Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 24 ... 44, 45, 46, 47  Suivant
AuteurMessage
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Mer 2 Mar 2016 - 18:33

La petite boulangerie du bout du monde - Jenny Colgan

Jenny Colgan

« Quand son mariage et son entreprise familiale font naufrage, Polly Waterford quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d'une île des Cornouailles. Elle s'installe seule dans un minuscule appartement situé au-dessus d'une boutique laissée à l'abandon. Pour se remonter le moral, elle se consacre à son plaisir favori : fabriquer du pain. Alors qu'il n'y a plus dans le village qu'une boulangère irascible au pain sans saveur, les arômes de levain qui s'échappent de chez elle attirent très vite la curiosité et la sympathie des habitants. »

Un roman agréable, une bluette (petite histoire sans prétention mais écrit avec finesse). Une bluette sur fond de crise sociale, chômage, crise affective…
Polly, lorsqu’elle découvre Poblearne - une presqu’île qui devient une île à marée haute - est en pleine dérive, personnelle, professionnelle. Elle a besoin d’une vraie remise en cause. Elle va être servie !
Elle s’installe dans une vieil appartement insalubre, au-dessus d’une boulangerie désaffectée. Elle rencontre les habitants de l’île, des pêcheurs qui partent au large pour la nuit et qui spontanément vont lui prêter main-forte pour son emménagement.
Très vite, Polly va prendre le rythme de l’île et apporter comme un petit air de révolte sur l’ile en assouvissant un de ses loisirs préférés : la confection du pain.
Elle se reconstruit, trouve sa place dans le village, même si elle se heurte violemment avec Mme Manse, la boulangère qui est aussi sa propriétaire.
Elle va s’installer dans le village, elle qui pensait faire un petit break avec sa vie d’avant et , enfin, il lui semble possible de vivre. En comparaison, sa vie à Plimouth, ses relations semblent bien superficielles. Et si la vie est rude, un vrai charme opère.
L’auteure arrive à dérouler son histoire en utilisant un  ton bienveillant et drôle !  Cette histoire romantique, avec quelques accents mélancoliques, ne tombe jamais dans la mièvrerie.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 35
Localisation : Tours

MessageSujet: Anatole Le Braz Pâques d'Islande   Sam 5 Mar 2016 - 11:26



Pâques d'Islande d'Anatole Le Braz

Nous avons dans ce livre quelques nouvelles de cet homme de lettre breton de la deuxième moitié du XIXè siècle. Dans un français vieilli certes mais pas sans charme, il nous plonge dans les fonds sans âges d'une âme bretonne à la superstition bien ancrée. "Ici, j'apprenais le français pour chanter la Bretagne". On pense forcément folklore et "régionalisme" et il y a de ça mais comme tout collecteur de contes il cherche plus que l'image pittoresque d'un monde qu'il soit révolu ou non. Ce qui prime c'est la volonté de partager ce que peut faire vivre ou ce qui vit à travers ces images.

Bretagne de la mer avec la pêche en Islande et un article qui dénonce la condition des mousses et Bretagne de l'intérieur partagent une vie rude empruntent de fatalité ainsi que la proximité des morts. Souvent de façon indirecte, on raconte l'histoire, se découvrent des pratiques religieuses et sociales qui témoignent d'un mélange subtil de pratiques habituelles du culte et d'usages locaux.

L'écriture parfois terne parfois moins et la port morbide de l'affaire n'empêche pas de se plonger avec intérêt dans ce voyage ethnologique et humain qui ne manque pas de nous rappeler que breton ou non avec le temps les usages passent et que si on n'y perd pas toujours peut-être perd-t-on petit à petit dans ce rapport aux ancêtres (amour, respect, crainte, et zeste de ???) une chose qui remonte à "loin".

Les quelques notes biographiques aident à comprendre pourquoi le thème de la mort est si cher à l'auteur qui a vu mourir beaucoup de membres de sa famille et de ses proches.

J'en garderai surtout quelques visions d'un dépouillement grave qui laisse une place à un bonheur de la même veine.

Merci Armor. bonjour

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 7 Mar 2016 - 17:57

Ah, j'avais manqué ton message. Merci pour ton avis. Le bilan est-il positif, au final ?

Je ne lirais certes pas ça tut le temps mais je l'aime beaucoup, personnellement, l'écriture de Le Braz. Je ne l'ai jamais trouvée terne, en tout cas. Heureusement que tu lui reconnais du charme. Wink
Enfant et adolescente, j'ai lu et relu sa légende de la mort chez les Bretons armoricains, son texte le plus connu et cher au coeur des Bretons. J'ai d'ailleurs le projet de les relire prochainement. Je ne saurais trop conseiller ce livre aux amoureux des contes.

Je ne crois pas non plus au folklore chez le Braz. Je crois qu'il cherchait surtout à retranscrire le plus fidèlement cette âme bretonne qui lui était chère, et la vie humble des petite gens dans sa rudesse, sa religiosité et ses superstitions, son âpre beauté aussi. Avec un rapport à la mort constant et complexe.
A la lecture des textes de Le Braz, on mesure combien la société a évolué. Peut-être au détriment d'une certaine identité, comme tu le soulignes, même si cette identité bretonne reste forte. Il n'y a qu'à voir le nombre de pardons qui ont lieu en été, de festivals, la quantité de livres de contes, pour constater qu'il reste plus qu'un petit quelque chose de ce passé pas si lointain. Il n'est pas rare qu'on parle encore de l'Ankou...
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 35
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 7 Mar 2016 - 20:42

Gamin, j'avais entendu des choses en Bretagne qui laissaient penser que nous n'étions pas exactement dans le même référentiel. J'avais lu aussi une ou des histoires avec l'Ankou. La question que je me poserai sur aujourd'hui est de savoir si c'est toujours une pratique de conviction ou de folklore, pas forcément dans un sens péjoratif d'ailleurs mais pour le maintien d'une identité (ce qui doit avoir ses leurres).

Bilan positif of course singe

J'ai beaucoup apprécié que la Bretagne de la terre soit très présente.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 7 Mar 2016 - 20:54

animal a écrit:
Gamin, j'avais entendu des choses en Bretagne qui laissaient penser que nous n'étions pas exactement dans le même référentiel. J'avais lu aussi une ou des histoires avec l'Ankou. La question que je me poserai sur aujourd'hui est de savoir si c'est toujours une pratique de conviction ou de folklore, pas forcément dans un sens péjoratif d'ailleurs mais pour le maintien d'une identité (ce qui doit avoir ses leurres).

Bilan positif of course singe

J'ai beaucoup apprécié que la Bretagne de la terre soit très présente.
Sur  l' Ankou, La Légende de la mort,d' Anatole Le Braz.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Lun 7 Mar 2016 - 22:02

Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre

Céline Lapertot

« J’ai sept ans, ma chambre éclate de beauté, jusqu’à ce que j’entende la porte claquer. La réunion de papa ne s’est pas bien déroulée. Son défouloir officiel courbe sa dépendance. C’est pitié de la voir ainsi, chien soumis, c’est pitié de la voir endosser son rôle, car tel est son destin, demander grâce pour le moment où elle n’arrivera plus à le supporter... »


C’est parce qu’elle ne veut pas de ce destin pour sa mère que Charlotte, sept ans, va essayer de se révolter et prendre la part qui lui revient dans ce déchaînement de violence. Telle Antigone, refusant la sentence de Créon et désobéissant, elle se voue elle-même à une lente agonie, physique et mentale.
C’est cette agonie que ce roman terrible nous narre, c’est l’histoire d’une inhumanité honteuse intime mais aussi terriblement banale. Les mots employés sont banals, donnant encore plus de percussion à l’horreur indicible, à la description d’un quotidien horrible où l’individu qu’était Charlotte est nié et peu à peu annihilé !  
Le roman s’avance, en cours chapitres qui vont trois pas trois.
Un premier chapitre consacré au présent de Charlotte, un présent qui semble figé malgré le début de chaque chapitre qui égrène la lente avancée des heures vers le jugement qu’elle attend... Sereinement.
Un seconde chapitre qui présente la lente agonie mental et physique de l’enfant que fut Charlotte, depuis ses sept ans jusqu’à ses 17 ans. Dix ans, dix ans d’actes infimes qui mis bout à bout rendent un quotidien insupportable, invivable et font lentement basculer une vie dans une folie qui n’envisage plus qu’un acte irrémédiable pour sortir de cette vie !
Un troisième chapitre, très court, deux trois phases, mais quelles phrases ! Deux ou trois fois, les larmes  ont coulé, irrésistiblement, à la lecture de ces phrases.
Puis je me suis rappelé que ce n’était qu’un roman, pas un témoignage.
Charlotte était perdue, elle a décidé de se libérer. Mais la souffrance est telle qu’elle ne peut plus utiliser la parole pour expliquer son geste. Elle écrit au juge pour expliquer, mais, pas, non jamais, pour se justifier.
Quand elle revient sur son passé, chaque page de sa lettre commence comme un moment particulier de sa vie d’enfant : « j’ai 7 ans... » ;  « J’ai 11 ans... » ; « J’ai 13 ans... »…. Puis la violence déferle, une violence physique qui la marque dans sa chair et une violence psychologique qui la marque, peut-être plus profondément et plus irrémédiablement dans son moi le plus intime.
Elle écrit comme pour se délivrer. Les mots  qu’elle ne peut prononcer, elle les jette en touffe sur une feuille en espérant la délivrance qui viendra… peut-être.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche


Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 35
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Ven 18 Mar 2016 - 21:40



KO à la 8e reprise

de Bill Cardoso

Bill Cardoso : journaliste américain et compère de Hunter S. Thompson (Las Vegas Parano),  connu pour avoir inventé le terme de journalisme gonzo.

Le quatrième de couverture de l'éditeur filou laisse penser que ce petit livre est orienté sur la boxe, plus précisément des histoires d'alcoolos ou d'épaves en marge de la boxe. En arrière plan vous recollez les morceaux, c'est le combat de Mohamed Ali à Kinshasa. Vous ne l'avez pas vu non plus, vous avez vaguement entendu parler ? Votre petit doigt vous dit qu'il doit bien s'agir d'un morceau de légende.

Si le titre vous parlait vous n'aviez pas besoin de la quatrième de couverture mais vous pouviez vous retrouver avec ces histoires d'alcoolo, d'épave, gravitant en marge du monde de la boxe et bloqué au Zaïre en attendant que le combat tant attendu contre George Foreman ait enfin lieu.

Quatre mois en plus des semaines qui précédaient suite à une méchante coupure à l'entrainement. Le ressassement maladif n'est pas celui de ces jours mais un ressassement postérieur. Pas totalement remis de l'abrutissement des circonstances particulières ni des abus de produits divers, en plus de l'alcool.

Le petit monde de la boxe, promoteurs et journalistes (Norman Mailer par exemple) est riche en anecdotes et en grandes petites misères mais le vrai sujet est autre.

Ce qui ressort dans le bouquin c'est surtout ce qui est à côté, une sorte de vision périphérique de l'événement qui prend tout de suite le devant, c'est le Zaïre. Une description historique et politique désabusée voire amère, le rapport aux puissances étrangères. La dictature, les abus et enrichissements divers mais aussi la ville, le fleuve, la masse des anonymes, une nostalgie d'un contact, d'une présence malgré tous les emmerdements, les mauvais moments, les moments pas à la hauteur.

En fait une belle occasion d'histoire anti-événementielle saisie au vol et une lecture immédiatement prenante car touchante et intéressante, avec un contenu qui dépasse de loin les craintes de bons mots toxiques d'un junky satisfait.

Bien bonne surprise que ce petit livre à côté duquel j'ai failli passé et que je recommande chaudement aux curieux(ses) !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Ven 1 Avr 2016 - 18:26

Le liseur du 6h27
Jean-Paul DidierLaurent


Avec ce liseur de 6 h 27, l’auteur, Jean-Paul DidierLaurent a une belle idée. Guylain Vignolles, employé travaillant au pilon mène la redoutable Zestor 500, broyeuse insensible de livres invendus. Tous les soirs, il descend dans l’antre de la bête pour sauver des feuillets épargnés par la broyeuse. Avec ces feuillets, il crée un rituel : tous les matins, dans le RER de 6 h 27 il lit aux passagers certains feuillets tirés au hasard. S’en suit un début de relation, un début d’humanité. L’émotion s’empare de ce moment unique et l’auteur le rend bien.
Las, ce roman au début prometteur s’enlise un peu dans des méandres sinueux et la magie ne dure pas. C’est dommage, mais pour un premier roman, c’est plutôt réussi et encourageant. Surtout, les personnages secondaires sont très réussis ! Avec un gardien tragédien haut en couleurs et l’ami  de Guylain, Guiseppe, qui mène une quête improbable, que je ne révèlerai pas mais qui est savoureuse.
Un bon moment de lecture au final.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hardkey
Envolée postale


Messages : 169
Inscription le : 29/03/2016
Age : 22
Localisation : Toulouse, ville rose de mon coeur

MessageSujet: message   Lun 4 Avr 2016 - 19:29

Je l'ai mentionné dans le fil des achats, mais j'ai lu aujourd'hui un roman de zombies écrit par un ami à moi. D'où un petit commentaire. Very Happy

Breizh of the Dead, de Julien Morgan.

Donc, Breizh of the dead, c'est un gloubi-boulga littéraire, le genre de mélange que permettent les littératures de l'imaginaire. Il y a du zombie en post-apo, bien évidemment, des digressions à la Neal Stephenson, une histoire d'amour et d'amitié pas gnian gnian pour 2 sous, des attouchements tout à faits consentants, des blagues de très mauvais goût, des nazis tarés, de la propagande Bretonne et une Mère-Grand qui a du démonter sa maman à James Bond dans une autre vie.
Mais il n'y a pas tout dans ce roman. Pas trace par exemple de longues descriptions dont le déluge de détails éteint la flamme de la vie en toi. Pas trace non plus de personnages stéréotypés : au contraire, le caractère de chacun est plutôt souple, quoique clairement défini ; et surtout présenté en à peine quelques lignes de dialogues.
En clair, beaucoup de bon dans ce roman. Clairement, il n'est pas parfait : vu la taille, certains événements doivent être "traités" plus vite que d'autres, ce qui ne laisse pas forcément le temps au lecteur de ressentir vraiment le deuil ; des lourdeurs dans les réflexions du narrateur ; un scénario intéressant sans être fulgurant.
Mais je pense que si vous vous laissez aller à la curiosité et que vous dépensez les quelques écus que coûtent la version numérique, vous trouverez dans Breizh of the dead un excellent roman de zombie et même plus que ça.

Et voilà le lien pour l'ebook. :)

www.epagine.fr/ebook/9791090648685-breizh-of-the-dead-julien-morgan/


Dernière édition par hardkey le Jeu 7 Avr 2016 - 6:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Dim 17 Avr 2016 - 14:44

Park Avenue de Cristina Alger.

j'ai été bien déçue par ce thriller rapidement mené le temsp d'un week-end de Thanksgiving, mais ici pas plus que dans la vie je n'y comprends rien à la finance et à ses escroqueries, et les personnagess trop nombreux et souvent stéréotypés n'ont pas su retenir mon intérêt.
Ce dialogue dans les premières pages

Citation :
« Crois-moi, je comprends, dit-elle en soupirant. Moi aussi je travaille comme une dingue en ce moment. C'est à peine si j'ai eu le temps de me changer. J'ai une de ces allures ! Je ne me suis même pas coiffée.
-Ça ne t'empêche pas d'être superbe. Bravo pour la robe. »
Le regard de Merill pétilla.« Tu es adorable », dit-elle.

m'avait fait craindre le pire et, si tout n'est pas de ce niveau, on est quand même souvent dans cette veine.

Darkanny, je vois bien ce qui t'avait fait penser à moi, une recherche de brio, la saga familiale, mais désolée, la sauce n' a pas pris jypeurien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Allumette
Main aguerrie


Messages : 558
Inscription le : 31/12/2007
Age : 41

MessageSujet: Comédie française : ça a débuté comme ça... Fabrice Luchini   Sam 30 Avr 2016 - 22:22



Comédie française : ça a débuté comme ça... Fabrice Luchini


Présentation de l'éditeur :
Il nous a fait redécouvrir La Fontaine, Rimbaud et Céline. Il incarne l'esprit et le panache de la langue française.

En prose, en vers et même en verlan, il a donné sa voix à d'immenses auteurs, auxquels il sait faire respirer l'air de notre temps - en racontant la fureur du Misanthrope à l'ère du téléphone portable, ou la sensualité de "La Laitière et le pot au lait" sur l'air d'une publicité pour Dim.

Il a quitté l'école à quatorze ans pour devenir apprenti coiffeur. Il est aujourd'hui l'un de nos plus grands comédiens, célébré pour ses lectures-spectacles, couronné par la Mostra de Venise pour son rôle dans son dernier film, L'Hermine.

Dans son autobiographie, Fabrice Luchini livre le récit d'une vie placée sous le signe de la littérature, à la recherche de la note parfaite.


J'ai tout simplement adoré et dévoré ce premier livre de Luchini. C'est pour moi un livre oral tant la façon d'écrire de Luchini ressemble à sa façon de s'exprimer. Je croyais même l'entendre. Il m'a emmenée dans un voyage extraordinaire au coeur de la littérature; je viens d'ailleurs d'emprunter, tellement Luchini me les a vantés, des livres de Nietzsche et de Roland Barthes.

Un coup de coeur !!!

_________________
Au revoir bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lishugo
Plume timide


Messages : 8
Inscription le : 01/07/2016
Localisation : Besançon

MessageSujet: Enfin un vrai bon roman sur l'orthographe !    Ven 1 Juil 2016 - 17:53

Bonjour à tous,

Je viens de finir un excellent roman qui rend enfin justice aux amoureux de l'orthographe et de la littérature française : il s'agit de La Faute au receuille, de Marc Raphaël, publié chez Vérone. L'histoire commence par une séance de correction de copies truffées de faute et très vite, le lecteur est entraîné dans les couloirs du lycée où l'écriture est négligée au mieux, méprisée au pire ... Les références à la grande littérature sont nombreuses et il est très agréable de reconnaître dans la narration les personnages classiques et les liens qui naissent entre eux. Heureusement, nous sommes très loin de la caricature sur la jeunesse inculte et les vieux surdoués ! L'histoire se déroule très facilement et on est pris tout de suite. Une super lecture pour l'été et pour réfléchir aussi à notre rapport à la langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Ven 1 Juil 2016 - 18:11

en même temps ce n'est pas facile à écrire recueil... et merci pour le conseil de lecture, lishugo !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Mer 24 Aoû 2016 - 11:01

Solomon Gursky de Mordecai Richler



Rien compris, complètement fouillis, allusif, avec plein de références à la vie/géographie canadienne auxquels je ne sais goutte, de sauts d'un endroit à l'autre, d'une époque à l'autre, d'un temps à l'autre, de noms propres pour achever de me perdre... L'impression que l'auteur prend un malin plaisir à complexifier son récit pour montrer comment il gère (ou alors que c’est un gros bordel dans sa tête???)
Pfff...
Abandonné à la page 150 avec l'impression de passer à côté d'un livre qui aurait pu être génial (sans savoir si c'est moi ou l'auteur qui passe à côté. Moi, a priori , quand je vois les autres avis sur le net).

Quelqu'un l'a lu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Mer 24 Aoû 2016 - 23:10

pas de mon côté !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]   Aujourd'hui à 5:46

Revenir en haut Aller en bas
 
"One shot": Un auteur/un livre... [INDEX 1ER MESSAGE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 45 sur 47Aller à la page : Précédent  1 ... 24 ... 44, 45, 46, 47  Suivant
 Sujets similaires
-
» Auteur d'un livre pas très connu mais remarquable ...
» ANIMAUX EN DANGER
» ON NE CHANGE PAS L'HISTOIRE CAR LA VERITE EST TETUE
» traduction pour mariage de mon frere
» Formations universitaires aux Métiers du livre par diplôme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: