Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 B.Traven [Allemagne]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeMar 2 Sep 2008 - 21:54

Le mystérieux Mr.Traven(Benjamin,Bruno ou autre chose).Sauf que je ne suis pas bien sûr que la catégorie soit bonne,ce Mr.Traven étant particulièrement insaisissable.

B.Traven [Allemagne] Traven10

Mon fidèle saint patron Humphrey Bogart m'a fait découvrir B.Traven, auteur du Trésor de la Sierra Madre. Mais comme Stevenson ou London cet écrivain était aussi un homme au destin pour le moins cahotique et actif. Action et écriture s'épousent dans le cas de ces diables d'hommes de plume et de mouvement.

Ce sont souvent les mots utopie et anarchisme qui viennent à l'esprit concernant Otto Wiennecke, Otto Feige, Torsvan Traven, Hal Coves, Ret Marut, respectivement vrai nom et pseudos divers de celui qui restera pour simplifier B.Traven. Ces deux mots ne m'intéressent guère.Ce qui me fascine est le destin de cet homme dont on a longtemps tout ignoré du parcours qu'il avait soigneusement embrumé lui-même.On l'a longtemps cru américain. On a même dit qu'il ne faisait qu'un avec cet immense écrivain lui aussi méconnu, Ambrose Bierce, disparu bizarrement dans le désert du Mexique fin 1913. Il est vrai que le Mexique a toujours été le rendez-vous de la mort joyeuse avec ses cultes si bien montrés par Eisenstein(Que viva Mexico!) .Certains ont prétendu qu'il était fils naturel du Kaiser Guillaume II. Si c'était le cas il aura vraiment mal tourné.On en sait maintenant un peu plus.

Né en Allemagne en 1882 il a participé à la vie politique avec la très éphémère République des Conseils de Munich en 1919. Socialiste il doit fuir et c'est la longue errance,Suisse,Autriche,Pays-Bas,Canada,puis installation quasi-définitive au Mexique. J'oubliais un peu de prison en Angleterre.Bref retour en Allemagne en 59.On se demande encore pourquoi. Traven est mort en 69 à Mexico City.

La révolte des pendus dont le sous-commandant Marcos pourrait écrire une préface avec une belle démagogie et quelques accents de vérité raconte les rebellions indiennes au Mexique contre l'exploitation des hommes et de la nature.Traven se garde de tout sentimentalisme et les fleurs percent difficilement sous le fumier et la rapacité.Ironique et cinglant plus encore que revendicatif ce roman fut adapté au cinéma en 54 au Mexique.

La fièvre de l'or inonde Le trésor de la Sierra Madre, le plus connu des romans de Traven depuis la remarquable adaptationde John Huston avec Bogart, tous deux fins connaisseurs en parfums d'aventures et vapeurs d'alcool. L'humour caustique imprègne aussi le livre d'un halo picaresque sur le destin souvent tragique des chercheurs d'or.


Pour Le vaisseau des morts on peut évoquer Joseph Conrad au fil des péripéties de ce marin sans identité ni passeport, rayé du monde et que seul le capitaine d'un vaisseau fantôme peut engager pour un voyage pour le moins hasardeux mais qui fera le bonheur des amateurs de littérature plus proches des hallucinés de la ligne d'horizon que des auto-contemplateurs de nombri;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeMar 2 Sep 2008 - 22:08

c'est intriguant cet auteur. je n'ai même pas vu le film Le Trésor de la Sierra Madre.

je ne résiste pas à cette galerie :

B.Traven [Allemagne] Img20t10

je garde dans un coin de tête, mais je suppose que les différents noms de l'auteur et les années font que ça ne se trouve peut être pas en claquant des doigts... jemetate

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeMar 2 Sep 2008 - 22:10

Tes commentaires toujours très intéressants m'incitent pressemment à découvrir les écrivains dont tu parles.

Et j'ai vu plusieurs fois "le trésor de la Sierra Madre"

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeMar 2 Sep 2008 - 22:18

huhu. bonne nouvelle en fait, il y a des titres disponibles (à part le trsor...), merci Bellonzo cat

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeSam 20 Sep 2008 - 14:12

Le vaisseau des morts

Citation :
Le chauffeur hurlait comme un possédé et prit un élan vigoureux pour lâcher une nouvelle bordée de jurons et de malédictions à faire rougir les habitants de tous les enfers. Rien ne subsista de la majesté de son Dieu, de la pureté virginale de la Reine des cieux, de la dignité des saints. Ils furent jetés dans le caniveau et trainés dans la fange. L'enfer n'était plus capable, le redoutable anathème du ciel ne pouvait plus l'atteindre, car, lorsque je lui demandai :
Chauffeur, qu'est-ce qu'il y a ?,
Il hurla comme une bête féroce :
(...)

C'est une partie de son histoire que nous raconte un marin originaire de la Nouvelle-Orléans. Peu après la première guerre mondiale, son bateau part sans lui, et il reste sans papiers... d'abord repoussé à de pays en pays et n'arrivant à s'embarquer sur aucun bateau digne de ce nom, échappant de peu à une peine de mort un poil surréaliste, mangeant comme il peu, et malgré quelques coups de chance, il est bien obligé de se faire une raison. Le hasard le fait s'embarquer sur la Yorikke qui est un vaisseau fantôme, c'est-à-dire, un bateau à bout de souffle avec un équipage sans papiers qui a pour vocation de faire quelques traffics avant de sombrer de préférences avec la majorité de l'équipage histoire que le propriétaire touche l'assurance...

Citation :
Qu'on ne vienne pas sermonner les travailleurs sur la politesse et les bonnes moeurs quand on les emploie dans des conditions qui leur interdisent d'être polis et décents. La crasse et la sueur déteignent encore plus sur l'esprit que sur le corps.

A cheval entre un réalisme désespéré et une certaine bonne humeur, il est bien difficile de ne pas s'attacher à ce bonhomme... Ces réflexions sont exprimées avec ce qu'il faut de démesure, de caricature... de raillerie... ça m'a fait pensé à la deuxième partie de Mort à crédit de Céline. Mais en moins lourd, plus maitrisé peut être aussi. Avec quelques très beaux passages dans leur genre sur les bateaux ou les hommes.

Sa gouaille et son bons sens sont comme les couches de peintures qui font tenir sa Yorrike, ça fait tenir cet homme et son camarade Stanislaw alors qu'ils descendent chaque fois plus loin, dans les entrailles et les dangers du bateau, dans l'inhumain des conditions de vie et du travail... les fait tenir alors qu'ils s'habituent au pire, font avec, cherchant un peu de vie et de bonne humeur dans leur enfer.

Cette lecture n'a pas eu ni un goût de révolutionnaire ni un goût de tremblement de terre mais a été à la fois très prenante et très agréable et débordante d'humanité, un peu rustique. Simple mais pas trop, simple frôlant l'essentiel avec un réel talent. Sentiment hybride d'Orwell et de Céline.

J'y reviendrai sans hésité à ce B. Traven que j'ai découvert avec les Parfumés singe

C'est tout à fait le genre de bouquin qu'on a attend avec plaisir de retrouver (enfin) à la fin de la journée pour quelques pages... ou plus !

raton même : danse...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeSam 20 Sep 2008 - 16:39

Ravi que Traven ait un nouvel adepte.Tu auras compris que je suis plus proche de ce genre de littérature que de romans français actuels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: B. Traven   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeMar 23 Sep 2008 - 20:25

Je viens de lire Le Chagrin de Saint Antoine et autres histoires mexicaines,
un recueil inégal de B. Traven (La Découverte, 2006). Il met quand meme en évidence un aspect inhabituel dans son oeuvre,
l'humour, l'ironie.
Il faut quand meme lire une nouvelle intitulée Comment dompter un tigre.
Le tigre, c' est une mexicaine nommée Luisa. Mais le titre est trompeur :
Luisa est en réalité beaucoup plus dangereuse qu'un tigre ou meme qu'une
tigresse !
Et l'homme qui l'épouse selon ses conditions à elle, doit abattre un perroquet, un chat et son cheval bien aimé avant qu'elle accepte de partager les roles.
Une démonstration de machisme à la mexicaine mais nuancée d'humour
plutot réjouissant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeMar 23 Sep 2008 - 20:30

je remets l'extrait du Vaisseau des morts (disparu dimanche) :

Citation :
Sans doute, avec le temps, le travail exorbitant que nous devions fournir, la situation étrange, désespérée dans laquelle nous nous trouvions tous, notre tension permanente dans l'attente du craquement douloureux que ferait entendre la Yorrike, condamnée mais acceptant mal de sombrer, avaient-ils laissé leur marque sur nos visages, et cette marque épouvantait tous ceux qui n'étaient pas de la Yorrike. Il devait bien y avoir quelque chose dans nos yeux, dans notre expression, qui faisait pâlir et hurler les femmes quand nous surgissions soudain à leurs côtés. Même les hommes nous lançaient des regards timides et rebroussaient chemin pour éviter de passer près de nous. La police restait vigilante tant que le dernier d'entre nous n'avait pas disparu. Les réactions des enfants étaient curieuses. Certains se mettaient à hurler dès qu'ils nous apercevaient et s'enfuyaient à toutes jambes, d'autres restaient cloués sur place, les yeux écarquillés, et nous regardaient passer, d'autres encore s'essoufflaient à nous suivre comme s'ils voyaient en nous des figures de cauchemar, et enfin il s'en trouvait quelques-uns, mais très peu, pour venir vers nous la main tendue, le sourire aux lèvres, en disant : "Bonjour, le marin !" ou quelque chose d'approchant. Parfois, après nous avoir serré la main, ils nous regardaient avec de grands yeux, bouche bée, puis détalaient soudain sans se retourner.
Etions-nous donc déjà tellement morts pour que l'âme des enfants voie la mort entre nous, la sente ? Leur étions-nous apparus alors qu'ils rêvaient encore dans le sein de leur mère ? Un lien secret se nouait-il entre nous qui partions, voués au trépas, et ces âmes enfantines qui venaient de franchir le seuil de la vie, la conscience encore toute imprégnée du royaume des ombres ? Nous partions, ils arrivaient, cette opposition nous rapprochait.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeSam 4 Avr 2009 - 23:41

B.Traven [Allemagne] Ae162
B. Traven : Portrait d'un anonyme célèbre

j'en parle un peu plus sur cette B.D. ici

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeDim 5 Avr 2009 - 0:22

Le Vaisseau des morts (=Das Totenschiff) est un des premiers livres que j'associe avec des lectures "plus sérieurses" qui commençait avec la jeunesse. Alors cela date beaucoup, mais ce livre (comme l'auteur, ou AVEC l'auteur) dégageait pour moi tant de mystères qui reste jusqu'à aujourd'hui! Heureux de trouver un fil ici sur B.Traven!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeDim 5 Avr 2009 - 10:29

Merci Tom Leo.Traven fait pour moi partie de ces auteurs quasi légendaires loin de tout salon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeDim 5 Avr 2009 - 18:38

Il y a comme un détail étrange dans La révolte des pendus... la faune évoquée : tigres, antilopes et lions ? bizarrerie pour le plaisir ou raison plus ou moins probable ? (toutes les hypothèses sont bienvenues).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeDim 5 Avr 2009 - 18:52

J'avais remarqué cela aussi il me semble.Mon avis,nullement autorisé,est que Traven,qui jongla toute sa vie avec les identités et les nationalités,en a fait de même avec la botanique ou la zoologie,donnant des noms plutôt africains à des animaux sud-américains.Mais je sais aussi que longtemps tigre et lion ont été des noms génériques pour presque tous les félins,y compris, plus petits comme le jaguar ou l'ocelot,plus proches de l'univers de La révolte des pendus..Possible aussi que l'impossible Mr.Traven se soit royalement foutu d'une quelconque vraisemblance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeVen 10 Avr 2009 - 21:32

Bon point de départ les précédents messages...

B.Traven [Allemagne] 97827010
La révolte des pendus

quatrième de couverture a écrit:
Dans ce roman, considéré par beaucoup comme le chef-d’œuvre de B. Traven, on retrouve ses sujets de prédilection : l’homme confronté à l’esclavage et à l’exploitation, la recherche de la dignité perdue. Dans les années 1920 au Mexique, Candido Castro, Indien tsotsil du Chiapas, va ainsi devenir l’un des héros de la révolte contre les Espagnols, les Ladinos, les maîtres tout-puissants qui exploitent les forêts pour leur seul profit, sans jamais compter les morts parmi les Indiens réduits en esclavage et pendus toute une nuit par les quatre membres lorsqu’ils n’ont pas abattu les trois ou quatre tonnes d’arbres quotidiennes…

C'est un livre qui n'est pas aussi simple (ou simpliste) qu'il pourrait en avoir l'air. Il est d'abord social, engagé et très démonstratif... très violents aussi. La démonstration de l'oppression, l'injustice, la cruauté et la violence étant rendues plus tolérables et la lecture plus légère, plus facile, plus séduisante en un sens, par un volume conséquent de torrents d'injures très "couleur locale" et par une dynamique constante une emphase certaine d'abord puis un peu trouble. Très pittoresque récit qui crée et joue sur une atmosphère proche de la fable, voir du mythe. Comme si on s'installait au coin du feu pour l'histoire haute en couleur de révolution...

Le plus naturellement du monde, on se fait berner. Il y a bien quelque chose de trouble, de dissimulé derrière cette explication morale, "évidente", de l'exploitation et de l'eclavage de l'homme par l'homme. On a peur pour eux et on les admire ces indiens endurçis et révoltés, les simples, les penseurs ou les gros bras, la jeune femme... tous sont là. Un peu simple mais on reste parce que...

Parce que à la longue ça se précise, derrière "la boue jusqu'au hanches" et un "tigre royal" ... il y a peu d'espoir (en l'homme). La révolution est juste quelque part l'auteur le dira et ne le niera pas... ce qui la fait non plus. Il en fait juste assez, appuie d'une manière faussement détachée pour faire dessiner une vérité humaine d'un pessimisme certains... des schémas pourris en l'homme autant qu'en le système en somme. Les attitudes de martyres fraichement libérés ressemblent étrangement à d'autres...

Le petit jeu dure tout au long de cette lecture mouvementée et on se dit souvent qu'on s'interroge plus qu'on ne le devrai. Je pensais à un moment que c'était bien mais que ça ne valait pas un Antoine Bloyé (voir le fil Paul Nizan) qui parle de destruction de l'homme par un univers économiquo-quelque chose, de ce qui fait qu'en lui il marche avec sa destruction. J'ai fini par m'apercevoir que tout simplement le style et la manière étaient différents mais qu'au fond les deux ont le même effet sur le moral. On s'interroge sur beaucoup de points et sur soi aussi, ne pas s'y tromper.

Beaucoup plus fin qu'il ne veut bien le dire, la lecture précédente du Vaisseau des morts aide certainement à s'y retrouver dans ce monde fermé et injuste qu'on traverse poussé par un souffle vivant et un peu fou, un peu dangereux... transgressif si on l'oppose à une unité acceptée des hommes.

Refermé ça vaut encore plus le détour et la réflexion.

C'est décidé je n'en resterai pas là avec ce B. Traven.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellonzo
Sage de la littérature
Bellonzo

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 70
Localisation : Picardie

B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitimeMar 12 Mai 2009 - 20:33

La charrette de Traven,toute cahoteuse qu'elle soit et si chaotique que soit le voyage est une belle aventure.Je le termine et j'y reviens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Contenu sponsorisé




B.Traven [Allemagne] Empty
MessageSujet: Re: B.Traven [Allemagne]   B.Traven [Allemagne] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
B.Traven [Allemagne]
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Temps livraison depuis Allemagne
» au sujet de l'attentat commis en Allemagne...
» Camps de Buchenwald, Dora et ses kommandos
» Décès du dessinateur et caricaturiste Sid Ali Melouah
» Aristide Briand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: