Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mohammed Dib [Algérie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Mohammed Dib [Algérie]   Ven 16 Mai 2008 - 18:28



Mohammed Dib

J'aimerais rendre hommage et contribuer à faire connaître un grand écrivain algérien : Mohammed Dib (1920-2003). Il a produit en langue française l'oeuvre littéraire la plus importante et la plus riche de son pays.
« Cet homme d'un pays qui n'a rien à voir avec les arbres de ma fenêtre parle avec les mots de Villon et de Péguy » a dit un jour de lui Louis Aragon. Et c'est vrai, son écriture est superbe, précise, pleine de finesse et de retenue. La qualité de ses thèmes, la reflexion qu'elle soutend ont fait de chaque lecture une découverte merveilleuse et un enchantement. Mohammed Dib a su créer son univers et j'ai ressenti comme un cadeau d'avoir pu y pénétrer !

“ L'air qu'il fait entendre sur son clavecin est une musique intérieure qui parle au cœur.”
Jean Déjeux

Résumé de sa vie (d'après l'article de Wikipédia) et présentation des oeuvres importantes :

Mohammed Dib nait à Tlemcen. Jeune, il écrit des poèmes et peind. Sa rencontre avec un instituteur français, Roger Bellissant le pousse vers l'écriture. Mohammed Dib devient instituteur puis dessinateur de maquettes de tapis, journaliste au journal progressiste “Alger républicain” et au journal du Parti communiste algérien. Il se marie avec Colette Bellissant, dont il a quatre enfants. Il séjourne à plusieurs reprises en France, fait paraître aux Éditions du Seuil La Grande Maison, premier volet de sa trilogie Algérie, inspirée par sa ville natale, qui décrit l'atmosphère de l'Algérie rurale. Les deux autres volets de la trilogie sont L'Incendie et Le Métier à tisser. Un Été africain aborde explicitement le thème de la guerre d'indépendance. Il est chassé d'Algérie à cause de ses activités militantes mais André Malraux et Albert Camus interviennent pour qu'il s'installe en France. Il habite alors à Mougins, dans les Alpes-Maritimes. En 1962, Qui se souvient de la mer marque un tournant de son écriture qui devient plus onirique et le fantastique. Dans Cours sur la rive sauvage et La Danse du roi, il poursuit une quête introspective autour des thèmes de la condition humaine, de la féminité et de la mort. Mohammed Dib enseigne ensuite à l'Université de Californie à Los Angeles, qui lui inspirera son roman en vers « L.A. Trip ». À partir de 1975 il se rend plusieurs fois en Finlande où il collabore, avec Guillevic, à des traductions d'écrivains finlandais. Ces séjours lui inspirent sa « trilogie nordique » : Neiges de marbre, Le Sommeil d'Ève et L'Infante maure. Ses recueils de poèmes, Omneros, Feu beau feu, sont des célébrations de l'amour et de l'érotisme. Dans ses derniers livres, Simorgh, puis Laëzza, terminé peu avant sa mort, il revient, sous la forme d'un puzzle littéraire, sur ses souvenirs de jeunesse.
Mohammed Dib a reçu de nombreux Prix dont le Grand Prix de la Francophonie de l'Académie française en 1994, attribué pour la première fois à un écrivain maghrébin et en 1998 le Prix Mallarmé pour son recueil de poèmes L'enfant-jazz. A la fin de sa vie, il aurait été question de lui attribuer lePrix Nobel de littérature...(Dommage ! Pour moi, il le méritait...)


Oeuvres :
La Grande Maison, roman, Le Seuil, 1952 et Points Seuil. Prix Fénéon,1953.
L'Incendie, roman, Le Seuil, 1954 et Points Seuil.
Au café, nouvelles, Gallimard, 1955; Sindbad, 1984.
Le Métier à tisser , roman, Le Seuil, 1957 et Points Seuil.
Baba Fekrane, contes pour enfants, La Farandole, 1959.
Ombre gardienne, poèmes, Gallimard, 1960; Sindbad, 1981; La Différence, 2003.
Qui se souvient de la mer, roman, Le Seuil, 1962, Points Seuil, Paris, La Différence, coll. "Minos", 2007.
La Danse du roi, roman, Le Seuil, 1968.
Dieu en barbarie, roman, Le Seuil, 1970.
Formulaires, poèmes, Le Seuil, 1970.
Le Maître de chasse, roman, Le Seuil, 1973 et Points Seuil.
Le Chat qui boude, contes pour enfants, La Farandole, 1974 et Albin Michel, 2004.
Omneros, poèmes, Le Seuil,1975.
Habel, roman, Le Seuil, 1977.
Feu beau feu, poèmes, Le Seuil, 1979.
Les Terrasses d'Orsol, roman, Sindbad, 1985; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2002.
Le Sommeil d'Ève, roman, Sindbad, 1989; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2003.
Neiges de marbre, roman, Sindbad, 1990; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2003.
Le Désert sans détour, roman, Sindbad, 1992, Paris, La Différence, coll. "Minos", 2006.
L'Infante maure, roman, Albin Michel, 1994.
Tlemcen ou les lieux de l'écriture, textes et photos, La Revue noire, 1994.
La Nuit sauvage, roman, Albin Michel, 1995.
Si Diable veut, roman, Albin Michel, 1998.
L'Arbre à dires, nouvelles, essai, Albin Michel, 1998.
L'Enfant jazz, poèmes, La Différence, 1998.
Le Cœur insulaire, poèmes, La Différence, 2000.
Comme un bruit d'abeilles, Albin Michel, 2001.
L.A. Trip, roman, Paris, La Différence, 2003.
Simorgh, nouvelles, essai, Albin Michel, 2003.
Laëzza, nouvelles, essai,, Albin Michel, 2006.
Poésies, Paris, "Oeuvres complètes", La Différence, 2007.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Ven 16 Mai 2008 - 21:39

Cela a l'air très intéressant, as-tu lu certains de ses livres ? Lesquels seraient les plus conseillés pour commencer ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Ven 16 Mai 2008 - 22:18

Arabella a écrit:
Cela a l'air très intéressant, as-tu lu certains de ses livres ? Lesquels seraient les plus conseillés pour commencer ?

J'ai lu 7 romans de lui et sa poésie (évidemment !). Je vais poster des commentaires les jours prochains, tu pourras choisir ! content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Ven 16 Mai 2008 - 22:20

Merci Cachemire, j'attends tes commentaires.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Sam 17 Mai 2008 - 11:48

Et dire que j'ai failli acheté "Au café" à St-Malo cat Moi aussi j'attends avec intérêt tes prochains commentaires sur tes lectures Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Mar 20 Mai 2008 - 18:47

J'ai découvert Mohammed Dib tout à fait par hasard alors que je travaillais à l'Alliance française de Canberra en Australie. Il y avait là une belle bibliothèque d'auteurs français et surtout un rayon “Francophonie”particulièrement remarquable. J'ai lu à ce moment-là beaucoup d'auteurs francophones, Senghor et Césaire notamment mais aussi Patrick Chamoiseau ou André et Simone Schwartz-Bart (dont j'aurai peut-être l'occasion de parler). Ma lecture de Mohammed Dib m'a particulièrement marquée.

Pour aborder l'oeuvre de Dib, je propose la trilogie algérienne, parce que c'est avant tout un choix logique : l'auteur sait de quoi il parle. J'ai commencé sans trop savoir par la trilogie finlandaise, et cela ne m'a pas refroidie, bien au contraire, j'en ai apprécié d'autant plus la première trilogie. Puis, les six livres lus, je suis revenue en Europe et le temps a passé...Finalement, un jour, j'ai parcouru une critique sur le dernier ouvrage que Mohammed Dib avait fait paraître, Simorgh et je l'ai lu.

La trilogie algérienne ,“la grande maison”, “l'incendie”, “le métier à tisser”.
Mohammed Dib a fait ses débuts de romancier dans “la grande maison” le premier volet d'une trilogie algérienne, grande épopée familiale qui a été inspirée par Tlemcen, son village natal. Le héros du livre est un jeune garçon, Omar qui vit dans un village pauvre d'Algérie au début de la deuxième guerre mondiale. L'oeuvre décrit l’atmosphère et les profondeurs de la société algérienne. C’est une réalité où règnent misère, mensonges et hypocrisie. A l'époque de sa parution en 1952, le livre a reçu un accueil favorable des milieux nationalistes et a été très critiqué par la presse coloniale. Après sa lecture, André Malraux a immédiatement qualifié M. Dib d'un des plus grands écrivains algériens de langue française.

Dans le deuxième ouvrage “l'incendie”qui se déroule en pleine Deuxième Guerre mondiale, Omar apprend à parler français mais le cache aux Européens, il découvre la grande détresse des paysans et leurs espoirs.
Citation :
"Omar avait fini par confondre Dar-Sbitar avec une prison. Mais qu'avait-il besoin d'aller chercher si loin? La liberté n'est-elle pas dans chacun de ses actes? Il refusait de recevoir de la main des voisins l'aumône d'un morceau de pain, il était libre".
Ce n’est certainement pas un hasard que «L’Incendie» ait été écrit en1954, année du déclenchement de la guerre de Libération.

La dernière partie de la trilogie “Le Métier à tisser” dont l’action se situe à la fin de la Deuxième Guerre mondiale parle du monde des travailleurs algériens dans un style naturaliste qui n'est pas sans rappeler celui de Zola. Dib relate l'apprentissage d'Omar (qui cette fois a grandi) chez des tisserands. C'est dans la misère (pendant une période faite de pénuries et de rationnements)que le jeune homme approchera le malheur secret de son pays et comprendra combien il est difficile pour une communauté écrasée par le labeur, la faim ou le dénuement de relever la tête.

Dans ces trois premiers romans transparaît la lente prise de conscience politique du peuple algérien de ce qu'est la colonisation. Mohammed Dib décrit le quotidien des plus humbles, là même où la Révolution s’est faite, par la suite, véritablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Mar 20 Mai 2008 - 21:03

Alors là, quand je lis "trilogie" et que je constate que celle que tu proposes me rappelle agréablement la trilogie "cairote" avec laquelle j'ai abordé Mahfouz....je ne peux que craquer!!! Je vais les commander à la bibli des Côtes d'Armor miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Jeu 22 Mai 2008 - 12:44

Les deux trilogies, si elles sont écrites par des auteurs de tradition arabe, sont très différentes. Mafhouz écrit une saga plus intimiste et son histoire est plus "légère", moins triste que celle de Dib. Le style aussi n'est pas comparable, celui très descriptif de Mafhouz, presque comme une fresque n'a rien à voir avec celui plus épuré et poétique de Dib. Mais chut...je ne veux pas en dire plus, il faut aller découvrir ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Jeu 22 Mai 2008 - 14:25

Même si les trilogies semblent tentantes, j'aimerais commencer par quelque chose de plus court, à la médiathèque, il y a plein de livres de Mohamed Dib, romans et poésie, je vais me laisser séduire par une couverture ou présentation.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Jeu 22 Mai 2008 - 14:36

Un site intéressant à propos d'un ouvrage sur l'oeuvre de Mohammed Dib:"Lire, relire Mohamed Dib".

clic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Jeu 22 Mai 2008 - 16:12

coline a écrit:
Un site intéressant à propos d'un ouvrage sur l'oeuvre de Mohammed Dib:"Lire, relire Mohamed Dib".

clic

Articles très intéressants en effet. Merci !

Arabella a écrit :
Citation :
Même si les trilogies semblent tentantes, j'aimerais commencer par quelque chose de plus court, à la médiathèque, il y a plein de livres de Mohamed Dib, romans et poésie, je vais me laisser séduire par une couverture ou présentation
.

Si tu aimes le mélange feu et glace, tu peux commencer par un des livres de la trilogie finlandaise : Le sommeil d'Eve,(mon préféré mais il est...un peu bizarre), Les Terrasses d'Orsol ou Neige de glace. Tu verras, c'est très étonnant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Lun 26 Mai 2008 - 19:12

Le sommeil d'Eve : Un livre en prose très poétique...

L'oeuvre peut se résumer en une formule : la rencontre d’une femme avec son destin. L'héroïne, Faïna, se perd dans ses rêve, abandonnant progressivement la réalité. Elle dit : «Je me quitte... Pendant ce temps mon vrai moi, prolongé au fond d’un puits, est en train de crier au secours». Il s'agit du “récit minimal d’une passion proche de l’envoûtement” (Philip Tirard, L’Express). L'histoire est racontée avec un langage d'une extraordinaire intensité qui offre une formidable densité au récit et le rend fascinant. C'est le roman que j'ai préféré de Mohammed Dib, je pourrais relire certains passages chaque jour...


Extrait :
Citation :
Elle y a mis du temps. Elle sétait mise d'abord à se raconter toute seule l' histoire. Je crois. Puis elle me l'a racontée sans que j'aie rien demandé. L'histoire d cette femme qui a tout abandonné, foyer, enfants, mari, pour suivre le Loup. L'histoire de ce Loup et de cette femme partis ensemble. Et elle est devenue son histoire. Elle retournait quelquefois prendre, ou essayer de prendre sa place auprès de ses enfants, auprès de son mari. Faire comme avant, revivre une vie de femme humaine. Elle ne tenait plus en place en guère de temps, elle ne pouvait pas, ne l'endurait pas. Le Loup lui manquait, le désir du Loup était plus puissant. Son coeur battait trop fort pour lui. Et elle partait le retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Lun 26 Mai 2008 - 19:24

Difficile de trouver ses poèmes sur le Net...J'aurais bien voulu pourtant... jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Mer 4 Juin 2008 - 15:33

Les terrasses d'Orsol

Eid, le héros, a tout oublié. Son nom, la mission que son gouvernement lui avait confiée, la femme extraordinaire qu'il a rencontrée... Oublié jusqu'à l'exil où désormais il vit sans mémoire.
Citation :

Extrait :
“Le silence qui s'implante alors, intolérable, nul dans l'auditoire ne se risque à le rompre, les regards, tous les regards traduisent une répugnance évidente à se rencontrer et s'ouvrent au-dedans comme au dehors avec une réserve horrifiés sur d'étranges immensités. “Je leur ai raconté un rêve, un rêve fait non pas par moi...” Une idé qui s'approche, qui me traverse l'esprit à ce moment. “Mais un rêve fait par qui ?” Et elle se campe dans ma tête, rien moins que bonne, rien moins que petite, rien moins qu'amie :”Un rêve qu'ils ont fait, eux, et que tu as raconté, toi !”

C'est une oeuvre à la fois dense et frémissante, où la voix de Mohammed Dib est épurée, comme satinée par l'expérience. Inoubliable !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   Lun 16 Juin 2008 - 11:44

J'avais lu 'la Grande Maison' il y a quelques années, et je l'avais trouvé très bon, je m'étais promis de lire les suivants et puis.....j'ai oublié Embarassed . Je suis ravie que tu me (nous) rappelle ce bel écrivain.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mohammed Dib [Algérie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mohammed Dib [Algérie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Bouqala, cérémonie ésotérique algérienne
» Archives catholiques d'Algérie en métropole, La localisation
» photo algérie.
» Enrico Macias en Algérie?
» Tchouktchouka à l'Algéroise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature africaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: