Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Gaétan Soucy

Aller en bas 
AuteurMessage
Caro
Posteur en quête
Caro

Messages : 50
Inscription le : 08/03/2007
Age : 38
Localisation : Montréal, Québec

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeVen 9 Mar 2007 - 19:19

Gaétan Soucy Soucy10

Auteur québécois, également professeur de philosophie, Gaétan Soucy a écrit l'un des livres qui se retrouvent dans mon top 10.

La petite fille qui aimait trop les allumettes qui n'a aucun lien direct avec la petite fille qui vendait les allumettes, sauf pour l'intertexte, plonge le lecteur dans un univers plutôt sombre et déstabilisant. Le personnage narrateur est ambigu et pour cause, les deux enfants élevés par leur père dans un domaine en décrépitude voient leur vie basculer du tout au tout le matin où ils découvrent leur père mort dans sa chambre. Jusque là, leur père gérait toute leur vie, les enfants se retrouvent sans modèle, sans point de repère, hésitant entre aller de l'avant vers l'inconnu et prendre leur vie en main ou poursuivre exactement comme si le père était là.

C'est une histoire tout à fait fascinante où le lecteur découvre l'univers noir fortement marqué par la figure paternelle et où le personnage narrateur effectue un parcours qui le mènera à la découverte du monde extérieur et à la découverte de son identité.

La mise en récit et l'écriture sont tout à fait merveilleuses, mots valises, expressions étranges, absence de prénoms et de majuscule aux noms cités, citations tirées d'oeuvres non citées intégrées parfaitement à la narration...

Un autre must de ma bibliothèque.

Note: c'est paru en 1998, chez Boréal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Foret
Espoir postal
Foret

Messages : 48
Inscription le : 12/04/2007

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeSam 21 Avr 2007 - 13:47

Au début j'ai eu du mal à m'habituer au style d'écriture bien particulier mais au bout de quelques pages j'adorais ! C'est un livre magnifique et étonnant, unique en son genre, que je n'oublierais pas. Un coup de coeur tout simplement ! :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natura2.canalblog.com/
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeLun 7 Mai 2007 - 18:21

8 décembre :

Un roman bizarre, à la fois poétique et durement réaliste, mais plutôt réussi.

Des personnages et des situations complexes qui suscitent interrogations et intérêts…mais qu’est-il donc arrivé à ce petit employé de banque, mentalement absent mais jadis petit garçon intelligent, curieux et impopulaire ? Et que va-t-il devenir ? Il y a aussi cette institutrice boiteuse qui se croit indésirable et une petite fille muette qui en sait beaucoup et qui disparaît dans le brouillard des désirs de chacun…plus quelques curés qui traînent de ci de là… Very Happy

Un style d’écriture très particulier, l’émotion à fleur de mots…les désirs des personnages effleurent en permanence puis des rumeurs horribles, de plus en plus horribles, jusqu’à la vérité finale qui l’est encore plus, les frappent et les laissent pantois ou encore plus affamés d’amours…
Certains en trouvent, d’autres se consolent comme ils le peuvent.
Un endroit où les yeux sont souvent en contradiction avec les mains…

Un auteur à conseiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snark
Main aguerrie
Snark

Messages : 495
Inscription le : 11/05/2007
Age : 33
Localisation : ici

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeSam 19 Mai 2007 - 18:32

Le petite fille qui aimait trop les alumettes

La manière dont ce livre m'as affecté m'as amené à me questionner sur le rapport entre le texte et le lecteur.

Les 15 premières pages m'ont glacé le sang. J'en grelottais... des frissons dans mon front (suis qqn de très sensible, faut le dire)... Si bien que j'ai dû arrêté. J'étais plus capable de lire. Des enfants enracinés dans du goudron, les personnages. J'étais angoissé, blême. pale Je pensais au comment je pourrais m'arrangé pour faire une dissertation sur le roman sans le lire (pque je devais le lire et l'étudier dans le cadre d'un cours). :arrow: Évidemment je désirais le brulé, ou l'enterrer dans une énorme butte de neige, ou l'envoyer au pôle Nord, là où il sera dans le milieu qui le convient...
2 jours plus tard, jai repris le livre. Mais alors, j'étais armé de questions. À la place de lire le roman d'une manière directe, je réfléchissais au texte. Bref, je prenais une distance. Ainsi, j'ai lu tout le reste du roman sans indigestion. Il m'a mm beaucoup plus, sous un angle intellectuel.
Mais... n'avait-il pas, à cause de la réflexion, perdu son véritable pouvoir? Lire un roman en prenant une certaine distance réflexive, n'est-ce pas tuer sa magie?

Mon avis sur la question: La posture idéale du lecteur n’est pas celle qui met l’accent sur le sens du texte (cela est pour moi futile), mais celle du lecteur qui accepte, du moins lors de sa première lecture, d’être un « producteur », c’est-à-dire de produire dans son imagination le film imaginaire que l'auteur lui propose afin de se laisser emporter, sans prendre de distance, par ce qui s’y passe. Je pense que prendre une distance critique par rapport au texte dès la première lecture, c’est tuer sa magie, l’effet obscur qu’il produit sur celui qui le fait vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caro
Posteur en quête
Caro

Messages : 50
Inscription le : 08/03/2007
Age : 38
Localisation : Montréal, Québec

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeMer 27 Juin 2007 - 1:28

Citation :
Mon avis sur la question: La posture idéale du lecteur n’est pas celle qui met l’accent sur le sens du texte (cela est pour moi futile), mais celle du lecteur qui accepte, du moins lors de sa première lecture, d’être un « producteur », c’est-à-dire de produire dans son imagination le film imaginaire que l'auteur lui propose afin de se laisser emporter, sans prendre de distance, par ce qui s’y passe. Je pense que prendre une distance critique par rapport au texte dès la première lecture, c’est tuer sa magie, l’effet obscur qu’il produit sur celui qui le fait vivre.

Tout est quand même relatif et surtout, en fonction de pourquoi on lit...

Quand on veut lire pour produire une réflexion critique, une analyse, une dissertation, une thèse, etc, on n'a pas le choix de prendre une posture critique. Cette posture implique nécessairement une certaine distance par rapport à nos émotions. Non pas qu'on ne se permet pas de les vivre, mais il faut savoir se questionner sur le pourquoi on les vit.

Pour bien commenter un texte littéraire, il faut malheureusement réfléchir au texte et aller toujours plus loin que la simple appréciation et que la première impression.

Bien sûr, lorsqu'on apprend à entrer dans le processus de lecture critique à chacune des lectures obligatoires, on finit par tout lire avec cette posture, c'est devenu impossible de retrouver une simple lecture ludique. ET ça fait très mal de le réaliser... En tout cas, moi ça m'a fait ce coup!

Mais on se débrouille et on finit par trouver un plaisir décuplé par nos émotions et notre distance critique.

Quand tu parlais d'un lecteur producteur, c'est exactement dans ce sens que l'on prend une distance critique: pour devenir un créateur de sens et de signification. Cette signification sera toute personnelle parce que notre vision du monde, notre vision du texte, nos références littéraires, culturelles, historiques et émotives sont toutes différentes. Je pense que dans la distanciation critique, il faut tout de même inclure nos réactions spontannées par rapport au texte, elles peuvent nous inciter à réfléchir et à pousser notre lecture à un degré supérieur.

Le distance critique est surtout là pour éviter qu'on ait le nez collé que sur le passage que l'on lit et le coeur strictement axé sur nos expériences personnelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snark
Main aguerrie
Snark

Messages : 495
Inscription le : 11/05/2007
Age : 33
Localisation : ici

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeMer 27 Juin 2007 - 19:32

Intéressant, intéressant…Ton point de vue me permet d’éclairer les raisons qui m’ont amener à ne pas choisir d’étudier en lettres l’année prochaine. Merci pour ta réponse!

Je sais pas, quand ce qui se passe entre moi et le texte, c’est surtout des mots (la distanciation critique, cest réfléchir le texte), je ne suis pas satisfait…Au lieu de me questionner sur le pourquoi qqch (càd émotions obscures)passe entre moi et le texte, je valorise au maximum ce qqch d’insaisissable. Déplier ce qqch, voilà ce que j’essaie de faire, mais par après… Je veux plus m’approcher de ce qqch que m’en éloigner (ce que fait la distanciation critique pendant la lecture, je crois). Pour moi, le problème se pose donc ainsi : la lecture critique est-elle plus intense et vivante que la lecture naïve? Mais je ne le saurai jamais : jaime trop la zone d’obscurité, source intarrissable d’idées fugitives et sauvages, qu’il y a entre moi et x texte pour tenter* de l’apprivoiser (ou pour une x raison) par la lecture critique.
Dans la mm perspective, je trouve que toutes les références, qui distancient du rapport direct, sont inintéressantes.
Bref, mon point de vue (entièrement subjectif) se base sur l’amour du rapport le plus direct et naïf qui soit.

*Citation: ''Bien sûr, lorsqu'on apprend à entrer dans le processus de lecture critique à chacune des lectures obligatoires, on finit par tout lire avec cette posture, c'est devenu impossible de retrouver une simple lecture ludique.''

note: pque personne me répondait ici, jai ouvert un fil sur le sujet de la ''posture du lecteur'', dans Pratiques culturelles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antigone
Posteur en quête
Antigone

Messages : 72
Inscription le : 19/01/2009
Age : 46
Localisation : Drôme

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeMar 20 Jan 2009 - 21:28

La petite fille qui aimait trop les allumettes

Quel livre étrange, à la fois horrible et magnifique ! Tiens, cela me fait penser à l'atmosphère du film Tideland de Terry Giliam !

C'est l'histoire de deux adolescents qui ont toujours vécu reclus du monde, seuls avec leur père, n'ayant qu'entraperçu d'autres de leurs semblables. On comprend peu à peu que la famille avait des règles propres à eux, qu'ils vivent dans un manoir délabré et l'on a progressivement accès à leurs lourds secrets. L'histoire commence avec le décès du père qui s'est pendu. L'un des deux frères va donc en ville pour la première fois chercher une boîte à trou (cercueil). Le plus extraordinaire n'est pas tant l'histoire, qui ne pourrait être qu'un sordide mélo, mais surtout l'écriture car le narrateur n'est autre que l'un des deux adolescents qui a été nourrie des livres présents dans le château et nous découvrons donc tout cet univers par ses yeux. C'est une écriture magique, inventive, et folle, à la fois d'une grande tendresse et d'une grande noirceur ... Je pense aussi au livre d'Henry Bachau, l'enfant bleu, où c'était un autiste qui parlait.

Bref dérangeant, horrible, poétique et sublime !

un extrait :

" Ah j'aurais voulu ne pas céder au sommeil et en finir avec mon testament avant qu'il ne soit catastrophe. Mais j'étais abandonnée par mes forces, elles s'étaient sauvées comme un crayon. Quoi qu'on fasse et qu'il en soit, et aussi loin qu'on aille, il faut s'étendre au bout du compte pour dormir, c'est fatal. On a la laisse au cou, la fatigue qui vous retient à la terre finalement vous y tire, et l'on tombe, toujours, que voulez-vous. C'est l'élastique de la mort."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neom.over-blog.com/
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 37

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeJeu 11 Juil 2013 - 12:00

http://voir.ca/nouvelles/actualite-litteraire/2013/07/10/lecrivain-gaetan-soucy-est-decede/

Voir, 10 juillet 2013 a écrit:
Les Éditions du Boréal annonçaient plus tôt aujourd’hui le décès de l’écrivain Gaétan Soucy, survenu à Montréal le 9 juillet, des suites d’une crise cardiaque.

[...]

C’est pourtant son troisième roman, La petite fille qui aimait trop les allumettes (Boréal, 1998), traduit en une vingtaine de langues, qui établit sa renommée internationale. Il est le lauréat du prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec.

Nous pouvons déplorer son décès. La petite fille qui aimait trop les allumettes est un roman INOUBLIABLE. Il a écrit d'autres livres. Nous pouvons cependant regretter qu'il ne se soit pas consacré davantage à sa carrière d'écrivain. C'est maintenant à la relève de se manifester. Merci Gaétan, pour avoir rehaussé les critères de qualité en matière de littérature québécoise.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 37

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeJeu 11 Juil 2013 - 12:29

Je reprends ici certains extraits de la nouvelle émise dans Le Devoir de ce matin.

Le Devoir, 11 juillet 2013, p. A1 et A10. a écrit:
«L'essentiel de son oeuvre est rassemblé ensuite aux éditions du Boréal. Publié en France aux éditions du Seuil, Soucy y avait pour éditeur Bertrand Visage, le même qui s'occupait de Nelly Arcan.

[...]

Perrine Leblanc, une des écrivaines les plus prometteuses de sa génération, était complètement sous le choc à l'annonce du décès. «J'ai rencontré Gaétan en 2004. Je l'ai tout de suite trouvé lumineux; je l'ai aimé sur-le-champ. Nous avons voyagé ensemble, nous avons vécu ensemble pendant deux ans et nous nous sommes aimés très fort. Le Québec perd un auteur majeur, une voix littéraire puissante, singulière, incomparable. Moi, je perds aussi un homme qui a compté.»

Homme à la fois simple et complexe, Soucy pouvait citer sans affectation Beckett, Montherlant ou Descartes au cours d'une même échange. Sa Petite fille aux alumettes, son oeuvre la plus saluée, est à situer quelque part entre la finesse délicieuse d'un Jacques Ferron, la logique d'un Ludwig Wittgenstein, cité d'ailleurs en ouverture, et le fantastique de l'univers d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Les critiques ne s'y sont pas trompés en voyant dans ce livre un véritable chef-d'oeuvre. [...] Ce livre étonnant par sa force annonce avec une grande légèreté qu'il a été écrit en moins d'un mois, soit du 27 janvier au 24 février 1998. Mais on sait depuis qu'il s'agit là aussi de littérature, puisque l'auteur avait donné à lire antérieurement divers fragments de ce manuscrit remarquable.

Un jour plus tôt, j'initiais le fil de Perrine Leblanc. Quand le hasard fait bien les choses...

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 37

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeJeu 11 Juil 2013 - 12:42

Je vous livre un autre extrait de La petite fille qui aimait trop les allumettes :

Gaétan Soucy, La petite fille qui aimait trop les allumettes, 1998, Montréal, Boréal, p. 154. a écrit:
- Oui, je sais, mon ventre est enflé. Et plus ça enfle, depuis bientôt au-delà de deux saisons, et plus  j’ai l’impression que la perte de mes couilles est cicatrisée dans mon corps, sinon dans mon âme qui me distingue des pauvres soldats de mon frère, parce que je ne saigne plus depuis bientôt plus de deux saisons.  Mon ventre enfle et, ce qui est curieux, c’est que j’ai le sentiment qu’il y a quelqu’un d’autre que moi en-dedans, comme si je commençais à être quelque chose et demi.  Ça fait ceci dans mon ventre en ce moment même, touchez.»

Il s'agit d'Alice qui confond son propre sexe et ignore qu'elle est enceinte...

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeJeu 11 Juil 2013 - 15:56

J' ai beaucoup aimé La petite fille qui aimait trop les allumette, moins les autres...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 37

Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitimeLun 15 Juil 2013 - 11:51

Je reprends ici le fil des développements entourant la mort de Gaétan Soucy. Ce n'est pas bien important, mais il y a une lettre-témoignage de son ami qui vaut la peine d'être lue pour bien cerner ce qu'était Gaétan Soucy. La voici : http://www.ledevoir.com/culture/livres/382932/lettre-a-gaetan-soucy-le-fabuleux-ecrivain-et-aussi-mon-ami

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Gaétan Soucy Empty
MessageSujet: Re: Gaétan Soucy   Gaétan Soucy Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Gaétan Soucy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature canadienne-
Sauter vers: