Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ken Bruen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Ken Bruen   Mer 30 Juil 2008 - 11:41



On ne trouve pas grand-chose sur Ken Bruen, sinon qu’il est né à Galway en 1951 et qu’il a enseigné l’anglais un peu partout dans le monde : Afrique, Japon, Asie du Sud Est et Amérique du Sud. Il vit à Galway en Irlande.

Son livre 'The Guards' a reçu la Shamus Award pour le meilleur roman de 2003. Les droits cinématographiques de plusieurs de ses livres ont été acquis. Voilà, c'est tout pour le moment. Voici le lien de son site: http://www.kenbruen.com/index.php

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Ken Bruen   Mer 30 Juil 2008 - 11:45

Delirium Tremens
Titre Original: The Guards
Ken Bruen


J’ai accroché immédiatement avec le personnage de Jack Taylor, ancien flic (‘garda’ en Irlande parce que membre de la Garda Síochána, la police irlandaise) viré de la Garda à cause de son alcoolisme aigu, il s’est reconverti en privé. Mais c’est un métier difficile en Irlande, car il le dit lui-même (excusez ma traduction approximative):

«Il n’y a pas de privés en Irlande. Les Irlandais ne le supporteraient pas. Le concept même de ‘privé’ se frotte dangereusement à celui du détesté ‘mouchard’. En Irlande, beaucoup vous sera pardonné sauf de ‘moucharder’. »

Donc, Jack se met tout le monde à dos quand il commence à enquêter sur le ‘suicide’ de la jeune Sarah, à la demande de sa mère. On ne peut pas dire que Jack Taylor enquête vraiment, ce quinqua très imbibé, suit les pistes de son enquête entre deux gueules de bois, se fait démolir sérieusement au passage et a finalement recours à une justice très expéditive. C’est souvent qu’il interroge un ‘témoin’ au pub Grogan’s, un des seuls pubs dont il n’ai pas été définitivement viré à Galway, presque son bureau d’ailleurs. Il a ponctuellement une assistante, Cathy B, rockeuse, gothique, paumée et fouineuse - elle me fait un peu penser à l’héroïne de Stieg Larsson. J’allais oublier : Jack Taylor est un amoureux des livres, depuis toujours, surtout des polars – il a brûlé ses livres quand il est rentré dans la Garda pour ne pas se faire prendre en grippe par les autres.

Ce n’est pas tant ‘l’enquête’ qui nous tient scotchés au livre, que la gouaille irlandaise associée à une atmosphère très noire, une galerie de personnages humains ou vraiment pourris mais jamais anodins. C’est aussi la verve toute irlandaise de Bruen, le sens des réparties, l’accent mais si !! Exemple : « Yah big eejit. » = « You big idiot » / Ca, chapeau au traducteur s’il arrive à en faire quelque chose ! Tout va très vite dans ce livre, sauf l’enquête, à coup de chapitres très courts, souvent drôles. Et puis Bruen taille un sacré costume à la Garda (pas très respectée en Irlande, pas très estimée non plus), je cite Bruen : « En Irlande on dit : ‘Si tu as besoin d’aide vas voir les gardes – si tu n’as pas d’aide vas voir les gardes.’ »

J’ai ouvert un fil, car je compte bien en lire d’autres de ces polars noirs irlandais, maintenant que je l’ai découvert ce Bruen, aussi dangereusement addictif qu’un bon whiskey. Je vous mets un petit extrait dès que mon homme me rapporte son exemplaire en français, qu’il est en train de lire et qu’il traîne partout avec lui.

Je ne me suis pas apesantie sur l'enquête, pour ne pas la déflorer, mais allez donc boire un verre avec Jack Taylor, vous passerez un très bon moment.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 57
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Ken Bruen   Mer 30 Juil 2008 - 20:28

Très intéressant, tu as bien fait d'ouvrir un fil. Je le mets illico sur ma liste d'auteurs à découvrir, j'aime bien de temps en temps un bon polar sourire

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Ken Bruen   Mer 30 Juil 2008 - 20:34

Oui, pour moi aussi, Ken Bruen est une découverte récente pour moi aussi.

Un auteur de polar qui a un univers et un style, ce n'est pas si fréquent.

Crumley, Dexter, Sallis, Mc Namee... Et quelques autres parmi les vivants...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Ken Bruen   Mer 30 Juil 2008 - 20:46

Le temps passe vite.. je savais que le nom me disais quelque chose.. et je savais qu'il était en relation avec le festival Etonnants Voyageurs..
J'ai cru qu'il y était cette année - mais je n'ai pas vu des auteurs polars cette année.. donc.. après recherche - c'était l'année dernière et je l'ai vu pendant une rencontre - parce que je voulais voir Leonardo Padura et Qiu Xiaolong - et il était vraiment sympa (malheureusement on lui avait donné une traductrice qui n'était pas à la hauteur - et il l'a corrigé à plusieurs reprises (il comprenait assez de français pour savoir qu'elle avait dit des fautes, mais ne pouvait malheureusement pas parler en cette langue)
en tout cas.. je l'avais aussi noté à ce moment.. jypeurien mais bon.. les auteurs polars doivent attendre chez moi toujours un peu plus Wink

mais en tout cas ce fil me redonne envie de découvrir

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Ken Bruen   Mer 30 Juil 2008 - 20:54

Kenavo, en ce qui concerne ce livre-là, l'intrigue policière est mince, pour ne pas dire très secondaire. Tu vas plutôt lire un roman noir, qu'un roman policier, c'est ce qui fait tout son charme.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Ken Bruen   Mer 30 Juil 2008 - 20:57

domreader a écrit:
Kenavo, en ce qui concerne ce livre-là, l'intrigue policière est mince, pour ne pas dire très secondaire. Tu vas plutôt lire un roman noir, qu'un roman policier, c'est ce qui fait tout son charme.
déjà convaincue Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Ken Bruen   Mer 11 Fév 2009 - 11:08

R&B Blitz


Londres, ses policiers, ses truands, ses bas-fonds glauques, revisités par Ken Bruen que je découvre avec ce polar. Les temps ne sont pas faciles pour l'équipe R&B: Brant, suite à un comportement violent est astreint à une psychothérapie, Roberts est déstructuré par la mort de sa femme et s'enfonce dans un alcoolisme de l'oubli tandis que Falls, la fliquette noire, subit une solitude désespérante. Entre un Brant qui ne peut sentir son psy auquel il réserve une perfidie amusante, un Roberts qui se retrouve out, une Falls en apnée et un supérieur qui ne souhaite qu'une seule et unique chose, la peau de Brant, l'atmosphère a la lourdeur du plomb. Pour ne pas arranger les choses, des meurtres en série perpétrés sur des policiers fleurissent dans les ruelles londoniennes: ces sanglants crimes ne peuvent qu'être l'oeuvre d'un psychopathe!
Ce psychopathe existe bien: il est jeune, il est haineux envers la police (il a déjà eu maille à partir avec Brant), il est raciste,il est inculte, il est blanc, il est alcoolique et carbure à la bière et au redbull sans compter quelques prises de drogues. Un joli spécimen de l'errance humaine que ce Barry Weiss! Ah, ce tueur a une passion: les revues consacrées aux serial killers; il vénère ces hommes, il s'identifie à eux, il est aux anges quand il lit leurs aventures et se dit qu'il pourrait faire un excellent serial killer. Aussi, se lance-t-il dans le meurtre en série, déterminant le nombre et la spécificité de ses proies (7 et des policiers),se donnant un surnom, Blitz,choisissant ses victimes au hasard, parvenant à passer inaperçu, gardant pour le meilleur pour la fin: Brant, la cerise sur le gâteau!
Ken Bruen tricote une intrigue qui l'air de rien happe l'attention, met en haleine, mêlant à la traque du fameux Blitz le désir de nuire professionnellement à Brant. En effet, le "super" envoie son "sbire", le pauvre McDonald, un jeune inspecteur servile et d'une bêtise incroyable, sur les traces de Brant afin de le faire tomber. Or, loin de parvenir au résultat escompté, McDonald se retrouve dans une épineuse situation: il est la cause indirecte de la mort d'un innocent....preuve s'il en est de sa notoire incompétence. Entre horreur, gravité et humour noir, Bruen dresse un portrait sombre de la part d'ombre de notre société moderne et fait le récit d'un combat, parfois tragi-comique, du bien contre le mal, un combat qui entraîne les représentants du bien à des actes incompatibles avec leur fonction. Le monde est souvent nappé d'un brouillard étrange dans lequel les silhouettes ont des contours indéfinissables: l'être humain possède ses parts de lumière et d'ombre, composantes d'une machine d'une incroyable complexité.
Ken Bruen offre au lecteur un récit dans le récit, donnant une autre dimension au roman, dans l'utilisation, à chaque nouveau chapitre, d'une exergue qui éclaire ou provoque l'interrogation du lecteur quant à la suite de l'histoire. Un moment labyrinthique qui tout d'abord étonne pour au final être un pan important de la construction de l'enquête.
"Blitz" est un polar où la noirceur est partout, infiltrée jusque dans les moindres recoins du récit, scandée par les traits d'humour noir d'où fuse le rire, un rire étranglé par l'étendue de la couche glauque du monde. Une errance guidée dans les rues londoniennes où l'atmosphère sulfureuse des nuits imprègne les phrases....une belle sortie dans le vertige du danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
bambi_slaughter
Espoir postal
avatar

Messages : 31
Inscription le : 03/06/2009
Age : 27
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Ken Bruen   Jeu 4 Juin 2009 - 19:07

Je n'ai lu que 3 livres de cet auteur : à savoir R&B Vixen, qui avait une trés belle couverture, le Dramaturge et Cauchemar américain

Cauchemar américain ( mon avis tiré de mon blog ) :

"Ce n'est pas un policier au sens classique. Il n'y a pas de flics ou de détectives privé et encore moins d'enquête. Mais c'est un livre noir, tous les personnages ont des vies à problème, viennent d'un milieu défavorisé. Parmi les personnages, il y en a trois (dont une) qui sont de vrais tueurs qui vaut mieux pas emmerder. Puis, c'est pas l'Amérique de l"american dream". Ken Bruen est un irlandais et ça se voit beaucoup. Outre, quelques termes en gaélique, whiskey et bière, le conflit Nord-Sud a une place assez importante dans le livre, néanmoins, lire ce livre, ne vous servira pas de leçon d'histoire.
Le résumé peut prêter à confusion : il est dit que, Stephen après avoir eu affaire à une femme fatale, un psychopathe fan de country et accro au speed, n'est pas encore sorti de la merde. En fait, ces deux là, font parti de cette merde noire.
Au début du roman, il peut être un peu difficile de suivre. On passe par plusieurs points de vue (celui de Stephen est à la première personne), parfois plusieurs au cours d'un même chapitre. Mais, on se laisse prendre trés facilement à la lecture et ça ne devient pas du tout gênant.
Bref, j'ai beaucoup aimé ce livre et j'en relirais d'autre de Ken Bruen. Au passage, j'ai déjà lu "Le Dramaturge" et "R&B Vixen" que j'avais beaucoup aimé.
Un dernier avertissement : si vous attendez d'un livre, n'importe son genre, ait un happy-end, passez votre chemin. Noir c'est noir."


Je débute dans la "critique" de livres, donc soyez indulgents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://books2heaven.over-blog.com
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Ken Bruen   Lun 17 Aoû 2009 - 17:19

bambi_slaughter a écrit:

Un dernier avertissement : si vous attendez d'un livre, n'importe son genre, ait un happy-end, passez votre chemin. Noir c'est noir."
C'est tout à fait vrai en ce qui concerne Le Dramaturge aussi...
Après avoir lu l'année dernière Toxic Blues, j’ai retrouvé avec plaisir, entre deux lectures demandant plus d’efforts, Jack Taylor et son blues. Comme je l’ai lu alors que sévissait sur les blogs de lecture la manie Harlequin, je me suis dit que j’avais trouvé là l’anti-Harlequin par excellence ! Jack Taylor n’est ni beau, ni jeune, ni richissime, il n’a pas de travail, à peine d’amis, ni de famille, il vit dans un petit hôtel meublé un peu miteux, il ne fait pas grand chose pour sortir de sa mélancolie existentielle, l’amour ne frappe pas à sa porte ou alors il le laisse passer… A part ses disques préférés et quelques livres, on se demande ce qui le retient encore sur cette terre.

Quand son ancien dealer, car Jack a arrêté toute substance toxique, lui demande d’enquêter sur la mort de sa jeune sœur étudiante, Jack ne se lance pas vraiment à corps perdu dans l’enquête, mais mène quelques recherches sans grand succès, sauf de lui attirer des inimitiés bien plus féroces que celles qu’il traînait pourtant déjà ! On est aussi très loin du polar où le détective est particulièrement perspicace, car si le meurtrier ne venait pas pratiquement se jeter dans les bras de Jack Taylor, il n’est pas sûr qu’il progresserait beaucoup dans son enquête.

J’aime beaucoup le rythme lent, l’atmosphère (très) sombrement irlandaise de Galway, les citations littéraires et musicales… A découvrir si vous ne connaissez pas encore Jack Taylor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ken Bruen   Lun 8 Juil 2013 - 17:45


Le Dramaturge était vraiment sympa, ça me fait penser qui faudrait que je lise Blitz en plus j'avais aimé le film.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ken Bruen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ken Bruen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: