Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Juan Rulfo [Mexique]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Juan Rulfo [Mexique]   Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 EmptyMar 27 Mai 2014 - 21:36

Arabella a écrit:
Je ne sais pas si je retenterai une relecture. Peut être si j'arrive entre temps à aimer la littérature de ces contrées. Parce que pour le moment, les auteurs latino-américains et moi, ce n'est pas vraiment ça.

Je crains un peu qu'il en soit de même pour moi mais j'attends ma halte en Amérique du sud pour me prononcer.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Juan Rulfo [Mexique]   Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 EmptyJeu 20 Aoû 2015 - 23:48

Pedro Paramo
« Je suis venu à Comala parce que j’ai appris que mon père, un certain Pedro Paramo, y vivait. C’est ma mère qui me l’a dit. Et je lui ai promis d’aller le voir quand elle serait morte. J’ai pressé ses mains pour lui assurer que je le ferais, elle se mourrait et j’étais prêt à lui promettre n’importe quoi . »
Ainsi commence donc Pedro Paramo, roman du peu prolifique Juan Rulfo dont le quatrième de couverture nous informe que Rulfo « a marqué un renouveau de la fiction narrative, annonçant la révolution du réalisme magique dans les lettres latino américaines » et que Pedro Paramo « est l’une des plus grandes œuvres du XX siècle, un classique contemporain que la critique compare souvent au Château de Kafka et au Bruit et la Fureur de Faulkner. » Excusez du peu … (on se demande quand même un peu qui est cette critique unanime et dépersonnalisée …). Franchement, une quatrième de couverture comme celle-là, tout le monde s’est déjà fait avoir donc je reste prudent … J’ai finalement sauté le pas à la lecture de commentaires de lecteurs que j’apprécie et du bref incipit ci-dessus.
De cette piste initiale sur la quête d’un père inconnu se noue en de brefs paragraphes sans lien direct de nouveaux récits mettant en jeu différents personnages de Comala. Ces derniers ont une réalité qui leur est propre, relatant des faits remontant à des années bien antérieures à la naissance du fils, et oscillant dans un monde aux frontières étanches entre la vie et la mort.
En effet, l’un des thèmes principaux de ce roman réside dans la mort, omniprésente et plus particulièrement de la rencontre de ce fils avec des âmes égarées n’ayant pas forcément conscience de leur état, ne pouvant se détacher de leurs chaînes du monde des vivants Cette frontière est très floue et élastique tant la plupart des protagonistes apparemment vivants sont éteints et résignés alors que les morts sont bien plus communicants, d’une volubilité à la limite de la logorrhée mais dans un mode quasi exclusif de soliloque. La narration se fluidifie donc peu à peu en y excluant le narrateur fils-initial pour se rapprocher plus de l’épopée. Ces morts à la langue bien pendue dévoilent par bribes l’histoire du village qui ne peut être dissociée de celle du père Pedro Paramo. Cette évocation de ce monde étrange entre vie et mort, mémoire et oubli, empreint certainement de ce fameux réalisme magique m’a amené vers une nouvelle perception du Mexique, bien plus riche et complexe que celle que je m’étais faite sur base des coutumes insolites pratiquées à la Toussaint dans les cimetières. Plus encore, ce récit peut permettre d’introduire une réflexion sur le rapport qu’on entretient avec la mort et d’envisager celle-ci avec de nouvelles clefs.
Autre thème évoqué : le Père. Pedro Paramo est un personnage ambigu, craint et admiré, charmeur et parfois violent. Il est le maître du village aussi bien par son argent, son pouvoir, son ascendant, la crainte qu’il génère, sa prédation des femmes, sa capacité à soumettre. Mais c’est aussi le Père par le nombre d’enfants illégitimes qu’il a « semé » dans les alcoves des jeunes filles du village. Ce double ascendant lui permet de s’octroyer des pouvoirs quasi régaliens sur son petit monde, même sur l’église dont le curé se soumet à sa volonté au-delà de la compromission. Je m’interroge sur le lien qu’on pourrait faire avec une société mexicaine où Pedro Paramo symboliserait le pouvoir entre les mains de quelques grands propriétaires tout puissants, face à un peuple soumis et une église réduite au rôle d’instrument de contrôle et compromise. Ceci ne reste qu’une interprétation personnelle qui s’appuie plus sur des impressions que sur un recoupement de texte.
Au final, cette lecture me laisse quelque peu perplexe. En effet, je me suis souvent perdu dans cette narration aux paragraphes sans lien évident de prime abord. Mais en poursuivant ma lecture, j’ai moins recherché à relier chaque bout de fil de paragraphe et je me suis laissé porter par l’atmosphère propre à ce récit. En fait, ce récit pouvait continuer indéfiniment : c’était comme un parfum enivrant dont la composition des essences m’importait peu. Une fois le flacon fini, il ne reste plus que ce parfum puissamment évocateur d’une atmosphère qui est difficilement descriptible. Pourtant je reste réservé car ma lecture ne m’a pas octroyé autant de plaisir que ce j’escomptais et je me sens inexplicablement frustré d’une lecture dont je n’aurai retiré tout compte fait qu’un sentiment fugace et superficiel. Peut-être trop magique et pas assez de réalisme pour moi….
Revenir en haut Aller en bas
http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Juan Rulfo [Mexique]   Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 EmptyVen 21 Aoû 2015 - 5:04

voilà qui ravive la curiosité pour cette chaude recommandation du libraire (une de plus). bonjour

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Juan Rulfo [Mexique]   Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 EmptyVen 21 Aoû 2015 - 9:05

Ton commentaire me fait penser à quelques chose qui a un lien avec Pamuk. je me trompe?
Revenir en haut Aller en bas
http://topocleries.wordpress.com/
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Juan Rulfo [Mexique]   Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 EmptyVen 21 Aoû 2015 - 14:18

animal a écrit:
voilà qui ravive la curiosité pour cette chaude recommandation du libraire (une de plus). bonjour

Je crois que c'est le genre d'auteur qui pourrait te convenir.


_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Sigismond
Agilité postale
Sigismond

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Juan Rulfo [Mexique]   Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 EmptyVen 21 Aoû 2015 - 20:18

GrandGousierGuerin a écrit:
Pedro Paramo

Au final, cette lecture me laisse quelque peu perplexe. En effet, je me suis souvent perdu dans cette narration aux paragraphes sans lien évident de prime abord. Mais en poursuivant ma lecture, j’ai moins recherché à relier chaque bout de fil de paragraphe et je me suis laissé porter par l’atmosphère propre à ce récit. En fait, ce récit pouvait continuer indéfiniment : c’était comme un parfum enivrant dont la composition des essences m’importait peu. Une fois le flacon fini, il ne reste plus que ce parfum puissamment évocateur d’une atmosphère qui est difficilement descriptible. Pourtant je reste réservé car ma lecture ne m’a pas octroyé autant de plaisir que ce j’escomptais et je me sens inexplicablement frustré d’une lecture dont je n’aurai retiré tout compte fait qu’un sentiment fugace et superficiel. Peut-être trop magique et pas assez de réalisme pour moi….

Je peux comprendre, Grand GG, c'est typiquement le genre de lecture qui ne peut faire l'unanimité. Pour moi je suis convaincu que c'est un écrit de type romanesque réellement sommital, majeur, du XXème siècle.

El Llano en llamas (nouvelles) est nettement moins déroutant si tu souhaites prolonger avec Rulfo.

Anecdote: je me suis procuré Rulfo en langue originale au printemps dernier; l'idée serait de relire Pedro Pàramo, mais en espagnol (plutôt que tenter la troisième lecture en français en l'espace de deux ans Laughing !).

J'avoue procratisner un tantinet, pour l'instant.

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 277-1473-thickbox
Cette édition comprend, en outre, un inédit (très courte nouvelle, 8 pages) Castillo de teayo, je ne crois pas que cette dernière ait été traduite en français (?), et sur laquelle je me suis rué.

Il faut la relier à ses photographies (série "Castillo de teayo") - votre moteur de recherches vous conduira sans coup férir à quelques-unes d'entre celles-ci.
Revenir en haut Aller en bas
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Juan Rulfo [Mexique]   Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 EmptyVen 21 Aoû 2015 - 21:19

topocl a écrit:
Ton commentaire me fait penser à quelques chose qui a un lien avec Pamuk. je me trompe?
Jamais lu Pamuk alors je ne peux pas t'aider jypeurien

Arabella a écrit:
animal a écrit:
voilà qui ravive la curiosité pour cette chaude recommandation du libraire (une de plus). bonjour

Je crois que c'est le genre d'auteur qui pourrait te convenir.

Je serais curieux de lire ton commentaire !
Sigismond a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:
Pedro Paramo

Au final, cette lecture me laisse quelque peu perplexe. En effet, je me suis souvent perdu dans cette narration aux paragraphes sans lien évident de prime abord. Mais en poursuivant ma lecture, j’ai moins recherché à relier chaque bout de fil de paragraphe et je me suis laissé porter par l’atmosphère propre à ce récit. En fait, ce récit pouvait continuer indéfiniment : c’était comme un parfum enivrant dont la composition des essences m’importait peu. Une fois le flacon fini, il ne reste plus que ce parfum puissamment évocateur d’une atmosphère qui est difficilement descriptible. Pourtant je reste réservé car ma lecture ne m’a pas octroyé autant de plaisir que ce j’escomptais et je me sens inexplicablement frustré d’une lecture dont je n’aurai retiré tout compte fait qu’un sentiment fugace et superficiel. Peut-être trop magique et pas assez de réalisme pour moi….

Je peux comprendre, Grand GG, c'est typiquement le genre de lecture qui ne peut faire l'unanimité. Pour moi je suis convaincu que c'est un écrit de type romanesque réellement sommital, majeur, du XXème siècle.

El Llano en llamas (nouvelles) est nettement moins déroutant si tu souhaites prolonger avec Rulfo.

Anecdote: je me suis procuré Rulfo en langue originale au printemps dernier; l'idée serait de relire Pedro Pàramo, mais en espagnol (plutôt que tenter la troisième lecture en français en l'espace de deux ans Laughing !).

J'avoue procratisner un tantinet, pour l'instant.

Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 277-1473-thickbox
Cette édition comprend, en outre, un inédit (très courte nouvelle, 8 pages) Castillo de teayo, je ne crois pas que cette dernière ait été traduite en français (?), et sur laquelle je me suis rué.

Il faut la relier à ses photographies (série "Castillo de teayo") - votre moteur de recherches vous conduira sans coup férir à quelques-unes d'entre celles-ci.
Merci pour ton commentaire.
Pour El Llano en flammes, si je le lis, ce ne sera pas pour tout de suite. Et ce sera alors en français, faute de mieux ... Lis-tu souvent en espagnol ?
Magnifique ce Castillo de teayo ! Cela donne envie de visiter le Mexique ....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Contenu sponsorisé




Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Juan Rulfo [Mexique]   Juan Rulfo [Mexique] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Juan Rulfo [Mexique]
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Pêche du bonnefish sur les flats au Mexique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: