Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Margaret Laurence

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeVen 31 Déc 2010 - 17:05

Noémie a écrit:
Encore merci à toi,Bix pour m'avoir fait rencontrer Margaret Laurence ! Margaret Laurence - Page 5 807321

De rien, vraiment ! ça aurait pu etre Marie ou Kenavo ou Aériale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noémie
Sage de la littérature
Noémie

Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeVen 31 Déc 2010 - 17:36

Vais-je savoir attendre pour La divine plaisanterie,maintenant ???? Peut-être seulement jusqu'à l'année prochaine ... impatient content rire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeVen 31 Déc 2010 - 19:41

Noémie a écrit:
Vais-je savoir attendre pour La divine plaisanterie,maintenant ???? Peut-être seulement jusqu'à l'année prochaine ... impatient content rire
cela fait plaisir de voir ton enthousiasme Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeLun 7 Fév 2011 - 15:32

A propos de Margaret Laurence, j' ai beaucoup de retard, parce que je n' ai pas trouvé ses derniers
livres traduits en bibliotèque et que j' ai commencé à les acheter d' occasion...

Personne n' a lu Les Devins pour l' instantm' a-t-il semblé ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeLun 7 Fév 2011 - 15:34

Non, moi je l'ai depuis un moment aussi et pas encore ouvert (il est maous costaud)
Mais vu que je suis libérée depuis quelque temps je vais pouvoir m'y mettre swing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeLun 7 Fév 2011 - 15:48

Je me demande si c' est vraient utile de les lire par ordre chronologique, qu' en penses-tu Aériale ?

J' ai commencé par Une divine plaisanterie et je crois que ça ne me gènera pas par la suite, parce que
j' ai cru comprendre que ce qui faisait le lien entre les cinq livres du cycle, c' était surtout le lieu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeLun 7 Fév 2011 - 21:58

Oui je pense. En tout cas je les ai lus dans le désordre en commençant comme toi par celui-ci, et franchement aucun souci pour la compréhension. On apprend juste, incidemment d'ailleurs, que Rachel est la soeur de Stacey dans Les habitants de feu. Par contre je ne vois pas de lien avec la famille d'Hagar et les personnages des autres romans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeLun 7 Fév 2011 - 22:06

aeriale a écrit:
Oui je pense. En tout cas je les ai lus dans le désordre en commençant comme toi par celui-ci, et franchement aucun souci pour la compréhension. On apprend juste, incidemment d'ailleurs, que Rachel est la soeur de Stacey dans Les habitants de feu. Par contre je ne vois pas de lien avec la famille d'Hagar et les personnages des autres romans...

Bon, alors le prochain que je lirai sera L' ange de pierre...

Quand je l' ai commandé chez Amazon, ils m' ont demandé si ce n' était pas plutot l' Age de pierre
que je voulais. Shocked
J' ai recommencé toute ma commande parce que je ne savais meme pas à qui je m' adressais :
une secrétaire ou un robot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeDim 13 Fév 2011 - 10:57

Divine Plaisanterie
Margaret Laurence


Je ne referai pas une fois encore le résumé de ce livre que vous trouverez plus haut. Mais je peux dire que c'est une lecture dont on sort très satisfait. Ce roman est vraiment très bon, il n'y a pas une page à y retrancher ou à y ajouter, et ça c'est vraiment très rare !

Rachel, le personnage principal a une vraie densité, une vraie profondeur. Elle vit emmurée en elle-même, carapaçonnée par une éducation rigide, anglo-saxonne et protestante de la vieille école. Cette éducation où il est de bon ton de ne laisser paraître que ce qui précisément est de bon ton. Cette impression d'enfermement en elle-même est renforcée par l'écriture très maîtrisée de Margaret Laurence qui a pris le parti de nous narrer tout le roman d'un point de vue unique, celui de Rachel. Elle nous relate le monde à travers ses yeux seuls, c'est la plupart du temps un monologue intérieur. Alors le monde de Rachel est forcément étriqué, car elle laisse peu de choses transparaître et peu de choses la pénètrent véritablement. Dans cet espace mental, elle s'est d'ailleurs crée une vie rêvée, de dialogues fantasmés avec les autres et avec son 'amoureux'.

Forcément Rachel est en décalage avec les gens, elle ne les comprend pas bien, interprète mal leurs intentions et eux ne la comprennent pas toujours non plus. Elle s'en excuse toujours abondamment et 'Sorry' est un mot qui scande tous ses dialogues 'réels'. Elle interprétera de la même façon maladroite les intentions du godelureau qui va la séduire, et qui semble d'ailleurs sans détours à nos yeux. Seule Rachel croira à l'amour, handicappée de la vraie vie qu'elle est. C'est amusant cette soif de se lancer dans une relation amoureuse, elle le fait un peu comme une adolescente, sans beaucoup de discernement. Il est vrai qu'avec une mère comme la sienne, il vaut mieux prendre le large comme l'a fait sa soeur- la mère est une femme enfermée elle-aussi, mais dans des certitudes et des convenances si étouffantes qu'elle en est toxique pour sa fille, presque cannibale. C'est pourquoi Rachel interprète la vie de façon décalée, même sa grossesse ! Quel pied de nez de l'auteur.

Seule la fin est porteuse d'espoir, c'est en fait un début prometteur. J'ai déjà commandé un autre roman de Margaret Laurence.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeVen 2 Sep 2011 - 11:46

-Les devins-

Citation :
Regarde devant toi vers le passé, ert derrière toi vers le futur, jusqu'au silence

Les devins est considéré comme le roman le plus autobiographique de Margaret Laurence, et forcément sa résonance m'a d'autant plus touchée. L'histoire en flash backs de cette femme adoptée à cinq ans pourrait presque être la sienne, et la justesse de ses pensées associée à la puissance de l'écriture y donnent encore plus de vérité, pour tout cela j'ai adoré.

Bien sûr tout ou presque se passe au Canada, Morag y vieillit en solitaire dans sa ferme éloignée du monde, mais entourée de quelques amis. Le départ de sa fille Pique la contraint à se pencher sur son passé, à en revivre les moments forts. Son enfance entre pauvreté et chaleur rustaude, ses années d'adolescente un peu rebelle puis son mariage avec un professeur d'université dans lequel elle croit avoir trouvé sa place, mais qui l'étouffe et la ramène à ses contradictions, et surtout à cette soif de liberté. Toujours cette sensation de se sentir à part, attirée par ceux qui vivent en marge, un refus constant des convenances, et un besoin vital de s'échapper par l'écriture.

C'est une histoire à la fois tumultueuse et en même temps simple, parce que tout est là: la solitude, la souffrance, les envies et les désillusions, mais surtout cette volonté intangible qui pousse les êtres à ne pas renoncer, à rester fidèles à eux mêmes, malgré les embûches et les faux pas. Morag/Laurence nous donne ici une belle leçon d'humanité, et je dirais aussi d'honnêteté. C'était un bonheur de la retrouver encore une fois, à coeur ouvert et sans compromis. Une très très belle lecture (mais réservée aux courageux: 488 pages quand même)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeMar 28 Fév 2012 - 9:58

À cause de l'image de David Alexander Colville ici, je reviens sur ce fil.. et j'ai vu qu'il y a eu en 2007 l'adaptation de L'ange de pierre



je n'ai pas trouvé s'il était sortit en France, mais je l'ai commandé cheers

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeDim 13 Mai 2012 - 15:51

Quelqu' un aurait-il lu Un oiseau dans la maison ? Paru en mai en France?

Sinon, il faudra que j' attende un peu que le prix baisse. Mais je le lirai ! Rien de ce qui est oiseau ne peut m' etre étranger !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeMer 16 Mai 2012 - 7:44

bix229 a écrit:
Quelqu' un aurait-il lu Un oiseau dans la maison ? Paru en mai en France?
J'avais zappé cette info mais je m'empresse d'y revenir.

En effet parution de son dernier volet publié en 1970 et qui cloture les cinq récits du "Cycle de Manawaka"

Margaret Laurence - Page 5 97820713

Autant dire que je vais me le procurer d'urgence! Merci pour l'info Bix. Je vous tiens au courant swing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeMer 16 Mai 2012 - 8:41

Aeriale a écrit:
En effet parution de son dernier volet publié en 1970 et qui cloture les cinq récits du "Cycle de Manawaka"
ce sont des nouvelles.. et juqu'à présent j'ai toujours cru qu'à cause de ce fait, ils n'appartenaient pas tout à fait à ce cycle.. mais en recherchant un peu plus loin, il se peut que ce sont des nouvelles qui tournent autour du même personnage (il y a bien eu des auteurs qui avaient trouvé cet astuce avant Olive Kitteridge Wink )

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitimeMar 11 Déc 2012 - 21:01

UN OISEAU DANS LA MAISON. - J. Losfeld

Vanessa McLeod nait à Manawaka dans le Manitoba. C' est là qu' elle passera les 17 premières années de sa vie. Et c' est elle la narratrice de ces 10 nouvelles en partie autobiographiques.

Le Canada est en crise, comme les Etats Unis en ce début des années 30 et suivantes. Et la propre famille de Vanessa est souvent au bord de la crise de nerfs. C' est donc le milieu familial qu' elle va étudier, observer et décrire. Avec la partialité d' une fille, partagée entre l' affection d' une mère aimante, mais trop fragile et qui se tue à la tache pour aider son mari, médecin de campagne.

Ses patients sont tellement pauvres que personne ne peut le payer, sinon, en poulets, en oeufs ou en légumes, dans le meilleur des cas. Et ce père est trop souvent absent pour que Vanessa n' en ressente pas de frustrations. D' autant que dans leur propre maison vit l' aieule du coté paternel. Une vieille dame coincée, hautaine, en mal d 'un passé soigneusement édulcoré et idéalisé.

Du coté maternel, c' est pire. Y règne un tyran absolu, caractériel, égoiste, violent, le grand-père de Vanessa. Vivent sous son emprise, sa femme, douce et taciturne, mais qui est bien la seule à s' interposer entre son mari et et les autres membres de la famille. Notamment, Edna, sa fille cadette, au chomage et son ainée, la mère de Vanessa. Car c' est lui, le vieil ours, qui aide à faire bouillir la marmitte, et il ne rate jamais l' occasion de le rapeler avec la grossièreté abjecte. qui lui est propre.

Vanessa vit dans ce milieu et elle voit et entend bien trop de choses qu' elle aurait préféré ignorer : conflits, latents ou non, violences verbales, mesquineries. Et puis des deuils horriblement cruels : sa grand mère maternelle, puis son père. Et plus tard, un cousin qu' elle connaitra tardivement, à six ans, alors qu' il en a quinze. Et cette perte, quand elle aura treize ans, sera vraiment terrible, parce que ce garçon, pudique, sensible, intuitif, respectueux des autres, a toutes les qualités requises pour conquérir une fillette en mal d' affection, de contacts et d' échanges positifs.

Elle le reverra de temps en temps et regrettera souvent d' etre si jeune par rapport à lui. Car c' est aussi un solitaire malmené par l' existence et en manque de chaleur et d' expression.

Dans sa solitude, Vanessa, comme beaucoup d' enfants reveurs et imaginatifs, se raconte des histoires qu' elle invente et qu' elle commence à écrire. Et les épreuves douloureuses qu' elle vit, elle les enregistre et les note mentalement au plus profond d' elle-meme. Et on a clairement conscience d' assister à l' apprentissage de la romancière que sera Margaret Laurence. Une romancière profondément émouvante dans sa sobriété.

A propos de la mort de sa grand-mère, elle écrit :

Je ne me rendais pas vraiment compte encore que grand-mère Connor n' animerait jamais jamais cette maison, préservant on ne sait comment sa paix précaire... Je n' imaginais pas du tout que la mort serait ainsi, pas seulement son propre chagrin mais la conscience presque insupportable de la douleur d' autrui, que l' on ne pouvait ni atteindre ni adoucir. P. 80

Et après celle de son père :

Dans la nuit noire autour de moi, j' entendis un son. C' était ma mère ; elle ne pleurait pas fort du tout, mais du tréfonds d' elle-meme. Je m' assis dans mon lit. Tout semblait s' etre arreté, le temps, mon coeur, mon sang lui-meme. Puis ma mère remarqua que j' étais éveillée.
Je ne posai pas de question, et elle ne dit rien. C' était inutile. Elle me tint dans ses bras, ou je la tins, je ne sais plus. Et au bout d' un certain temps, ce deuil s 'arreta aussi, comme tout s' arrete, tot ou tard quand les limites du tolérable son atteintes, il faut bien dormir.
P. 104


A propos d' une promenade avec Chris, son cousin :

Au delà des roseaux ondulants s' étendait le lac sans limites, profond, gris-vert, au loin, à perte de vue.

Aucun mot humain ne pourrait le décrire. Le lac n' était pas solitaire ou sauvage. Rien qui évoque un sentiment. Il existait dans un monde où l' homme n' était pas encore né. Je regardais les étendues grises du lac et me sentis menacée. Il était comme l' image que j' avais de Dieu, depuis la mort de mon père. Distant, indestructible, totalement indifférent. P. 141

Enfin à la mort de son cousin Chris :

Quelques mots me revinrent à l' esprit, un vers d' un poète entendu autrefois. Je savais qu' il se rapportait à un amant qui ne voulait pas que le matin vienne, mais pour moi, il avat un autre sens, une pertinece différente.

Doucement, doucement, chevaux de la nuit...

C 'est ainsi que la nuit doit avancer pour lui, doucement, jour et nuit. Je ne pouvais pas savoir si le pays à travers lequel il cheminait était peuplé de créature terrifiantes, de vieux monstres qui régnaient jadis sur le lac, ou s' il avait enfin découvert une façon de perpetuer le reve dont il ne pouvait se paser. P. 147

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Margaret Laurence - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Margaret Laurence   Margaret Laurence - Page 5 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Margaret Laurence
Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature canadienne-
Sauter vers: