Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Wataya Risa

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Mar 21 Déc 2010 - 14:28

C' est une histoire d' adolescence, période d' hésitations, de contrdictions, de souffrances, de joies et de découvertes.
Il est donc difficile d' attendre d' un roman qui se veut autobographiqe une trame trop contruite.
Mais plutot d' esquisser une démarche erratique, discontinue, provisoire.
C' est ainsi que je le vois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suny
Main aguerrie
avatar

Messages : 522
Inscription le : 17/02/2007
Age : 33
Localisation : Rhône

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Mar 21 Déc 2010 - 14:48

Je suis bien d'accord avec ta vision Wink Juste que ça doit moins me convenir, ou alors à petite dose ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecturesdesuny.canalblog.com/
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Dim 15 Sep 2013 - 22:54


Couverture : Izutsu Hiroyuki (d'autres illustrations de Izutsu sur : http://japanesedesign.pl/en/2013/hiroyuki-izutsu/ ).

Trembler te va si bien (Katteni furuetero, 勝手にふるえてろ; 2010). Traduit en 2013 par Patrick Honnoré. 144 pages. Editions Picquier.

On est dans la lignée des oeuvres précédentes de l'auteur, mais le temps a passé.
La narratrice, Etô Yoshika, a 26 ans (l'âge de l'auteur, nous précise le rabat de la quatrième de couverture), et elle travaille.
Néanmoins, dans sa tête, l'école n'est pas si loin...
Citation :
"Moi qui suis du genre à ne jamais pouvoir choisir un vêtement quand j’entre dans une boutique, tant et si bien que l’article à la mode que tout le monde s’arrache est finalement épuisé le temps que je me décide, je suis tombée amoureuse d’Ichi au premier coup d’œil. C’était en deuxième année de collège [Correspond à la quatrième dans le système scolaire français] et tous les élèves de la classe étaient présents. L’achat coup de cœur, dans ma tête du moins. Un vêtement, tu dois réfléchir s’il te va, si c’est dans tes moyens, à quelle occasion tu comptes le mettre, mais pour tomber amoureuse, on est totalement libre, pas question de budget, d’essayage ou de livraison à attendre. Du moins, tant qu’on n’espère pas un regard en retour." (page 13).
Des années plus tard, elle est toujours amoureuse de ce Ichi. Elle travaille dans une société, au service compta. Comme elle fait partie des dernières embauchées, elle se tape - avec une certaine Kurumi - les tâches ingrates ("acheter les bricoles à grignoter pour tout le service, aller chercher le courrier, servir le thé, distribuer la gazette interne de la boîte, nettoyer la machine à café, aller chercher les nouveaux chargeurs d'encre pour le fax au guichet des consommables chaque fois que l'un d'eux est vide", page 112).

Citation :
"- Les filles de la compta, elles sont sérieuses, elles font de bonnes épouses qui tiennent les comptes domestiques à jour, je crois... avait articulé Ni après s’être présenté à la soirée d’amitié compta-commerciaux cet été, faisant apparaître un sourire plutôt frisquet sur nos lèvres à nous, les filles de la compta.
Sérieuses, peut-être au boulot, mais d’où sort-il que de nos jours, dans un couple, ce sont les filles qui tiennent les comptes ? Il faut vraiment être à la ramasse pour croire ça.
Ni, c’est l’ex-sportif affublé d’un petit début de bidon propre au buveur de bière, le type qui fixe sa vieille coupe ras du crâne quelque peu défraîchie au gel extrafort, grand nez, grands yeux, le type qui dégage une aura chaude et humide comme l’épaisseur d’un bentô tout frais." (page 23).
D'un côté, Yoshika traîne dans sa tête un amour de jeunesse plus ou moins fantasmé et auquel elle a à peine parlé... Le reverra-t-elle ?
De l'autre, il y a ce Ni (un nom qui ne facilite pas toujours la lecture des phrases en français), qui va se déclarer.
Il ne lui plaît pas vraiment. Mais il ne lui déplaît pas non plus. Enfin, un peu quand même, parfois.

Un des dadas d'Etô, ce sont les espèces éteintes, qu'elle consulte sur Wikipedia.
Citation :
"De nombreux animaux, pour éviter la disparition de l'espèce, évoluent en s'adaptant à leur environnement. Mais il en existe aussi dont l'évolution leur a fait acquérir des caractères destinés à remporter la compétition sexuelle tellement particuliers qu'échapper à leurs prédateurs en devient plus difficile et que cela leur fait courir un risque accru de disparition. Le cerf megaloceros s'est éteint à cause de ses bois surdimensionnés qui lui donnaient plus de succès auprès de l'autre sexe. [..] L'être humain, enfin, je veux dire moi, semble bien parti pour connaître le même sort. A trop insister pour ne s'unir qu'avec un partenaire dont il sera amoureux, le spécimen avance en âge et laisse passer sa chance de se reproduire. L'amour, supposé favoriser la reproduction, est au contraire un moyen de limiter les naissances. Suis-je une espèce vouée à l'extinction comme le dodo ? Ni serait-il mon attaché d'observation pour me sauver de la disparition ?" (page 109).
Etô est finalement une gentille fille qui passe assez inaperçu.
Citation :
"Au collège et au lycée, j'avais peur des filles à forte personnalité. Elles repéraient tout de suite cette fille que rien ne distinguait et qui poussait en secret dans un coin de la classe. Si j'essayais de montrer les dents, d'instinct elles voyaient que c'était de la frime, et pour me dominer encore plus, elles me traitaient comme une fille trop drôle." (page 114).
Etô va devoir laisser ses rêveries et grandir, accepter de se confronter avec le monde réel, qui n'est pas aussi bien qu'on l'aurait souhaité.
"Même si tu es dans la vie active, tu reste encore un peu enfant", lui dit sa mère au téléphone.

Un livre qui parle des rapports entre élèves à l'école (c'est habituel pour l'auteur, mais cette fois elle le fait avec le recul des années), ainsi que des rapports au travail et en société, avec de l'humour (qui n'empêche pas la tristesse) et de la fraîcheur. Du problème de trouver sa place dans la société, un but dans la vie. Aller au travail par habitude, est-ce si terrible ?...

Wataya Risa n'est pas restée à l'école, et c'est une bonne chose : ses thèmes évoluent, elle a donc de bonne chances de survivre à la dure loi de la sélection littéraire.

Un bon texte, court, vivant.

On attend la suite de son oeuvre, d'autant que son livre suivant (かわいそうだね?), publié la même année, a remporté le prix Kenzaburo Oé.
On a donc de bonnes chances de pouvoir le lire d'ici quelque temps.

Une quarantaine de pages de Trembler te va si bien sont disponibles sur le site de Picquier : http://www.editions-picquier.fr/catalogue/fiche.donut?id=887&cid=
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Queenie
...
avatar

Messages : 22888
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Lun 16 Sep 2013 - 12:04

Faudra que je le feuillète, si je peux. Les extraits me laissent une drôle d'impression mitigée : des phrases bancales, faciles, des réflexions "naïves" et quelques tournures qui font tilt avec un fond qui se pense mieux...


Citation :
Ni, c’est l’ex-sportif affublé d’un petit début de bidon propre au buveur de bière, le type qui fixe sa vieille coupe ras du crâne quelque peu défraîchie au gel extrafort, grand nez, grands yeux, le type qui dégage une aura chaude et humide comme l’épaisseur d’un bentô tout frais.
J'aime bien cette description, mais... franchement ça m'intrigue qu'elle puisse le trouver (parfois) attirant, même (surtout!) comme partenaire de reproduction.


Y'a Appel du pied, et Install à ma biblio apparemment... Test ?

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Lun 16 Sep 2013 - 19:55

Queenie a écrit:
Faudra que je le feuillète, si je peux. Les extraits me laissent une drôle d'impression mitigée : des phrases bancales, faciles, des réflexions "naïves" et quelques tournures qui font tilt avec un fond qui se pense mieux...


Citation :
Ni, c’est l’ex-sportif affublé d’un petit début de bidon propre au buveur de bière, le type qui fixe sa vieille coupe ras du crâne quelque peu défraîchie au gel extrafort, grand nez, grands yeux, le type qui dégage une aura chaude et humide comme l’épaisseur d’un bentô tout frais.
J'aime bien cette description, mais... franchement ça m'intrigue qu'elle puisse le trouver (parfois) attirant, même (surtout!) comme partenaire de reproduction.


Y'a Appel du pied, et Install à ma biblio apparemment... Test ?
Commence par Appel du pied, c'est son grand succès, et il a reçu l'Akutagawa, même si je ne suis pas vraiment sûr que tu accrocheras. Ceci dit, vu la pagination et la facilité de lecture, le risque que tu prendrais ne serait pas bien grand...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Queenie
...
avatar

Messages : 22888
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Mar 17 Sep 2013 - 9:37

eXPie a écrit:
Queenie a écrit:
Faudra que je le feuillète, si je peux. Les extraits me laissent une drôle d'impression mitigée : des phrases bancales, faciles, des réflexions "naïves" et quelques tournures qui font tilt avec un fond qui se pense mieux...


Citation :
Ni, c’est l’ex-sportif affublé d’un petit début de bidon propre au buveur de bière, le type qui fixe sa vieille coupe ras du crâne quelque peu défraîchie au gel extrafort, grand nez, grands yeux, le type qui dégage une aura chaude et humide comme l’épaisseur d’un bentô tout frais.
J'aime bien cette description, mais... franchement ça m'intrigue qu'elle puisse le trouver (parfois) attirant, même (surtout!) comme partenaire de reproduction.


Y'a Appel du pied, et Install à ma biblio apparemment... Test ?
Commence par Appel du pied, c'est son grand succès, et il a reçu l'Akutagawa, même si je ne suis pas vraiment sûr que tu accrocheras. Ceci dit, vu la pagination et la facilité de lecture, le risque que tu prendrais ne serait pas bien grand...
D'acc !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Lun 30 Sep 2013 - 22:54

Petites précisions utiles, grâce à des explications du traducteur, Patrick Honnoré, concernant Trembler te va si bien

Lorsqu'on lit, page 9 : "le numéro Un, Ichi, était mon grand amour, [...] quant au numéro Deux, Ni, je n'en étais absolument pas amoureuse et pourtant c'est probablement lui que je vais épouser [...]", il faut comprendre que Ichi signifie "un" en japonais, et que Ni signifie "deux" (il faudrait que je potasse mon japonais en commençant par le début, cela m'aurait aidé...).
La narratrice peut ainsi appeler, à l'école, son grand amour "Numéro 1" sans que personne ne comprenne que c'est dans ce sens qu'elle l'entend, et que ce n'est pas, pour elle, simplement le diminutif "Ichi" (d'où les majuscules dans le texte français, qui indiquaient qu'il s'agissait de la traduction du mot japonais... il fallait faire attention).

Par opposition, la narratrice appelle - pour elle-même, dans sa tête, mais jamais tout haut - , l'autre homme Ni, donc "deuxième". Ni n'est ainsi pas un prénom bizarre (chinois ?), ni un diminutif.

Attention ! Ce qui suit parle de la toute fin du roman. Spoiler, donc.

On n'apprend qu'à la dernière page que le vrai nom de Ni est Kirishima (littéralement "L'île des brouillards").
Or, Kirishima est le nom d'un lutteur de sumo (Kirishima Kazuhiro) qui arrivait toujours deuxième, le grand champion Mitsugu Chiyonofuji étant en activité à ce moment-là (en fait, Kirishima l'a battu une fois sur douze, d'après Wikipedia). Il était un peu le Poulidor du Sumo, semble-t-il (la comparaison est de moi, et je n'y connais pas grand chose au Sumo).

Le surnom donné par la narratrice est donc très drôle pour les Japonais, et rétrospectivement on comprend encore mieux le caractère de numéro deux de Ni. Mais ce n'est pas que de l'humour. Il y a quelque chose de "signifiant" là-dedans. La narratrice vit dans son monde à elle, elle se parle beaucoup, mais beaucoup moins aux autres. En vrai, elle est effacée, quasiment terne, puisque ses anciens condisciples ne se souvenaient même pas de son prénom...
On peut donc penser que le fait que elle non plus n'appelle jamais numéro "Deux" par son vrai nom (et qu'elle ne l'appelle jamais - avant la fin - ni par son vrai nom, ni par son surnom) n'est pas juste destiné à aboutir à un jeu de mots. C'est plus que cela : il y a une acceptation finale, peut-être celle de la réalité de la vie. Appeler quelque chose, le désigner, c'est en quelque sorte lui accepter une réalité, une existence. Et toute existence réelle s'accompagne de défauts. Dans sa tête, par contre, elle peut bien être amoureuse d'un être parfait.
La fin du roman, à condition qu'on réalise bien que le prénom du Numéro Deux ne nous avait jusqu'ici pas été donné, et peut-être également à la condition qu'on sache l'histoire de Kirishima, amène à revoir l'histoire d'un autre oeil, et à considérer le livre comme plus profond qu'il ne semblait l'être...

Kirishima Kazuhiro a publié ses mémoires : Mémoires d'un lutteur de Sumo (traduction de Liliane Fujimori, chez Picquier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Lun 18 Nov 2013 - 11:46

eXPie a écrit:

Couverture : Izutsu Hiroyuki (d'autres illustrations de Izutsu sur : http://japanesedesign.pl/en/2013/hiroyuki-izutsu/ ).

Trembler te va si bien (Katteni furuetero, 勝手にふるえてろ; 2010). Traduit en 2013 par Patrick Honnoré. 144 pages. Editions Picquier.

Un livre qui parle des rapports entre élèves à l'école (c'est habituel pour l'auteur, mais cette fois elle le fait avec le recul des années), ainsi que des rapports au travail et en société, avec de l'humour (qui n'empêche pas la tristesse) et de la fraîcheur. Du problème de trouver sa place dans la société, un but dans la vie. Aller au travail par habitude, est-ce si terrible ?...

Wataya Risa n'est pas restée à l'école, et c'est une bonne chose : ses thèmes évoluent, elle a donc de bonne chances de survivre à la dure loi de la sélection littéraire.

Un bon texte, court, vivant.

On attend la suite de son oeuvre, d'autant que son livre suivant (かわいそうだね?), publié la même année, a remporté le prix Kenzaburo Oé.
On a donc de bonnes chances de pouvoir le lire d'ici quelque temps.

Une quarantaine de pages de Trembler te va si bien sont disponibles sur le site de Picquier : http://www.editions-picquier.fr/catalogue/fiche.donut?id=887&cid=


Trembler te va si bien n'est pas la version originale japonaise de Stupeur et tremblements. Le titre du roman de Risa Wataya aurait pu être Hésiter te va si bien tant son héroïne de 26 ans se noie dans les atermoiements. Une adulte avec une âme de lycéenne, mal dans sa peau, et qui se sent différente avec pourtant la volonté de s'intégrer. De fait, sa vie sentimentale est similaire à sa position sociale, c'est l'insatisfaction et l'indécision qui gouvernent son existence. Intéressant pour ce qu'il dit de l'évolution de la société nipponne, le livre est aussi foncièrement agaçant pour plusieurs raisons. Son style, proche du langage parlé, en fait partie, même si l'humour et l'auto-dérision sont au rendez-vous. C'est surtout le narcissisme de la jeune femme qui finit par taper sur le système. Et ses affaires de coeur, sa valse hésitation entre un prince charmant inaccessible et un garçon normal qu'elle n'aime pas, se répètent à l'envi dans une posture à la longue irritante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Jeu 25 Juin 2015 - 22:19

En octobre paraîtra Pauvre chose (Kawaisou da ne?, かわいそうだね? ; Editions Piquier), qui a reçu le Prix Kenzaburo Oé en 2012.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Jeu 25 Juin 2015 - 23:50

Je ne savais même pas qu'il y a déjà le prix Oé. honte
En plus je n'ai lu aucun livre d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Ven 26 Juin 2015 - 7:11

Ariane SHOYUSKI a écrit:
Je ne savais même pas qu'il y a déjà le prix Oé. honte
C'est un prix très original, qui existe depuis 2006-2007 : c'est Kenzaburo Oé qui attribue le prix, lui tout seul. Le prix ne comprend pas d'argent, mais la garantie de traduction en anglais, français et allemand. Page wiki en français : https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Kenzaburō_Ōe (un peu en retard sur les deux derniers vainqueurs, il va falloir remettre ça à jour).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Ven 26 Juin 2015 - 8:57

Je me le note dans un coin, merci pour l'info.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Ven 26 Juin 2015 - 22:13

Merci pour l'explication, eXPie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Wataya Risa   Mar 17 Nov 2015 - 23:32

Pauvre chose (Kawaisou da ne ?, かわいそうだね?, 2011). Traduit en 2015 par Patrick Honnoré. 142 pages. Editions Picquier.

Le roman, qui a reçu le Prix Kenzaburo Oé en 2012, commence par un tremblement de terre. Un vacillement qui est aussi symbolique, sans doute. Notre héroïne-narratrice a la hantise des tremblements de terre, et se fait des films dans sa tête :
Citation :
"Le grand tremblement de terre survient alors que je me trouve dans le métro à attendre un train, sur le chemin de retour du grand magasin où je travaille. Grondements telluriques, hurlements des gens autour de moi, impossible de rester debout, je me retrouve les fesses par terre sur le quai. Pour commencer, je perds mes chaussures à talons hauts. Porter des chaussures auss instables, dangereuses, inconscientes, c'est évidemment se destiner à être la première victime de la sélection naturelle. [...]
Même la tête en sang, je me fais la promesse de survivre, grâce à la lumière de mon téléphone portable, ma mini-bouteille d'eau minérale, et mon bonbon au citron. " (page 8-9).

La narratrice a de l'humour.
Citation :
"De mon côté, plongée dans le désespoir en plein territoire inconnu mais animée de la Weltanschauung de Ken le Survivant, j'arpenterai la ville transformée en champ de ruines dans tous les sens jusqu'à trouver le centre de secours." (page 11).
Elle se prénomme Julie... un prénom pas très japonais.
Citation :
"Mes parents, ces vicieux. Eux, c'est Kiyoshi et Yoshie, ils n'iraient jamais regarder un film étranger sous-titré, il leur faut du doublé en japonais, mais pour le prénom de leurs enfants il a fallu qu'ils jouent les originaux, ce qui me vaut de rougir dès que j'entends mon nom. Ma soeur aînée, c'est Meari, et encore on peut dire qu'elle a de la chance." (page 49).
On connaît des Français qui, de façon similaire, donnent un prénom japonais à leur enfant. Ça n'est pas terrible non plus.
Le copain de Julie s'appelle Ryûdai.
Citation :
"Ryûdai, pour une raison liée au métier de son père, était parti aux Etats-Unis dans sa petite enfance et avait habité à San Francisco jusqu'à la fin de l'université." (page 24).
Après quelques années dans une compagnie d'assurance-vie, il est rentré au Japon avec Akiyo, sa copine qui travaillait au self-service de la fac. Au bout de quelque temps, ils se sont séparés. Et voilà que maintenant Akiyo, qui a coupé les ponts avec sa famille, n'a presque plus d'argent et cherche du travail.

Julie et Ryudai ne vivent pas ensemble. Et voilà que Ryudai se met à héberger Akiyo ! Faut-il que Julie le tolère sous prétexte que cela se fait aux Etats-Unis ?
C'est l'occasion de s'interroger sur ce qui se fait ou pas, sur les comportements jugés normaux dans une société et anormaux dans une autre (porter les mêmes vêtements chez soi et à l'extérieur...), sur le fondement de la politesse et de l'harmonie (le wa) chez les Japonais (page 92).

Ryudai, en bon américain ou assimilé, a un physique imposant : il est large d'épaules et musclé. Mais il a un visage naïf et inexpressif et n'exprime que rarement une volonté personnelle de façon catégorique (page 45).
Citation :
"C'était la première fois que je découvrais que Ryûdai avait une opinion sur quelque chose. [...] Mais en y réfléchissant mieux, effectivement, pour Akiyo aussi il avait pris sa décision sans me demander conseil ; en définitive, par certains côtés, peut-être était-il plutôt buté." (page 46). Ryûdai n'aime pas le parler d'Ôsaka qui "est dur et donne une impression de violence" (page 131).
Il est costaud mais faible. Cette faiblesse est celle de beaucoup d'hommes à notre époque, s'il faut en croire Robert Bly dans son essai L'Homme Sauvage et l'Enfant (Iron John, 1990).

Il y a de très bonnes scènes, par exemple celle très amusante où Julie tente de discuter avec un prof de langue.

On voit aussi les conditions de travail dans le grand magasin. Après avoir mangé à la cantine, voici Julie accompagnée d'une collègue, qui reviennent travailler.
Citation :
"A la frontière entre le couloir réservé aux employées et l'espace de vente, une salutation et nous sommes entrées dans l'espace de vente. Acuun client ne nous regardait, mais c'est le règlement. Pas seulement par respect de l'étiquette, c'est aussi pour donner un tour de vis à notre mental, pour que nous rentrions dans notre rôle, chaque fois que nous passons des coulisses à la scène. D'autre part, tout employé qui se déplace doit transporter son porte-monnaie et son téléphone portable visibles dans un sac en plastique transparent, ce qui est sans doute une façon pour l'employeur de montrer avec ostentation qu'il contrôle d'une façon ou d'une autre la multitude des employés de l'énorme organisation qu'est le grand magasin." (page 26).
En cas d'erreur sur le prix, les employés, accompagnés de leur chef, vont chez le client pour s'excuser.

Outre la faiblesse du sexe masculin, le livre parle des problèmes de compréhension : problèmes liés aux habitudes propres à un pays, mais aussi problèmes liés à la langue, ou encore à la différence homme/femme.
Le respect des règles permet à des gens qui ne se comprennent pas de vivre ensemble en jouant un rôle. Il faut respecter les règles, le texte, sinon tout vole en éclat. Est-ce mieux de ne pas se comprendre totalement, de ne pas s'expliquer franchement ? Faut-il faire le constat d'un problème, revendiquer clairement ce que l'on veut, quitte à aller au clash ?

Ce point de vue étranger, Wataya Risa a pu le voir notamment à Hambourg, dans le cadre d'un voyage-lecture en Italie et en Allemagne (elle n'avait apparemment pas encore écrit Pauvre Chose, que l'on peut supposer influencé par ce voyage). La voici à Hambourg. Après la lecture, il y a un débat. Une Japonaise explique la mentalité des Japonais vivant à l'étranger. "Apprendre pourquoi ils veulent lire de la littérature japonaise m'a donné la motivation de travailler plus dur pour donner plus de bons textes aux gens de par le monde." (voir : http://www.wochikochi.jp/english/foreign/2011/11/risawataya.php )

Pauvre chose est un bon roman au style vif, très agréable à lire.

Il est intéressant de constater que les héroïnes de Wataya Risa prennent de l'âge en même temps que l'écrivain : leurs problèmes évoluent de livre en livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wataya Risa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wataya Risa
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: