Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Véronique Olmi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Véronique Olmi   Lun 21 Juil 2008 - 17:24



Véronique Olmi
a suivi en 1989 des études d'art dramatique chez Jean-Laurent Cochet. Elle a été assistante à la mise en scène pour Gabriel Garran et Jean-Louis Bourdon de 1990 à 1993. Elle est l'auteur notamment pour le théâtre de À demain Modigliani, Le passage, Chaos debout, Les nuits sans lune, La jouissance du scorpion, Eternel quotidien, Point à la ligne, Le jardin des apparences.

En 2001, elle a publié chez Actes Sud son premier roman, Bord de mer. Le producteur de La vie rêvée des anges souhaite l'adapter pour le cinéma.
Romans


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

Romans
Bord de mer, Actes Sud, 2001 et 2003 Prix Alain-Fournier en 2002 pages 1 , 2
Numéro six, Actes Sud, 2002 pages 1
Un si bel avenir, Actes Sud, 2003
La petite fille aux allumettes, Stock, 2004
La pluie ne change rien au désir, Grasset, 2005 pages 2
Sa passion, Grasset, 2007.
La Promenade des russes, Grasset, 2008 pages 1
Le Premier Amour, Grasset, 2010 pages 1
Cet été-là, Grasset, 2011 Prix des Maisons de la Presse 2011 pages 2
Nous étions faits pour être heureux, Albin Michel, 2012 pages 2


Nouvelles
Privée, nouvelles, Édition de l'Arche, 1998

Théâtre
Le Passage, Édition de l'Arche, 1996
Chaos debout/Les nuits sans lune, Édition de l'Arche, 1997
Point à la ligne/La Jouissance du scorpion, Édition de l'Arche, 1998
Le Jardin des apparences, Actes Sud, 2000
Mathilde, Actes Sud, 2001 et 2003
Je nous aime beaucoup, Grasset 2006
Une séparation, Triartis 2009

Citation :
mise à jour le 29/08/2012, page 3


Dernière édition par sentinelle le Mer 10 Déc 2008 - 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Bord de mer   Lun 21 Juil 2008 - 17:26

Bord de mer

Ce court roman fait partie de ceux qui se lisent lentement, goutte à goutte, qui prennent le temps qu’il faut pour en venir à bout. Je l’ai lu par cycles d’une vingtaine de pages avec de longues interruptions entre deux lectures. Trop sombre, étouffant, j’avais besoin de ces pauses pour reprendre un peu d’oxygène avant de me replonger dans les grandes profondeurs, là où la lumière ne passe plus, là où il fait sombre et froid. Car d’emblée nous savons, dès la lecture des premières lignes, qu’un drame en gestation se prépare et s’accomplira au bout du voyage.
Citation :

« On avait pris le car, le dernier car du soir, pour que personne nous voie. Avant de partir les enfants avaient goûté, j’ai remarqué qu’ils finissaient pas le pot de confiture et j’ai pensé que cette confiture allait rester pour rien, c’était dommage, mais je leur avais appris à pas gâcher et à penser aux lendemains. »

Véronique Olmi nous submerge brutalement dans le monde hostile et déprimant d’une mère de famille qui ne s’en sort plus, qui n’en peut plus de la vie et qui décide, en pleine semaine d’école, d’emmener ses deux enfants en bord de mer. Rien de va, le voyage est difficile, il pleut, l’hôtel est minable, la boue colle aux souliers, les vêtements sont trempés et la mer est houleuse et grise. Pas d’argent ou si peu. Mais l’envie de montrer la mer aux enfants est bien là, malgré les gens, malgré la pluie, malgré la vie.

Citation :
« La pluie écrasait contre la vitre ses boulets de salive, de minuscules mollards transparents, pourquoi est-ce qu’on nous crachait dessus je savais pas mais j’étais sûre que si j’ouvrais la fenêtre j’aurais été salie des pieds à la tête. Est-ce que le mur d’en face en était plein, lui aussi ? Est-ce que les fenêtres de dessous avaient la même dose que nous ? Est-ce qu’on s’abritait tous des crachats du ciel ? Je voulais pas le savoir, non, ça m’intéressait pas, non, fallait plus y penser, j’y avais jamais pensé, non, non et non ! »

Un premier roman au sujet étonnant, dur et difficile, mené avec talent. Cette mère de famille est de la même veine que Marie, présente dans le roman A l’abri de rien d’Olivier Adam. La comparaison se veut flatteuse, ayant bien aimé également ce récit. Ecriture sans apprêt, à la ponctuation souvent absente, aucune intellectualisation ; nous sommes avant tout dans le ressenti, les émotions, les actes, nous assistons impuissants à une descente aux enfers d’une mère aux abois.

Citation :
« Stan sait déjà beaucoup de choses. Beaucoup trop. Comment j’ai fait pour en arriver là ? Il y a l’enfance. D’accord. Mais juste après il y a l’hostilité du monde. Il faut le savoir. Est-ce que Stan était déjà sorti de l’enfance ? J’espérais bien que non. Il jouait au grand mais il dormait comme un enfant sans jambes, un qui a peur encore, qui veut pas prendre trop de place et se faire remarquer. »

Un récit qu’on n’oublie pas, un auteur à suivre ou à découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Lun 21 Juil 2008 - 18:33

sentinelle a écrit:
Bord de mer

Ce court roman fait partie de ceux qui se lisent lentement, goutte à goutte, qui prennent le temps qu’il faut pour en venir à bout. Je l’ai lu par cycles d’une vingtaine de pages avec de longues interruptions entre deux lectures. Trop sombre, étouffant, j’avais besoin de ces pauses pour reprendre un peu d’oxygène avant de me replonger dans les grandes profondeurs, là où la lumière ne passe plus, là où il fait sombre et froid. Car d’emblée nous savons, dès la lecture des premières lignes, qu’un drame en gestation se prépare et s’accomplira au bout du voyage.
Chouette présentation Sentinelle...Wink


Citation :
Un premier roman au sujet étonnant, dur et difficile, mené avec talent. Cette mère de famille est de la même veine que Marie, présente dans le roman A l’abri de rien d’Olivier Adam. La comparaison se veut flatteuse, ayant bien aimé également ce récit. Ecriture sans apprêt, à la ponctuation souvent absente, aucune intellectualisation ; nous sommes avant tout dans le ressenti, les émotions, les actes, nous assistons impuissants à une descente aux enfers d’une mère aux abois.
C 'est ce à quoi j'ai bien sûr pensé en te lisant, l'histoire de Marie...
Et c'est ce qui m'avait tant plu chez Adam, cette écriture taillée dans le vif, sans fioritures.

Mais je crains parfois que trop de drames finissent par me lasser ...je tenterai peut-être ? jemetate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mer 10 Déc 2008 - 10:46

Et j'ai tenté, mais son dernier roman. Une écriture souple, plutôt dans le ressenti disait Sentinelle... je l'ai retrouvée ici!


La promenade des Russes.

C'est une histoire attachante, racontée par la voix d'une jeune fille, Sonia, un peu perdue entre deux mondes, celui de sa grand-mère exilée russe, personnage haut en couleur, autoritaire et obsédée par ses souvenirs et celui de son adolescence fait de rêveries, de lectures romanesques et d'envie de liberté.
Souvent la nuit elle mélange les deux, se prend elle aussi pour Anastasia, la jeune Romanov au destin mystérieux dont Macha dit connaître le secret. Pas facile d'assumer si jeune le poids d'un passé qui ne lui appartient pas, entre une mère instable et toujours absente, et un père qui l'ignore, fondue dans un décor sombre et figé dans le temps.

Sonia se cherche, s'évade parfois de l'étreinte trop étouffante de Babouchka, jusqu'au jour où cette dernière tombe et qu'elle se retrouve confrontée à assumer seule son quotidien.
Ce sera le début de son envol, la prise de conscience de sa toute nouvelle liberté et aussi l'intégration en douceur de son "héritage"
...

J'ai forcément retrouvé un peu de mon enfance dans ce joli récit tendre et empli de fraîcheur puisqu'on y parle de Nice, de sa lumière et de ses galets, d'une grand-mère russe et de samovars, et comme tous les romans d'atmosphère, il m'a fallu un peu de recul pour bien en apprécier la saveur. J'attendais peut-être autre chose, mais la chute n'est pas forcément le plus important, ni les secrets révélés à la toute fin.
Ce qui compte c'est ce qui s'échappe de ces pages, l'image que l'on garde et le charme qui enveloppe tout le roman.
.
Véronique Olmi décrit avec beaucoup de grâce tous ces petits errements de l'adolesence et chacune de nous pourra s'y retrouver un peu Wink

Un passage pour peut-être vous donner envie ...
Citation :
La vérité est ailleurs. La vérité est en face de moi. Mais pas dans le magazine avec Ingrid Bergman. Pas dans les cartes. La vérité est dans la tête de ma grand-mère. Elle ne l'a jamais dite à personne. Même aux journaux. Même aux présidents. Elle se croit en danger, elle se livre à demi-mots, elle balance des demi-vérités, persuadée que Iouri Andropov lit par-dessus son épaule, aussi personne prend la peine de glisser des félicitations dans l'enveloppe réponse. C'est pas grave. Je suis en première ligne. Et j'attends. Si j'ai une utilité sur cette terre où je suis arrivée terriblement en retard, c'est sûrement celle-là : attendre que la vérité éclate. Que ma grand-mère me fasse confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mer 10 Déc 2008 - 11:28

J'ai vraiment bien aimé Bord de mer de Véronique Olmi, nul doute que je reviendrais également un jour ou l'autre vers un autre de ses romans, j'ai ressenti un tel choc à cette lecture que je m'en souviendrais toujours Shocked
Revenir en haut Aller en bas
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Ven 29 Jan 2010 - 20:59



Le premier amour

Citation :
Cette histoire d’amour s’ouvre étrangement : une femme, qui prépare un charmant dîner pour fêter son anniversaire de mariage, descend dans sa cave pour y chercher une bouteille de vin. Celle-ci est enveloppée dans un vieux journal où figure une petite annonce - qu’elle lit. Aussitôt, elle remonte chez elle, éteint son four, prend sa voiture, et s’en va… Qu’y avait-il donc dans cette petite annonce ? Pourquoi cette fuite ?

Cette femme qui part sur un coup de tête, ou plutôt de coeur, pour retrouver l'homme de ses premiers émois, qui ne s'identifierait pas à elle ? Fuir la monotonie d'un couple installé et choisir la folie d'une aventure même si sans lendemains, même au risque de la déception. Pendant 200 pages, Véronique Olmi raconte avec sensibilité et délicatesse la descente vers l'Italie, le passage de la grisaille à la lumière, du moins on l'espère. Ce n'est pas très original, ni excessivement brillant par le style mais il y a un côté thriller sentimental qui n'est pas désagréable. Le premier amour est un livre qui se lit dans un premier temps avec avidité : que va donc découvrir cette femme au bout de la route ? Seulement, Véronique Olmi prend son temps, un peu trop. Elle alterne des souvenirs d'amoureuse adolescente avec la réalité d'une épouse en panne des sens, figée sur un pseudo bonheur qui n'a plus de goût. Le procédé séduit un moment mais la romancière fait vraiment traîner les choses et ses rencontres, au fil de son voyage, sonnent un peu creux. A son terminus, la déception est au rendez-vous, tant pour l'héroïne que pour le lecteur qui se demande si le livre ne s'est pas égaré sur une voie de garage. Il reste bien un pauvre mystère mais la révélation ne sera pas à la hauteur des espérances. Tout ça pour ça ? Véronique Olmi nous doit une revanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Lamouette
Envolée postale
avatar

Messages : 265
Inscription le : 19/09/2009
Age : 35
Localisation : Sud-est

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mar 20 Avr 2010 - 9:38

Le premier amour m'est paru fade, sans trop de consistance. Ça part dans tous les sens. Ses souvenirs se mêlent à son périple vers l'Italie. Je ne vois pas trop pourquoi elle se met à parler de la soeur trisomique de l'héroïne aussi longuement au détriment de détails sur son voyage, comme lorsqu'elle croise un couple de voyageurs au don mystérieux.
La critique est très bonne à son sujet. et comme d'habitude je me dis que je n'ai pas les mêmes goûts littéraire que le restant de la planète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mespetitsscraps.over-blog.com
Madame B.
Zen littéraire
avatar

Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Lun 12 Juil 2010 - 20:42

Aériale a bien parlé de La Promenade des russes. C'est un roman très agréable à lire même si j'ai un peu moins aimée la fin que je trouve un peu plus relâchée alors que les 100 premières pages sont très belles; la relation entre la grand-mère et sa petite-fille racontée par cette dernière est assez poignante.
Globalement un bon moment de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mar 13 Juil 2010 - 8:45


Contente que tu aies apprécié Maddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mar 13 Juil 2010 - 18:41

Le premier amour.

Voici le point de départ de la trame romanesque : Nous sommes le 23 juin 2008. Alors qu’elle prépare le repas pour ses 25 ans de mariage avec Marc, Emilie, institutrice, tombe sur cette annonce : « Emilie, Aix 1976. Rejoins-moi au plus vite à Gênes. Dario. » C’était son premier amour, elle avait 16 ans. Elle laisse tout en plan et part en voiture, Paris-Gênes.

Il faut attendre 200 pages avant que ce fameux Dario fasse son apparition. Les 200 premières pages sont consacrées aux souvenirs et surtout à la soeur aînée trisomique. A part le portrait de cette soeur, le reste est banal, ordinaire.

L'écriture est correcte, il manque quelque chose pour la rendre vraiment captivante. En fait, j'ai lu jusqu'au bout car ma curiosiité était attisée par l'annonce et je voulais savoir ce que Dario était devenu. Sinon j'aurais peut-être laissé tomber, encore que pour une lecture d'été cela se lit aisément. Rien de transcendant, ça manque cruellement de profondeur. Déçue car j'ai beaucoup apprécié son Bord de mer.

Citation :
Cet amour fou que l’on a pour sse enfants et puis soudain ce besoin viscéral d’être détaché d’eux, avec la peur que cela se voit on attend que ça passe, car ça passe toujours on le sait et ce qui reprend le dessus c’est l’irrationnel attachement, la part animale.
Nous avions été liés par le désir d’enfant, puis par les enfants, leur absence nous plaçait dans un monde inconnu, celui du tête-à-tête permanent, et nous parlions d’elles quand nous ne savions plus quoi nous dire. Nos trois filles nous liaient ensemble, sans elle nous étions distendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 39

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mar 13 Juil 2010 - 22:47

J'ai lu Un si bel avenir et j'avais trouvé ça gnan-gnan. Mais j'entends souvent du bien de Bord de mer alors j'hésite à retenter le coup avec Olmi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mar 13 Juil 2010 - 22:48

odrey a écrit:
J'ai lu Un si bel avenir et j'avais trouvé ça gnan-gnan. Mais j'entends souvent du bien de Bord de mer alors j'hésite à retenter le coup avec Olmi.

J'ai lu également Un si bel avenir que j'ai trouvé moins bien que Bord de mer. Donc tu devrais tenter ce dernier, il pourrait te plaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livvy
Main aguerrie
avatar

Messages : 530
Inscription le : 11/03/2010
Age : 38
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mer 4 Aoû 2010 - 11:24

Premier amour est dans ma LAL.

J'ai commencé hier soir Un si bel avenir, j'ai lu 4 ou 5 chapitres, je n'ai pas du tout accroché.
Je tenterai un autre titre et si cela ne me convient pas, j'abandonnerai l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oliviabillington.com
Noémie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Ven 18 Fév 2011 - 21:39

Numéro six





Fanny est la dernière d'une fratrie de six chez les Delbast,famille bourgeoise catholique. Et en plus,Fanny est née bien après ses frères et soeurs,celle qui n'était pas attendue,pas vraiment souhaitée non plus. La petite dernière qui va très vite se retrouver seule à vivre avec ses parents pendant que les autres ont déjà commencé leur vie d'adulte.
Fanny n'a d'yeux que pour son père qui lui ne la voit pas...et pourtant c'est elle qui va s'occuper le plus de lui quand il va vieillir et que la vie lui aura pris son autonomie,c'est elle qui lui rendra le plus visite dans sa maison de retraite,c'est elle qui sera le plus à son écoute.
A cinquante ans,Fanny peut enfin exister à coté de ce père adoré centenaire : le combattant de 14,le Médecin respecté,le jardinier-magicien...

C'est un livre très beau sur le regard d'une fille pour son père. Et pourtant cette famille est loin d'être un modèle d'amour....C'est triste,mais si bien écrit et si bien décrit. C'est aussi le livre d'une déchirure et de ses ravages sur la vie de Fanny.


Citation :
On ne fait que croiser ses parents. On partage un temps de vie avec eux,on s'en va,puis on se souvient. Et on les rappelle.
C'est un privilège de te voir vieillir. Une souffrance et un privilège. C'est ça aussi,la vie,ce qui s'amenuise,ce qui s'en va,doucement,douloureusement.
Je suis arrivée trop tard dans ta vie,mais j'y serai jusqu'au bout.


Citation :
Je porte toujours ton nom. Tu me l'as beaucoup reproché. Je n'ai pas voulu quitter ce nom-là,emprunter celui d'un autre homme. Comment s'appelaient les autres hommes? Je m'en souviens à peine. L'homme de ma vie,c'est toi.

Un dernier passage,plus léger...

Citation :
Je regarde la fumée qui s'échappe des feuilles mortes,elle est appelée par le ciel,je renverse mon petit cou pour la suivre,je vois le ciel l'accueillir,l'intégrer dans sa couleur et,soudain,je comprends ! Je comprends...C'est toi qui fais les nuages.



Merci pour ce livre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isabus2
Espoir postal
avatar

Messages : 47
Inscription le : 18/07/2009
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Véronique Olmi   Mer 7 Sep 2011 - 22:56

Je lis Premier amour, prix des lecteurs. Ce n'est pas un grand roman. Quelques beaux paysages. Se lit vite, roman de chevet pour dormir sans questions...ou presque. dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Véronique Olmi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Véronique Olmi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bryan Audet et Véronique Claveau en amour!
» Aujourd'hui c'est l'anniversaire de Véronique !
» Véronique Moest [Mlle Catherine-SLM]
» Médecin chef à la prison de la Santé (Véronique Vasseur)
» calendrier des handballeuses Dijonnaises 2006/2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: