Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gérard de Nerval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Gérard de Nerval   Sam 30 Aoû 2008 - 11:48



Biographie de Gérard de Nerval (Evene)

Gérard de Nerval passe son enfance dans le Valois, dont les paysages furent source d'inspiration. A Paris il mène une vie de bohème, fréquente le 'Cénacle' de Victor Hugo puis publie une traduction du 'Faust' de Goethe. Il entame des études de médecine mais, grâce à un héritage, part voyager en Italie. A son retour il rencontre l'actrice Jenny Colon, c'est la révélation. Mais elle le quitte et, malheureux, il gagne l'Orient où il se lance dans une quête mystique et spirituelle (' Voyage en Orient'). L'annonce de la mort de Jenny Colon plonge Gérard de Nerval dans un chagrin inconsolable. Il fait alors de l'actrice l'image symbolique de l'idéal féminin qui habite nombre de ses poèmes tel 'Filles du feu'. Mais les troubles mentaux dont il est atteint resurgissent et, submergé par des crises de folie, il se pend le 26 janvier, rue de la Vieille Lanterne. Sa poésie, porte ouverte sur la vie des rêves, annonce la poésie moderne et l'insatiable appétit de liberté des surréalistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Sam 30 Aoû 2008 - 12:00

Ici chez les Parfumés la maison est si grande et il y a tant de jardins ombragés et de grottes alanguies que je n'avais pas encore visité les allées de la Poésie.Stupéfaction!Damnation!Scandale!L'envie me vint alors de quitter ce lieu qui ignorait mon si cher Gérard,mon poéte tant aimé,mon doux ami brisé,que pleure mon cher Valois où je suis né.Enfin je me repris.Je ne pouvais ainsi quitter mes amis.Mais au contraire leur proposer ce petit texte dédié à Gérard.

Les ombres du Valois


Aux étangs émergeant d'une brume à damner
Quand le cerf coléreux de nos chemins cognait
Sa fureur et ses hargnes
Sous les hêtres et le ciel
Et qu'automne en ses eaux
Tendait les bras déjà
A ta douleur,toi,Nerval mon ami
Je sais que tu guettais
La lumière des lacs
Et Sylvie dansant sur les fougères...
De quel Orient rêvais-tu donc
Et quelles brûlures à tes yeux
Ont-elles pu t'emmener loin de Mortefontaine
Au tréfonds de ta nuit
Rue de la Vieille Lanterne
Par ce janvier glacé?


Hommage à Gérard de Nerval(1808-1855) et à notre pays commun,ce beau Valois,berceau de la France[/i]


Dernière édition par Bellonzo le Mar 2 Déc 2008 - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Sam 30 Aoû 2008 - 12:51

Et dire qu'il n'y avait pas encore de fil sur lui....comme est-ce possible Shocked
Merci pour cette ouverture Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Sam 30 Aoû 2008 - 15:23

Bellonzo a écrit:
Ici chez les Parfumés la maison est si grande et il y a tant de jardins ombragés et de grottes alanguies que je n'avais pas encore visité les allées de la Poésie.Stupéfaction!Damnation!Scandale!L'envie me vint alors de quitter ce lieu qui ignorait mon si cher Gérard,mon poéte tant aimé,mon doux ami brisé,que pleure mon cher Valois où je suis né.Enfin je me repris.Je ne pouvais ainsi quitter mes amis.Mais au contraire leur proposer ce petit texte dédié à Gérard.

Merci pour l'initiative...Tu as bien fait de changer d'idée finalement... content
conciliabule Hé...Bellonzo...ami des poètes...ce forum est un bébé...il n'a qu'un an et demie!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 57
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Dim 31 Aoû 2008 - 10:47

Comme tu as bien fait Bellonzo d'ouvrir ce fil sur mon petit adoré Very Happy j'ai pensé pas mal à lui ces derniers temps justement.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Dim 31 Aoû 2008 - 11:38

Je suis toujours sous le charme d'Aurélia et des Chimères...
avec des phrases comme :

La flamme a dévoré ses reliques d'amour et de mort, qui se renouaient aux fibres les plus douloureuses de mon coeur (...) Avec cette idée que je m'étais faite du rêve comme ouvrant à l'homme une communication avec le monde des esprits, j'espérais...j'espérais encore!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mar 2 Déc 2008 - 21:52

L'ami Animal a fort judicieusement saisi La main du diable et réussi à la diriger ci-dessous.Et la main lui a obéi au doigt et à l'oeil.Merci.
C'eût été dommage qu"elle reste à l'index pour un problème qui n'est pas majeur.
ce fil pour l'adaption de Maurice Tourneur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mar 2 Déc 2008 - 21:59

c'est une belle occasion de relire ce fil... qui manquerai presque cruellement d'extraits, d'exemples... non ? un beau geste pour ceux qui ne connaissent pas ? danse...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 57
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mar 2 Déc 2008 - 22:06

animal a écrit:
c'est une belle occasion de relire ce fil... qui manquerai presque cruellement d'extraits, d'exemples... non ? un beau geste pour ceux qui ne connaissent pas ? danse...
Je vais essayer de mettre quelques extraits Animal mais c'est difficile de choisir des passages plus que d'autres car alors, ils ne veulent plus dire grand chose, ils font tellement partie d'un tout... Plutôt poésie, nouvelles, récits de voyages ?

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mar 2 Déc 2008 - 22:13

j'ai une infinie confiance dans vos talents à dénicher l'extrait qui fait mouche Cool

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 68
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mar 2 Déc 2008 - 22:18

Pas très original,c'est le plus connu,extrait des Chimères,mais qu'est-ce que c'est beau.

El Desdichado

Je suis le Ténébreux, – le Veuf, – l’Inconsolé,
Le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m’as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon cœur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s’allie.

Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J’ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mar 2 Déc 2008 - 23:08

Gérard de Nerval, à chaque fois me fait penser à sa Myrto, toujours dans Les chimères :

Citation :
Myrto

Je pense à toi, Myrtho, divine enchanteresse,
Au Pausilippe altier, de mille feux brillant,
A ton front inondé des clartés d'Orient,
Aux raisins noirs mêlés avec l'or de ta tresse.
C'est dans ta coupe aussi que j'avais bu l'ivresse,
Et dans l'éclair furtif de ton oeil souriant,
Quand aux pieds d'Iacchus on me voyait priant,
Car la Muse m'a fait l'un des fils de la Grèce.
Je sais pourquoi là-bas le volcan s'est rouvert...
C'est qu'hier tu l'avais touché d'un pied agile,
Et de cendres soudain l'horizon s'est couvert.
Depuis qu'un duc normand brisa tes dieux d'argile,
Toujours, sous les rameaux du laurier de Virgile,
Le pâle hortensia s'unit au myrte vert!

L'enchainement de ces trois vers m'a longtemps fait rêver...
A ton front inondé des clartés d'Orient,
Aux raisins noirs mêlés avec l'or de ta tresse.
C'est dans ta coupe aussi que j'avais bu l'ivresse,

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2032
Inscription le : 19/07/2007
Localisation : Auvergne

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mar 2 Déc 2008 - 23:12

Un de mes préférés de l'ami Gérard. Il est un air...


Il est un air, pour qui je donnerais,
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber.
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets!

Or, chaque fois que je viens à l'entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit...
C'est sous Louis treize; et je crois voir s'étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit;

Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre les fleurs;

Puis une dame à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que dans une autre existence peut-être,
J'ai déjà vue...et dont je me souviens!


Gérard de Nerval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 57
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mer 3 Déc 2008 - 22:28

Extraits de Aurélia, pour animal sourire

Ici a commencé pour moi ce que j’appellerai l’épanchement du songe dans la vie réelle. A dater de ce moment tout prenait parfois un aspect double, et cela, sans que le raisonnement manquât jamais de logique, sans que la mémoire perdit les plus légers détails de ce qui m’arrivait. Seulement, mes actions, insensées en apparence, étaient soumises à ce que l’on appelle illusion, selon la raison humaine…
Cette idée m’est revenue bien des fois, que, dans certains moments graves de la vie, tel Esprit du monde extérieur s’incarnait tout à coup en la forme d’une personne ordinaire, et agissait ou tentait d’agir sur nous, sans que cette personne en eût la connaissance ou en gardât le souvenir.
Mon ami m’avait quitté, voyant ses efforts inutiles, et me croyant sans doute en proie à quelque idée fixe que la marche calmerait. Me trouvant seul, je me levai avec effort et me remis en route dans la direction de l’étoile sur laquelle je ne cessais de fixer les yeux. Je chantais en marchant un hymne mystérieux dont je croyais me souvenir comme l’ayant entendu dans quelque autre existence, et qui me remplissait d’une joie ineffable. En même temps, je quittais mes habits terrestres et je les dispersais autour de moi. La route semblait s’élever toujours et l’étoile s’agrandir. Puis, je restai les bras étendus, attendant le moment où l’âme allait se séparer du corps, attirée magnétiquement dans le rayon de l’étoile. Alors je sentis un frisson ; le regret de la terre et de ceux que j’y aimais me saisit au cœur, et je suppliai si ardemment en moi-même l’Esprit qui m’attirait à lui, qu’il me sembla que je redescendais parmi les hommes. Une ronde de nuit m’entourait ; - j’avais alors l’idée que j’étais devenu très grand, - et que, tout inondé de forces électriques, j’allais renverser tout ce qui m’approchait. Il y avait quelque chose de comique dans le soin que je prenais de ménager les forces et la vie des soldats qui m’avaient recueilli.
Si je ne pensais que la mission d’un écrivain est d’analyser sincèrement ce qu’il éprouve dans les graves circonstances de la vie, et si je ne me proposais un but que je crois utile, je m’arrêterais ici, et je n’essayerais pas de décrire ce que j’éprouvai ensuite dans une série de visions insensées peut-être, ou vulgairement maladives… Etendu sur un lit de camp, je crus voir le ciel se dévoiler et s’ouvrir en mille aspects de magnificences inouïes. Le destin de l’Ame délivrée semblait se révéler à moi comme pour me donner le regret d’avoir voulu reprendre pied de toutes les forces de mon esprit sur la terre que j’allais quitter… D’immenses cercles se traçaient dans l’infini, comme les orbes que forme l’eau trouble par la chute d’un corps ; chaque région, peuplée de figures radieuses, se colorait, se mouvait et se fondait tour à tour, et une divinité, toujours la même rejetait en souriant les masques furtifs de ses diverses incarnations, et se réfugiait enfin, insaisissable, dans les mystiques splendeurs du ciel d’Asie.

[ …]

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 57
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   Mer 3 Déc 2008 - 22:29

Aurélia

"Arrivé sur la place de la Concorde, ma pensée était de me détruire. A plusieurs reprises, je me dirigeai vers la Seine, mais quelque chose m’empêchait d’accomplir mon dessein. Les étoiles brillaient dans le firmament. Tout à coup il me sembla qu’elles venaient de s’éteindre à la fois comme les bougies que j’avais vues à l’église. Je crus que les temps étaient accomplis, et que nous touchions à la fin du monde annoncée dans l’Apocalypse de Saint Jean. Je croyais voir un soleil noir dans le ciel désert et un globe rouge de sang au-dessus des Tuileries. Je me dis « La nuit éternelle commence, et elle va être terrible. Que va-t-il arriver quand les hommes s’apercevront qu’il n’y a plus de soleil ? » Je revins par la rue Saint-Honoré, et je plaignais les paysans attardés que je rencontrais. Arrivé vers le Louvre, je marchai jusqu’à la place, et là un spectacle étrange m’attendait. A travers des nuages rapidement chassés par le vent, je vis plusieurs lunes qui passaient avec une grande rapidité. Je pensai que la terre était sortie de son orbite et qu’elle errait dans le firmament comme un vaisseau démâté, se rapprochant ou s’éloignant des étoiles qui grandissaient ou diminuaient tour à tour. Pendant deux ou trois heures, je contemplai ce désordre et je finis par me diriger du côté des halles. Les paysans apportaient leurs denrées et je me disais : « Quel sera leur étonnement en voyant que la nuit se prolonge… » Cependant, les chiens aboyaient ça et là et les coqs chantaient."

_________________
Let It Be


Dernière édition par Epi le Jeu 4 Déc 2008 - 9:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gérard de Nerval   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gérard de Nerval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» mort de Gérard Oury
» Gérard Dahan - être sarkoziste(sarkoland)
» Gérard Philipe
» Énigme 163 - La filature Levavasseur de Fontaine-Guérard à Pont-Saint-Pierre (27)
» Louise - Gérard Berliner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: