Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Maupassant Guy (de)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeJeu 28 Jan 2010 - 16:13

Elle est superbe sa correspondance, Senti !

J' en ai lu les 2 premiers volumes, mais bon, c' est un peu long pour une vie...
Par contre, si tu peux mettre la main sur un livre que j' ai et qui s' appelle
Préface à la vie d' écrivain. Extraits de la correspondance, choisis par Geneviève Bolleme, tu te régaleras...
C' est quasiment un autre Flaubert qu' on découvre, beaucoup plus pontané, intime, plein de métaphores superbes...

Exemples :

J' admire autant le clinquant que l' or. La poésie du clinquant est meme supérieure en cela qu' elle est triste.

C est peut etre un gout pervers, mais j' aime la prostitution...
Il se trouve en cette idée de la prostitution un point d' intersection si complexe, luxure, amertume, néant des rapports humains... qu' en y regardant au fond, le vertige vient, et on apprend là tant de choses !

Et quand ce ne serait que le costume impudent, la tentation de la chimère, l' inconnu, le caractère maudit, la vieille poésie de la corruption et de la vénalité.

Son gout pour la prostitution, Flaubert l' a payé chèrement...

l
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille19
Main aguerrie
Camille19

Messages : 484
Inscription le : 24/06/2009
Age : 29

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeMer 10 Fév 2010 - 14:29

Boule de suif

Cette petite nouvelle narrant l'histoire d'une prostituée qui fera les frais de son honnêteté et de son altruisme rassemble tous les éléments qui me plaisent chez Maupassant : on y retrouve la critique acerbe de la bourgeoisie de son temps, et peut-être même de la nature humaine en général. Avec lucidité, Maupassant décrit froidement les événements, en gardant une certaine distance dans sa tonalité, comme d'habitude, ce qui ne fait que davantage ressentir au lecteur la cruauté et l'injustice qu'il dénonce. Le style, comme toujours limpide et incisif, allant à l'essentiel, n'épargne à la société d? e son temps aucune critique. Une fois entré dans cette nouvelle, on la lit d'une traite.

Je vous recopie un petit extrait de la préface de George Forestier qui je trouve rend bien justice à ce grand auteur qu'est Maupassant, car je trouve qu'il est trop souvent relégué dans la pensée des gens à un auteur plutôt facile et agréable à lire mais sans grande consistance, comme mis au second plan par rapport aux Flaubert, Balzac et autres Zola de sa génération, alors que je trouve qu'il vaut beaucoup mieux que ça :

"Maupassant, "vous aimez ça?". La question marque l'étonnement et le scandale. Elle reconnaît aussi une évidence : on lit Maupassant ; du bout des yeux, peut-être, comme d'autres ne touchent les objets que du bout des doigts de crainte de se salir par un contact prolongé. Mais enfin, on le lit.


C'est que le narrateur, aussi bien que l'homme, est séduisant, agréable, facile à prendre et à laisser. On le croirait sans autre problème que celui de bien conter une histoire entre gens du monde, scabreuse, terrifiante ou sensible, selon les auditoires supposés [...] Nul auteur n'est "plus propre à faire accéder à une sorte de basic-french littéraire, où manquent tous les éléments subtils" ; c'est Julien Gracq qui parle [...].


On s'est appliqué à éloigner Maupassant, à le figer dans les artifices d'une époque fin de siècle. Comment le ramener parmi nous ? Il faut le saisir dans la diversité de sa personnalité ; où plutôt de ses personnages, car il joue, le plus souvent. C'est une façon de fuir les autres et de fuir ses hantises et son pessimisme."

Bon voilà, il vaudrait mieux lire toute la préface ^^ mais je suis d'autant plus d'accord avec Forestier que, plus jeune, j'étais plutôt de l'avis de Gracq et que ce n'est qu'en le relisant un peu plus âgée que je suis devenue sensible à son écriture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nestat
Envolée postale
Nestat

Messages : 117
Inscription le : 13/04/2010
Age : 29
Localisation : variable

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeMer 14 Avr 2010 - 21:05

De Maupassant, je possède une vieille édition de ma grand mère, intitulée tout simplement CONTES. Au sommaire on y retrouve des histoires telles que :
La Légende du Mont St Michel
La Main
La Peur
Le Diable
Le Horla
Qui sait?

et beaucoup d'autres.

Qui sait? est une histoire un peu abracadabrante mais assez effrayante.
Une nuit, en rentrant chez lui, un riche home voit ses meubles quitter seuls sa demeure et partir. Pris de panique, il s'en va porter plainte. C'est bien des mois plus tard, qu'il retrouve ses meubles chez un vendeur dans une ville loin de sa demeure originelle. Cependant, un nouvel incident étonnant va se produire.

ICI LE TEXTE ENTIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine
Espoir postal
Mélusine

Messages : 43
Inscription le : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bouches du Rhône

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeMar 25 Mai 2010 - 20:32

Bonsoir,

J'ai lu "Une vie" de MAUPASSANT et je trouve que ce livre est particulièrement un livre de grande littérature ...

Mes impressions :

Au sortie du couvent, cloitrée depuis des années, par son père le Baron Perthuis des Vauds qui la fait sortir à 16 ans pour parfaire son éducation; paré de bon sentiments, il souhaite l'ouvrir à la vie, à la tendresse des animaux et des lois sereines de la vie... arrive dans un château au côté de sa mère, baronne Adélaïde malade en embonpoint et de sa fille de chambre Rosalie, sœur de lait de Jeanne.
Elle découvre un lieu de vie fort agréable et rempli de promesses...
Elle espérera le grand amour, celui qui lui fera vibrer son cœur et s'imagine finir sa vie paisiblement auprès de 2 enfants, garçon et fille et d'un mari aimant.

Quatre mois après son arrivée après, elle fait la connaissance par l'intermédiaire du curé, de M. le Vicomte de Lamare...Une tendre affinité se tisse entre eux et un mariage est prévu par ses parents dans les mois suivants.
Mais Jeanne ne connaissant rien de la vie amoureuse, ayant toujours été protégée par ses parents, se confrontera à le dure réalité et découvrira un mari brutal dès la première nuit de noce....
Après leur voyage de noce en Corse, de retour « Aux peuples », il devient un étranger, il se laisse aller, ne se rase plus et ne s'habille plus noblement...le temps passe et Jeanne ressent de l'amertume, de la douleur en elle même....les désillusions s'accumulent...
Son mari devient de plus en plus avare, vis à vis d'elle même, de ses toilettes, mais aussi eu égard leurs besoins alimentaires ou des personnes à leur service au château.

Elle découvre un jour de grand froid les infidélités de son mari avec la bonne qui sera renvoyée...Jeanne se sent perdue, elle est confrontée à la dure réalité de la vie et de sa condition de femme. Elle « pleure » sur un bonheur perdu; sur les idées qu'elle se faisait du bonheur.

Mais elle devient mère et là elle vivra au travers du besoin et du désir de son enfant, Paul, qu'elle chérira de toutes ses forces. Il sera celui qui lui redonnera goût à la vie. Il est l'enfant qui la rend heureuse et qui lui permet de supporter son désespoir.

Un nouveau curé viendra dans la région, avec des convictions sévères, bien particulières.
Le père de Jeanne, sera d'ailleurs en forte opposition avec lui.


Plus tard, le décès de sa mère la plongera dans un abîme sans fond que seul un second enfant, pourra la retirer...mais le destin s'acharne, elle perdra son mari dans des circonstances d'adultère et par la même, elle donne naissance à un enfant, une fillette morte-née...
Alors le temps aidant, elle se dévouera corps et âme à l'éducation de son fils Paul, qui sera aux bons soins auprès de son grand-père la baron, la servante et de Lison....mais loin de l'éducation d'un jeune homme ordinaire. Il n'ira que très tard à l'école et sera étouffé par la présence de sa famille...il grandira trop choyé.
Jeanne protégera de trop ce garçon tant chéri et celui-ci aura de mauvaises fréquentations, il s'éloignera de plus en plus d'elle pour faire sa vie à Londres, puis à Paris ; une vie certes bien dissolue. Mais Jeanne acceptera ses écarts de conduite car elle se sent seule et souffre de son absence; il lui échappe alors fera ce qu'elle peut pour le garder même si sa conduite de mère est inappropriée face à un fils qui n'est pas très reconnaissant.
Elle sera du reste jalouse de la fille que fréquente son fils, tant sa possessivité est grande.

Les années s'accumulent, elle perdra tour à tour, son père, sa tante Lison et Rosalie, apparaîtra de nouveau avec son fils, Denis, qui est en fait le demi-frère de Paul.
Rosalie tentera d'aider sa patronne, et essaiera de reprendre les affaires familiales en main ainsi que les finances de Jeanne; elle lui suggérera de vendre le château, « Les peuples », ce qui permettrait à cette dernière de vivre assez sereinement, d'un point de vue financier, le restant de ses jours...
Mais Jeanne, vieillit et a du mal à quitter le château de son enfance et de sa jeunesse, de quitter son pays mais elle s'y résolue grâce aux sages pensées de Rosalie....
Le déménagement en Havre dans une petite maison dans laquelle logera aussi Rosalie, se passe dans la douleur et les rêveries, des jours passés et heureux.

Paul son fils lui écrit et lui réclame sans cesse de l'argent pour payer ses dettes, et Rosalie toujours avec sagesse, lui apprendra à dire non à ce fils qui du reste promet son retour en vain....
Jeanne alors, décide d'aller le retrouver à Paris pour le ramener et lui faire entendre raison mais la quête sera longue et douloureuse, elle erre de rue en rue sans résultat...alors, elle retourne dans sa maison... elle dépérit de jour en jour, se laisse aller à son amertume, à ses délires, elle devient dépressive malgré sa bonne qui tente de l'aider et de lui apporter conseils avertis ...Les jours, passent et elle écrira une ultime lettre à son fils, lui demandant de revenir vers elle qui se meurt....

Ce roman est riche de sentiments et descriptions poétiques et détaillées de la campagne et de ses paysages.... le destin de Jeanne est pluvieux comme la Normandie.
Ce roman décrit la vie de Jeanne, enfermée dans un conformisme, un monde fait de préjugés.
Sa sensibilité sera bafouée, de même ses désirs, sa confiance en elle, en la vie.
Le code social dans lequel elle est établie ne laissera aucune place à son bonheur et à sa liberté individuelle; elle subit passive son destin certes cruel.
L'idée de la religion sera fortement développée...

Jeanne au fil du temps, prend conscience de la triste réalité de la vie et surtout de l'inconstance des choses, des événement, des êtres et de l'amour. Elle sent bien que les gens ne sont qu'hypocrisie, Seule la beauté de la nature, l'aidera parfois à reprendre courage.
Elle, si droite et si aimante, dotée d'un cœur simple, ne comprendra pas les trahisons de son époux et de ses ami(e)s; de même que certains agissements de ses parents.

J'ai été très touchée par la description de la vie de sa tante Lison, et de la place que lui donne sa famille dans laquelle elle se rend de temps en temps ... Elle n'existe pas aux yeux des autres...elle est là, effacée; comme un meuble à qui l'on accorde que peu ou pas d'importance.

Ainsi Maupassant évoque la condition de cette jeune fille Jeanne, mal mariée; qui subira sa vie plus que ce ne qu'elle ne la vit. Elle perdra son identité au fil des années. Elle ne parviendra pas à s'adapter au réel qui l'attend à l'âge adulte, tant elle était enthousiasmée et emplie de rêves à sa sortie du couvent. Elle sera tour à tour anéantie, résignée, quelque fois naïve, mais aussi parfois dans l'espérance, surtout au niveau du retour du fils « prodige », vers la fin du roman.
L'adultère, la tristesse, la mort, la religion, le conformisme sont reflétés dans ce roman si triste.
Une vie gâchée, « vide », sans vraiment l'être, car Jeanne connaîtra des évènements importants, mais bouleversants qui la laisseront sans force, anéantie...elle, vit passive, parfois avec difficulté et reste souvent inconsolable.

Ce roman est la narration d'une existence qui aurait pu être belle, mais qui ne l'a pas été. Tout, au départ semblait sourire à Jeanne, puis petit à petit sa vie s'enlise dans des répétitions que Maupassant aiment à décrire et à signifier pour peut-être faire réapparaitre la viduité des choses. Il s'appesantit, sur le tragique; sans toutefois s'y complaire.

Un roman qui se lit et se relit, toujours; qui nous donne à réfléchir aussi sur les conditions de vie de ce XIX ème siècle et des stéréotypes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-book-melusine.over-blog.com/
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeMar 25 Mai 2010 - 21:28

Mélusine a écrit:

Ce roman décrit la vie de Jeanne, enfermée dans un conformisme, un monde fait de préjugés.
Sa sensibilité sera bafouée, de même ses désirs, sa confiance en elle, en la vie.
Le code social dans lequel elle est établie ne laissera aucune place à son bonheur et à sa liberté individuelle; elle subit passive son destin certes cruel.
L'idée de la religion sera fortement développée...
[...]

Un roman qui se lit et se relit, toujours; qui nous donne à réfléchir aussi sur les conditions de vie de ce XIX ème siècle et des stéréotypes.[/size]

Oui, enfin, il lui arrive des bricoles, mais elle le cherche bien, non ? Et ce qu'elle peut être cruche, la pauvrette ! Enfin, plus que pauvrette, elle est un peu chiffe molle, elle subit tout. Pourquoi ne tente-t-elle rien ? Comme il était dit quelque part, Madame Bovary, elle, au moins, tente quelque chose.
Elle s'y est enfermée elle-même, Jeanne, en se jetant quasiment sur le premier venu. Son destin cruel, oui... on sent vraiment que Maupassant se complaît à lui envoyer de problèmes (elle ne fait rien pour se bouger, mais elle n'est vraiment pas gâtée, et comme elle n'est vraiment pas fufute, elle en met du temps à se rendre compte que son mari la trompe, que son fils est un pauvre type ingrat), l'auteur, pour dire au lecteur : "voyez comme la condition de la femme est difficile !". Mais faut-il vraiment faire de Jeanne le parangon de la femme-type de l'époque ?
J'ai eu du mal à avoir de la pitié pour une fille pas fufute, qui ne se bouge pas... Le code social ne l'empêche pas de s'abstenir d'envoyer de l'argent à son fils, non ?
Son mari la trompe, d'accord ! D'autres trouvent des satisfactions ailleurs.

Je crois que son problème ne réside pas tant dans un code social (qui l'empêche de faire quoi, exactement ?) que dans son esprit : elle se dit que la vie, ce n'est que ça. : "Alors elle s'aperçut qu'elle n'avait plus rien à faire, plus jamais rien à faire." (page 104, édition folio).
C'est le drame d'une pauvre fille qui ne sait pas s'occuper, qui se rêvait des sentiments prodigieux, mais qui n'avait pas compris qu'il y a une différence entre la fiction et la réalité. Après, d'une façon ou d'une autre, elle avait besoin de rejeter la faute de cette vie qui ne lui convient pas sur d'autres : la société, la fatalité... et pour renforcer sa croyance là-dedans, elle saute à pieds joints dans tous les problèmes, se ruine pour son fils, alors qu'elle sait très bien que c'est un pauvre type.
Elle a une pulsion masochistique très forte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Camille19
Main aguerrie
Camille19

Messages : 484
Inscription le : 24/06/2009
Age : 29

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeMer 26 Mai 2010 - 11:17

J'ai lu ce livre il y a un certain nombre d'années donc mon souvenir en est plutôt flou, mais je te trouve quand même un peu cruel avec cette pauvre femme, eXPie Maupassant Guy (de) - Page 4 28294 L'intérêt de ce roman de Maupassant, je trouve, c'est justement de montrer la possibilité limitée d'action pour une femme au 19ème siècle. Si je me souviens bien, elle habite en plein coeur de la campagne, et le roman montre justement comment cette vie, qui semble d'avance toute tracée, faite de tristesses et de déceptions, arrive même à éteindre chez le personnage principal toute la flamme qui était en elle au début de sa vie, toute envie de tenter quelque chose pour réaliser ses désirs. Une femme au 19ème n'a souvent pas son mot à dire, et ce d'autant plus qu'elle ne vit pas en ville. Le personnage finit comme écrasé par le poids d'une réalité tout de même injuste. C'est sur que la jeune femme est un personnage assez naïf, mais c'est justement ce qui la rend attachante, et elle n'a justement aucun moyen, aucune opportunité de se défaire de cette naïveté, parce qu'elle ne fait aucune rencontre qui va l'aider sur ce point, aucun voyage, elle est "paumée" au fin fond de sa campagne et ne peut apprendre ce qu'est la vie, jusqu'à ce qu'elle connaisse ses désillusions mais qu'il soit déjà trop tard pour sortir de la vie de malheurs dans laquelle elle s'est engluée. Et je trouve que Maupassant a ceci de mieux que Flaubert qu'il porte un regard moins méprisant sur son personnage, je pense que le propos d'Une vie est moins de pointer les défauts du personnage que de montrer à quoi mène la société de l'époque pour une femme plutôt banale. Alors que madame Bovary (et tous ceux qui l'entourent) sont clairement méprisés par l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine
Espoir postal
Mélusine

Messages : 43
Inscription le : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bouches du Rhône

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeMer 26 Mai 2010 - 11:44

Bonjour,

Oui Camille, je pense comme toi. EXPie est un peu dure avec Jeanne.
Il me semble que la façon d'être face à notre vie dépend aussi de notre caractère et pas tout le monde en a un fort et bien trempée.
Jeanne a été protégée par son père durant son enfance et elle était ne l'oublions pas dans un monde pieux assez fermé; ce qui explique peut-être son incapacité à aller de l'avant et à faire confiance trop facilement et sa naïveté fera sa perte. Mais je pense que son entourage ne l'a pas beaucoup aidée à être dans la vraie vie qui n'est pas aussi rose qu'elle le pensait.
Elle croit en le bonté des gens, même si ces derniers ne le sont pas ... Elle leur donne souvent des secondes chances...

Camille, j'adhère complétement à ton analyse. Tu as su mettre en relief les subtilités de la narration, les motifs de l'auteur et ses efforts à nous faire découvrir cette époque et sa bourgeoisie...

Mélusine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-book-melusine.over-blog.com/
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeMer 26 Mai 2010 - 14:35

Mélusine a écrit:
Bonjour,

Oui Camille, je pense comme toi. EXPie est un peu dure avec Jeanne.
Il me semble que la façon d'être face à notre vie dépend aussi de notre caractère et pas tout le monde en a un fort et bien trempée.
Jeanne a été protégée par son père durant son enfance et elle était ne l'oublions pas dans un monde pieux assez fermé; ce qui explique peut-être son incapacité à aller de l'avant et à faire confiance trop facilement et sa naïveté fera sa perte. Mais je pense que son entourage ne l'a pas beaucoup aidée à être dans la vraie vie qui n'est pas aussi rose qu'elle le pensait.
Elle croit en le bonté des gens, même si ces derniers ne le sont pas ... Elle leur donne souvent des secondes chances...

Camille, j'adhère complétement à ton analyse. Tu as su mettre en relief les subtilités de la narration, les motifs de l'auteur et ses efforts à nous faire découvrir cette époque et sa bourgeoisie...

Mélusine
Rapidement : être pieux ne veut pas dire être naïf. Il y a un personnage bien connu dans la Bible qui s'appelle Judas, non ?

Faire confiance trop facilement : elle l'a fait à son mari et elle s'est bien plantée... du coup, elle refait confiance à son fils, et elle se replante, et plusieurs fois. On peut dire que c'est de la bonté ; on peut aussi dire que c'est autre chose...

Les tristesses et les déceptions ne sont pas propres au 19° siècle. Revolutionary Road, de Richard Yates, c'est un peu pareil, non ? Une femme qui rêve d'autre chose, d'un ailleurs... Et ça se passe aux USA, au XX° siècle. Et les exemples foisonnent : on rêve tous d'un ailleurs, non ?
Je trouve la psychologie de Madame Bovary infiniment plus profonde que celle de Jeanne, mais là encore, c'est une question de point de vue, bien sûr. Et je ne parle pas du style incomparable de Flaubert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Mélusine
Espoir postal
Mélusine

Messages : 43
Inscription le : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bouches du Rhône

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeMer 26 Mai 2010 - 15:22

Toute à fait : Etre pieux ne veut pas dire être naïf; mais dans le contexte présent, Jeanne, a été élevée dans un couvent, donc isolée, ce qui explique peut-être sa naïveté non ?
On dirait dans tes propos que tu en veux à Jeanne sourire !
Disons que c'est une personne peut-être un peu trop faible et fragile et que pour faire un roman il faut des personnages avec des particularités et des singularités, et ici notamment Maupassant a choisi de faire de Jeanne, ce qu'il en voulait puisque c'est lui l'auteur....
Même au 21ième siècle, il existe des personnalités comme Jeanne ; alors je crois que comme dans le vie, il faut un certain respect pour les personnages et ceux qui les créent.

Voilà, je ne rajouterai plus rien. Sauf que Jeanne m'a touchée justement parce qu'elle est sensible, et fragile.

Mélusine


Dernière édition par Mélusine le Jeu 27 Mai 2010 - 9:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-book-melusine.over-blog.com/
Orientale
Agilité postale
Orientale

Messages : 903
Inscription le : 13/09/2009
Age : 66
Localisation : Syldavie

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeJeu 27 Mai 2010 - 9:15

eXPie a écrit:
Je trouve la psychologie de Madame Bovary infiniment plus profonde que celle de Jeanne, mais là encore, c'est une question de point de vue, bien sûr. Et je ne parle pas du style incomparable de Flaubert.
D'accord, en comparant Jeanne de Maupassant et Emma de Flaubert, c'est bien sur la deuxieme qui suscite beaucoup plus l'interet, en tant que portrait psychologique. Pour moi, c'est ainsi. A chacun son heroine Very Happy !
Cela ne diminue nullement mon appreciation pour Maupassant, grand ecrivain francais avec beaucoup de dons et talent. Il n'a pas ecrit qu'"Une vie".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeJeu 27 Mai 2010 - 14:09

Mélusine, tu as utilisé le terme de "viduité"... je ne connaissais pas ce mot. En fait, ça existe vraiment (à ma grande surprise, j'avoue), et ça veut dire "Fait d'être veuf ou veuve". C'est un terme juridique, apparemment.
J'imagine que ce n'est pas dans ce sens là que tu l'entendais, et que tu entendais plutôt "vacuité".
Mais quand même pour cet enrichissement de mon vocabulaire, je vais enfin pouvoir briller en société. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Mélusine
Espoir postal
Mélusine

Messages : 43
Inscription le : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bouches du Rhône

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeJeu 27 Mai 2010 - 15:05

eXPie a écrit:
Mélusine, tu as utilisé le terme de "viduité"... je ne connaissais pas ce mot. En fait, ça existe vraiment (à ma grande surprise, j'avoue), et ça veut dire "Fait d'être veuf ou veuve". C'est un terme juridique, apparemment.
J'imagine que ce n'est pas dans ce sens là que tu l'entendais, et que tu entendais plutôt "vacuité".
Mais quand même pour cet enrichissement de mon vocabulaire, je vais enfin pouvoir briller en société. Very Happy

Il s'agit bien de viduité...synonyme de "vide", et d'abandon"...
Pour ce qui est de briller en société; apparemment tu brilles déjà beaucoup au vu de tes écrits, alors si tu accentues ce côté là de ta personnalité, ça risque de faire des étincelles sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-book-melusine.over-blog.com/
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeJeu 27 Mai 2010 - 16:03

Mélusine a écrit:
eXPie a écrit:
Mélusine, tu as utilisé le terme de "viduité"... je ne connaissais pas ce mot. En fait, ça existe vraiment (à ma grande surprise, j'avoue), et ça veut dire "Fait d'être veuf ou veuve". C'est un terme juridique, apparemment.
J'imagine que ce n'est pas dans ce sens là que tu l'entendais, et que tu entendais plutôt "vacuité".
Mais quand même pour cet enrichissement de mon vocabulaire, je vais enfin pouvoir briller en société. Very Happy

Il s'agit bien de viduité...synonyme de "vide", et d'abandon"...
Pour ce qui est de briller en société; apparemment tu brilles déjà beaucoup au vu de tes écrits, alors si tu accentues ce côté là de ta personnalité, ça risque de faire des étincelles sourire

Ah oui, il est mentionné dans "Le français correct: guide pratique", comme sens abusif (cf ici). "C'est abusivement que viduité est parfois rattaché à la famille de vide".
Mais apparemment Flaubert l'utilise, alors...

Pour les étincelles, oui, c'est un gros problème, surtout dans les librairies, un jour on ne me laissera plus entrer... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeJeu 27 Mai 2010 - 16:18

Nestat a écrit:
De Maupassant, je possède une vieille édition de ma grand mère, intitulée tout simplement CONTES. Au sommaire on y retrouve des histoires telles que :
La Légende du Mont St Michel
La Main
La Peur
Le Diable
Le Horla
Qui sait?

et beaucoup d'autres.

Qui sait? est une histoire un peu abracadabrante mais assez effrayante.
Une nuit, en rentrant chez lui, un riche home voit ses meubles quitter seuls sa demeure et partir. Pris de panique, il s'en va porter plainte. C'est bien des mois plus tard, qu'il retrouve ses meubles chez un vendeur dans une ville loin de sa demeure originelle. Cependant, un nouvel incident étonnant va se produire.

ICI LE TEXTE ENTIER


Avec Le Horla, Maupassant dépasse une littérature, bien écrite mais qui sacrifie trop à un certain
pittoresque.
Dans Le Horla, Maupassant est touché par la folie et ses visions relèvent du cauchemar et de
l' halluciantion. C' est fort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitimeJeu 27 Mai 2010 - 17:59

Je suis comme eXPie très agacée par le personnage de Jeanne, sa passivité, son manque de personnalité, de volonté, d'envie tout simplement. Et je ne crois vraiment pas que Maupassant ait voulu montrer dans ce livre comme l'éducation et la place faite aux femmes dans la société était source de ce genre de réactions. Parce que si on prend un autre livre de l'auteur, Bel Ami, le personnage de Clotilde est une femme intelligente, avec une sacrée personnalité, qui effectivement ne peut pas se réaliser professionnellement alors qu'elle a de grandes capacités parce qu'elle est une femme et qu'elle doit se résoudre à écrire sous le nom de son mari ou de ses amants. Là on pourrait l'interpréter comme une sorte de critique de la condition féminine. Mais cette pauvre Jeanne n'a aucun talent ni qualité à faire valoir.

En fait j'ai lu quelque part que ce livre était pour Maupassant une façon de démontrer "la nullité d'une classe social". Et c'est vrai que Jeanne mais aussi ses parents sont inconsistants, sans volonté ni but dans la vie. Ils ont hérité de naissance de quoi vivre dans l'aisance, ils ne font que perdre petit à petit, par bêtise et faiblesse leurs biens, mouvement qui s'accélère encore avec Jeanne. Ils n'ont aucune utilité sociale, n'apportent pas grand chose aux autres, et leur vie est d'un vide quasi effrayant. Et je ne trouve aucune tendresse ni humanité dans les descriptions que Maupassant en fait, à aucun moment je n'ai eu envie de m'identifier dans aucun des personnages, je n'ai rien reconnu qui m'aurait fait dire que j'aurais pu éprouver le même genre de sentiments, ou me comporter de cette façon, ou réagir à l'identique. Et j'ai eu la sensation que l'auteur était aussi complètement à l'extérieur des personnages qu'il décrivait. Mais évidemment ce n'est que mon avis.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Maupassant Guy (de) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Maupassant Guy (de)
Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: