Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Laurent Gaudé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 15 ... 27  Suivant
AuteurMessage
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17335
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Dim 4 Mai 2008 - 18:32

j'aime qu'il y ait encore des utopies !

merci pour le lien Coline

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bulle
Zen littéraire


Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 59
Localisation : Quelque part!

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Lun 2 Juin 2008 - 18:57

finalement mon choix de lecture de Juin, ira vers Laurent Gaudé.
J'hésitais entre cris et Eldorado. jemetate l'Eldorado l'emporte.
Coline, j'ai regardé le vidéo, impressionnant quand même
de voir tous ces gens désireux de s'établir ailleurs, de risquer leur vie pour traverser l'océan.

Citation :
Laurent Gaudé
Il y a cinq ans, Laurent Gaudé faisait une thèse et s'ennuyait. Il décide de tout lâcher pour un roman. Son premier livre est un succès. Deux autres suivent. A la clé, un prix Goncourt pour le "Soleil des Scorta". Gaudé n'a alors que 31 ans. Les romans de Laurent Gaudé sont des voyages en pays lointains, en époques révolues. Guerre de 14-18, Afrique imaginaire, rives de la méditerranée. Pour ce parisien d'origine, écrire, c'est vivre mille aventures.
carte blanche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Lun 2 Juin 2008 - 21:55

Bonne lecture Bulle!...
Malgré ses imperfections, j'ai un attachement particulier à ce roman...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4502
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 3 Juin 2008 - 17:18

En lisant le fil sur Laurent Gaudé, je viens de m'apercevoir que c'était l'auteur du livre « Le soleil des Scorta » Je l'avais lu et j'avais apprécié cette histoire familiale noyé sous ce soleil.
Je n'avais tout simplement pas retenu le nom de l'auteur.
Je me rappelle particulièrement la longue marche du violeur, qui chemine en plein soleil pour commettre son acte ignoble et fonder ainsi la dynastie des Scorta. La façon de décrire l'avancée de l'homme, libéré de prison, vers ce viol (qui était une méprise, puisqu'il pensait violer quelqu'un d'autre) m'avait marqué et je n'avais pu me défaire de cette image d'un homme avançant sous ce soleil vers le destin d'une famille pendant un moment.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.


Dernière édition par Steven le Mar 3 Juin 2008 - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 3 Juin 2008 - 17:55

Steven a écrit:
Je me rappelle particulièrement la longue marche du violeur, qui chemine en plein soleil pour commettre son acte ignoble et fonder ainsi la dynastie des Scorta. La façon de décrire l'avancée de l'homme, libéré de prison, versce viol (qui était une méprise, puisqu'il pensait violer quelqu'un d'autres) m'avait marqué et je n'avais pu me défaire de cette image d'un homme avançant sous ce soleil vers le destin d'une famille pendant un moment.
Merci Steven de nous rappeler ces pages.. oui.. en effet c'est un moment très fort du livre.. et je me rappelle que je me suis posée la question si je voulais continuer avec ce livre.. mais l'écriture m'avais déjà ensorcelé.. et en fin de compte la question ne c'est plus posé jusqu'à la fin.. un de ces livres rares que j'ai lu d'une traite.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18132
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mar 3 Juin 2008 - 18:16

kenavo a écrit:
un de ces livres rares que j'ai lu d'une traite.
Pour moi aussi comme pour vous deux: un moment très fort d'entrée qui m'a fait plonger dans ce récit avec une fougue rare!
Je me souviens exactement de ces moments (je voyagais...j'apprécie encore plus lire dans ces conditions. Sans doute l'effet déconnexion du monde alentour, doublé de ce fait?)

Un très grand auteur qui ne m'a jamais déçue aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 4 Juin 2008 - 18:07

Je suis aériale dans ce qu'elle écrit.
Et merci steven de nous rappeler cette longue marche sous le soleil écrasant et le silence du village endormi (?) par la chaleur intense. Mmmm quel bon souvenir de lecture :heart:

je viens de m'apercevoir que steven a un avatar très chaud: le Petit Chaperon Rouge version moderne rire ça déménage!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
bulle
Zen littéraire


Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 59
Localisation : Quelque part!

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 4 Juin 2008 - 18:10

coline a écrit:
Bonne lecture Bulle!...
Malgré ses imperfections, j'ai un attachement particulier à ce roman...

merci coline content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen


Messages : 14278
Inscription le : 05/03/2008
Age : 56
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Mer 4 Juin 2008 - 22:45

J'ai trouvé Le soleil des Scorta vraiment magnifique, un moment très fort. Mais depuis, je n'ai pas osé lire un autre livre de cet auteur, j'ai peur d'être déçue.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Jeu 5 Juin 2008 - 11:40

Epi a écrit:
J'ai trouvé Le soleil des Scorta vraiment magnifique, un moment très fort. Mais depuis, je n'ai pas osé lire un autre livre de cet auteur, j'ai peur d'être déçue.

Il faut prendre le risque Epi...On dit du Soleil des Scorta qu'il est le meilleur...et c'est sans doute vrai...Pourtant j'ai trouvé dans chacun des autres livres de Gaudé que j'ai lus braucoup d' éléments qui m'ont empêchée d'être déçue (roman et théâtre)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Jeu 5 Juin 2008 - 11:44

Les Sacrifiées (mon ouvrage coup de coeur chez Gaudé- voir plus haut)) a été monté en opéra par Thierry Pecou.

Cela me fait un peu étrange de voir cette scène :
clic


Victimes algériennes
Nanterre (Théâtre des Amandiers) avait déjà accueilli la création de la pièces de Laurent Gaudé, en 2004, lequel a lui-même adapté en livret son texte pour l'opéra de Thierry Pécou (né en 1965 à Boulogne sur mer). Le sujet est engagé et "ose" parler de ce qui est encore tabou: trois périodes capitales et douloureuses de l'histoire algérienne. Colonisation, indépendance, percée des fanatismes: 1960, 1980, 1990 dont l'emblème vivant à chaque épisode, est le prénom d'une femme. Trois témoins, trois victimes, trois "Sacrifiées". Raïssa, Leïla, Saïda. Scène violente et dénonciatrice, "Les Sacrifiées" conserve une intensité fascinante grâce à l'épure et la suggestion, toute en pudeur, des auteurs. Thierry Pécou en abordant ce tableau de la barbarie contemporaine, semble plonger dans une nouvelle typologie de grandeur tragique, héritière de la scène grecque antique.
Le texte de Gaudé est scrupuleusement articulé, déclamé, dans sa noirceur, à la fois horreur et hymne criant à l'humanisme/l'humanité, bafoués. Chacune des parties historiques s'achève par une lamentation dont le geste universel, sur le plan musical, réactive le lamento montéverdien. L'émotion nait et grandit des ignominies subies (viol, meurtre, humiliation...) scandées par un choeur omniprésent. Dirigés par Laurent Cuniot, les instrumentistes de TM+, en résidence à Nanterre, cisèlent une partition d'une finesse suggestive, porteuse de couleurs et d'accents d'un exostisme qui n'est jamais creux ni artificiel: humain, humaniste, juste.
Opéra contemporain enregistré lors de sa création en janvier 2008 à la Maison de la musique de Nanterre. Distribution: Sevan Manoukian (Raïssa jeune fille, Saïda), Sylvia Vadimova (Leïla), Jacqueline Mayeur (Raïssa), Maja Pavlovska (Meriem, Chœur), Benoît Arnould (L’aîné de la Djemâa, Le lieutenant, Chœur), Paul Gaugler (Charles, Selim, Chœur), Maja Pavloska (Meriem 1, Voisine 1, Chœur), Anne-Laure Tondu (Meriem 2, Voisine 2, Chœur), Mickaël Chouquet (Chœur), Guillaume Marquet (Chœur), Lionel Monier (Chœur). Ensemble TM+: Gilles Burgos (flûte), Jean-Pierre Arnaud (hautbois), Francis Touchard (clarinette), André Feydy (trompette), Olivier Devaure (trombone), Marie Charvet (violon), Philippe Noharet (contrebasse), Stéphane Puc (accordéon), Florent Jodelet (percussion), Laurent Cuniot (direction musicale), Christian Gangneron (mise en scène).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrisdusud
Sage de la littérature


Messages : 2084
Inscription le : 20/04/2008
Age : 48
Localisation : Corse

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Jeu 5 Juin 2008 - 20:52

Comme vous j'ai adoré "le soleilde Scorta". J'ai ressenti le poids du soleil m'écraser, l'odeur des soupes, la rudesse des chemins... peut être aussi parce qu'une partie de mes origines est italienne, issue d'un village comme celui ci avec un arrière grand oncle parti vivre en Amérique. J'ai senti mes racines dans ce livre.

Par contre je me sui ennuyée avec "La mort du le roi tsongor"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18132
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Jeu 5 Juin 2008 - 22:47

chrisdusud a écrit:
Comme vous j'ai adoré "le soleilde Scorta". J'ai ressenti le poids du soleil m'écraser, l'odeur des soupes, la rudesse des chemins... peut être aussi parce qu'une partie de mes origines est italienne, issue d'un village comme celui ci avec un arrière grand oncle parti vivre en Amérique. J'ai senti mes racines dans ce livre.
Surement Chris du sud, mais Gaudé a un pouvoir d'évocation hors de la norme...
On doit se sentir tous du sud lorsqu'on lit ce livre.
Un must du genre, et je le répète! aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29392
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Jeu 5 Juin 2008 - 23:21

J'ai pensé que Les sacrifiées devraient intéresser tout particulièrement Nytia... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bulle
Zen littéraire


Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 59
Localisation : Quelque part!

MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Lun 30 Juin 2008 - 13:37

J'ai terminé Eldorado, et je suis ravie

une lecture qui tient son lecteur en haleine continuellement
impossible de se détacher du livre très longtemps.

des embarcations bondés d'espérance, jusqu'au retentissement
de sirènes, qui mettaient alors fin à leurs rêves.

Un passage: "Le choc de la coque contre les bouées accrochées au quai fit un bruit sourd. Les cordes crissèrent et se tendirent. La passerelle fut hissée. La frégate était maintenant comme un gros insecte entravé. Enfin, le moteur fut coupé. Cela sortit le commandant de ses pensées. Il entendit la voix de son second qui ordonnait aux clandestins de descendre. Les Carabiniers, en bas, étaient prêts à les réceptionner. C'est alors que le commandant sortit de la passerelle et cria: ''Non! Attendez! '' Le silence se fit. Les hommes de l'équipage tournèrent la tête et l'observèrent, attendant un ordre ou une explication. Les clandestins s'immobilisèrent, à mi-chemin sur l'escalier, craignant d'avoir quelque chose de répréhensible. Les carabiniers levèrent les yeux pour essayer d'apercevoir le visage de celui qui venait de hurler. Tous les regards convergèrent sur lui. Il resta un temps interdit, comprenant qu'il était trop tard. Il ne pouvait plus rien, Il avait hésité trop longtemps. ALors, d'un geste sec de la main, sans pouvoir dire une parole, il fit signe aux clandestins de continuer leur descente.
A l'instant où ils firent, il eut le temps de croiser le regard de l'interprète. Un long regard noir et douloureux qui disait sa rancune. Il aurait admis que Salvatore Piracci refuse sa proposition par principe, par idéologie. Mais il comprenait que le commandant était maintenant prêt à accepter. Il était simplement trop tard. Et cela étais pire que tout, alors il cracha par terre, sans quitter des yeux le commandant. Il cracha sur sa lenteur et sur cet homme qui laissait les choses aller leur cours puis, l'instant d'après, le regrettait."



un autre passage: "Salvatore Piracci regardait la silhouette étrange de ces croix de guingois et se demanda si l'hospitalité des gens de Lampedusa s'était usée comme son propre regard. Si lui aussi, à trop croiser la misère, n'avait pas fini par assécher son humanité. C'est alors qu'une voix le fit sortir de ses pensées.
- C'est le cimetière de l'Eldorado, entendit-il. Un homme se tenait à quelques pas derrière lui. Il ne l'avait pas entendu s'approcher. Salvatore Piracci le contempla avec surprise.
- C'est ainsi que je l'appelle, reprit l'inconnu.
Le commandant ne répondit pas. Il observa l'intrus avec mauvaise humeur. C'était un homme maigre au dos voûté. Il avait quelque chose d'étrange dans sa façon de se tenir. On aurait dit un simplet ou une sorte de reclus vivant loin de la société des hommes. Mais sa voix contrastait avec son physique. Il parlait bien. Avec vivacité. Salvatore Piracci se demanda de qui il pouvait bien s'agir. Le gardien du cimetière? Un homme venu se recueillir sur la tombe d'un proche? Piracci n'avait pas envie de nourrir la moindre discussion. Il espérait que son regard le ferait sentir mais l'homme continua.
- L'herbe sera grasse, dit-il, et les arbres chargés de fruits. De l'or coulera au fond des ruisseaux, et des carrières de diamants à ciel ouvert
réverbéreront les rayons du soleil. Les forêts frémiront de gibier et les lacs seront poissonneux. Tout sera doux là-bas. Et la vie passera comme une caresse. L'Eldorado, commandant. Ils l'avaient au fond des yeux. Ils l'ont voulu jusqu'àce que leur embarcation se retourne. En cela, ils ont été plus riches que vous et moi. Nous avons le fond de l'oeil sec, nous autres. Et nos vies sont lentes.
Sans que Salvatore Piracci ait pu rien répondre, le petit homme s'éloigna. Il avait dit ce qu'il avait à dire et il partit sans saluer. Le commandant resta un temps immobile de surprise. Qui était cet homme? Pourquoi lui avait-il dit tout cela? Avait-il assisté à la scène de la bagarre? Il repensa aux paroles que l'inconnu avait prononcées. Il les laissa résonner longtemps en son esprit. L'Eldorado. Oui, il avait raison. Ces hommes-là avaient été assoiffées. Ils avaient connu la richesse de ceux qui ne renoncent pas. Qui rêvent toujours plus loin. Le commandant regarda autour de lui. La mer s'étendait à ses pieds avec son clame profond. L'Eldorado, il sut, à cet instant, que ce nom lontain allait régner sur chacune de ses nuits".


---

j'avais espéré la rencontre du Commandant et de Soleiman
et c'est arrivé avec l'échange du collier vert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laurent Gaudé   Aujourd'hui à 2:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Laurent Gaudé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 27Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 15 ... 27  Suivant
 Sujets similaires
-
» La mort du roi Tsongor (Laurent Gaudé)
» Bon anniversaire à Laurent Massu (32)
» laurent de smet
» Laurent L'Hermitte "De la terre à mes semelles".
» Saint-Laurent-en-Caux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: