Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mary Elisabeth Braddon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Argantel
Envolée postale
avatar

Messages : 121
Inscription le : 30/06/2008
Age : 42

MessageSujet: Mary Elisabeth Braddon   Mar 1 Juil 2008 - 20:56



Mary-Elisabeth Braddon est née en 1835 à Londres, (devenue adulte, elle mentira toujours un peu sur son âge !!!), second enfant après un fils, Edward. Sa mère Fanny White est irlandaise, son père, avoué de profession, originaire de Cornouailles tente de régler ses propres dettes en écrivant des articles pour quelques magazines, dont "The Sportsman's Magazine". La petite Mary-Elisabeth n'a que 5 ans lorsque ses parents se séparent, elle reste avec sa mère, fervente lectrice de Dickens, Thackeray et Bulwer-Lytton, et plonge ainsi sa fille dans cette littérature, dite "à sensation".

Mary-Elisabeth Braddon commence à travailler à 17 ans pour subvenir à ses besoins et ceux de sa mère. Elle choisit le métier d'actrice de théâtre, sous le pseudonyme de Mary Seyton.

En 1860, elle rencontre l'éditeur John Maxwell, un véritable coup de foudre réciproque, une rencontre décisive pour sa carrière professionnelle et pour sa vie de femme...

John Maxwell commence à éditer quelques unes des nouvelles de Mary-Elisabeth et prend l'initiative de publier, en 1861, le troisième roman de celle-ci, " Lady Audley's secret " sous forme de feuilleton dans un de ses nouveaux magazines " Robin Goodfellow ", un premier roman à suspense écrit par une jeune femme de 25 ans, qui la fait entrer dans la famille des grands auteurs de l'époque

La vie privée de Mary-Elisabeth Braddon ne manque pas d'offusquer la bonne société victorienne quand celle-ci se met en ménage avec John Maxwell, sans pouvoir l'épouser, car l'éditeur est toujours marié à la mère de ses six enfants, internée pour instabilité mentale depuis la naissance de son dernier. La jeune auteure devient alors la belle-mère des enfants de Maxwell et devient elle-même maman en 1862 d'un fils, Gérald, (ils auront ensemble six autres enfants.)

Entre 1859 et 1915, Mary-Elisabeth Braddon écrit entre quatre vingt et une centaine de romans et de nouvelles ( les chiffres diffèrent selon les sources...), si c'est avec " Lady Audley's secret " que l'auteure a acquis sa réputation, la consacrant " Première dame du mystère victorien ", tous ceux qui ont suivi ont été accueillis avec un réel succès, car elle a su donner aux lecteurs un genre littéraire nouveau, qu'ils attendaient: des intrigues audacieuses, une peinture des sentiments très juste et pointue, un nouveau style d'écriture que ses pairs, William Thackeray, Wilkie Collins, Robert Stevenson, Henry James et d'autres n'ont pas manqué de reconnaître. Elle a su aborder tous les genres, " le sensation novel ", sur le modèle des romans de Wilkie Collins, des romans sociaux, et même des textes fantastiques.

Quand Mary-Elisabeth Braddon décède en 1915, dans sa maison de Richmond, dix ans après son cher Maxwell, elle a commencé l'écriture de ce qui est son ultime roman " Mary ", publié en 1916 à titre posthume.

Source : Fiches Livres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://argantel.canalblog.com/
Argantel
Envolée postale
avatar

Messages : 121
Inscription le : 30/06/2008
Age : 42

MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   Mar 1 Juil 2008 - 20:57

Le secret de Lady Audley de Mary Elizabeth Braddon

Un roman bien agréable à lire !

D'un point de vue suspense, il est clair qu'on est très rapidement fixé, l'histoire est un peu cousu de fil blanc et on sait très rapidement le fin mot de l'histoire. Mais cela a peu d'importance car ce qui est délicieux dans ce livre, c'est son charme désuet et comme suranné.

Cette histoire d'une femme qui fait passer son confort matériel avant toute chose a quelque chose de poignant et de très humain. J'ai adoré tous ces petits détails qui montrent à quel point elle a besoin de se sentir entourée par le luxe et l'opulence. Derrière la femme superbe et égoïste, on perçoit la femme fragile et terrifiée. Prête à tout pour garder ce qu'elle a construit.

Quant au narrateur, celui qui mène l'enquête, c'est un gentleman d'un tempérament placide et solitaire. Il va se sentir obligé de mener l'enquête, en mémoire de son ami disparu. La description des affres par lesquelles passe ce homme est jubilatoire tant cela va à l'encontre de sa nature.

La force de ce roman tient donc vraiment dans la description de ses personnages et le charme de son atmosphère.

Au final, une lecture rafraichissante qui me donne envie de continuer ma découverte du monde "gothique" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://argantel.canalblog.com/
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   Mar 1 Juil 2008 - 21:06

J'avais lu ce roman il y a quelques temps et j'avoue avoir été moins charmée que toi.
Cela dit ta présentation est très intéressante, et je crois qu'elle donnera envie aux amateurs du genre à se précipiter sur ce livre.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argantel
Envolée postale
avatar

Messages : 121
Inscription le : 30/06/2008
Age : 42

MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   Mar 1 Juil 2008 - 21:13

Je suis en train de (re)découvrir la littérature anglaise du XIX et j'avoue que ça me plait bien Very Happy

Je crois que je sature un peu des thrillers sanglants et cette littérature "policière" me détend beaucoup sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://argantel.canalblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   Mar 1 Juil 2008 - 21:34

Je ne connaissais pas du tout. Merci pour cette présentation, Argentel.

Ça me plairait bien, moi, ce côté "roman à sensation suranné gothique". Je note je note...
Revenir en haut Aller en bas
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   Mer 2 Juil 2008 - 19:09

De même pour moi, j'avais déjà vu ce nom quelque part sans savoir... auteur à découvrir donc !! Merci !

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majeanne
Main aguerrie
avatar

Messages : 466
Inscription le : 05/06/2008
Age : 57
Localisation : le Grand Sud

MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   Mer 24 Sep 2008 - 20:53

Merci.
J'avais aussi repéré ce nom-là et ta critique est très convaincante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chimère
Agilité postale
avatar

Messages : 995
Inscription le : 24/02/2007
Age : 45
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   Sam 27 Sep 2008 - 11:32

Cela fait un bon moment que je lorgne sur cet auteur mais je ne savais pas trop par quoi commencer. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alivreouvert.over-blog.net
majeanne
Main aguerrie
avatar

Messages : 466
Inscription le : 05/06/2008
Age : 57
Localisation : le Grand Sud

MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   Lun 27 Avr 2009 - 13:08

J'ai lu avec délices "le secret de Lady Audley" et "Henri Dunbar".

Comme toi Argantel j'apprécie ce côté suranné.
Je me délecte et me repose de cette absence de suspense, de ce style lent et modéré.

Je ne m'arrêterai pas là. aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mary Elisabeth Braddon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mary Elisabeth Braddon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: