Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Paul Vacca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 16:23



Dans l'espoir que Paul Vacca ne va pas s'arrêter après son premier roman, je veux bien lui ouvrir ce fil - même si je n'ai pas trouvé de photo de lui - et ne suis pas arrivée à faire une copie de la couverture de son livre Wink

En attendant qu'il gagne en célébrité (et qu'on va le retrouver sur l'Internet), j'ai trouvé ce joli tableau qui est en relation avec le contenu de son premier roman.. Wink

Information de sa maison d'édition:

Citation :
Paul Vacca est scénariste. La petite cloche au son grêle est son premier roman.

Edit: Paul Vacca a lui-même rejoint notre forum et m'a envoyé cette photo de lui cheers bienvenu chez les Parfumés Very Happy


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Lun 27 Avr 2009 - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 16:24

La petite cloche au son grêle

Citation :
Quatrième de couverture
« Un soir, tu entres dans ma chambre alors que je me suis endormi. Le livre m'a échappé des mains et gît sur ma descente de lit. Tu t"en saisis, comme s’il s’agissait d’un miracle.

- Mais tu lis, mon chéri ! souffles-tu en remerciement au ciel.

Incrédule face à ce prodige, craignant quelque mirage, tu palpes l’objet. Non, tu ne rêves pas : ton fils lit.

Intimidée, tu ouvres le livre, fascinée à ton tour… »


Quand la découverte de Marcel Proust bouleverse la vie d’un garçon de 13 ans, de ses parents cafetiers et des habitants de leur petit village du Nord de la France.


Des jeux innocents aux premiers émois de l’amour, de l’insouciance à la tragédie : l’histoire tendre et drôle des dernières lueurs d’une enfance colorée par le surprenant pouvoir de la littérature…


Je crois pour la première fois j'ai lu au sujet du livre de Paul Vacca sur le site Le choix des libraires et j'étais tout de suite sous le charme.
Après la lecture je le suis encore un peu plus Wink
Il est assez difficile pour un écrivain d’employer le langage et les réflexions d’un jeune garçon de 13 ans sans se retrouver dans un style trop naïve ou trop précoce.
Paul Vacca arrive à faire une bonne balance des deux et on se trouve à partir de quelques pages dans le monde du petit narrateur où il y a surtout l’amour pour sa mère et la découverte de l’univers de Proust.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 16:24

Comme extrait je copie celui qui se trouve aussi sur le site du Le choix des libraires – cela m’évite de devoir taper trop Very Happy

Le retour du collège relève pour moi d'un ordre aussi immuable que le lever du jour, la chute des corps ou la ronde des saisons. Sitôt poussée la porte du bar, la clochette tinte et, au bout du comptoir, tu lèves le regard de ton livre. Ton visage s'éclaire.
- Comment s'est passée ta journée ? me demandes-tu d'une voix chantante.
Quoi qu'il me soit arrivé, je te murmure :
- Très bien.
Je jette mon cartable à terre et contourne le comptoir pour t'embrasser ; tu glisses ta main dans mes cheveux en les recoiffant. Je prends place à la table entre la fenêtre et le flipper où tu m'apportes mon goûter. À ce moment-là, papa apparaît traversant le bar, les bras chargés de casiers de bouteilles et, arrivé à ma hauteur, il passe sa main gantée dans mes cheveux et y rétablit le désordre.
- Ça va, fiston ?
À cette heure, il n'y a pas grand monde dans le café, juste quelques habitués, irréductibles piliers qui s'adressent en continu au patron, prêchant dans le désert. Affairé derrière le comptoir, papa hoche mollement la tête en signe d'approbation, sans même savoir de quoi on l'entretient.
C'est l'heure de mes devoirs. Tu as imposé au bar une règle de silence presque aussi stricte que dans un monastère. Que quelqu'un se laisse aller à hausser le ton, à rire ou à s'approcher du flipper, instantanément ton regard le foudroie.
Bercé par les chuchotements et le froissement des pages de ton livre, j'attaque sans grande conviction mes devoirs, restant à la surface des lettres ou des chiffres qui défilent sous mes yeux.
Puis vient l'heure où la clochette s'affole à nouveau, où le bar reprend vie. Mon horizon devient bleu, de la couleur des tenues de travail des clients qui se massent en une bourdonnante mêlée autour du comptoir. Les verres s'entrechoquent, l'air se charge d'anisette, de fumée de tabac brun, d'invectives amicales et de rodomontades.
Alors, un simple échange de regards nous suffit.
Tu ranges ton tablier, quittes l'arrière du comptoir sur la pointe des pieds ; moi, j'enfourne à la diable mes livres et cahiers dans mon cartable et, tous les deux, sous le regard réprobateur de papa, on s'enfuit.

Comme deux évadés, on court en se tenant par la main, heureux de laisser derrière nous l'agitation enfumée du bar. Une fois traversé la nationale, on s'enfonce dans la pénombre des sous-bois, louvoyant entre les arbres sur un chemin qu'on croit être les seuls à connaître. Puis la forêt s'éclaircit et notre chemin rejoint le sentier herbeux le long de la Solène, la tendre Solène qui coule entre les villas fleuries de la bourgeoisie de Montigny.
Là, nous sommes arrivés. Nous réduisons alors le rythme pour flâner à notre aise dans l'air tiède de la fin d'après-midi, à l'abri des grands peupliers qu'allument les rayons dorés du soleil de printemps.
Nos regards ignorent les clôtures, les portails ou les talus pour percer le mystère de chaque villa. Tu aimes découvrir leur personnalité. La plupart sont inoccupées en cette saison. Par nos rêves, nous nous installons dans ces villas inhabitées.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 19:03

Joli cet extrait Kenavo! content
On a envie d'être avec eux dans les sous-bois
Citation :
Par nos rêves, nous nous installons dans ces villas inhabitées.
Qui n'a pas rêvé à ça enfant? (et même plus grand Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 19:51

aériale a écrit:
Joli cet extrait Kenavo! content
On a envie d'être avec eux dans les sous-bois
Citation :
Par nos rêves, nous nous installons dans ces villas inhabitées.
Et l'extrait reflète un peu le ton du livre..
aériale a écrit:
Qui n'a pas rêvé à ça enfant? (et même plus grand Laughing )
oui

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 19:56

Je sens qu'il risque fort de me plaire... innocent (mais faut pas craquer avant d'avoir fini ma liste urgente: la sélection inter Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 19:59

aériale a écrit:
Je sens qu'il risque fort de me plaire... innocent (mais faut pas craquer avant d'avoir fini ma liste urgente: la sélection inter Wink )
Tu sais que je peux le mettre au cerclage - tu me dis seulement un mot si tu as le temps pour le lire Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 20:02

kenavo a écrit:
aériale a écrit:
Je sens qu'il risque fort de me plaire... innocent (mais faut pas craquer avant d'avoir fini ma liste urgente: la sélection inter Wink )
Tu sais que je peux le mettre au cerclage - tu me dis seulement un mot si tu as le temps pour le lire Very Happy
Je veux bien, mais en juin... je te dirai quand j'aurai fini mon challenge!
merci Kenavo...Je pense que l'atmosphère va me convenir.
Je suis dans une période nostalgie drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Mar 22 Avr 2008 - 20:04

C'est noté
aériale a écrit:
Je suis dans une période nostalgie drunken
je vais t'envoyer alors avec le livre un paquet de Kleenex - t'en auras besoin Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Ven 1 Mai 2009 - 17:25


Nueva Königsberg
Citation :
Editeur
Mai 1946. Le philosophe français Jean-Baptiste Botul est appelé à Nueva Königsberg au Paraguay, auprès d'une communauté exilée vivant à la manière de Kant. Il est chargé de trancher un débat d'une importance capitale : quelle doit être leur vie sexuelle ?
Délicate question. S’ils pratiquent, ne risquent-ils pas d’être infidèles à leur illustre modèle, connu pour sa chasteté ? Mais s’ils s’abstiennent, la survie de Nueva Königsberg sera de fait compromise…
Le jeune Sébastien s’est trouvé entraîné dans cette expédition, qui oscille pour lui entre canular et cauchemar jusqu’à sa rencontre avec Sofia, membre de la communauté. Partageant discussions, disputes et confidences, ils découvrent un monde nouveau. Toutefois, l’issue de leur relation reste suspendue à la solution que proposera Botul. Sexe ou pas sexe ?
Un récit d’aventures, un suspense philosophique, le roman d’un amour fou, au-delà de la raison pure…

Un joli tour de hasard a fait que j’ai eu ce livre en main avant la parution la semaine prochaine et je viens de terminer la lecture….

Autant qu’il m’était difficile au début d’entamer ce voyage vers le Paraguay, je me retrouve en manque de Nueva Königsberg.. j’ai envie d’y retourner.

J’avais un peu du mal pendant les premières pages parce que je ne savais pas ce que l’auteur voulait écrire – un essai philosophique sur Kant, mettre Jean-Baptiste Botul sous les feux de la rampe, faire un voyage avec ses lecteurs au Paraguay, nous parler de sexe ou pas sexe, peut être de l’amour… et en effet c’est tout cela et bien plus !

Et ce qui m’était paru au début comme mission impossible pour introduire autant de fils à suivre – Paul Vacca arrive avec son talent, son humour et sa sensibilité à renouer le tout dans une histoire qui tient la route, qui fait plaisir à découvrir et lors du changement de son jeune héros Sébastien, le lecteur gagne aussi une autre vue et on prend plaisir à ce qui nous est présenté.

Contente d'avoir eu l'envie de continuer avec cet auteur... j'attend déjà le prochain Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Ven 1 Mai 2009 - 18:20

kenavo a écrit:
Et ce qui m’était paru au début comme mission impossible pour introduire autant de fils à suivre – Paul Vacca arrive avec son talent, son humour et sa sensibilité à renouer le tout dans une histoire qui tient la route, qui fait plaisir à découvrir et lors du changement de son jeune héros Sébastien, le lecteur gagne aussi une autre vue et on prend plaisir à ce qui nous est présenté.

Contente d'avoir eu l'envie de continuer avec cet auteur... j'attend déjà le prochain Wink
L'histoire est intriguante, mais elle parait tenir la route Wink
J'aime bien la couverture en tout cas!

Si ta proposition tient toujours de me le faire connaître, je veux bien tenter Kena Very Happy

Au fait, je n'avais pas vu
Citation :
Edit: Paul Vacca a lui-même rejoint notre forum et m'a envoyé cette photo de lui cheers bienvenu chez les Parfumés
Enchantée et bienvenue chez nous Mr Vacca ...

PS: L'image que tu as postée n'est-elle pas d' Isabelle Planté dis moi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Ven 1 Mai 2009 - 18:25

aériale a écrit:
Si ta proposition tient toujours de me le faire connaître, je veux bien tenter Kena Very Happy
mais bien sûr..

aériale a écrit:
PS: L'image que tu as postée n'est-elle pas d' Isabelle Planté dis moi?
tu fais bien de demander.. je ne le sais pas.. j'ai vérifé avec le nom d'Isabelle Planté.. et en effet cela ressemble à son travail.. mais je ne retrouve plus où j'ai déniché cette image Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Ven 1 Mai 2009 - 18:49

Extrait:

Sofia lui ouvrit la porte, les yeux rougis.
Elle ne marqua aucun mouvement de surprise, pas le plus léger recul.
Sébastien contempla sa victoire. Et, tout en lui tendant un mouchoir, magnanime, il se répandit en excuses.
Ça ne lui coûtait rien. Une rédemption pour pas cher.
Sa ligne de justification : il n’avait pas voulu la blesser, les mots avaient déformé sa pensée, etc.
Elle l’écoutait, calmement. Les larmes continuaient de ruisseler sur son visage, elle s’essuyait les yeux.
Elle lui sourit.
Alors Sébastien se sentit grandi, il se dit qu’il pouvait quitter Nueva Königsberg. Il s’apprêtait à lui annoncer la nouvelle quand Sofia lui proposa de rester déjeuner avec sa famille.
- Euh…
Il entra dans la maison au décor qui lui était désormais familier.
Elle s’excusa de le quitter, mais elle était en train de préparer les moignons. Elle éminçait justement les oignons qui entraient pour moitié avec la mélasse dans leur confection.
Sébastien eut alors un doute : Sofia avait-elle pleuré à cause de lui ou tout simplement à cause des oignons ?

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire


Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Ven 1 Mai 2009 - 20:44

Encore un ! à découvrir !! Ca n'en finira donc jamais.............

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Vacca   Ven 1 Mai 2009 - 20:48

domreader a écrit:
Encore un ! à découvrir !!
ah oui.. bonne idée.. cheers

domreader a écrit:
Ca n'en finira donc jamais.............
et surtout - tous ceux qu'on a découvert, on doit les suivre diablotin

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Vacca   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Vacca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Paul Watson pirate des mers pour combattre les bateaux tueurs de baleines...
» JEAN PAUL II
» Bloody Sunday de Paul Greengrass (2002)
» Paul Newman....
» Coulez l' Alabama! Paul Ingouf-Knocker.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: