Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Bando Masako

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 16:31


(Préfecture de Kochi, île de Shikoku, 1958 - Préfecture de Kochi, janvier 2014)


Bando Masako a publié son premier roman en 1993 : Shikoku.

Elle vit à Tahiti, ou du moins y vivait en 2006, où elle a fait parler d'elle pour une sombre histoire de chatons jetés par-dessus la falaise... Elle aurait raconté, je cite ( http://hollowayroad.blogspot.com/2006/08/from-japan-times-essay-about-tossing.html ) que la Polynésie française est « le pays des chats et des chiens errants, des bâtards qui ne sont jamais recueillis par personne » et où « on trouve leurs cadavres partout ». "

Enfin, il paraît que c'était surtout pour se faire de la pub, qu'il n'y a même pas de falaise derrière sa maison, bref : qu'elle affabule.


Il paraîtrait aussi qu'elle interviendrait sur ce forum, sous un pseudonyme, mais cela ne m'a pas été confirmé...

C'est fou, toutes ces rumeurs...


Dernière édition par eXPie le Dim 19 Juil 2015 - 22:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 16:31

Les Dieux Chiens (Inugami, Actes Sud - actes noirs, 2008, 316 pages, traduit par Yutaka Makino).

Ce roman a été écrit en 1996. Il se déroule à notre époque.
C'est l'histoire de Miki Bonomiya, une femme qui vit dans un hameau de l'île de Shikoku, Ominé.
Citation :
"Ominé était un hameau d'environ soixante maisons situé dans la région montagneuse de Kochi. Les terres habitables et cultivables aménagées à flanc de montagne étaient soutenues par des murets de pierre enfoncées comme des cales sur les pentes. Toits de tuiles grises et murets gris des champs en escaliers. Le hameau vu de loin ressemblait à des fortifications occidentales. Mais l'ennemi n'était pas l'homme. En été les typhons, en hiver les rafales de vent venues de la vallée. Le village se dressait dans le ciel comme pour s'opposer au vent." (page 21).
" C'est le printemps, pensa Miki. [...]
Chaque année, à l'arrivée du printemps, elle se sentait triste. Elle savait que si elle ressentait une telle mélancolie au printemps, et pas à l'automne où les montagnes prenaient les couleurs des feuilles mortes, ni en hiver où tout semblait mort, c'était à cause de sa propre vie.
Tout au long de l'année, la vie de Miki était trop calme. Pour elle qui, à l'âge de quarante et un ans, était restée célibataire et vivait encore chez sa mère avec la famille de son frère aîné, les journées stéréotypées avaient toutes le même aspect. Le matin elle se levait, préparait le petit-déjeuner ave la femme de son frère, rangeait, faisait la lessive et quittait la maison. Arrivée à son atelier où elle pouvait se rendre à pied, elle passait sa journée à fabriquer du papier traditionnel, ce qui assurait plus ou moins sa subsistance." (page 22).

Tous les ans se déroule la fête des ancêtres de la famille Bonomiya.
Citation :
"D'enfant on devenait adulte, et finalement on se retrouvait dans le cimetière familial. N'importe quelle personne née dans cette famille était aspirée dans le courant de sa destinée. Au fur et à mesure des fêtes pour les ancêtres, les individus prenaient conscience de ce courant. Et bientôt, tout comme le doyen qui sirotait sa coupe de saké devant le tertre aux ancêtres, on finissait par laisser voir dans un visage au sourire doux une attirance pour un sommeil éternel dans ce cimetière." (page 257-258).
Cette vie bien tranquille, bien ordonnée, va être perturbée : arrive un nouveau et jeune professeur de collège sur sa moto.
Citation :
"Vrooumm. [...]
"Son jean moulait ses jambes musclées comme une seconde peau bleu marine"." (page 29).


Mmmm... qu'il est séduisant, le jeune homme ! De plus, il semble apprécier le coin.
Citation :
"- C'est un bel endroit.
Devant eux, les arêtes montagneuses se succédaient en différents plans, les pentes colorées par les fleurs de cerisiers sauvages et les magnolias filaient jusqu'au fond de la vallée. Hameaux et rizières étaient regroupés enbordure de la départementale le long de l'Ikeno qui coulait dans le creux." (page 31).
"- C'est bien ici, le ciel est si proche.
Ses yeux brillaient avec éclat. Ils ressemblaient à ceux du milan. Des pupilles rondes dissimulant une sauvagerie brutale. Elle eut l'impression qu'elle risquait d'être envoûtée, et elle détourna les yeux." (page 33).
En plus, il aimerait bien voir comment se fabrique le papier traditionnel. Miki est perturbée. A son âge...

Très rapidement, des événements curieux se déroulent : tous les habitants du hameau font de mauvais rêves. On trouve des traces d'un gros animal...
La mère de Miki se lève en pleine nuit pour faire quelque chose - quoi ? simplement prier ? - devant l'autel bouddhique.
La nuit elle-même semble étrange. "La vitre était aussi sombre que si on l'avait recouverte de papier noir.
Pour des ténèbres nocturnes, c'était trop noir." (page 93).

Un vieux du village finit par demander :
Citation :
" - Quelqu'un se serait-il fait mordre par les dieux chiens ?
- Les dieux chiens ? répéta Miki, ahurie d'entendre ces mots sortir de la bouche du vieil homme.
Depuis toujours à Tosa, il y avait cette hantise des dieux chiens."
Légende, réalité, Japon ancestral et moderne...

Citation :
"Le quotidien de Miki était aussi stable que les maisons de son village, et n'aurait pas dû être ébranlé. Comme pour le village accroché au flanc du mont Bandokoro depuis plusieurs centaines d'années, elle était persuadée que le changement n'existait pas." (page 222)
Eh oui, son quotidien va être sacrément ébranlé, et pas que le sien... D'autant que Masako Bando n'y va pas toujours avec le dos de la cuillère, hé hé !


Une bonne histoire avec une louche de fantastique, de contes et légendes, de malédiction familiale, versée sur le quotidien.

Les Dieux chiens est donc un vrai bon livre qui relève du fantastique/horreur (comme Le Golem, la Féline ou Rosemary's Baby), prenant, et finalement bien écrit (et traduit).


Dernière édition par eXPie le Dim 4 Mai 2008 - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 17:13

un film pas désagréable tiré de cette histoire Inugami.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 17:28

J'ai dû le louper quand il est sorti, ou bien j'ai dû le louper s'il est passé à la télé... dans tous les cas, je ne l'ai pas vu !

Animal, je sens un enthousiasme débordant filtrer de tes propos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 17:37

eXPie a écrit:
Il paraîtrait aussi qu'elle interviendrait sur ce forum, sous un pseudonyme, mais cela ne m'a pas été confirmé...
???
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 17:41

je ne me souviens pas très bien du film, je crois que c'était plutôt efficace. image propre, quelques beaux paysages ambiance zarbie et un peu "goût japonais". pas traumatisant d'originalité mais pas mal il me semble. j'ai tiqué sur le titre dans ton commentaire et l'histoire a confirmé.

bande annonce !

c'est pas mal pour moi aussi parce que ça raccroche les fils litté japonaise à quelque chose de plus proche (relatif... 2000 environ le film je dirai) que mes lectures... regain de curiosité !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 17:59

Je l'ai lu pendant les dernières vacances et j'ai vraiment passé un bon moment.
Pas un monument de la littérature fantastique, c'est sûr, mais un thriller efficace qui mêle de façon originale (pour moi, du moins) de sombres histoires de famille aux accents de tragédie grecque et le folklore fantasmagorique japonais, religieux et païen.
L'histoire se déroulant dans un petit village de montagne, en pleine nature, et mettant en scène des artisans traditionnels (confection du papier), cela change aussi des récits de fantastique urbain.
Je recommanderais...

EXPie, je me suis permise de rajouter la photo de l'auteur dans le post de présentation Wink . Etrange, cette histoire de massacre de chatons, ça fait un peu auteur en mal de pub, tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 18:46

Eu, Stell_A, c'était juste un petit clin d'oeil aux Tahitien(nes) du forum.
En vrai, je crois que Masako Bando ne nous lit pas.

Dommage, elle nous aurait dit si elle balançait vraiment les gentils et mignons chatons par-dessus la falaise...

Merci, Nezumi, avec une photo, c'est mieux !
... et merci pour la Bande Annonce, Animal ; en vo non sous-titré, c'est encore plus mystérieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 20:47

Ah oui, cette histoire avait fait grand bruit. Faut dire que tout et n'importe quoi fait grand bruit...
Je crois que Madame Bando était un tantinet provocatrice..même si elle n'a pas tort de déplorer le nombre de chiens errants sur notre bonne île.
Qu'est ce donc que ce bébé dans la baignoire dans la bande annonce du film?? Alors, non contente de fracasser les chatons sur les parois des falaises, elle noie des bébés dans les baignoires???

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 20:58

Ca doit être le bébé qui hante les cauchemars de Miki, l'héroïne. Il lui apparaît dans un bac de pâte à papier affraid .

Le film a l'air plus spectaculaire que le roman, qui joue plus sur la suggestion et le doute.
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 21:19

(en abusant encore un peu à parler du film, j'ai un souvenir moins flashy/choc que ce que montre la BA... il y a aussi du temps façon film japonais je pense, rétrospectivement... pour les détails pratique du comment je l'ai vu, c'était du zone 3... beaucoup de sorties rapides de films japonais et avec sous titres anglais. maintenant ça va mieux en Z1 et Z2 mais je ne sais pas trop en fait.)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bando Masako   Dim 4 Mai 2008 - 22:00

eXPie a écrit:
c'était juste un petit clin d'oeil aux Tahitien(nes) du forum.
En vrai, je crois que Masako Bando ne nous lit pas.
bah qui sait, maintenant qu'elle a son fil ... clown
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bando Masako   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bando Masako
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bando parle de Carentan Une médaille pour Wright et Bahlau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: