Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Akutagawa Ryunosuke

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMar 28 Sep 2010 - 20:54

Rashômon et autres contes (Sakuhin-Shu, contes traduits par Arimasa Mori en 1965). Connaissance de l'Orient. Gallimard/Unesco. 292 pages.
Le recueil comporte quinze contes. Ces histoires sont généralement situées dans le passé.

Le premier conte, Figures Infernales, met tout de suite le lecteur dans l'ambiance.
Il s'agit d'une histoire de paravent qui représente une scène de l'Enfer.
Citation :
"Enfin, il n'y avait pas un damné à se contorsionner dans cette géhenne qui eût rien de commun avec ceux des habituelles Figures infernales. La raison en est qu'en ces multitudes de damnés, Yoshihidé avait représenté des hommes de toutes conditions depuis les courtisans de la Cour dans leurs impeccables robes de cérémonie, séduisantes dames d'honneur dans leurs robes à cinq plis, récitants avec leurs chapelets au cou, jeunes guerriers à hautes chaussures en bois, fillettes minces dans leur longue robe, devins portant la bandelette sacrée à la main..., il n'est pas possible de les énumérer tous.
Tous ces personnages, dans les tourbillons de flammes et de fumées, en proie aux tortures infligées par les geôliers infernaux à tête de boeuf et de cheval, fuyaient en tous sens, telles des feuilles mortes dispersées par une bourrasque. Ces femmes plus recroquevillées que des araignées, dont les cheveux s'enroulaient autour des dents d'une fourche, figuraient-elles des sorcières ? Cet homme, la tête en bas comme une chauve-souris au repos, la poitrine perforée par une lance, n'était-il pas quelque jeune gouverneur de province ?" (pages 42-43).
Pour parvenir à peindre ce paravent, le peintre est prêt à tout...
Un conte remarquable, très cruel.

La deuxième, Le nez, est d'un style très différent, c'est l'histoire de l'Aumônier Zenchi qui est affublé d'un grand nez.
Citation :
"D'une longueur de cinq à six pouces, ce nez pendait du haut de la lèvre supérieure au bas du menton. Il était de la même grosseur à l'extrémité qu'à la racine. On eût dit une longue saucisse suspendue au milieu du visage." (page 68).
Ah, si seulement il pouvait avoir un nez normal, plus petit...

Puis viennent les deux contes (très courts) les plus connus, grâce à Kurosawa : Rashômon, une sorte de vignette sur la survie, et Dans le Fourré, composé de dépositions de tous les protagonistes d'un assassinat, y compris le mort : que s'est-il réellement passé ?

On pourrait citer d'autres contes, Les Vieux jours du vénérable Susanoo ou Le fil d'araignée (très court et excellent), qui mettent en scène des divinités ou héros "mythologiques" ; d'autres encore (peu nombreux) n'ont rien de fantastique (Villa Genkaku, L'Illumination Créatrice).

Les Kappa, l'une des plus longues nouvelles, est fascinante, elle nous montre une réalité parallèle, le monde des Kappa - fameux animal imaginaire japonais dont le visage ressemble à celui d'un tigre ("Sur sa tête, il a un petit creux contenant une petite quantité d'eau qui le maintient en forme", nous apprend une note).

Ces contes sont très divers (époques, styles narratifs, ...) mais en même temps, on semble percevoir une inspiration commune, une sorte de cruauté morbide.


Bref, un recueil de contes vraiment remarquable, et l'on peut bien le dire de façon globale : un chef-d'oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
odrey
Sage de la littérature
odrey

Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 41

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMer 29 Sep 2010 - 10:46

Citation :
Bref, un recueil de contes vraiment remarquable, et l'on peut bien le dire de façon globale : un chef-d'oeuvre
.

Comme ça les choses sont claires!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMer 29 Sep 2010 - 23:11

La Magicienne (Hina, Kaika no satsujin, Kaika no otto, Yôba, Aki, nouvelles traduites du japonais par Elisabeth Suetsugu en 1999). Editions Philippe Picquier. 175 pages.

Le recueil comprend cinq nouvelles.
Citation :
"Le présent recueil propose des textes qui sont tous antérieurs au 1er septembre 1923, date du grand tremblement de terre qui ravagea Tôkyô et sa région, cristallisant en quelque sorte la rupture avec le passé, en bouleversant à la fois l'ordonnance de l'espace, et les consciences. [...]
Parmi les cinq textes proposés ici, trois font partie du cycle kaika(ki)mono (littéralement, « histoires du temps de la modernisation »), cette occidentalisation brutale qui, en se superposant à l'ancienne structure sociale et familiale, imposait la recherche hâtive d'un nouvel équilibre." (Avant-propos d'Elisabeth Suetsugu, page 7-8 ).

Généralement, ces nouvelles sont le récit de quelqu'un. Par exemple, la première nouvelle, Les Poupées (Hina ; 22 pages), commence (après un poème de Buson : Boîte entrouverte / Deux visages délicats / Inoubliable apparition) par cette phrase : "Voici l'histoire qu'une vieille femme m'a contée."
Il y a la volonté de rapporter les dires de quelqu'un, ce qui implique qu'il va sans doute manquer des explications, que tout ne sera pas forcément explicite, sans que ce soit de la "faute" de l'écrivain.
La première nouvelle est assez classique :
Citation :
"... Promesse fut donc faite de céder les poupées vers le mois de novembre à un Américain de Yokohama" (page 13).
Une famille doit se séparer de ses très belles poupées ("considérées comme servant à purifier la maison des vicissitudes de l'année", nous explique une note) : Impératrice, Empereur, dames de palais, musiciens... La différence de comportement des membres de la famille : attachement aux valeurs ancestrales, ou au contraire adoption immédiate des nouveautés (éclairage) est très évident. Pas mal.

Un crime moderne (17 pages) est un peu dans la même veine. Le docteur Kitabake Giichirô, qui s'est suicidé, a laissé un testament.
Citation :
"Madame, Monsieur,
Je suis coupable d'avoir commis un crime par le passé. Ce n'est pas tout, je suis un individu dangereux, méprisable, capable de répéter le même geste." (page 39).
On est ici dans les valeurs, modernes/traditionnelles. Pas mal non plus, un peu plus tordu que Les Poupées.

Un mari moderne (30 pages) : un homme veut faire un mariage d'amour. Il rejette les mariages arrangés. Bien sûr, il y a les illusions, les belles idées, ce que l'on voudrait... et ce que l'on a.

On arrive à La Magicienne, la plus longue nouvelle (63 pages), supposément le morceau de résistance du livre. C'est l'histoire d'une opposition entre deux amis d'un côté et une sorcière de l'autre, qui veut garde pour une certaine raison une jolie jeune femme près d'elle. Bien sûr, un des deux amis est amoureux de cette jolie fille.
La tradition apparaît au sein de la modernité de la grande ville par l'existence de cette magicienne, une sorte de sorcière plutôt. Pour faire jeter un sort sur quelqu'un, prévoir l'augmentation de la bourse... on fait appel à elle.
C'est une nouvelle très curieuse : elle est bourrée de contradictions internes, d'illogismes, d'approximations psychologiques.
Par exemple, la sorcière a besoin d'argent d'un courtier qui vient la consulter... à propos du cours des actions (page 118) ! C'est parfaitement absurde : si elle a des informations sur l'évolution des cours, elle peut en profiter directement ! Qu'a-t-elle à faire de ce courtier !
Nos héros savent que la sorcière a beaucoup de pouvoirs, mais ils discutent de leur projet pour la contrer, par téléphone : ils entendent des parasites bien étranges, mais ça n'éveille pas immédiatement leur suspicion... A un autre moment, un de nos héros (à qui il arrive bien des choses !) est "couvert de boue, le visage noirci par les gaz d'échappement". Quand il parvient enfin chez son ami, ce dernier "ne fut pas long à remarquer les égratignures de ses mains et de ses jambes [...]" (pages 134-135). La phrase sonne très bizarrement.
Une nouvelle vraiment bancale, mais pourrait-on dire exprès bancale. Perturbant ou agaçant, Akutagawa ne nous a pas habitués à de telles approximations, tout est pensé, polissé, peaufiné. Quel est le sens de cette nouvelle ? Est-ce une parodie ? Est-ce pour montrer le monde qui se déglingue tout à fait, à tel point que le bon sens et la logique même en sont parfois absent ?

On arrive finalement à, la dernière nouvelle, Automne (21 pages) ,probablement (pour moi) la meilleure du recueil.
Citation :
"Depuis toujours, Nobuko passait pour être dotée d'un grand talent et cette réputation la suivait partout, sans qu'elle l'eût cherché." (page 155).
Elle semble être douée pour la littérature. Elle fait un mariage sans amour pour que sa petite soeur puisse se marier avec celle qu'elle(s) aiment... Beaucoup de non-dits, c'est quasiment kawabatien par moments.


Globalement, un recueil de nouvelles nettement moins marquant que Rashomon et autres contes, mais intéressant quand même, peut-être surtout par ce qu'il apporte dans la connaissance de l'oeuvre d'Akutagawa, sa diversité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeJeu 30 Sep 2010 - 18:36

Je les ai lu dans l'ordre inverse, ce qui change forcement la vision des choses, mais j'avais vraiment bien apprécié La magicienne, même si je suis d'accord que Rashmon est plus remarquable. Je crois en fait que ce dernier a été le choix d'un peu ce que l'auteur est censé avoir écrit de meilleur. L'illogisme de la magicienne ne m'a pas gêné autant que toi, je l'ai vu un peu comme une sorte d'affrontement entre l'ancien et le nouveau, la culture traditionnelle avec ses mythes, et une magie possible, et le moderne qui déconstruit en quelque sorte la magie et finit même par en triompher. Et donc comme c'est la lutte de deux inconciliables, il y a forcement des incompatibilités qui se traduisent en incohérences. Et j'avais vraiment énormément Les poupée, avec beaucoup de poésie, le monde de l'enfance, la relation au père qui esquissée, et puis là aussi la fin d'un monde et le passage à une autre culture et d'autres valeurs. Et la dernière nouvelle est très belle, sensible et fine.

Ce recueil m'avait vraiment fait une forte impression.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMar 19 Oct 2010 - 18:24

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Akutag10
Une vague inquiétude. Traduit par Silvain Chupin en 2004. Editions du Rocher, 2005. Préface de René de Ceccatty. 84 pages.
Ce petit recueil comporte trois nouvelles.

1/ Le masque (Hyottoko, décembre 1914). 19 pages.
Citation :
"Les gens s'entassaient en grand nombre contre les parapets du pont d'Azuma. Un agent de police venait quelquefois leur dire un mot, mais l'attroupement se reconstituait aussitôt après." (page 15).
C'est la fête des cerisiers.
Des bateaux passent, des péniches se succèdent, et notamment une sur laquelle on voit deux joueurs de shamisen, une fanfare burlesque qui se met à jouer.
Citation :
"Sur le pont, les gens poussèrent de nouveau des cris de joie. Au milieu, on percevait les pleurs d'un enfant comprimé par la foule. On entendit aussi une femme crier d'une voix stridente « Regardez ! Il danse ! » Dans le bateau, un petit homme portant un masque hyottoko [Masque grotesque d'homme à la bouche grimaçante avec un oeil plus petit que l'autre] exécutait une danse grotesque sous les banderoles.[...] On voyait bien que, l'alcool aidant, son corps ne lui obéissait plus, car il lui arrivait de perdre l'équilibre et de n'agiter bras et jambes que pour éviter de passer par-dessus bord." (page 18).
Le lecteur va en apprendre un peu plus sur cet homme... Une nouvelle très courte (le texte n'est pas bien dense, et les pages ne sont pas grandes) vraiment pas mauvaise du tout (surtout la fin), mais un peu mineure dans l'oeuvre d'Akutagawa.

2/ Un doute (Giwaku, juin 1919). 35 pages.
Citation :
"Voici plus de dix ans, au printemps d'une certaine année, j'eus l'occasion de séjourner environ une semaine à Ôgaki-machi, dans la préfecture de Gifu, où l'on m'avait invité à donner des conférences de morale pratique." (page 35).
Au bout de 10 pages, un homme, qui était venu le voir, lui raconte son histoire, et c'est ce qui constitue le gros de la nouvelle. Il a fait quelque chose qui le turlupine depuis des années, il voudrait avoir l'opinion d'un spécialiste de la morale...
Pas mal, meilleure que la première nouvelle.

3/ Le wagonnet (Torokko, février 1922). 14 pages.
Citation :
"Ryôhei avait huit ans lorsque commencèrent les travaux de pose de la voie ferrée d'intérêt local reliant Odawara et Atami. Chaque jour, il allait les contempler à la sortie du village. En fait de travaux, il s'agissait simplement de transporter de la terre dans des wagonnets, mais Ryôhei trouvait de l'intérêt à ce spectacle.
Deux ouvriers prenaient place, debout, sur un wagonnet chargé de terre. Comme il dévalait la colline, on n'avait besoin de personne pour le faire avancer. Le châssis saisi de tremblements, les sarraus des ouvriers dont les pans battaient au vent, les rails étroits qui ployaient sous la charge... quand Rôhei contemplait cette scène, l'envie le prenait de se faire ouvrier." (page 71).
Ryôhei va vivre une petite aventure, se faire une peur qui le marquera, comme une initiation...
Vraiment pas mal du tout, également. Finalement, c'est elle, la meilleure nouvelle du recueil.


Trois nouvelles qui ne comptent pas parmi les chefs-d'oeuvres d'Akutagawa, mais qui sont tout de même de très bonne facture. C'est toujours très bien écrit et très efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMer 15 Déc 2010 - 18:04

La Vie d'un Idiot et autres nouvelles. Traduit par Edwige de Chavanes en 1987. Préface de Jeannine Kohn-Etiemble. Collection de l'Orient - collection Unesco d'oeuvres représentatives. 189 pages.
Ce recueil contient neuf nouvelles, des débuts de l'auteur (le premier texte est écrit lorsqu'il avait 20 ans) jusqu'à la toute fin (publications posthumes).

1/ L'eau du fleuve (Ôkawa no mizu, janvier 1912). 6 pages.
Citation :
"Dès les premiers textes d'Akutagawa, ce destin est perceptible : dans L'eau du Fleuve (écrit peu de temps avant ce Gruau d'ignames [contenu dans le recueil Rashomon] qui lui valut la gloire), on discerne déjà ce qui va l'engloutir sous le déferlement de vagues intérieures" (préface de Jeannine Kohn-Etiemble, page 9). Au passage, on voit bien le risque de lire les nouvelles d'Akutagawa à la lumière de sa fin, connue.
Les notices introductives à chaque nouvelles sont vraiment intéressantes, elles ressemblent aux des petits textes (qui, pour une fois, seraient réussis) accompagnant les tableaux, lors d'exposition. "Le lyrisme, l'exaltation juvénile disparaissent des oeuvres postérieures ont l'écriture - le choix du matériau et la façon de le traiter - se fonde néanmoins sur une même approche, un identique processus d'appréhension de la réalité. "(page 21). Akutagawa a vingt ans, il est encore étudiant.
"Pourquoi ai-je tant d'affection pour cette rivière ? Pourquoi trouvé-je à cette eau tiède, plutôt trouble, un charme infini ? [...]
Le voile argenté de la brume, le ruban d'huile verte de l'eau, le soupir incertain d'un coup de sifflet, le triangle brun de la voile d'un charbonnier - combien cette vue de la rivière où tout éveillait en moi une irrésistible mélancolie, ne fit-elle pas frémir, comme le feuillage des saules, qui poussent sur ses rives, mon coeur d'adolescent !"(pages 23-24).
Pas d'histoire dans cette petite nouvelle poétique, différente de ce que l'on avait pu lire de l'auteur jusqu'à présent, qui parle de Venise, du temps passé, des acacias, du Fleuve...

2/ Un Jour, Ôishi Kuranosuke (Aru hi no Ôishi Kuranosuke, 25 août 1917). 12 pages. Les héros de cette histoire sont quelques-uns des fameux 47 rônin, qui ont finalement réussi à venger leur maître. En attendant le jugement, ils parlent, contemplent le jardin, le soleil, des visiteurs arrivent... Un des personnages se rend compte, avec tristesse, que ses actes et son comportement sont finalement mal interprétés et vont en venir, à l'avenir, à échapper à leur vraie signification, plus complexe qu'ils n'en ont l'air.
Citation :
"Et combien d'instants d'une douceur printanière n'avait-il pas aussi goûtées au sein de cette vie dissolue, totalement oublieux de leur mission vengeresse !" (page 44).
Il s'agit d'une nouvelle "historique", écrite la même année que Figures Infernales, pour situer.

3/ Lande Morte (Kareno-shô, septembre 1918). 11 pages.
Citation :
"Sans doute inspiré par la souffrance que lui causa, en 1916, la mort de son maître entre tous préféré Natsumé Sôseki [...] (préface, page 14).
On assiste aux dernier instants de la vie de Bashô, entouré de ses disciples. Comme pour la nouvelle précédente, on suit les pensées profondes, les motivations de ces disciples, et ce n'est pas toujours ce que l'on pourrait croire. Il y a une sorte de logique perverse. Très bon.

4/ Les Mandarines (Mikan, avril 1919). 5 pages.
Citation :
"[...] ce très bref récit revêt une importance particulière : après cinq années de création littéraire essentiellement jalonnées de récits «historiques», Akutagawa revient à une narration plus personnelle. [...] « La simplicité est précieuse. Mais en art, la simplicité est le produit d'une extrême complexité. Elle est l'extrait qui est passé et repassé au pressoir »." (page 63).
C'est amusant, parce que dans Anthologie de nouvelles japonaises, tome I (chez Piquier), on peut lire à peu près la même chose concernant la nouvelle La Foi de Wei Chang...
Bref, Les Mandarines comptent une anecdote arrivée dans un train,à l'issue de laquelle :
Citation :
"Je parvins alors enfin à oublier un peu de mon ennui, mon indicible lassitude, et aussi l'absurdité, la vulgarité, la monotonie de la vie humaine." (page 69).

5/ Le Bal (Butôkai, décembre 1919). 7 pages. C'est un bal, donc, avec une fin un brin nostalgique (de façon quand même facile) pour donner un peu de poids à la nouvelle, qui sinon est (mais il faut vraiment le savoir, et les notes sont là pour cela) une parodie-réponse d'un texte de Pierre Loti, Un bal à Yedo : tout ce qui était décrit comme petit et de mauvais goût est grand et d'un goût exquis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMer 15 Déc 2010 - 18:05

6/ Extraits du Carnet de notes de Yasukichi (Yasukichi no techô kara, avril 1923). 13 pages. "Le personnage de Yasukichi apparaît tout entier drapé dans une froide intelligence qui parfois a couleur de mépris : celle d'une intelligence qui se sent supérieure." (page 85).
Le texte est constitué de fragments... Il peut laisser un petit peu perplexe.
Citation :
"Je crois bien que parmi les poèmes de Toki Aika - excusez si je me trompe - il s'en trouve un qui dit : «Venu si loin, je dois encore me casser les dents sur ce bifteck de merde. Femme, femme, que tu me manques ! » Chaque fois qu'il venait ici, il pensait à ce poème. Certes, la femme qui'l aurait dû regretter, il ne l'avait pas encore trouvée." (page 87).
On remarque une note amusante (d'Edwige de Chavanes), page 92, à l'occasion de la phrase : "Quoique, à en croire son exposé, les écrivains américains de ces dernières années seraient représetnés par Robert Louis Stevenson et O. Henry !". Une note : "O. Henry (1862-1910) : auteur américain de récits brefs qui n'offrent qu'un intérêt littéraire limité."

7/ Bord de Mer (Umi no totori, avril 1925) 10 pages. "Dans ce récit, « rien ne se passe », mais avec un art admirable de la « touche lente », l'auteur suscite une atmosphère d'une intensité saisissante." (page 104). C'est exactement ça. Il y a un rêve, au début du texte, qui met dans l'ambiance.
Quelqu'un appelle le narrateur.
Citation :
"Je restai un instant à contempler l'étang où se mirait la lune. Les algues qui glissaient à sa surface laissaient supposer qu'il était relié à la mer. Au bout d'un certain temps je remarquai juste devant moi des vaguelettes qui plissaient l'eau d'un reflet argenté. Tandis qu'elles se rapprochaient, je devinais peu à peu la forme d'un carassin ; je voyais ses nageoires remuer avec nonchalance dans la transparence de l'eau.
- Ah voilà ! C'est lui qui m'appelait !
Je me sentis rassuré." (pages 106-107).


8/ Engrenage (Haguruma, 1927 - publication postume). 33 pages.
"La hantise de la folie - celle qui avait emporté sa mère, celle dans laquelle sombre l'écrivain Uno Kôji à la fin du mois de mai, celle de tous les écrivains consumés par la même angoisse - lui dicte les pages d'Engrenage." (page 117).
Citation :
"Aucun bruit, forcément, ne filtrait de ma chambre. Pourtant, l'idée d'ouvrir la porte et d'y entrer me donnait étrangement froid dans le dos. J'hésitai un instant puis franchis résolument le seuil. Evitant de regarder le miroir, je m'installai sur la chaise devant la table [...] Mais le temps passait et le stylo que j'avais pourtant rempli d'encre restait inerte. Quand il se décida enfin à courir sur le papier, il se mit à aligner à l'infini la même suite de mots : All right All right All right All right..." (pages 124-125).
On est presque dans Shining...
Souris qui font leur apparition, comportement incohérent... et "rouages à demi transparents qui tournaient tournaient inlassablement" (page 122).
"Vivre dans ces conditions m'est devenu une souffrance intolérable. Ah ! Si quelqu'un pouvait avoir le geste de m'étrangler tout doucement pendant mon sommeil..." (page 151).
Avant, on peut lire :
Citation :
"Tous étaient frappés par le malheur, sans exception ; même les plus grands de l'époque élisabéthaine.. - même Ben Johnson, le plus illustre de son temps, avait fini par sombrer dans une névrose qui lui faisait voir sur son gros orteil les armées de Rome et de Carthage en train d'engager le combat. Je ne pouvais m'empêcher de jubiler d'une joie sadique devant le spectacle de leur malheur." (pages 140-141).

9/ Le Vie d'un idiot (aru ahô no isshô, juin 1927 - publication, posthume). 23 pages. Ecrit un mois avant son suicide."Les images qui dans cette oeuvre servent à traduire les instants les plus marquants de sa vie font songer, par leur rapidité et leur intensité, aux formes poétiques propres au Japon, notamment le haïku."
Un extrait :
Citation :
"16 - Oreiller
Il lisait un livre d'Anatole France, la tête appuyée sur l'oreiller du scepticisme qui dégageait un parfum de feuilles de rose ; sans s'apercevoir qu'un centaure s'était glissé à son insu dans cet oreiller.

17 - Papillon
Un papillon voltigeait dans le vent où planait une odeur d'herbes aquatiques. Il sentit les ailes du papillin effleurer ses lèvres sèches une infime seconde. Mais le velours des ailes qui les avaient un jour caressées en passant brillait encore sur ses lèvres tant d'années plus tard.

18 - Lune
Il la rencontra par hasard dans l'escalier d'un hôtel. Même ainsi en plein de journée, son visage semblait baigner dans le clair de lune. Tandis qu'il la suivait du regard (ils ne se connaissaient pas même un peu), il ressentit une tristesse jusqu'alors inconnue..." (pages 164-165)

Contrairement aux recueils précédents, celui-ci donne à lire l'évolution de l'oeuvre d'Akutagawa : d'abord les textes classiques, à base historiques, extrêment bien écrits, construits, avec des histoires frappantes, puis un glissement vers des textes qui semblent plus personnels et moins immédiatement frappants par leurs sujets ou leurs constructions, et finalement des textes fragmentés, presque hallucinés.


J'ai eu largement plus de plaisir littéraire à lire le recueil Rashômon (j'ai un gros faible pour ses nouvelles "historiques"), mais La vie d'un idiot, même si certaines nouvelles ne sont pas agréables à lire (car vers la fin, on n'est vraiment plus dans la volonté de faire de l'art, mais dans l'expression de quelque chose qui vient profondément, de manière brute, de l'auteur), est vraiment très intéressant, et fondamental pour tenter de comprendre un peu Akutagawa.


A noter la sortie, en janvier, d'un folio à 2 euros comprenant les deux dernières nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMer 15 Déc 2010 - 18:10

Alors j'ai La vie d'un idiot dans ma PAL. Donc je le lirai un jour. Pas forcement tout de suite. J'ai le sentiment d'une grande diversité dans l'oeuvre de l'auteur, dommage que l'on ne trouve pas d'éditions plus systématiques (chronologiques ) de ses oeuvres en Français. Cela viendra peut être.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)


Dernière édition par Arabella le Mer 15 Déc 2010 - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMer 15 Déc 2010 - 18:30

Arabella a écrit:
Alors j'ai La vie d'un idiot dans ma PAL. Donc j le lirai un jour. Pas forcement tout de suite. J'ai le sentiment d'une grande diversité dans l'oeuvre de l'auteur, dommage que l'on ne trouve pas d'éditions plus systématiques (chronologiques ) de ses oeuvres en Français. Cela viendra peut être.
Oui, c'est vraiment divers, mais en même temps, c'est le même auteur. Je ne sais pas si on sent dans ses premières nouvelles ce qu'on sait qui va émerger par la suite, ou si on s'en serait rendu compte même sans cela (par exemple, s'il était mort en traversant la route).
Il y a quelques nouvelles trouvables dans des recueils divers... sans compter la nouvelle érotique qui lui est attribuée (l'autre auteur étant Kafû, semble-t-il), et trouvable dans le recueil Le Secret de la Petite Chambre, dont je me ferai un plaisir de vous faire un compte-rendu minutieux sur un fil avec avertissment rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeMer 15 Déc 2010 - 18:41

Quand je disais très divers, je ne pensais pas que c'était à ce point. rire

Nous attendons le fil eXPie diablotin

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeDim 25 Aoû 2013 - 20:10

La vie d'un idiot

eXPie a déjà détaillé ce recueil de nouvelles d'une façon très précise, j'ai du mal à y ajouter quoi que ce soit.

C'est un recueil vraiment très divers, du début de carrière d'Akutagawa jusqu'à la toute fin, ce qui donne un très bon panorama de l'oeuvre dans toute sa palette. La nouvelle est vraiment un art à part, et Akutagawa le maîtrise parfaitement. Dommage qu'il n'y ait pas d'autres traductions.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeDim 24 Nov 2013 - 10:15

Un "nouveau" recueil de nouvelles d'Akutagawa vient de sortir aux Editions Les Belles Lettres: "Jambes de cheval".
Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Akutag10

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeDim 24 Nov 2013 - 12:33

Ah ! Sais tu s'il comprend certaines des nouvelles déjà disponibles, ou si ce sont des inédits ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
Maline

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeDim 24 Nov 2013 - 16:53

Arabella a écrit:
Ah ! Sais tu s'il comprend certaines des nouvelles déjà disponibles, ou si ce sont des inédits ?
Prétendument 17 nouvelles inédites, traduites par du japonais par Catherine Ancelot (je suis aussi intéressée par ces nouvelles. Je connais surtout Rashomon, un recueil de nouvelles de Ryûnosuke Akutagawa dont je garde un excellent souvenir)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitimeLun 25 Nov 2013 - 9:14

Merci Maline. Comme j'avais déjà lu trois de ses recueils, je me demandais si le nouveau n'en reprenait pas quelques unes.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Akutagawa Ryunosuke   Akutagawa Ryunosuke - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Akutagawa Ryunosuke
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: