Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Maupassant Guy (de)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeDim 2 Déc 2012 - 19:15

Oui c'est extraordinaire d'imaginer Paris entouré de si près par la campagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMer 29 Mai 2013 - 14:53

Le croirez-vous ? Je viens d'achever mon premier Maupassant. Auteur qu'on m'avait obligé à lire en 4e avec Bel Ami. Bouquin que j'avais, à l'époque, détesté. Je n'y suis jamais revenu. Mais Maupassant manquait tout de même à ma culture. Et je ne regrette pas d'avoir de nouveau tenté ma chance.
sourire


La maison Tellier

Madame tient une maison close à Fécamp. Un débit de boisson au rez-de-chaussée, un salon plus intime au premier et des chambres au second. Avec deux entrées séparées même si un escalier intérieur permet de relier les deux mondes. Et bien entendu, la petite lanterne rouge qu’on allume au-dessus de la porte aux heures d’ouverture.

Un commerce florissant que madame a reçu par héritage. Et dont on n’a point à rougir car la haute Normandie n’est pas bégueule : il faut bien vivre.
Quand, un samedi soir, les habitués trouvent porte close : ces dames se sont rendues à une première communion. Celle de Constance, la nièce et filleule de Madame qui ne pouvait manquer cette occasion de revoir son frère. Et pour ne pas laisser les souris danser en l’absence du chat, Madame a emmené sa troupe avec elle. Quelle allure avaient ces six femmes dans le train de Rouen ! Et plus encore à la messe où toutes se sont mises à pleurer, se rappelant leur propre engagement des années plus tôt et dans une autre vie. Une piété qui fut remarquée par le prêtre lui-même. Monsieur le curé fit devant l’assistance émue l’éloge de ces « brebis d’élite », ces parangons de vertu qu’il remercia d’être venues de ci loin pour assister à la cérémonie.

A leur retour le soir même, la nouvelle de la réouverture du lupanar fit le tour de la ville en un instant et tous les familiers se précipitèrent pour une noce effrénée, sorte de bouquet final sur lequel s’achève cette honnête partie de campagne.

Un texte dans lequel la Normandie tient la vedette. La vie de province, enclavée, entre petites villes et villages. A l’opposé de la vie parisienne si souvent décrite par Balzac et Zola. Une lecture agréable et drôle.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMer 29 Mai 2013 - 15:46

Harelde a écrit:
Le croirez-vous ? Je viens d'achever mon premier Maupassant. Auteur qu'on m'avait obligé à lire en 4e avec Bel Ami. Bouquin que j'avais, à l'époque, détesté. Je n'y suis jamais revenu. Mais Maupassant manquait tout de même à ma culture. Et je ne regrette pas d'avoir de nouveau tenté ma chance.
sourire
Bel-Ami est dans ma PAL ainsi que Une vie alors je suis rassurée par ta découverte aussi tardive qu'agréable.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc et cie
Main aguerrie
marc et cie

Messages : 479
Inscription le : 01/12/2013
Age : 53
Localisation : lyon

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeVen 28 Mar 2014 - 15:21

Je viens de relire le Horla. Il y a longtemps que je n'avais pas lu un texte de Maupassant et j'ai retrouvé cet auteur avec un vrai plaisir. J'ai presque envie de lui dire merci tellement j'ai apprécié ce voyage au pays de la folie. Au bonheur tranquille du départ succède lentement une montée de l'angoisse avec des manifestations de plus en plus dérangeantes jusqu'à la scène finale de l'incendie, grandiose. Malgré le sujet ce texte est terriblement réaliste. Il est a noté que si Maupassant est mort fou, ce n'était pas à  cause de de phénomènes psychologiques, mais sa folie n'était que le résultat d'un développement de la Syphilis qu'il avait attrapé étant jeune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contespourleslutins.blogspot.fr/
Invité
Invité



Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeVen 28 Mar 2014 - 15:58

Justement, je me disais qu'il fallait que je lise Le Horla, et relise Bel-Ami. Indéniablement, je préfère le Maupassant nouvelliste, que dire, je le porte au pinacle. Je crois bien avoir lu, plus jeune, l'intégralité de ses nouvelles.
Je l'apprécie moins dans la forme longue, mais cela fait tellement (trop) longtemps que je l'ai délaissé qu'il faut que je retente l'expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeJeu 3 Avr 2014 - 13:39

Armor-Argoat a écrit:
Justement, je me disais qu'il fallait que je lise Le Horla, et relise Bel-Ami. Indéniablement, je préfère le Maupassant nouvelliste, que dire, je le porte au pinacle. Je crois bien avoir lu, plus jeune, l'intégralité de ses nouvelles.
Je l'apprécie moins dans la forme longue, mais cela fait tellement (trop) longtemps que je l'ai délaissé qu'il faut que je retente l'expérience.

Ça me rappelle qu'ils sont au programme ces deux là chez moi aussi.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 9:57

Une vie



Jeanne est la fille unique du baron du Perthuis des Vauds. Sitôt sortie du couvent dans lequel elle a passé son enfance et son adolescence, Jeanne est conduite aux Peuples, propriété familiale sise au bord de la falaise du Pays de Caux, dominant la mer et le petit village d’Yport près de Fécamp. Cette propriété lui reviendra à son mariage. Jeanne est donc chez elle et s’en montre ravie.

Jeanne découvre tout : la campagne, la mer, les fermes appartenant à son domaine, ses paysans, la domesticité, Yport et sa plage de galets, l’abbé Picot – ecclésiastique ventru et intelligent, sachant se montrer tolérant et compréhensif avec ses ouailles. Elle découvre surtout l’amour sous les traits du vicomte Julien de Lamare : amour que la jeune fille ignorante de la vie confond avec amitié. Julien a trouvé la cruche parfaite : belle, riche et naïve. Il travaille si bien que la main de la demoiselle lui est accordée trois mois après leur première rencontre : une affaire rondement menée.

Jeanne découvre que l’amour ne se limite pas à se regarder dans le blanc des yeux. Julien a d’autres attentes : la jeune fille se retrouve vite au lit et ressent une vive douleur dans le bas ventre avant même qu’elle n’ait eu le temps de comprendre ce que son époux bestial lui voulait. C’est sa première grande désillusion. Il y en aura d’autres. Celle-ci n’est finalement pas très grave : même si elle n’y prend aucun plaisir, Jeanne s’habitue rapidement à son nouveau rôle d’objet sexuel destiné à satisfaire un mari en rut – elle n’a pas non plus tellement le choix : n’appartient-elle pas corps et âme à son époux ?

Le couple part en voyage de noces en Corse. Pour la belle normande, l’île de beauté est une révélation. Parfaitement heureuse, elle finit même par ressentir du désir pour son Julien et peut-être enfin le véritable amour. Le lecteur imagine que cet éveil à la sexualité va ravir le mari. Mais c’est sans compter l’inconstance de l’homme. Sitôt rentré at home, Julien n’entre plus que rarement dans la chambre de sa femme. Jadis oppressée par l’ardeur de son mâle, Jeanne connaît désormais la frustration.

Puis, coup de théâtre, Rosalie – sa bonne et accessoirement sa sœur de lait – tombe enceinte et refuse de révéler l’identité du père. Il n’y a évidemment que l’ingénue vicomtesse pour ne pas se douter du drame qui couve. Le pot aux roses finit toutefois par être découvert, juste au moment où Jeanne apprend sa propre grossesse. Les deux sœurs de lait mettront donc au monde deux demi-frères. L’abbé Picot n’est pas surpris : selon lui, ce petit coin de Normandie est un véritable baisodrome. Tout le monde couche avec tout le monde et généralement un mariage est consommé avant même d’être célébré.

Jeanne l’a toutefois bien mauvaise. Rosalie est éloignée et installée dans une ferme des environs. Elle est mariée rapidement pour éviter le scandale car si les mœurs sont légères, les apparences doivent toutefois être sauvées. Son adultère de mari n’en reste néanmoins pas là. Et comme tous les mâles de la planète, programmés pour répandre ses gènes le plus largement possible, Monsieur le vicomte alla tremper sa nouille dans les entrailles de la comtesse de Fourville. Jeanne est malheureusement peu sensible à cet atavisme masculin. Elle est écœurée et vire misanthrope. Elle se réfugie dans la solitude et se consacre entièrement à son fils.

Fils, qui en grandissant, va lui apporter à son tour son lot de malheurs…

Au Panthéon des vies merdiques, celle de Jeanne n’est probablement pas loin du sommet. Maupassant s’est véritablement acharné sur son personnage, ne lui épargnant rien. Jeanne est ingénue, naïve, passive. Sans doute un peu lâche. Son éducation chez les bonnes sœurs n’a probablement pas beaucoup développé son caractère, ni sollicité son esprit de rébellion : Jeanne, tout au long du livre, se contente de se lamenter sur son sort, de pleurer, d’encaisser les coups et de survivre dans l’angoisse de la prochaine gifle que le destin voudra bien lui asséner. Même si elle n’est pas bigote, elle est profondément croyante, vit dans la crainte du Seigneur et tend l’autre joue.

Mais on prend Jeanne en pitié. Elle est entière, bonne et donne sans compter pour recevoir bien peu en contrepartie. On souffre avec elle en se demandant quand le sort voudra bien la laisser en paix. C’est très dur, mais également magnifique. La prose de Maupassant, l’atmosphère austère de son petit coin de Normandie inculte est parfaitement campée (pour autant que je puisse en juger). L’imbécilité et la rudesse des paysans, l’intolérance d’une certaine branche du clergé, la domination de ce clergé allié à la noblesse sur les petites gens (et ce, trente ans seulement après la Révolution), la domination de l’homme sur le genre féminin, les superstitions… Le tableau brossé par Maupassant est complet et passionnant.

Mon premier Maupassant, à l’exception d’une courte nouvelle lue l’an dernier. Une lacune en moins dans ma culture : et si ce ne fut pas non plus une révélation, ma lecture m’a tout de même donné envie de poursuivre ma découverte de cet écrivain trop longtemps négligé.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 11:29

Harelde a écrit:
Une vieAu Panthéon des vies merdiques, celle de Jeanne n’est probablement pas loin du sommet. Maupassant s’est véritablement acharné sur son personnage, ne lui épargnant rien. Jeanne est ingénue, naïve, passive. Sans doute un peu lâche. Son éducation chez les bonnes sœurs n’a probablement pas beaucoup développé son caractère, ni sollicité son esprit de rébellion : Jeanne, tout au long du livre, se contente de se lamenter sur son sort, de pleurer, d’encaisser les coups et de survivre dans l’angoisse de la prochaine gifle que le destin voudra bien lui asséner.
Ah oui, elle cumule... Elle n'est pas très maligne, attend qu'il se passe quelque chose de formidable dans sa vie, et comme ça n'est pas formidable, c'est la faute de la société. Et quand elle fait quelque chose, c'est de travers, il lui arrive des problèmes et elle se plaint...

Harelde a écrit:
Mais on prend Jeanne en pitié.
Pas moi, parce que devant une telle accumulation, je n'ai pas cru en ce personnage. Ou alors, il est tellement horripilant... Il y a tellement de misogynie dans ce roman...
J'ai aimé quelques passages, manifestement sous l'influence de Flaubert, mais sinon...

Heureusement, ce n'est vraiment pas ce que Maupassant a écrit de meilleur ! De ce que j'ai lu pour le moment, bien au-dessus se trouvent Une partie de campagne, Boule de suif, La Maison Tellier... D'accord, ce sont des nouvelles, pas un roman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 15:23

Je n'ai pas trouvé ce roman particulièrement misogyne. A cette époque, la femme se taisait et faisait ce qu'on lui disait. Ce n'était pas encore de la misogynie, mais un fait sociétal. Une habitude acceptée de tous (et de toutes).
Aujourd'hui, la société a nettement évoluée. Et paradoxalement, je la trouve plus misogyne qu'à l'époque. Car plus hypocrite.
Jeanne est effacée et effectivement attend que ça lui tombe tout cuit du ciel. Mais avec son éducation au couvent, je ne m'attendais à rien d'autre de sa part. Comment pourrait-elle se prendre en main alors qu'on lui serine depuis son enfance qu'elle est la chose de Dieu, puis qu'elle appartiendra à son mari, telle une armoire ou une serpillière ?

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 16:49

Dans mon édition, à un moment il y avait la note suivante : "Les prouesses nautiques de Jeanne ne sont pas très vraisemblables [...] Maupassant évoque ici ses propres expériences d'excellent nageur et il a voulu peut-être insister sur le contraste entre l'exceptionnelle vitalité physique de Jeanne et sa nullité psychologique et intellectuelle"

C'est ça qui m'a gêné : sa nullité psychologique et intellectuelle. C'est un cas, vraiment poussé (je crois), et j'ai l'impression que Maupassant en fait un résumé de toutes les femmes de l'époque. C'est ça que j'appelle sa misogynie (mais ça n'est pas que cela qui caractérise Maupassant : de façon générale, j'ai l'impression qu'il aime se moquer - des paysans fortunés, de l'église, des militaires, etc. - , et est particulièrement bon dans ce domaine).
Elle aurait pu être intelligente, son héroïne : mais non, il prend une fille bête et on a l'impression qu'il généralise...

Tu parles de son éducation au couvent qui en serait la cause ; c'est possible. Mais quand même, son héroïne est particulièrement bornée, et elle cumule vraiment (ah, son fils !). Ça me rappelle certains films muets caricaturaux dans lesquels tous les malheurs du monde tombe sur une pauvre fille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMar 8 Juil 2014 - 16:59

Comme je l'ai évoqué un peu plus haut Je n'ai pas lu Une Vie comme un roman naturaliste mais plutôt comme une succession de tableaux impressionnistes qui sont autant d'états d'âme qui suggèrent bien davantage que ce que le récit très simple décrit de sa destinée. Et de ce point de vue je le trouve magnifique. Je comprends que Tolstoi le mette au plus haut dans la littérature française.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMer 9 Juil 2014 - 8:36

eXPie a écrit:
Dans mon édition, à un moment il y avait la note suivante : "Les prouesses nautiques de Jeanne ne sont pas très vraisemblables [...] Maupassant évoque ici ses propres expériences d'excellent nageur et il a voulu peut-être insister sur le contraste entre l'exceptionnelle vitalité physique de Jeanne et sa nullité psychologique et intellectuelle"

C'est ça qui m'a gêné : sa nullité psychologique et intellectuelle. C'est un cas, vraiment poussé (je crois), et j'ai l'impression que Maupassant en fait un résumé de toutes les femmes de l'époque. C'est ça que j'appelle sa misogynie (mais ça n'est pas que cela qui caractérise Maupassant : de façon générale, j'ai l'impression qu'il aime se moquer - des paysans fortunés, de l'église, des militaires, etc. - , et est particulièrement bon dans ce domaine).
Elle aurait pu être intelligente, son héroïne : mais non, il prend une fille bête et on a l'impression qu'il généralise...

Tu parles de son éducation au couvent qui en serait la cause ; c'est possible. Mais quand même, son héroïne est particulièrement bornée, et elle cumule vraiment (ah, son fils !). Ça me rappelle certains films muets caricaturaux dans lesquels tous les malheurs du monde tombe sur une pauvre fille...

Oui, elle cumule. Et durant ma lecture j'ai pensé que Maupassant chargeait la mule à l'excès. Mais à bien y réfléchir, rien n'est impossible. Le personnage reste crédible selon moi.
Et le fait qu'elle se consacre entièrement à son fils ne m'étonne pas non plus. Ayant quelques mères dans mon entourage (dont ma propre épouse), il est évident que leur progéniture passe avant tout le reste (et ne tentez pas de faire des conclusions hâtives de cette affirmation  dentsblanches  )

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Maline
Zen littéraire
Maline

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeMer 9 Juil 2014 - 10:14

Ah, les femmes chez Maupassant. Le souvenir que j’en garde et que j’aime renouveler de temps en temps (j’ai ses romans, les contes et les nouvelles en Pléiade) va plutôt vers la diversité des personnages féminins, objets de désir autant que – quelquefois – femmes-objets. Mais Maupassant misogyne ? Ça me semble abusif.

Maupassant décrit pour moi un certain milieu social où la femme est peut être immorale ou contrainte par la société. Elle trompe son mari, elle se prostitue, elle est extrêmement dévote. Mais est-ce par inclinaison ou plutôt par sa condition sociale ? Femme mal mariée, contre sa volonté, dépendance juridique et financière du mari mal aimé, écrasement de sa volonté, Maupassant montre souvent sous quelles contraintes les femmes vivent.

Comme Marko le mentionne, je pense aussi que Maupassant écrit par touches impressionnistes. C’est ce qui montre la modernité de l’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeDim 13 Juil 2014 - 23:35

Maupassant Guy (de) - Page 7 Maupas10
Trois nouvelles extraites des Contes Normands : Boule de Suif, Mademoiselle Fifi et la Maison Tellier. La Pochothèque.

1/ Boule de Suif (1880).
Nous sommes pendant la guerre de 1870.
Citation :
"Les Prussiens allaient entrer à Rouen, disait-on.
La Garde nationale qui, depuis deux mois, faisait des reconnaissances très prudentes dans les bois voisins, fusillant parfois ses propres sentinelles, et se préparant au combat quand un petit lapin remuait sous des broussailles, était rentrée dans ses foyers. Ses armes, ses uniformes, tout son attirail meurtrier, dont elle épouvantait naguère les bornes des routes nationales à trois lieues à la ronde, avaient subitement disparu." (pages 81-82).
C'est la débandade de l'armée française...
Citation :
"La vie semblait arrêtée ; les boutiques étaient closes, la rue muette. Quelquefois un habitant, intimidé par ce silence, filait rapidement le long des murs.
L'angoisse de l'attente faisait désirer la venue de l'ennemi." (page 82).

Citation :
"Enfin, comme les envahisseurs, bien qu'assujettissant la ville à leur inflexible discipline, n'avaient accompli aucune des horreurs que la renommée leur faisait commettre tout le long de leur marche triomphale, on s'enhardit, et le besoin du négoce travailla de nouveau le coeur des commerçants du pays. Quelques-uns avaient de gros intérêts engagés au Havre que l'armée française occupait, et ils voulurent tenter de gagner ce port en allant par terre à Dieppe où ils s'embarqueraient.
On employa l'influence des officiers allemands dont on avait fait la connaissance, et une autorisation de départ fut obtenue du général en chef.
Donc, une grande diligence à quatre chevaux ayant été retenue pour ce voyage, et dix personnes s'étant fait inscrire chez le voiturier, on résolut de partir un mardi matin, avant le jour, pour éviter tout rassemblement." (page 85)
Parmi les voyageurs se trouvent de nombreuses personnes respectables : marchand de vins, propriétaire de filatures, comte et comtesse, deux religieuses... et un certain Cornudet, "le démoc, la terreur des gens respectables. Depuis vingt ans, il trempait sa barbe rousse dans les bocs de tous les cafés démocratiques."
Et voici Boule de Suif :
Citation :
"La femme, une de celles appelées galantes, était célèbre par son embonpoint précoce qui lui avait valu le surnom de Boule de suif. Petite, ronde de partout, grasse à lard, avec des doigts bouffis, étranglés aux phalanges, pareils à des chapelets de courtes saucisses, avec une peau luisante et tendue, une gorge énorme qui saillait sous sa robe, elle restait cependant appétissante et courue, tant sa fraîcheur faisait plaisir à voir. Sa figure était une pomme rouge, un bouton de pivoine prêt à fleurir; et là-dedans s'ouvraient, en haut, deux yeux noirs magnifiques, ombragés de grands cils épais qui mettaient une ombre dedans ; en bas, une bouche charmante, étroite, humide pour le baiser, meublée de quenottes luisantes et microscopiques.
Elle était de plus, disait-on, pleine de qualités inappréciables.
Aussitôt qu'elle fut reconnue, des chuchotements coururent parmi les femmes honnêtes, et les mots de "prostituée", de "honte publique" furent chuchotés si haut qu'elle leva la tête. Alors elle promena sur ses voisins un regard tellement provocant et hardi qu'un grand silence aussitôt régna, et tout le monde baissa les yeux à l'exception de Loiseau, qui la guettait d'un air émoustillé." (page 93).

Maupassant Guy (de) - Page 7 Maupas11
Boule de Suif (1945), de Christian-Jacque. A gauche, Cornudet (inénarrable Alfred Adam) et à droite, Boule de Suif (Micheline Presle, qui a perdu la graisse du rôle).

Le voyage ne va bien sûr pas se passer comme prévu. Les passagers respectables qui fanfaronnent loin du danger s'aplatiront devant les Allemands, leur patriotisme sera à géométrie variable ou, plus exactement, ils auront le patriotisme de leur argent. Des hypocrites.

Cette excellente nouvelle a fait l'objet de très nombreuses adaptations au cinéma, dans de nombreux pays : Sternberg (Shanghaï Express, 1932), Mizoguchi (Oyuki la Vierge, 1935), John Ford (La Chevauchée Fantastique, 1939), Christian-Jacque (Boule de Suif, 1945)...

Dans la version de Christian-Jacque, les dialogues signés Henri Jeanson sont extrêmement savoureux.
Voici la scène du départ de la calèche :


Très bon film, qui fait un habile mélange de Boule de Suif et d'une autre nouvelle de Maupassant, Mademoiselle Fifi. Le film date de 1945, et cela se sent parfois, par exemple dans la méchanceté vicieuse de l'officier alllemand surnommé "Mademoiselle Fifi", qui fait très officier SS :

Maupassant Guy (de) - Page 7 Maupas12
"Mademoiselle Fifi" - il s'agit du surnom d'un officier Prussien - remarquablement intérprété par Louis Salou. Ici, il fête une ignominie.


Dernière édition par eXPie le Dim 13 Juil 2014 - 23:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitimeDim 13 Juil 2014 - 23:35

2/ Mademoiselle Fifi. (1882)
Il s'agit du marquis Wilhem d'Eyrik,
Citation :
"un tout petit blondin fier et brutal avec les hommes, dur aux vaincus, et violent comme une arme à feu.
Depuis son entrée en France, ses camarades ne l'appelaient plus que Mlle Fifi. Ce surnom lui venait de sa tournure coquette, de sa taille fine qu’on aurait dit tenue en un corset, de sa figure pâle où sa naissante moustache apparaissait à peine, et aussi de l’habitude qu’il avait prise, pour exprimer son souverain mépris des êtres et des choses, d’employer à tout moment la locution française - fi, fi donc, qu’il prononçait avec un léger sifflement.
La salle à manger du château d’Uville était une longue et royale pièce dont les glaces de cristal ancien, étoilées de balles, et les hautes tapisseries des Flandres, tailladées à coups de sabre et pendantes par endroits, disaient les occupations de Mlle Fifi, en ses heures de désœuvrement." (page 223).
Nous sommes quelque part à l'est de Rouen. Un groupe d'officiers prussiens s'est installé dans une riche demeure, et s'ennuie. On joue du piano, on dégrade des oeuvres d'art, on boit...

Maupassant Guy (de) - Page 7 Maupas13

L'armée française est en déroute... Mais certains Français résistent comme ils le peuvent : le prêtre, par exemple, se refuse à faire sonner la cloche de l'église.
Citation :
"Le commandant et ses officiers riaient ensemble de ce courage inoffensif ; et comme le pays entier se montrait obligeant et souple à leur égard, ils toléraient volontiers son patriotisme muet.
Seul, le petit marquis Wilhem aurait bien voulu forcer la cloche à sonner." (page 228).

Pour passer agréablement le temps, les officiers décident d'organiser une petite fête et vont se procurer des dames.
Bonne nouvelle, mais beaucoup plus simple (il y a moins de personnages) que Boule de Suif.


Dernière édition par eXPie le Dim 13 Juil 2014 - 23:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Maupassant Guy (de) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maupassant Guy (de)   Maupassant Guy (de) - Page 7 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Maupassant Guy (de)
Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: