Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Paul Verlaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lalie
Espoir postal
avatar

Messages : 20
Inscription le : 24/02/2010
Age : 19

MessageSujet: Re : Paul Verlaine   Ven 26 Fév 2010 - 17:11

De rien Swallow !!! Il est vrai que ce poème très léger mêle parfaitement toutes ces sensations !!!!!
Et puis, un brin de nostalgie se fait ressentir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille19
Main aguerrie
avatar

Messages : 484
Inscription le : 24/06/2009
Age : 27

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Sam 27 Fév 2010 - 1:23

J'adore ! oui, c'est vrai qu'il y a de la nostalgie, puisque la nostalgie est le regret de ce qu'on pourrait appeler le "pays natal" et c'est exactement le sujet de ce poème... J'avoue que toute la poésie liée à ça me touche beaucoup, probablement parce que je suis accro à Yves Bonnefoy aime honte et que cette thématique est omniprésente dans son oeuvre...

Et Verlaine a toujours fait partie aussi de mes poètes favoris, je trouve qu'il met tant de légèreté dans ses mots, comme une musique douce mais qui n'en serait que plus touchante, contrairement, par exemple à Baudelaire (que j'aime énormément pour d'autres raisons mais dont le style est parfois - mais pas toujours !- un peu lourd je trouve...)

Alors Verlaine et la nostalgie réunis... miam miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LunaStella
Envolée postale
avatar

Messages : 224
Inscription le : 11/04/2010
Age : 22
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Lun 12 Avr 2010 - 23:22

Merci pour ce fil sur Verlaine , un de mes poètes préférés ! Mon poème favori reste Green , mais j'affectionne particulièrement celui - ci , qui , je crois , n'a pas encore été posté :




L'ANGOISSE


Nature, rien de toi ne m'émeut, ni les champs
Nourriciers, ni l'écho vermeil des pastorales
Siciliennes, ni les pompes aurorales,
Ni la solennité dolente des couchants.
Je ris de l'Art, je ris de l'Homme aussi, des chants,
Des vers, des temples grecs et des tours en spirales
Qu'étirent dans le ciel vide les cathédrales,
Et je vois du même oeil les bons et les méchants.

Je ne crois pas en Dieu, j'abjure et je renie
Toute pensée, et quant à la vieille ironie,
L'Amour, je voudrais bien qu'on ne m'en parlât plus.

Lasse de vivre, ayant peur de mourir, pareille
Au brick perdu jouet du flux et du reflux,
Mon âme pour d'affreux naufrages appareille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascale
Posteur en quête
avatar

Messages : 62
Inscription le : 27/02/2011
Age : 57
Localisation : Jérusalem

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Lun 28 Fév 2011 - 22:51


Sur le Balcon



Toutes deux regardaient s’enfuir les hirondelles :
L’une pâle aux cheveux de jais, et l’autre blonde
Et rose, et leurs peignoirs légers de vieille blonde
Vaguement serpentaient, nuages, autour d’elles.


Et toutes deux, avec des langueurs d’asphodèles,
Tandis qu’au ciel montait la lune molle et ronde,
Savouraient à longs traits l’émotion profonde
Du soir et le bonheur triste des cœurs fidèles.


Telles, leurs bras pressant, moites, leurs tailles souples,
Couple étrange qui prend pitié des autres couples,
Telles, sur le balcon, rêvaient les jeunes femmes.


Derrière elles, au fond du retrait riche et sombre,
Emphatique comme un trône de mélodrame
Et plein d’odeurs, le Lit, défait, s’ouvrait dans l’ombre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Litany
Espoir postal
avatar

Messages : 24
Inscription le : 16/10/2011
Age : 26
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Dim 16 Oct 2011 - 14:47

Un des poètes que j'aime le plus avec Baudelaire.
Je me souviens avoir fait un exposé sur lui au lycée. Je me suis beaucoup appliquée et j'ai passé du temps à lire ces compositions. J'ai adoré ce qu'il a écrit et je me retrouvais dans quelques unes de ces oeuvres.
Verlaine est et restera une grande plume!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Dim 23 Oct 2011 - 21:49

La traduction des poèmes de Verlaine en anglais n’est visiblement pas une tâche aisée… On peut s’en rendre compte en lisant le travail effectué par Karl Kirchwey pour traduire certains des vers les plus célèbres de Verlaine.



Dans un article publié dans Books n°26 :

« La voix qui rit ou pleure alors qu’on pleure ou rit » devient « The voice that cried or laughed when one laughed or cried », beaucoup moins léger.

Moins élégant également, « Maintenant va, mon Livre, où le hasard te mène ! » est traduit par « Now go, my Book, where chance may indicate ».

Le meilleur (ou le pire ?) pour la fin :

« Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone »


Deviennent

« The long sobbing
Of autumn strings
Grievous,
Wounds my heart
With a languor that
Is monotonous”


En conclusion de cet essai de traduction, Charles Rosen, musicologue, écrit pour le New York review of books : “L’essentiel de l’effet poétique est perdu”.

Le début de l'article peut être consulté :ICI

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Dim 23 Oct 2011 - 21:58

mouais mais propose-t-il autre chose ? la réciproque est vraie aussi... l'article s'arrête à cet exemple ou bien regarde-t-il plus largement le problème de la traduction ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Dim 23 Oct 2011 - 22:07

L'article est assez bref et tire des extraits d'un autre article publié en anglais, cette fois-ci. Je pense qu'il serait vraiment intéressant de lire l'article original. Je vais essayer de voir si je le trouve quelque part sur le grand ouèbe Suspect

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Mar 25 Oct 2011 - 21:31

J'ai trouvé l'article original sur le New York Review of Books.
Mais il faut payer pour le lire en intégralité. Et le début de l'article ne parle pas beaucoup de cette traduction il me semble (mais j'ai très certainement pu passer à côté de quelque chose, ça ne m'étonnerait pas)

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Sam 14 Avr 2012 - 9:11

Après vérification, je cite un poème déjà posté (désolée). Mais j'en ajoute deux nouveaux pour la peine. dentsblanches


Paysages Tristes

(Deuxième section de Poèmes Saturniens (1866))

A Catulle Mendès.
I
Soleils couchants

(" Soleils couchants " est le premier poème de la troisième section intitulée " Paysages Tristes " des Poèmes Saturniens.)

Une aube affaiblie
Verse par les champs
La mélancolie
Des soleils couchants.
La mélancolie
Berce de doux chants
Mon cœur qui s'oublie
Aux soleils couchants.
Et d'étranges rêves,
Comme des soleils
Couchants sur les grèves,
Fantômes vermeils,
Défilent sans trêves,
Défilent, pareils
À des grands soleils
Couchants sur les grèves.

La Pléiade (p.53-54)

II.
Crépuscule du soir mystique


(Crépuscule du soir mystique est le deuxième poème de la troisième section intitulée "Paysages Tristes " des Poèmes Saturniens. Il est précède dé "Soleils couchants".)

Le Souvenir avec le Crépuscule
Rougeoie et tremble à l'ardent horizon
De l'Espérance en flamme qui recule
Et s'agrandit ainsi qu'une cloison
Mystérieuse où mainte floraison
-Dahlia, lys, tulipe et renoncule-
S'élance autour d'un treillis, et circule
Parmi la maladive exhalaison
De parfums lourds et chauds, dont le poison
-Dahlia, lys, tulipe et renoncule-
Noyant mes sens, mon âme et ma raison
Mêle, dans une immense pâmoison,
Le Souvenir avec le Crépuscule.

La Pléiade (p.54)

III.

Promenade sentimentale


(" Promenade sentimentale" est le troisième poème de la troisième section intitulée "Paysages tristes " des Poèmes Saturniens. Il est précède dé "Soleils couchants" et de "Crépuscule du soir mystique".)

Le couchant dardait ses rayons suprêmes
Et le vent berçait les nénuphars blêmes ;
Les grands nénuphars, entre les roseaux,
Tristement luisaient sur les calmes eaux.
Moi, j'errais tout seul, promenant ma plaie
Le long de l'étang, parmi la saulaie
Où la brume vague évoquait un grand
Fantôme laiteux se désespérant
Et pleurant avec la voix des sarcelles
Qui se rappelaient en battant des ailes
Parmi la saulaie où j'errais tout seul
Promenant ma plaie; et l'épais linceul
Des ténèbres vint noyer les suprêmes
Rayons du couchant en ses ondes blêmes
Et des nénuphars, parmi les roseaux,
Des grands nénuphars sur les calmes eaux.


La Pléiade (p.54-55)

La suite, une prochaine fois! mdr2 sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Lun 16 Avr 2012 - 19:31

C’est bien de poster des poèmes mais vous aimez peut-être aussi lire des impressions, non ?

L'Art Poétique

(L'Art Poétique est la treizième pièce de Jadis et Naguère, 1884.)
À Charles Morice (écrivain français, poète et essayiste. Il sera également le premier à publier les œuvres complètes du poète.)

De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.

La pléiade (p.206-207)

Et paf je commence mal puisque je cite de nouveau ! C’est une maladie ? Je le crains ! Un texte fait toujours écho à une lecture et mon esprit vagabonde au sein de ma mémoire et cette errance donne des rencontres parfois farfelues, pardonnez-moi ! Je cite l'art poétique pour rappeler que Verlaine prône la musicalité ouvertement.

Alors, ces trois poèmes très rythmés, aux sons qui se répètent, mesurent la mélancolie qui envahit Verlaine. Malgré des titres pleins de promesse, les vers se colorent d’une infinie angoisse mêlée aux souvenirs, à la nature.
L’influence de Baudelaire est indéniable. Un petit exemple parlant : Dans « Crépuscule du soir mystique » le même vers ouvre et ferme le poème qui rappelle « Le Balcon » avec le thème du souvenir et la rime « cloison ».

XXXVI

Le Balcon

(Quatrième strophe)

La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison,
Et mes yeux dans le noir devinaient tes prunelles,
Et je buvais ton souffle, O douceur ! O poison !
Et tes pieds s'endormaient dans mes mains fraternelles.
La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison,


Spleen et Idéal, La pléiade. (p.37)

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Cabot
Envolée postale


Messages : 103
Inscription le : 10/10/2013
Age : 58

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Mar 29 Oct 2013 - 19:29

Merci pour ce beau fil, coline, consacré à Paul Verlaine, un merveilleux poète. Merci à tous les participants.

Peu avant la sienne, le pauvre Lélian a composé ce poème intitulé : "Mort !"

Les Armes ont tu leurs ordres en attendant
De vibrer à nouveau dans des mains admirables
Ou scélérates, et, tristes, le bras pendant,
Nous allons, mal rêveurs, dans le vague des Fables.

Les Armes ont tu leurs ordres qu’on attendait
Même chez les rêveurs mensongers que nous sommes,
Honteux de notre bras qui pendait et tardait,
Et nous allons, désappointés, parmi les hommes.

Armes, vibrez ! mains admirables, prenez-les,
Mains scélérates à défaut des admirables !
Prenez-les donc et faites signe aux En-allés
Dans les fables plus incertaines que les sables.

Tirez du rêve notre exode, voulez-vous ?
Nous mourons d’être ainsi languides, presque infâmes !
Armes, parlez ! Vos ordres vont être pour nous
La vie enfin fleurie au bout, s’il faut, des lames.

La mort que nous aimons, que nous eûmes toujours
Pour but de ce chemin où prospèrent la ronce
Et l’ortie, ô la mort sans plus ces émois lourds,
Délicieuse et dont la victoire est l’annonce !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.p-o-s-i-e.over-blog.net
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 30
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Sam 3 Sep 2016 - 20:19

J'aime beaucoup l'auteur, mais finalement je ne me suis jamais plongé dans l'intégralité de son oeuvre. Je vais réparer ce manquement. Je commence dans l'ordre chronologique pour savourer son évolution.

Un de ses tous premiers :

Voeu

Ah ! les oaristys ! les premières maîtresses !
L'or des cheveux, l'azur des yeux, la fleur des chairs,
Et puis, parmi l'odeur des corps jeunes et chers,
La spontanéité craintive des caresses !

Sont-elles assez loin toutes ces allégresses
Et toutes ces candeurs ! Hélas ! toutes devers
Le printemps des regrets ont fui les noirs hivers
De mes ennuis, de mes dégoûts, de mes détresses !

Si que me voilà seul à présent, morne et seul,
Morne et désespéré, plus glacé qu'un aïeul,
Et tel qu'un orphelin pauvre sans soeur aînée.

Ô la femme à l'amour câlin et réchauffant,
Douce, pensive et brune, et jamais étonnée,
Et qui parfois vous baise au front, comme un enfant !

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 30
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Ven 16 Sep 2016 - 19:27

Je progresse dans l'oeuvre, j'ai beaucoup apprécié les poèmes du recueil Romances sans paroles.

J'en suis à son recueil Sagesse, où on découvre le Verlaine de sa révélation au Catholicisme lors de son séjour en prison. Quoiqu'on en dise, je trouve ce recueil plutôt touchant et émouvant. Verlaine est un personnage complexe, difficile à saisir.

XXIII


Né l’enfant des grandes villes
Et des révoltes serviles,
J’ai là, tout cherché, trouvé
De tout appétit rêvé.
Mais, puisque rien n’en demeure,

J’ai dit un adieu léger
À tout ce qui peut changer,
Au plaisir, au bonheur même,
Et même à tout ce que j’aime
Hors de vous, mon doux Seigneur !

La Croix m’a pris sur ses ailes
Qui m’emporte aux meilleurs zèles,
Silence, expiation.
Et l’âpre vocation
Pour la vertu qui s’ignore.

Douce, chère Humilité,
Arrose ma charité,
Trempe-la de tes eaux vives.
mon cœur, que tu ne vives
Qu’aux fins d’une bonne mort !

_________________
Sois le changement que tu veux voir dans le monde. Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Verlaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Verlaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Havre - Avenue Paul Verlaine
» Le Havre - Chemin de Frileuse > Rue Paul Verlaine
» L'HYMNE DE LA FLEUR
» Paul Watson pirate des mers pour combattre les bateaux tueurs de baleines...
» JEAN PAUL II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: