Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Enis Batur [Turquie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Enis Batur [Turquie]   Ven 5 Sep 2008 - 22:34

Enis Batur (1952- )


Biographie prise sur Eveni
Citation :
Figure majeure de la littérature turque depuis les années 1980, Enis Batur est poète, essayiste et romancier. Après une scolarité passée dans un lycée français et catholique d'Istanbul, il débute des études de lettres entre Paris et Ankara. Son œuvre abondante et variée est autant inspirée par la culture islamique et soufie que par la littérature occidentale, française en particulier. Dans le texte autofictionnel 'D' autres chemins' - troisième volume d'un triptyque commencé en 2003 avec 'Amer savoir' puis 'La Pomme' en 2005-, il évoque sa rencontre avec les textes de Michel Butor, Samuel Beckett ou encore Nathalie Sarraute qui ont marqué sa jeunesse et influencé son travail. Également éditeur, il met en avant cette culture francophone en publiant des philosophes comme Michel Foucault ou Jacques Derrida. Lecteur boulimique, la bibliothèque et le labyrinthe sont des figures centrales de sa création, ce qu'il évoque dans 'D' une bibliothèque à l'autre' en 2008. Traduit dans de nombreuses langues (anglais, français, italien, arabe ou persan), Enis Batur est un représentant très estimé de la littérature turque.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Enis Batur [Turquie]   Ven 5 Sep 2008 - 23:06

D'autres chemins



La quatrième de couverture présente ce livre comme "Un voyage en écriture à travers le temps, la littérature, l'art et la poésie". Je trouve que ce n'est pas une mauvaise présentation.

D'autres chemins est composé de trois parties, une centrée sur un voyage à Troyes pour retrouver un ancien professeur, la deuxième sur un voyage en voiture avec son fils pour aller au chevet de son père malade, enfin la dernière, la plus difficile à définir parle de poésie et de montagne, pour se terminer sur une interrogation sur la mort. Mais le voyage importe plus que l'arrivée, et les détours et les arrêts prennent infiniment de temps. Le livre commence d'ailleurs sur les labyrinthes et il en est un en quelque sorte, on se perd et puis on a l'impression de se retrouver pour se perdre à nouveau. L'auteur nous parle de lui, de son enfance, de sa famille, mais aussi de littérature, de musique, d'histoire, de tout ce qui aura été important pour lui. Rien d'indiscret ni d'exhibitionniste, il rest en fin de compte très discrèt sur lui-même, mais parle des choses importantes pour chaqu'un, la séparation avec les parents, les élèments qui font que l'on devient ce que l'on est, et aussi la façon dont on s'approche de la mort inéluctable, en vivant d'abord celle de nos proches.

Homme de grande culture, double culture, occidentale et turque, il parle merveilleusement bien des artistes qu'il aime, et qui d'une certaine façon lui sont aussi proches que des membres de sa famille. Le livre passe d'un sujet à un autre, d'une thème à un autre, tel impression ou souvenirs en évoque d'autres. Cela empêche trop de pathos, trop d'émotion, lorsque l'auteur est trop près de s'émouvoir sur lui, où de dire une intense souffrance, il préfére nous parler d'un poète, d'un lieu qu'il a vu, où d'autre chose encore. C'est très sensible mais en même temps très pudique, l'émotion retenue est finalement plus émouvante que le trop plein de larmes.

L'écriture m'a énormement séduite, phrases longues, avec un vocabulaire très riche, mais en même temps d'une très grande précision, comme découpée au scalpel, oscillant entre l'expressivité et la retenue.


Citation :
Le labyrinthe de l'écrit, naturellement, ne se verra pas sur le sol d'un quelconque bâtiment. Personne ne pourra le regarder fixement, percer son secret, la clef prête à tourner, à être tournée dans la serrure. Sur le plan visuel, le labyrinthe de l'écrit ne peut s'apparenter au labyrinthe que du point de vue métaphorique. Le livre des labyrinthes de Paolo Santarcangeli est là qui continue à me provoquer depuis plus d'un quart de siècle, dans un coin choise du labyrinthe de ma bibiothèque, il contient l'histoire complexe de cette devinette, sa symbolique de plus en plus alambiquée, à travers divers exemples pris dans des siècles différents. Jusqu'à présent, j'ai utilisé des phrases du Coran, de Dostoïevski, de Borges, toutes ou presque se limitant, se réduisant à la même signification: essaye de t'en sortir si tu le peux.

Citation :

Que l'on chante ou non, qu'on ait à la bouche une mélodie gaie ou lamentable, le Temps passe, et ce n'est pas fini. Si je lisais comme une note, une mesure, chaque syllabe, sinon chaque lettre que trace ma main qui fait marcher l'encre, qui attribue une signification, si faible soit-elle, au franchissement d'un tunnel qui se compose d'instants, au passage d'un écoulement incessant, d'un temps qui ne se suspendrait point, même si on voulait l'arrêter, cela paraîtrait-il un effort vain, un scrupule arrêté ?


J'ai très envie de continuer à lire Enis Batur, et tout d'abord Amer savoir et La pomme qui sont sensé précéder D'autres chemins, ce que j'ignorais, j'ai pris ce livre sur le présentoir des nouveautés de la bibliothèque par hasard (je résiste difficilement à un livre D'Actes Sud), sans rien savoir de l'auter, et ce fût une très belle découverte.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Enis Batur [Turquie]   Ven 5 Sep 2008 - 23:11

Merci pour ce fil.
Un auteur que j'ai découvert un peu par hasard, un peu à cause de mon attirance vers Actes Sud et un peu à cause de la couverture de Amer savoir.
Arabella a écrit:
J'ai très envie de continuer à lire Enis Batur, et tout d'abord Amer savoir et La pomme qui sont sensé précéder D'autres chemins,
Oui, tout à fait.. mais cela ne pose pas de problèmes de les lire dans un autre sens chronologique. Celui que tu présentes me manque encore..donc... miammiam

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Enis Batur [Turquie]   Ven 5 Sep 2008 - 23:19

kenavo a écrit:

Arabella a écrit:
J'ai très envie de continuer à lire Enis Batur, et tout d'abord Amer savoir et La pomme qui sont sensé précéder D'autres chemins,
Oui, tout à fait.. mais cela ne pose pas de problèmes de les lire dans un autre sens chronologique. Celui que tu présentes me manque encore..donc... miammiam

Tu as parfaitement raison, ne pas avoir lu les deux précedents ne m'a à aucun moment gêné, mais simplement cette lecture m'a donné envie de poursuivre, et les deux livres en question paraissent être la suite logique. Il y a aussi ses poémes dont il parle et dont certains auraient été traduits, je ne sais pas si tu les connaît ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Enis Batur [Turquie]   Ven 5 Sep 2008 - 23:22

Arabella a écrit:
Il y a aussi ses poémes dont il parle et dont certains auraient été traduits, je ne sais pas si tu les connaît ?
Non.. mais ton fil me donne envie de me remettre moi-même aussi de nouveau à la lecture de cet auteur..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Enis Batur [Turquie]   Dim 18 Oct 2009 - 16:43

Amer Savoir



Des textes, certains à la première personne, d’autres qui utilisent le il. Enis Batur, qui par moments est le narrateur de ce qui lui arrive, se cite par d’autres moments comme une personne parfaitement étrangère, vue de l’extérieur. Des textes sur les voyages, Lisbonne, Marseille, beaucoup se passent à Paris. Mais dans ces voyages l’auteur rencontre souvent des écrivains qui l’ont précédé, et qui ont écrit sur leurs voyages. Et ces pages font autant partie du voyage que ce que voit le narrateur. Un lieu est aussi forcement construit par les souvenirs des gens qui l’ont traversé ; l’imagination du lieu peut compter autant que la réalité du moment présent. Et puis aussi il s’agit de parler de l’écriture, qui est aussi un voyage. Et de musique. Enis Batur dit qu’il a conçu ce livre comme Bach L’art de la fugue, les textes se suivent et sont reliés les uns aux autres dans une polyphonie complexe, dans une structure sophistiquée, dont on ne peut percevoir l’architecture tout de suite, si on la perçoit jamais complètement. Un livre sur la réalité intérieure, plus réelle que les événements extérieurs, sur l’imagination, la création. Un voyage aussi bien intérieur qu’extérieur, comme l’est tout véritable voyage. La complexité des sensations, des nostalgies de ce que l’on a pas connu et ce qui est plus consistant que ce que l’on voit devant soi.

Citation :
Finalement, peu importe la manière dont les choses commencent : il faut attendre le moment où le livre va démarrer pour de bon, selon un calendrier qui regimbe contre la logique habituelle. Les morceaux qui s’assemblent en moi – coupes, images, extrêmes imaginaires, observations, bribes de récits, voix, mélodies, visages, faits et gestes, regards furtifs, douleurs -, tout ce que j’ai accumulé, mis de côté, les détails que je n’ai pas vécus et dont je ne pourrai dire l’origine, tout cela tourne, de manière récurrente, autour d’un centre que je ne saurais situer.
Je tiens à le souligner encore une fois : quoique la cause en soit indiscernable, cette persistance retient mon attention ; faut-il que je soit attaché aux prodiges ! Le mécanisme de variation, de diversification des répétitions m’a toujours conduit à méditer sur les nuances. Le concerto que Bach a fini par extirper de Benedetto Marcello, voilà que je l’écoute à présent dans l’interprétation de Guy Person : ses doigts se promènent sur le clavecin. Au point où les valeurs dont chaque note se charge, le tempo et le toucher se croisent puis se séparent, une ineffable volupté gonfle le milieu de ma cage thoracique.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enis Batur [Turquie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enis Batur [Turquie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manifestations en Turquie
» La Turquie autorise le port du voile à l'université
» Turquie : flore
» Ma collection!!! MAJ 26/12 PLEEEEIIIIN DE PHOTOS!!
» Un beau livre: Hungry planet : what the world eats

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: