples déchirés. Les alliances et les trahisons. Les promesses dénoncées. L'héritage moral d'un père majestueux moins victorieux qu'on l'a cru. L'honneur des hommes à l'assaut de l'honneur des femmes dans des péripéties d'abord exaltantes, et puis la même fatigue, la perte des certitudes, et au retour l'épuisement , la honte et la désillusion. A quoi bon ? Qu'avons nous fait ? Notre vaillance perdue, notre pouvoir qui ne mène qu'à la désolation...Partout, le sang et l'horreur.

Sans doute la sagesse est-elle du côté de Souba, l'humble Ulysse aux errances dérisoires...

Laurent Gaudé produit un texte dont l'écriture est si travaillée que sa lecture orale est aussi vivante et enlevée que le récit d'un conteur, avec ses lenteurs, ses emballements, ses répéptitions, ses retenues. Les lèvres sourient, les yeux pleurent parfois, le cœur du lecteur bat et souffre pour tous ces valeureux héros.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeDim 17 Aoû 2014 - 18:21

Tu m'as convaincu Topocl avec ton commentaire, je lirai ce livre  (mais comment m'arranger avec le temps ?)

j'avais aimé les 2 livres lus de lui l'Eldorado et le Soleil des Scorta

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeLun 18 Aoû 2014 - 10:53

De mon côté j'avais été totalement bouleversée par cette lecture (La mort du roi Tsongor) y voyant une transposition parfaite de la tragédie grecque. Bonne lecture Bédou !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeLun 18 Aoû 2014 - 10:59

Vous n'avez pas envie de lire un texte de théâtre de Laurent Gaudé?
Si oui, je vous suggère Caillasses, que nous avons monté et joué cette année.
Il comporte de longs monologues, ce qui le rend accessible vraiment en lecture simple.

Thème: L'exil du peuple palestinien et les villages abandonnés.

Laurent Gaudé - Page 26 Palest11 Laurent Gaudé - Page 26 Palest12

Je vais essayer de vous rédiger une invitation à le lire plus élaborée. content

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeJeu 21 Aoû 2014 - 17:21

coline a écrit:
Je vais essayer de vous rédiger une invitation à le lire plus élaborée. content

Je suis preneuse, j'aime beaucoup Gaudé, et ça fait un bail que je ne l'ai plus lu.

On attend ton invit, Coline  sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeJeu 21 Aoû 2014 - 17:39

coline a écrit:
Vous n'avez pas envie de lire un texte de théâtre de Laurent Gaudé?
Si oui, je vous suggère Caillasses, que nous avons monté et joué cette année.
Il comporte de longs monologues, ce qui le rend accessible vraiment en lecture simple.

Thème: L'exil du peuple palestinien et les villages abandonnés.

Laurent Gaudé - Page 26 Palest11     Laurent Gaudé - Page 26 Palest12    

Je vais essayer de vous rédiger une invitation à le lire plus élaborée. content

Il va bien falloir que je fasse un petit commentaire de ce spectacle (et du texte)!  Very Happy 

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeJeu 21 Aoû 2014 - 18:03

Marko a écrit:
coline a écrit:
Vous n'avez pas envie de lire un texte de théâtre de Laurent Gaudé?
Si oui, je vous suggère Caillasses, que nous avons monté et joué cette année.
Il comporte de longs monologues, ce qui le rend accessible vraiment en lecture simple.

Thème: L'exil du peuple palestinien et les villages abandonnés.

Laurent Gaudé - Page 26 Palest11     Laurent Gaudé - Page 26 Palest12    

Je vais essayer de vous rédiger une invitation à le lire plus élaborée. content

Il va bien falloir que je fasse un petit commentaire de ce spectacle (et du texte)!  Very Happy 

Mais oui...ce serait bien! Basketball 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeJeu 15 Jan 2015 - 0:14

Le nouveau Laurent Gaudé Danser les ombres est consacré au tremblement de terre de 2010 en Haïti. Ce sera ma prochaine lecture.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Danser les ombres   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeJeu 26 Fév 2015 - 22:12

Danser les ombres

Originale : Français, 2015

CONTENU :
En ce matin de janvier, la jeune Lucine arrive de Jacmel à Port-au-Prince pour y annoncer un décès. Très vite, dans cette ville où elle a connu les heures glorieuses et sombres des manifestations étudiantes quelques années plus tôt, elle sait qu'elle ne partira plus, qu'elle est revenue construire ici l'avenir qui l'attendait. Hébergée dans une ancienne maison close, elle fait la connaissance d'un groupe d'amis qui se réunit chaque semaine pour de longues parties de dominos. Dans la cour sous les arbres, dans la douceur du temps tranquille, quelque chose frémit qui pourrait être le bonheur, qui donne l'envie d'aimer et d'accomplir sa vie. Mais, le lendemain, la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence...
(4ème de couverture)

STRUCTURE :
Prologue – 14 chapitres de dix à vingt-huit pages contenant des paragraphes séparés par saut de ligne - Epilogue

REMARQUES :
Il semble que Lucine avait renoncé à une vie autonome à cause de sa sœur Nine qui n’arrive pas à s’occuper vraiment de ses enfants (quelle image d’une vie réussie?). Mais quand Nine meurt sous des circonstances dramatiques, elle laisse les enfants sous la garde de son autre sœur pour retourner après cinq années d’absence à Port-au-Prince : symbole pour une vie pleine qu’elle y a mené lors de ses débuts d’études, lieu d’échanges, aussi de revoltes lors de la dictature. Là-bas elle s’est fixée comme but de trouver le père du premier enfant, pour l’informer de la mort de Nine et espérant de recevoir, éventuellement, de l’aide.

Elle atterrit auprès d’un homme déjà âgé et trouve un logement provisoire dans un ancien bordel. S’y rencontrent des gens, un cercle d’amis, d’origines et d’âges très différents. Ils vivent dans un échange fraternel, tantôt avec des jeux, tantôt dans la parole libres sur des sujets chauds de societés... Cela ressemble à un vrai havre de paix, un lieu paradisiaque ! Lucine y fait la connaissance d’un homme, Saul, avec qui un avenir est possible, un amour d’éternité donné.

Mais le tremblement de terre du lendemain – nous nous trouvons en Janvier 2010 – va bousculer tout ce monde, toute la ville : d’un coup la ville est marquée, visitée par la mort. Et comme si souvent dans les écrits de Gaudé, on trouvera aussi ici un élément mythologique ou inexpliquable : les vivants n’arrivent littéralement pas à laisser s’en aller les morts, et les morts de leur coté n’arrivent pas à prendre congé de leur bien-aimés. Ils vivent ici côte-à-côte. Qu’est-ce qu’on a besoin pour avancer d’un pas comme un retour n’est pas possible ? Comment faisons-nous le travail de deuil pour laisser s’en aller les morts, et se retrouver dans la terre des vivants ?

L’utilisation des images du voodoo peut déranger, mais ils sont bien présents en Haiti, jusqu’à aujourd’hui. D’habitude dans un melange avec des éléments chrétiens qui néanmoins ne jouent pas ici un rôle préponderant, contrairement à la réalité. Là on trouve une source pour la force vive de ce peuple qui a si souvent du faire face à des cataclysmes. Et où l’espoir, ou l’espérance ont eu le dernier mot. Très impressionnant sont les descriptions où Gaudé décrit si bien, comment l’engagement commun et l’affrontement ensemble de l’épreuve peuvent créer une fraternité !

Les différentes dictatures de Duvalier Père, Baby Doc, Aristide et consortes sont bien présents pour le lecteur attentif : ils marquent les protagonistes principaux. Plusieurs portent les empreintes de la résistance...

Ainsi on trouve ici des éléments réalistes (mais pas de descriptions entièrement du réel) et ceux venant d’un « autre monde, voire parallèle ». Ces mondes s’interpénétrent, vont en parallèle. Mais avec l’idée d’un hommâge à un peuple, il faudrait bien dire que c’est l’image de Laurent Gaudé qui éventuellement regarde finalement avec les yeux d’un Occidentaux, biensûr bienveillant et ayant visité le pays, mais aussi le décrivant partiellement, partant de ces deceptions européennes et une vue sur Haiti qui est celle p.ê d’un tout petit groupe ?!

Dans l’ensemble reste – malgré des parties et des descriptions splendides – une impression partagée... (mitigée?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirabelle
Envolée postale
Mirabelle

Messages : 107
Inscription le : 06/04/2010
Age : 36
Localisation : Vers l'infini et au-delà

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeDim 1 Mar 2015 - 20:26

Une bien belle critique pour un beau livre arraché des tripes avec ce profond sentiment de vacuité et de désespérance des guerres d'aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeLun 2 Mar 2015 - 14:45

Impression mitigée donc pour toi Tom Léo...Il me fait envie mais je crois que je vais attendre qu'il soit disponible à la médiathèque... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeJeu 10 Sep 2015 - 23:31

Je viens de terminer "Danser les ombres" ; on retrouve bien son  style si rythmé , lancinant , scandé , très musical , on retrouve aussi ses thèmes de prédilection avec cette frontière entre le monde des vivants et des morts dans lequel il plonge avec douleur et volupté mélangés , ici à travers un séisme en Haiti ...c'est toujours aussi beau , sensuel , déchirant ...mais il semble qu'il soit arrivé au bout de sa créativité sur ce sujet , il s'essoufle quand même pas mal et la fin est preque laborieuse malgré de très beaux passages oniriques .

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeVen 18 Sep 2015 - 14:30

J'ai terminé depuis quelques temps la lecture de "Pour seul cortège", je suis paresseuse, je n'ai pas regardé s'il était déjà chroniqué ici. dentsblanches

Citation :
Babylone et ses banquets, ses rites, sa démesure, sa vénération pour Alexandre. L'empire établi par le conquérant macédonien vit ses ultimes heures dans une fête continuelle.
Un temple, perché et perdu en Arie, loin de Babylone et ses fastes mortifères, abrite une jeune femme et son enfançon, Dryptéis, fille de Darius, héritière d'un empire déchu, veuve d'Hyphaistion, fidèle d'Alexandre. Elle s'y est réfugiée pour que l'Empire l'oublie, pour se fondre dans la solitude et l'anonymat, pour que l'Histoire des hommes ne la rattrape pas.
Les prêtres, silencieux, l'ont accueillie, elle assiste, chaque matin, au geste rituel de l'offrande safranée, celle qui apaise la faim des dieux, celle qui peut faire reculer la mort.

Un banquet, des chants, une grimace d'Alexandre, un malaise, une douleur qui le ronge : l'Empire vacille, l'Empire retient son souffle, l'Empire vit au rythme des pulsations du Macédonien jusqu'à ce que ce dernier réclame la présence de Dryptéis.
C'est alors que nul désert, nulle montagne ne peut arrêter la marche de l'Empire, la tenaille des hommes.
Le safran, épice ô combien précieuse, est dispersé pour apaiser les dieux et leur appétit féroce. Derrière la brume orangée, une troupe à cheval. Dryptéis sait qu'elle ne pourra, ne saura échapper à son destin.

Alexandre se meurt, Alexandre la réclame, Alexandre dialogue avec une tête posée dans un panier : la réponse de celui qui règne au-delà de l'Indus, à Pâtalipoutra.

L'Empire s'effrite : grande est l'ambition des généraux d'Alexandre, grande est leur envie de prendre sa place.
Alexandre ne veut pas rester enfermé dans un catafalque, Alexandre veut partir jusqu'au monde inconnu, si proche et si lointain.

Un chant triste, mélancolique et beau s'élève entre les trois âmes qui ne peuvent se quitter : Alexandre, Dryptéis et Ericleops, messager d'Alexandre auprès du Dhana Nanda. Un trio se parle, se construit, les voix s'éloignent puis se rejoignent, convergeant vers un unique but : rendre la liberté à l'âme d'Alexandre.
L'épopée se vit au gré des mots, des phrases magnifiques de Laurent Gaudé. Nous sommes Alexandre, dépecé par ses fidèles, nous sommes Dryptéis, reine des vaincus, pleureuse de celui qui a mis à genoux Darius, nous sommes Ericleops, fidèle messager affrontant une mort inévitable. D'au-delà de l'Indus jusqu'à Babylone, la marche funèbre est un chant du cygne sublime qu'accueille l'Arie et ses brumes safranées.

« Pour seul cortège » est un poème épique, en prose, chantant le dernier voyage des personnages, ivres d'une ultime chevauchée, celle qui les affranchira des chaînes de l'Histoire. L'Empire se disloque, ils demeurent dans le secret minéral de montagnes perdues.
Quelle magnifique épopée où la fidélité, l'amour et le devoir orchestrent une errance à couper le souffle des personnages historiques magnifiés par le regard de l'auteur.
« La mort du roi Tsongor » fut un monument, « Pour seul cortège » en est un autre, porté par le même souffle, celui d'une écriture qui aime s'offrir à l'autre, à l'inconnu qui tourne les pages, emporté par l'élan épique de la fin d'un homme qui changea la face du monde connu.

A qui appartient la dépouille d'Alexandre ? A sa mère ? A ses généraux ? A l'Empire ? Les pincées de safran, portées par la brise des dieux, sont l'ultime voile d'Alexandre dont l'âme, enfin libérée, murmure aux quatre vents :
« Je vois tout et je me disperse, mes ennemis n'y peuvent rien, je suis sur eux dorénavant. A qui appartiens-tu, Alexandre ? A vous, mes compagnons, qui me ressemblez, à vous mes rêves lointains que je n'ai pas réalisés mais qui m'ont porté. A toi, Dryptéis, qui ma sauvé de mon cercueil, qui a jeté sur chacun d'entre nous une poignée de poudre de safran pour que nous échappions à la voracité des dieux, à toi qui es maintenant, je le sens, dans le cœur heureux du temps où les secondes sont infinies, je souffle sur le Gange, oh comme il est doux d'être si loin, je dis vos noms Hyphaistion, Dryptéis, je dis vos noms Tarkilias, Chandragupta, vous avez fait de moi l'homme qui ne sait pas mourir, l'urne est cassée et le vent souffle, je suis là, à jamais, j'enveloppe tout du regard, écoute Dryptéis, les mondes inconnus, les fleuves interminables, les combats de demain, écoute. A qui appartiens-tu, Alexandre ? Tu leur diras, Dryptéis, toi qui fus la seule à voir l'armée des morts entrer en terre et les cinq cavaliers du Ghandhara périr en pleine course, tu leur diras, A qui appartiens-tu ? A mes compagnons lancés au galop dans la plaine et à l'éternité qui s'ouvre devant moi. »

On referme le livre à regrets, des images d'une beauté à couper le souffle dans la tête, un parfum de safran flottant autour de soi, le bout des doigts teintés d'orange, couleur sacrée s'il en est. On le referme puis on le rouvre pour feuilleter au gré du regard, les pages qui se révèlent sous un autre jour.


A qui appartiens-tu, épopée ? A celui qui s'est laissé emporter sans crainte, avide du vertige donné par une Histoire revisitée, ravi d'un voyage qui longtemps le portera, et ce sans crier gare, au détour d'un quotidien dont la platitude se pare de la beauté d'une écriture qui émeut sans que l'on s'en aperçoive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
MartineR
Main aguerrie
MartineR

Messages : 364
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeJeu 14 Jan 2016 - 15:56

Danser les ombres

Je lisais ce livre au moment des attentas, pas le roman qui aurait dù être sur ma pile!!!



Une fois que l'on a compris la construction romanesque, on est happé par la densité de l'écriture , comme toujours chez Laurent Gaudé.



Aucun misérabilisme mais beaucoup d'entraide, de rire (mais oui) malgrè la lourdeur du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitimeMar 6 Sep 2016 - 16:53

Laurent Gaudé - Page 26 Sddefa10



Ecoutez nos défaites


Il en faut du coffre pour contenir en un seul ouvrage une histoire d'espionnage , une fulgurance amoureuse , Hannibal ses armées , ses batailles et ses éléphants , Le général Grant et sa victoire lors de la guerre de sécession , Hailé Sélassié le roi des rois de l'Ethiopie fuyant son pays face à l'embargo Italien .
Mais il en a du coffre, Laurent Gaudé , non dans la quantité , le volume n'est pas gros en pages , mais l'architecture de cette oeuvre permet à tout ce petit / grand monde de prendre sa place .
Chaque lecteur trouvera sa porte d'entrée ...Amateurs de suspens comme les férus d'histoire , ceux tournés vers l'actualité ou les inconditionnels du roman d'amour .

Ecoutez sa défaite ....
Mariam et sa lutte contre la maladie mais aussi Mariam et son essoufflement face aux destructions massives du patrimoine culturel , mission de sa vie ...Les forces s'amenuisent mais la défaite n'est pas l'échec car "Corps, souviens-toi, non seulement de l'ardeur avec laquelle tu fus ailé, non seulement des lits sur lesquels tu t'es étendu, mais de ces désirs qui brillaient pour toi dans les yeux et tremblaient sur les lèvres ...": Beau cadeau que ces mots du grand poête Cavafy que lui offre son amant d'un jour et de l'éternité ...

Ecoutez sa défaite ...
Celle d'Assem Graieb, tueur de la république , en partance pour une énième mission qui ose se poser la question de son libre-arbitre , douter enfin et peut-être tenter de s'affranchir de l'autorité qui n'a que faire des états d'âme et de la loi morale ....

Ecoutez leur défaite ....
Celle d'Hannibal et son combat contre l'empire Romain ...
Celle de Grant et sa victoire reconnue par l'histoire mais face au prix en termes de vies sacrifiées peux-t -on parler encore de victoire ?
Celle du grand Negus admiré et aimé par ses sujets , déchu de ses fonctions et mourant dans la plus amère solitude ...

Ecoutez sa défaite ...
Celle de l'histoire qui ne sait comment tournera le vent au dernier moment ....

Ecoutez leur défaite ....
Celle d'Archéologues , sauveurs de patrimoine (ou pilleurs de tombes ? ) face à la force destructrice de Daesh ...

Ecoutez nos défaites ....
Au delà des mots ....Après avoir refermé l'ouvrage ...face à nous mêmes ... Les portes sont ouvertes , ayons le courage ...

Laurent Gaudé abolit les frontières et la temporalité par un tour de force littéraire magistral ! Quelle importance que l'on soit d'ici ou d'ailleurs , contemporains ou âmes flottantes , nous voici tous réunis et frères , avec nos forces et nos faiblesses , nos doutes souvent , notre usure ....Usure peut-être salvatrice qui permet de revenir à l'essentiel et de rendre les armes lorsque le combat cesse enfin pour laisser place à la parole du coeur et aux vrais questionnements .
L'oeuvre d'art alors prend tout son sens , la parole se libère , la poésie exulte et l'humanité se fait jour .

Laurent Gaudé nous montre le chemin , il suffit de se laisser guider , fuir l'obscurantisme et l'ignorance , abandonner ses peurs et ses réserves et enfin grandir ...
Une écriture d'un lyrisme éblouissant , dans une forme scandée tout en anaphores , chant de vie et d'espoir qui nous fait toucher l'urgence de la transcendance par les plus nobles chemins empruntés par l'homme depuis la nuit des temps , l'art , l'amour et la connaissance . Brûlant d'actualité , ce roman est un souffle majeure de la littéraire contemporaine .

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Laurent Gaudé - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Laurent Gaudé - Page 26 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Laurent Gaudé
Revenir en haut 
Page 26 sur 27Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27  Suivant
 Sujets similaires
-
» La mort du roi Tsongor (Laurent Gaudé)
» laurent de smet
» C'est la Saint-Laurent
» laurent Gretchanovsky - l.gretcha@free.fr
» Lieutenant-colonel Laurent DEPUI.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: