Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Juan Ramon Jimenez [Espagne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Ven 11 Juil 2008 - 23:56



Il est né en Andalousie en 1881, à Moguer dite "la blanche merveille". Peu de temps après avoir atteint sa majorité, il devient orphelin de père, ce qui le plonge dans une mélancolie qui ne le quittera plus, le conduisant souvent à choisir de s'isoler.
Auteur prolifique, il a entre autre développé le concept de "poésie pure".
Peu engagé politiquement, il est pourtant un opposant au régime de Franco.
En 1936, il choisit l'exil : aux États-Unis, à Cuba, puis à Puerto Rico.

En 1956, il reçoit le prestigieux Prix Nobel de littérature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Sam 12 Juil 2008 - 0:31

Platero y yo (Platero et moi)

Dans ce conte plein de fraîcheur et de couleurs, ils s’en vont tous deux partout, et pendant ce temps ils parlent des choses simples de la vie et du cœur.
L’homme s’appelle Juan Ramon Jimenez, il est poète.
L’âne s’appelle PLatero
Dans les premières pages, l’auteur nous décrit son doux compagnon de voyage, l’incarnation de l’ami, de l’animal de compagnie,
Les deux vivent dans un village Andalou qui s’appelle Moguer. La plus grande partie des maisons y sont blanches, avec des géraniums et des œillets à toutes les fenêtres. Un lieu joyeux, l’air sent les pins et la mer, les citronniers et les orangers en fleurs.

C’est l’homme qui parle bien sûr mais l’âne l’écoute avec tendresse, attentivement.
Il conte pour son âne mais aussi pour la colline, l’automne, le bouquet oublié, le chemin, la vieille place, la maison d’en face, le vin, la maladie, la mort, la nostalgie…
Il chante l’amitié.
Il évoque les petits villages d’autrefois, la pauvreté, la misère, la douleur et la tendresse, le sourire,
Un conte extrêmement beau et coloré, teinté de mélancolie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Sam 12 Juil 2008 - 0:33

Juan Ramon Jimenez le poète:

NOCTURNO

« ¿Qué te importa de todo,
si podemos quemar
cada pena ¡oh pasión ! en cada estrella,
si podemos hacer
del negro cielo inmenso
nuestra inmensa alegría iluminada? »



NOCTURNE

« Que t’importe toute chose,
si nous pouvons brûler
chaque peine oh passion ! en chaque étoile,
si nous pouvons faire
de l’immense ciel noir
notre immense joie toute illuminée ? »

Juan Ramón Jiménez, Beauté (en vers) [1917-1923]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Sam 12 Juil 2008 - 0:35

LA PAZ

« Cuando esta madrugada
abran las campanillas granas
a la luna dorada,
tú nos estarás ya en casa,
sombra desnuda y blanca.

- Estarás noblemente
sosegada y risueña entre
la novedad alegre,
contenta de tu suerte
que te hace indiferente,
tras la vida, la muerte.-

Se irá encendiendo el día
con una luz tristísima ;
lea brisa verde y fría
llenará, como un agua descendida,
la azotea vacía.

-…¡Y habrá que levantarse,
y habrá que hacer ¡de prisa ! las cosas matinales,
y habrá que ver y oir por todas partes
los gritos, las carreras, los alardes,
- ¡sol en la pobre carne con su sangre !-,
las deshumbradas fealdades acres !-

¡Crearme, recrearme, vaciarme, hasta
que el que se vaya muerto, de mí, un día,
a la tierra, no sea yo; burlar honradamente,
plenamente, con voluntad abierta,
el crimen, y dejarle este pelele negro
de mi cuerpo, por mí!
¡Y yo, esconderme
sonriendo, immortal, en las orillas puras
del río eterno, árbol
-en un poniente inmarcesible-
de la divina y májica imajinaciόn ! »



LA PAIX

« Quand à l’aube les campanules
couleur grenat s’épanouiront
sous la lune dorée, toi tu ne seras plus
à la maison,
ombre nue et blanche.

-Tu seras noblement posée,
paisible et souriante,
dans l’instant nouveau et joyeux,
heureuse de ton sort,
qui te rend indifférente,
après la vie, la mort.-

Le jour ira s’illuminant
D’une clarté infiniment triste ;
La brise verte et froide
Emplira, comme une eau descendue,
La terrasse vide.

-… Alors il faudra se lever,
et faire, très vite ! les choses matinales,
et il faudra voir et entendre partout
les cris, les courses, les vantardises,
-soleil sur cette pauvre chair avec son sang !-
les laideurs âcres et aveuglantes !-

Me créer, me recréer, me vider, jusqu’à ce que
celui qui mort, un jour, s’en ira de moi
dans la terre, ne soit pas moi ; déjouer honnêtement,
pleinement, délibérément,
le crime, et lui laisser ce fantoche noir
de mon corps, à ma place !
Et moi, aller me cacher
souriant, immortel, sur les rivages purs
du fleuve éternel, arbre
- en un couchant immarcescible -
de l’imagination divine et magique ! »

Juan Ramόn Jiménez ( Beauté)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Sam 12 Juil 2008 - 0:37

SOL

El agua eterna – en sombra – canta
Y las floras nuevas la escuchan.
Aqui no venga nadie mas
Que la mujer desnuda !

SOLEIL

L’eau éternelle – dans l’ombre – chante
Et les fleurs nouvelles l’écoutent.
Que ne vienne personne ici
D’autre que la femme nue !

Juan Ramón Jiménez ( Beauté )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Juan Ramon Jimenez   Sam 12 Juil 2008 - 10:37

J'ai étudié ce conte poétique au lycée et je l'avais beaucoup apprécié.

Déjà, j' aimais les animaux, meme de papier.

Et je me suis toujours souvenu de la première phrase...

"Platero es pequeno, peludo y suave, tan blando por fuera que se diria de algodon..."

Platero est petit, doux, velu, si moelleux d'aspect qu'on le dirait tout en coton.colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Dim 13 Juil 2008 - 20:41

bix229 a écrit:
Et je me suis toujours souvenu de la première phrase...

"Platero es pequeno, peludo y suave, tan blando por fuera que se diria de algodon..."

Platero est petit, doux, velu, si moelleux d'aspect qu'on le dirait tout en coton.colibri

Ta mémoire est bonne Bix... content
C'est cela ...
Je finis la phrase: "que se diria todo de algodon, que no lleva huesos.
" qu'on le dirait tout en coton, qu'il n'a pas d'os."

Un livre dédié à sa mère "avec la douce tendresse de son fils"

Et j'aime beaucoup ce qu'il dit dans la préface:

" Dondequiera que haya ninos- dice Novalis-, existe una edad de oro". Pues por esa edad de oro, que es como una isla espiritual caida del cielo, anda el corazon del poeta, y se encuentra alli tan a su gusto, que su mejor deseo seria no tener que abandonarla nunca."

Partout où il y a des enfants- dit Novalis- il existe un âge d'or. Aussi pour cet âge d'or, qui est comme une île spirituelle tombée du ciel, marche le coeur du poète, et il s'y trouve tellement à son aise, que son plus grand désir est de ne l'abandonner jamais."
Madrid. 1914
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Juan Ramon Jimenez   Dim 13 Juil 2008 - 21:09

Ma mémoire bonne.. je n'en suis pas si sur.
Non, ce qui est étrange, c'est le fait de garder une phrases dans la tete,
comme cela pendant des années, de la répéter de temps en temps...

Peut etre parcequ'elle est en espagnol, que j'aime bien cette langue et la
musique de cette langue.

Il m'arrive aussi de me répeter quelques phrases de poémes espagnols,
choisis -remarquablement choisis- et chantés par Paco Ibanez.
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Lun 14 Juil 2008 - 0:52

bix229 a écrit:
Peut etre parce qu'elle est en espagnol, que j'aime bien cette langue et la
musique de cette langue.

Il m'arrive aussi de me répeter quelques phrases de poémes espagnols,
choisis -remarquablement choisis- et chantés par Paco Ibanez.
colibri

Nous avons des points communs Bix...
Paco Ibanez était une idole de ma jeunesse...J'avais vu un de ses concerts à Saint-Etienne...quand j'étais étudiante...en Espagnol (je voulais l'enseigner)!

Je berçais ma fille bébé en lui chantant La nana de la Mora... aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Juan Ramon Jimenez   Lun 14 Juil 2008 - 1:19

Oui, Coline, je te suis bien...

-Palabras para Julia de José Agustin Goytisolo ou les paroles émouvantes
d'un père adréssées à sa petite fille et qui dessinent sa vie future...

Ou encore - Un espanol habla de su tierra de Luis Cernuda

...Amargos son los dias
de la vida, viviendo
solo una lara espera
A fuerzos de recuerdos.

Un dia...
Me buscaras. Entonces
Qué ha de decir un muerto ?

Version abrégée de ce beau poéme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Lun 14 Juil 2008 - 14:25

Bix...Je sais encore (presque) par coeur toutes ces chansons qui me reviennent en mémoire, grâce à Platero y yo, alors que je ne les ai pas écoutées depuis longtemps...
Moi aussi j'aime la musique de cette langue... aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   Lun 24 Mar 2014 - 21:03

Tiens un fil bien oublié... Et pourtant, Juan Ramon Jimenez, tout comme Francis Jammes,
a rendu un très bel hommage à l' ane. Platero y yo/Platero et moi.
Un classique pour les enfants et pour quelques uns qui le sont encore au fond de leur mémoire...


PLATERO


Platero est petit, doux, velu, si moelleux d' aspect qu' on le dirait tout en

coton, sans ossature. Seuls les miroirs de jais de ses yeux sont durs comme deux escarboucles de cristal noir.

Si je le laisse en liberté, il se dirige vers le pré et il caresse de son mufle tiède,

les effleurant à peine, les petites fleurs roses, jaunes ou azurées...

Si je l' appelle doucement : "Platero", il s' avance vers moi d' un petit trot
joyeux qui semble rire, comme je ne sais quel grelot idéal.

Platero et moi. - Seghers. - Traduction de Claude Couffon

Si vous pouvez, lisez-le en espagnol, c' est beaucoup mieux !



_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juan Ramon Jimenez [Espagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Juan Ramon Jimenez [Espagne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BB au roi Juan Carlos: "Vous êtes la honte de l'Espagne"
» (ESPAGNE)
» Matelas poussette pour + de confort (Espagne)
» Zarzuela (Espagne)
» Le camino del Rey au sud de L'espagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Espagne et du Portugal (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: