Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Milan Kundera [République tchèque]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptySam 24 Fév 2007 - 14:37

Milan Kundera  [République tchèque] Milan_10

Milan Kundera aura patienté plus de vingt ans avant que son chef -d'oeuvre L'insoutenable légèreté de l'être soit publié dans son pays (il y a quelques mois)!

Ce n'est pas son premier ouvrage publié en République tchèque (ses livres paraissent régulièrement depuis la chute du communisme) mais c'était le plus attendu.

L'auteur, qui avait adhéré au Parti Communiste en 1948, en avait été exclu au bout de deux ans. Ses livres avaient été interdits après la répression du Printemps de Prague.
Il vit en France depuis 1975.

A l'occasion de cette édition, il raconte dans la post-face comment il a reconstitué le manuscrit en langue tchèque partiellement perdu, en s'aidant notamment des corrections et révisions qu'il a ajoutées depuis 20 ans à la version française.


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

Romans et nouvelles (selon la date de publication en France)
1968 La Plaisanterie, Pages 3, 5
1970 Risibles amours,
1973 La vie est ailleurs,
1976 La Valse aux adieux, Pages 2, 3
1979 Le Livre du rire et de l'oubli, Pages 5
1984 L'Insoutenable Légèreté de l'être, Pages 2, 3 , 4, 5, 7,
1990 L'Immortalité, Pages 1
1995 La Lenteur, Pages 1
1998 L'Identité, Pages 3, 5
2003 L'Ignorance, Pages 1, 2, 3

Essais
1986 L'Art du roman, Pages 3
1993 Les Testaments trahis,
1993 D'en bas tu humeras des roses, illustrations d'Ernest Breleur,
2005 Le Rideau, Page 7
2009 Une rencontre, Page 5

Citation :
mise à jour le 05/05/2013, page 7
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptySam 24 Fév 2007 - 18:14

Kundera est un de mes auteurs préférés. Le premier roman que j'ai lu était "La valse aux adieux". Puis beaucoup d'autres sont tombés entre mes mains et j'ai tellement aimé son écriture que j'en ai fait le sujet de mon mémoire de Maîtrise (Lettres/littérature comparée)...."L'évolution du personnage féminin dans les romans de Kundera: "La valse aux adieux", "le livre du rire et de l'oubli", "L'insoutenable légèreté de l'être" (le quatrième je le zappe toujours...sans doute parce qu'il me plaisait moins!)
Je constate que ton billet a ouvert la boîte de Pandore: comme si je n'avais rien d'autre à lire...me voici incitée à relire Kundera!
Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyDim 25 Fév 2007 - 0:58

Chatperlipopette a écrit:
me voici incitée à relire Kundera!

incitation à lire...et relire...c'est bien le rôle que doit jouer un forum comme celui-ci...Wink
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyDim 25 Fév 2007 - 10:26

Certainement! Je passerai encore moins de temps devant la télé Very Happy
Vivement les prochaines vacances pour avoir le TEMPS de lire toute la journée!
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
bertrand-môgendre

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 64
Localisation : ici et là

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: la lenteur de Milan Kundera   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyVen 23 Mar 2007 - 15:01

la lenteur de Milan Kundera

L'explication de texte à propos d'un petit récit du dix huitième siècle écrit par Vivan Dénon "point de lendemain" ravive en Kundera, cet ordre donné par Epicure à ses disciples "tu vivras caché". Le sujet du roman débute par une réunion d'entomologistes dans le château qui accueilli autrefois les protagonistes de Vivan Dénon.

Kundera se place en grand commentateur (genre journaliste, prise de note, prise de son sans méprises) des mœurs et coutumes des vivants de ce monde (ou de celui des fanfreluches pommadées), de ceux nommés "les danseurs" par un personnage de son roman, le fameux Pontevin. Un combat ouvert se livre entre les "danseurs", et ceux de l'ombre, les sous-fifres, les seconde main, en "observance" analysante. Ne rien dire c'est pour eux, écouter les bruits alentours, c'est jacasser en eux d'incohérentes réponses pugnaces, pour qu'enfin laisser échapper une réflexion pointue, souvent caustique. Un art de la maîtrise qu'entonne fort à propos quelques sages dissident insomniaques, jalousés par ses "danseurs" extatiques.

Kundera voue un culte particulier à ces femmes qui, rondes et souples, ralentissent les étreintes précipitées, parce que l'art de se tenir le plus longtemps possible en état d'excitation, donne à la lenteur un degré de ferveur, directement proportionnel à l'intensité de la mémoire vive.
Autre temps fort du congrès des entomologistes réunis, est la prestation de ce savant exilé, sensible, qui affiche publiquement ses sentiments humains, sa chance à lui d'avoir pu échapper à la bêtise cruelle des militaires, son émotion face à un auditoire subjugué. Il en oublie de réciter le discours prévu, tant les compliments recueillis le trouble. Sitôt adulé, sitôt lynché. Des paravents, oui des paravents, c'est cela qu'il convient de dresser contre la nuisance des mécréants, des danseurs.

Quelle leçon, sur la fourberie des mécréants qui malaxent condescendances, connivence dans un même terreau d'éphémères insignifiances .(bertrand-môgendre)
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyVen 23 Mar 2007 - 17:18

Cela fait déjà quelques temps que j'y pense à lire ce roman...


Dans LIRE:
"Selon l'artiste, il suffit de comparer notre société à celle du XVIIIe pour constater l'étendue des dégâts. Le monde sur lequel brillaient les Lumières n'était qu'étincelle, vivacité, prompte repartie. Aujourd'hui, les projecteurs semblent braqués sur des lourdauds pressés. Leurs pensées se traînent, mais ils pilotent de grosses cylindrées qui leur font battre des records de rapidité. Le port du casque vient un peu tard: l'intelligence est déjà en capilotade."

"Ce roman de Kundera invite à regretter l'époque de Laclos, où l'on prenait le temps de réfléchir, de flâner, de retarder délicieusement le moment de la jouissance et de renouveler la volupté par la rêverie."

"Dans Le mariage, Figaro se plaignait qu'on ait nommé un danseur où il fallait un calculateur. Que dirait-il aujourd'hui? Selon un personnage de La lenteur, le danseur est partout. Il occupe toutes les places. Pour obtenir ovation et adhésion, rien de plus simple: faire un bon geste. Tenir un enfant par la main, l'abbé Pierre par l'épaule... On peut aller jusqu'à soulever un sac de riz en Somalie. On aura l'air chargé de toute l'espérance du monde. Mais avant de jouer les atlantes de la charité il faut bien repérer la caméra."
Revenir en haut Aller en bas
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
bertrand-môgendre

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 64
Localisation : ici et là

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: l'ignorance de milan Kundera   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyVen 13 Avr 2007 - 22:59

l'ignorance de milan Kundera
Broché: 236 pages Editeur : Editions Gallimard (10 février 2005)
Langue : Français ISBN-10: 2070306100

Présentation de l'éditeur
Selon les propos de l'auteur lui-même, L'Ignorance n'est ni un roman politique, ni un texte autobiographique – même si le roman commence par la rencontre, dans un aéroport, de deux « dissidents » de l'Est réfugiés en Europe de l'Ouest, qui retournent pour quelques jours dans leur pays d'origine. L'ignorance, ici, ne fait pas allusion aux lacunes de la connaissance, mais précisément aux côtés inconnus de la nature humaine, qui ne se révèlent pas dans la fadeur du quotidien, cachés qu'ils sont derrière le « rideau de la normalité », mais qui surgissent au grand jour dans des situations historiques exceptionnelles – comme la période de la Terreur sous la Révolution française. À partir de cette notion d'ignorance comme lacune existentielle, Milan Kundera s'interroge sur la mémoire, et surtout sur l'oubli, qui à ses yeux prend le pas sur le travail de la mémoire : « De quoi je me souviens ? De très peu de choses. Et l'autre ne se souvient pas des mêmes choses. C'est donc une non-rencontre, mais qui est voilée par l'émotion. Mais, dès que la situation subit une vraie analyse, vous vous rendez compte de la présence de l'oubli. » --Ce texte fait référence à l'édition broché

Mon commentaire : mince comme un cheveux, ample comme l'aurore :

« à mesure que des pans de sa vie s’effondrent dans l’oubli, l’homme se débarrasse de ce qu’il n’aime pas et se sent plus léger, plus libre » Mais que devient l’émigré réfugié politique lorsque après vingt ans d’exil, il retourne dans son pays, face à ces anciennes amitiés, à sa famille ? Doit il endosser son fardeau culpabilisant son départ, effacer son autre vie qui n’intéresse personne ? Dans son pays natal il garde le statut de celui qui a abandonné les siens ; dans son pays d’accueil il s’est débattu bec et ongles, pour se fondre dans la masse, travailler sans rechigner, pour un jour espérer oublier de repartir chez lui lorsque le pays est à nouveau libéré.

Kundera nous décrit la misère de ses individus apatride à vie, à travers deux personnages emmurés dans leur inexistence profonde, irréversible.
« Loin du temps, de l’espace, un homme est égaré, mince comme un cheveu, ample comme l’aurore …(Queneau) » voici, Joseph, à qui la mémoire sélective lui permet d’oublier ses souvenirs détestables, d’effacer la réalité engoncée dans l’immobilisme larmoyant, et de s’abreuver du présent jusqu’à plus soif.
« …les deux mains en avant pour tâter le décor » (Queneau) c’est ainsi que Iréna qui traverse la vie sans intéresser personne, retrouve par hasard ce Joseph, une vague rencontre probable, sur laquelle elle s’imaginait construire un avenir plus radieux, espérant ensemble, se souvenir de demain.

Mais l’Ulysse en question, en proie aux désillusions tardives, ne peut se résoudre à élaborer un quelconque projet, et préfère imaginer sa Bohême comme autant de routes à parcourir, de carrefours à traverser et de rencontres à s’enrichir.

Avec Kundera, "il faut savoir apprécier des grands crus de la littérature et déguster l'eau de vie de la philosophie" (bertrand-môgendre)
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptySam 14 Avr 2007 - 20:07

La lenteur

Voici encore un livre à côté duquel je serais sans doute passée sans les commentaires de Bertrand...

Ce récit proprement jouissif et loufoque est un véritable pamphlet contre la société actuelle où prime l’image et la vitesse.

Un relais-château dans un coin de campagne. Vera et Milan Kundera viennent y passer une soirée et une nuit.

Sur la route qui les mène tout tranquillement à ce lieu, un automobiliste pressé s’impatiente derrière leur voiture. Commence la réflexion de Kundera :
« Je regarde dans le rétroviseur : toujours la même voiture qui ne peut me doubler à cause de la circulation en sens inverse a coté du chauffeur est assise une jeune femme ; pourquoi l’homme ne lui raconte il pas quelque chose de drôle ? Pourquoi ne pose-t-il pas la paume sur le genou ? au lieu de cela, il maudit l’automobiliste qui, devant lui, ne roule pas assez vite, et la femme ne pense pas non plus à toucher le chauffeur de la main, elle conduit mentalement avec lui et me maudit elle aussi"
«La vitesse est la forme d'extase dont la révolution technique a fait cadeau à l'homme


« Pourquoi le plaisir de la lenteur a-t-il disparu ? Ah, où sont-ils, les flâneurs d’antan ? […] Un proverbe tchèque définit leur douce oisiveté par une métaphore : ils contemplent les fenêtres du bon Dieu. Celui qui contemple les fenêtres du bon Dieu ne s’ennuie pas ; il est heureux. »

Le château où ils arrivent est celui où Vivant Denon situa son récit « Point de lendemain » (1777). L’occasion pour Kundera de rappeler cette histoire d'un jeune gentilhomme qui passa ici une nuit d'amour délicieuse avec une dame. Elle s’est servi de lui pour détourner sur sa personne, sans le lui dire, les soupçons de son mari qui pesaient sur son véritable amant, un marquis.

Mais au château, aujourd’hui, c'est un congrès d’entomologistes qui a lieu . Les personnes présentes vont être au centre de scènes désopilantes. Elles nourrissent la réflexion de Kundera qui les observe de la fenêtre de sa chambre.

- Les « danseurs », les rois de l'esbroufe, les vedettes de l'Actualité Historique Planétaire Sublime. Ceux qui pratiquent la charité et l’altruisme en veillant surtout à bien repérer la caméra.

- Un entomologiste tchèque qui s’émeut de se retrouver là après avoir été contraint de devenir maçon pour cause de « dissidence ». Il pleure bien que sachant qu'il n'a été «dissident» que par lâcheté…Son intervention pathétique lui vaut l’ovation de ses collègues debout…Son moment de gloire ! Il a tenu un instant le devant de la scène…Et peu importe s’il en oublie l’essentiel : prononcer l’intervention scientifique pour laquelle il est là !

- Un homme et une femme, Vincent et Julie, qui se rencontrent et parodient la liaison torride, sous les yeux de tous, pour sauver les apparences moins « glorieuses ».

- Une journaliste, repoussée violemment et humiliée par un homme célèbre (on le la plaint pas, elle ne s’intéresse à lui que parce qu’il est célèbre, elle lui rappelle sans cesse qu’il a été amoureux d’elle).

«- Va te faire foutre, vieille pouffiasse, va te faire foutre, oiseau de nuit, cauchemar de nuit, rappel de ma bêtise, monument de ma niaiserie, ordure de mes souvenirs, urine puante de ma jeunesse…
-Pourquoi me dis-tu tout cela ? Pourquoi ? Comment dois-je le comprendre ?
-Tu dois le comprendre tel que je le dis ! Au premier degré ! Au tout premier degré ! Pouffiasse comme pouffiasse, emmerdeuse comme emmerdeuse, cauchemar comme cauchemar, urine comme urine
! »

La journaliste « crise » et veut se suicider dans la piscine.

Et Kundera, allant des congressistes d’aujourd’hui aux amants de la nouvelle de Vivant Denon, compare notre société à celle du XVIIIe.
On n’est pas seulement allé de l’âge de la lenteur à celui de la vitesse. Kundera brosse aussi le portrait de notre société contemporaine dévouée au paraître quand le XVIIème cultivait l’Art du secret.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptySam 14 Avr 2007 - 20:08

La lenteur (extraits):

« Il y a un lien secret entre la lenteur et l'oubli... un homme qui marche dans la rue, et qui veut se rappeler quelque chose, ralentit son pas. Par contre quelqu'un qui essaie d'oublier un événement pénible accélère à son insu sa marche. Il veut s'éloigner de ce qui se trouve, dans le temps, trop proche de lui

« Quand les choses se passent trop vite personne ne peut être sûr de rien, de rien du tout, même pas de soi-même. »

« Le degré de la vitesse est directement proportionnel à l’intensité de l’oubli. De cette équation on peut déduire divers corollaires, par exemple, celui-ci : notre époque s’adonne au démon de la vitesse et c’est pour cette raison qu’elle s’oublie facilement elle-même. Or je préfère inverser cette affirmation et dire : notre époque est obsédée par le désir d’oubli et c’est afin de combler ce désir qu’elle s’adonne au démon de la vitesse ; elle accélère le pas parce qu’elle veut nous faire comprendre qu’elle ne souhaite plus qu’on se souvienne d’elle ; qu’elle se sent lasse d’elle-même ; écoeurée d’elle-même ; qu’elle veut souffler la petite flamme tremblante de la mémoire. »

« La façon dont on raconte l’Histoire contemporaine ressemble à un grand concert où l’on présenterait d’affilée les cent trente-huit opus de Beethoven mais en jouant seulement les huit premières mesures de chacun d’eux. Si l’on refaisait le même concert dans dix ans, on ne jouerait, de chaque pièce, que la seule première note, donc cent trente-huit notes pendant tout le concert, présentées comme une seule mélodie. Et dans vingt ans, toute la musique de Beethoven se résumerait en une seule très longue note aiguë qui ressemblerait à celle, infinie et très haute, qu’il a entendue le premier jour de sa surdité. »
Revenir en haut Aller en bas
kali
Main aguerrie
kali

Messages : 419
Inscription le : 18/06/2007
Age : 35

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyLun 18 Juin 2007 - 18:58

L'immortalité

Comment résumer ce livre… Dans l’immortalité, Milan Kundera réfléchit sur le rapport au corps, la force du geste, notre place dans le monde, notre rapport à l’immortalité, justement, et tant d’autres choses encore.
C’est un roman, comme on le voit en suivant la vie d’Agnès, Paul et Laura, mais aussi la construction du roman lui-même, avec les interventions de Kundera qui nous raconte le cheminement de sa pensée. « Cheminement », le mot est mal choisi, je m’en excuse. L’immortalité ne suit justement pas de chemin tracé de façon linéaire, et pour autant on ne peut pas dire qu’il soit décousu. Les situations qui sont prétextes à la réflexion sont très différentes les unes des autres, on passe d’Agnès à Rubens sans oublier Goethe, et finalement tout fait sens. « Tout est dans tout et réciproquement », comme on dit ; c’est un proverbe humoristique, mais pour une fois il est à prendre au sérieux et s’applique à cette œuvre. L’immortalité va au-delà de la fiction, au-delà de l’essai, c’est une sorte de produit hybride, une vraie « création littéraire ».

C’est une lecture surprenante, que je vous conseille. J’ai particulièrement apprécié les passages où Kundera analyse le rapport des personnages à l’amour et la façon qu’a par exemple Bettina d’aimer non pas Goethe mais elle-même dans son état de femme amoureuse, ou encore ceux où il réfléchit au rapport de Beethoven à l’immortalité. Il nous montre à de multiples reprises que beaucoup d’entre nous sont en représentation, dans leur propre contemplation, et non pas dans « l’être ».

Une dernière petite chose : je pense que ce livre doit pouvoir être compris de bien des façons, il est possible que vous n’en ayez pas du tout la même impression et que vous n’ayez pas été frappés par les mêmes choses. C’est ça qui est intéressant et qui prouve que l’œuvre est riche.
Revenir en haut Aller en bas
http://kalistina.over-blog.com
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyJeu 16 Aoû 2007 - 11:56

Ce que j´ai trouvé de mieux pour résumer "La lenteur"
"Un congrès de savants qui a lieu dans un ancien château parisien transformé en hôtel donne lieu à des événements et à des rencontres entre plusieurs personnages. Il y a le savant tchèque qui a fait de la prison plus longtemps qu'il n'a travaillé dans son domaine, l'animatrice de télévision qui veut faire un film sur l'un des savants, duquel elle était amoureuse pendant son adolescence, le nouveau couple, et quelques autres.
Ce roman n'est pas le meilleur de cet auteur, selon moi, mais il donne lieu à une critique lucide de la société et des « danses » que nous effectuons pour être reconnus par autrui"
(l´avis d´un lecteur, sur :http://www.guidelecture.com/index.asp).
Revenir en haut Aller en bas
Sophie
Sage de la littérature
Sophie

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 43
Localisation : Tahiti

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptySam 18 Aoû 2007 - 6:47

Je suis tombée sous le charme de Kundera avec L'insoutenable...Mais, paradoxalment, je n'ai lu que très peu d'ouvrages de cet auteur, par peur d'être déçue et surtout parce qu'une fois que j'aurai tout lu, je n'aurais plus à le découvrir.

Ca me fait ça avec plein d'écrivain que j'aime. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Isidore Ducasse
Envolée postale
Isidore Ducasse

Messages : 166
Inscription le : 17/08/2007
Age : 29

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptySam 18 Aoû 2007 - 17:36

J'ai découvert cet auteur, comme beaucoup d'autres, en fouillant la partie noms propres du dictionnaire. Ensuite je me suis renseignée sur sa vie et son oeuvre sur Wikipédia, et j'ai acheté deux de ses romans, "L'ignorance", et "Le livre du rire et de l'oubli". Je n'ai encore lu que le premier, et j'avais beaucoup aimé. On détecte beaucoup de sagesse et même d'une sorte de douceur derrière ce récit, je trouve. J'étais toujours très calme en le lisant, comme s'il était aimable avec nous, volontairement. De plus le roman dbéat autour d'un sujet auquel je n'avais pas encore vraiment pensé, il faut dire que je ne suis pas encore très informée au sujet de l'immédiat après-communisme, même si bien qu'étant l'exemple donné ici, le sujet est valable pour toutes les immigrations, et retours au pays.
Il faudrait que je songe à lire le second.
Revenir en haut Aller en bas
mimi
Sage de la littérature
mimi

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyDim 19 Aoû 2007 - 19:44

Un petit mot sur "la lenteur"
C'est un petit livre, presque une nouvelle, qui se lit facilement. Je ne me suis pas ennuyée mais il ne me marquera pas.
C'est plus un livre sur le "paraître" que sur la lenteur, me semble-t-il. L'auteur nous livre quelques belles réflexions mais me laisse sur ma faim en ne les approfondissant pas. Pour faire un livre court, il a fait vite. En fait , il a brossé quelques personnages rapidement, personnages qui sont plutôt superficiels. Celui de la journaliste amoureuse par exemple, qui vit des situations sans vraiment chercher à comprendre ce que ressent l'autre. C'est assez dérangeant les personnages superficiels, on les regarde évoluer et c'est tout :|
Kundera me parait interessant. Je pense qu'il s'est livré à un exercice de style et que ce livre a plusieurs degrés de lecture. Je n'ai pas ri (sauf quand Vincent et sa copine se coursaient autour de la piscine en se disant disant des mots doux Embarassed !! Il avait forcé la dose kundera, faut dire) et suis assez étonnée qu'on qualifie le livre de "loufoque". Probable que quelque chose m'a échappée. Very Happy ça m'intrigue ça !
Revenir en haut Aller en bas
monilet
Sage de la littérature
monilet

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 70
Localisation : Essonne- France

Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] EmptyLun 27 Aoû 2007 - 21:02

L'ignorance (Kundera) : Présenté par D. Fernandez, je crois, comme la somme de son oeuvre.
Je n'ai pas tout à fait fini. Intéressé par cette réflexion sur le retour d'exil, la mémoire, la place des êtres dans celle-ci, l'identité.
Revenir en haut Aller en bas
https://claudecolson.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




Milan Kundera  [République tchèque] Empty
MessageSujet: Re: Milan Kundera [République tchèque]   Milan Kundera  [République tchèque] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Milan Kundera [République tchèque]
Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» La République Frêchoise
» Syndic des gens de mer
» Lettre de notre chef de file à Sarko 1er
» Sarkozy à Versailles?
» Tremblement de terre en Italie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: