Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Witold Gombrowicz [Pologne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Witold Gombrowicz [Pologne]   Lun 7 Juil 2008 - 20:13

Witold Gombrowicz



Witold Gombrowicz (4 août 1904, Małoszyce, près de Kielce, Pologne - 24 juillet 1969, Vence, près de Nice, France) est un écrivain polonais. Il est aujourd'hui reconnu comme l'un des plus grands auteurs du XXe siècle et a influencé de nombreux écrivains, tels que Milan Kundera.

Les œuvres de Gombrowicz sont caractérisées par une analyse psychologique profonde, un certain sens du paradoxe, un ton absurde et anti-nationaliste. En 1937 il publie son premier roman Ferdydurke, qui présente de nombreux thèmes explorés dans ses écrits précédents : le problème de l'immaturité et de la jeunesse, le masque que revêt l'homme face à autrui et un examen critique du rôle des classes dans la société polonaise et la culture, spécialement parmi les nobles, représentatifs de l'église catholique. Ferdydurke a suscité des critiques acerbes et deux camps rivaux, ses partisans d'une part et ses farouches opposants d'autre part, se sont vite affrontés.

Gombrowicz est un écrivain exceptionnel qui s'est débattu avec la tradition polonaise et l'histoire difficile de son pays. Souvent, ce combat est le point de départ de ses œuvres, qui restent profondément ancrées dans la tradition et l'histoire. Gombrowicz ne voulait sacrifier son imagination ou son originalité à aucun prix, pour personne ni pour aucun dieu, aucune société, aucune doctrine.
Source Wikipédia


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

Théâtre
1935 Yvonne, princesse de Bourgogne, Pages 3, 4,
1947 Le Mariage,
1951 Histoire,
1966 Opérette,

Romans
1937 Ferdydurke, Pages 1,  2, 3,
1950 Trans-Atlantyk,
1960 La Pornographie, Pages 5, 6
1965 Cosmos, Pages 1, 2, 4, 5,
1986 Les Envoûtés, Pages 1, 5,

Nouvelles
1967 Bakakai, Pages 1, 2,

Autres œuvres
1981 Journal, Pages 1,  2, 7
1968 Sur Dante,
1968 Journal Paris-Berlin,
1984 Pérégrination argentines, Page 1,
1984 Souvenirs de Pologne,
1990 Testament : entretiens avec Dominique de Roux,

Correspondance
Avec Jerzy Giedroyc, Page 2,
Avec Jean Dubuffet, Page 5,

Citation :
Mise à jour le 08/12/15, page 8
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Les envoûtés   Lun 7 Juil 2008 - 20:15

Les envoûtés

Citation :
Quatrième de couverture

Il règne autour des murailles du sinistre château de Myslocz une atmosphère bien étrange. On raconte alentours qu’un trésor y serait enfoui, que certaine pièces seraient hantées, que le Prince, maître des lieux, serait frappé par la folie. Une « faune » singulière gravite autour de ce lieu maudit et maléfique : une jeune héroïne fatale, son double masculin qui attire le mal comme un aimant, un savant trop naïf, un secrétaire sans scrupule et un étrange mage…

Tous ces pions sont en place, certains sont littéralement possédés par d’autres, ou par le mal dans sa plus pure essence. Ils vont d’observer, se tromper, se haïr ou même s’aimer dans un climat d’angoisse et d’épouvante. Quel est donc le terrible secret qui peuple les corridors de Myslocz ?

J'avais envie de lire quelque chose de léger et mon choix s’est posé sur le roman « Les envoûtés » de Witold Gombrowicz.

Je ne connaissais absolument pas cet auteur mais après quelques recherches sur le net, je me suis rendue compte que cet écrivain polonais (1904-1969) était reconnu comme l’un des plus grands auteurs du XXe siècle. C’est étrange mais « Les envoûtés » ne me semblait pas être une œuvre impérissable d’un grand auteur.

En fouinant un peu plus, je me rends compte que « Les envoûtés » avait été publié à l’époque où le jeune Gombrowicz voulait écrire un mauvais roman avant tout alimentaire et bien populaire. Pari réussi puisque « Les envoûtés » sera publié en feuilleton dans deux quotidiens polonais durant l’été 1939 en échange de très bons honoraires. Je vous brosse en grandes lignes les péripéties de ce roman qui faillit ne jamais voir le jour dans la mesure où l’attaque allemande contre la Pologne conduira à l’interruption de la publication des deux quotidiens polonais. Il aura fallu attendre l’année 1986 avant de mettre la main sur les trois derniers chapitres. Si cela ne tient pas du miracle… rhu rhu...

« Les envoûtés » est un roman gothique et d’épouvante. Nous y retrouvons tous lieux communs du genre : un château lugubre surgit du brouillard et de la forêt, des dédales et des souterrains pour y parvenir, des phénomènes de possession, la présence d’un esprit malin, …

Mais il y a aussi d’autres éléments moins habituels comme l' analyse psychologique qui conduit Witold Gombrowicz à s’interroger sur la notion d’identité. L’analyse sociologique n’est pas en reste : nous sommes en présence d’une société constituée de classes cloisonnées qui ont bien du mal à se côtoyer tels que la grande et moyenne noblesse déclinante, les demi-mondains arrogants et les milieux populaires, société où l’ambition sociale joue un rôle de première importance quels que soient les moyens utilisés.

L'auteur a tout de même bien du mal à aller jusqu’au bout du genre fantastique, le dénouement faisant appel à une rationalité de bon aloi.

« Les envoûtés » n'est donc pas une oeuvre majeure de l'auteur (quelque longueurs, l’ensemble un peu décousu, quelques invraisemblances) mais il m’a donnée envie d’en savoir plus sur Witold Gombrowicz, à suivre donc !

A noter que ce n’est que quelques jours avant sa mort, en juillet 1969, que Gombrowicz revendiqua l’œuvre dans sa biographie : « Je suis néanmoins porté à croire que cette idée de "mauvais roman" fut l'apogée de ma carrière littéraire - jamais, ni avant ni après, je n'ai conçu d'idée plus créatrice. »
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Lun 7 Juil 2008 - 20:32

Sentinelle, je suis complètement ravie que tu as ouvert ce fil, sur Gombrowicz, qui est tout simplement mon écrivain préféré. C'est vrai que Les Envoutés est un livre très à part dans sa production, c'est le seul livre alimentaire qu'il a produit. Et malgré les réserves dont tu fais part, cela reste sant doute le livre de l'auteur le plus accessibles, et malgré tout, certains de ses thèmes recurrant, la forme (ou l'identité) qui se façonne et se transforme dans le regard de l'autre, la jeunesse (ou l'immaturité) opposé à l'âge adulte par exemple sont aussi présents dans cette oeuvre.

Mais évidemment cela n'a pas la portée et le génie de ces autres écrits, personnellement ma préférance va au Journal, qui est définitivement mon livre de chevet, ce mélange d'érudition, de pensée intellectuelle de plus haute volée mélangée à des blagues de potache les plus absurdes, l'ironie mordante, le regard aceré en train de tout démonter en permanence, y compris ses propres postures, en font un livre inépuisable, dont chaque lecture révèle des aspects nouveaux.

Il y a aussi Cosmos, que l'on pourrait qualilfier de roman policier métaphysique, ou Ferdydurke, son oeuvre la plus citée (et la première) où l'absurde côtoit les interrogations existentiels les plus essentilles.
Mais tout est à lire dans Gombrowicz, même si je reconnais que ce n'est pas toujours d'un abord facile.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Witold Gombrowicz   Lun 7 Juil 2008 - 21:14

Je dirai, ne serait ce que pour apporter la contradiction, que Gombrowicz
m'irrite et que si je l'admire, je ne peux m'empecher d'etre agaçé parfois
par sa volonté trop ostentatoire d'agaçer justement, de proquer, d'etre
intelligent...En tout cas dans ses romans, à part peut etre dans Transatlantique ou La pornographie.

Je préfère son journal notamment celui de son exil en Argentine où tout
en se montrant aussi intelligent et ironique,il montre ses faiblesses, la rancoeur de ne pas etre reconnu. La solitude, l'angoisse.

Il y a notamment un passage où il se moque méchamment de Borges et de
ses cotés salonnards. En meme temps, on sent qu'il l'envie quand meme.

La reconnaissance finalement, il la connaitra en France où il trouvera aussi
l'amour avant d'y mourir quelques années après.
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Lun 7 Juil 2008 - 21:39

C'est vrai qu'il est sacrement énervant parfois, il devait être tout à fait impossible, en fait il se moque absolument de tout le monde, il ne passe rien à personne, mais le soucis c'est que cela porte juste à chaque, c'est tellement intelligent que l'on peut que lui donner raison, même malgré nous. Et lui même est affligé de tous les défauts qu'il remarque si bien chez les autres. Et la volonté de choquer, à n'importe quel prix, au risque de dire des choses qu'il ne pense sans doute pas, au risque de blesser les gens, même ceux qui ont montré le plus de bienveillance chez lui.
C'est un sale type. Mais en même temps que c'est humain tout ça. Mais c'est vrai on l'adore ou le déteste.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Lun 7 Juil 2008 - 22:13

Que me conseillez-vous comme deuxième lecture après les envoutés ?
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Lun 7 Juil 2008 - 23:11

Question toujours difficile, les conseils de lecture. A mon avis, si tu veux une oeuvre de fiction, tant est que ce mot ait un sens avec Gombrowicz, Ferdydurke est sans doute un bon choix, c'est son oeuvre la plus connue, et en même temps dans cette oeuvre de jeunesse, il n'y a pas encore son côté très noir, et la provocation gratuite systématique qui dérange parfois certains lecteurs.

Ensuite mon texte préféré, Cosmos, qui a l'avantage d'être court, mais qui est assez prise de tête, il faut apprécier ce genre, mais alors quel délice.

Enfin à mon sens, l'essentiel de Gombrowicz c'est son Journal, mais là il y a trois très gros tomes, c'est monumental, avant de s'attaquer à ça, il vaudrait peut être lire un texte comme Les pérégrinations argentines, où il y un peu le ton du Journal, mais c'est moins extreme, et sans doute moins profond, cela dit cela donne un avant goût et te permettrait de voir si tu as envie d'aller plus loin.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Witold Gombrowicz   Mar 8 Juil 2008 - 0:08

Ferdydurke est le plus agressivement déconcertant et probablement le
plus éloigné des Envoutés qui, comme l'a dit Arabella est un livre commercial distrayant.
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Mar 8 Juil 2008 - 17:19

Merci de vos conseils, j'en prends bonne note oui
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Mer 13 Aoû 2008 - 18:08

Bakakaj i inne opowiadania (Bakakaï et autres récits)



Ce volume contient toutes les nouvelles écrites par Gombrowicz. La plupart de ces textes sont des textes de jeunesse, Le danseur du maître Kraykovski est ainsi écrit en 1926, c’est le premier texte qui satisfait son auteur et qu’il ne détruit pas. Un certain nombre d’autres récits sont ainsi rédigés jusqu’en 1933, Gombrowicz a essayé en vain de les publier dans des revues, et c’est finalement grâce au soutien financier de son père, que 8 de ces récits sont publié sous forme de livre. Dans la foulée, il écrit d’autres récits, certains publiés dans des revues, néanmoins il n’en écrira presque plus après avoir quitté la Pologne en 1939, juste deux nouvelles verront le jour ensuite, une en 1946 et une autre en 1953. Il faudra attendre 1957, l’époque d’un certain dégel politique en Pologne, pour une nouvelle parution des nouvelles de Gombrowicz, il profitera de cette parution pour faire quelques modifications dans les textes, et en intégrer des nouveaux, qui n’ont pas encore par que dans des revues. C’est aussi à cette date qu’il choisit le titre Bakakaï, n’ayant aucune signification en lui-même et provenant de la déformation du nom d’une rue dans laquelle il a habité en Argentine. La parution française quand à elle date de 1967.

Etant donné leur nombre (12 +4 qui ne figuraient pas dans Bakakaï), je ne vais parler que de quelques uns qui m’ont le plus frappés.

Le danseur du maître Kraykovski : dans ce récit, le personnage principal, se fait rudement remettre à sa place alors qu’il tente d’acheter son billet sans faire la queue par le maître Kraykovski du titre. A partir de ce moment, il se met à suivre l’avocat, lui envoyer des fleurs, des cadeaux, et même de favoriser ses amours ; ces activités devenant sa seule raison d’être. La fin est particulièrement désopilante, mais bien sûr je ne la raconterai pas. C’est peut être le seul texte franchement drôle, où les aspects malsains et dérangeants, propres à Gombrowicz sont les moins présents. Mais n’oublions pas que c’est son premier texte.

Meurtre avec préméditation : le narrateur est un juge d’instruction. Il doit se rendre pour des raisons personnelles chez une de ses connaissances. Or il s’avère que cet homme est mort la nuit qui a précédée l’arrivée du juge. Malgré l’état du corps, qui indique d’une façon évidente une mort naturelle, notre juge décide d’enquêter, et trouve de plus en plus d’indices qui lui rendent cette mort suspecte, et pour cela n’hésite pas à terroriser les domestiques et la famille du défunt.

Virginité : l’héroïne de cette nouvelle, une jeune fille, se fait agresser à coup de brique par un vagabond. Cet événement la perturbe et lui fait voir la vie sous un nouveau jour. Au point qu’elle se met à poser à son fiancé d’étranges questions, et qu’elle commence à manifester des envies plus qu’étranges…..

Le festin chez la comtesse Fritouille : la comtesse du titre a l’habitude d’offrir des déjeuners littéraires très courus, le vendredi, donc (pour ceux qui l’ignorent) sans viande. Notre héros, qui n’a pas la chance d’avoir une ascendance aristocratique, est tout heureux d’être invité à ce repas élitiste. Mais le jour où se déroule le récit les choses ne se passent pas comme d’habitude, les invités sont peu nombreux, et le repas misérable, et pendant ce dernier, notre narrateur découvre que le cuisinier, pour régaler les invités trichait allégrement avec l’interdiction d’utiliser la viande dans ses préparations, et que pris sur le fait, il a du rectifier le tir, d’où le peu d’invités. Et qui plus est ces invités ne se comportent pas du tout comme à l’accoutumée, et leur comportement devient totalement incontrôlable lorsqu’un certain plat apparaît sur la table.



Dès ses premiers textes, Gombrowicz s’ingénie à tout démolir, la religion, la famille, la culture, l’aristocratie, l’armée….C’est féroce et drôle, enfin pas toujours, car tout de même très malsain, avec un mauvais esprit absolu, et un univers qui se décompose à chaque page. Il vaut mieux être prévenu, car ce genre de textes peut vraiment choquer, et c’est un des buts de l’auteur, il adorait vraiment que ses textes provoquent des réactions indignées. Mais le problème, c’est qu’ils touchent juste, même s’ils donnent une image guerre flatteuse de l’espèce humaine. Il ne s’agit pas de textes réalistes, psychologisants, c’est paroxysmique, outré, monstrueux. Et les grands thèmes propres à l’auteur sont déjà en germe dans ces textes, maturité-immaturité, la forme, l’érorisme (enfin dans un sens très particulier), les relations interpersonnelles dans la définition d’un individu.
Et j’ai été comme toujours sous le charme de l’écriture de Gombrowicz qui joue en virtuose de tous les niveaux du langage, qui crée des néologismes, qui s’amuse à utiliser des mots et des expressions archaïques, ou tirés de langues étrangères. Cela dit je ne sais pas ce que cela donne en traduction, il faudrait que je le lise un jour en français pour voir, mais il est à mon avis plus que difficile à traduire, même s’il a participé à certaines traductions de son œuvre en français.
Ce n’est par ces textes que je conseillerais de commencer à découvrir son œuvre, mais lorsqu’on a comme moi lu pratiquement tout ce qu’il a écrit, c’est un vrai bonheur de savourer ces récits.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Jeu 14 Aoû 2008 - 10:37

Tiens l'était dans ma LAL depuis je ne sais combien de temps... je le fais remonter un peu.

(vous êtes infernaux!)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Envolée postale
avatar

Messages : 105
Inscription le : 10/06/2008
Age : 44
Localisation : Var

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Jeu 14 Aoû 2008 - 15:07

Et 2 de plus pour ma LAL
C'est votre faute aussi, pourquoi vous parler si bien de ses livres colere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 29
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Jeu 14 Aoû 2008 - 18:15

Arabella est redoutable, Jade Very Happy
Je vais m'acheter Ferdydurke dès le mois de septembre, j'en avais un peu entendu parler apr une amie qui l'a étudié en cours cette année, et puis tes commentaires sont très alléchants, Arabella!

_________________
Ce que j'ai souvent éprouvé plus tard, je le pressentis alors en quelque sorte, savoir : que l'on n'a pas le droit d'ouvrir un livre si l'on ne s'engage pas à les lire tous.

[Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigges]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Jeu 14 Aoû 2008 - 20:26

Queenie a écrit:
Tiens l'était dans ma LAL depuis je ne sais combien de temps... je le fais remonter un peu.

(vous êtes infernaux!)

Jade a écrit:
Et 2 de plus pour ma LAL
C'est votre faute aussi, pourquoi vous parler si bien de ses livres

Il me semble que c'est pour cela que vous venez sur un forum littéraire diablotin


Et Gombrowicz est mon écrivain préféré, alors je suis ravie de voir que pour une fois j'arrive à convaincre quelques parfumés de le lire. Mais attention, c'est un produit corrosive fortement concentré, il faut vous attendre à être secouées, cela ne ressemble à rien d'autre, on aime ou on déteste.

Fantaisie héroïque a écrit:
Arabella est redoutable, Jade

Moi, mais non je suis

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   Ven 15 Aoû 2008 - 9:21

Dans mon livre actuel de Mariusz Wilk (dont je vais peut-être parler plus tard plus amplement), il se trouve plusieurs citations de Gombrowicz que je connaissais seulement de nom.

Cela, ensemble avec vos commentaires et la persepective de me rendre l'an prochain en Pologne, me donnent bien envie de le lire prochainement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Witold Gombrowicz [Pologne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Witold Gombrowicz [Pologne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une semaine en POLOGNE
» Séjour linguistique / Cours de polonais en Pologne
» Générateur de cartes de la Pologne
» Pologne du sud
» Match de rugby Pologne vs Lettonie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: