Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Arthur Schnitzler [Autriche]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Arthur Schnitzler [Autriche]   Sam 26 Juil 2008 - 10:03



Ecrivain et critique, Arthur Schnitzler suit très tôt les traces de son père, grand médecin juif, et étudie la médecine et la psychiatrie à l'université de Vienne. Sigmund Freud devient l'un de ses amis et, sensible à sa plume, le pousse à écrire. Il débute la rédaction de pièces de théâtre qui sont jouées à Prague. En 1895, 'Libelei' lui assure une solide notoriété en Autriche et en Allemagne. Il abandonne alors son poste à l'hôpital, mais garde quelques patients. La polémique démarre en 1912 lorsque sa pièce 'Professeur Bernhardi' est représentée. Celle-ci évoque la médecine d'hier et d'aujourd'hui et retrace le portrait d'un juif qui refuse de compromettre ses convictions. Des manifestations antisémites éclatent et se renforcent après la sortie de 'La Ronde', l'un des drames les plus connus de l'écrivain. Empreint d'amour, de séduction et de sexe, il crée des remous dans les pays voisins. L'auteur est jugé, puis acquitté. Néanmoins, il demeure interdit de représentation en Europe, même après sa mort. Lorsque la monarchie des Habsbourg s'effondre, Arthur Schnitzler passe de l'écriture de pièces à la fiction. En 1930, le suicide de sa fille le choque. Profondément marqué, il meurt un an plus tard. En 1933, Goebbels organise des autodafés à Berlin et dans d'autres villes. Les ouvrages de l'artiste autrichien, comme ceux de nombreux intellectuels juifs, partent en fumée. Les oeuvres d'Arthur Schnitzler ont suscité beaucoup de controverses, principalement à cause de la description qu'il y fait de la sexualité. Il a, longtemps après sa mort, été qualifié de pornographe

(source : Evene).

Bibliographie


1892 Mourir,
1897 La Ronde,
1900 Berthe Garland
1900 Le Sous-lieutenant Gustel, Page 1,
1902 L'Étrangère,
1903 Le Chemin solitaire,
1907 Vienne au crépuscule, Page 1
1911 Terre Etrangère,
1913 Madame Béate et son fils,
1918 Le Retour de Casanova,
1924 Mademoiselle Else,Page 1,
1926 La Nouvelle rêvée, Page 1,
1926 Les Dernières Cartes,
1928 Thérèse,
2016 Gloire tardive (posthume), Page 2

Journal, Correspondances et Aphorismes :

Journal (1923-1926),
Avec Stefan Zweig, Correspondance,
Lettres aux amis (1886-1901),
Relations et Solitudes,
La Transparence impossible,

Citation :
Mise à jour de l'index le 05/02/2016 page 2

_________________
Ce que j'ai souvent éprouvé plus tard, je le pressentis alors en quelque sorte, savoir : que l'on n'a pas le droit d'ouvrir un livre si l'on ne s'engage pas à les lire tous.

[Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigges]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Sam 26 Juil 2008 - 10:12

Le lieutenant Gustel

De Schnitzler, jusque là, je n'avais lu que Mademoiselle Else, court roman écrit sous la forme du monologue intérieur, qui retraçait l'histoire d'une jeune fille, Else, issue de la bourgoisie autrichienne mais bourgeoisie presque ruinée, obligée de se sacrifier (c'est-à-dire coucher avec un vieillard riche, qui lui promet de l'argent en échange pour sauver sa famille) ou de subir le déclin de ses parents. Le récit suivait les hésitations de la jeune fille et les diverses pensées de son esprit.

Le lieutenant Gustel se présente lui aussi sous la forme du monologue intérieur (je l'ai lu en allemand- bon; en me reportant parfois aux notes, mais dans l'ensemble, j'ai lu le texte original :)).
Gustel est donc un lieutenant (ou plutôt sous-lieutenant), appartant à l'armée autrichienne, armée donc très prestigieuse. Un soir où il se rend à l'opéra, il va avoir, à la fin, une altercation avec un boulanger, homme du peuple, donc; celui-ci va le réprimander très fortement àc ause de son impatience à vouloir récupérer son manteau au vestiaire. Mort de honte, il ne reste plus qu'une solution pour Gustel : se suicider. Si la nouvelle de cet épisode se répand demain, Gustel n'aura plus aucun prestige aux yeux des autrichiens et à ceux de l'armée. Bien sûr, il y aurait la solution du duel, mais il s'y refuse. Je ne vous révèle pas la fin car un rebondissement change totalement la donne Wink.
La nouvelle suit donc les pensées de Gustel, qui retrace sa vie, les lieux où il aimait aller, ses différentes liaisons amoureuses, qui n'ont jamais réellement abouti. Il fait un véritable bilan de sa vie, une vie quis 'avère être bien médiocre. On comprend facilement que Gustel n'a jamais réellement réfléchi par lui-même, et que le pouvoir de l'armée autrichienne sur lui est immense.
J'aime beaucoup cette forme du monologue, grâce à laquelle on serpente entre différents moments, où l'on suit les soubresauts de la pensée.

_________________
Ce que j'ai souvent éprouvé plus tard, je le pressentis alors en quelque sorte, savoir : que l'on n'a pas le droit d'ouvrir un livre si l'on ne s'engage pas à les lire tous.

[Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigges]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Sam 26 Juil 2008 - 19:37

Très bonne idée que d'ouvrir un fil sur Schnitzler, même si je préfére Zweig ou Musil, je trouve que c'est un écrivain très intéressant, j'ai lu les deux volumes à la Pochothèque, je ne sais pas si c'est tous ses textes mais il y en a beaucoup, et en particulier les deux que tu cites, j'avoue préferer Mademoiselle Else, que Le sous-lieutement Gustel, qui est plus parodique, alors que Mademoiselle joue plus sur l'émotion et la sensibilité.
Parmi les autres textes de lui qui m'ont marqués, je pourrais citer La ronde (qui a inspiré film et opéra) et aussi Vienne au crépuscule (le titre allemand est je crois très différent) qui est peut être l'oeuvre la plus ambitieuse de Schnitzler et même si elle ne me semble pas complètement aboutie elle est passionnante à lire.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 69
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Mer 6 Aoû 2008 - 21:17

Des nouvelles d'Arthur


Le grand romancier autrichien Arthur Schnitzler(1862-1931) est l'auteur de La RondeLe retour de Casanova,Rien qu'un rêve(Eyes wide shut).Le cinéphile qui sommeille dans le lecteur ne cite là que des romans adaptés au cinéma.Joseph Roth,Leo Perutz,Robert Musil sont quelques-uns des autres écrivains magiques qui ont illustré cette extraordinaire floraison intellectuelle qui a accompagné la fin de l'empire des Habsbourg.Curieux comme le chant du cygne de l'Autriche-Hongrie a dynamisé les intellectuels viennois(Stefan Zweig,aussi).

Le recueil intitulé Une petite comédie est une perle.Une vingtaine de nouvelles brillantes,élégantes où la mort tient une grande place,mais une mort viennoise,de classe,crime ou suicide,toujours entre concerts et promenades au Prater.Vienne,encore, fastueuse mais déjà nostalgique est souvent le personnage principal de ces histoires de ruptures entre étudiants et danseuses,de quiproquos entre amants aussi menteurs l'un que l"autre,de comédiennes désargentées en quête de protecteur.Et toujours ce climat de fêtes sur fond de fin de règne même si personne ne le sait encore vraiment.

Si mes amis cinéphiles me donnaient leur avis sur le trois films adaptés d'Arthur Schnitzler auxquels on peut rajouter sa pièce Liebelei,mise en scène par Max Ophuls...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Queenie
...
avatar

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Jeu 7 Aoû 2008 - 9:46

Bellonzo a écrit:

Si mes amis cinéphiles me donnaient leur avis sur le trois films adaptés d'Arthur Schnitzler auxquels on peut rajouter sa pièce Liebelei,mise en scène par Max Ophuls...

Je n'ai vu que Eyes Wide Shut, qui est adapté de la nouvelle "Rien qu'un rêve"... j'ai lu la nouvelle après et n'en ai gardé aucun souvenir. Et si je la relisais ?!

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.


Dernière édition par Queenie le Jeu 7 Aoû 2008 - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Jeu 7 Aoû 2008 - 17:57

Queenie a écrit:
Bellonzo a écrit:

Si mes amis cinéphiles me donnaient leur avis sur le trois films adaptés d'Arthur Schnitzler auxquels on peut rajouter sa pièce Liebelei,mise en scène par Max Ophuls...

Je n'ai vu que Eyes Wide Shut, qui est adapté de la nouvelle "Rien qu'un rêve"... j'ai lu la nouvelle après et n'en ai gardé aucun souvenir. Et si je la relisais ?!

Et si tu tentais autre chose de l'auteur, Mademoiselle Else par exemple ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Jeu 7 Aoû 2008 - 19:52

Arabella a écrit:
Queenie a écrit:
Bellonzo a écrit:

Si mes amis cinéphiles me donnaient leur avis sur le trois films adaptés d'Arthur Schnitzler auxquels on peut rajouter sa pièce Liebelei,mise en scène par Max Ophuls...

Je n'ai vu que Eyes Wide Shut, qui est adapté de la nouvelle "Rien qu'un rêve"... j'ai lu la nouvelle après et n'en ai gardé aucun souvenir. Et si je la relisais ?!

Et si tu tentais autre chose de l'auteur, Mademoiselle Else par exemple ?

Pourquoi pas. Je note dans un coin.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Ven 8 Aoû 2008 - 9:48

Je te le prêterais bien (j'ai noté la fermeture de ta bibiothèque) mais j'ai tout Schnitzler dans deux gros volumes, 1200 pages chacun, écrit tout petit, pesant des kilos. Le genre de truc difficile à prendre dans le métro. Mais si cela t'intéresse, fait moi signe.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise
Envolée postale
avatar

Messages : 129
Inscription le : 23/08/2008
Age : 32

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Lun 8 Sep 2008 - 16:32

Je viens juste de terminer La Nouvelle rêvée (titre retenu pour l'édition Livre de Poche au lieu de l'habituel Rien qu'un rêve, à ce qu'il semblerait). C'est une nouvelle brillante. Du même coup je crois avoir un peu oublié l'adaptation de Kubrick, mais j'en conserve un très bon souvenir quand même.
La structure même de cette nouvelle me semble très fascinante. Développée en peu de pages, il y a de nombreux échos, jeux de miroirs, et autres motifs qui ont produit un effet particulier sur ma lecture. J'aime ce genre de textes - allusifs - où des mots, des images, des sons, font écho à un champ d'idées assez vaste qui permettent, ensuite, d'ancrer des sentiments difficiles à cerner, mais puissants, au cours de la lecture de l'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cendresdailes.free.fr
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Mer 23 Nov 2011 - 17:53

Je viens de finir Melle Else et j'ai été très impressionnée par ce monologue de l'émotion. Car c'est un peu cela : la jeune héroïne, obligée d'intercéder auprès d'un "vieil ami" de la famille pour obtenir l'argent nécessaire pour sauver son père de la prison, se voit l'objet d'un chantage sexuel.
Le livre déroule la litanie de ses sentiments, partagés entre honte, offense, attirance, et finalement la conscience de son innocence vendue et instrumentalisée.
Elle fait un choix tragique. Est-ce un choix ? Une issue plutôt. La rebéllion d'une impasse psychologique pour cette jouvencelle annihilée par la douleur, le déchirement et un sacrifice trop lourd à porter.

J'ai pensé à V. Woolf en lisant. Elle qui sait si bien présenter ces torrents d'états d'âme, qui entraînent le lecteur au bord du gouffre, souvent.

Vraiment admirable. Mais triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Mer 23 Nov 2011 - 18:31

Voilà que Mlle Else est depuis très longtemps dans ma PAL. Ton commentaire me donne envie d'essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Mer 4 Jan 2012 - 18:48

La nouvelle rêvée

Comment un homme en vient à douter de tout en une nuit, jouissant pourtant d'une situation sociale et professionnelle établie, dans une Vienne inquiétante, obsédante au tout début du 20ème siècle.
Tout personnage ou situation rencontrée au cours de cette nuit (rêvée ?) mettra cruellement Fridolin en échec.
Sa femme Albertine ne lui sera d'aucun secours puisqu'elle lui révèle un rêve où l'on perçoit une grande trahison à son égard qui signe à nouveau l'échec de Fridolin et la perte de confiance total en un avenir serein.

Thème du double, très psychanalytique (Schnitzler a échangé avec Freud, mais n'épouse pas pour autant toutes ses thèses notamment celle sur l'interprétation des rêves ou celle sur la façon dont elle s'empare de l'inconscient), on note néanmoins que que ce thème est très présent dans cette histoire ou tout se confond et s'entremêle, rêve et réalité, lumière et obscurité, vie et mort.

C'est une lecture très profonde dont l'adaptation cinématographique m'avait vraiment surprise en bien, malgré certaines facilités de la part du cinéaste Stanley Kubrick.

J'ai bien envie de lire autre chose de cet auteur, car le style est de plus très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Dim 24 Mar 2013 - 12:09

tina a écrit:
Je viens de finir Melle Else et j'ai été très impressionnée par ce monologue de l'émotion. Car c'est un peu cela : la jeune héroïne, obligée d'intercéder auprès d'un "vieil ami" de la famille pour obtenir l'argent nécessaire pour sauver son père de la prison, se voit l'objet d'un chantage sexuel.
Le livre déroule la litanie de ses sentiments, partagés entre honte, offense, attirance, et finalement la conscience de son innocence vendue et instrumentalisée.
Elle fait un choix tragique. Est-ce un choix ? Une issue plutôt. La rebéllion d'une impasse psychologique pour cette jouvencelle annihilée par la douleur, le déchirement et un sacrifice trop lourd à porter.

J'ai pensé à V. Woolf en lisant. Elle qui sait si bien présenter ces torrents d'états d'âme, qui entraînent le lecteur au bord du gouffre, souvent.

Vraiment admirable. Mais triste.


oui admirable ..... mais surtout pour moi dérangeant : Schnitzler réussit avec grand talent( à travers son procédé littéraire qui consiste à écrire la pensée de son héroine) à exposer l'état névrotique grave de cette jeune jouvencelle ! On rentre dans le cheminement chaotique des émotions ambivalentes de celle ci : lucidité criante face aux fragilités familiales mêlée à des contradictions fortes concernant son attitude face à la gente masculine , conscience de cette monnaie d'échange dont elle est l'objet et qui "tue" son appartenance à cette famille qui la livre en pâture sans scrupules...... révoltée et flattée à la fois .....consciente du pouvoir de son pouvoir d'attraction sur les hommes et sachant en jouer avec volupté avec le sentiment de culpabilité qui découle de ce plaisir ......
C'est d'hystérie dont il s'agit dans ce portait (appelée aussi histrionie par la suite ) : le narcissisme maladif , la relation au père dans le schéma oedipien , la sexualité refoulée , le besoin constant d'attirer l'attention dans la théatralisation et se sentir le centre du monde , le mouvement tumultueux des émotions toujours dans les extrêmes ......
oui admirable .....bien que ce ne soit pas une vraie lecture plaisir .....
Néanmoins je pense que je ne résisterai pas à l'envie de découvrir Schnitzler à travers d'autres ouvrages ......... intense reflexion

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allumette
Main aguerrie


Messages : 558
Inscription le : 31/12/2007
Age : 43

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Sam 1 Nov 2014 - 8:33

Je vous recommande La Ronde, pièce de théâtre, que je vais relire.

Babelio a écrit:
Traduit de l'allemand par M. Remon, W. Bauer, S. Clauser. (Réédition). La demoiselle de petite vertu, le soldat, la soubrette, le fils de famille, la femme du monde et son mari, ce mari et la grisette - le second quittant la première pour la troisième qui sourit au quatrième. Et ainsi de suite jusqu'au comte qui passe de la comédienne à la demoiselle de petite vertu, bouclant la boucle de la ronde. Qu'est-ce qui les entraîne tous ? Les diverses nuances de ce qu'on appelle l'amour et qui n'est parfois que l'attirance des corps modulée par les règles du jeu social selon ce que l'on est, riche ou pauvre, homme ou femme, libre ou non. En dix scènes brèves "La Ronde" dit, avec pittoresque et acuité, l'essentiel sur cette magie du coeur ou des sens qui mène le monde.

_________________
Au revoir bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majeanne
Main aguerrie
avatar

Messages : 466
Inscription le : 05/06/2008
Age : 58
Localisation : le Grand Sud

MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   Sam 1 Nov 2014 - 18:31

Beaucoup aimé "Vienne au crépuscule" le seul que je connaisse.

Je me souviens d'un passage sur la culpabilité qui m'avait beaucoup marquée et que j'avais trouvé très intéressant et libérateur :
un des personnages du livre dont la maîtresse s'était suicidée expliquait à son interlocuteur étonné qu'il ne se sentait absolument pas coupable
et que quoi qui ce soit passé entre eux le geste de sa maîtresse était son choix à elle. M'avait plongée dans une profonde réflexion....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arthur Schnitzler [Autriche]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arthur Schnitzler [Autriche]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Betameche, Arthur, E.T, Stitch et Jack (Mes ratous)
» En Autriche, on nage dans la bière
» General Mac Arthur
» 16ans pour les nouveaux voteurs d'autriche
» "Ce soir avec Arthur", nouvelle émission sur Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: