Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Arthur Rimbaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Hellois
Posteur en quête
avatar

Messages : 78
Inscription le : 18/01/2009
Age : 35
Localisation : Italie - Venise

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Ven 20 Fév 2009 - 21:17

Merci Coline, vraiment très beau, très bien écrit..
En 2001, à 20 ans j'ai été à Charleville, toute seule, por retrouver les lieux de mon cher auteur. Je suis arrivée avec l'avion à Charleroi, et de là j'ai atteint Charleville-Mézière en train.
C'était la première fois pour moi dans le nord de l'Europe, c'était meme la première fois en France. Je vous assure qui pour moi, fille du sud, l'impact avec la Belgique a été plutot choquant. Le froid, le ciel toujours gris, l'herbe si verte au mois de septembre, la pluie... La ville si grise, et triste...

A Charleville j'ai fait le possible pour me fussionner avec la Nature, pour revivre les memes sensations que le jeune Arthur.. J'ai parcouru les vieux chemins du XVIII siècle, qui encore aujourd'hui sillonnent la campagne de Charleville, j'ai assisté silincieuse au départ des oies sauvages au bord de la Meuse...

J'ai appris beaucoup..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Jeu 24 Sep 2009 - 14:38

Rimbaud inédit

Mohammed Aïssaoui


[size=9]Aquarelle signée «A. Rimbaud», certifiée par un expert. Elle est en fait l'oeuvre d'un homonyme, un certain Antoine Rimbaud. (Jean-Jacques Lefrère/Flammarion)


Des documents jamais vus photos, dessins, peintures révèlent d'autres facettes de l'auteur du «Bateau ivre» et de sa famille.

On ne cassera pas un mythe en affirmant qu'Arthur Rimbaud fut un piètre dessinateur - il avait d'autres talents. Contrairement à ses amis Verlaine et Delahaye, son coup de crayon était loin d'être excellent, il était même sommaire, presque enfantin, à voir les petits bonhommes, les scènes de la vie quotidienne, les animaux ou les objets qu'il a tenté de reproduire, en ses jeunes années, sur des cahiers d'écolier, au dos de cartes d'atlas, ou dans des lettres adressées à quelques correspondants. N'empêche, on lui a attribué plusieurs illustrations, dont certaines se trouvaient être de très belle facture, et qui ne sont certainement pas de lui. Jean-Jacques ­Lefrère, auteur d'une biographie de l'auteur des Illuminations et éditeur de la correspondance du poète, publiera le mois prochain Les Dessins d'Arthur Rimbaud (Flammarion), un ouvrage qui révèle bien d'autres facettes du poète. Notre chercheur a mis au jour des documents jamais vus : des dessins, donc, mais aussi des photos et une iconographie riche et totalement inconnue. Le Figaro Littéraire vous en présente, en avant-première, quelques pièces significatives.

Parmi les éléments les plus émouvants, il y a cette photographie d'Isabelle Rimbaud, la sœur cadette du poète, et son soutien des dernières heures. Cette photo est si intense, si expressive qu'elle donne presque l'impression d'être en couleur. Et quelle ressemblance physique extraordinaire avec son frère ! Ce qui frappe aussi, sur ce document, ce sont ces mains disproportionnées, ces « mains d'assassins » que devait avoir aussi Arthur, à en croire le témoignage des poètes qui le ­rencontrèrent lors de son séjour dans la capitale, en septembre 1871.


Il y a également la photographie de la maison Bardey, à Aden, où travailla Rimbaud. Cette photo n'est pas inédite (elle appartient au collectionneur Pierre Leroy, qui cosigne un texte dans cet ouvrage), mais Leroy et Lefrère présentent une lithographie inspirée de la photo et parue dans une revue datant de 1881. Ce dernier document, qui était demeuré insoupçonné, permet de dater la photographie : elle est de l'époque où Rimbaud séjourne à Aden et travaille dans la factorerie Bardey. Du coup, la question se pose : l'auteur de Voyelles serait-il un des quatre Européens apparaissant sur l'image ? On n'a peut-être pas fini d'en débattre.

Photographie sur plaque de verre d'Isabelle, la soeur cadette d'Arthur, et ses «mains d'assassin», que devait avoir aussi le poète. (Jean-Jacques Lefrère/Flammarion)
Autre séquence forte du livre : le témoignage inédit d'une habitante de Roche, qui a connu Isabelle ­Rimbaud et sa mère, et les évoque en termes… contrastés - « Ses traits, durs, étaient un peu ceux d'une vieille chouette, assez revêche, malgré des yeux très bleus, d'un bleu un peu mauve, comme j'en ai peu connu. » L'album présente aussi des photos, des dessins et des peintures de la maison Rimbaud, au hameau de Roche - et l'on voit distinctement le grenier à grain où fut composée, dans la fièvre, Une saison en enfer. C'est une des vues les plus impressionnantes, les plus tragiques aussi, de cet album.

Un faux certifié authentique !

La troisième partie du livre, intitulée «Dessins dont Rimbaud n'est pas l'auteur», est tout simplement jubilatoire et vaut vraiment le détour. Elle fait la part belle à toute une série d'illustrations attribuées à l'auteur du Bateau ivre. Des aqua­relles, des crayonnés, au trait fin, délicat… Tous ces faux ont généré un commerce florissant, et Isabelle Rimbaud et surtout son époux Paterne Berrichon en ont joué, et il leur arriva même de tromper leur monde en assurant que certains dessins représentant des vues d'Abyssinie ou d'Arabie étaient de la main d'Arthur. « Aujourd'hui, s'ils ne nous apprennent rien sur Rimbaud, ces faux constituent des indices complémentaires de la censure et de la dénaturation qu'orchestra la famille du poète pour imposer l'image qu'elle voulait laisser de lui à la postérité », souligne Jean-Jacques Lefrère. Et de rappeler que ces faux furent mis en vitrine lors de l'exposition de la Bibliothèque nationale consacrée au cinquantenaire du symbolisme.

D'autres supercheries ont fait depuis l'objet de ventes publiques à l'hôtel Drouot ! Mais ce n'est pas le pire : Jean-Jacques Lefrère raconte l'extraordinaire parcours d'aquarelles signées « A. Rimbaud » : elles furent retrouvées dans une brocante de province par deux « rimbaldiens » passionnés - peut-être précisément un peu trop passionnés. En mai 2002, un expert célèbre, dont le certificat est reproduit en fac-similé dans le volume, certifia à propos de ces tableaux : « Nous vous confirmons par la présente que l'aquarelle Paysage à Beit-Mery (…) est à nos yeux une œuvre authentique d'Arthur Rimbaud. » Quelques mois plus tard, le supplément littéraire d'un journal libanais révélait que l'auteur des aquarelles en question était un certain Antoine Rimbaud, ancien officier de marine devenu professeur de dessin. Entre-temps, ces aquarelles avaient été « cédées » à un collectionneur tout fier d'acquérir des œuvres peintes par le grand « A. Rimbaud ». Il est des homonymies qui valent de l'or !

Comme le fait remarquer Jean-Jacques Lefrère, ces dessins authentiques et ces peintures apocryphes sont autant d'indices, de témoi­gnages, de reliques, d'évocations, d'une aventure de la poésie et d'une aventure humaine exceptionnelles et passées à l'état de mythe. Dès lors, le plus sage est de les accepter comme telles.

Les Dessins d'Arthur Rimbaud de Jean-Jacques Lefrère. Flammarion, À paraître fin octobre



source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Ven 25 Sep 2009 - 0:18

Moi c'est ce livre là que je lorgne...et qui ne m'échappera pas je le pense...

Notre besoin de Rimbaud par le poète Yves Bonnefoy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moinonplus
Envolée postale
avatar

Messages : 225
Inscription le : 15/09/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Sam 17 Oct 2009 - 13:44

Arthur Rimbaud et le symbolisme.

Théories de l’inconnaissable et de l’inconscient, recherche du moi, abîmes de l’âme, correspondances intimes et mystiques, vibrations subtiles pour le mystère et l’au-delà, l’école symboliste est lasse du verbe sonore de Victor Hugo, rompt avec le réel pour chercher une poésie nouvelle, loin des certitudes sèches, du progrès impérieux. Ce qu’elle veut, c’est l’harmonie, le rythme, les sensations traduites par la subjectivité, l’expression des sentiments les plus intimes, et use de l’art de suggérer au lieu de nommer les choses par leurs concepts. « La contemplation des objets, l’image s’envolant de rêveries suscitées par eux, sont le chant. (…) Nommer un objet, c’est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite du bonheur de deviner peu à peu ; le suggérer, voilà le rêve. C’est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole ; évoquer petit à petit un objet pour montrer un état d’âme, ou inversement choisir un objet et en dégager un état d’âme » (Mallarmé, Enquête sur l’évolution littéraire, 1891). Avec Rimbaud, le symbolisme est à son apogée, sa mystification la plus sublime, son mystère le plus inconnu.
Et pourtant c’est un adolescent qui prend la parole, Chez qui, la vie se mêle à l’œuvre; il est impossible d’évoquer sa poésie, sans parler de se son esprit libertin, de ses voyages, de ses idées révolutionnaires.
C’est tout d’abord un élève brillant, et son professeur Georges Izambard, le soutient et l’encourage.
« Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant. Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens ». Il a seize ans, mais il a déjà sa vision de la poésie, et veut changer le monde, et « réinventer l’amour ». Il croit être chargé d’une mission, il ne veut pas qu’écrire des vers, il fait de sa poésie une part de son moi, quête vers le plus profond de ses émotions.
Enfant rebelle, insolence mêlée à l’orgueil, de sa rencontre avec Verlaine, Rimbaud cherche la vérité « dans une âme et dans un corps ».
Sept ans avant sa mort, Verlaine parle de lui dans Les poètes maudits. Deux ans plus tard, les poèmes des Illuminations sont publiés dans une revue. Le mythe de Rimbaud se déploie très vite, durant son absence, au cours de ses voyages en Afrique, en Asie…des articles de presse parleront de son génie, ses poèmes de son vivant auront déjà eu un grand effet, en quelques années il a changé le regard des jeunes générations vers le monde.
Esprit de la révolte, de l’énigme, du mystère, de la soif d’absolu, il a rêvé et a fait rêvé avec lui. Auteur d’inventions étranges, qui suscitent en nous l’intrigue à des moments et sollicitent notre imagination, comme le sonnet des Voyelles :
A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu, voyelles
Je dirai quelques jours vos naissances latentes.
Crise d’adolescence ? Lutte révolutionnaire ? Beaucoup de doutes s’enfoncent autour de son œuvre. Contradictions, interprétations diverses, voici ce que Verlaine en pense quand il rédige en 1895 la préface de la première édition de ses œuvres complètes ; « Ce n’était ni le diable, ni le bon Dieu, c’était Arthur Rimbaud, c'est-à-dire un très grand poète, absolument original, d’une saveur unique, prodigieux linguiste –un garçon pas comme tout le monde, non certes ! Mais net, carré sans la moindre malice et veut avec toute la subtilité, de qui la vie, à lui qu’on a voulu travestir en loup-garou, est toute en avant dans la lumière et dans la force, belle de logique, et d’unité comme son œuvre. »

Quelques vers que j’aime chez Rimbaud ;

La chambre est pleine d’ombre ; on entend vaguement
De deux enfants le triste et doux chuchotement.
Leur front se penche, encor, alourdi par le rêve,
Sous le long rideau blanc qui tremble et se soulève…
-Au dehors les oiseaux se rapprochent frileux ;
Leur aile s’engourdit sous le ton gris des cieux ;
Et la nouvelle Année, à la suite brumeuse,
Laissant traîner les plis de sa robe neigeuse,
Sourit avec des pleurs, et chante en grelottant…

Les Etrennes des orphelins ; 1870.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Sam 17 Oct 2009 - 14:40

Merci pour ces réminiscences
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
moinonplus
Envolée postale
avatar

Messages : 225
Inscription le : 15/09/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Sam 17 Oct 2009 - 18:45

Embarassed Une vie pareille, d’un poète pareil, on se lasse pas de s’en rappeler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Jeu 28 Jan 2010 - 16:34

Comme le mythe est un aspect que j'apprécie étudier, j'aimerais solliciter vos avis sur la brique de René Étiemble en deux volumes qui examine la construction du mythe de Rimbaud. Quelles sont les forces et les faiblesses de son étude? Est-ce à acheter ou non? Avez-vous d'autres ouvrages qui éclaircissent le mythe Rimbaud à proposer, outre Rimbaud en Abyssinie d'Alain Borer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Jeu 15 Avr 2010 - 8:02

Photo retrouvée de Rimbaud lorsqu'il était à Aden, en Abyssinie (août 1880).
La seule photo de Rimbaud adulte.

Oui, c'est lui, là :

L'histoire à lire ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Jeu 15 Avr 2010 - 8:17

Oh ça fait tout bizarre de le voir "vieux" !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Lun 10 Mai 2010 - 21:05

Etonnant comme Rolande, de Robert Wlerick, m'a fait penser à ce poème :





Citation :
Trois baisers
Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres penchaient leur feuillée
Malignement, tout près, tout près.

Assise sur ma grande chaise,
Mi-nue, elle joignait les mains.
Sur le plancher frissonnaient d'aise
Ses petits pieds si fins, si fins.

- Je regardai, couleur de cire,
Un petit rayon buissonnier
Papillonner comme un sourire
À son sein blanc, - mouche au rosier !

- Je baisai ses fines chevilles.
Elle eut un doux rire brutal
Qui s'égrenait en claires trilles,
Un joli rire de cristal.

Les petits pieds sous la chemise
Se sauvèrent : "Veux-tu finir !"
- La première audace permise,
Elle feignait de me punir !

- Pauvrets palpitants sous ma lèvre,
Je baisai doucement ses yeux :
- Elle jeta sa tête mièvre
En arrière : "Ah ! c'est encor mieux !

Monsieur, j'ai deux mots à te dire..."
- Je lui jetai le reste au sein
Dans un baiser. - Elle eut un rire,
Un bon rire qui voulait bien...

Elle était fort déshabillée
Et de grands arbres indiscrets
Aux vitres penchaient leur feuillée
Malignement, tout près, tout près.



_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Lun 7 Juin 2010 - 12:01

eXPie a écrit:
Photo retrouvée de Rimbaud lorsqu'il était à Aden, en Abyssinie (août 1880).
La seule photo de Rimbaud adulte.

Oui, c'est lui, là :

L'histoire à lire ici.

Tous les mystères révélés autour de qui quand quoi comment :
A lire en cliquant ici

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Jeu 29 Juil 2010 - 0:58

Citation :
Roman

I

On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
- Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
- On va sous les tilleuls verts de la promenade.

Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ;
Le vent chargé de bruits - la ville n'est pas loin -
A des parfums de vigne et des parfums de bière....

II

- Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
D'azur sombre, encadré d'une petite branche,
Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond
Avec de doux frissons, petite et toute blanche...

Nuit de juin ! Dix-sept ans ! - On se laisse griser.
La sève est du champagne et vous monte à la tête...
On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
Qui palpite là, comme une petite bête....

Même après, nuit de juin, douce et brumeuse, ça vous grise...

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GreatGatsby
Posteur en quête
avatar

Messages : 88
Inscription le : 24/07/2010
Age : 24
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Dim 1 Aoû 2010 - 16:09

Ah Rimbaud!
Quelqu'un aurait-il vu le film Eclipse totale à propos de la relation entre Rimbaud et Verlaine?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Dim 1 Aoû 2010 - 18:46

GreatGatsby a écrit:
Quelqu'un aurait-il vu le film Eclipse totale à propos de la relation entre Rimbaud et Verlaine?
ah oui.. un des films de début de Leonardo.. fallait le voir Wink
mais cela fait un bon moment que je l'ai vu..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   Dim 7 Nov 2010 - 17:45

Je fais remonter ce fil. Je lis RImbaud, "Poésies complètes" et découvre au fil des pages des merveilles :

Le Cœur du pitre

Mon triste cœur bave à la poupe,
Mon cœur est plein de caporal :
Ils y lancent des jets de soupe,
Mon triste cœur bave à la poupe :
Sous les quolibets de la troupe
Qui pousse un rire général,
Mon triste cœur bave à la poupe,
Mon cœur est plein de caporal!

Ithyphalliques et pioupiesques
Leurs insultes l’ont dépravé!
A la vesprée ils font des fresques
Ithyphalliques et pioupiesques.
Ô flots abracadabrantesques,
Prenez mon cœur, qu’il soit sauvé :
Ithyphalliques et pioupiesques
Leurs insultes l’ont dépravé!

Quand ils auront tari leurs chiques,
Comment agir, ô cœur volé?
Ce seront des refrains bachiques
Quand ils auront tari leurs chiques :
J’aurai des sursauts stomachiques
Si mon cœur triste est ravalé :
Quand ils auront tari leurs chiques,
Comment agir, ô cœur volé ?

Juin 1871

Le premier jet de ce poème était "Le coeur supplicié". En introduisant le pitre, Rimbaud accentue le côté "farce" de ce poème. Mais assurément une farce noire.


_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arthur Rimbaud   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur Rimbaud
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» ARTHUR RIMBAUD
» Le Dormeur du Val ( Arthur Rimbaud)
» Betameche, Arthur, E.T, Stitch et Jack (Mes ratous)
» General Mac Arthur
» "Ce soir avec Arthur", nouvelle émission sur Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: