Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 W.G. Sebald [Allemagne]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeDim 20 Nov 2011 - 23:03

A propos du rapport entre réalité et fiction: un article intéressant qui propose une interview avec Muriel Pic qui a travaillé sur l'oeuvre de Sebald: Sebald/Muriel Pic

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 97828410

Extrait:
Citation :
À quelles difficultés se heurte-t-on en travaillant sur Sebald?

Il ne faut pas se demander ce qui est vrai ou faux. Il faut voir comment il touche une vérité du passé grâce à l’usage fictionnel du document : par exemple, dans Austerlitz, la fiction littéraire offre une lisibilité d’un documentaire vidéo sur le ghetto pragois de Theresienstadt qui montre la fiction historique qu’était la propagande. La littérature s’occupe ici de rappeler cette réalité historique de la manipulation des documents, une fiction terriblement réelle. Chez Sebald, les images et la prose sont constamment sur une ligne de réversibilité de la réalité et de la fiction.


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeVen 8 Juin 2012 - 8:09

Le Matricule des Anges lui consacre un dossier ce mois

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Ab64


et par la même occasion j'apprends la paurtion (fin 2011) de ce livre:

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Ab65

Citation :
Face à Sebald


À l’occasion du dixième anniversaire de la disparition de W.G. Sebald, cet ouvrage monographique rend hommage à son œuvre. Né en 1944, il est incontestablement l’un des auteurs européens les plus importants de la deuxième moitié du XXe siècle. Allemand, fils d’un sous-officier de la Wehrmacht, et révolté par le silence de son père et de sa génération sur la deuxième guerre mondiale, il a vécu la plus grande partie de sa vie en Angleterre, où il mena une brillante carrière universitaire. Arpenteur infatigable de ­l’Histoire européenne, de ses lieux, de sa mémoire, il ­cherche à recueillir les signes et les indices de ce qui a existé, et que la destruction ou les falsifications historiques ont occulté et dévoyé. Avec une attention particulière pour les migrants, pour les ruines, les friches, les marges, il a tâché, mieux que quiconque, de sauver de l’effacement les ­traces de notre civilisation.

«  Les traces laissées par la littérature de Sebald, écrit Enrique Vila-Matas, composent un genre de poétique de l’extinction qui pose au premier plan la consternation de l’écrivain lorsqu’il comprend que tout à ses côtés se déshumanise ou disparaît, que l’Histoire elle-même disparaît.  »

Contributeurs  : Emmanuel Adely, Gwénaëlle Aubry, Xavier Boissel, Johan Faerber, Hélène Frappat, Christian Garcin, Hélène Gaudy, Yannick Haenel, Thierry Hesse, Caroline Hoctan, Laird Hunt, Mathieu Larnaudie, Hadrien Laroche, Alban Lefranc, Hélène Ling, Muriel Pic, Oliver Rohe, Will Self, Susan Sontag, William T. Vollmann.

cheers tout cela donne envie de replonger dans ses livres

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeDim 10 Juin 2012 - 20:44

kenavo a écrit:
cheers tout cela donne envie de replonger dans ses livres



Oui! enthousiaste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeDim 18 Aoû 2013 - 21:05

Les émigrants

On reprend cette intéressante et utile précision :

tom léo a écrit:

Je pourrais éventuellement traduire « mes » recensions faites en allemand d’ »Austerlitz » et « Vertiges » ?! Actuellement je lis alors « Les anneaux de Saturne ». Quel bonheur, toute de suite, de retrouver cet auteur !
Un allemand parti en Angleterre pour enseigner ou chercher, ou les deux ? Quatre parties dans le livre, les rencontres avec quatre personnes qui petit à petit, directement ou plus indirectement amène au fait qu'ils ne sont pas tout à fait ceux qu'ils semblaient être. Émigrants ? les histoires qui reviennent vers l'Allemagne puisque c'est de l'Allemagne qu'il s'agit ont l'air d'être celles d'autres personnes. Et on est bien en peine de lâcher le livre qui voit depuis aujourd'hui (il y a aussi une absence d'effet d'immédiate après-guerre) jusqu'à bien loin et sans rompre les énigmes de ces existences qui s'attache aux choses, aux lieux (et avec des photos) et aux liens tissés avec, confus, complexes, essentiels, vitaux.

Il y a de très beaux passages où on évolue comme en rêve dans un paysage qui emprunte une dimension temporelle particulière. Mais ce qui m'a autant séduit et intrigué c'est la structure de l'ouvrage. Il y a presque toujours un choc de la découverte de l'autre vie des personnes dont les histoires sont racontées. Et plus on avance dans le livre plus les histoires sont imbriquées et plus elles se rapprochent de leur source, de la vie en Allemagne, et du devenu étranger. En même temps plus cette vision brumeuse autant que factuelle (si si c'est possible) se développe, plus par ces particularités qui touchent à toute l'histoire (historique dirons nous) sortent, ou créent une barrière d'avec la statistique ou le livre d'histoire.

Et pourtant, notamment avec l'oncle lointain partis aux états-unis, c'est toute une modernité entre la conquête et les possibles, un rapport différent au monde au sens large qui apparait. Un avant de la première guerre, et la première guerre existent dans le livre, le choc traduit par l'exil (pour le dire maladroitement), les horreurs de la seconde guerre mondiale (et avant, pour le dire autrement) sont liés à l'instant de la narration qui est un aujourd'hui (et presque un aujourd'hui encore parce que c'est assez récent comme livre) et à tous les intermédiaires très humains de ces histoires particulières qui conservent des zones d'ombre.

Le point commun des personnages, le narrateur et les autres, les quatre et les autres serait le "regard en arrière" omniprésent mais intériorisé, muet. Il y a aussi ce rapport à la ville de Manchester et aux lieux en train de disparaitre.

Très belle et émouvante lecture dont je n'attendais pas tant (et pourtant). On ressent comme une force gravitationnelle qui pousse à aller vers le trouble, l'absence, la rupture, à voir.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeLun 19 Aoû 2013 - 22:05

Extrait :

Citation :

   Au début du printemps, si je me souviens bien, longeant la rive du canal derrière lequel je pouvais apercevoir de ma chambre l'entrepôt de la Great Northern Railway Company, j'essayai pour la première fois de m'aventurer vers le sud-ouest au-delà de St George et d'Orsdall. Par cette belle journée ensoleillée, l'eau étincelait d'un noir brillant dans son lit endigué par de gros blocs de pierre et reflétait les nuages blancs qui couraient dans le ciel. Il régnait un silence tellement étrange que je crois me souvenir d'avoir entendu des soupirs sur les aires des entrepôts et des greniers déserts et que je sursautai d'une frayeur mortelle quand, surgissant soudain de l'ombre d'un bâtiment très haut, quelques mouettes prirent leur envol vers la lumière en poussant des cris perçants. Je passai devant une usine à gaz depuis longtemps désaffectée, devant un dépôt de charbon, une fabrique de poudre d'os, et longeai, interminable à mes yeux, la grille de fonte délimitant le périmètre des abattoirs d'Orsdall, sorte de château fort gothique en brique de la couleur d'un foie, garni d'une multitude de tourelles et de portes, de parapets et de créneaux à la vue desquels, absurdement, les noms des fabricants nurembergeois de pain d'épice Haeberlein & Metzger s'imposèrent à mon esprit pour m'obséder ensuite tout le reste de la journée comme une mauvaise farce. Au bout de trois quarts d'heure, j'atteignis les installations des docks sur le port. Sur des kilomètres, des bassins bifurquaient à partir du chenal décrivant un grand arc de cercle vers la ville et formaient de larges bras et surfaces liquides sur lesquels, comme l'on pouvait s'en rendre compte, plus rien ne passait depuis des années, où les rares péniches et cargos amarrés de loin en loin aux quais avaient un air étrangement penché et faisaient penser immanquablement à quelque avarie générale et définitive. Non loin des écluses permettant d'accéder au port, dans une rue partant des docks pour rejoindre Trafford Park, je tombai sur une pancarte portant, écrits en grandes lettres à traits de pinceau grossiers, les mots : TO THE STUDIOS. Elle indiquait la direction d'une cour pavée avec en son milieu, autour d'un petit carré d'herbe, un amandier en fleur. La cour devait avoir appartenu à une entreprise de transports, car elle était bordée pour partie d'écuries et de remises au rez-de-chaussée, pour partie d'anciens bâtiments d'habitation ou de bureaux sur un ou deux étages ; et dans l'un de ces bâtiments apparemment abandonné était installé l'atelier où, dans les mois qui suivirent, aussi souvent que la bienséance me paraissait le permettre, j'allais venir m'entretenir avec le peintre qui y travaillait depuis la fin des années quarante, dix heures par jour, tous les jours, dimanches compris.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeLun 22 Sep 2014 - 0:53

Les émigrants

Déjà bien commenté par Animal, mais je vais en dire quelques mots

Sebald nous livre avec beaucoup de tendresse et de respect le vécu de 4 émigrants Allemands. Tous ont emporté dans leur valise des souvenirs , occultés parfois durant des années mais qui ressurgissaient  à la faveur d’un paysage, d’un objet, d’un rêve.  Ils ont éprouvés le besoin d’un jour les délivrer à une oreille attentive et amicale.

Ces hommes  avaient reconstruit leur vie dans des pays étrangers et ma foi avec  une vie professionnelle satisfaisante, mais vieillissants,  fragilisés par le poids trop douloureux  de certains souvenirs  se sont abandonnés au suicide ou  à la maladie.

C’est un voyage dans les souvenirs que nous conte Sebald, ceux de ces émigrants mais aussi les siens car il livre au lecteur son regard sur les hommes, les villes, sur l’Allemagne ; parfois lui-même sur la corde raide

« c'est cet appareil aussi pratique qu'étrange qui, par sa luminescence nocturne, son léger gazouillis le matin et sa simple présence pendant tout le reste de la journée, m'a raccroché à la vie à une époque où, étreint par un sentiment de délaissement pour moi incompréhensible, j'aurai très bien pu m'éloigner définitivement."

Le livre est précieux aussi par les photos incluses qui illustrent ses propos et tout particulièrement une  photo de Nabokov  à la chasse aux papillons,  chasseur de papillons que nous découvrons lors de plusieurs récits comme si les papillons étaient des souvenirs  capturés ou envolés.

L’écriture  a la qualité qui est accordée à l’un des personnage « d’une grande noblesse » !

J’ai eu le plaisir de faire cette LC avec Shanidar ceux qui sont intéressés peuvent la trouver  ICI

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeMer 24 Sep 2014 - 10:54

A mon tour d'apporter ma petite pierre avec un commentaire assez frustrant car c'est très compliqué de parvenir à dire toute la richesse de :

Les Emigrants


Sebald invite son lecteur à le suivre dans une quête personnelle et une enquête sur d'autres personnes. Et je crois que animal a raison de s'arrêter un instant sur la nature de la proposition de l'auteur, il aurait pu écrire un livre d'Histoire il ne l'a pas fait, il aurait pu composer un roman, il a choisi la forme du récit qui oscille savamment entre vérité et petits arrangements. Il explique à la fin de son livre, dans le quatrième récit, à quel point l'écriture de ce texte est difficile pour lui, combien il est complexe pour lui d'organiser le récit, alors même que le lecteur a le sentiment d'une grande fluidité, le passage du présent de l'auteur au passé des protagonistes se faisant ave la plus grande douceur.

J'ai eu l'impression, à la lecture de ces récits, d'être installée dans un salon, au coin du feu et d'écouter un homme, confortablement assis en face de moi et racontant d'une voix chaude, poétique, la vie de quatre personnes qui sont pour lui de plus en plus intimes, de plus en plus mélangés à sa propre histoire : de son propriétaire anglais, son instituteur, son grand-oncle d'Amérique et de l'ami peintre de Manchester. Et cette conversation se déroule avec des allers et retours successifs du présent au passé, d'un lieu à un autre, d'une mémoire à un manque, d'une rencontre à un journal intime, comme si le lecteur en se penchant sur les photos proposées par l'auteur attendait l'histoire qui va avec et qui construit au fur et à mesure le récit des vies d'émigrants.

Et c'est à un double voyage immobile que participe alors le lecteur, voyage géographique dans les pays d'où vinrent et où arrivèrent ses quatre émigrants et voyage dans l'histoire à travers les passés des uns et des autres. Car c'est bien à une réinterprétation de tout le XXème siècle que nous convie Sebald, de l'Amérique de 1899 dont l'attractivité ne s'est pas démentie tout au long du siècle, jusqu'à la ville industrielle de Manchester en pleine déliquescence. C'est aussi à un questionnement sur la mémoire, sur l'exil et sur la solitude concomitante, sur les souvenirs et la manière dont ils se construisent en nous et chez ces hommes émigrants, rattrapés tôt ou tard par la nostalgie. Des hommes qui exilés en eux-mêmes par leur origine étrangère, choisissent pour mettre fin à la souffrance du passé, de la perte, le suicide ou la folie.


Sebald qui semble parfois faire partie de cette mystérieuse confrérie de déracinés et d'ermites, nous parlent d'eux, de lui et un peu de nous-mêmes dans une langue incroyablement belle et triste et mélodieuse.

J'ajoute que je suis ravie d'avoir fait cette lecture avec Bédoulène, nos regards croisés m'ont encore une fois beaucoup apportés ! Et j'espère bien pouvoir recommencer cette expérience avec Sebald !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeMer 24 Sep 2014 - 15:51

Merci à vous ! Quand je pense à Sebald, j' ai vraiment un coup de blues en pensant qu' il nous avait
quitté trop tot.. Bien trop tot. Et qu' il nous manquera toujours, comme un ami ou meme un membre de notre famille élective. Et qu' il avait encore quelque chose d' essentiel, de vital à nous dire,
que lui seul, pouvait nous apporter...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
Dreep

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 27

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeLun 15 Juin 2015 - 20:20

Citation :
Les Emigrants de Sebald

Winfried Georg Sebald nous propose de lire, de nous souvenir de quatre histoires, quatre vies, ou plus encore puisque ces quatres parties sont l'occasion de diverses rencontres émaillées de photographies. Je l'ai lu avec plaisir, sans pour autant être pénétré par la compréhension du temps et l'écriture fine de Sebald. Sur la quatrième de couverture on parle d'une écriture du temps retrouvé. Tentative de reconstruction d'un passé, fait comme le temps présent ; d'ennui, de voyage, de souvenirs, de disparition, de joies, de tristesses.

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeMar 16 Juin 2015 - 10:17

Dreep a écrit:
Citation :
Les Emigrants de Sebald

Winfried Georg Sebald nous propose de lire, de nous souvenir de quatre histoires, quatre vies, ou plus encore puisque ces quatres parties sont l'occasion de diverses rencontres émaillées de photographies. Je l'ai lu avec plaisir, sans pour autant être pénétré par la compréhension du temps et l'écriture fine de Sebald. Sur la quatrième de couverture on parle d'une écriture du temps retrouvé. Tentative de reconstruction d'un passé, fait comme le temps présent ; d'ennui, de voyage, de souvenirs, de disparition, de joies, de tristesses.

Si ça peut te rassurer Dreep, j'avais lu ce livre il y a une dizaine d'années sans être non plus complètement emportée par la beauté et la nostalgie de la prose de Sebald ; relisant ce livre dix ans plus tard, j'ai découvert avec étonnement et gratitude, la magie d'un conteur...

Il faut parfois savoir attendre pour que certaines œuvres deviennent des lumières éblouissantes d'intensité... (et donc ne pas hésiter à relire !).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeMar 16 Juin 2015 - 16:14

Contrairement à toi, Shanidar, j' ai ressenti dès la première fois ce que tu as éprouvé à la deuxième. Question de disposition peut etre. Et puis il y avait ces images melées intrinsèquement au texte.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
Dreep

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 27

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeMer 17 Juin 2015 - 12:21

Je me suis dis que j'étais peut-être un peu jeune pour être sensible à ce roman.

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeVen 4 Sep 2015 - 19:37

Le documentariste Stan Neuman vient d' adapter Austerlitz.
Documentaire ? Fiction ? Essai ? Tout aussi inclassable que le livre. Denis Lavant y incarne un passionné d' architecture et de photographie.
Un film  unique en son genre, qui emprunte à l' esthétique du fragment et du collage. Qui séduit autant qu' il étonne. Télérama
A voir sur Arte en novembre.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
tina

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeJeu 24 Sep 2015 - 11:58

Les Emigrants


Evanescence et réminiscence.
Un livre très particulier et j'avoue que certains passages m'ont déroutée. D'autres, totalement envoûtée.
C'est une plume unique.
D'une richesse inouïe. Comment peut-on ouvrir les portes du passé ? Le rendre vivant, là, maintenant.
Sebald le sait.
Des êtres se forment, vivent, souffrent et passent.
Comme des ombres ou des lumières.
Aussi, comme des erreurs.

Des lieux, des situations.
Puis l'Histoire. L'Histoire, la maudite, la sorcière qui broie tout.

En même temps, Sebald poétise tout ça.


On est au coeur d'une alchimie rare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitimeJeu 24 Sep 2015 - 15:53

tina a écrit:
Les Emigrants


Evanescence et réminiscence.
Un livre très particulier et j'avoue que certains passages m'ont déroutée. D'autres, totalement envoûtée.
C'est une plume unique.
D'une richesse inouïe. Comment peut-on ouvrir les portes du passé ? Le rendre vivant, là, maintenant.
Sebald le sait.
Des êtres se forment, vivent, souffrent et passent.
Comme des ombres ou des lumières.
Aussi, comme des erreurs.

Des lieux, des situations.
Puis l'Histoire. L'Histoire, la maudite, la sorcière qui broie tout.

En même temps, Sebald poétise tout ça.


On est au coeur d'une alchimie rare.
... Et un fond constant de mélancolie inconsolable. C' est aussi pour cela qu 'on l' aime Sebald.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Empty
MessageSujet: Re: W.G. Sebald [Allemagne]   W.G. Sebald [Allemagne] - Page 11 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
W.G. Sebald [Allemagne]
Revenir en haut 
Page 11 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Temps livraison depuis Allemagne
» au sujet de l'attentat commis en Allemagne...
» Camps de Buchenwald, Dora et ses kommandos
» Décès du dessinateur et caricaturiste Sid Ali Melouah
» Aristide Briand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: