Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Irvin Yalom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Irvin Yalom   Dim 3 Aoû 2008 - 19:28



Irvin Yalom est professeur de psychiatrie à Stanford et exerce à Palo Alto,Californie.Auteur d'ouvrages de psychologie et de psychothérapie il a écrit aussi plusieurs romans sur ce thème dont le formidable Et Nietzche a pleuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Dim 3 Aoû 2008 - 19:31

Divan viennois:ainsi pleura Zarathoustra.

Attention critique imminente d'un chef-d'oeuvre...Il est des livres dont on sort un peu plus intelligent.Et Nietzche a pleuré est de ces rares livres.Il est des livres dont on sort un peu plus meurtri,un peu plus ému,un peu plus perplexe sur la nature humaine.Et Nietzche a pleuré est de ceux-là.La nature humaine est ici prodigieusement racontée par Irvin Yalom,psychiatre en Californie,pays qui ne compte pas que des surfers et des écervelés.Ce livre n'est pas un essai sur la psychanalyse ou le sur-moi ou je ne sais quoi,n'étant pas très ferré ni intéressé en ce domaine.Je suis par contre passionné par l'Homme,étant moi- même un homme(enfin à peu près) et ce roman explore l'âme humaine comme je ne l'ai pratiquement jamais lu.

Irvin Yalom met en scène la rencontre entre Josef Breuer,grand médecin viennois pré-freudien et Friedrich Nietzche.Cette rencontre n'a jamais eu lieu.Yacom est un écrivain fabuleux qui orchestre une sorte de consultation bilatérale entre le médecin et le philosophe qui concluent un pacte pour tenter de se guérir l'un l'autre.Nietzche souffre de migraines et de nombreux troubles du comportement tandis que Breuer s'interroge sur le bien-fondé de son existence après l'échec du traitement de l'une de ses jeunes patientes.Deux mois de leur vie seront ainsi consacrés à des entretiens presque quotidiens au cours desquels les deux hommes,d'une intelligence impensable,vont descendre dans les arcanes de leur conscience et au-delà.Irracontable davantage,il faut découvrir Et Nietzche a pleuré,sidérante plongée dans les tréfonds de l'humanité,qu'Irvin Yalom a su présenter comme une variation ludique mais bouleversante,sur une sorte de proto-psychanalyse.Je ne voudrais pas qu'on craigne un livre docte et ennuyeux car Et Nietzche a pleuré est le contraire:une extraordinaire épopée sur le continent le plus inconnu qui soit(vous et moi en quelque sorte).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Kriss de Valnor
Espoir postal
avatar

Messages : 24
Inscription le : 12/12/2008
Age : 34
Localisation : Tournai - Belgique

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mar 16 Déc 2008 - 10:31

Critique du magazine LIRE, par Alain Ruben, octobre 2007 :

Citation :
Dans Et Nietzsche a pleuré, Irvin Yalom, professeur émérite de psychiatrie à Stanford, ose une fiction très originale.
En 1882, à Venise, la sublime Lou Salomé bouscule Joseph Breuer, mentor et collègue du jeune Freud, pour l'inciter à soigner le philosophe Friedrich Nietzsche qui souffre le martyre. De fréquentes crises de désespoir, douleurs oculaires et migraines lancinantes font de sa vie un calvaire. Comment approcher et faire hospitaliser cet homme ombrageux et fier? La force de conviction du médecin l'emporte. La rencontre voulue par Yalom a lieu. Breuer et Nietzsche scellent un pacte. Le médecin promet une rémission de la maladie, le philosophe entreprend une thérapie de l'âme désespérée de Breuer. Au cours de longs dialogues, - bien sûr imaginés par l'auteur -, les positions se renversent et tel est pris qui croyait prendre. Nietzsche, maître en désespoir et scepticisme surmontés, n'en finit pas de sonder cet homme malheureux, à la quarantaine piteuse et défaite. Le philosophe pratique le «ramonage», un terme employé par Joseph Breuer pour signifier la cure par la parole d'une de ses patientes, ancêtre de la psychanalyse. Avec une rare patience, il plonge dans les eaux saumâtres des fantasmes de son interlocuteur. A la fin du roman, le lecteur accède à une certitude induite par Irvin Yalom: Nietzsche était à deux doigts d'inventer la psychanalyse.

Ce roman d'une grande inventivité est un petit bijou qui m'a procuré un vif plaisir de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mar 16 Déc 2008 - 18:21

Merci à vous deux! Je l'ai déjà (en allemand) sur ma PAL et vos commentaires me donnent envie de ne pas l'y laisser trop longtemps!
Il est maintenant assez connu en Allemagne, où plusieurs de ses livres ont parus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mar 16 Déc 2008 - 19:04

Bellonzo a écrit:
Divan viennois:ainsi pleura Zarathoustra.

Attention critique imminente d'un chef-d'oeuvre...Il est des livres dont on sort un peu plus intelligent.Et Nietzche a pleuré est de ces rares livres.Il est des livres dont on sort un peu plus meurtri,un peu plus ému,un peu plus perplexe sur la nature humaine.Et Nietzche a pleuré est de ceux-là.

C'est noté... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mer 13 Mai 2009 - 21:15

Je me suis jetée ( Et Nietzsche a pleuré ). Une merveille. Une richesse dans les échanges entre Beuer et le philosophe, entre Breuer et Freud (son jeune confident). Et l'ombre d'Anna O, celle de Mathilde, de l'antisémitisme qui monte en cette fin de 19è s. Les prémisses des codes que nous infligera la psychanalyse mais surtout comment la thérapie se dessine dans la bourgeoisie qui n'ose pas encore "dire" ni "faire les liens" entre vécu et subconscient. Des longueurs, toutefois. Et des dialogues dures à tenir mais c'est pas grave (on peut revenir en arrière...). Nietzsche est un peu flipant, non? (Là je me fais assassiner par Ezechielle...)
Je me pencherais bien sur son essai Thérapie existentielle (chez Galaade)
Citation :
Thérapie existentielle (éd. Galaade) >Dans cet essai écrit en 1980, I.-D. Yalom propose et définit une approche théorique et clinique de la psychothérapie. Il identifie les quatre enjeux ultimes de l'existence auxquels toute souffrance explorée en thérapie renvoie : l'aspect inéluctable de la mort, la solitude, l'angoisse liée à la liberté et l'absence de sens de la vie. 4ème de couv.


Dernière édition par Babelle le Jeu 14 Mai 2009 - 8:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mer 13 Mai 2009 - 21:22

Babelle.Vraiment ravi que tu partages mon enthousiasme.Souhaitons que ce fil Yalom se réveille.Il y en a tant,des fils au bois dormant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mer 13 Mai 2009 - 21:56

Bellonzo a écrit:
Babelle.Vraiment ravi que tu partages mon enthousiasme.Souhaitons que ce fil Yalom se réveille.Il y en a tant,des fils au bois dormant.

Je vais bientôt le réveiller car j'ai terminé il y a peu La malédiction du chat hongrois, recueil de nouvelles de psychanalyse que j'ai beaucoup apprécié.


Dernière édition par Sophie le Mer 13 Mai 2009 - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mer 13 Mai 2009 - 22:17

Je l'ai déjà sur ma PAL... il faut encore le temps pour le prendre sous les yeux! Mais votre enthousiasme m'incite à m'y mettre bientôt... si possible!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mer 13 Mai 2009 - 22:21

Etrange ! Je viens d'emprunter Et Nietzsche a pleuré, sans savoir que ce fil allait remonter. content Babelle en fait une critique élogieuse. J'ai hâte de le lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechielle
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2025
Inscription le : 03/03/2009
Age : 27
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Jeu 14 Mai 2009 - 7:57

Babelle a écrit:
Je me suis jetée ( Et Nietzsche a pleuré ). Une merveille. Une richesse dans les échanges entre Beuer et le philosophe, entre Breuer et Freud (son jeune confident). Et l'ombre d'Anna O, celle de Mathilde, de l'antisémitisme qui monte en cette fin de 19è s. Les prémisses des codes que nous infligera la psychanalyse mais surtout comment la thérapie se dessine dans la bourgeoisie qui n'ose pas encore "dire" ni "faire les liens" entre vécu et subconscient. Des longueurs, toutefois. Et des dialogues dures à tenir mais c'est pas grave (on peut revenir en arrière...). Nietzsche est un peu flipant, non? (Là je me fais assassinée par Ezechielle...)

Si c'est justifié à la lecture du livre, je te laisserai la vie sauve diablotin
On va surtout dire que Nietzsche est quelqu'un de spécial (et c'est ça qui séduit chez lui, c'est un peu un héros romantique... mais en version "philosophe", loin de ces intellectuels pompeux chez qui ne transparaît aucune émotion sans que cela ne paraisse surfait).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eve Lyne
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Lun 1 Juin 2009 - 17:24

ET NIETZSCHE A PLEURE.

La première de couverture annonce un livre brillant, drôle et passionnant. Il est incontestablement brillant et passionnant, accessible aux néophytes. Par contre, je n’ai rien trouvé de drôle dans cette lecture. Nous y assistons à la naissance de la psychanalyse et de la philosophie de Nietzsche au moment où il envisage de se pencher sur le prophète perse Zarathoustra. Nietzsche consulte Breuer, sur recommandation d’un ami, informé par Lou Salomé de l’état de désespoir profond dans lequel se trouve son ex-amant/ami (la relation aurait été forte mais chaste). Breuer agit alors comme « médecin du désespoir » recourant à la « cure par la parole ». Cette science en est encore à ses balbutiements en cette année 1882 d’où ces appellations.

Le roman s’inscrit donc dans cette rencontre purement imaginaire entre une sommité médicale déjà reconnue –Breuer, psychiatre des grands de ce monde- et un philosophe allemand très prometteur -Friedrich Nietzsche. Cela se passe à Vienne au cours du second semestre 1882. En pointillé, nous croisons Sigmund Freud –élève de Breuer, déjà préoccupé par l’interprétation des rêves et obsédé par l’inconscient- et Lou Salomé –femme de lettres et future psychanalyste au caractère bien trempé. Ces quatre personnages resteront célèbres dans l’Histoire et rendent à juste titre ce livre extrêmement intéressant.

Une bonne partie du livre est consacrée à l’hystérie, ses manifestations et son traitement, à travers la fameuse Anna O., sujet étudié tant par Breuer que par Freud.

En dehors de cette pathologie, les autres thèmes abordés foisonnent : l’amour, le désespoir, la mort, le destin, la liberté, le couple, la psychothérapie naissante, les grandes idées de Nietzsche à travers ses deux premiers ouvrages. On en ressort avec l’envie d’approfondir Nietzsche et de découvrir cette femme hors du commun qu’est Lou Salomé (excellente biographie par Françoise Giroud).

Une bonne partie du roman est composée d’un échange verbal : Breuer face à Nietzsche, ou inversement, le patient n’étant pas celui auquel on pense. Les échanges entre les deux hommes apparaissent comme une partie d'échecs au terme de laquelle tous deux sortiront gagnants.

Un livre réussi et abouti, jamais rébarbatif.

Un passage situé en début de roman qui donne d'ores et déjà envie d'aller plus loin dans la connaissance de Nietzsche :

Citation :
Il (Nietzsche) se définit souvent comme un « philosophe posthume », un philosophe que le monde n’est pas encore prêt à entendre. En fait, le livre qu’il est en train d’écrire s’ouvre sur cette idée : un prophète, Zarathoustra, plein d’une immense sagesse, décide d’éclairer l’humanité. Mais personne n’entend sa voix. Les gens ne sont pas prêts, et le prophète, se rendant compte qu’il est arrivé trop tôt, s’en retourne à sa solitude.


Dernière édition par Eve Lyne le Lun 1 Juin 2009 - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Lun 1 Juin 2009 - 21:39

Merci pour ce résumé. Le roman n'est pas "drôle", en effet, mais il y a une situation fictive tellement vraisemblable qu'on ne peut s'empêcher de sourire, d'autant que la frontière, d'un fauteuil à l'autre, est bien étroite entre analysé-analysant. Les paroles de chacun auront une incidence sur leurs rêves, et leur interprétation parfois dès le lecdemain... Le "dénuement" est émouvant.

- P-S : la postface (p. 417 chez Galaade) nous fait rebondir encore, grâce aux recherches sur la correspondance de Nietzsche effectuées par Renate Müller-Buck en 2003. Dans les archives, cette dernière tombe sur une lettre datée de 1878 dans laquelle un certain Siegfried Lipiner cherche à convaincre un certain Heinrich Köselitz d'e*a*d*r***er*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Eve Lyne
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1936
Inscription le : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Lun 1 Juin 2009 - 23:52

Babelle a écrit:
Merci pour ce résumé. Le roman n'est pas "drôle", en effet, mais il y a une situation fictive tellement vraisemblable qu'on ne peut s'empêcher de sourire, d'autant que la frontière, d'un fauteuil à l'autre, est bien étroite entre analysé-analysant. Les paroles de chacun auront une incidence sur leurs rêves, et leur interprétation parfois dès le lecdemain... Le "dénuement" est émouvant.

Drôle au point d'en rire... non. Drôle parce que Breuer se propose d'analyser Nietzsche et monte un subterfuge qui se retournera contre lui... oui. Le dénouement confirme la solitude actuelle et à venir de Nietzsche. Cela devait être nécessaire à l'éclosion de son immense talent je suppose. Ce roman donne envie d'approfondir l'oeuvre de Yalom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Irvin Yalom   Mer 19 Aoû 2009 - 11:05

LA MALEDICTION DU CHAT HONGROIS

C'est un recueil de nouvelles psychanalytiques, relatées par un psychanalyste. Cela pourrait faire peur ou rebuter des lecteurs non avisés. Et bien non car le talent est là, l'humour sous-jacent. Certes, mieux vaut s'intéresser à la problématique pour prendre plaisir à cette lecture. Quand c'est le cas, on est vite entraîné dans les méandres de l'inconscient de patients, réels ou imaginaires d'Irvin Yalom. Et certains cas nous renvoye à notre vie, nos angoisses ou nos doutes.
Un livre un peu dangereux donc mais qu'on peut lire aussi de façon plus détendue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irvin Yalom   

Revenir en haut Aller en bas
 
Irvin Yalom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Livres d'Irvin D. Yalom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: