Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Neil Jordan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Neil Jordan   Mer 20 Aoû 2008 - 3:11




Neil Jordan est né en 1950 à Sligo, et Sligo, c'est en Irlande. Neil Jordan est donc irlandais, et oui. Je le connaissais comme cinéaste ( "The crying game "). Il est aussi écrivain, et "Les ombres" est son quatrième roman.

Les ombres ( Shade)
traduit de l'anglais ( Irlande) par Michèle Albaret-Maatsch
Ed de l'Olivier

" Je sais exactement quand je suis morte......George me tua avec des cisailles, celles qu'il utilisait pour tailler le lierre couvrant la façade de la maison......Si j'avais pu choisir mon assassin, inutile de dire que je n'aurais pas choisi George. j'aurais choisi des mains plus douces, ou plus efficaces , des mains comme on en voit au cinéma ou comme on en décrit dans les livres....."

Ca démarre fort. Nina vient donc de mourir, assassinée et jetée peu glorieusement dans la fosse septique de sa maison de famille, celle où elle est née cinquante ans auparavant. George, son meurtrier, n'a rien d'un inconnu pour elle. Il est fou d'elle depuis l'enfance, c'est le gamin un peu dérangé du village qui, avec sa soeur , a partagé avec Nina et son demi frère cette période de la vie qui permet toutes les fantaisies, tous les rêves, et tous les mélanges notamment sociaux. Mais l'enfance n'a qu'un temps et ce que l'on a cru possible se réalise rarement. Certains l'acceptent, d'autres n'en font jamais le deuil.
Devenue fantôme, Nina va pouvoir nous raconter cette histoire , son histoire. " Je suis le narrateur parfait, j'habite le présent et le passé, je danse entre les deux, je ne suis rien sinon mon histoire, laquelle parait déjà ne jamais vouloir finir."
C'est un roman qui regorge de sentiments violents et de passions qui aboutissent au désastre final. Dans un paysage irlandais de landes brumeuses, rivières qui charrient des cheveux d'anciennes noyées devenues l'objet de légendes.
C'est aussi , entre autre mais c'est ce qui m'a le plus touchée, une description de la violence des sentiments enfantins , de l'intensité des liens créés, le quatuor a résisté sept ans, et puis après,la guerre est arrivée, ils ont du devenir adultes et ne s'en sont jamais remis:
" Et rétrospectivement on se rend compte que l'intermède était la pièce même. Notre vie est peut-être constituée de l'avant et de l'après, mais en fait, c'est durant l'intermède que les choses se sont nouées et, à côté, tout le reste s'est révélé...fade."
Très beau roman!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Neil Jordan   Mar 26 Aoû 2008 - 18:18

Tentant, vraiment tentant celui-là !!! Noté.....

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Neil Jordan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAVID MC NEIL
» foot normand
» La tenue Cam de quelle armee
» Le Cercle des poètes disparus
» les Matrix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: