Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ôé Kenzaburô

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Lun 7 Juil 2008 - 18:43

The Valuk a écrit:
Le jour où Il daignera Lui-même essuyer mes larmes:

Bon alors là, c'est vrai que "c'est du très lourd". Un véritable cauchemar auquel je ne m'attendais pas du tout.

affraid

The Valuk a écrit:
Il me reste à découvrir Une existence tranquille...

Je te souhaite une lecture "tranquille"... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 34

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Mer 24 Sep 2008 - 18:04

Le faste des morts

Je ne m'attendais pas à être autant emporté par ce recueil de trois nouvelles. Dites nous comment survivre à notre folie m'avais captivé mais c'était si torturé et d'une telle richesse linguistique que le livre ne parvenait pas vraiment à détruire une espèce de barrière entre lui et moi.

Là par contre, sans doute est-ce dû au jeune âge de l'auteur à l'époque, j'ai trouvé la langue fluide et riche à la fois. Les trois intrigues de jeunes hommes tourmentés par leur solitude, leur sexualité, leur mal de vivre m'ont beaucoup plues et particulièrement la dernière: Seventeen que j'ai trouvée d'une grande pertinence dans le récit de cet ado complexé qui sombre dans l'extrême droite pour donner un sens à son inepte vie.

Vraiment, s'il fallait commencer avec cet auteur, je conseillerais plutôt ce livre avant Dites nous..... (En même temps je n'ai lu que ces deux pour le moment...)
J'ai hâte de poursuivre l'aventure Ôé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Mer 24 Sep 2008 - 18:30

The Valuk a écrit:

Vraiment, s'il fallait commencer avec cet auteur, je conseillerais plutôt ce livre avant Dites nous..... (En même temps je n'ai lu que ces deux pour le moment...)
J'ai hâte de poursuivre l'aventure Ôé.

Je ne saurais trop te conseiller Une affaire personnelle.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Kenzaburo Oé   Mer 24 Sep 2008 - 20:24

J'ai une édition d'Une affaire personnelle, mais traduite de l'anglais. Je
viens de me'en appercevoir et je ne la lirai pas.
Oui de l'anglais. Comme à la belle époque ou le japonais ou le chinois était
considéré comme des sous cultures et donc traduits d'une traduction anglaise... quand elle existait. Honteux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Mer 24 Sep 2008 - 23:26

Oui, Bix... et en plus "la traduction française n'est pas intégrale" ! (cf. Georges Gottlieb, Un siècle de romans japonais, page 194)...

Comment, dans ces conditions, avoir un avis sur l'ouvrage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 34

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Sam 29 Nov 2008 - 22:20

Une existence tranquille

Ce livre a, comme si c'était nécessaire, confirmé l'impact que Ôé a sur moi. Un grand écrivain parmi mes préférés de l'archipel nippon. Une existence tranquille est le premier roman que je lis de l'auteur (je n'avais lu que des nouvelles) et je dois dire qu'à aucun moment je n'ai regretté le format réduit de la nouvelle. Malgré le caractère "quotidien" de l'intrigue avec toutes les "trivialités" que cela suppose, l'ennui ne pointe jamais le bout de son nez dans cette existence pas si tranquille que ça. Je n'ai pas grand chose à rajouter par rapport au commentaire très complet et juste de Chatperlipopette. Les dernières pages m'ont surpris car je ne m'attendais pas à de telles péripéties. J'ai eu le ventre serré un bon moment concernant la relation entre Mâ, Eoyore et Monsieur Arai...
aime
Bref, grand auteur dont j'ai envie de lire toutes les oeuvres (je réponds à Arabella en lui disant que Une affaire personnelle m'intéresse beaucoup mais j'ai l'impression que le livre est difficile à trouver en VF...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Sam 29 Nov 2008 - 22:38

Une existance tranquille est en attente de lecture depuis un moment, tu me donnes vraiment envie de le lire très vite. Je considère aussi que c'est un très grand auteur, et je suis étonnée qu'il soit beaucoup moins connu et publié que d'autres.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Sam 29 Nov 2008 - 23:39

Arabella a écrit:
Une existance tranquille est en attente de lecture depuis un moment, tu me donnes vraiment envie de le lire très vite. Je considère aussi que c'est un très grand auteur, et je suis étonnée qu'il soit beaucoup moins connu et publié que d'autres.

Il est quand même pas mal publié en France, Oé...

Ici tu peux voir la totalité de ce qu'il a écrit, et ce que c'est (essai, reportage...).
La plupart de ses romans ont été traduits, et pas mal de ses nouvelles. En Français, il manque beaucoup de ses essais et reportages.

The Valuk, concernant Une Affaire personnelle, il se passe un truc bizarre chez Stock. De ce que j'ai cru voir, ils attendent l'épuisement de nombreux titres de leur catalogue, puis republient en grand format. Ils font ça avec Lagerkvist, Undset, mais aussi Inoué. Et peut-être le feront-ils avec ce titre d'Oé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 55
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Dim 30 Nov 2008 - 0:10

J'ai lu pas mal de choses d'Oe et en général j'aime beaucoup. Bizarrement, je pense d'avoir lu des livres tantôt en français, en allemand, en anglais..., alors face à la question de "Une'affaire personelle" je ne suis plus tout à fait sûr, mais je l'ai lu probablement en allemand. Et je le considère comme le meilleur.

Certains ici, par rapport à "Une existance tranquille", ont déjà souligner l'extrême honneéteté, voir presque culpabilité de l'auteur vis-à-vis son histoire... (et peut-être l'histoire de son pays?). On trouve cette attitude non commode avec soi-même alors aussi dans "Une affaire personnelle".

Je suis admiratif devant le processus que décrit l'auteur face à la naissance d'un enfant ayant un handicap: choc, effroi, volonté de se débarasser etc... C'est très poignant, très "vrai". C'était pour moi une vraie découverte.

C'est à dire: poursuivez cette question de traduction, mais/et lisez ce livre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Dim 30 Nov 2008 - 9:12

eXPie a écrit:


Il est quand même pas mal publié en France, Oé...


Pas mal publié d'accord, je crois que c'est l'effet Nobel. Mais connu je dirais pas, tu connais beaucoup de gens qui le connaissent, sauf parmi ceux qui s'intéressent à la littétature japonaise ? Dans mon entourrage, dans lequel la plupart des gens lisent, il est totalement ignoré. Et on ne peut pas dire qu'il soit souvent cité dans les médias littéraires, même pointus, genre Le monde des livres. C'est pour ça que j'aurais du mal à me passer de ce forum, quel que soit l'auteur dont on parle, on peut être à peut sûr que quelqu'un connaît déjà.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Dim 30 Nov 2008 - 12:24

Il est vrai que je ne connais pas grand monde qui ait lu du Oé, ou même qui le connaisse...
Par contre, je me souviens d'un article du Monde des Livres à l'occasion de la parution du Faste des Morts.
C'était l'édition du 27/11/2005 (j'avais consciencieusement gardé l'article). Je crois que c'est dans cet article que j'avais appris qu'il était le beau-frère de Jizo Itami (voilà un cinéaste japonais drôle, mais pas que ça !).
Voici un extrait de l'article :
Citation :
A l'approche de 60 ans, je me suis aperçu que, depuis l'époque où j'étais étudiant, j'avais écrit des romans et que toute ma vie avec été centrée sur l'écriture. J'ai pensé qu'en arrêtant je pourrais réfléchir sur ce qu'a été l'essence de mon existence et préparer ainsi l'hiver de ma vie. La mort, en 1996, de mon ami le compositeur Toru Takemitsu, m'incita à me demander si un jour nous nous rencontrions dans l'au-delà et qu'il m'interroge sur ce que j'avais fait de ma vie, ce que je lui répondrais. Et j'ai commencé à lire, à lire du matin au soir. Puis la disparition d'autres amis chers m'a ramené vers le roman. L'écriture de cette trilogie m'a occupé les cinq dernières années de ma soixantaine. L'Enfant échangé, le premier de la trilogie, a été écrit à la suite du suicide de mon ami d'enfance et beau-frère, le cinéaste Juzo Itami, en 1997. (Le Monde des Livres, vendredi 25/11/2005)."

Tant qu'on y est, voici ici la réponse de Oé au Questionnaire de Proust.
J'aime bien, notamment, ce passage :
"Votre peintre préféré?
Francis Bacon. L'autre jour, je suis allé chez Kundera, et il y avait une petite œuvre de Bacon. J'étais très jaloux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Dim 30 Nov 2008 - 12:31

Ce qui me faisait aussi penser qu'il n'était pas complètement reconnu, c'est un commentaire que j'avais lu et que je ne retrouve plus évidemment, qui disait qu'il avait eu le Nobel parce que le comité voulait à ce moment là un auteur japonais, sous-entendu qu'il ne l'avait pas obtenu grâce à la qualité de son oeuvre. J'ai la sensation, mais je me trompe peut être, que c'est une opinion qui est loin d'être isolée.

Merci pour ses réponses aux questionnaire de Proust.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Lun 15 Déc 2008 - 18:41

Une existence tranquille




Monsieur K, écrivain reconnu est invité par une université américaine pour plusieurs mois. Sa femme l'accompagne, car il traverse une grande crise. Leurs enfants devront donc se débrouiller seul, et la maison restera en fait sous la responsabilité de Mâ, la seule fille. Elle devra avant tout prendre en charge Eoyore, l'aîné de la famille et handicapé mental, tout en tentant de poursuivre ses études.

Il y a des écrivains qui ont un univers très identifié, dans lequel on plonge à chaque fois, comme dans un terrain familier. Et puis il y a ceux, plus rares, qui semblent réinventer à chaque fois, et même lorsqu'ils traitent des sujets proches, arrivent à le faire d'une autre façon, sous un angle totalement différents. C'est le cas de Kensaburô Ôé, qui renouvelle à chaque lecture que je faite jusqu'à maintenant son écriture et son approche des choses. Une existance tranquille est un livre étonnant, où l'écriture semble minimaliste, comme les notes prises au quotidient par Mâ pour laisser à ses parents une trace du quotidien vécu par les enfants qu'ils ont laissé. Mais bien sûr cette apprarante simplicité cache des montagnes de subtilité et de compléxité, comme cette existance soit disant tranquille est pleine de drames, de souffrances, de problèmes. Mâ semble ne rien remarquer de mal, ne critique personne, essaie d'être lisse sans cesse, ne se plaint pas, trouve des justifications aux autres et prend tout sur elle. Et malgré cela, nous voyons les gens tels qu'ils sont avec leurs faiblesses et petitesses, voir leur horreur, mais tout cela sans aucune lourdeur. Le second degré est terriblement présent, et le tableau de Monsieur K, qui est en partie l'auteur lui même est particulièrement réjoussante, car on ne peut pas dire que Ôé donne une image particulièrement idyllique de sa personne. Ronchon, égoïste, abandonnant sa famille, un peu ridicule parfois (en plombier amateur entre autres), il ne se fait aucun cadeau.

Le livre est très discursive, suit le rythme du quotidien et de ses aléas et répéritions, cours, repas, sorties à la piscine, discussion sur Stalker de Tarkovski, sur Céline (Mâ lui consacre son mémoire). Mais en même temps il aborde l'air de rien, tout en legerté des sujets essentiels, comme la place des handicapés dans la société, le regard que les gens "normaux" portent sur eux. Difficile en fait d'évoquer tous les aspects et thèmes du livre, il est beaucoup trop riche pour cela. Il ne vous reste qu'à le lire...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarabée
Envolée postale
avatar

Messages : 231
Inscription le : 14/05/2008
Age : 34

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Mer 14 Jan 2009 - 18:32

Une affaire personnelle

L'histoire de Bird, jeune homme sur le point d'être père d'un enfant anormal, voire un monstre m'a procuré l'effet que j'attendais: une grande fascination. J'ai été scotché toute la journée sur ce roman d'une grande et authentique dureté. L'auteur se dévoile sans fard, comme s'il voulait accomplir sa rédemption jusqu'à son faîte. Une rédemption qu'il met tout le roman à décider de mettre en oeuvre, à travers les corridors d'un labyrinthe renfermant l'égoïsme, la lâcheté, l'attachement à une certaine tranquillité quotidienne qu'il voudrait tout de même fuir en Afrique, terre qui lui permettrait de rompre avec la médiocrité de sa vie. Seulement, le salut ne se trouve pas à des milliers de kilomètres dans une vie différente, mais dans cette vie-ci, aussi infernale l'esprit la rend-elle. Accepter la responsabilité de recueillir cet enfant monstrueux est un état d'esprit que Bird mettra du temps à installer, suite à une ignominie insupportable à assumer: la mise à mort du monstre.
C'est comme si le changement qui a lieu à l'intérieur du père se répercute sur le fils qui subit une opération pour se débarrasser d'une tumeur lui infligeant une "double tête" horrible:

Citation :
- Félicitations, Bird, dit son beau-père. Vous savez qu'il vous ressemble?
- Un peu, oui, dit Bird avec réserve.
Huit jours après l'opération, l'enfant avait commencé à avoir l'air presque humain.

... tout comme le père finalement. Ce dernier semble d'ailleurs mettre autant d'énergie dans son sacrifice qu'il en a mis dans son rejet, à l'origine, comme pour mieux absoudre sa mauvaise conscience:

Citation :
Pour une fois, la belle mère de Bird manifesta un certain sens de l'humour:
- Pendant l'opération, dit-elle, Bird a donné tant de sang pour les transfusions qu'il était aussi pâle, ensuite, qu'une princesse après un rendez-vous avec Dracula...

Ecrite avec une simplicité qui m'a étonné venant de lui, Kanzaburo Oé a bien écrit une oeuvre immense, poignante dans son intensité et dans sa quête de l'ombre vers la lumière. Grand moment: à conseiller. aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   Mer 14 Jan 2009 - 19:22

The Valuk a écrit:
Une affaire personnelle


Ecrite avec une simplicité qui m'a étonné venant de lui, Kanzaburo Oé a bien écrit une oeuvre immense, poignante dans son intensité et dans sa quête de l'ombre vers la lumière. Grand moment: à conseiller. aime

Ravie que ce roman t'ai convaincu à ce point, ce fut le premier que j'ai lu de l'auteur et il m'avait impressionné très fortement.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ôé Kenzaburô   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ôé Kenzaburô
Revenir en haut 
Page 2 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: