Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 [BD] Andreas

Aller en bas 
AuteurMessage
K
Main aguerrie
K

Messages : 352
Inscription le : 30/11/2007
Age : 46
Localisation : Belgique

[BD] Andreas Empty
MessageSujet: [BD] Andreas   [BD] Andreas Icon_minitimeDim 13 Avr 2008 - 19:08

Andreas

Andreas (de son vrai nom Andreas Martens) est né le 3 janvier 1951 à Weibenfels (Allemagne). Ayant commencé son apprentissage artistique à l'Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf en 1972, il quitte ensuite son pays un an après pour la Belgique et entre au célèbre Institut Saint-Luc, qui a vu passer tant d'autres grands noms de la BD. C'est là qu'il rencontrera d'ailleurs Philippe Berthet, Antonio Cossu et Philippe Foerster avec lesquelles il travaille en atelier en 1977. Il suit aussi les cours d'Eddy Paape, qui aura une certaine influence sur lui à ses débuts.
Mais ses véritables références (graphiques), Andreas les trouvent plutôt chez les dessinateurs de comics, en particulier des auteurs comme Bernie Wrightson, Neal Adams, Barry Windsor-Smith ou Alex Toth.
Il part ensuite pour la France et commence sa collaboration à des revues comme A SUIVRE, Tintin et Métal Hurlant. C'est pour Tintin qu'il crée sa première série importante, Rork (nom du héros) où il met déjà en place les éléments de son univers si particulier, fait d'un fantastique ésotérique à la mise en page complexe.
En 1980, il publie son premier album, Révélations posthumes, avec François Rivière au scénario. L'album, pour lequel Andreas utilise la technique peu usitée de la carte à gratter, imagine quatre histoires apocryphes mettant en scène quatre écrivains populaires : Lovecraft, Agatha Christie, Jules Verne et Pierre Loti. Lovecraft aura d'ailleurs une influence déterminante dans sa production, particulièrement dans Cromwell Stone.

Graphiquement, ce qui distingue Andreas est un dessin anguleux et des planches au découpage audacieux, qui exploite toutes les possibilités de la narration BD : forme des cases, composition, angles de vues. Andreas ose tout et certaines de ses planches ressemblent à de véritables patchworks.
Mais cette complexité graphique n'est pas gratuite : elle illustre parfaitement des scénarios eux-aussi souvent éclatés, parfois même assez hermétiques qui demande au lecteur un certain effort d'interprétation - un peu comme dans les films de David Lynch.
Pourtant, malgré tout - et ce n'est pas le moindre de ses talents - Andreas construit une oeuvre d'une grande cohérence et chacun de ses albums - des plus accessibles (la série Capricorne) aux plus expérimentaux (Cyrus-Mil, Le triangle rouge) - s'inscrivent dans un vaste ensemble dont l'auteur possède toutes les clés, qu'il livre parcimonieusement au lecteur désireux de le suivre dans son labyrinthe narratif. Maître-d'oeuvre d'un fantastique qui ignore les sujets les plus classiques et rebattus (vampires, monstres, loups-garous et autres) pour une thématique plus originale et plus vertigineuse, faite d'entités cosmiques à peine imaginables, d'occultisme, de mondes parallèles (le thème du "passage" est omniprésent dans son oeuvre, jusque dans les titres des albums), il peut aussi s'inspirer des pulps et du roman-feuilleton qu'il hisse à un niveau évidemment supérieur (Capricorne, Arq).
Auteur prolifique, il a publié une quarantaine d'albums en 25 ans, tous empreints de la même rigueur et d'une inventivité constante. Ses inflences à la fois américaines et européennes contribuent également à son originalité.

Quelques albums :

LES SERIES

[BD] Andreas Bd710

Rork (1984-1993) [8 tomes. Série terminée]
Rork, personnage à la longue chevelure blanche, ignore ses véritables origines. Adopté par un couple avec lequel il passe une enfance presque normal, il est cependant voué à un destin hors du commum. A sa majorité, il est pris en charge par un mystérieux vieil homme qui lui enseigne les arcanes de l'ésotérisme et la faculté de se déplacer entre les mondes grâce à certains passages. A partir de là, Rork devra faire face à toutes une série d'événements surnaturelles et certaines entités maléfiques.
Les deux premiers tomes, "Fragments" et "Passages", sont constitués d'histoires courtes. A partir du troisième, "Le cimetière des cathédrales", chaque album raconte une histoire complète. Mais selon l'habitude d'Andreas, tous les événements racontés depuis le début forme un tout, un ensemble d'histoires croisées qu'Andréas réunit et explicite dans le dernier tome, "Retour".
On trouve dans Rork les éléments principaux qui reviendront dans toutes l'oeuvre à venir : ésotérisme, entités cosmiques, récits multiples, narration complexe, inspiration lovecraftienne.
Une bonne série pour s'initier à l'univers d'Andréas mais qui n'est cependant pas ma préférée. Côté dessin, l'auteur a fait mieux depuis (c'était le début), les couleurs sont souvent agressives (surtout dans les deux premiers tomes) ce qui donne à l'ensemble un aspect un peu "enfantin". J'ai tout de même beaucoup aimé le tome "Capricorne", aux tons plus sombres, et qui introduit le personnage de Capricorne, dont Andréas fera le héros d'une série ultérieurement.


[BD] Andreas Bd1112

Capricorne (commencée en 1997) [13 tomes. Série toujours en cours]
Un homme à la silhouette émaciée vêtue d'une manteau noire et le visage taillé à la serpe, apparaît à New-York, dans un Central Park enneigé où se tassent les laissés-pour-compte de la Grande Dépression. Trois vieilles femmes, tels les sorcières de Macbeth, présente au dénommé Capricorne cinq cartes illustrées de symboles énigmatiques, censées prédirent un avenir riche en événements. Capricorne, devenu "astrologue-conseil", est secondé par deux autres personnages : Ash Grey, une jeune femme intrépide, pilote d'avion émérite, et Astor, un érudit dont les ouvrages ésotériques non aucun secrets pour lui.

Voilà comment débute une des meilleures séries fantastiques en BD de ses dernières années, fortement inspirée des pulps et du roman-feuilleton mais que l'auteur hisse à un niveau bien supérieur. Andréas déploie un long feuilleton mêlant aventure, ésotérisme (à nouveau), forces occultes et totalitarisme à l'échelle mondiale.
La série se divise en deux parties (encore qu'une troisième vient de débuter), deux époques pourraient-on dire, même s'il ne s'agit pas vraiment d'une coupure, les éléments disposés dans la première persistant dans la seconde.
La première (tome 1 à 5) est strictement fantastique. On y croise des entités cosmiques aux pouvoirs terrifiants, des sectes, une organisation secrète très influente qui exploite le surnaturel à des fins politiques et la confontation de Capricorne avec son ennemi juré, sorte d'alter-ego négatif : l'inquiétant Mordor Gott.
La seconde (tome 6 à 9) se concentre sur l'avénement d'un groupe politique extrémiste, le Concept, qui prend de l'ampleur pour devenir une dictature d'envergure mondiale proche du nazisme et dont l'un des buts - outre de dominer le monde bien sûr - est de faire table rase des spécialistes en paranormale et autres devins, mages et astrologues. Capricorne est donc tout naturellement concerné et celui-ci entamera une longue lutte contre le Concept. Pour autant, les phénomènes surnaturelles ne cessent pas de surgir dans cette deuxième époque. Notons que c'est la première fois qu'Andréas s'attaque à un sujet aussi politique.
La trame de Capricorne est en fait impossible à résumer, tant une foule d'éléments, d'intrigues parallèles, de symboles à déchiffrer, de révélations, se mélangent pour former un vaste puzzle qu'Andréas construit petit à petit, par une structure comme toujours complexe mais néanmoins parfaitement compréhensible.
Capricorne est d'ailleurs son oeuvre la plus accessible (et la plus divertissante) mais toujours empreinte de se souci d'exigence et d'un foisonnement d'idées originales éloignées des stéréotypes du feuilleton populaire classique auquel il rend hommage.
Ma série préférée d'Andreas, tant sur le plan graphique, la mise en couleur que dans un scénario palpitant et non dénué d'humour, et des personnages attachants (ces deux derniers points étant plutôt absents dans Rork).


[BD] Andreas Bd1210

Arq (commencée en 1997 ) [11 tomes actuellement. 18 de prévus]
Cinq personnages (deux hommes, une prostituée et un couple) résidant dans le même hôtel sont subitement projetés dans un autre monde où, séparés par d'énigmatiques cavaliers, ils doivent chacun de leur côtés survivre dans ce monde désert aux lois radicalement différentes des nôtres. Avec, au bout du chemin, peut-être, la réponse quant à leur présence dans cet univers.
Comme je ne suis qu'au début de cette série, il m'est encore difficile de rédiger un avis plus approfondi. Beaucoup la considère comme la meilleure série d'Andreas et la plus ambitieuse. Je reviendrai donc dessus plus tard en étoffant cette partie.


[BD] Andreas Bd810 [BD] Andreas Bd6811 [BD] Andreas Bd6910

Cromwell Stone (1984-1994-2004) [3 tomes. Série terminée]
Cette trilogie, débutée en 1984, ne s'achèvera qu'en 2004. Soit une vingtaine d'années de maturation, durant lesquelles Andréas avait également à s'occuper de ses autres travaux. La conséquence de cette longue période entre chaque album se voit surtout dans le dessin, dont on suit l'évolution tome après tome.
Le premier, contemporain des Rork, est encore marqué par son ancien style. Le second voit l'apparition d'un graphisme plus anguleux, plus proche des Capricorne. Le troisième, enfin, montre un plus grand dépouillement et, par rapport au premier surtout, une meilleure lisibilité.
De tous ses albums, ceux de Cromwell Stone sont les plus marqués par l'univers de l'écrivain H.P. Lovecraft. Du personnage solitaire acquérant une maison où il se passent d'étranges phénomènes aux manifestations d'envergure cosmiques, jointe à une conception cosmogonique anti-spiritualiste, on y retrouve beaucoup des ingrédients et de l'atmosphère de l'auteur américain. L'utilisation d'un noir et blanc inquiétant renforce encore cette impression.
Une des meilleures oeuvres d'Andreas pour peu qu'on accroche au genre fantastique.


LES ONE-SHOTS

Souvent plus expérimentaux, c'est dans ses albums autonomes qu'Andréas se montre le plus audacieux, dans ses scénarios en particulier. Quelques exemples :


[BD] Andreas Bd1010

La caverne du souvenir (1985)
Vivant en Bretagne, Andreas se devait bien de réaliser un album se situant (en partie du moins) sur cette terre fertile en légendes.
Un homme voyage vers une destination inconnue. Réfugié dans une grotte lors d'une tempête, il est victime d'un éboulement. Il se réveille peu après pour constater que l'ouverture de la grotte est à présent bouchée. Il s'enfonce alors dans les profondeurs de la terre et abouti dans un immense espace fait de paysages champêtres et montagneux. Commence alors pour lui une errance dans ses contrées irréelles, faites de rencontres insolites et de messages qu'il a bien du mal à déchiffrer. Par une série de flash-backs, nous apprenons que l'homme est un comédien qui faisair partie d'une troupe de théâtre mais était jaloux d'un de ses confrères, acteur charismatique et très aimé du public. Cette histoire est évoquée en parallèle avec celle d'une célèbre légende scandinave : la jalousie du dieu du Mal Loki pour le dieu Balder dont il fomente l'assasinat. Peu à peu, nous comprenons la signification du voyage de Cythraul (tel est le nom du voyageur) qui se révèle surtout être initiatique.
Un bel album allégorique, moins ardu qu'il n'y paraît de prime abord (comparé à Cyrrus-Mil, c'est un modèle de clarté !) où se côtoient décors celtiques et mythologie nordique. Quand aux planches, elles valent le détour.



[BD] Andreas Bd7310

Raffington Event, détective (1989)
Personnage déjà entrevu dans Rork, Raffington Event est un détective spécialisé dans les affaires insolites, pas forcément fantastiques mais presque. Au-delà des histoires en elles-mêmes, ce recueil est surtout le prétexte pour l'auteur d'expérimenter des formes narratives inédites. Ludique, drôle, un très bon recueil d'histoires courtes.


[BD] Andreas Bd910

Cyrrus - Mil (1984)
Finissons par l'album (en fait deux albums réunis en un seul dans la présente édition) le plus étrange et le plus hermétique d'Andréas, celui avec lequel il a été le plus loin dans son souci de raconter une histoire par des moyens narratifs extrèmes. Et à la première lecture, force est de constater que Cyrus-Mil égare complètement le lecteur dans les méandres d'un scénario à clefs assez tarabiscoté. Gageure principale : chaque case semble souvent n'avoir pas de lien directe avec la précédente ou la suivante. On pourrait parler de lecture non-séquencielle, ce qui évidemment casse nos habitudes. Le fil conducteur de l'histoire lui-même n'est pas très évident. Tout au plus pourrait-on évoquer à nouveau l'existence d'une entité qui se joue de l'espace et du temps et de son lien avec une curieuse structure cubique enfouie dans le sol où parviennent certains personnages qui font eux-aussi éclater les barrières de l'espace-temps. Mais impossible de rendre compte de l'album par un résumé, tant Cyrrus-Mil laisse au lecteur la liberté de ses propres interprétations. Il demande évidemment plusieurs lectures (ce que j'ai fait avec toute l'obstination possible).
Comme on peut s'en douter, cet album est destiné en priorité à ceux qui sont déjà familiarisé avec l'univers d'Andreas. Dans le cas contraire, le néophyte risquerait d'être à tout jamais dégoûté de cet auteur (à moins d'éprouver une passion immodérée pour tous ce qui est hermétique).
Pour lecteur avertis, donc.

Pour finir, quelques exemples de planches (les deux premières sont tirées de Arq, les deux suivantes de Cromwell Stone)
[BD] Andreas Bd5710 [BD] Andreas Bd7410 [BD] Andreas Bd5910 [BD] Andreas Bd5810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



[BD] Andreas Empty
MessageSujet: Re: [BD] Andreas   [BD] Andreas Icon_minitimeDim 13 Avr 2008 - 19:19

Et bien j'avoue que je n'en ai lu aucun... la série Cromwell Stone me tente bien Basketball
Revenir en haut Aller en bas
 
[BD] Andreas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ✕ the only heaven i'll be sent to ✕HOT✕ rory||andreas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Les Bédés et mangas-
Sauter vers: