Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Norman Lewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Norman Lewis   Jeu 3 Avr 2008 - 18:03



Norman Lewis est un écrivain gallois, né en 19O8, décédé en 2OO3.

Il fut réellement un grand voyageur dès 193O.
Il est allé en Afrique, en Espagne, en Italie (en Sicile notamment), en Indochine, en Birmanie et en Amérique Latine. Et chaque fois, il en a rapporté un livre au moins.
Dès le début il a été sensible à l'influence de la modernité chez les peuples aborigènes, et il a été un des premiers à témoigner de la disparition de certaines cultures tribales.
Il a signalé aussi l'apparition de nouvelles formes de banditisme et de profiteurs en tout genre...
Il a dénoncé en particulier les atrocités dont il fut témoin au cours d'un voyage avec un photographe au Brésil en 1968. Atrocités commises par le service de protection indien du gouvernement de l'époque contre les indiens eux memes.
Témoin privilégie de la 2e Guerre mondiale, il le fut aussi de ce qu'on a appelé "Guerre froide", condamnant et le totalitarisme soviétique, et la politique internationale absurde des américains en lutte contre le communisme.
Grand voyageur, témoin lucide, écrivain important, humaniste, tel fut Norman Lewis.

Norman Lewis, je l'aime bien.
Comme Orwell ou John Reed, il fait partie de ces voyageurs écrivains qui
parviennent à avoir du recul par rapport à ce qu'ils voient : hommes ou évenements. Et il apporte une réflexion lucide et humaine...En plus, c'est un conteur merveilleux...colibri


Bibliographie

La nuit du dragon
Torre del mar, roman
Terres d'or, voyages en Birmanie
Naples 44
Le Sicilien, roman
La fourmilière heuruse
L'ile aux chimères, roman
Comme à la guerre
Le chant de la mer, roman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Norman Lewis   Jeu 3 Avr 2008 - 18:47

Norman Lewis. - Naples 44. - Phébus. - 1996

Officier britannique de réserve, Norman Lewis assiste au débarquement
américain dans le sud de l'Italie et à Naples en particulier.

C'est l'accasion pour lui de montrer par delà les horreurs de la guerre,
les bombardements, la destruction, l'inventivité imaginative folle de
tout un peuple.
Et à travers la mendicité, la prostitution, les trafics de tout genre, une forme de vitalité extraordinaire, mais aussi de résistance populaire à l'envahisseur
qui a perduré à travers les siècles.

J'ai particulièrement apprécié ce livre qui donne à voir, à entendre, à
réfléchir et dont le grouillement d'images a quelque chose de Jérome
Bosch...


colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Norman Lewis   Ven 4 Avr 2008 - 22:50

Merci Bix pour cette référence.
Découvrir un nouvel écrivain-voyageur m'intéresse toujours!
Revenir en haut Aller en bas
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Ven 25 Juil 2008 - 21:01

Je viens de le découvrir avec beaucoup d'intérêt.humour même sur les grandes crises contemporaines comme dans Comme à la guerre,qui mine de rien en dit long sur les U.S.A et Cuba,ex aequo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Mar 29 Juil 2008 - 20:06

Norman Lewis,je ne le connaissais pas.J'ai par contre beaucoup lu Graham Greene.Et les deux hommes se sont croisés à plusieurs reprises,hantant les mêmes lieux.Si grand est le talent de Greene,largement popularisé par le cinéma,très intéressante est la musique de Norman Lewis,catalogué comme écrivain voyageur,ce qui m'énerve un peu car tout écrivain voyage,tout lecteur également d'ailleurs.Ce qui est génial quand on découvre un auteur tardivement c'est que l 'on a d'un seul coup une flopée de romans,ou récits,à se mettre sous la dent.Ceci pour les gens qui lisent avec les dents,souvent des gens très incisifs qui ne mâchent pas leurs mots.Lewis le Gallois est mort très âgé il y a quelques années et semble avoir réussi à s'effacer toute sa vie de toute médiatisation.Cette discrétion de bon aloi lui vaut peut-être un relatif anonymat que je vais modestement tenter de réduire un tout petit peu mais les amis de Parfum de livres s'y sont déjà sérieusement attelés.

Comme à la guerre est mon premier choix,au pif,sorti une première fois en 66 sous le titre traduit littéralement Une petite guerre sur commande.Court et sans divagations,strié d'un humour sarcastique,de ce type d'humour qu'on rencontre effectivement dans de bons romans sur l'espionnage ou la Guerre Froide.Cette drôlerie n'épargne aucun des deux camps puisque l'action se déroule au moment du débarquement de la Baie des Cochons à Cuba.Charles Fane,anglais sympathisant de Moscou et surtout de La Havane,se retrouve manipulé par la C.I.A et envoyé en reconnaissance sur les plages cubaines avant le grand jour.Il ne trouve rien de mieux que tomber amoureux,ce qui n'est pas une bonne idée.Rapidement on a compris qu'on ne comprendrait pas,jamais,qui utilise qui et qui sortira vainqueur de ces histoires de dupes.On comprend que Fane ne comprend plus.Mais surtout en moins de 200 pages Norman Lewis trousse une aventure passionnante où les pauvres humains sont vite réduits à l'état de fantoches.Tout ça pour la Cause.Laquelle?Ca je ne sais pas très bien.Mais après tout chacun sa cause et la Baie des Cochons sera bien gardée.

Mais c'est ainsi que sur une plage qui aurait pu être de rêve le théâtre s'est révélé sanglant et que l'imbroglio politique et économique a continué de perdurer.Cela ne s'est probablement pas tout à fait passé comme le raconte finement Norman Lewis.Mais imprimons la fiction,elle est plus vraie que nature.

Le deuxième livre s'appelle L'île aux chimères et son action se déroule dans une petite île de l'archipel des Canaries après la guerre,île qui jouit d'une certaine autonomie, ce qui permet aux notables de ne pas trop se soucier du gouverneur jacobin en poste à Vedra.Ainsi le chef de la police,le représentant de l'Eglise,celui des propriétaires et les autres vivent leurs petits trafics,leurs alcôves et leurs petits secrets sans que tout cela ne tire vraiment à conséquence.Société un tantinet médiévale mais où les yeux et les oreilles savent se fermer Vedra vogue ainsi sur l'Atlantique et espère continuer.

Mais le temps à tous se plaît à faire un affront et la petite île,non pas paradisiaque, mais où "l'on s'arrange" va finir par basculer dans une certaine modernité qui prendra l'habit d'une compagnie de pêche de la métropole espagnole,mettant ainsi en péril le subtil équilibre de Vedra,jusque là épargné.Peut-être,mais ce n'est que mon avis,est-il possible de rapprocher cette délicieuse chronique,souvent hilarante d'autres écrivains "de la bougeotte" comme Redmond O'Hanlon l'auteur du Voyage à Bornéo.Humour et causticité garantie comme le Graham Greene de Notre agent à La Havane.Le cinéma anglais (surtout les studios Ealing dans les années cinquante) est aussi une parfaite émanation de ce climat où la perfide Albion essaie toujours de tirer son épingle du jeu,Passeport pour Pimlico,L'homme au complet blanc,La souris qui rugissait.

Bien que gallois Lewis est doté d'une solide drôlerie,de celle des PG.Woodhouse ou plus tard Tom Blott.On sait depuis longtemps que Gallois,Ecossais,Irlandais et même Anglais ne sont d'accord sur rien,sauf quand il s'agit d'être drôles mais très sérieusement, attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Dim 1 Mar 2015 - 17:26

L'île aux chimères

Nous sommes à Verda , petite île des Canaries, au lendemain de la guerre. Les propriétaires fonciers, alliés au clergé, à l'armée et à la police se débrouillent très bien pour trouver les petits arrangements qui permettent de maintenir les gouverneurs à l'écart, et le petit peuple des pêcheurs et paysans sous leur joug. C'est compter sans l'irruption d'investisseurs du continent qui ont bien décidé que cette île devait entrer dans le jeu du XXe siècle. Pour les « nantis », c'est la fin d'une époque, et pour le prolétariat, le simple passage d'un maître intraitable à un autre.

Sur ce fond social, on imagine un roman sobre et austère. C'est au contraire un roman plutôt facétieux, qui met en scène les alliances, les secrets d'alcôve, les petites et grandes compromissions sur un ton enjoué qui fait souvent penser à une pièce de théâtre du vaudeville. Jusqu'à la scène finale, qui dans son retournement, laisse l'espoir que peut-être, surgira quand même un monde meilleur.

Mais si l'on veut rester sérieux, on peut se dire qu'en 1962, Norman Lewis décrit, dans ce décor en carton-pâte des Canaries, une image prémonitoire de notre monde, où les politiques, dans leur veulerie et leur arrogance, ne veulent pas voir qu'ils vont se laisser engloutir par un monde économique impitoyable, au détriment des petits, qui continueront à trinquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Dim 1 Mar 2015 - 18:46

Oui, Lewis de manquait pas d' humour ni de curiosité. La curiosité faisait partie de sa panoplie d' agent
secret.
Mais le citoyen et le journaliste était encore meilleur !
J' attends que vous lisiez Naples 44, La Fourmilière heureuse, Comme à la guerre.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Jeu 10 Mar 2016 - 15:51



Le chant de la mer

Topocl l'a dit, parfois certains livres découragent le moindre commentaire, le rendent inutile et même péjoratif.

Le Chant de la mer de Norman Lewis est la chronique posthume (écrite 30 ans après avoir été vécue) d'un temps et d'un lieu
qui ont totalement disparu sous les effets conjugués d' une soi disant "modernité" cannibale, mercantile et sans âme qui a tout effacé.

La chronique d'un village hors du temps "oublié de Dieu" et même des hommes. La guerre civile elle-même n'est pas arrivée là.

1950, Farol, village de pêcheurs catalan, survivant dans les pires conditions et pourtant bien vivant, contrairement à la plus
grande partie de l'Espagne livrée à la double misère de l'extrême pauvreté et du franquisme.



C'est un peu l'équivalent de cet autre grand document poignant qu'écrivit Carlo Levi avec Le Christ s'est arrêté à Eboli.

C'est mieux qu'un texte ethnologique parce que l'intérêt affectif des deux auteurs nous fait connaitre et aimer des êtres dépourvus
de presque tout, sinon d'une sorte de magie qui n'apparaît que lorsque l'attention, l'intérêt, la patience et la certitude d' avoir connu
quelque chose d'unique et de transitoire ont donné l' envie de le tranmettre en tant qu' hommage.

Le Chant de la mer ? Une merveille !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Jeu 10 Mar 2016 - 22:06

Tu donnes bien envie.
Et j'aime ta vision du monde.

Auteur considéré par Graham Greene comme "l'un des meilleurs écrivains du siècle".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 71
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Sam 6 Aoû 2016 - 19:26

Aujourd'hui de l'autre côté de la Durance, aux marches du Luberon, un ami du village m'a conduit dans une ferme produisant légumes et fruits bio, tenue par un couple sympathique, tandis que mon ami et le mari parlaient mecanique et moteurs de tracteurs ce qui pour moi équivaut à du latin j'ai entamé une discussion avec la dame des lieux qui s'est avérée sous des allures soixantehuitardes tres engagées être férue de Cuba et d'Amerique latine révolutionnaire, notre discussion fort interessante à proximité des courgettes nous a conduit à parler de Padura, de l'homme qui aimait les chiens et elle m'a recommandé la lecture de Norman Lewis avec Comme à la guerre et Vargas Llosa avec la fête du bouc et Le paradis un peu plus loin..Si bien que je suis reparti avec un kilo de courgettes, un beau melon tres parfumé et le livre "Comme à la guerre" que je me suis engagé à lui rendre....C'est bien vrai qu'il y a culture et cultures.... Very Happy
A mi me gustan estos encuentros
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Sam 6 Aoû 2016 - 19:39

Elle a eu bien raison la dame que tu as rencontrée. Je veux dire te conseiller de lire Norman Lewis. Interessant ces rencontres inopinées
qui te font rencontrer ces lecteurs impprobables sinon "introuvables".
Consulte le fil de Lewis, je suis à peu près sur que ça t' interessera...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Dim 7 Aoû 2016 - 16:44

tu t'es vite adapté à la région Chamaco ! sourire

j'ai (la fête du bouc (pour plus tard)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 71
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Dim 7 Aoû 2016 - 17:08

J'ai commencé le livre de Lewis, pour Llosa c'est noté je vais voir si je peux l'avoir sur internet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 71
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Sam 20 Aoû 2016 - 7:35

Terminé "Comme à la guerre", s'il faut le cataloguer ce serait un roman d'espionnage dont l'histoire se passe à Cuba à l'époque du débarquement anti-castriste de la Baie des Cochons (Lagartera, lieu où vivent les aligators). Le héros est un agent secret vénal, décidé à empocher les dividendes de sa mission bien payée et à se retirer pour profiter de son pactole. Tout au long du récit on le sent rétif, peu enthousiste dans son entreprise. Lewis nous conduit dans les méandres du choix de l'invasion, on se rend compte que la décision a été prise par peu d'hommes et que l'expedition a été montée avec beaucoup d'amateurisme d'où son resultat final. Le héros sera la cible d'une belle cubaine qui déjà à l'époque ne demandait pas mieux que de quitter l'île. On pourrait se trouver devant un roman de gare au contraire on découvre une belle écriture, parfois un peu lyrique avec une fin qui rappelle celle des films des années cinquante soixante tel que les jouait Jean Gabin, genre "quai des brumes" ou "le jour se lève" et là on est devant la classe ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Norman Lewis   Sam 20 Aoû 2016 - 16:03

Lewis est un bon romancier, mais surtout un documentariste exceptionnel.
Je souhaite que tu lises Naples 44, La Fourmilière heureuse, Le Chant de la mer. Je pense vraiment que tu apprécieras.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Norman Lewis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Norman Lewis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» The Toad and the Donkey : An anthology of Norman Literature.
» Norman Spirit.
» Le Norman Buzz.
» Décès du General Norman Schwarzkopf.
» Norman G Lipper - James Potter: tome 1 et 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: