Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Louis Calaferte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Sam 1 Mai 2010 - 11:36

Nombre de lecteurs ont été rebutés, voire horrifiés par la lecture de "Septentrion", y voyant une charge misogyne contre les femmes, Calaferte en a souffert car il le considérait comme une liquidation thérapeutique de l'homme qu'il avait été (propos de son ami Patrice Delbourg), d'où son récit chaotique qui peut surprendre ...

Si sa prose ne fait pas dans la fleur d'oranger et la bluette, c'est que chez Calaferte, le style se doit d'être sans scories, sans gras, sans boursouflures et fioritures : "Le mot doit tout exprimer. La terreur comme la rhétorique. J'ai horreur de l'effort narratif. Cette inclassable application de sauce romanesque. Chaque verbe est signe alertant, avec sa densité,. Si vous avez mal, vous faites aïe, vous ne faites pas de tartines lyriques. On n'écrit jamais assez sec. j'aime le mouvement vertical d'écriture qui creuse, pas la jolie manière qui s'étale. Le véritable art est un forage de vous-mêmes", écrivait-il ...

A mon sens, pour aborder son oeuvre, et comprendre le souffle de révolte qui la traverse, il est nécessaire de commencer par la lecture du "Requiem des innocents", puis de poursuivre par son essai "Droit de cité", dans lequel on retrouvera tous ses sujets de combat, essai qui n'est pas sans rappeler le cri d'alerte aux consciences de Wilhelm Reich dans son "Ecoute, petit homme" :


Incipit de "Droit de cité" :

Citation :
L'Histoire prouve abondamment que les hommes de pouvoir sont des dérangés mentaux, probablement d'une sexualité trouble.
Dérèglement qui explique les monstruosités qu'ils sont susceptibles d'ordonner ou de couvrir de leur autorité.

Quatrième de couverture :

Citation :
Des millions d'hommes meurent de faim, l'injustice, l'obscurantisme sont partout; on arrête, on emprisonne, on déporte, on torture, on répand le sang, on diffuse le mensonge corrupteur, on entretient l'analphabétisme, on étouffe les idées généreuses, on anéantit les consciences - pendant ce temps-là, nos célébrité littéraires font de la littérature confortable, c'est-à-dire du pur fumier, se prostituant au public de toutes les façons, notamment par l'intermédiaire de cette entreprise de décérébration qu'est notre actuelle télévision. Entre gens de bonne compagnie, on brode sur des idées usées - mais ce qui compte aujourd'hui, c'est la faim dans le monde, la non-culturisation des masses, la pollution de la nature par l'abus chimique, la démographie anarchique, les menaces de l'arsenal nucléaire.
Le reste, madame, on s'en fout !

Sinon, ses recueils de poésies "Londoniennes" et "Rag-time" sont propres à définitivement faire taire ceux qui le considèrent injustement comme un misogyne.




C'est vrai qu'il pleut à Londres


C'est vrai qu'il pleut à Londres
et que les ponts s'ennuient
Le ciel mourant et hypocondre
aux nuages noués de suie
À Londres il pleut à Londres
paillettes de la pluie
On voyait la ville se fondre
comme irréelle comme enfuie
Un peuple indécis correspondre
sous les dômes des parapluies
Nos ombres allaient se confondre
dans l'ombre grise de la pluie
C'est vrai qu'il pleut à Londres
et que je t'ai suivie

(in Londoniennes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Sam 1 Mai 2010 - 12:05

Requiem des innocents sera mon prochain Calaferte. J'ai commencé par Septentrion et j'ai vraiment aimé son style.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Dim 2 Mai 2010 - 21:09

Ce livre autobiographique est d'une rare violence, mais tu y découvriras (ou redécouvriras) qu'il n'existe pas de cas désespérés, lorsqu'un enseignant détecte les qualités d'un élève en rupture sociale et scolaire, mais je n'en dis pas plus ... attentif






Tes yeux ne sont pas ceux
d'une sorcière experte
mais c'est pourtant en eux
que se tisse ma perte
Que se tisse ma perte aux couleurs de tes yeux
et je me perds cent fois sur leurs îles désertes
le fil cent fois perdu qui tisse ce fiévreux
des enchevêtrements de troubles découvertes
sans que je sache enfin si je suis malheureux
ou si je n'aide pas à y tisser ma perte
repris pour me reperdre et nous y perdre à deux
Tes yeux ne sont pas ceux
d'une sorcière experte
et c'est pourtant en eux
que se tisse ma perte
Cent fois enseveli dans leurs foulards soyeux

(Londoniennes, in Rag-time)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Dim 2 Mai 2010 - 22:28

Arf, il faut que je regarde s'il est dispo à la bibliothèque. Peut-être ben ma prochaine lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature


Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Mar 11 Mai 2010 - 7:26

Après avoir croisé son nom ici plusieurs fois, j’avais voulu découvrir un peu Calaferte, et j’ai pris le premier (et seul) livre disponible dans la bibliothèque d’à coté :

Portrait de l‘enfant

(1969)

4ème page de couverture :
Les adultes ont la mémoire courte ou étrangement infidèle, et il est possible que ce « Portrait de l’enfant »bouscule quelque peu la ménagerie de leurs conventions.
Louis Calaferte ne cherche ici ni à choquer, ni à se complaire dans un pittoresque réaliste ou psychologique. Simplement, il fait partie de ces rares âmes sensibles qui ont la possibilité de se souvenir et de recréer le monde à la fois merveilleux et terrible de l’enfance.
Par petites scènes poétiques tracées d’un trait sûr, souvent cruel, nous pénétrons dans l’univers familial et dans la vie d’un enfant. Amour fou de la vie, obsession de la mort, c’est dans cette alternance que se tient le personnage, cherchant désespérément à faire comprendre aux adultes son propre enfer.
Portrait de l’enfant est un livre fort, dépouillé, à la limite d’une hystérie meurtrière qu’on devine être un intense besoin d’amour. Seul un écrivain maître de son talent pouvait tenir une telle gageure.

Remarques :
Cette présentation du texte est excellente et fidèle à ce que j’ai ressenti pendant ma lecture (relèvements de moi). J’ai donc trouvé cet univers et ce style dont vous parliez par rapport à d’autres livres de lui.
Ce n’est pas l’enfance toute rose dont certains sont convaincus, mais une vie entre peurs, angoisses ET cruautés exercés, entre désir d’amour ET désir de mort, aussi bien de l’autre que de soi…
Des fois je mettais la main devant la bouche et je me demandais : Mais est-ce qu’il est possible d’écrire comme cela ? D’attribuer à un enfant une multitude de pulsions si « obscures » ? Oui, dans la majorité de ses petites paragraphes de quelques lignes, rarement d’une petite page, il y a quelque chose qui fait trembler, qui pourrait dérouter. Je vois bien que c’est alors une écriture qui peut déranger, perturber ! Mais comme on avait dit plus haut pour d’autres livres, il est à esperer que Calaferte ne le fait pas en vue de nous présenter un image juste « noir » de la personne humaine, voir : de l’enfant, mais en vue de dire la complexité des désirs existants au même moment en nous. Désirs qui finalement expriment un besoin d’amour et une soif de vie, malgré tout…

Donc, lecture assez « déconcertante », mais intéressante. Mais je ne suis pas convaincu si je vais/dois continuer la découverte de ses livres, car en fin de compte, avec un certain recul et une honnêteté envers soi-même, on discerne, on connait bien ses angoisses, et ses désirs?! Les « provocations » de Calaferte ne sont pas de provocations pures, mais il faut un certain recul, un discernement pour le voir, et ne pas se laisser aller dans une espèce de morbidité?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Mar 11 Mai 2010 - 9:46

Citation :
Mais comme on avait dit plus haut pour d’autres livres, il est à esperer que Calaferte ne le fait pas en vue de nous présenter un image juste « noir » de la personne humaine, voir : de l’enfant, mais en vue de dire la complexité des désirs existants au même moment en nous. Désirs qui finalement expriment un besoin d’amour et une soif de vie, malgré tout…


Certes, Tom Léo, le ton de Calaferte en basse continue n'est pas sans évoquer la misanthropie de Cioran néanmoins, à travers chacun de ses ouvrages, souffle un vent de révolte contre l'inexorable, l'élan vital du désespéré, cet élan vital qui nous anime tous : "Memento mori" : homme, souviens-toi que tu as à mourir" ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Mar 11 Mai 2010 - 10:07

Oh ! Il me Faut ce livre !

Merci Tom pour cet avis qui donne très envie de replonger dans l'univers de Calaferte. Aime bien quand les histoires de gamins ne sont pas traités avec douceur et mièvrerie. Moi mon enfance c'était pas pipi-gâteau-câlin.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Mar 11 Mai 2010 - 11:03

comme Queenie ce livre m'interpelle aussi. D'ici que je le lise il y aura donc un autre avis.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Mar 11 Mai 2010 - 11:53

J'ai envie de tout lire de Calaferte. Donc, celui-ci aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature


Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Mar 11 Mai 2010 - 18:45

Je pense bien que ce livre est bon pour Queenie et d'autres....

Je pense qu'on est tous d'accord que l'enfance pouvait nous faire souffrir tous, à plus ou moindre degré... Pour certains cela peut être une libération de savoir que la présence de souffrance n'est pas à cacher ou un signe d'une faute de notre part..., mais des fois partie intégrale des expériences de l'enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Sam 28 Aoû 2010 - 19:29

Requiem des innocents

Ca fait un moment que je dis qu'il faut que je vous parle de bouquin parce que ça a été un coup de point dans ma face. Mais je bute sur le comment. Requiem des innocents est une autobiographie où Calaferte raconte sa jeunesse dans un bidonville prés de Lyon. C'est terrifiant et en même temps, c'est plein d'espoir et de rage. Il nous bouscule Calaferte. Il ne nous épargne rien de la glauquerie (je sais, ce mot n'existe pas) dans laquelle il a vécu. On est dans le sordide le plus total. Sauf que c'est pas écrit par n'importe qui. De toute cette crasse, de toute cette violence, il (Calaferte) en fait quelque chose de beau. Juste par la magie de ses mots. J'ai souvent été au bord de la nausée pendant ma lecture. Mais j'en suis ressortie éblouïe, facsinée, boulversifiée, tourne-boulée, KO (qu'est-ce que je cause bien!).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrisdusud
Sage de la littérature


Messages : 2076
Inscription le : 20/04/2008
Age : 48
Localisation : Corse

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Sam 28 Aoû 2010 - 20:24

odrey a écrit:
Requiem des innocents

Ca fait un moment que je dis qu'il faut que je vous parle de bouquin parce que ça a été un coup de point dans ma face. Mais je bute sur le comment. Requiem des innocents est une autobiographie où Calaferte raconte sa jeunesse dans un bidonville prés de Lyon. C'est terrifiant et en même temps, c'est plein d'espoir et de rage. Il nous bouscule Calaferte. Il ne nous épargne rien de la glauquerie (je sais, ce mot n'existe pas) dans laquelle il a vécu. On est dans le sordide le plus total. Sauf que c'est pas écrit par n'importe qui. De toute cette crasse, de toute cette violence, il (Calaferte) en fait quelque chose de beau. Juste par la magie de ses mots. J'ai souvent été au bord de la nausée pendant ma lecture. Mais j'en suis ressortie éblouïe, facsinée, boulversifiée, tourne-boulée, KO (qu'est-ce que je cause bien!).


Ton commentaire ne m'étonne pas du tout, Odrey et j'adore les sensations que tu y décris
Requiem est tout près de moi dans ma chambre mais je sais que je suis dans un vrai tourbillon (construction maison) pour pouvoir me lancer dans cet autre tourbillon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire


Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Dim 29 Aoû 2010 - 11:45

Je viens de lire - et parfois relire vos commentaires, je crois que Calaferte est un auteur qui va me plaire - les extraits magnifiques me font penser à céline moi aussi, et c'est un auteur que j'adore. Je vais vite sur Amazon...

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Dim 29 Aoû 2010 - 12:02

Heu... pourquoi j'en ai toujours pas lu un autre moi...

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature


Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 38

MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Dim 29 Aoû 2010 - 15:22

chrisdusud a écrit:

Ton commentaire ne m'étonne pas du tout, Odrey et j'adore les sensations que tu y décris
Requiem est tout près de moi dans ma chambre mais je sais que je suis dans un vrai tourbillon (construction maison) pour pouvoir me lancer dans cet autre tourbillon.


Ho oui, déballe tes cartons et mets-toi en condition. Tu vas être secouée comme dans un shaker.

domreader a écrit:
Je viens de lire - et parfois relire vos commentaires, je crois que Calaferte est un auteur qui va me plaire - les extraits magnifiques me font penser à céline moi aussi, et c'est un auteur que j'adore. Je vais vite sur Amazon...

Moi aussi, il m'a fait pensé à Celine. Il a un style très vivant, très beau.

Queenie a écrit:
Heu... pourquoi j'en ai toujours pas lu un autre moi...

Ben oui, pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis Calaferte   Aujourd'hui à 0:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Calaferte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'histoire de petit Louis
» changement de lit pour Louis ?
» Bléville - Rue Aristide Briand > Rue Louis Ganne
» Zabeth, André Louis
» Louis Beuve, Lettres à des amis aurevilliens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: