Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Romain Gary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Epi
Escargote Zen


Messages : 14256
Inscription le : 05/03/2008
Age : 56
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 31 Juil 2008 - 14:12

Kenavo, tes commentaires me donnent envie de découvrir Romain Gary mais en même temps, je me demande si ses livres ne sont pas un peu datés, un peu vieillots. Je me trompe peut-être mais je n'ai jamais été attiré par lui pour cette raison. Il faudrait sans doute que je commence par un tout petit livre qui me donnerait un aperçu.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 31 Juil 2008 - 16:55

Epi a écrit:
Kenavo, tes commentaires me donnent envie de découvrir Romain Gary mais en même temps, je me demande si ses livres ne sont pas un peu datés, un peu vieillots. Je me trompe peut-être mais je n'ai jamais été attiré par lui pour cette raison. Il faudrait sans doute que je commence par un tout petit livre qui me donnerait un aperçu.
Je suis contente si j'ai pu te donner l'envie de découvrir un auteur que tu avais mis à part Wink
Pour l'instant je ne me retrouve pas dans la situation de te donner un titre pour essayer cette découverte.
Et oui, il y a des livres qui nous facilitent cette première rencontre avec un auteur..
Un vrai coup de cœur était pour moi Les Cerfs Volants - mais comme tu disais, que tu voulais un "tout petit livre" ... Wink
Pour l'instant je dirais - ta PAL a encore assez de livres pour te divertir un certain moment innocent et moi je vais continuer ma lecture Romain Gary - si je trouve LE livre qui puisse être faite pour une première découverte - je vais te le signaler Very Happy

Pour moi il se révèle vraiment être ma grande ‘aventure’ pour cette année – cela me rappelle quand j’avais lu pour la première fois Modiano – j’en ai lu par après tous ses livres en un coup.. et depuis refait plusieurs relectures..
En plus Education Européenne me rappelle un peu le monde de Andreï Makine – la neige, le froid, la prise en compte de l’homme et de la nature – et naturellement aussi la IIe Guerre Mondiale qui se retrouve chez cet auteur et dont j’adore aussi beaucoup de romans….

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen


Messages : 14256
Inscription le : 05/03/2008
Age : 56
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 31 Juil 2008 - 18:34

kenavo a écrit:
Epi a écrit:
Kenavo, tes commentaires me donnent envie de découvrir Romain Gary mais en même temps, je me demande si ses livres ne sont pas un peu datés, un peu vieillots. Je me trompe peut-être mais je n'ai jamais été attiré par lui pour cette raison. Il faudrait sans doute que je commence par un tout petit livre qui me donnerait un aperçu.
Pour l'instant je dirais - ta PAL a encore assez de livres pour te divertir un certain moment innocent et moi je vais continuer ma lecture Romain Gary - si je trouve LE livre qui puisse être faite pour une première découverte - je vais te le signaler Very Happy
rire Merci de t'inquiéter de ma PAL qui, il est vrai, est bien assez chargée comme cela Wink
Et comme je ne suis pas super pressée de découvrir Romain Gary, il attendra bien un peu sourire

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5259
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 31 Juil 2008 - 21:55

J'ai lu Le tombeau de Romain Gary récemment. Racines du ciel me fait créer un rapprochement avec un autre roman, une autre oeuvre d'écrivaine plutôt, Elsa Morante.

Dans ma bibliothèque, pour le moment, L'affaire homme, Ode à l'homme qui fut la France, La vie devant soi et Racines du ciel font figures d'enfants pauvres, désordonnés... Gary est un auteur qui se découvre plusieurs couches successives. Mas il n'est sans doute pas le seul, et c'est pourquoi il faut faire oeuvre de deuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 31 Juil 2008 - 21:59

jack-hubert bukowski a écrit:
J'ai lu Le tombeau de Romain Gary récemment. Racines du ciel me fait créer un rapprochement avec un autre roman, une autre oeuvre d'écrivaine plutôt, Elsa Morante.
Ceci est intéressant.. j'ai justement un livre de Elsa Morante à la maison parce que son fil manque encore chez les Parfumés et je voulais l'ouvrir après lecture d'un roman d'elle...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Romain Gary   Dim 10 Aoû 2008 - 0:02


L’angoisse du roi Salomon
Citation :
Présentation
Jeannot, belle gueule et grand cœur, est un chauffeur de taxi parisien. Un jour, lors d'une course, il rencontre Monsieur Salomon, vieux Monsieur juif, ancien roi du pantalon et tiré à quatre épingle. Le richissime vieillard va l'employer dans son association caritative : SOS Amitiés. Notre héros rencontre bientôt une ancienne gloire de la chanson réaliste, Cora Lamenaire. Cora reconnaît vite en Jeannot un mec, un vrai, avec une gueule à la Belmondo ou à la Lino (Ventura).
J’ai au moins changé 5 fois d’opinion si j’allais vous parler de ma lecture de ce livre.. Au début c’est « plaisant », puis cela devient un peu naïf, par après c’est abstrait et on se voit confronté à une histoire « d’amour » de Jeannot, 25 ans avec Mademoiselle Cora, 65..
Mais sans que je me suis rendue compte, Romain Gary est arrivé à ce moment déjà à me fasciner. Il arrive à donner de la chair et des os à ses personnages.
Mais le plus important – c’est un livre sur la vie.. et surtout sur la vieillesse et la confrontation avec la mort. Décrit surtout avec l’humour que Romain Gary avait choisi de laisser agir dans les écrits de Emile Ajar. Quelle beauté, quelle écriture, quelle finesse..
J’en sors enchantée de ce livre et plus que jamais je veux découvrir d’autres livres de lui.. son univers.. la personne derrière ces livres…

Une belle citation que j’ai trouvée sur le cite dédié à Romain Gary concernant le livre du Roi Salomon :
Citation :
Un livre triste à pleurer de rire. Un vrai livre de vie.


Et un extrait de mon dialogue favori - cette scène avec Jeannot et Mademoiselle Cora au téléphone, des amis de Jeannot au fond se joue sur plusieurs pages.. je vous fait le résumé Wink

- Je me suis dit que ce serait bien d’aller canoter au bois de Boulogne !
- Ca quoi ?
- Canoter. C’est une belle journée pour faire du canotage au Bois.
[…]
- Mademoiselle Cora, vous êtes sûre que ça existe ? Je n’ai jamais entendu parler de ça de nos jours ?
- Le canotage ? Mais j’ai souvent canoté au bois de Boulogne.

J’ai bouché le micro
[…]
- Non mais sans blague, elle est devenu dingue ou quoi ? Je ne vais quand même pas canoter en plein jour ! Elle est folle à lier.
[…]
- Mademoiselle Cora, je peux vous amener au Zoo, si vous préférez.
[…]
- Je-ne-veux-pas-aller-au-zoo, na ! Je veux aller canoter au bois de Boulogne ! J’avais un ami qui m’y emmenait toujours. Tu n’es pas gentil !
[…]
- Est-ce qu’il y parmi vous un enfoiré qui a déjà canoté ? Il paraît que ça se faisait autrefois.
[…]
- C’est chez les Impressionnistes, dit-il
- Où ça ?
- Ca doit être à l’orangerie. Elle veut sûrement aller voir les Impressionnistes.
- Elle veut aller canoter, au bois de Boulogne, gueulai-je. Y a pas à chier, c’est ça qu’elle veut. C’est pas les Impressionnistes.
- C’est vrai, dit le cadet des Masselat. Les Impressionnistes, c’était sur la Marne. Maupassant et tout ça. Ils déjeunaient sur l’herbe et après ils allaient canoter.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Romain Gary   Dim 10 Aoû 2008 - 21:32


Chien Blanc
Un livre dont Queenie a déjà donné le résumé et un très bon commentaire.

Queenie a écrit:

L'écriture de Gary dépeint avec une justesse dérangeante les attitudes, la psychologie des hommes de chaque camp. Il parvient, tout en ayant un fort parti pris, à établir un constat impartial de la stupidité des deux " camps ". A travers ce roman, la citation " l'homme est un loup pour l'homme " prend tout son sens.

Ce livre n'a vraiment pas perdu d'actualité.. et cette année il y a seulement un petit 'plus' - si cela se vérifie on aura en novembre précisément 40 ans après les évènements décrit par Gary le premier président en Amérique qui sera probablement le "résultat" de toutes ces 'batailles'.....

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Romain Gary   Dim 17 Aoû 2008 - 17:55


Tombeau de Romain Gary
Citation :
4e de couverture
Romain Gary a traversé le siècle en nomade, en apatride, sans se soumettre aux écoles littéraires, sans rien céder aux modes, déjouant toutes les classifications, mettant orgueilleusement en actes sa liberté de romancier. Insaisissable et insaisi, fidèle et rebelle au dessein grandiose que sa mère avait formé pour lui, il s’acharna à consumer sa vie de fils, d’amant, de mari et de créateur jusqu’à renaître de ses cendres et enfin s’inventer autre. De l’entrée en scène de l’écrivain Romain Gary jusqu’à l’apothéose d’Emile Ajar, c’est tout à la fois l’artiste et l’homme multiple que Nancy Huston dévoile dans un face à face (avec l’auteur, avec ses œuvres) et un tutoiement d’une lucidité brûlante, presque douloureuse.

Ce portrait est un modèle du genre : entre "le mythe personnel" de l’auteur et ce que ses livres laissent entrevoir à son insu, l’aller et retour est constant. Il y a une immense capacité de dévoilement dans le livre de Nancy Huston, qui s’accompagne d’un magnifique bonheur de célébration : étonnant tête-à-tête entre deux écrivains.

En principe on fait le classement des livres par auteurs qui les ont écrits – mais ce livre n’a pas la plus grande valeur sur le fil de Nancy Huston puisqu’elle ne fait que parler de Romain Gary.. donc…

Le moment que j’ai découvert Romain Gary il y a quelques années, j’avais sans doute choisi le mauvais livre (ou c’était le mauvais moment) – en tout cas La vie devant soi était plaisant.. bon à lire.. mais rien de plus.

Maintenant la situation est telle que je suis fascinée, enthousiasmée… emportée par je ne sais pas quoi – il n’a pas une écriture exceptionnelle, il n’a pas écrit des romans tellement plus extraordinaires que d’autres.. mais c’est le bon moment.. c’est un ‘click’ qui s’est fait et – je suis perdue !

Donc aussi le pas qui me mène plus loin – un livre sur lui, un livre qui parle de lui. Je veux aller plus loin, plus au fond, découvrir le personnage qui était derrière cet auteur qui s’est inventé plusieurs fois pendant sa vie.

Et Nancy Huston donne –presque- toutes les réponses à mes questions, elle est autant amoureuse de cet homme/écrivain que moi, elle a fait un travail à la merveille en écoutant toutes ses interviews, lu tous les articles et reportages qu’il a écrit en dehors de ses romans. Et elle en sait aussi des évènements de sa vie privée, bienvenue dans le monde de la yellow press Wink

Me voici donc confronté à cette ‘roche primitive’ à laquelle on l’a déclassé en quelque sorte lors de son vivant – un personnage qui avait le mauvais héros (de Gaulle), la mauvaise attitude (don juan exécrable), un complexe d’œdipe incurable, .. bref, tout pour ne pas me plaire Very Happy et quand même j’y tiens.. je reste.. je ne veux pas lâcher..

Même avant la lecture de ce beau livre de Nancy Huston j’avais envie de continuer la lecture – mais maintenant je sais en plus que je ne veux pas seulement lire quelques uns – mais je veux les lire tous !
Il est l’homme aux 32 romans – j’en ai lu 4 ces derniers jours.. un à relire et puis 27 à découvrir.. miammiam

Je vais revenir à ce livre lors de mes lectures, parce Nancy Huston a écrit dans ce livre de très beaux résumés/analyses qui vont me donner la chance de la citer !

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 25 Sep 2008 - 22:02


La promesse de l’aube
Citation :
Quatrième de couverture
Ce récit coïncide sur bien des points avec ce que l'on sait de l'auteur des Racines du ciel, et Romain Gary s'est expliqué là-dessus : " Ce livre est d'inspiration autobiographique, mais ce n'est pas une autobiographie. Mon métier d'orfèvre, mon souci de l'an s'est à chaque instant glissé entre l'événement et son expression littéraire, entre la réalité et l'œuvre qui s'en réclamait. Sous la plume, sous le pinceau, sous le burin, toute vérité se réduit seulement à une vérité artistique. " Le narrateur raconte son enfance en Russie, en Pologne puis à Nice, le luxe et la pauvreté qu'il a connus tour à tour, son dur apprentissage d'aviateur, ses aventures de guerre en France, en Angleterre, en Ethiopie, en Syrie, en Afrique Equatoriale, il nous raconte surtout le grand amour que fut sa vie. Cette " promesse de l'aube " que l'auteur a choisie pour titre est une promesse dans les deux sens du mot : promesse que fait la vie au narrateur à travers une mère passionnée ; promesse qu'il fait tacitement à cette mère d'accomplir tout ce qu'elle attend de lui dans l'ordre de l'héroïsme et de la réalisation de soi-même. Le caractère de cette Russe chimérique, idéaliste, éprise de la France, mélange pittoresque de courage et d'étourderie, d'énergie indomptable et de légèreté, de sens des affaires et de crédulité, prend un relief extraordinaire. La suprême preuve d'amour qu'elle donne à son fils est à la hauteur de son cœur démesuré. Mais les enfants élevés par ces mères trop ferventes restent toujours, dit l'auteur, " frileux " de cœur et d'âme, et chargés d'une dette écrasante qu'ils se sentent incapables d'acquitter. Rarement la piété filiale s'est exprimée avec plus de tendresse, de sensibilité, et cependant avec plus de clairvoyance et d'humour. Et rarement un homme a lutté avec plus d'acharnement pour démontrer " l'honorabilité du monde ", pour " tendre la main vers le voile qui obscurcissait l'univers et découvrir soudain un visage de sagesse et de pitié ".

Pour parler de cette lecture, je reviens au livre de Nancy Huston Tombeau de Romain Gary où elle dit :
Dans la pauvreté extérieure mais avec beaucoup de richesse intérieure, Nina s’est acharnée à fabriquer la légende de Roman et, en retour, tu t’es acharné toute ta vie à racheter les souffrances qu’elle avait endurées.
Est-ce vraiment aussi simple que cela ? Ou bien cette Nina-là, entièrement sacrifiée, spoliée, offerte en holocauste à son fils, n’est-elle pas, au moins partiellement, un personnage de Romain Gary ? Impossible de le savoir ; il ne reste que ton témoignage. Mais, même si la Nina légendaire par toi fabriquée n’était qu’à moitié véridique, elle demeurerait encore un cas extrême, pathologique de maternité dévoratrice.
(...) Mais le comportement maternel que tu décris tout au long de La Promesse de l’aube est tout sauf « admirable » : il est maladif, cannibalesque, meurtrier de l’âme. Si tu avais tant de mal à exister, n’était-ce pas, entre autres, parce que ta mère avait décidé « pour » toi, contre toi, sans toi, à l’avance, de ta vie entière ?
(...) Nina a implanté en toi une fois pour toutes la conviction aberrante selon laquelle aimer quelqu’un, c’est l’inventer


Si seulement la moitié de ce que Romain Gary a écrit dans ce roman sur sa mère est vrai, c’est à mon avis un miracle qu’il soit devenu un être humain assez capable de gérer un peu sa vie.
Mais dans ces « faits » ou « inventions » est aussi ancré le ‘problème’ de ce livre – pour ceux qui s’intéressent à la personne de Romain Gary cette lecture est vraiment incontournable, c’est fascinant de voir cette mère-lionne s’actionner autour de son fils. Toute sa vie est orientée pour que son fils puisse devenir ce qu’elle s’imagine pour lui. Et sa force de caractère est tellement forte que du début le petit Romain a aucune chance de résister contre elle.
Donc, pour ceux qui veulent ‘seulement’ lire un livre, je me suis demandée tout au long de ce livre si on peut en trouver du plaisir. Sûrement, mais peut être un certain intérêt pour l’auteur est quand même nécessaire Wink

Moi j’ai aimé, moins que d’autres que je viens de lire de lui, mais en partie cette mère m’a fait beaucoup rire – et surtout un certain humour de Romain Gary de se ridiculiser envers l’attitude de sa mère donne une fraîcheur à ce livre. Et d'autant plus que je veux continuer avec des livres de lui, le personnage Romain Gary s'explique aussi à travers ce livre pour beaucoup de choses...

donc... moi, je continue avec lui Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature


Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 25 Sep 2008 - 22:21

Je viens de lire la vie devant soi et je me suis laissée porter par le charme rafraichissant de l'oeuvre, touchante malgré son style trop "parlé".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 25 Sep 2008 - 22:41

Cachemire a écrit:
Je viens de lire la vie devant soi et je me suis laissée porter par le charme rafraichissant de l'oeuvre, touchante malgré son style trop "parlé".
C'était la première lecture de cet auteur que j'ai fait il y a quelques années.. j'ai envie de le relire - surtout que je suis en train de découvrir Romain Gary dans tant (tous ses) d'autres livres.. je voudrais me refaire une idée de ce livre Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Romain Gary   Jeu 25 Sep 2008 - 23:44

Cachemire a écrit:
Je viens de lire la vie devant soi et je me suis laissée porter par le charme rafraichissant de l'oeuvre, touchante malgré son style trop "parlé".

Un livre qu'on n'oublie pas...même après très longtemps.

Je regrette de n'avoir pu voir l'adaptation de ce texte au théâtre, joué récemment par Myriam Boyer.

J'ai marqué l'autre jour dans ma La Promesse de l'aube parce qu'en quelques heures j'en ai entendu parler deux fois, je me suis dit: c'est un signe!
- Par Kenavo
- et dans le roman La tête en frichede Marie Sabine Roger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menyne
Agilité postale


Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 45
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Romain Gary   Dim 30 Nov 2008 - 15:05

Romain Gary ? Encore un auteur que je ne connaissais pas ? Embarassed
J'ai donc emprunté La vie devant soi à la bibliothèque et je suis frustrée car je vais devoir le rendre ! pleurs
La séparation va être difficile. Je commence petit à petit à oter tous les morceaux de papiers glissés entre les pages ... Des repères laissés au fil de ma lecture à propos de paragraphes, de phrases qui m'ont marquée .

Citation :
Histoire d'amour d'un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive : Momo se débat contre les six étages que Madame Rosa ne veut plus monter et contre la vie parce que "ça pardonne pas " et parce qu'il n'est " pas nécessaire d'avoir des raisons pour avoir peur". Le petit garçon l'aidera à se cacher dans son "trou juif", elle n'ira pas mourir à l'hôpital et pourra ainsi bénéficier du droit sacré "des peuples à diposer d'eux-mêmes" qui n'est pas respecté par l'Ordre des médecins. Il lui tiendra compagnie jusqu'à ce qu'elle meure et même au-delà de la mort.

Quatrième de couverture

Dès les premières lignes, j'ai été séduite. J'aime cette manière d'écrire. Cette vision du monde par les yeux d'un gamin de 10 ans. C'est un roman plein de vérités.
C'est à la fois drôle mais aussi touchant, sensible.
La vie n'est jamais tendre avec tous les personnages et 'avoir la vie devant soi' c'est peut être, finalement ,un sacré cadeau empoisonné !
Quelques extraits avant de le rendre et de m'en acheter un à moi, rien que pour moi !

Citation :
Mais il faut la comprendre, car la vie était tout ce qui lui restait. Les gens tiennent à la vie plus qu'à n'importe quoi, c'est même marrant quand on pense à toutes les belles choses qu'il y a dans le monde.


Citation :
On a dormi à côté du sommeil du juste. Moi j'ai beaucoup réfléchi là-dessus et je crois que Monsieur Hamil a tort quand il dit ça. Je crois que c'est les injustes qui dorment le mieux, parce qu'ils s'en foutent , alors que les justes ne peuvent pas fermer l'oeil et se font du mauvais sang pour tout.

Citation :
Moi l'héroïne, je crache dessus. Les mômes qui se piquent deviennent tous habitués au bonheur et ça ne pardonne pas, vu que le bonheur est connu pour ces états de manque. Pour se piquer , il faut vraiment chercher à être heureux et il n'y a que les rois des cons qui ont des idées pareilles. [...] Mais je tiens pas tellement à être heureux, je préfère encore la vie. Le bonheur , c'est une belle ordure et une peau de vache et il faudrait lui apprendre à vivre.

Citation :
Pendant longtemps, je n'ai pas su que j'étais arabe parce que personne ne m'insultait. On me l'a seulement appris à l'école.

Pour finir et prouver que Romain Gary est encore d'actualité :

Citation :
En France les mineurs sont très protégés et on les met en prison quand personne ne s'en occupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Romain Gary   Dim 30 Nov 2008 - 15:43

menine a écrit:

La séparation va être difficile. Je commence petit à petit à oter tous les morceaux de papiers glissés entre les pages ... Des repères laissés au fil de ma lecture à propos de paragraphes, de phrases qui m'ont marquée .
c'est joli ce que tu dis là.. j'ai souvent cette sensation que les livres sont devenus "une partie de moi" quand j'ai beaucoup aimé et la 'séparation' est parfois dur.. même si je ne les remets que dans mes étagères Wink

et contente que tu as aimé ce livre!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Romain Gary   Dim 30 Nov 2008 - 18:38

menine a écrit:
J'ai donc emprunté La vie devant soi à la bibliothèque et je suis frustrée car je vais devoir le rendre ! pleurs
La séparation va être difficile.

Mais toi comme moi allons le retrouver sur scène bientôt, non?... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Romain Gary   Aujourd'hui à 21:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Romain Gary
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rouen. Foire St Romain (76).
» St-Romain - Briard et Hoisey : Les contes à ma tante
» Notables et personnalités - Saint-Romain-de-Colbosc
» Gary Moore s'en est allé...
» Saint-Romain de Colbosc CERTAIN GRENET 1769 1770 1771 1773

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: