Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Dermot Bolger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Dermot Bolger   Sam 23 Aoû 2008 - 1:24



Auteur irlandais prolifique, Dermot Bolger est né dans la banlieue ouvrière du nord de Dublin (le Northside) à Finglas en 1959. Opposant souvent tradition et modernité dans ses récits où plane l'esprit de la pastorale, le romancier fait un usage fréquent du fantastique et du gothique dans le contexte urbain particulier d'un Dublin en plein renouveau. La nature de son discours romanesque, parfois violemment hostile au nationalisme culturel irlandais, s'inscrit par conséquent dans le prolongement du révisionnisme culturel irlandais amorcé dans les décennies précédentes. Paradoxalement, on peut aussi lire dans son roman gothique un discours proche du nationalisme irlandais dans la mesure où il offre souvent la vision d'une Irlande assiégée par la modernité et la mondialisation.

Wikipedia
et le lien pour la bibliographie ici

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Sam 23 Aoû 2008 - 1:57

Toute la famille sur la jetée du Paradis
traduit de l'anglais ( Irlande) par Bernard Hoepffner et Catherine Goffaux
Editions Joëlle Losfeld

Ce n'est en fait pas un roman, mais le récit-romancé, mais tout récit n'est-il pas romancé- d'une histoire familiale, celle de Sheila Fitzgerald, née Goold Verschoyle.Dans la post-face, Dermot Bolger explique qu'il a rencontré pour la première fois Sheila Fitzgerald en 1977, elle vivait dans une petite caravane, près de son ancienne maison transformée en refuge pour animaux. C'est en 1992 , alors qu'elle avait presque 90 ans, qu'elle lui a raconté l'histoire de cette famille irlandaise .Et que c'est à partir de ce récit , que ce livre a été écrit.

"La fiction ne peut jamais dire toute la vérité, cependant elle peut sans doute dire des vérités altérées et tout aussi importantes. Les biographies et même les autobiographies ne peuvent pas non plus révéler toute la vérité. Nous voyons invariablement notre vie à travers le prisme de la version de la réalité que nous avons construite à partir d'un choix de souvenirs, de sorte que notre passé finit par être composé non pas à partir de ce qui est arrivé mais à partir de ce que nous nous souvenons nous être arrivé..."

Issus de fantassins hollandais qui bâtirent leur fortune en louant des taudis à Dublin, détail que la légende familiale a pris soin d'effacer, les Goold Verschoyle coulent, en cette année 1915, des jours paisibles dans le Donegal, loin des révoltes qui commencent à naître à Dublin. Comme chaque été, c'est dans le cadre enchanteur de Manor House qu'amis, cousins et voisins se retrouvent autour de cette famille respectée, aimante, décrite dans cette scène idylique de pique nique au bord de mer, scène à laquelle se raccrocheront tous les enfants dans les drames de leurs vies individuelles.Le paradis définitivement perdu...





Photographie de Friedrich Adolf Paneth ( détail) 1925 National Media Museum

En effet, tout va se gâter. 'Ce monde s'apprête à disparaître dans le fracas du premier conflit mondial et les déchirements d'une guerre civile sanglante. Passionnante est d'ailleurs la peinture que Bolger fait de cette classe aristocratique protestante dépossédée du pouvoir après l'établissement de l'Etat libre (1921) et qui, chaque jour davantage, se sent étrangère dans son propre pays.

Les Goold Verschoyle finiront, comme tant d'autres, par s'exiler en Angleterre. Ils laisseront derrière eux, à l'orée de l'âge adulte, des enfants avides d'aventures et d'idéaux.Staline et les goulags, la guerre d'Espagne , ces enfants irlandais se lanceront dans de grandes utopies , et deux n'en reviendront pas.

Grande fresque familiale et historique que Dermot Bolger s'est décidé à écrire après avoir lu que Sheila Fitzgerald admirait les artistes qui avaient le courage de s'emparer de la réalité et de la transformer en quelque chose de nouveau.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Sam 23 Aoû 2008 - 10:13

Merci Marie pour introduire cet auteur parmi les Parfumés.
Quel beau souvenir de lecture - j'ai lu Tentations de lui.. et même si cela fait des années - j'en garde encore des images qui se sont produites lors de la lecture.. et surtout mon adoration pour cet écrivain qui a raconté son histoire en plus grande partie de la vue d'une femme et sa sensibilité de se mettre dans la peau d'une mère de trois enfants au moment ou elle rencontre par hasard son amour de jeunesse et les dits et non-dits de cette tentation et la tension si elle va succomber ou non.. extra...

Toute la famille sur la jetée du Paradis est sur ma LAL – aussi bien à cause du contenu que de la couverture Wink – mais étant un tel pavé.. il doit attendre encore un peu

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Dim 24 Aoû 2008 - 0:52

Tu piques ma curiosité Marie; j'ai acheté son dernier mais il n'est pas prévu que je le lise tout de suite maintenant; je vais mettre un peu de côté les pavés et revenir à des romans moins épais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Dim 16 Nov 2008 - 1:13

La musique du père
traduit de l'anglais par Marie_Lise Marlière
10/18

L’héroïne de ce roman, Tracey est complètement paumée. Son père,elle ne l’a jamais connu, sa mère vient de mourir et elle a jeté ses cendres dans une poubelle…
Ma vie, dit-elle, est une fuite perpétuelle, la recherche d'une sensation nouvelle pour effacer le goût amer de la précédente.

C’est dans une boîte de Londres que cette jeune anglaise va rencontrer un homme irlandais beaucoup plus âgé , assez mystérieux, avec lequel elle va vivre une aventure assez glauque. Et qui va l’entrainer à Dublin après bien des péripéties ( un peu trop, ai-je trouvé..) .

C’est en Irlande que l’histoire s’illumine quand Tracey apprend qui est son père , un musicien, un des plus fameux «  violoneux » du Donegal, et retrouve ses traces.

C’est un roman assez dur ,cru, violent et dérangeant même par moments..S’égarant un peu dans de sombres histoires de pègre et de mafias diverses , dans lesquelles je me suis un peu perdue! Mais avec un beau personnage, celui de cette jeune fille en quête de ses racines , cherchant à qui se rattacher et se redressant peu à peu.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Lun 20 Fév 2012 - 19:51

Citation :
Dermot Bolger a publié en 1993 une première version d'Une seconde vie, traduite en français sous le titre Le Ventre de l'ange, dont il fit par la suite interdire la réédition. Près de vingt ans plus tard, il livre un roman largement remanié, prenant en compte l'évolution des mentalités en Irlande, gommant ses maladresses de jeune romancier et tempérant la colère qui l'animait alors.

Le livre est dédié à son épouse décédée d'une rupture d'anévrisme avant la parution du livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Mer 22 Fév 2012 - 14:13



Une seconde vie
Citation :
Sean Blake réchappe de justesse à un accident de voiture à la suite duquel il a été, pendant quelques secondes, déclaré cliniquement mort. A son réveil, bouleversé, Sean perçoit le monde tout à fait différemment, comme s'il débutait une nouvelle existence. Mais ce n'est pas la première fois que Seanvoit sa vie modifiée. A six semaines, il a été retiré à sa mère, une jeune fille forcée par la société et l'Eglise de le laisser à l'adoption. Avec le sentiment d'être devenu étranger à sa femme et à ses deux enfants, et très certainement en premier lieu à lui-même, Sean décide de partir à la recherche de cette mère dont il ne sait rien.

Dans sa très belle préface à Une seconde vie, Dermot Bolger explique pourquoi il a repris et entièrement réécrit son roman paru en 1994. Les mentalités ont changé en Irlande depuis lors et il n'est plus tabou, en tous cas pas autant, d'évoquer cette sombre période (les années 50/60) durant laquelle nombre de jeunes femmes ayant "fauté" furent obligées de confier leurs enfants à des institutions religieuses et de passer elles-mêmes par des couvents, qui ressemblaient davantage à des prisons (un thème traité magistralement dans le film The Magdalene Sisters). Le narrateur d'Une seconde vie, Sean, est lui-même est un de ces enfants abandonnés à la naissance, puis adopté, et désormais père de famille. Un accident de voiture, au cours duquel il côtoie la mort, le renvoie à son passé étouffé et l'amène à rechercher sa mère inconnue. Une enquête qui prend la forme d'un véritable exorcisme et dont la plume de Bolger restitue toute la douleur, à la lisière de l'insoutenable. Sur fond de procès implacable de pratiques innommables, encouragées par l'Etat et la morale sociale, que l'Eglise catholique géra sans états d'âme, le livre raconte un parcours intime terrible, une quête d'identité chimérique à la recherche d'une vérité insaisissable, enfouie dans les archives de la mémoire collective. En contrepoint à cette recherche du fils, le romancier trace en quelques chapitres le calvaire de celle qui le mit au monde et ne cessa de chercher à savoir ce qu'il était devenu. Ce mélodrame littéraire serait difficile à supporter sans la pudeur de style et la sensibilité extrême de Dermot Bolger. Avec ce livre poignant, l'auteur ajoute sa voix à la grande confrérie des écrivains irlandais dont la langue rocailleuse fouille jusqu'à l'os les blessures béantes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Jeu 23 Fév 2012 - 12:18

C'est encore noté !!! sourire

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Lun 24 Sep 2012 - 17:16

Je dois lire ce bouquin, et au bout de 50 pages, je suis complètement noyée, je ne sais pas qui est qui, qui fait quoi, à quelle époque nous sommes......bref, niveau émotion, c'est zéro.....Et je n'y comprends pas grand chose...si ce n'est rien du tout ...

Qui peut m'expliquer , en gros comment est construit ce machin -là?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Mar 25 Sep 2012 - 14:52

Rien ne va plus dans la vie de Sean, il vient de subir un grave accident, et une expérience de mort imminente. Ceci est le point de d »part d’une grosse remise en question, d’un retour sur ses origines, et surtout une recherche de sa vraie mère….
Point de départ original qui aurait pu donner un excellent ouvrage…..seulement voilà, on s’y emmerde à deux sous de l’heure. Pas moyen de lire plus de 10 pages sans avoir la tentation d’un bol de thé, d’un paquet de petits gâteaux, d’un coup d’œil à mon forum favori, et autres choses moins avouables…
Bref, un livre que l’on remise assez vite sur l’étagère, en espérant en trouver un un nettement plus passionnant.
Visiblement Joëlle Losfeld ne me réussit pas ; c’est le second ouvrage de cette maison qui me tombe des mains.


Celles ou ceux qui ont compris le message de l'auteur peuvent me donner leur sentiment....gros moment de solitude devant ce machin là pour moi jypeurien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Noémie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Dim 8 Sep 2013 - 9:47

Une seconde vie

Qu'ajouter à la très belle critique de Traversay ? Rien, si ce n'est que j'ai adoré ce livre, la découverte de cet auteur irlandais a été une très belle rencontre.

La quête de Sean pour retrouver sa mère biologique nous parle d'une période bien sombre de l'Histoire Irlandaise : la douleur est présente dans tous les chapitres, pour tous les personnages de ce roman....on ne le referme pas indemne.

Je regrette de l'avoir terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Dermot Bolger   Mar 10 Sep 2013 - 12:01



Une illusion passagère
Citation :
Martin, haut fonctionnaire irlandais d’une cinquantaine d’années, rattaché à un ministère en bout de course, se retrouve, le temps d’un voyage officiel en Chine, seul dans sa luxueuse chambre d’hôtel. Accablé par une existence terne, entre son épouse et ses trois filles, il décide de s’offrir un massage durant son séjour.
La construction d'une "Novella", court roman ou longue nouvelle, est un art subtil. Pour son premier essai en la matière, l'irlandais Dermot Bolger séduit autant qu'il frustre dans Une illusion passagère. Parce que beaucoup de sentiments complexes affleurent dans le texte ; parce que sa brièveté laisse indubitablement sur sa faim. Son héros est à un point charnière de sa vie laquelle, d'un certain point de vue, le sien en l'occurrence, pourrait apparaître comme un ratage complet. Cette remise en cause, cette crise identitaire, cette auto-critique profonde se produit loin de ses repères, dans un hôtel chinois où sa rencontre avec une masseuse va déclencher tout un tas de pensées contradictoires. Pas question de sexe mais de tendresse. Etre touché, dans tous les sens du terme, est bien plus important que jouir. A travers une amorce de dialogue entre le haut fonctionnaire irlandais et la masseuse chinoise, deux solitudes se frôlent et tentent de se comprendre en dépit de la barrière de la langue et de l'aspect mercantile de la transaction. Il y a un côté Lost in translation dans Une illusion passagère et des moments volatils de complicité (véritable ou illusoire ?) qui seront sans doute sans conséquences mais on n'en sait rien après tout. On préféra toujours Bolger sur la distance du roman mais cette novella ne manque pas de charme. Evanescent, soit, mais réel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dermot Bolger   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dermot Bolger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Serdaigle [2/4]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: