Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Kawakami Hiromi

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Yuna
Plume timide
Yuna

Messages : 12
Inscription le : 13/05/2009

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Sep 2010 - 15:09

Cela fait un long moment que j'ai lu Manazuru maintenant,
mais il me semble que le côté insipide que vous avez trouvé à ce livre,
retranscrit très bien l'état dans lequel est plongée l'héroïne.
le style qu'emploie Hiromi représente parfaitement la dépression,
la stagnation du temps que vit la jeune femme.
Ce qui je trouve est vraiment un point fort de cette auteure,
et qui permet de créer des passages vraiment forts et poétiques (on peut regretter
que cela ne se retrouve pas tout du long il est vrai...).

"Moi, je ne sais pas très bien d'où je viens... ai-je commencé, mais il s'est contenté
de répéter, il fait froid dis donc. ce n'était pas l'hiver cependant. Peut-être le début du printemps
ou la fin de l'automne. J'oublie toujours ce genre de choses. De la même
manière, j'ai oublié d'où je viens."
P 130

Il était assez difficile je crois de "rentrer" dans l'histoire,
comme dans la vie de cette personne quand on y pense.
Après l'analyse ou l'avis qu'on en a n'est que personnel et
subjectif, mais la simplicité de kawakami marque mon souvenir !

Voilà dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Sep 2010 - 18:09

Je suis tout à fait d'accord avec toi, c'est une espèce de temps immobile.
Revenir en haut Aller en bas
Anna
Envolée postale


Messages : 183
Inscription le : 29/08/2010
Localisation : Ile-de-France

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Sep 2010 - 19:10

Anna a écrit:
Si je ne me trompe pas, le prochain livre de cette auteur paraît fin octobre aux éditions Picquier : "La ville lointaine".

Je précise ma précédente information : la sortie est prévue le 21 octobre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Sep 2010 - 19:45

C'est souvent pour ce genre de livres, qui repose sur une atmosphère plus que sur des idées ou une histoire, que les avis sont les plus tranchés et divergents : on ne peut pas vraiment discuter des dites idées ou de la dite histoire. Il y a les lecteurs qui sont sensibles à l'atmosphère, et ceux qui ne le sont pas.

Oui, une nouveauté... mais pourquoi donc publie-t-on ses nouveautés, et pas son livre Marcher sur un serpent, prix Akutagawa 1996, qui n'a-t-il toujours pas été traduit ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Anna
Envolée postale


Messages : 183
Inscription le : 29/08/2010
Localisation : Ile-de-France

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeMer 3 Nov 2010 - 9:17

Anna a écrit:
Anna a écrit:
Si je ne me trompe pas, le prochain livre de cette auteur paraît fin octobre aux éditions Picquier : "La ville lointaine".

Je précise ma précédente information : la sortie est prévue le 21 octobre.

Alors, dernières nouvelles : le livre n'a pas été publié et a disparu de la base de données. Mais un autre titre (il s'agit peut-être du même livre ?), "Le temps qui va, le temps qui vient", est prévu pour le 10 mars 2011.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IzaBzh
Agilité postale
IzaBzh

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 53
Localisation : Bourgogne/Paris

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeVen 21 Jan 2011 - 17:41

Après avoir lu il y a quelques années "La brocante Nakano" qui m'avait laissé un excellent souvenir, j'ai terminé ce matin "Les années douces" (en prévision de ma future lecture de la BD de Taniguchi). Même si au départ, j'ai eu un peu de mal à entrer dans le livre, je me suis laissée entraîner par la sensualité, les odeurs, les goûts, les petites touches qui composent l'atmosphère de ce roman délicat. J'ai vu que vous n'étiez pas forcément du même avis, mais selon le mien, c'est une petite merveille dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeMar 12 Avr 2011 - 22:30

Dans la Télérama n°3196, du 16 au 22 avril 2011 se trouve un texte de Kawakami : Les heures d'après.
"Comment se remettre à écrire après le tsunami, son cortège de morts, la catastrophe nucléaire en cours ? Hiromi Kawakami livre sur le vif un texte pour Télérama.
[...] En exclusivité pour Télérama, elle a écrit d'une traite, au milieu de la nuit, ce texte en forme de vagues..."

Extrait :
"Mes romans vont-ils subir une transformation ? Oui, bien sûr. La catastrophe à laquelle je m'attendais plus ou moins a fini par arriver. [...] J'ai toujours cherché à écrire la valeur inestimable de la vie. Assurément, ce thème restera le même. Simplement, le dernier tremblement de terre a renforcé mon sentiment de l'impermanence, dont l'intensité à décuplé, centuplé, et mon travail en tant que romancière va en porter la marque ineffaçable."

Un des très rares bons côtés de la catastrophe, c'est qu'elle va peut-être s'améliorer.

A part ça :
"Je ne suis qu'une chose insignifiante. Triste constatation peut-être. Mais c'est justement ce qui rend ma vie précieuse."

Bref, on est bien peu de choses, la nature est la plus forte, mais que c'est beau, parfois. "La magie des pétales des cerisiers que le vent emporte." (le cliché absolu, même pas transcendé par une façon un peu originale de présenter la chose... mais c'est vrai que l'heure est au témoignage, pas à la Littérature).
Conclusion immédiate : écrire au milieu de la nuit, ça fait dire tous des trucs que j'entends à la machine à café au boulot.

Mais le pire dans le texte vient à la fin.
Elle énumère les durées des demi-vies de l'iode 131, du césium 137, etc., et elle écrit : "A l'heure qu'il est, je serre les dents en prenant conscience avec âpreté de la signification de ces chiffres. A n'en pas douter, cette amertume imprégnera mes romans à venir, qui connaîtront une transformation sans heurt."
Bref, Tchernobyl, pour elle, ça n'avait pas de réalité. Il a fallu que la catastrophe se passe dans son pays à elle pour que ça fasse "tilt" dans son esprit.
C'est consternant.

Dommage qu'on n'ait pas eu l'avis de Kenzaburo Oé, ça aurait très certainement été plus éclairant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Anna
Envolée postale


Messages : 183
Inscription le : 29/08/2010
Localisation : Ile-de-France

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeJeu 14 Avr 2011 - 12:08

Dans Le Figaro littéraire d'aujourd'hui, il y a une critique du roman "Le temps qui va, le temps qui vient".

Mon avis sur ce roman :

Le nouveau roman de la japonaise Kawakami Hiromi est un roman du quotidien, celui des habitants d'un quartier de la périphérie de Tokyo.

Chaque chapitre nous présente un ou plusieurs de ses habitants : le poissonnier qui cohabite avec l'ex-amant de son épouse, la jeune professeur d'anglais, un lycéen dont le père est veuf, une femme qui ne porte que des kimonos, une autre mère au foyer qui trouve sa vie banale...

Présenté ainsi, ce roman peut faire peur, la peur de s'ennuyer. Mais Kawakami Hiromi a le don de rendre une situation banale intéressante. Les habitants se dévoilent les uns après les autres. Des liens, parfois très minces, apparaissent. Le rythme est lent. Il y a peu d'action. Ce roman, cette succession d'histoires sont une invitation à découvrir un quartier parmi d'autres de la grande métropole, un quartier encore vivant avec ses petits commerces, ses ragots....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeVen 22 Avr 2011 - 19:41

eXPie a écrit:
Dans la Télérama n°3196, du 16 au 22 avril 2011 se trouve un texte de Kawakami : Les heures d'après.
"Comment se remettre à écrire après le tsunami, son cortège de morts, la catastrophe nucléaire en cours ? Hiromi Kawakami livre sur le vif un texte pour Télérama.
[...] En exclusivité pour Télérama, elle a écrit d'une traite, au milieu de la nuit, ce texte en forme de vagues..."

Conclusion immédiate : écrire au milieu de la nuit, ça fait dire tous des trucs que j'entends à la machine à café au boulot.

[...]Dommage qu'on n'ait pas eu l'avis de Kenzaburo Oé, ça aurait très certainement été plus éclairant.

Je te trouve très sévère eXPIe...J'ai trouvé tout de même très intéressant ce texte de Hiromi Kawakami dans Télérama.

son intégralité ici

Extraits :(qui me font penser qu'il y a du beau monde autour de la machine à café à ton boulot si vraiment vos échanges sont de cet ordre-là...)

"La littérature japonaise a de tout temps pensé l'impermanence. Le Dit du Genji, le Manyôshû, les haïkus, les Notes de l'ermitage, Le Dit des Heike, Les Heures oisives. Ces textes de la littérature classique ont pour thème le changement de toute chose, le déclin de ce qui est venu au monde, l'impossibilité de demeurer, bref, le sentiment intense de l'impermanence est au coeur de toutes ces oeuvres.
Celui qui reçoit un bienfait de la nature
doit immanquablement affronter sa cruauté
.
Le Japon est un pays doté de la beauté des saisons, que la nature lui fait en quelque sorte payer par certaines cruautés : typhons, sécheresse, séismes, raz de marée. Il n'est pas exagéré de dire qu'il ne doit se trouver personne au Japon qui n'ait été une fois dans sa vie confronté à la brutalité de la nature, car le pays n'a pas cessé d'être victime de catastrophes naturelles de toutes sortes.

« Ça a fini par arriver ! »
Oui, c'était ma première réaction

Tout porte à croire que le sentiment de l'impermanence qui imprègne les Japonais a sa source précisément dans la grâce dont la nature a doté ce pays. Celui qui reçoit un bienfait de la nature doit immanquablement affronter sa cruauté. La nature donne sans compter, de la même façon, elle arrache sans hésitation. L'homme est impuissant à échapper à cette loi. Même les habitants des grandes villes ressentent la contradiction entre l'extraordinaire bonté de la nature et son inclémence.
Oui, chacun est seul quand il naît,
seul quand il meurt, c'est justement pour cela
qu'il faut s'entraider pour être sauvé.

La vie est l'instabilité même. Cette philosophie de l'impermanence sous-tend le comportement de ceux qui s'entraident en silence. Oui, la vie est synonyme d'impermanence, oui, l'homme est éphémère, oui, chacun est seul quand il naît, seul quand il meurt, c'est justement pour cela qu'il faut s'entraider pour être sauvé.
Je ne suis qu'une chose insignifiante. Triste constatation peut-être. Mais c'est justement ce qui rend ma vie précieuse. Minus habens, certes, mais un rassemblement de cent vingt millions de fétus forme le Japon. Jetés à terre par les typhons, écrasés par les séismes, voilà mille ans, deux mille ans que nous vivons. Tant que la vie est là, on peut connaître des instants lumineux sans nombre. La beauté du crépuscule. La magie des pétales des cerisiers que le vent emporte. La valeur inestimable des proches que l'on éprouve soudain, pour un rien. Le plaisir du soleil couchant en compagnie d'amis. L'évocation des plaisirs de la journée qui s'achève dans le moment qui précède le sommeil.
Dans ma petitesse, je sais bien que ces secondes ne connaîtront jamais l'éternité, et c'est précisément ce qui les fait briller à mes yeux d'un éclat toujours plus vif. Ce scintillement est précieux, sans équivalent. J'éprouve de l'amour pour cet éclat qui s'éteint à peine né. Il me donne de la joie. Il m'attriste aussi. Je crois pouvoir dire que c'est ce bref éclat que je tente d'appréhender et d'introduire dans mes romans.


Fukushima, c'est aussi le crime de nous tous qui vivons dans les grandes villes sans nous soucier de rien.
S'agissant du séisme et du tsunami, je crois que les Japonais assumeront ce malheur avec résignation. Il n'en va pas de même pour ce qui est de l'accident de la centrale, toujours dans un état critique à l'heure où j'écris ces lignes, le 25 mars, et il est hors de question pour moi de me résigner à accepter la situation. C'est l'échec des hommes politiques qui n'ont pas fait preuve d'exigence lors de sa construction, c'est notre échec à nous tous qui les avons élus. C'est l'échec des constructeurs qui n'ont pas prêté l'oreille à ceux qui mettaient en doute sa sécurité, c'est aussi le crime de nous tous qui vivons dans les grandes villes sans nous soucier de rien, occupés seulement à l'essor de l'économie, demandant toujours plus à l'électronique, nous qui avons permis pour notre confort l'installation de la centrale de Fukushima loin de la capitale.
Nous qui avons la chance de posséder cette notion de l'impermanence, nous n'avons pas été capables de l'appliquer à nos centrales. Nous avons fermé les yeux, sans vouloir prendre conscience que l'énergie que fabrique l'homme, à qui il est impossible de se soustraire à l'impermanence, ne saurait être figée pour l'éternité.
L'énergie nucléaire, au même titre que la bombe atomique, est une puissance redoutable de contamination, que l'homme laissera sur la Terre après sa disparition, l'être humain dont le passage se réduit à une fraction de seconde. [...] A n'en pas douter, cette amertume imprégnera mes romans à venir, qui connaîtront une transformation sans heurt."
Hiromi Kawakami le 25 mars 2011 (deux semaines après la catastrophe)

........................................

Je me souviens soudain de l'existence de ce fil:Le mono no aware


Dernière édition par coline le Ven 22 Avr 2011 - 21:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeVen 22 Avr 2011 - 20:09

C' est effectivemt sévère et injuste comme réaction...
Kawakama Hiromi, comme tous les autres japonais, était certainement sous le choc, abasourdie, non informée.
Je me demande bien ce qu' écriraient nos intellectuels tellement allumés par les malheurs des autres (genre BHL) si la catastrophe se produisait en France...

On est tout aussi peu informés et preque autant menacés qu' au Japon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Envolée postale


Messages : 183
Inscription le : 29/08/2010
Localisation : Ile-de-France

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeSam 23 Avr 2011 - 12:56

eXPie a écrit:
Mais le pire dans le texte vient à la fin.
Elle énumère les durées des demi-vies de l'iode 131, du césium 137, etc., et elle écrit : "A l'heure qu'il est, je serre les dents en prenant conscience avec âpreté de la signification de ces chiffres. A n'en pas douter, cette amertume imprégnera mes romans à venir, qui connaîtront une transformation sans heurt."
Bref, Tchernobyl, pour elle, ça n'avait pas de réalité. Il a fallu que la catastrophe se passe dans son pays à elle pour que ça fasse "tilt" dans son esprit.
C'est consternant.


Un jugement sévère.

Un certain nombre de personnes, quelque soit leur niveau social, d'études... ne s'intéressent à un sujet que si cela les frappe directement. L'attitude de Kawakami Hiromi n'est donc pas consternante. Elle est juste humaine.

Pour moi, la pire réaction face aux évènements japonais a été celle de Français, journalistes, experts ou autres, qui ont tout ramené à eux. La catastrophe frappait le Japon mais quelquefois, j'ai eu le sentiment en regardant les infos que cela se passait ici. Oui, un accident nucléaire pourrait arriver ici. Mais pour le moment, ceux qui souffrent sont au Japon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IzaBzh
Agilité postale
IzaBzh

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 53
Localisation : Bourgogne/Paris

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeJeu 11 Aoû 2011 - 12:41

Le temps qui va, le temps qui vient

"C'est non pas une coupe de saké mais un poisson à la main que l'on pénètre dans ce petit quartier commerçant de Tôkyô. Car c'est surtout dans la boutique du poissonnier amateur de Cocteau que se rencontre la chaleureuse communauté de gens qui l'habitent. Chacun à son tour prend la parole dans une manière de fugue à la composition surprenante, à la fois très structurée et d'apparence aussi aléatoire que le hasard qui enchevêtre ces vies les unes aux autres. De chapitre en chapitre, les fils de ces existences séparées peu à peu se rejoignent et dessinent un motif qui ne deviendra pleinement lisible qu'aux derniers accords de la fin.
Il est question de solitude et de rencontres, de passions secrètes, de joies modestes mais délectables, et l'écriture ne se fait jamais plus légère que lorsqu'il s'agit d'évoquer les choses graves."

Si vous aimez la profondeur et la subtilité de la littérature japonaise, les livres qui prennent le temps de vous décrire le quotidien par petites touches, alors vous aimerez probablement ce roman.
Il ressemble beaucoup à un assemblage de nouvelles, avec pour unique lien le quartier où se déroule l'histoire, les personnages souvent indécis prennent tour à tour la voix, s'entrecroisent sans insistance, les amitiés se lient et se dénouent, les amours s'y racontent. Ne vous méprenez pas, on ne s'ennuie pas pendant la lecture !
Simplement, c'est un roman doux à la philosophie dépaysante. Très joli livre où j'ai cependant eu parfois un peu de mal à me repérer avec tous ces personnages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeJeu 11 Aoû 2011 - 20:06

J'aime beaucoup la littérature japonaise, et pourtant j'ai du mal à entrer chez Kawakami Hiromi (à part Les Années Douces)... Il y a toujours des auteurs qui ne sont pas fait pour nous, je crois.
J'ai vu ce livre à la bibli, je l'ai soupesé, sachant très bien que si je le lisais, je me délecterais à écrire une critique assassine (vu que j'ai descendu ses livres précédents), et puis je l'ai reposé, plutôt que de laisser libre cours à mes instinct sadiques de descendeurs de bouquin, autant en lire un que je pense plus aimer...

Des goûts et des couleurs...

Mes à défaut de lire le livre, merci pour ta critique, IzaBzh !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeMer 27 Juin 2012 - 15:34

Vous l' avez remarqué : la couverture des Années douces est superbe. En fait c' est ce qu' il y a de meilleur dans le livre...Kawakami Hiromi - Page 4 32962 Bon je vais nuancer, mais j' avoue que mes impressions de lecture sont mitigées. Pourtant, comme le disait, ExPie, il y avait un vrai potentiel romanesque à exploiter. Et le sujet en valait bien d' autres. Mais le résultat seul compte.

Pour rendre crédible le couple de l' histoire, il aurait fallu des personnages plus consistants, un stylle moins plat, une subtilité plus fine. C' est vrai que les non dits entre eux, leurs maladresses ont quelque chose d' émouvant. De meme que les petites choses propres aux femmes, dont parle Arabella et que les hommes connaissent, s' ils fréquentent un peu les femmes et observent leur comportement avec affection et complicité...Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitimeMer 24 Juil 2013 - 9:56

Kawakami Hiromi - Page 4 Hiromi10

Les 10 amours de Nishino
Citation :
Qui était Nishino, cet homme insouciant et farouche comme un chat, qui s'immisçait avec naturel dans la vie des femmes dont il faisait battre le cœur trop fort ?
Dix voix de femmes composent ce roman dont un homme est le centre de gravité et dont l'existence nous est progressivement révélée par celles qui l'ont tant aimé. Chacune d'elles à son tour prend la parole : elles tissent un à un les fils séparés d'une existence qui se rejoignent pour dessiner en creux le visage d'un homme plein de charme et de mystère, nonchalant, touchant, insaisissable. Et en faisant son portrait, c'est elles-mêmes finalement qu'elles révèlent.

Dès qu'il s'agit d'évoquer l'écriture de Kawakami Hiromi, ce sont toujours les mêmes mots qui reviennent : ciselée, douce, délicate. Dans Les 10 amours de Nishino, dix femmes témoignent d'un moment de leur vie, celui où elles ont été amoureuses de Nishino, plus ou moins longuement, et comment elles s'en sont détachées sans pour autant l'oublier. C'est qu'il est singulier, cet homme là, atteint de donjuanisme, mais aussi fragile, insaisissable, torturé et en fin de compte, énigmatique. Incapable d'aimer vraiment ? On peut dire ça. Aussi difficile à retenir que l'eau dans une main. Ces dix femmes ont passé le cap, en fin de compte, cet amour éphémère les a fait grandir et les a renforcé. Avec son aspect de nouvelles enchaînées, le livre de Kawakami a du mal à être autre chose qu'une suite de récits contemplatifs. Est-ce un tort de dire qu'ils semblent inconsistants, diaphanes et frustrants ? Nishino a gardé son mystère et à vrai dire on le quitte sans trop de regrets. La romancière ne nous a pas donné suffisamment d'éléments pour s'y attacher, au moins un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Contenu sponsorisé




Kawakami Hiromi - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Kawakami Hiromi   Kawakami Hiromi - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Kawakami Hiromi
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: