Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Kawakami Hiromi

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Kawakami Hironi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Jan 2009 - 16:57

Va savoir, Arabella !

Je viens de l'acheter ce livre...

Tous les hommes ne sont pas mysogines... Il y a meme des hommes qui s'interessent aux femmes...Laughing
colibri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Jan 2009 - 17:01

Ne déforme pas mes paroles Bix, je n'accuse personne de misogynie rire

La culture, l'éducation et tout et tout ça font quand même qu'il y des choses qui plaisent aux femmes et moins aux hommes et vice versa. Avec de très nombreuses exceptions, évidemment. innocent

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Jan 2009 - 17:04

Je ne déforme rien : c'était exprès et c'était de l'humour !Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Jan 2009 - 17:10

bix229 a écrit:
Je ne déforme rien : c'était exprès et c'était de l'humour !Wink

Taquin aujourd'hui Bix. Wink

En tous les cas j'attends ton avis sur Les années douces.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Jan 2009 - 21:06

Les Années Douces
La narratrice, Tsukiko, trente-sept ans, rencontre un jour (ou plutôt un soir) son ancien professeur de japonais qui a, lui, dépassé les soixante-dix ans. Ils se découvrent les mêmes goûts culinaires, et aiment être ensemble à boire du saké, manger, et discuter de choses insignifiantes. Ils ne se donnent pratiquement jamais rendez-vous dans un endroit déterminé à un moment donné, mais finissent tôt ou tard par tomber l'un sur l'autre dans un troquet. Parfois, ils organisent une petite sortie, une cueillette aux champignons dans les bois, une fête des fleurs dans leur ancien lycée, etc.

Tsukiko est une femme qui subit les événements plus qu'elle ne les provoque. "Comment en sommes-nous arrivés là ?" ne cesse-t-elle de se demander. Il faut bien dire que c'est le professeur qui a quasiment toujours l'initiative, qui propose. Le professeur est un peu le personnage du père, jamais mentionné (sauf erreur de ma part), contrairement à la mère.

Tsukiko a parfois des pensées qui frisent le nunuche :
Citation :
(…) De même qu'il y avait les nombreux visages familiers des clients. Pourtant, je n'avais jamais pris conscience qu'ils étaient chacun une personne, avec sa vie à elle (page 70)
. Mouais… Heureusement, toutes ses pensées ne sont pas aussi cruches. Et elle sait bien regarder la nature et apprécier la nourriture… et la boisson.
Alors, que se passe-t-il dans ce roman ?
Rien ou presque, comme dans la vie, mais des riens qui ont leur importance pour ceux qui les vivent. Dispute à propos de base-ball, saké, séance de pachinko, saké, fête des fleurs, et saké, bouillon de poulpe, langoustines frites, haricots en branches , lamelles de baleine fumée, algues au vinaigre… et encore saké.

De fil en aiguille, et sans surprise pour le lecteur (mais tel n'était pas le but), ces deux êtres se rapprochent l'un de l'autre, apprécient d'être là, simplement ensemble, sans avoir nécessairement besoin de parler, de donner le change. N'est-ce pas également cela, une des (nombreuses) définitions de l'amour ?

Bizarrement, lorsque pour le nouvel an elle rend visite à sa mère avec qui elle est théoriquement proche, le résultat n'est pas le même : Tsukiko est rapidement dans l'impossibilité de parler, mais ce silence les gêne toutes les deux.
Citation :
Brusquement, nous ne savions plus quoi dire. Alors que nous étions proches, précisément parce que nous étions proches, nous ne pouvions nous rejoindre (…) Il n'en reste pas moins vrai que nous avons été toutes les deux incapables de poursuivre normalement notre conversation. Jusqu'au retour de mon frère et de sa famille, nous sommes restées dans notre impuissance, évitant de nous regarder. (page 90)


C'est un livre agréable à lire, reposant si je puis faire de ce qualificatif une qualité pour un roman, une histoire d'amour peut-être un peu légère pour qui aime les suspenses à couper au couteau, les rebondissements inattendus, les personnages en marge, les trames élaborées. Le livre tente de s'emparer des oripeaux de la vraie vie, en exhibant sa simplicité, mais les personnages ont une psychologie, une épaisseur de contes ; entre deux rencontres, rien ne semble s'être passé, la vie extérieure n'existe quasiment pas, ces deux personnes sont irréelles, et elles flottent dans un monde qui ne l'est pas moins. D'où une impression de fausseté, peut-être même de tricherie. A ce compte-là, la résolution, à la fin, du petit mystère de la serviette que le professeur emmène toujours avec lui fait penser au lecteur qu'il s'agit peut-être d'un symbole qui pourrait s'appliquer au roman…

A recommander, donc, à tous ceux qui en ont assez des romans emplis de criminels psychotiques, des plongées vertigineuses dans l'esprit de pervers traumatisés dans leur enfance et qui répètent des actes monstrueux.
De même, pour le style, pas d'envolées lyriques pompeuses, ici, juste des mots simples, ce qui ne veut pas dire pour autant que le style n'est pas travaillé. Un livre reposant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Jan 2009 - 21:17

Cette lumière qui vient de la mer (Hikatte mieru mono, are wa, roman traduit par Elisabeth Suetsugu ; 312 pages, 2003. Paru en 2005).
C'est principalement l'histoire d'un trio de jeunes et de leurs relations avec le monde (les parents, etc.) : Midori, un ado de dix-sept ans se pose des questions du genre "quel est le sens de la vie", comme s'il pensait trouver une réponse (il n'est quand même pas vraiment le premier à avoir réfléchi au sujet).
Il y a aussi Hanada, un copain, qui est un peu plus déglingué dans sa manière de réfléchir, donc a priori plus intéressant, mais on sent une déglingue calculée, du genre "il fallait un original dans mon bouquin, le voici !". Il met des "fringues de nanas" pour chercher à s'"éloigner de l'état de fusion avec le monde" (page 82). La réaction des gens est amusante : il y a ceux qui font de gros efforts pour faire semblant de ne pas le voir, ceux que ça énerve passablement, etc.
Et puis, évidemment, LA fille, Hirayama Mizue, jolie, sympa, bref, une héroïne typique de bouquin.
Midori vit avec sa mère et sa grand-mère. Son père est une sorte d'ado attardé légèrement irresponsable, qui passe les voir de temps à autre.

Comme tout jeune qui se respecte, Midori a tendance à traiter de haut le reste de l'humanité : lui est le seul à réfléchir, à se poser des questions, les autres ne sont que des larves décérébrées, tout ça.
Citation :
"Ce qui me met en colère, c'est la superficialité de cet être humain qu'est ma mère." (page 45).
Ben voyons. Sympathique, comme garçon. Evidemment, il va se rendre compte que le monde n'est pas aussi simple, blablabla.

D'ailleurs, Midori manque totalement d'imagination. Sa copine Hirayama, qui a meilleur goût que lui (sauf qu'elle apprécie mystérieusement cet ectoplasme prétentieux... décidément l'amour est un mystère !), lit souvent des poèmes et lui demande son avis. Ce qu'il en pense est proprement affligeant, ultra terre-à-terre, et donne lieu à des passages bien amusants (notamment, pages 45-47, sa réaction à la lecture d'un poème de Raymond Carver, Quand vient le soir les saumons sortent de la rivière et arrivent dans la ville).

A noter que, contrairement à son roman précédent, les passages "gustatifs" (description de plats, repas...) sont malheureusement beaucoup plus rares. Dommage, c'est ce que Kawakami réussissait de mieux.

A part ça, on a droit à une foule de pensées très profondes :
- "Quand on est longtemps à écouter les pépiements des moineaux, on finit par avoir une sensation de voyage" (page 157 ; j'ai fait l'expérience, je garantis que cela ne fonctionne pas).
- " Les choses qui durent éternellement, figure-toi qu'elles ont le pouvoir de transporter les gens dans des lieux inconnus !" (page 157).
- " C'est la première fois de ma vie que je vois ça, le clair de lune !" (page 272 ; pas possible ! Midori a-t-il déjà, le soir, regardé par la fenêtre ?).

Parfois, la bêtise abyssale du narrateur éclate. Par exemple, ce passage dans lequel Hanada et Midori sont dans l'obscurité depuis un moment.
Citation :
"Hanada a mis une cigarette entre ses lèvres. Il l'allume. Je croyais m'être habitué à l'obscurité, pourtant l'étincelle m'a brûlé les yeux." (page 274).
Eh oui, coco ! Si tu ne t'étais pas habitué à l'obscurité, là oui, l'étincelle ne t'aurait pas brûlé les yeux. Réfléchis deux secondes, fais fonctionner ta matière très très molle ! Ou bien faut-il s'adresser à l'écrivaine ? J'ai un gros doute.

Heureusement, pour finir, une pensée vraiment profonde surnage du livre :
"Pourquoi faut-il toujours qu'on ait toujours le nez qui coule quand on mange une soupe chinoise ?" (page 81).

Ah ! Dès qu'il s'agit de bouffe, ça va mieux.

En conclusion : un roman très moyen, qui se lit très vite (histoire bateau écrite à la première personne avec un style passe-partout).
Les Années Douces était loin d'être un chef-d'oeuvre, mais possédait tout de même un certain charme sympathique et gustatif. Cette lumière qui vient de la mer est beaucoup plus cliché, un énième roman où les ados se posent des questions et se rendent compte que la vie, c'est plus compliqué que ce qu'ils peuvent croire. Alors, d'accord, il y a des citations de Robert Browning, Prévert, Raymond Carver, Cocteau, mais ce n'est pas ça qui sauvera le livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Jan 2009 - 21:26

La Brocante Nakano (Furudôgu Nakano shôten, roman traduit par Elisabeth Suetsugu ; 282 pages, 2005. Paru en 2007).

L'histoire tourne autour de la narratrice, Mlle Suganuma, une petite jeune qui a abandonné ses études et gagne sa vie en travaillant dans un magasin de brocante, La Brocante Nakano, du nom de son propriétaire. La soeur du propriétaire vient de temps à autre. De plus, à toute Papagena il faut un Papageno, et celui de la narratrice s'appelle Takeo. C'est un petit jeune, mystérieux bien sûr, mais le mystère c'est surtout qu'on ne comprend pas en quoi il est mystérieux, à part sa capacité incroyable à s'exprimer comme Patrick Modiano.
Exemple : "Ouais, enfin, c'est-à-dire, c'est dans mon genre de... enfin... répond Takeo" (page 226).
Drôlement doué !
Ah, qu'il est donc mystérieux, que tout ceci est intriguant, quelle profondeur psychologique incroyable doit se cacher sous ces hésitations, c'est fou...

Que se passe-t-il dans ce roman ?

Il y a tout d'abord les récupérations.
Citation :
"Ce travail consiste à aller récupérer des choses chez les clients. Le plus souvent, il s'agit de débarrasser une maison de ses meubles à la mort de son propriétaire. M. Nakano récupère en vrac tous les objets qui ne sont pas susceptibles d'être léguése en souvenir, ou encore les vêtements. Pour quelques milliers de yens, dix mille au maximum, il achète de quoi remplir un petit camion." (page 8 ).
Cela coûte moins cher que de payer la voierie pour débarrasser les rebuts les plus encombrants, le client accepte la somme modeste.
C'est surtout Takeo qui s'en occupe.
Ensuite, il y a quelques ventes, et les allers-et-venues des clients, certains assez particuliers...

Et ça papote un peu, de tout et de rien, de bouffe (c'est toujours ce qu'il y a de mieux chez Kawakami ; si on était vraiment méchants on pourrait lui conseiller de laisser tomber les romans et de se consacrer à des livres de cuisine, mais bon, comme on n'est pas méchants...).

Quelques critiques du texte français :
* "[...] il lui est donné de contempler le jardin qui fait la fierté du propriétaire et baigne littéralement le bâtiment dans la verdure [...]"
Ah non, pitié ! Ce tic de langage, à la rigueur à la radio (ce ne sont que des journaleux, ils ne savent pas ce qu'ils disent), mais pas dans les livres ! Pourquoi prendre une image, une comparaison, et ajouter "littéralement" ? Le but de la comparaison... c'est de comparer, pas de prendre littéralement, justement. Du coup, que faut-il pour traverser le jardin ? Un maillot de bain, un tuba et des palmes ?
* "A part cela, rien de notoire." (page 227). On notera qu'il ne faut pas confondre "notoire" et "notable"...
* page 258, il est fait mention d'"Excell". S'il s'agit bien du tableur, c'est "Excel" avec un seul "l". L'erreur est excusable, ce logiciel étant peu répandu...

Concernant le style de narration, je ne sais pas sous quelle forme le livre est paru au Japon. Je suppose que les chapitres ont été publiés dans un magazine les uns après les autres, car il y a un curieux effet : Kawakami fait sans cesse des petits résumés de ce qu'on a lu précédemment, ou bien explicite un peu lourdement pour être sûre que l'on comprend bien la référence à l'anecdote racontée un chapitre ou deux avant. Pratique pour le métro, par exemple.
Parfois même (page 216, par exemple), on assiste à une discussion, et la narratrice nous résume ce que l'on vient d'entendre (enfin, de lire), sans rien apporter de plus. Pratique si l'on veut lire en diagonal, mais quand même...
Ces deux effets conjugués donnent une impression de redondance continuelle un peu gênante.

On a également droit à quelques clichés de style totalement éculés, l'air qui "a vibré jusqu'à se tendre comme la corde d'un arc" (page 205) ; déjà, précédemment (page 163), le rire de quelqu'un, à l'extérieur, "a fait vibrer l'intérieur du magasin". C'était Pavarotti ?

Les petites choses de la vie ne suffisant pas à faire un roman intriguant, Kawakami ajoute du bizarre inoffensif. "C'est curieux, je n'aime pas particulièrement les tartes aux myrtilles, ai-je songé. Pourtant, je ne peux pas m'empêcher de choisir cette couleur violette, comme mouillée par la rosée, sans réfléchir." (page 222-223). J'espère que David Lynch pensera à ajouter de la tarte à la myrtille dans son prochain film, c'est tellement intriguant...

Il y a encore mieux : à un moment du roman, c'est l'hiver, "le climatiseur du magasin déjà peu performant était loin de suffire, si bien que j'avais les pieds et les mains atrocement gelés." (page 236). Cette interprétation bien personnelle et un peu nunuche de "atrocement gelé" ferait bien rire des gens comme Roald Amundsen ou Alfred Wegener, par exemple...


En conclusion : même si elle y met un peu plus de sexe explicite que dans ses deux romans précédents, La Brocante Nakano reste très adolescent par sa psychologie sommaire, ses réflexions souvent cruches. Kawakami continue à descendre la pente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Oct 2009 - 0:00

J'ai lu de bonnes critiques de son dernier roman: Manazuru

Kawakami Hiromi - Page 2 97828010

Citation :
Une femme tente d'éclaircir la mystérieuse disparition de son mari. Le seul indice relatif à l'endroit où il pourrait se trouver est le mot Manazuru écrit sur l'agenda qu'il a laissé. Elle se rend donc dans la station balnéaire du même nom.

Et ce recueil de nouvelles est tentant aussi:

Kawakami Hiromi - Page 2 Abando10

Citation :
Huit nouvelles composent ce roman, huit femmes en quête d’amour, brièvement, fugitivement ou jusqu’à la mort. Ici point de sentiment de plénitude, toutes sont fragiles, soumises, comme dans l’expectative de ce-qui-pourrait-advenir de l’autre, l’homme, imprévisible et pas vraiment charmeur.

L’une des nouvelles les plus troublantes de ce recueil est sans aucun doute « Cent ans ». Depuis cent années, la narratrice de cette histoire attend dans la tombe celui avec lequel avec elle avait accepté de mourir (cette décision ne fut pas sienne, mais bien celle de son amant, un homme marié). Quand arrive l’heure de se jeter de la falaise, elle perd la vie, abîmée sur les rochers, tandis que lui survit, sauvé de la noyade par des pêcheurs – il retournera comme si de rien n’était auprès de sa femme et de ses enfants. Mais elle attend, d’ailleurs ne lui a-t-il pas déclaré qu’elle ressemblait à la Kiyo du "Botchan" de Soseki ? Cette même Kiyo dont il cite l’une des répliques :
« - Botchan, quand je mourrai, je vous en prie, pour le repos de mon âme, faîtes que je sois inhumée dans votre caveau de famille. Ainsi, Botchan, je pourrai vous attendre heureuse dans la tombe. »
Comme si tout était écrit d’avance. Mais dans la tombe, elle attend toujours, et il ne vient pas, ne viendra jamais.
« Il est mort et rien ne changera plus jamais. »

Dans « Le chant de la tortue », la narratrice, une jeune femme dépressive, incapable, pense-t-elle de mener chaque chose à son terme, assiste, comme impuissante, au départ de son ami. Le jeune homme est violent, tyrannique. Parfois, quand son regard se durcit et se trouble, il serre le cou de la jeune fille jusqu’à la faire tomber en syncope. C’est alors que la tortue, l’unique survivante du passé de la jeune fille se met à couiner, comme un rappel, ultime, à la vie.
La tortue, l’éternité immobile…

« Abandons » qui donne son titre à ce recueil évoque la fuite en avant de deux jeunes amants. Ils voyagent sans but, ni lien, libres comme l’air, sans aucune destination précise, si ce n’est celle de s’abandonner sans mesure à l’amour qui les lie. S’aiment-ils vraiment ? En tous cas, ils aiment à se l’imaginer. Ils aiment surtout et pardessus tout l’idée de se perdre par amour. Comme les deux personnages de « Cent ans », ils envisagent un instant de se suicider tous les deux, par passion et puis sans doute, parce que « fuir est fatigant », dans la mesure où l’on pense sans cesse à ce que l’on laisse…
Ils vont d’un bord de mer à un autre bord de mer, désireux de tout oublier, dans une apesanteur qui rappelle à la jeune femme les instants indécis et brumeux de son enfance.

Un recueil de nouvelles merveilleusement ciselées, délicates et tristes, étranges aussi, comme je les aime.
Editions Actes Sud - Juin 2003

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Oct 2009 - 9:26

Marko a écrit:
Et ce recueil de nouvelles est tentant aussi:

Kawakami Hiromi - Page 2 Abando10
Oui, quelqu'un avec qui je partage des avis assez négatifs sur les derniers Kawakami (pas Manazuru, je ne l'ai pas encore lu Very Happy ) m'a dit que ce recueil, Abandons, est intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Oct 2009 - 10:00

Marko a écrit:
J'ai lu de bonnes critiques de son dernier roman: Manazuru

Kawakami Hiromi - Page 2 97828010

Citation :
Une femme tente d'éclaircir la mystérieuse disparition de son mari. Le seul indice relatif à l'endroit où il pourrait se trouver est le mot Manazuru écrit sur l'agenda qu'il a laissé. Elle se rend donc dans la station balnéaire du même nom.


Je l'avais repéré depuis un moment. Ce sera une de mes prochaines lectures.
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Oct 2009 - 15:59

Nezumi a écrit:
Je l'avais repéré depuis un moment. Ce sera une de mes prochaines lectures.
Wink après Keizo Hino, j'avais envie de rester dans 'l'estprit japonais'.. je pense de le terminer ce soir/demain matin Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeDim 11 Oct 2009 - 15:57

Manazuru

La femme qui raconte cette histoire, Kei, écrit un livre. Le moment qu'elle le donne à son amant pour lecture, il y a ce dialogue entre eux:

- Le récit est censé être limpide et innocent, pourtant, on ne voit pas où il mène. et dans l'ombre de certains passages, on découvre quelque chose!
- C'est un compliment, ça, ou une critique? dis-je en riant.
- Je ne sais pas trop moi-même", répond Seiji en riant à son tour.


Je pense que c'est aussi ces quelques phrases qui résument le mieux mon impression de ce livre. Il y a des moments forts et beaux.. mais parfois j'ai eu du mal à la suivre..
Mais mon impression reste plutôt positive qu'autre chose, surtout l'aspect de Kei qui doit arriver à lâcher bon nombre de choses dans sa vie au lieu de retenir à toute force, est un des points forts du livre.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeDim 11 Oct 2009 - 18:12

kenavo a écrit:
Je pense que c'est aussi ces quelques phrases qui résument le mieux mon impression de ce livre. Il y a des moments forts et beaux.. mais parfois j'ai eu du mal à la suivre..
Mais mon impression reste plutôt positive qu'autre chose, surtout l'aspect de Kei qui doit arriver à lâcher bon nombre de choses dans sa vie au lieu de retenir à toute force, est un des points forts du livre.
Hum... Elle a changé de genre, alors ? J'avais l'impression qu'elle était un peu en panne d'inspiration (auquel cas, si j'étais mauvaise langue, je dirais que le meilleur moyen d'y échapper, c'est de faire une intrigue super embrouillée).
Mais la question la plus importante, c'est : est-ce qu'elle parle de nourriture ? J'espère que oui, elle est très forte dans ce domaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeDim 11 Oct 2009 - 20:05

eXPie a écrit:
Hum... Elle a changé de genre, alors ? J'avais l'impression qu'elle était un peu en panne d'inspiration (auquel cas, si j'étais mauvaise langue, je dirais que le meilleur moyen d'y échapper, c'est de faire une intrigue super embrouillée).
j'ai lu tes avis sur les autres livres d'elle - et je ne pense pas que tu vas trouver ton bonheur dans ce livre Wink
pour sa 'panne d'inspiration' je n'en sais pas, je viens de vérifier - le livre est paru 2006 en japonais..
et à vrai dire un élément du livre est à mon avis un peu "tiré par les cheveux" - mais puisque je suis pas trop fan des mondes 'fantastiques à la japonaise' je ne vais pas trop la critiser dessus.. en plus, j'ai survécu Very Happy

eXPie a écrit:
Mais la question la plus importante, c'est : est-ce qu'elle parle de nourriture ? J'espère que oui, elle est très forte dans ce domaine...
ah.. alors là, dans aucun cas lire ce livre - à part les canettes de thé dont Queenie nous a parlé sur le fil du Japon, pas de nourriture Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitimeDim 11 Oct 2009 - 20:20

kenavo a écrit:
eXPie a écrit:
Mais la question la plus importante, c'est : est-ce qu'elle parle de nourriture ? J'espère que oui, elle est très forte dans ce domaine...
ah.. alors là, dans aucun cas lire ce livre - à part les canettes de thé dont Queenie nous a parlé sur le fil du Japon, pas de nourriture Wink
Kawakami Hiromi - Page 2 519158 Ca ne va pas du tout, ça...
Bon, alors, je vais tâcher de me procurer son recueil de nouvelles, il est plus ancien, donc meilleur, normalement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Kawakami Hiromi - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Kawakami Hiromi
Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: