Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Camille Claudel

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Camille Claudel - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Camille Claudel   Camille Claudel - Page 5 Icon_minitimeMer 3 Déc 2008 - 15:54

Je l'avais dit - je voulais sourtout voir L’âge mur et lors de la visite de l'exposition je me suis retrouvée totalement sous le charme de La Valse. Et il se trouve que je ne suis pas la seule Wink

aime

Camille Claudel - Page 5 20807_10

Un pas aérien
JUSTE UN DETAIL : 'LA VALSE' DE CAMILLE CLAUDEL

Julie de la Patellière
Le couple est penché, dans un tourbillon sur le point de verser. Camille Claudel accompagne la tendresse de sa scène d'une impossibilité. Pas de désamour ni de haine, mais le lent déchirement qui prend les amants, entraînés dans un implacable courant, entre souvenirs tournants et avenir renversé. Valse, vague, volée alanguie : l'homme retient encore par la taille sa bien-aimée. Mais jusqu'à quand ? Elle s'abandonne. Le visage plongé dans le cou de son amant, ses yeux sont cachés. Son buste ploie comme sous l'effet du vent. Où l'emmène-t-il dans ce mouvement ? On ne sait s'ils vont s'étendre ou se séparer.
Flottant dans le regret, ralentis, ils s'entraînent dans les orages d'un amour enfui. Depuis leur équilibre instable, vulnérables, ils s'empoignent. Les laissant presque dénudés, l'étoffe de bronze de la robe sombre n'est qu'une aile frêle qui s'en va. Et la souffrance du passé les enveloppe encore d'une musique lourde. Leurs mains se touchent à peine et son pied à lui est tout simplement détaché du sol, soulevé, aérien et pourtant perdu, à l'image de ce couple, en suspens. Ils oscillent enlacés au son d'un air qu'on ne peut entendre. Pourtant cette oeuvre a appartenu à Debussy, le compositeur de 'La Mer'. Et les valseurs tanguent, tristes et tendres. Une volute évoluant au gré d'une impulsion obscurcie.


Source: evene.fr

Camille Claudel - Page 5 Ab55

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Camille Claudel - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Camille Claudel   Camille Claudel - Page 5 Icon_minitimeMer 3 Déc 2008 - 16:43

kenavo a écrit:
lors de la visite de l'exposition je me suis retrouvée totalement sous le charme de La Valse. Et il se trouve que je ne suis pas la seule Wink

aime

Camille Claudel - Page 5 20807_10


Comment ne pas aimer?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Camille Claudel - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Camille Claudel   Camille Claudel - Page 5 Icon_minitimeVen 16 Oct 2009 - 14:21

Camille Claudel - Page 5 Aa181
Jean-Paul Morel

Camille Claudel
une mise au tombeau


Essai
Collection "Réflexions faites"


Citation :
Le livre
« [Ma vie] un roman [...] même une épopée, l’Iliade et l’Odyssée. Il faudrait bien Homère pour la raconter, je ne l’entreprendrai pas aujourd’hui, et je ne veux pas vous attrister. Je suis tombée dans le gouffre. Je vis dans un monde si curieux, si étrange. Du rêve que fut ma vie, ceci est le cauchemar. »

Camille Claudel, 24 mai 1934.

Camille Claudel ? La sœur jalousée de Paul, le poète ambassadeur.
Camille Claudel ? L’amour fou du génial Rodin.
Camille Claudel ? La plus talentueuse sculptrice de son temps.
Camille Claudel ? Une enfant gâtée de la petite bourgeoisie, morte de faim chez les fous et mise à la fosse commune.

Qu’est-ce qui transforme une vie en destin ?

Jean-Paul Morel a exhumé les pièces à conviction du dossier, enfin complet : son enquête sur l’interminable enfermement de Camille révèle une suite, triste et hélas banale, d’ignorance, de négligences et de lâchetés, de malentendus et de décisions arbitraires, qui ont fait le malheur d’une femme et créé le mythe tragique. Déclarée morte en 1920, alors qu’elle ne s’éteint qu’en 1943, Camille Claudel fut sacrifiée sur l’autel des convenances, après une « mise au tombeau » longue de trente ans.
Ces documents fascinants jettent aussi une lumière exceptionnelle sur l’état de la psychiatrie française au début du XXe siècle.



CAMILLE CLAUDEL : LE DOSSIER ENFIN COMPLET

On connaît la vie de Camille Claudel par les versions romancées, théâtrales, cinématographiques et même chorégraphiques qui en ont été proposées.

Au cœur de ces récits, ses amours avec Auguste Rodin, que Paul Morand résume ainsi dans ses mémoires : « […] c’est une histoire très triste. Cette fille est sa meilleure élève ; elle a du génie ; elle est très belle, et elle l’aime ; mais elle est folle. Elle s’appelle Camille Claudel. » La beauté, le génie, l’amour et la folie : voilà de quoi forger une belle légende.

Hors de cette vision romantique cependant, la vérité sur Camille Claudel est complexe à rétablir. Sa vie ressemble à un puzzle, avec bien des pièces manquantes, certaines cachées, d’autres déformées.

Au terme d’une longue enquête, Jean-Paul Morel nous livre enfin un dossier complet. Il s’est employé à exhumer toutes les pièces : correspondances officielles et privées, archives médicales, articles de presse… Autant d’éléments jusqu’ici dispersés, censurés ou mal transcrits, voire tout à fait inédits, qu’il s’est efforcé de rétablir dans leur intégrité. La plupart de ces documents sont livrés volontairement sans commentaires ou interprétation : c’est au lecteur qu’il appartiendra de se faire sa propre opinion sur la tragédie que fut la vie de Camille Claudel.



Ce qui se révèle au final ?

Bien des légendes se trouvent mises à mal dans Camille Claudel, une mise au tombeau.
Non, Rodin n’a pas été l’infâme exploiteur machiste dont Paul Claudel, puis sa fille Reine-Marie Paris, ont voulu faire l’unique responsable du “déraillement” de Camille. Il a même été le premier, dès 1895, à s’être rendu compte de son état et à avoir tenté de l’aider. Obligé de se déguiser sous un nom d’emprunt, Rodin n’a cessé jusqu’à sa mort de lui venir financièrement en aide, chaque fois qu’il a été averti de sa détresse, comme le révèlent ses archives au musée Rodin.
Et non, Camille n’a pas été l’artiste “maudite”, incomprise et vivant dans la misère. Si elle a eu effectivement quelque mal à obtenir des commandes publiques de l’État, c’est au premier chef parce que le ministère de Beaux-Arts, et le musée du Luxembourg – contrôlés par l’Institut – étaient peu ouverts aux femmes et à la création contemporaine. En revanche, Rodin lui a tôt apporté le soutien de riches mécènes.
Féministe, comme certain(e)s l’auraient souhaité ? Elle ne l’a pas davantage été : Camille rêvait de se marier et – à l’instar de Rachilde qui entendait être reconnue comme “homme de lettres” – voulait tout bonnement, pour sa part, être reconnue comme sculpteur.

Sa famille lui a-t-elle maintenant apporté tout le soutien qu’elle pouvait en attendre ?
Les preuves du contraire sont plus accablantes qu’on ne l’imaginait. Camille a bien été “aliénée”, mise hors circuit, à l’écart du monde, par la volonté délibérée de sa mère. Son frère Paul, beaucoup plus préoccupé par sa carrière diplomatique et par son œuvre, n’a fait que prendre le relais. Douze visites, courtes, en trente ans !
Dans les faits, internée en 1913, Camille n’est pas morte en 1920, comme l’ont longtemps écrit les dictionnaires, mais en 1943. Et pas de vieillesse ni même de folie, mais de la malnutrition qui sévissait dans les hôpitaux psychiatriques sous l’Occupation, et de l’abandon où l’avait laissée sa famille, en la personne alors de son frère Paul. Celui-ci, quoiqu’habitant à Brangues, près de Chambéry, à 300 kilomètres d’Avignon, ne jugea jamais nécessaire, malgré les appels de détresse des médecins, de faire le déplacement, pas plus que d’apporter à sa sœur les compléments nutritionnels qui auraient sans doute pu la sauver. Camille a donc bien été mise au mouroir, mise au tombeau. Jusqu’à ce que ses restes mêmes disparaissent.
Enfin, dernier coup porté à l’édifice derrière lequel la famille entendait s’abriter : la maladie mentale. Certes, il n’existait pas à l’époque de traitement approprié ; mais la thèse publiée par les docteurs Sérieux et Capgras en 1909 (soit, quatre ans avant son internement) sur ce qu’on appelait alors les “délires d’interprétation”, précise que ce type de maladie ne nécessite nullement un internement asilaire, et que ces malades peuvent très bien poursuivre une vie sociale quasi normale.

Paradoxalement, son internement, et l’interdit édicté par la mère de Camille sur sa correspondance, ont sauvé bien des pièces de l’oubli ou de la destruction. Témoignage prémonitoire, ces lignes d’Eugène Blot, le fondeur de Camille, dans une lettre retenue par l’administration asilaire :

« Un jour que Rodin me rendait visite, je l’ai vu soudain s’immobiliser devant ce portrait [L’Implorante], le contempler, caresser doucement le métal et pleurer. Oui, pleurer. Comme un enfant. Voilà quinze ans qu’il est mort. En réalité, il n’aura jamais aimé que vous, Camille, je puis le dire aujourd’hui. […] Oh ! je sais bien, Camille, qu’il vous a abandonnée, je ne cherche pas à le justifier. Vous avez trop souffert par lui. Mais je ne retire rien de ce que je viens d’écrire.
LE TEMPS REMETTRA TOUT EN PLACE. »

Lettre à Camille Claudel, 3 septembre 1932.

Ces lignes, que leur destinataire n’a jamais pu lire, nous parviennent à soixante-dix ans de distance, avec les autres pièces d’un puzzle dispersées ou déformées au fil du temps, forçant la “conspiration du silence” plus ou moins délibérément orchestrée. Et on voulait encore nous faire accroire que tout avait déjà été dit...

source: éditeur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Camille Claudel - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Camille Claudel   Camille Claudel - Page 5 Icon_minitimeVen 19 Aoû 2011 - 14:54

Camille Claudel - Page 5 A585
Danaé

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Camille Claudel - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Camille Claudel   Camille Claudel - Page 5 Icon_minitimeJeu 8 Mar 2012 - 15:32

Camille Claudel - Page 5 A3304
Camille Claudel, par Eric Liberge et Vincent Gravé

Citation :
Présentation de l'éditeur
Paris, en 1951. Paul Claudel est interrogé par des journalistes à propos du destin exceptionnel de sa sœur disparue huit ans plus tôt, la sculptrice Camille Claudel. Sa sculpture d'avant-garde fut une métaphore de sa vie, à l'image de son génial talent : une vague irréprésible qui l'a surprise, puis brisée de toute sa hauteur pour l'abandonner… Paul Claudel nous replonge dans le Paris de la fin du XIXe siècle. Une capitale débordant d'énergie artistique. Il évoque la volonté farouche de la jeune Camille à se faire une place en tant que femme dans le monde des arts, les immenses difficultés rencontrées malgré son génie manifeste, mais aussi sa relation tumultueuse et scandaleuse avec Rodin, puis sa douloureuse déchéance jusqu'à son internement en asile psychiatrique… Joyaux encore trop méconnu de l'Histoire de l'Art, Camille Claudel fut l'incarnation de l'artiste maudite : Éric Liberge et Vincent Gravé lui rendent justice dans cette bande dessinée très documentée et pleine de fantaisies graphiques.

ah que c'est beau Very Happy ¨


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
Constance

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

Camille Claudel - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Camille Claudel   Camille Claudel - Page 5 Icon_minitimeJeu 8 Mar 2012 - 17:45

Le visage inexpressif de Camille jeune, ne rend pas grâce à sa beauté ni à son intelligence, quant à la manière dont elle est représentée plus tard sous les traits hideux d'une Gorgone, elle tient plutôt de la caricature.
Mais ce n'est que mon avis. bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Camille Claudel - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Camille Claudel   Camille Claudel - Page 5 Icon_minitimeJeu 8 Mar 2012 - 21:53

trop fascinée par la conversion de personnes existantes en BD, je vais tenter l'expérience Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Camille Claudel - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Camille Claudel   Camille Claudel - Page 5 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Camille Claudel
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» FREUD & RODIN COLLECTIONNEURS
» Camille Claudel moulage
» Bon anniversaire Camille
» Traiteur les délices de camille: MTL, LAVAL Rive Nord/Sud
» Camille-Madeleine est là !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Théâtre, spectacles-
Sauter vers: