Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Claude Simon

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lekhan
Main aguerrie
lekhan

Messages : 324
Inscription le : 20/08/2007
Age : 30
Localisation : Poitiers-Biarritz

Claude Simon Empty
MessageSujet: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeLun 17 Mar 2008 - 14:22

Claude Simon Aa74

Le moment Evene:

Citation :
Claude Simon:
Né à Tananarive le 10 octobre 1913
Décédé à Paris le 09 juillet 2005

Bien qu'il ait d'abord songé à être peintre, Claude Simon deviendra romancier. Soldat pendant la Seconde Guerre mondiale, il assiste à la victoire des troupes Allemandes, et se retrouve prisonnier dans un camp dont il s'enfuit. Son expérience des combats est à l'origine de l'écriture de 'La route des Flandres'. Écrivain singulier, réputé difficile, Claude Simon est, avec Nathalie Sarraute et Michel Butor, une figure emblématique du Nouveau Roman. C'est d'ailleurs Alain Robbe-Grillet qui, recevant un manuscrit aux Éditions de Minuit, décide de le publier. Après le Prix Médicis pour 'Histoire', il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1985 pour l'ensemble de son oeuvre.


Je ne sais jamais parler des auteurs alors je vais mettre quelques présentations d'éditeur:

Le Tramway (son dernier roman):

Citation :
Un tramway relie une ville de province à la plage voisine, distante d’une quinzaine de kilomètres. Aux heures matinales, il fait accessoirement office de ramassage scolaire. Ses allées et venues d’un terminus à l’autre entre les ondulations des vignes ponctuent le cours des vies, avec leurs menus ou cruels événements. Les lieux où se déroule l’action sont principalement le bord de mer, une maison de campagne, la ville qui peu à peu se modernise, un court de tennis. Dans sa fragilité, la vie s’acharne par ailleurs à poursuivre son cours à travers les dédales des couloirs et des pavillons d’un hôpital, et d’infimes coïncidences amènent parfois les deux trajets à se confondre.

La Route des Flandres (le classique):

Citation :
Le capitaine de Reixach, abattu en mai 40 par un parachutiste allemand, a-t-il délibérément cherché cette mort ? Un de ses cousins. Georges, simple cavalier dans le même régiment, cherche à découvrir la vérité. Aidé de Blum, prisonnier dans le même camp, il interroge leur compagnon Iglésia qui fut jadis jockey de l'écurie Reixach. Après la guerre, il finit par retrouver Corinne, la jeune veuve du capitaine...

Pour moi Simon a une écriture faite de traits, d'ombres, de contours et de couleurs. On voit défiler des paysages, des espaces, des mouvements, des personnages, des sentiments.
On observe le texte, on s'arrête pour le regarder. L'image est forte dans la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeVen 22 Mar 2013 - 22:30

La route des Flandres

Un cavalier se remémore la défaite de 40 et la disparition soudaine et quasi totale de son unité. Une insistance sur la mort du capitaine de Reixach, un parent. Mais aussi le camp de prisonnier, des temps morts, des flottements. Et surtout une femme, la jeune femme de de Reixach, leurs relations avec Iglésia, jockey et lui aussi cavalier avec eux en 40. Et la reconstitution de ce tissu d'histoires à travers les spéculatives et imaginatives discussions avec l'autre, Blum, lui aussi rescapé, prisonnier puis disparu.

Comme ça serait un peu simple il faut rappeler qu'il existe des miroirs dans ce récit, l'ancêtre suicidé d'un tableau après une défaite, un père des livres, des paysans...

Tout ce récit de mémoire composite gravite avec ses descriptions imbriquées et presque sans fin autour d'un certain dégoût, d'une rupture, d'une déroute qui n'est pas que celle militaire et du soldat. L'effondrement est plus grand. Le questionnement aussi.

Cette assez description est assez sommaire mais passons. Il y a beaucoup d'éléments qui peuvent tenir à distance le lecteur. Plus que les ruptures de temps et de contexte, presque de sujet, ce sont des éléments d'atmosphère d'une certaine décadence, l'omniprésence des chevaux, d'une sexualité trouble et parfois ambigüe, presque des déguisements de la pensée qui pourront dérouter.

En effet ce récit éclaté aux dilutions permanentes et mesurées reste étonnamment lisible. Il y a cette impression que rien de nouveau n'apparait, rien d'important ne se déroule, ne s'explique, ne s'articule, l'impression qu'on pourrait passer des pages ou paragraphes (ce qui peut revenir au même) et pourtant ça avance.

ça avance et rétrospectivement j'y trouverai une certaines addiction. Sans jamais franchement décollé ou me sentir complètement dérouté (ça reste très lisible) je crois qu'il faut reconnaitre que dans ce qui est aussi un exercice littéraire et pas seulement largement autobiographique il y a derrière les qualités et les défauts ce qui est peut-être plus intéressant et qui l'impulsion, la démarche de composer autrement.

Ce n'est pas qu'on ne peut pas trouver ailleurs des approches différentes et parfois différentes avec des ressemblances, c'est que le chassé croisé incertain forme un ensemble, avec ses cohérences et que ce qui dérange ou pourrait se trouver dire imparfait est tout de même une manière structurée et choisie de dire l'ensemble. Tiré par les cheveux, schématique, d'autres choses encore, froid, cassant... ça n'empêche que ça tient et implique plus que pour la forme mais pour le fond un regard sur quelque chose d'ouvertement autre. Le fond de l'individu plus que d'une réflexion développée et argumentée. Il y a des idées mais à travers du sensitif et des ambiguïtés encore.

Donc il faut voir, il faut lire...

J'y reviendrai certainement. La cassure exprimée à plusieurs niveaux m'intéresse, lire une écriture composite, spatiale (variante du picturale) m'intéresse aussi. La perçue comme trop forte intellectualisation à sa manière aussi (dans le plaisir immédiat de lecture ça amoindri mais à l'arrivée la part de succès pas obligatoire est intéressante, elle aussi).

Pour rassurer ou motiver les sceptiques je rappellerai que c'est très ancré dans le réel, les descriptions sont très concrètes et si la structure ou les structures du récits ne sont pas tout à fait linéaires et très simples c'est nettement moins "différent" de quelque chose comme du Blanchot (qui coupe les repères physiques habituels avec une rare efficacité).

Ce petit avis est loin de tout dire. Le bouquin qu'on trouve (collection Double des éditions de Minuit) fait suivre une petite étude pas inintéressante mais surtout pour les références et quelques explications plutôt que pour l'explication de la forme et des ruptures avec une "littérature conventionnelle", l'explication des effets des effets si on peut dire.


Pour ne pas le perdre tout de suite je reprends dans le spoiler ci-dessous un petit échange "en cours" du fil des lectures du mois :

Spoiler:
 

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 38

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeDim 24 Mar 2013 - 20:14

Merci animal de nous avoir écrit sur un auteur du Nouveau Roman. Ça me rappelle qu'il me tarde toujours de me familiariser encore plus sur les auteurs liés à ce courant. J'avais essayé avec Nathalie Sarraute l'été dernier et l'effet de lecture ne m'avait pas marqué a priori. Il y avait une rude compétition : L'étranger de Camus et Si c'est un homme, de Primo Levi. Toutefois, Marguerite Duras me raccroche à cet univers.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeLun 25 Mar 2013 - 12:03

Un petit extrait ?

Citation :

L'imaginant donc, le voyant en train de lire consciencieusement l'un après l'autre chacun des vingt-trois volumes de prose larmoyante, idyllique et fumeuse, ingurgitant pêle-mêle les filandreuses et genevoises leçons d'harmonie, de solfège, d'éducation, de niaiserie, d'effusion et de génie, cet incendiaire bavardage de vagabond touche-à-tout, musicien, exhibitionniste et pleurard qui, à la fin, lui ferait appliquer contre sa tempe la bouche sinistre et glacée de ce... (et alors la voix de Blum disant : "Bien! Donc il a trouvé le moyen de trouver ce qu'on appelle une mort glorieuse. Dans la tradition de sa famille, dis-tu. Répétant, refaisant ce que cent cinquante ans plus tôt un autre de Reixach (qui s'appelle si je comprends bien Reixach tout court puisque, par un surcroît de noblesse, de chic, d'élégance, il avait laissé tomber cette particule que ses descendants ont été par la suite ramasser et re-suspendre devant leur nom après l'avoir fait astiquer par une armée de domestiques - ou d'ordonnances - en livrées - ou uniformes - Restauration), ce qu'un autre Reixach avait déjà fait en se tirant volontairement une balle dans la tête (à moins que cela ne lui soit tout bêtement arrivé en nettoyant son pistolet, ce qui se produit couramment, mais dans ce cas il n'y aurait pas d'histoire, du moins d'histoire suffisamment sensationnelle pour que ta mère t'en ait rebattu les oreilles et celles de ses invités, alors admettons, admettons que ce fût ainsi) parce qu'il s'était pour ainsi dire fait cocu lui-même, c'est à dire trompé : cocufié, donc, non par une perfide créature féminine comme son lointain descendant mais en quelque sorte par son propre cerveau, ses idées - ou à défaut celles des autres - qui lui avaient joué ce sale tour comme si, faute de femme (mais ne m'as-tu pas dit aussi que, par-dessus le marché, il y en avait une et qu'elle aussi...), donc plutôt : comme si non content d'avoir une femme à supporter il s'était encore embarrassé, encombré d'idées, de pensées, ce qui évidemment, pour un gentleman-farmer du Tarn, constitue, comme pour n'importe qui, un risque encore plus grand que le mariage...", et Georges : "Bien sûr. Bien sûr. Bien sûr. Mais comment savoir ?...")

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeLun 25 Mar 2013 - 12:36

Combien de pages ?

(Rien ne me parle dans l'histoire - de guerre - et le style... mais comme c'est un "classique", peut-être que)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeLun 25 Mar 2013 - 12:45

un petit 350 pages mais j'insiste c'est en pratique vraiment "lisible".

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeLun 25 Mar 2013 - 21:57

Pour donner envie (!?!) à Queenie et tout plein d'autres :

en 1996 : je découvre La Route des Flandres et j'en sors bouleversée.

en 2013 : avant de relire La Route des Flandres, je me demande ce qu'il m'en reste. D'abord : l'une des scènes de sexe les plus hot que j'ai pu lire, ensuite une scène sidérante avec un cheval mourant qui sert à la fois de refuge et de symbole (de l'absurdité des guerres, des morts, de cette virilité absconse qui donne à certains le sentiment d'exister alors qu'ils ne font que se nier).

Après avoir dévoré la première partie : je suis complètement sidérée par le propos de Simon, à la fois moderne et historique, extraordinairement vivant, lucide et ironique ; poétique, scrupuleux et désenchanté. Regard sans concession sur une humanité vendue au consumérisme et à son esclavage, désincarnée, vieille et sans lucidité, pourrie, grise et déliquescente. Vision sublimée (heureusement) grâce à une écriture mouvante, mouvementée et inspirée !

(à suivre pour un vrai commentaire...).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeMar 26 Mar 2013 - 8:35

Ça fonctionne, ça titille.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 10:43

Le voilà !

La Route des Flandres

Au-delà du parti pris stylistique, de la manière de traiter la matière même du livre, de l'expression, de son architecture et de sa temporalité, je crois que La Route des Flandres est avant tout un livre charnière, un livre qui montre la césure, irrémédiable, entre deux mondes, entre deux temps, deux époques, deux visions. D'un côté ce qui relève de l'hippique, la noblesse, le nom, la cavalerie, une certaine idée de la guerre et de l'autre le basculement vers le commerce (et aussi d'ailleurs le commerce qu'est la guerre), la machine, la voiture, le char, le compartiment à bestiaux qui devient compartiment à prisonniers, humiliation, occultation de l'humain, déshumanisation de l'homme par l'homme, annonce de la bestialité des temps futurs.

Ce que dit Simon du passage d'une ère à l'autre, c'est ce que vivent ces soldats d'une autre époque, juchés sur de simples canassons, chairs à canons en décomposition avant même d'être précipité dans la boue, chair damnée de l'exode (quelles pages immensément douloureuses, révélatrices et acides que celles sur l'errance des restes d'un escadron fuyant les vainqueurs). Chair vaincue, humiliée, réduite à ses plus simples désirs : manger, humer, lécher la crème irradiante d'un corps immaculé de femme.

Car ce que dit aussi Simon dans ce texte c'est l'incroyable force de l'instinct, de l'idée fixe qui sauve de la sauvagerie, du renoncement, de l'abrutissement lié à l'emprisonnement. La chair est ici matière, odeur, sensation qui rejoint à l'autre bout de la chaine des sensations infinies l'attachement à la bête, au fameux canasson qui porte, supporte, qui sauve et qui fait ici le lien indestructible entre l'homme et sa sauvagerie, son animalité, sa substance intrinsèque. Le cheval vu comme métaphore ultime d'un attachement, d'une présence vivante qui aide à surmonter les misères, les peurs, les impuissances.

Vision puissamment désespérée que celle de Simon et en même temps emprunte d'un puissant instinct de survie et d'entraide qui donne de l'homme une image à la fois antique et ambitieuse, déguenillée et malade, misérable et sublime.

Livre de transition et aussi livre qui rappelle que parfois les hommes lorsqu'ils sont confrontés à des situations extrêmes (débâcle, enfermement, sévices physiques et tortures psychiques) n'ont pour se sauver qu'un seul moyen : continuer à imaginer, ressasser insatiablement les mêmes scènes rêvées, fantasmées, inventées, réinventées.
Pour ne pas mourir l'imaginaire et son corollaire le plus sur : le désir, prennent le relais et offrent une minuscule lucarne par laquelle la vie peut se poursuivre.

Enfin il m'est impossible de finir sans parler de l'éblouissement que crée la lecture de Simon. Cet ovni, cet indicible dit, cet emballement du narratif comme une course de chevaux dont les galops se superposent, résonnent infiniment dans l'air et dans les corps, sur le gazon et dans la tête. De cet enchevêtrement toujours logique qui va d'enchainements en déchainements incroyables, inouïs, je retiens à jamais dans ma vie de lectrice cette scène torride d'amour fol mélangé à l'odeur de cheval, scène qui a durablement marqué mon esprit au point d'avoir le sentiment de pouvoir la revivre, dans ses cavalcades, ses ruades, son inextinguible désir juste en fermant les yeux. Rien que pour ce moment-là, Simon est un maître incontestable.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 11:29

Superbe commentaire, shanidar ! Tu me donnes envie de me replonger une énième fois dans cette oeuvre qui est, décidément, celle qui m'émeut le plus...

shanidar a écrit:
D'un côté ce qui relève de l'hippique, la noblesse, le nom, la cavalerie, une certaine idée de la guerre et de l'autre le basculement vers le commerce (et aussi d'ailleurs le commerce qu'est la guerre), la machine, la voiture, le char, le compartiment à bestiaux qui devient compartiment à prisonniers, humiliation, occultation de l'humain, déshumanisation de l'homme par l'homme, annonce de la bestialité des temps futurs.
Oui, une césure précipitée par l'horreur inouïe et presque fantasmagorique d'une guerre qui rend caduque toute forme d'élégance.
Et le tour de force de Claude Simon, c'est de parvenir à une poésie qui n'ait rien d'artificiel ou de discordant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 11:44

oh oui l'émotion ! c'est un livre qui submerge...

j'ai eu plus de mal avec L'Herbe, peut-être tenté trop vite après la Route des Flandres... J'attends le commentaire d'animal pour voir ce qu'il en dit.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 11:46

Je savais qu'en le relisant l'an dernier, j'en avais laissé quelque trace ici...  drunken 

Citation :
Et, pour me consoler, j'ai ressorti La route des Flandres que je goûte avec autant de plaisir que la première fois : quelle joie de retrouver cette narration erratique, qui défie toute linéarité historique, et s'affranchit pour ainsi dire des carcans de la temporalité propre au récit (car au fond, la question qui se pose et s'impose à un des narrateurs, c'est bien de savoir si l'expérience traumatique de cette guerre peut se lire autrement que dans la fulgurance de moments isolés qui ne renouent que difficilement, et comme après-coup, à une cohérence dont on peut toujours se demander si elle n'est pas l'artifice du ou des lecteurs - qu'ils appartiennent ou non au roman) ; dès lors, dans l'écriture rétrospective, qui est moins une écriture de l'expérience vécue que de l'expérience telle qu'elle se présente*, dans cette écriture, donc ouvre un espace où la langue se délie en un flux apparemment désordonné de pensées qui semble refuser, repousser âcrement le lecteur. Des romans que j'ai lus, c'est un des rares à faire sens autant par le dire que par le dit, sans que l'un ne vienne jamais gêner l'autre.

Sullien a écrit:
animal a écrit:
ça avance sur La route des Flandres... toujours un peu artificiel et exercice de style mais pas sans succès, à se demander si le plus dérangeant n'est pas dans la tendance négative (ce qui peut se comprendre), la cassure, le dépit, la chronique passée par l'histoire d'une obsolescence ? Étrange, c'est toujours très égale (dans les dilutions) et pourtant ça avance précisément.
Je suis bien d'accord avec tout ça, si ce n'est pour le côté artificiel ou exercice de style, bien moins sensible chez C. Simon que dans certaines tentatives aventureuses de la génération Nouveau Roman... Lors de mes deux lectures, j'ai été, comme toi, assez intrigué par ce paradoxe d'une temporalité brisée (conformément à cette esthétique du collage) , comme une trame dont les fils s’effilocheraient, mais qui ne brise pas pour autant le sentiment d'une progression (qui est davantage une trouée qu'une marche en avant), atteignant presque la limite de la narration, mais sans jamais l'outrepasser et prendre le risque de ne pas laisser sa place au lecteur.

Toujours mes phrases trop longues et mes idées trop brumeuses !  Razz 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
Ariane SHOYUSKI

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 16:03

Merci shanidar, Sulliencontent 
C'est très intéressant ce que vous dites sur lui.
"La route des Flandres" est bien appréciée aussi au Japon.
D'ailleurs pourquoi ne l'ai-je pas lu alors que je l'ai depuis longtemps dans mon étagère ?
Parce que je suis gênée de le lire en version japonaise, peut-être.

Et quelqu'un a lu "Les Géorgiques" ou "l'Acacia" ? Ces deux ont l'air bien, non ?
J'ai déjà entendu plusieurs fois de bonne réputation surtout des "Georgiques".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 16:16

Quel lyrisme Shanidar ! Je sens que tu vas créer des envies....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 19:52

La Route des Flandres a été et reste un livre fétiche pour moi, je serai donc très heureuse si je pouvais faire passer ce bonheur-là.
Et pour répondre à Ariane, je n'ai pas lu les deux livres que tu cites mais cela me donne des idées.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Claude Simon Empty
MessageSujet: Re: Claude Simon   Claude Simon Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Claude Simon
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Claude Bultot
» Recherche camarade : Zavatta Claude
» Claude SESSE (Capt. LEGUENNEC)
» CLAUDE LEBET – "Rome est un choix de cœur"
» [77] Seine et Marne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: