Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Julian Barnes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Dim 5 Oct 2014 - 22:19

J'aime bien Julian Barnes. Mais c'est vrai qu'il y a pas beaucoup de parfumés là. Pourquoi ? Son oeuvre la plus connue est "Le Perroquet de Flaubert" (1986) qui a eu un succès mondial, non ? Je suis sûre que ce roman est traduit plus qu'une vingtaine de langues.
En tout cas ce livre est très connu au Japon. C'est élégant, subtil ! Je l'ai adoré !
C'est bizarre. Sur Wikipedia, on a écrit que "Le Perroquet de Flaubert" a reçu le Prix Médicis Essai. Mais ce n'est pas un essai, mais un roman. En effet il se balance entre deux. Pourtant on a écrit "Prix Médicis étranger" sur la couverture du livre. Lequel est correct ?

"Une histoire du monde en 10 chapitres 1/2" était aussi très drôle. Personne ne l'a lu ?

Par contre j'ai acheté "Une fille, qui danse", mais pas encore lu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Dim 5 Oct 2014 - 22:37

J'avais lu il y a très longtemps (pas loin de 20 ans je crois), Love, etc mais je n'avais pas du tout accroché, ce qui a arrêté mon envie de le lire. Peut être une autre tentative un jour, mais il y a tellement d'auteurs...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Julian Barnes   Lun 6 Oct 2014 - 8:43

Non, je n'ai pas lu celui-là Ariane, mais le titre est déjà amusant en effet! Je le note, merci.

Je vais mettre ici ma note de lecture de blog sur Arthur and George, qui est aussi très bien!

Arthur et George
2007

Le roman commence à la fin du 19e siècle, et à la façon du générique d' Amicalement Vôtre... Alternant des chapitres intitulés "Arthur" et "George", il met en parallèle l'enfance et la jeunesse de deux personnages que beaucoup semble opposer. Arthur, enfant robuste et hyperactif, grandit à Édimbourg dans une famille de petite noblesse désargentée. Il s'enthousiasme pour les sports de plein air et les romans de chevalerie . George, fils d'un vicaire de village, frêle, réservé et myope, passe son enfance dans la campagne anglaise. Arthur devient médecin, puis un des écrivains les plus célébrés de son époque. George étudie le droit, s'établit en tant que notaire à Birmingham et aspire à une vie discrète et tranquille. Leurs chemins ne semblaient pas destinés à se croiser...Pourtant, ils se rencontreront à cause des "Great Wyrley Outrages" qui firent les gros titres en 1903, et dont les retombées peuvent évoquer l'affaire Dreyfus .

Pour évoquer cette affaire réelle, Barnes mêle documentation historique et fiction. J'avais apprécié la finesse et l'humour de ses analyses psychologiques dans les nouvelles de The Lemon Table. Barnes fait preuve du même talent de portraitiste en explorant la vie intérieure de nos deux héros, leur évolution, leurs pensées les plus secrètes, aspirations et douleurs. Que ce soit celle d'un homme maintenant statufié par la célébrité ou celle d'un anonyme, la biographie est aussi passionnante.
Barnes souligne les différences entre Arthur l'écrivain exubérant et George le solicitor effacé, mais aussi ce qui les rapproche. Tous deux sont attachés aux traditions anglaises, mais également fascinés par l'avenir. L'un modèle son comportement sur des idéaux chevaleresques médiévaux, tout en voyant dans le spiritisme la science du futur. L'autre ne quitte pas les attributs vestimentaires du parfait Englishman, bowler hat and umbrella , mais voit avec délices Birmingham devenir une des villes les plus modernes d'Europe. En cela, ils incarnent bien leur époque, l'Angleterre edouardienne, charnière entre le lourd héritage victorien, et les profonds changements sociaux, politiques et technologiques du 20e siècle. Cette ambivalence est reflétée dans la narration, Arthur et George évoluant tour à tour dans des récits au passé et au présent.

Rappel d'une erreur judiciaire maintenant oubliée, Arthur & George n'en a pas moins des résonances très actuelles en évoquant racisme et préjugés, discrimination et difficultés de l'intégration, aveuglement de la machine judiciaire et emballement médiatique autour des affaires criminelles ...
Revenir en haut Aller en bas
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Lun 6 Oct 2014 - 10:29

Ariane SHOYUSKI a écrit:
J'aime bien Julian Barnes. Mais c'est vrai qu'il y a pas beaucoup de parfumés là. Pourquoi ? Son oeuvre la plus connue est "Le Perroquet de Flaubert" (1986) qui a eu un succès mondial, non ? Je suis sûre que ce roman est traduit plus qu'une vingtaine de langues.
En tout cas ce livre est très connu au Japon. C'est élégant, subtil ! Je l'ai adoré !
C'est bizarre. Sur Wikipedia, on a écrit que "Le Perroquet de Flaubert" a reçu le Prix Médicis Essai. Mais ce n'est pas un essai, mais un roman. En effet il se balance entre deux. Pourtant on a écrit "Prix Médicis étranger" sur la couverture du livre. Lequel est correct ?

"Une histoire du monde en 10 chapitres 1/2" était aussi très drôle. Personne ne l'a lu ?

Par contre j'ai acheté "Une fille, qui danse", mais pas encore lu.

Tu as raison et tu n'es pas la seule Ariane à faire cette remarque sur Julian Barnes. Pour ma part j'avais lu Le Perroquet de Flaubert il y a bien longtemps et je n'avais pas du accroché, je me souviens l'avoir fini à grand peine. Depuis je ne pas tenté à nouveau l'aventure comme Arabella, mais peut-être suis-je passée à côté d'un écrivain intéressant, vos commentaires me le donnent à penser. Je retenterai donc cet auteur. A la réflexion je me demande même si je n'avais pas entamé puis abandonné Arthur et Georges mais je ne suis plus sûre.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Lun 6 Oct 2014 - 14:28

J'ai Une fille, qui danse sous la main... Je vais m'y mettre du coup.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 55
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Mar 17 Mar 2015 - 18:24

Eh bien, si je propose un auteur du mois, je me dois aussi de lire au moins un œuvre de lui. Celui-ci traînait déjà trop longtemps sur ma PAL, et je me suis bien regalé avec le style de ce premier roman de Barnes, déjà un mélange si bon entre humour/ironie et savoir faire :


Le perroquet de Flaubert

Originale : Flaubert’s Parrot (anglais, 1984)

CONTENU :
Médecin anglais spécialiste de Flaubert, Geoffrey Breathwaite découvre dans un recoin du musée Flaubert, à Rouen, le perroquet empaillé qui inspira à Louise, la vieille servante de « Un coeur simple », une étrange passion. Mais à Croisset, la propriété de famille des Flaubert, se trouve un second perroquet avec les mêmes prétentions à l'authenticité. Où est le vrai perroquet, qui est le vrai Flaubert, où est la vérité de l'écrivain ? Si rien n'est certain, l'inspecteur Barnes, au bout de son éblouissante enquête littéraire, démontre néanmoins, avec élégance et humour, que la seule chose importante, c'est le texte... (Description par l’éditeur Stock)

STRUCTURE :
15 chapitres titrées de 7 à 38 pages, pouvant partiellement encore être sous-divisés par des façons différentes et originales

REMARQUES :
Il est vrai que le perroquet pourrait être considéré comme un motif cadrant ces pages entre essai et roman. Néanmoins les propos dépassent de loin la description dans la recherche du « bon perroquet ». J’avais fait la bêtise de parler ailleurs du fait que c’est bien Flaubert dans le focus. Mais au même moment ce serait peut-être ce qu’il aurait nié : ce ne doit pas être l’auteur le principal, mais le texte, et dans ce sens-là alors, Barnes dans la personne de son savant Braithwaite rend service à l’auteur français ?!

Mais bien sûr : il parle finalement de Flaubert, et c’est ça une petite contradiction à tout hommâge fait à lui ? Geoffrey Braithwaite parle de différents aspects de la vie et de l’oeuvre de Flaubert, mais en plus il le fait dans une forme aussi bien variée que drôle, utilisant la narration puis la lettre imaginaire, une chronologie de la vie (en trois temps et en trois perspectifs différents ! Très impressionant!) et des énumérations d’ »idées reçues », des descriptions de voyages et des questions d’interprétation de textes etc, et finalement régulièrement il parle de la place de l’écrivain dans ou à coté de son œuvre. Ainsi – on le devine – les chapitres sont sur un plan de contenu ET sur le plan de style multiformes et riches, sans correspondre à une biographie pure et traditionelle.

Un(e) tel(le) pourrait dire qu’il ou elle n’a pas d’idée de l’oeuvre de Flaubert (à part que nous avons tous entendu au moins de Madame Bovary?) et qu’il n’y a pas d’intérêt. Possible que ce livre de Barnes devient encore plus parlant en connaissant déjà certains détails..., mais pour sûr : il donne envie de découvrir l’ours de Rouen dans son œuvre dont on fait souvent allusion, allant des différents romans aux lettres. En ceci Barnes se montre le francophile qu’il est, qui a travaillé aussi comme traducteur justement de Flaubert en anglais ! Certainement il aimerait nous inciter de prendre des lectures de Gustave Flaubert.

Le narrateur apparaît tantôt discrètement, tantôt très présent entre les lignes comme acteur ou lecteur. Il parle aussi de lui-même, venant à Rouen après une quarantaine d’années. Il y avait été lors du débarquement dans la Normandie en 1944. Donc, on peut situer le « présent » du narrateur vers 1984. Il avait été médecin, marié, et il a des enfants adultes. Mais oui, il est un savant de Flaubert, on l’a compris.

Donc, un livre qu’en anglais (je pense d’avoir lu cet adjectif parlant de ce roman, mais je ne retrouve plus l’endroit) on pourrait décrire comme « witty », donc un bon mélange entre virtuosité intellectuelle et humour ?

Je me suis bien regalé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Mar 17 Mar 2015 - 20:19

J'ai ce livre dans ma PAL depuis un million d'années. Je n'ai jamais lu un seul livre de cet auteur.
Ton avis donne envie de me décider... !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Mar 17 Mar 2015 - 23:09

Merci beaucoup Tom léo pour ce commentaire.
Tu m'as donné envie de relire ce livre en Français (je ne l'ai lu qu'en japonais).

Je veux également lire "Une fille, qui danse" depuis longtemps.
Le livre traine toujours près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pivoine
Plume timide


Messages : 9
Inscription le : 21/04/2015
Localisation : Jouy en josas

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Dim 3 Mai 2015 - 19:19

Bonjour
C'est le premier roman de Julian Barnes que je lis et surement pas le dernier !!
C'est une histoire sur la séduction et ses transports, très psychologique.. Un peu surprise au début car ici chaque personnage intervient et donne sa version
.Peu à peu j ai adoré


"Ce Pour le prix d'un gîte languedocien ensoleillé et idyllique, avec un beau potager, on peut avoir la moitié d'un tuyau de cheminée dans un quartier londonien dont je rougis de donner le code postal. Même le facteur se perd en venant ici. De temps en temps on peut voir un bus, si quelque type du coin mécontent parvient à en détourner un sous la menace d'une arme pour lui faire remplir sa mission. ux qui oublient leur passé sont condamnés à le revivre."

et aussi page 153
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Dim 3 Mai 2015 - 19:34

Quel est le livre de Barnes dont tu parles Pivoine ? Ce n'est pas très clair pour moi.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pivoine
Plume timide


Messages : 9
Inscription le : 21/04/2015
Localisation : Jouy en josas

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Dim 3 Mai 2015 - 19:43

Oups c est " dix ans après"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Dim 3 Mai 2015 - 19:46

Merci. C'est plus clair comme ça. sourire

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Mer 13 Mai 2015 - 10:52

Une fille qui danse


un homme se remémore son parcours de vie porté par un élément déclencheur de ce retour sur le déroulement de sa vie pour comprendre ....Un monsieur "tout le monde" qui prendra conscience de l'amplitude du temps et de l'impact de chaque acte ou pensée sur le déroulement d'une vie , des vies .....
Dans cette approche rétrospective , son regard projette une "autre vérité" que celle vécue dans "l'ici et maintenant" .

De là , il s'agira pour lui de se réajuster pour réintégrer ce passé autrement , avec qu'il est devenu,dans une perspective exempte de complaisance vis à vis de lui-même.
Julian Barnes appuie douloureusement sur nos illusions de jeunesse , l'insouciance qui la caractérise , la quête d'absolu et les grandes idées qu la dirigent nourrie par la fougue débordante et sans concessions de la jeunesse exaltée .

Rien que de très banal là-dedans , mais l'habileté de l'écrivain qui structure son roman en deux parties , l'une dans la narration des souvenirs de son personnage  et l'autre dans le présent de celui-ci éclaire ce parcours de vie banal et tragique avec une finesse d'observation exceptionnelle .

Il souligne sans jugement mais sans aménité  non plus les petits arrangements de la conscience qui permettent d'avancer sans trop de douleurs .

Une fille qui danse , C'est la mémoire subjective , c'est le constat incontournable des conséquences de chaque acte ou pensée avec ce qu'il peut y avoir de tragique dans l'irréversible , c'est le questionnement de la responsabilité de l'homme face à ses actes , c'est une réflexion sur la mémoire et la notion de vérité liée à l'espace temps , c'est aussi un regard appuyé sur l'impossibilité de rencontrer l'autre au delà- des apparences , chaque parcelle de vie isolée et pourtant étroitement lié aux autres .....

Un roman aux multiples ramifications bouleversant , et qui laisse le lecteur face à sa propre solitude et le dessin de sa vie !

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  


Dernière édition par églantine le Mer 13 Mai 2015 - 15:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Mer 13 Mai 2015 - 11:29

églantine a écrit:


Rien que de très banal là-dedans ,

Oui, c'est ça qui est fort, de faire un livre aussi fin avec aussi peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Julian Barnes   Mer 13 Mai 2015 - 15:37

églantine a écrit:
Une fille qui danse



Il souligne sans jugement mais sans aménité  non plus les petits arrangements de la conscience qui permettent d'avancer sans trop de douleurs .


Bien envie de lire comme il a traité ce sujet. Il y a des gens qui n'ont jamais cette "prise de conscience" (expression un peu malheureuse j'avoue). Ils ne sont pas un peu dangereux ceux-là?

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Julian Barnes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Julian Barnes
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» (M) BEN BARNES ? libre
» Julian Ross (Olive et Tom)
» Julian ? Le passé refait toujours surface.
» Mary Poppins
» montague ? a little touch of heavenly light.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: