Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Alice Munro

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alice Munro Empty
MessageSujet: Alice Munro   Alice Munro EmptyJeu 17 Juil 2008 - 12:06

Alice Munro Munro10
 
Citation :
Biographie
Née dans un village rural de l'Ontario, d'un père éleveur de volailles et d'une mère institutrice, Alice Laidlaw commence à écrire dès son adolescence. En 1949, elle entre à la University of Western Ontario pour étudier l'anglais, et y publie sa première nouvelle. Elle abandonne ses études en 1951 pour épouser James Munro, et le couple s'installe à Vancouver. Son premier recueil de nouvelles, 'Dance of the Happy Shades' (1968), est couronné par le Canadian Governor General' s Award. En 1971 elle publie son seul roman, 'Lives of Girls and Women', qui est en fait un ensemble des nouvelles interconnectées. Le Governor General' s Award lui sera octroyé à nouveau pour 'Who Do You Think You Are ?' (1978) et 'The Progress of love' (1986), ainsi que le Giller Prize pour 'The Love of a Good Woman' (1998) et pour 'Runaway' (2004). Son douzième et dernier recueil, 'The View from Castle Rock', est sorti en 2006.

Appelée le Tchekhov canadien, Alice Munro situe ses nouvelles dans sa région natale. Dans un langage sobre et détaillé, un narrateur omniscient tente de donner un sens aux ambiguïtés de la vie.

Alice Munro a annoncé qu'elle arrêtait l'écriture pour de bon.

Les anecdotes sur Alice Munro
Vie privée
De son mariage avec James Munro, Alice Munro a eu trois filles, Sheila, Jenny et Andrea. Après son divorce en 1972, elle se remarie avec Gerald Fremlin, photographe. Le couple vit dans une ferme de l'Ontario, non loin du village natal d'Alice.

Fille
Sheila, la fille d'Alice Munro, a publié en 2002 un livre intitulé 'Lives of Mothers and Daughters : Growing up with Alice Munro.'

Source: Evene.fr
 
 
Bibliographie
 
Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)
 

1989 Les Lunes de Jupiter, Page 3, 6, 9 ,
1992 Amie de ma jeunesse, Page 3,
1995 Secrets de polichinelle,
2001 L'Amour d'une honnête femme,
2002 Un demi-pamplemousse, deux nouvelles, Page 1,
2003 La Danse des ombres heureuses,
2004 Un peu, beaucoup, pas du tout, Pages 6
2007 Loin d'elle,
2008 Fugitives, Pages 1, 2, 3, 6, 7,
2009 Du côté de Castle Rock, Page 4, 6,
2013 Trop de bonheur, Pages 5, 7,
2014 Rien que la vie, Pages 9 

Citation :
mise à jour le 16/10/2014, page 9


Dernière édition par kenavo le Sam 4 Oct 2014 - 9:26, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyJeu 17 Juil 2008 - 12:06

Alice Munro fait partie de ce petit cercle de conteuses qui, comme Margaret Atwood ou Carol Shields (toutes deux des compatriotes), déploient leur prose sur un rythme en apparence égal, des récits du quotidien pourtant parsemés d'infimes ruptures, souvent imprévisibles, qui bouleversent l'existence des personnages. Contrairement à l'habituelle frustration que l'on peut parfois ressentir à la lecture de nouvelles (un des inconvénients du genre...), ici, chaque histoire est une ébauche de roman et forme un tout harmonieux ; une impression d'apaisante finitude jaillit de l'ensemble, accompagnée, pour les personnages, d'un sentiment d'acceptation et de paix de l'esprit face à l'existence et ses mystères, même si certains récits s'achèvent sur une note fragile, comme en suspens. B.Longre
Source: ICI

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyJeu 17 Juil 2008 - 12:06

Je n’ai malheureusement pas le livre en français d’Alice Munro pour vérifier le titre de l’original. Cela se peut que Un peu, beaucoup… pas du tout... est la traduction pour Hateship, Friendship, Courtship, Loveship, Marriage ?
(J’attends le site internet avec les noms des livres dans différentes langues ! Cela faciliterait la vie énormément !!)

Et j’avais prévu d’écrire ici que Runaway n’est pas encore publié – mais après recherche internet – j’ai trouvé la bonne nouvelle (voir message suivant) enthousiaste

Maintenant il n’y a plus moyen d’échapper à Alice Munro Very Happy

Et pour ceux qui lisent en langue original – je vous conseille ces deux titres :

Alice Munro Couver58 Alice Munro Couver57

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyJeu 17 Juil 2008 - 12:06

Alice Munro livre un recueil de nouvelles pour août

Considérée comme l'un des plus grands écrivains anglo-saxons, la Canadienne Alice Munro publiera un recueil de nouvelles intitulé Fugitives, le 21 août 2008, aux éditions de l'Olivier. Elle proposera huit nouvelles autour des thèmes de l'amour et du destin. Ces nouvelles, qui explorent la mémoire et les souvenirs, sont portées par des héroïnes telles que Carla qui vit dans un mobile home avec Clark et ne supporte pas son mensonge et la fille de Juliet, Penelope, qui, après être partie dans un centre spirituel n'a plus donné de nouvelles. Alice Muro est l'auteure d'une dizaine de recueils de nouvelles. Son unique roman Loin d'elle a été adapté au cinéma par Sarah Polley en 2007. La nouvelliste a reçu dans sa carrière de nombreuses distinctions au Canada, mais aussi aux Etats-Unis où elle a remporté en 1999 le National Book Critics' Circle Fiction Award, et en Angleterre le W.H. Smith Award en 1995 et le Commonwealth Writers Prize en 2005.
Alice Munro, Fugitives, traduit de l'anglais (Canada) par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso. Sortie : le 21 août. Nouvelles - Ed. de L'Olivier

source: ICI

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyJeu 17 Juil 2008 - 20:58

(je recolle mes impressions du fil "one shot" :)

Alice Munro 28453610
Un demi pamplemousse - Alice Munro

Petit livre avec deux petites nouvelles d'Alice Munro : De sacrées raclées et Un demi-pamplemousse. La première contient des souvenirs d'enfance d'une fille devenue femme Rose et de ses relations principalement avec Flo sa belle-mère. La deuxième c'est la même chose mais l'adolescente Rose devenue femme et la même famille, la même Rose.

Deux caractères légèrement énigmatiques et bien trempés, mélange de rivalité/tension et de complicité, complémentarité... avec une jolie évolution entre les deux nouvelles, assez jolie pour que je ne vous la raconte pas clown

Pas désagréable du tout, au contraire, peut être des fins de nouvelles un peu... artificielle dans leur manière d'amener une sorte d'ancrage dans un présent un peu triste. J'ai bien aimé la manière de raconter, c'est de ça qu'il s'agit surtout pour moi, dire juste ce qu'il faut et jouer sur certains silences...

A défaut d'être marqué à vie, je crois que je reviendrai à cette auteur et à ses petites villes de l'Ontario (une spécialité dit le quatrième de couverture !). Je ne sais pas si le même style tient sur une durée plus longue ?

M'enfin, j'essaierai...

et gros merci à Queenie qui m'a mis ce livre dans les pattes. (et puis quel titre Cool )

je vous remets le petit extrait de la première nouvelle : De sacrées raclées

Citation :
Flo remontera chercher le plateau. Elle dira probablement : "Je vois que tu n'as pas perdu ton appétit" ou "As-tu aimé le lait au chocolat ? Ai-je mis assez de sirop dedans ?" selon l'humeur du moment. En tout état de cause, Rose aura perdu la face. Elle comprendra que la vie est prête à reprendre son cours, qu'ils seront bientôt tous de nouveau assis autour de la table, à manger ou à écouter les nouvelles à la radio. Demain matin, peut-être même ce soir. Aussi invraisemblable et indécent que cela puisse paraître. Ils seront gênés mais plutôt moins qu'on aurait pu s'y attendre, compte tenu de la façon dont ils se sont comportés. Ils ressentiront une étrange lassitude, une indolence de convalescents, assez proches de la satisfaction.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyVen 19 Sep 2008 - 13:30

Ne passez surtout pas à côté de ce bon moment de lecture Wink


"Fugitives", d'Alice Munro : huit façons de se faire la belle

Florence Noiville
Le Monde 19/09/08


Vous n'en pouvez plus de ces horizons étriqués ? Vous rêvez de prendre la clé des champs ou la poudre d'escampette ? Lisez Munro... Vous voulez changer de vie, déchirer le rideau qui bouche le paysage, vous fausser compagnie ? Encore une fois, lisez Munro...

C'est d'ailleurs le titre d'un article de Jonathan Franzen paru dans le New York Times en 2004. "Lisez Munro ! Lisez Munro !", conseillait - ordonnait presque - l'auteur des Corrections. La raison ? Simplissime : après quarante ans d'écriture - elle a débuté en 1968, et son premier recueil, La Danse des ombres heureuses, a remporté d'emblée le Governor's Literary Award -, la Canadienne Alice Munro, née en 1931, est aujourd'hui l'un des grands écrivains anglo-saxons. Et pour ceux qui aiment ce genre, l'un des maîtres incontestés de la nouvelle, à l'instar d'un William Trevor, d'un Raymond Carver, d'un Isaac Bashevis Singer...

L'ennui, c'est que - hormis dans son pays où ses livres caracolent en tête des ventes - cela se sait très peu. Pourquoi cet incroyable écart entre son oeuvre et sa renommée ? Probablement parce qu'Alice Munro cumule les "handicaps", note Franzen ironiquement. D'abord, son travail est "entièrement lié au plaisir de raconter" (un inconvénient pour les "critiques sérieux" en mal de lyrisme et de "fervente gravité pseudo-littéraire").

Deuxièmement, la discrète Alice Munro ne donne pas à ses livres "des titres ronflants comme Pastorale canadienne, Canadian Psycho ou Le Complot contre le Canada". On n'est pas obligé d'être d'accord avec ces coups de griffe en direction de Philip Roth et de Bret Easton Ellis, mais force est de constater qu'Alice Munro paie au prix fort, effectivement, "l'effacement de son ego d'auteur".

Enfin, pire que tout, "Munro est une pure nouvelliste" : comprenez qu'aux yeux de tous elle ne peut pas jouer dans la cour des grands. Et pourtant, soupire Jonathan Franzen, quelle fascinante acrobate des mots et des images ! "C'est une gymnaste en simple justaucorps noir, seule en piste, qui par ses prouesses au sol éclipse tous les autres romanciers avec leurs costumes flamboyants, leurs fouets, leurs éléphants et leurs tigres."

Voyons de plus près. Les huit histoires de Fugitives rappellent toutes la chanson des Beatles She's Leaving Home. Il n'est question que de ça : fuir la maison, échapper à l'enfer conjugal, laisser tout derrière soi, fuguer, s'évanouir dans le paysage, se faire la belle... Bien sûr, il y a mille et une façons pour cela. On peut, comme dans la chanson, se faufiler hors de chez soi à cinq heures du matin en laissant silencieusement un mot sur la table. On peut monter dans le premier autobus pour Toronto ou sauter dans un train qui fonce indéfiniment à travers "les rochers, les arbres, la neige et l'eau". On peut se fuir soi-même en s'enfonçant dans la maladie d'Alzheimer ou juste dans le silence. On peut aussi dire adieu au monde en optant pour une retraite spirituelle.

Mais à chaque fois, les questions que pose Alice Munro sont les mêmes : jusqu'où iront-elles, ces femmes qui plaquent tout "par usure ou par hasard" ? Parviendront-elles à "prendre en charge leur propre vie" ? A changer de classe sociale sans sentiment de trahison ?

"L'ESPOIR DE SE RETROUVER"

On ne façonne pas son destin comme de la glaise et notre libre arbitre nous joue parfois de curieux tours. Dans la première nouvelle, par exemple, Carla a choisi d'aller mener une existence neuve dans un lieu neuf "pour la raison spécifique que Clark n'y serait pas". Or, peu à peu, elle prend conscience d'une chose "étrange et terrible" : "Dans ce monde à venir, tel qu'elle se le représentait à présent, elle n'existerait pas. Elle le parcourrait seulement, elle ne serait pas vraiment là. Et l'étrangeté était qu'elle avait fait tout cela, qu'elle avait pris ce car dans l'espoir de se retrouver elle-même. (...) Pendant qu'elle fuyait, (...) Clark gardait la place qu'il avait occupée dans sa vie. Mais quand elle aurait fini de fuir, quand elle continuerait simplement d'exister, par quoi le remplacerait-elle ? Quoi d'autre - qui d'autre - pourrait jamais lui poser un défi si éclatant ?"

Bien sûr, partir et trouver l'épanouissement, ce serait trop simple. Et rien n'est simple dans la prose de Munro, qui excelle à montrer les choses cachées derrière les choses. Résultat : un suspense psychologique savamment entretenu. Impossible pour le lecteur de deviner la fin de l'histoire sans avoir suivi, dans tous leurs méandres, le cheminement de ces huit femmes. Et c'est toujours dans les dernières pages que l'on découvre l'intention première, le coup de théâtre ou l'éclairage définitif. Bref, la nouvelle au meilleur sens du terme. Epurée, concise, surprenante...

Et puis il y a autre chose chez Alice Munro. Des mots sertis comme des pierres dures (un homme au menton "pugnace" et aux "avant-bras compétents", un visage à la peau épaissie "comme la surface du lait tourné", une femme à "l'attitude indifférente mais sans concession, comme celle d'un chat"). Des éclats, des images, du charme : "C'était donc cela le chagrin. Elle a l'impression qu'un sac de ciment déversé en elle a rapidement durci." Tout ça dans des décors apparemment banals, des alignements de maisons avec des "portiques en plastique, des barbecues et des vélos d'appartement".

Tout ça avec des personnages comme vous et moi, mais dont les failles et les blessures parlent instantanément. A vous, à moi. Oui, décidément, il faut lire Alice Munro.



Extrait"Carla entendit venir la voiture sur la route avant qu'elle ait débouché au sommet du vague renflement que les gens appelaient une colline. C'est elle, songea Carla. Mme Jamieson, Sylvia, de retour de ses vacances en Grèce. Depuis la porte de l'écurie - mais suffisamment en retrait à l'intérieur pour ne pas être vue facilement - elle se mit à guetter l'endroit par lequel Mme Jamieson devait forcément passer puisqu'elle habitait un peu plus loin sur la route, à huit cents mètres de chez Clark et Carla.

Si ç'avait été quelqu'un qui s'apprêtait à tourner pour entrer chez eux, la voiture aurait déjà été en train de ralentir. N'empêche, Carla continuait d'espérer. Pourvu que ce ne soit pas elle.

C'était elle. (...) Quand elle avait tourné la tête, il était passé comme un éclair sur son visage - une interrogation, un espoir - et Carla avait reculé en se faisant toute petite."


Fugitives (Page 9).


Lien: Le Monde

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyVen 19 Sep 2008 - 19:01

kenavo a écrit:
Ne passez surtout pas à côté de ce bon moment de lecture Wink

"Fugitives", d'Alice Munro : huit façons de se faire la belle

Florence Noiville
Le Monde 19/09/08


Vous n'en pouvez plus de ces horizons étriqués ? Vous rêvez de prendre la clé des champs ou la poudre d'escampette ? Lisez Munro... Vous voulez changer de vie, déchirer le rideau qui bouche le paysage, vous fausser compagnie ? Encore une fois, lisez Munro...


Lien: Le Monde

Il faudrait que je lise Alice Munro... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Alice Munro Empty
MessageSujet: Alice Munro   Alice Munro EmptySam 20 Sep 2008 - 17:12

L'art de la nouvelle est particulier et difficile, et on ne peut pas dire que ceux qui le pratiquent soient attirés par la facilité.
Je ne crois pas que des écrivains comme Thekhov, Pirandello, Carver, Gogol et bien d'autres soient
des écrivains de second ordre. Je pense meme le contraire et aussi qu'ils
ont choisi volontairement cette forme narrative.
Beaucoup d'autres écrivains, italiens, russes, américains, japonais... ont alterné romans et nouvelles et dans certains cas, les nouvelles sont le meilleur de leur oeuvre.
Il y a un autre problème pour la nouvelle au niveau des lcecteurs. Je veux
parler de ceux qui préfèrent s'embarquer dans un espace et une histoire
longs et qu'ils quittent à regret...
Pour en venir à Alice Munro, j'ai lu 4 recueils en français et j'aime bien
ses nouvelles qui rela tent des histoires de famille, des brèves rencontres, la fragilités des liaisons amoureuses, le plaisir des retrouvailles, mille facettes du quotidien, mais qui échappent à la banalité.
J' avais préféré La danse des ombres heureuses -joli titre- et je n'ai pas encore lu Les lunes de Jupiter ni Fugitives...
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptySam 20 Sep 2008 - 17:26

bix229 a écrit:
- et je n'ai pas encore lu Les lunes de Jupiter ni Fugitives...
drunken tu vas encore pouvoir trouver des moments de bonheur..
Surtout dans Fugitives il y a une nouvelle qui s'appelle en anglais "Tricks" - qui compte...30 pages.. et elle me reste en mémoire.. je pourrais la relire et relire.. et c'est tout un univers dans ces quelques pages.. et en plus - si je devrais la conter - j'aurais à faire pour un moment.. tellement dense et intensif est la capacité de Alice Munro pour faire une 'condensation' d'un roman entier sur 30 pages..
J'aime bien ce que tu as dit concernant les auteurs de nouvelles - moi je suis aussi plutôt de ceux qui aiment s'embarquer dans un roman - mais quand l'auteur est à la hauteur de son art (et Alice Munro est pour moi la reine de cette forme littéraire) - il arrive à faire plus sur quelques pages pour ce que d'autres ont besoin de 500 Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Alice Munro Empty
MessageSujet: Alice Munro   Alice Munro EmptySam 20 Sep 2008 - 17:35

La nouvelle, ce n'est pas toujours de la condensation, c'est plutot un flash, un moment...
Parfois meme une sorte de poème.
Les formes elles-memes s'estompent et je n'ai pas voulu parler des différences entre conte et nouvelle ou meme récit, qui a une résonnance personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptySam 20 Sep 2008 - 17:41

bix229 a écrit:
La nouvelle, ce n'est pas toujours de la condensation, c'est plutot un flash, un moment...
Parfois meme une sorte de poème.
tout à fait..
pour quelques unes des nouvelles de Alice Munro le mot de 'condensation' est applicable.. surtout pour "Tricks" qui montre les personnages pendant plusieurs années de suite..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
pagesapages
Envolée postale


Messages : 235
Inscription le : 15/03/2009
Age : 57
Localisation : Franche Comté

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyMer 18 Mar 2009 - 13:56

C'est tout à fait juste !
J'ai adoré Fugitives, et ces "fuites " qui mènent quelque part ou nulle part, mais qui sont inévitables pour ces femmes, parce que quelquefois, vivre aussi est une fuite. Je trouve une grande profondeur presque philosophique dans l'écriture d'Alice Munro. Qu'est-ce qu'on fait des changements qui s'opèrent dans nos vies, qu'on en soit maître ou pas ? C'est comme si elle montrait qu'il est à la fois vain et essentiel de "fuir", que cette notion du mouvement en avant est une donnée imparable, un truc vital, inhérent à l'humain, en fait.
Du coup, je trouve aussi que son choix de passer par des nouvelles n'est pas gratuit, elle peut installer, à cause de la brièveté (plus ou moins) du texte une sensation de mouvement. Un peu comme on regarde passer un train, il s'approche, il s'éloigne, il disparait. Un autre train, c'est une autre nouvelle sur un autre personnage (ou le même personnage des années plus tard, dans un autre train).
J'aime aussi beaucoup cette écriture non-démonstrative, qui ne pointe pas du doigt exagérément. A nous de prendre. Alice Munro n'est pas "autoritaire", elle sait que chacun pourra prendre ce qu'elle installe en fonction de ses propres expériences. C'est une écriture qui nous ramène à nous, nos réflexions, nos interrogations, et pourtant ce n'est pas du tout, vraiment pas, une écriture nombriliste. (y'a tellement d'auteurs qui pensent qu'en parlant de leur voyage autour de leur nombril, ils touchent à l'universel... enfin, je ne suis pas trop fan de ça en littérature)
Et puis du coup, je trouve que le travail de Munro replace la nouvelle à égalité, enfin, sur un plan d'égalité avec n'importe quelle autre forme d'écriture. Elle ne reste pas sclérosée dans un format. Elle est très libre je trouve. Parce que ses nouvelles ne sont pas "mécaniques".
Ah la la !!! J'ai pas fini de passer du temps sur ce forum !!! Y'a plein de "parfums" que j'aime ! aime
Revenir en haut Aller en bas
http://pagesapages.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyMer 18 Mar 2009 - 14:21

pagesapages a écrit:
Et puis du coup, je trouve que le travail de Munro replace la nouvelle à égalité, enfin, sur un plan d'égalité avec n'importe quelle autre forme d'écriture. Elle ne reste pas sclérosée dans un format. Elle est très libre je trouve. Parce que ses nouvelles ne sont pas "mécaniques".
Merci pour ton beau commentaire..
Alice Munro est vraiment quelqu'un d'exceptionnel..
Elle arrive à 'condenser' un roman entier dans quelques 30 pages - et c'est extraordinaire.. en plus je trouve qu'elle écrit très 'visuelle' (encore plus que Annie Dillard) - on se croit dans un cinéma..

pagesapages a écrit:
Ah la la !!! J'ai pas fini de passer du temps sur ce forum !!! Y'a plein de "parfums" que j'aime ! aime
avec presque 1.500 fils d'auteurs, tu risques de trouver encore quelques uns Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
lyana79
Envolée postale
lyana79

Messages : 208
Inscription le : 04/04/2008
Age : 39
Localisation : Suisse

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyMer 18 Mar 2009 - 19:21

Je note "Un demi pamplemousse" cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.partagelecture.forums-actifs.com
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro EmptyMer 18 Mar 2009 - 21:41

je ne sais pas si les nouvelles d'un demi-pamplemousse sont reprise dans un autre livre ? le petit bouquin est une édition listée "hors commerce".

(panda veinard de bonnes fréquentations !)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Alice Munro Empty
MessageSujet: Re: Alice Munro   Alice Munro Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Alice Munro
Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» mini vernis opi Alice in wonderlnd
» u just can't be replaced ? Alice
» Alice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature canadienne-
Sauter vers: