Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Olivia Rosenthal

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyVen 26 Sep 2014 - 20:41

Maryvonne a écrit:
Bon, alors Queenie ?

C'est incroyablement bien écrit, ça frôle le poétique, mais c'est ardu, je ne pouvais pas le lire entre deux étagères au boulot, ni en boulottant un en cas de midi, ni dans le métro... Il me demandait une vraie attention de bulle que je n'ai pas trouvé.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Maryvonne
Zen littéraire
Maryvonne

Messages : 4259
Inscription le : 03/08/2009
Localisation : oui, merci.

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyVen 26 Sep 2014 - 20:49

Exini a écrit:
Oui, c'est "Le village des damnés" (version initiale me semble-t-il).

Moi, je dois me procurer "L'homme de mes rêves" sur les conseils de ma soeur.
Bah oui, bouge toi, et ensuite bouge moi !

Queenie a écrit:
Maryvonne a écrit:
Bon, alors Queenie ?

C'est incroyablement bien écrit, ça frôle le poétique, mais c'est ardu, je ne pouvais pas le lire entre deux étagères au boulot, ni en boulottant un en cas de midi, ni dans le métro... Il me demandait une vraie attention de bulle que je n'ai pas trouvé.

T'as pas fini ???

Moi il m'a un peu déconcerté. J'ai trouvé un peu lourd le coupage systématique avec des trucs de médecine. Je ne suis pas sûre que c'était bien nécessaire, ou du moins pas systématiquement. C'est dommage, et ça donne un côté un peu trop artificiellement construit.

A côté de cela, y'a des pages qui m'ont carrément touchées. La vision de l'amitié, la douleur non-dite mais qu'on devine (et je ne suis pas sûre qu'on interpreterait de la même façon tous les passages).
Etrange.
Revenir en haut Aller en bas
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyMar 30 Sep 2014 - 10:05

mécanismes de  survie en milieu hostile

C'est un livre très étrange et décalé, comme le laissent présumer la couverture, et le "m" minuscule du titre. Tout au long du livre on se situe donc en milieu hostile, depuis les paysages apocalyptiques initiaux jusqu'au final de souffrance et de culpabilité obsédantes.

Olivia  Rosenthal prend soin de ne pas donner le code, de perdre son lecteur, de le déstabiliser, et il faut donc s'attendre à une errance interrogative face à ce texte, où les clés sont finalement données, mais toujours à retardement, comme si elle ne pouvaient pas être dites. La narratrice, qui n'a pas de nom, de même qu'aucun des rares autres personnages, évolue dans des lieux mortifères quoique quotidiens, hantés, où plane une menace, elle  se débat face à l'adversité dans une solitude terrifiante.
Je ne vous dis pas pourquoi, puisque Olivia  Rosenthal choisit de d'abord nous égarer et ne le révèle que peu à peu , tardivement et allusivement, mais elle traîne une malédiction coupable et déchirée. La mort, la solitude et la peur sont ses seules vraies compagnes, omniprésentes, menaçantes.

Les cinq chapitres  paraissent initialement disparates, leur unité apparaît peu à peu au fil des révélations,  pour faire de ce livre un hurlement-confession,  un aveu désespéré et tragique, qui fait suite à des années de secret et de silence.

Au sein du texte,  Olivia  Rosenthal insère des paragraphes en italique, qui tous, parlent, de façon très clinique, quasi scientifique de mort, d'expérience de mort imminente, de réanimation...Je suis d'accord avec Maryvonne pour n'en pas voir l’intérêt, le texte était assez fort en lui-même, je dirais même que cela crée ainsi une dispersion, comme une distraction  qui nuit à la cohérence globale. Peut-être l'auteur les a t'elle considérés comme des pauses, salutaires quoique menaçantes, qui lui permettent de se reprendre, de ne pas se laisser envahir par l'émotion, et ainsi, de continuer.

J'ai mis très longtemps à sentir le texte, à voir où il me menait. Je ne peux pas dire que j'ai aimé, j'ai été trop dérangée pour cela, mais c'est une expérience, un cri à écouter, puisque qu'Olivia  Rosenthal a – enfin - demandé à être entendue.
Revenir en haut Aller en bas
http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyMar 30 Sep 2014 - 10:13

tout comme pour le dernier Mauvignier, je lis d'un œil les commentaires et attend de pouvoir le pécho à la médiathèque !!

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyMar 30 Sep 2014 - 12:52

Faut que je m'y remette !

Mais comme tu dis, Topocl, c'est dérangeant, ça perd le lecteur, ça a l'air disparate. Ce n'est pas que ça m'a découragé (quelle écriture !) mais ça demande vraiment de se plonger dedans je pense.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyMar 13 Sep 2016 - 17:16

toutes les femmes sont des aliens

L'éditeur de Rosenthal a réuni trois textes, initialement destiné à une compagnie de théâtre (Ildi ! Eldi) qui avait déjà mis en scène un autre texte de l'auteure (Ils ne sont pour rien dans mes larmes). Ces trois textes ont pour point commun de parler de cinéma, d'être écrit à la première personne et de chercher à raconter comment on parle d'un film, qu'est-ce qui vient à l'esprit en premier, quels sont les mensonges qui l'entourent, que nous disent-ils de nous ?

Les trois films (en réalité quatre) sur lesquels reposent la réflexion de Rosenthal sont : Alien (la tétralogie) - Les oiseaux - Bambi (et Le livre de la jungle).

On a là un texte extrêmement plaisant à lire, très oral, souvent léger mais laissant sous ses airs d'impromptu, planer dans l'espace des questions ou des remarques qui font sourire, qui font bondir puis rebondir. Ceux qui ont déjà lu des livres de Rosenthal connaissent son attachement pour les questions animales, celles de l'enfance et celles de la femme ; on retrouvera avec plaisir en écho dans chaque texte ces mêmes thématiques.

Toutes les femmes sont des aliens ; car toutes les femmes sont capables d'enfanter, d'enfanter un être qui sera différent d'elle et qui pourrait être un monstre. Toutes les femmes sont des aliens car, tout comme Ripley (alias Sigourney Weaver) les femmes sont capables d'être des soldats, des mères, des filles et des surhommes (les décisions de Ripley sont plus pertinentes que celles des hommes qui l'accompagnent), elle devient au fil des films de plus en plus forte, de plus en plus indestructible et de plus en plus monstrueuse. Ripley, enfin changée en alien, montre la voie à une possible évolution de l'humanité .

Les films proposés par Rosenthal posent la question du statut de la femme, de la mère et du monstre, mais aussi de l'abandon, celui que les mères opposent à leurs enfants, celui que les temps modernes avec leurs lots de familles recomposées (comme dans Les oiseaux) sont bien obligés de valider, celui que les temps futurs imposeront (mais s'agit-il toujours d'une punition ?) au bébé de demain.

Quelques extraits pour preuve de la belle originalité de l'auteure :

(à propos d'Alien) :

(…) elle trahit son enfant, je ne sais pas si c'est lié à la nationalité du metteur en scène, le metteur en scène de l'épisode 4 qui est le seul Français de la saga, je ne sais pas si c'est parce qu'il y a quelque chose de français dans le film, si c'est parce que Hollywood est en perte de vitesse, ou si c'est parce que Hollywood n'aime pas les enfants laids et dissemblants, en tout cas Sigourney sacrifie son enfant, elle le fait avec tristesse mais elle le fait quand même. Alien est projeté dans les espaces interstellaires et Sigourney alias Ripley reste seule avec la jolie brune mutante, et à elles deux, la mutante et la clone, les deux dernières représentantes modifiées d'une humanité perdue, à elles deux elles reconstruiront quelque chose, à elles deux elles bâtiront une humanité nouvelle, c'est par les femmes aliens que l'avenir vient, elles sont dangereuses, elles sont monstrueuses, mais elles promettent l'avenir, c'est un film pour les femmes, c'est un film de science-fiction, c'est un film où l'humanité abîmée n'a d'autre choix qu'une radicale mutation, on a bouclé la boucle, on a achevé l'histoire (…).

(à propos du Livre de la jungle)

Si ce film permet de résoudre les drames de la filiation, c'est d'une manière bien étrange et pas très catholique. Comment en effet interpréter cette fin si ce n'est en considérant la dernière image (Baloo et Bagheraa de dos repartant dans la forêt) et les derniers mots de Baloo( "vous serez un ours bien léché") comme l'accomplissement ultime et l'avenir annoncé de notre planète : deux êtres qui n'appartiennent pas à la même espèce mais sont peut-être du même sexe découvrent ensemble le bonheur d'abandonner leurs enfants. Et là, il suffirait de revenir à un autre film, Alien, dans lequel Sigourney Weaver, héroïne invincible et éternellement survivante, refait le monde avec une petite brune plutôt jolie (épisode 4 de la saga), pour se convaincre de la teneur prophétique, horrifique et homo-érotique du cinéma, mais je préfère m'abstenir.

Lecture extrêmement réjouissante, alternative, intempestive et joueuse, ces trois petits essais appellent à des développements ultérieurs, des réflexions bien plus denses qu'il n'y paraît et finissent par hanter leur lecteur, comme si les mensonges filmés que pointent Rosenthal, soulevaient quelques uns des couvercles qu'on croyait pourtant clos, laissant échapper l'alien, la femme-modifiée, le clone ou l'animal dénaturé.

Passionnant.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyMar 13 Sep 2016 - 18:00

Je n'ai pas bien compris. Chaque texte parle d'un des films?
(Et tu les avais vus, toi, ces films?)
Revenir en haut Aller en bas
http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyMar 13 Sep 2016 - 18:06

topocl a écrit:
Je n'ai pas bien compris. Chaque texte parle d'un des films?
(Et tu les avais vus, toi, ces films?)

Oh pardon, je n'ai pas été claire dans mes explications.

1er texte : toutes les femmes sont des aliens -> raconte et brode sur les quatre Aliens
2ème texte : Les oiseaux reviennent -> raconte et brode sur le film d'Hitchcock
3ème texte : Bambi & co -> raconte et brode autour de Bambi et Le livre de la jungle

(j'ai revu tous les Aliens cet hiver pour la seconde fois de ma vie ! j'ai vu Les oiseaux dernièrement et j'ai un très vague souvenir des Disney ; ce n'est au fond pas très grave si tu n'as pas tout vu car Rosenthal remet en perspective les actions des films avec ce qu'elle veut dire (la mort de la mère de Bambi, par exemple, des trucs que tout le monde connait plus ou moins par cœur...)).



_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyMar 13 Sep 2016 - 18:46

Merci Very Happy !
Revenir en haut Aller en bas
http://topocleries.wordpress.com/
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 EmptyMar 13 Sep 2016 - 20:47

Bon, il faut que je lise un livre d'elle ! Depuis le temps que je me le dis...
On m'a conseillé "L'homme de mes rêves". Ce sera peut-être celui-là, ou un autre...

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Olivia Rosenthal - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Olivia Rosenthal   Olivia Rosenthal - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Olivia Rosenthal
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» olivia Chaumont

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: