Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Anonyme : Les Mille et une Nuits

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 21:29



Citation :
Les Mille et une Nuits, un mirage (ou fantasme) de traducteurs ? Texte aux origines obscures (quelque part vers le 9°-10° siècle ?), se perdant dans l'immémorial, texte voyageur, nomade, essaimant d'Inde en Tunisie, en passant par Bagdad, et véhiculé par la tradition orale, il a pris véritablement et littérairement forme - au moins pour nous - en passant d'une langue à l'autre, de l'arabe classique à l'européen (le français châtié de Galland, au XVII° siècle, avant tout). Le plus intéressant est de constater combien le livre change, combien le ton général s'infléchit, selon la personnalité des traducteurs et selon leur époque : texte chaste, expurgé des passages licencieux et des poèmes, sous la plume de Galland ; texte plus flamboyant et érotique sous celle de Mardrus ; retour littéraliste aux sources, à la crudité des manuscrits historiques, chez Khawam qui fait le ménage (exit les apocryphes, tels Sindbad ou Aladin) ; une édition synthétique et critique enfin chez Miquel et Bencheikh... Sans compter les apports de Trébutien, Armel Guerne, etc.
L'histoire des traductions des 1001 Nuits, livre "babélien", est hautement romanesque !
www.ombres-blanches.fr

J'ai choisi l'édition Phébus pour des raisons bassement pratiques : texte pas trop tassé, volumes pas trop massifs, couvertures sublimes... et difficile de ne pas avoir l'eau à la bouche quand on nous parle de 40 ans de travail et d'une version aussi proche que possible de l'origine :

Présentation de la traduction de R. Khawam :

Entreprise dans les années 60, la vaste entreprise de René R. Khawam a révélé avec le temps bien des surprises.
Son édition des Nuits est la seule de par le monde à avoir été établie à partir des manuscrits originaux et non d'après les éditions arabes imprimées (toutes scandaleusement arrangées et châtrées). La seule donc à être rigoureusement fidèle au texte arabe d'origine, fort libre de ton. Ce parti pris littéraliste a pu être jugé trop rigide (Khawam ose ne faire figurer ni Sinbad ni Aladin, textes apocryphes !), mais il a de grandes vertus aussi, réussissant à restituer les vertus natives de l'original : impertinence, âpreté visionnaire, voluptueuse crudité.


Le choix était fait, un premier volume, lecture d'une soirée et peur du manque !!! Le reste fut quelques jours/semaines de bonheur... huhu. Ce sont enchainés les quatres livres... un univers, une science imparable du récit. Quatres livres variés ou les redondances sont en fait un véritable jeu. Par exemple, les poèmes faisant l'éloge de la beauté, nombreux dans la bouche des personnages se recoupent les uns, les autres en partie au moins, si ils sont un peu difficile d'approche (traduction ?) deviennent un plaisir...

Citation :
On entendait les feuilles dans les arbres
dicter la lettre, que le vent sur la page
écrivait, tandis que l'eau calme de l'étang
et les nuages l'ornaient des points et des accents.

Cette lecture n'est que du plaisir. Une histoire en entraine une autre plus déroutante et extraordinaire que la première. Magie, magiciens, génies... émirs, khalifes, vizirs, servantes, riches marchands, mondes réels ou fantastiques... de châtiments en festins, de voyages en amours fous, nous sommes promenés du début à la fin.

C'est absolument tentaculaire et merveilleux, les désespoirs sont aussi profonds que les joies sont immenses et il n'y a que les multiples retournements de situation pour venir à bout de la ruse... motivée aussi bien par la jalousie ou la méchanceté que par l'amour ou la sincérité (qui l'emportent le plus souvent).

Enivrant, entier et généreux.

Citation :
S'adressant au portefaix, la belle inconnue lança d'une voix suave :
- Ô portefaix, prends ta hotte et suis-moi!
Le brave homme n'en crut d'abord pas ses oreilles et ne se tint pour assuré de la réalité de ces paroles que lorsqu'il se vit courant derrière l'aimable fille, sa hotte sur le dos.
- Jour de bonheur! jour de prospérité! murmura-t-il en lui emboîtant vivement le pas.
Ils arrivèrent ainsi à la porte d'une maison où elle frappa. Un vieux bonhomme, visiblement un chrétien, descendit de l'étage et s'en vint lui ouvrir. Elle lui remit une pièce d'or et reçut en échange une jarre de celles où l'on met d'ordinaire les olives à tremper. Met la jarre en question renfermait du vin clairet... Dès que le précieux récipient eut trouvé sa place dans le panier, la belle enfant se tourna vers celui qui l'accompagnait :
- Portefaix, soulève ta hotte et suis-moi!
- C'est bon, allons-y acquiesça le brave jeune homme.
Et reprenant sa hotte, il la suivit, murmurant toujours :
- Jour fortuné! jour fécond! jour de liesse!...
La femme l'arrêta ensuite devant la boutique d'un fruitier. Elle acheta des pommes au teint clair, des coings de Turquie, des pêches de Khoullane, des pommes musquées, du jasmin, des nénuphars de Syrie, des concombres fins, des limons de Marakib, des cédrats de l'espèce royale, des roses blanches, du basilic, des fleurs de henné, de la camomille fraiche, de la giroflée, du muguet, des lis, des anémones, des violettes, des oeils-de-bœuf aux pétales jaunes, des narcisses, des fleurs de grenadier... Elle rangea le tout dans la hotte du portefaix et s'en fut ensuite chez le boucher.
- Coupe-moi donc dix ratls de bonne viande de mouton, lui dit-elle en lui remettant la somme requise.
Le boucher trancha devant elle les morceaux qu'elle désirait, les enveloppa et les remit à ses deux clients qui s'empressèrent de les loger dans le creux de leur hotte, en même temps qu'un petit sac de charbon de bois.
- Portefaix, lança encore la dame, prends ta hotte et suis-moi!
L'autre, tout émerveillé, souleva sans effort son fardeau qu'il plaça sur sa tête; et la femme l'entraina cette fois chez un marchand de fruits secs où ils achetèrent les meilleures variétés de friandises sucrées et salées, indispensables à la table de quiconque entend festoyer dignement : catharme salé, olives dénoyautées, olives douces conservées dans la chaux, estragon, fromage blanc, fromage de Syrie, conserves de légumes salées ou non. Elle disposa le tout dans la hotte et ordonna une fois de plus :
- Ô portefaix, prends ta hotte et suis-moi!
L'autre souleva donc sa hotte et la suivit, et ils s'en furent...

A part ça ?

Envie répétée de remercier le traducteur R. Khawam, d'abord pour sa traduction qui nous régale puis pour ses introductions qui nous instruisent sur l'histoire des Mille et une nuits et sur le monde qui nous les a apportées... et qui nous mettent irrésistiblement l'eau à la bouche... (j'en bave de souvenir !)

ça a aussi été pour moi la découverte d'une culture que je connais mal, Orient et Islam à travers un texte d'une grande liberté peuplé de caractères forts, notamment féminins qui savent s'imposer à leur manière.

Au rayon sagesse, indispensable dans les contes ? pas de petite morale obligatoire, au lecteur de voir ce qui lui restera de sa lecture empressée. On remaque que les protagonistes s'en remettent à Dieu pour arranger leur sort et apprennent volontiers les uns des autres, n'hésitant pas à s'ouvrir spontanément (en échangeant de préférence quelques coupes de vin). Tout ça doit quand même contribuer à la joie et à la détente de la lecture, c'est contagieux et ça donne le sourire.

Pour ceux qui hésiteraient j'ajoute qu'environ 1600 pages imprimées relativement gros ça fait une lecture pas si gigantesque ça (et de toute façon une fois commencé ça ne va pas être facile de s'arrêter...)

Citation :
On chercha Lumière-de-la-Religion aux quatre points cardinaux, sans parvenir à rien savoir de lui. Dans cette agitation où tout le monde s'était mis pour le trouver, Dieu avait décrété pour lui et pour sa compagne Doux-langage un voyage sans encombre qui les menait tranquillement à Baghdad.
Quand ils furent à la ville de la Paix, le capitaine tint à Ali ce discours :
- Ô mon maître, que cette cité te soit propice : puisses-tu en y entrant y trouver santé et tranquillité! Non seulement tu seras sous un bon climat, mais encore ta sécurité est assurée. On ne compte pas ceux qui s'y sont installés, c'est pour eux une villégiature. Juges-en : l'hiver, la froidure l'épargne; le printemps, avec ses roses, la visite, y fait s'épanouir les fleurs et charge de fruits les branches d'un arbre dont le vert est tout neuf; on entend alors sans fin gazouiller les oiseaux. Baghdad, tu la verras comme la décrit le poète :


Ville tranquille de toutes parts,
et sûre aux habitants,
ville livrée sans partage
au souverain bien-être.

Ville comme un paradis chamarré
des mille couleurs des plantes,
et comme un paradis prodigue de ses trésors
pour le plaisir de quiconque y demeure.


Lumière-de-la-Religion paya de cinq pièces d'or les services du capitaine, prit sa servante et débarqua. Avec elle, il marcha au hasard, et pour finir, la puissance divine les conduisit, par les chemins qui sillonnent à travers les jardins, en un lieu dont on avait balayé et arrosé le sol. Les allées qui bordaient ce parc présentaient des bancs de pierre, des lampadaires, et des points d'eau pour se désaltérer, avec des seaux et des gobelets. Au-dessus du promeneur courait un treillage, et comme on pouvait voir au bout du chemin la porte d'un jardin, du reste close, on avait l'impression de s'avancer dans une avenante ruelle.


En confrontant cette légende riche et libre où revienne des noms de villes comme Baghdad et Mossoul à notre monde bien réel, c'est un certain vertige qui s'impose..


J'ai rarement été à ce point convaincu de rédiger un commentaire aussi faible que celui là en regard de la chose appréciée...

Vous pouvez néanmoins sans craintes entreprendre ce voyage que vous n'oublierez pas "jusqu'à ce que vienne à votre rencontre Celle qui ruine les plaisirs et disperse les assemblées".


Pouvez résister vous avec des personnages qui s'appellent Nourriture-des-Coeurs ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 21:45

Superbe commentaire, Animal...et très convaincant ! bravo
Tes extraits sont aussi particulièrement appétissants. miammiam
Je sais maintenant ce que je vais lire pendant mes prochaines vacances (je suis une grande admiratrice de la culture orientale...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 21:47

l'enchainement des histoire et l'évolution dans leurs thèmes et dans leur forme rendent toute lassitude impossible. fantastique non ?

Pour théoriquement achever de vous faire baver et titiller votre impatience, petite présentation des quatres volumes avec leurs quatrièmes de couverture :


vol 1 : Dames insignes et serviteurs galants
Citation :
Au fil des contes imaginés ici par la belle Schéhérazade (on Chahrazade), c'est la face cachée d'un monde qui se révèle à nous : où la respectabilité se laisse vite bousculer, où la passion parle haut et clair.
Le lieu et l'époque (le monde musulman au début du mir siècle) sont il est vrai le théâtre de bien des crises pouvoir contesté, menaces aux frontières, désordres dans la rue comme dans l'intimité des demeures. La femme, mille et une ruses à l'appui - et malgré le carcan de la loi -, n'est pas la dernière, on le verra, à tirer parti de ce trouble climat


vol 2 : les coeurs inhumains
Citation :
Djinns, ifrites et autres génies plus ou moins inquiétants hantent les lisières du monde des hommes, auxquels ils jouent des tours cruels.
Superstitions d'une époque troublée où la magie reprend brutalement ses droits, où les diables sortent de leurs tanières sans crier gare. Encore que les cœurs diaboliques ne soient pas forcément les plus " inhumains " : tel honorable citoyen de Baghdad peut se montrer à l'occasion plus fourbe *encore que Satan lui-même.


vol 3 : les passions voyageuses
Citation :
La femme triomphe ici sur toute la ligne. Dans une société où les hommes ne pensent qu'à ça, elle s'entend merveilleusement à détourner à ses propres fins le désir éperdu qu'on lui voue. Elle y a d'autant plus de mérite que la loi du Prophète, dans son apparente rigueur, ne lui facilite pas les choses. Il est vrai qu'en ce mitan du Moyen Age musulman, le monde apparaît livré à bien des confusions. Pourquoi se priver de pareille aubaine ? La passion amoureuse s'impose dès lors comme l'unique ressort de la machine humaine. Elle gouverne tout : politique des princes, échange entre nations, moeurs. Emirs et sultans sont soumis à sa tyrannie tout comme le premier portefaix venu. Autant dire que l'homme n'a pas ici le beau rôle : pâle figurant tout juste bon à arpenter le vaste monde. L'Amour voyage, et les aventures les plus étonnantes seront son lot. On ne s'en plaindra pas : mieux vaut périr de male mort que d'ennui. "Il aura fallu attendre trois cents ans et l'effort passionné de René R. Khawam pour qu'une édition des Nuits allie enfin la verve et la rigueur, l'outrage et l'exactitude, la volupté et l'érudition."



vol 4 : La saveur des jours
Citation :
Un khalife et un marchand échangent leurs rôles à la faveur des songes de la nuit. La magie tisse entre des destinées que tout devrait séparer un réseau parfaitement inattendu. Des jeunes filles livrent à mille persécutions (et, s'il le faut, à la bastonnade) leurs soupirants éperdus. L'amour ne triomphe plus que grâce à d'infinis stratagèmes. Autrement dit : gare à celui qui se risque dans l'aventure sans avoir fait bonne provision de patience et d'astuce. Puisque le monde apparaît bel et bien voué à tous les renversements possibles et imaginables, puisque la fortune joue mieux que jamais les capricieuses, voire les aveugles (mais Allah n'a pas besoin d'yeux pour y voir clair - qu'il soit exalté et glorifié !), puisque enfin nul n'est à l'abri des coups du sort. le sage est invité à ne pas s'opposer aux décrets du ciel (ou à ceux du prince) et à goûter s'il se peut, au jour le jour, la saveur douce-amère des plaisirs d'ici-bas.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 21:48

Cachemire a écrit:
Superbe commentaire, Animal...et très convaincant ! bravo
Tes extraits sont aussi particulièrement appétissants. miammiam
Je sais maintenant ce que je vais lire pendant mes prochaines vacances (je suis une grande admiratrice de la culture orientale...)
tu me rassures un peu... extraits ! ah... si tu savais cat

je suis conquis à 100%, incapable tel histoire plutôt que tel autre, ci ou ça...

j'essairai de copier un ou deux autres extraits prochainement !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 22:16

enthousiaste présentation sublime!
si je m'imagine que tu as dis encore hier au bar que tu ne savais comment tu pourrais arriver à mettre tout cela en mots..
Merci en tout cas.. et tout comme Cachemire - je suis convaincue miammiam

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 22:23

animal a écrit:

J'ai rarement été à ce point convaincu de rédiger un commentaire aussi faible que celui là en regard de la chose appréciée...

Eh bien détrompe toi car ton commentaire reflète vraiment le plaisir que tu as eu à lire cette œuvre. Et il donne vraiment envie de s'y replonger.
Bravo! bravo
Revenir en haut Aller en bas
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 22:27

animal a écrit:
l'enchainement des histoire et l'évolution dans leurs thèmes et dans leur forme rendent toute lassitude impossible. fantastique non ?
Pour théoriquement achever de vous faire baver et titiller votre impatience, petite présentation des quatres volumes avec leurs quatrièmes de couverture

Fantastique oui, merci de nous titiller comme ça...on se régale déjà ! aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Les Mille et une nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 23:00

Comme on invente toujours ce qu'on aime, j'ai toujours aimé Les Mille et une nuits, parce que ce livre me faisait rever avant meme de l'avoir lu.
D'ailleurs, je ne l'ai toujours lu que partiellement et dans la version du Dr
Mardrus qui date du début du 20e siècle, je crois.
Les Mille et Une nuits, c'est un peu la métaphore de la littérature, qui s'exprime depuis la nuit des temps, oralement d'abord et de façon écrite
ensuite.
Comme si une voix unique et anonyme se racontait à travers cent écrivains
de générations et de cultures différentes, qui se connaissaient peut etre ou peut etre pas, mais collaborèrent à une oeuvre collective...
Cette idée là me plait...
Et le fait que Galland, Mardrus et Khawam n'aient pas lu ou retenu les memes textes prouve bien que toutes les grandes oeuvres se prétent à
des lectures diverses, des interprétations différentes.
Et aussi que cette oeuvre continue à vivre sa propre vie pour notre plus
grand plaisir.

Et merci pour ta présentation, Animal !
colibri


Dernière édition par bix229 le Mer 27 Aoû 2008 - 1:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 23:24

Je suis d'accord avec Bix, penser qu'il y a une bonne version des Mille et une nuit me semble une hérésie, c'est finalement une oeuvre collective, qui a pris des formes diverses suivants les époques et les personnes, il y a les versions que l'on préfére où qui correspondent mieux à une certaine sensibilité.
Et c'est justement une des richesse de cette merveilleuse oeuvre.
Je n'ai pas lu la version qu'a lu Animal, et j'ai grâce à lui une grande envie de la découvrir.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 23:46

Merci Animal !
J'ai les deux premiers volumes (sur 3) dans l'édition de la Pléiade (pas pratique à lire dans le métro). Je ne les ai pas encore lus, mais je vais déjà revoir ce qu'il est dit en préface à la lumière de ton enseignement ! (tu sais être très convainquant !)
Je crois que les traducteurs (Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel) disaient qu'ils étaient les premiers à avoir respecté vraiment le texte d'origine sans l'édulcorer, blablabla.

Ah, Borges a consacré de nombreux textes aux Mille et une Nuit (il parle notamment des traductions du titre dans les différentes langues, je crois me souvenir qu'il aime la traduction anglaise, Arabian Nights), notamment dans le livre Conférences (chez folio essais), ainsi que Les Traducteurs des Mille et une nuits, dans Histoire de l'éternité

Animal, il ne te reste plus qu'à lire (si ce n'est déjà fait) la Mille deuxième nuit, de Gaultier : http://fr.wikisource.org/wiki/la_mille_et_deuxieme_nuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mar 26 Aoû 2008 - 23:47

Arabella a écrit:
Je n'ai pas lu la version qu'a lu Animal, et j'ai grâce à lui une grande envie de la découvrir.

Euh... cela veut-il dire que tu as lu plusieurs autres versions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Les Mille et une nuits   Mer 27 Aoû 2008 - 1:28

...Et l'idée, l'image d' une Shéhérazade, contrainte d'inventer une nouvelle

histoire toutes les nuits pour ne pas mourir -pour ne pas etre tuée par son

seigneur-, me séduit tout autant, mais d'une toute autre façon !chut
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mer 27 Aoû 2008 - 8:48

animal a écrit:
J'ai rarement été à ce point convaincu de rédiger un commentaire aussi faible que celui là en regard de la chose appréciée...

Vous pouvez néanmoins sans craintes entreprendre ce voyage que vous n'oublierez pas

Et tu as parfaitement réussi! Bravo Animal pour ce commentaire qui ne nécessite pas plus que ce que tu en dis pour nous convaincre, et les extraits que tu nous donnes pour nous mettre l'eau à la bouche...

Je ne me serais jamais penchée dessus s'il le faut... alors merci pour la peine bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mer 27 Aoû 2008 - 13:27

eXPie a écrit:

Je crois que les traducteurs (Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel) disaient qu'ils étaient les premiers à avoir respecté vraiment le texte d'origine sans l'édulcorer, blablabla.

Cet aspect est peut être habituel des différentes traductions, les introductions reviennent chaucune sur ce point et quelques notes en bas de page pour donner les correspondances (en nuits) avec les traductions les plus connues.

René Khawam explique que telle histoire est sortie parce que... et que ça tombe bien ça permet de rechercher une source d'histoire la plus complète possible et de refaire une traduction. Aladin, Sinbad et quelques autres ont du subir le même traitement que les nuits.

Un oeil aux autres titres publiés dans la collection et nous voilà fortement tentés ...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   Mer 27 Aoû 2008 - 14:40

Un grand merci Animal pour ce commentaire très élaboré où passe tout le plaisir que tu as eu à lire Les mille et une nuits...Merci pour les extraits...
Je note que je dois absolument lire un autre volume ( je n'en ai lu qu'un )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anonyme : Les Mille et une Nuits   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anonyme : Les Mille et une Nuits
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mille et une nuits (Lustre)
» Un Mariage "Mille et une nuits"
» Les Mille et une nuits
» Party Mille et une nuits à Nantes le 28 janvier
» Faire ses nuits !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature du Moyen-Orient (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: